ENERGIES ET CLIMAT
 

Plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs (PNGMDR) 2022-2026

Du 13/05/2022 au 16/06/2022 - 311 commentaires

Les matières et les déchets radioactifs doivent être gérés de façon durable, dans le respect de la protection de la santé des personnes, de la sécurité et de l’environnement. Le plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR), instauré par la loi du 28 juin 2006 relative à la gestion durable des matières et des déchets radioactifs, constitue un outil de pilotage privilégié pour mettre en œuvre ces principes dans la durée. Le PNGMDR est établi et mis à jour par le Gouvernement, quatre éditions du plan s’étant succédées à ce jour. La cinquième et nouvelle édition du plan s’appliquera pour une période de cinq ans.

Le PNGMDR couvre tant les déchets ultimes que les matières radioactives valorisables, les filières de gestion existantes et celles en projet, en développement ou à définir ; il concerne également toutes les catégories de déchets radioactifs quelle que soit leur origine. Le PNGMDR tient compte de la politique énergétique française et les solutions de gestion qu’il définit sont compatibles avec la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).

L’élaboration de la cinquième édition du PNGMDR a fait l’objet d’une large association du public. Cette nouvelle édition est en effet la première à avoir été élaborée à l’issue d’un débat public réalisé sous l’égide de la Commission nationale du débat public (CNDP) ainsi que d’une concertation post débat-public menée par le maître d’ouvrage, sous le contrôle de garants de la CNDP. Le ministère de la transition écologique s’est également adjoint un comité de parties prenantes, associant les organismes publics experts (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs, Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, Autorité de sûreté nucléaire), les producteurs de déchets, des associations environnementales, ainsi que des représentants des élus nationaux et territoriaux, pour l’accompagner dans la déclinaison des orientations définies à l’issue du débat public.

La cinquième édition du PNGMDR soumise à consultation du public prolonge, approfondit et renforce les axes d’action des quatre éditions précédentes, au bénéfice de la mise en place de filières de gestion sûres, efficaces et compétitives pour l’ensemble des déchets radioactifs. Au-delà de cette continuité thématique, elle explore également de nouveaux horizons, suivant en cela l’avis de l’Autorité environnementale émis sur le PNGMDR précédent. Outre un volet consacré aux enjeux transversaux (sanitaires, environnementaux, mais également économiques, éthiques et relatifs aux transports et aux territoires), cette édition prévoit que les scénarios de gestion des déchets radioactifs fassent l’objet d’une évaluation multicritères.

Conformément à la loi, le projet de PNGMDR a fait l’objet d’une évaluation environnementale stratégique et a été soumis à l’avis de l’Autorité environnementale du Conseil général de l’environnement et du développement durable. L’Autorité environnementale a rendu son avis le 18 novembre 2021. Le ministère de la transition écologique a également tenu compte, dans la rédaction du projet de cinquième édition du PNGMDR, de l’avis du 9 novembre 2021 que l’Autorité de sûreté nucléaire a rendu sur le projet de plan.

Le projet de cinquième édition du PNGMDR, enrichi au terme des différentes concertations et consultations mentionnées ci-dessus, est à présent soumis, avant son adoption définitive, à la consultation du public jusqu’au 16 juin 2022.

Ce projet de plan est accompagné de deux projets de textes réglementaires (décret et arrêté), également soumis à consultation, dont l’objet est d’inscrire dans la réglementation les prescriptions du plan.
Vous pouvez vous exprimez dans le cadre de cette consultation en déposant un commentaire dans la rubrique prévue à cet effet ci-dessous.

À l’issue de cette consultation du public, le ministère publiera sur le présent site Internet le bilan de la consultation. Le PNGMDR ainsi finalisé sera publié et transmis au Parlement, qui le soumettra pour évaluation à l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), conformément à l’article L. 542-1-2 du code de l’environnement.

Les principales étapes d’élaboration de la cinquième édition du PNGMDR :

(Cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Télécharger

Documents soumis à la consultation

Ressources complémentaires, pour la bonne information du public, quant à l’élaboration du PNGMDR

Commentaires
  •  Oui au nouveau PNGMDR, par Poty , le 13 juin 2022 à 08h50

    Le réchauffement climatique impose de diminuer rapidement la consommation des énergies fossiles : charbon, pétrole et gaz.
    Outre un retour nécessaire à la sobriété cela implique un fort développement de l’électricité bas carbone. L’énergie nucléaire est une énergie propre, bas carbone, pilotable et d’un coût acceptable. Elle peut ainsi grandement nous aider à diminuer l’utilisation des énergies fossiles.

    Le gouvernement veut relancer l’utilisation de l’énergie nucléaire. Mais il est nécessaire pour cela d’avancer sur tous les plans, y compris sur celui de la gestion des déchets de haute et moyenne activité et à vie longue.
    Trente années de recherches menées par et/ou sous l’égide de l’ANDRA ont largement démontré que la solution du stockage en couches géologiques profondes était sûre. Nous disposons également des avis de la Commission Nationale d’évaluation, de l’OPECST, et des avis indépendants des Académies.
    Enfin cette solution évite de reporter le problème de la gestion de ces déchets sur les générations futures. Cette solution est d’ailleurs largement adoptée à l’échelle internationale : Finlande, Suède, Etats-Unis.

    Il faut que le gouvernement passe aux actes et déclare le projet d’utilité publique pour que l’Autorité de Sûreté Nucléaire puisse enfin publier son Décret d’Autorisation de Création.

    Je donne donc un avis très favorable à ce nouveau PNGMDR.

  •  nouvelle version du PNGMDR, par verhoeven , le 13 juin 2022 à 08h44

    Oui je soutiens cette nouvelle version du PNGMDR. L’heure n’est plus à la tergiversation, pour le climat, pour la planète ; la filière nucléaire a besoin d’un cadre législative stable et conforme aux ambitions

  •  Oui, sans aucun état d’âme, par arjuna , le 12 juin 2022 à 19h58

    Je suis favorable, bien entendu, au nucléaire. Nous savons que rien ne le remplacera demain. Bien sûr, il faut prendre les précautions qui s’imposent. Et ce n’est pas sans raison que le nucléaire est certainement l’industrie qui gère le mieux ses déchets. Et enterrer ceux qui sont les plus nocifs dans une couche géologique profonde qui ne bougera pas pendant des milliers, voire des millions d’années, me semble la seule solution correcte et définitive. Alors oui, sans réserve à ce PNGMDR. Et avançons enfin, car, la seule peur que j’ai, c’est l’incompétence et le clientélisme de nos politiques. J’ai confiance dans l’expertise, la science et la technologie pour nous emmener dans un monde meilleur ... et je hais les idéologies.

  •  N’attendons pas l’accident de trop pour arrêter le nucléaire., par Chemineau , le 12 juin 2022 à 19h36

    Je vais laisser ce message même si je sais que tout est joué d’avance et que toutes les décisions sont déjà prises. Le monde du nucléaire n’a jamais été transparent, ni démocratique et ce n’est pas aujourd’hui que cela va changer.
    Rappelez vous Tchernobyl : "Ne vous inquiétez pas ! Le nuage s’est arrêté aux frontières !". Les exemples d’opacité sont très nombreux, comme les incidents non déclarés dans les centrales. Pour preuve Le Monde dévoile en novembre 21, une plainte d’un cadre EDF (donc pro nucléaire) de Tricastin au sujet de la dissimulation d’infos (Inondation interne, évènements significatifs minimisés, non déclarés ou avec retard) et d’intimidation.
    Comment croire et faire confiance au nucléaire? :
    - quand on sait que cette industrie a immergé voici 50 ans 17000 tonnes de déchets radioactifs, dans des fûts à 15 km du Cotentin, dans les Casquets.
    - quand on ne sait toujours pas quoi faire des déchets radioactifs qui ont une durée de vie pouvant aller jusqu’à plusieurs milliers d’années.
    - quand on sait que des déchets radioactifs sont envoyés en Russie pour soit disant être recyclés alors qu’ils y sont juste « stockés ».
    - quand il est prévu d’autoriser le recyclage des métaux radioactifs de très faible activité issus du démantèlement des centrales, dans l’industrie non nucléaire. Alors, rien ne pourra empêcher de retrouver de la radioactivité dans les voitures, poussettes ou ustensiles de cuisine...
    - quand on voit le coût astronomique de l’EPR de Flamanville qui va atteindre 20 milliards d’euros au lieu des 3.4 milliards prévus au départ.
    - quand il est autorisé que la Hague pollue, en continu en tritium radioactif, la Manche. La quantité annuelle relarguée équivaut au total de tous les rejets en tritium des centrales nucléaires françaises sur une année.
    De plus, le réchauffement climatique n’augure rien de bon pour les centrales nucléaires qui ont besoin d’eau fraîche et de débit des fleuves, pour être refroidies.
    Plutôt que de continuer dans l’impasse du nucléaire, réfléchissons plutôt à comment s’en passer et investissons dans l’isolation des bâtiments et les énergies renouvelables. Stop au nucléaire qui coute trop cher, qui fait courir des risques à sa population et qui pollue.

  •  OUI SANS PLUS ATTENDRE, par HELENE , le 12 juin 2022 à 18h54

    OUI A CE PROJET CAR IL EST GRAND TEMPS D’ETRE REALISTE ET ARRETER DE FAIRE PEUR A LA POPULATION AVEC DES PREOCCUPATIONS QUI N’EN SONT PAS ! NOUS SOMMES UN PAYS DES MIEUX ARMES POUR S’OCCUPER DE CE PROBLEME. LES DECHETS RADIOACTIFS NE CONCERNENT PAS QUE LES DECHETS NUCLEAIRES, MAIS EGALEMENT SCIENTIFIQUES ET MEDICAUX ! ALORS ON ARRETE TOUT ? ON REFUSE LES EOLIENNES PARCEQUE C’EST PAS BEAU ET QUE CA FAIT DU BRUIT, QUE CA FAIT PEUR AUX POISSONS, ON REFUSE LES PANNEAUX SOLAIRES PARCE QUE C’EST MONSTRUEUX DANS UN PAYSAGE MAGNIFIQUE, etc etc...
    STOP CA SUFFIT LAISSONS TRAVAILLER NOS INSTANCES !!!

  •  Avis défavorable, par Noémie Sabourin , le 12 juin 2022 à 17h51

    Avis défavorable concernant le PNGMDR :
    1- le projet de stockage en couche géologique profonde doit être abandonné au vu des risques d’accidents en particulier les risques de fuites et d’incendies (voir l’accident du Waste Isolation Pilot Plant au Nouveau-Mexique). Pour les déchets existants la seule solution perenne et responsable est le stockage en surface qui permettrait à la fois de limiter le risque de surchauffe accidentelle (contrairement à un stockage en milieu confiné) et garantirait une accessibilité aux colis.
    2- Puisqu’il est question des déchets existants et à venir. Il faut abandonner la filière électronucléaire qui n’est pas une filière d’avenir en particulier vis à vis des enjeux du réchauffement climatique (voir le rapport du GIEC d’avril 2022), que n’est pas une énergie renouvelable, qui ne permet pas l’indépendance énergétique de la France (les mines d’uranium ne se trouvent pas en France), qui présente un risque d’accident avec des conséquences majeures pour les populations vivant en France et dans le Monde (voir les catastrophes de Tchernobyl, Fukushima, Three Mile Island) et qui présente des risques majeurs pour les générations futures notamment concernant les déchets nucléaires (voir l’ensemble des problématiques mentionnées dans le PNGMDR).
    3- Puisqu’il est question de gouvernance et d’association de la société civile ; il est indispensable de demander l’avis des populations de façon directe (référendum) sur le devenir de la filière électronucléaire en France et sur la gestion des déchets. La consultation publique telle que celle organisée pour le PNGMDR ne permet pas à l’ensemble des citoyennes et des citoyens de s’exprimer (consultation trop restreinte dans le temps, documents non vulgarisés...)

  •  Oui sans réserve pour Cigeo au plus vite et recherche sur les solutions de retraitement, par Geraudel , le 12 juin 2022 à 14h35


    Soyons réalistes : Les déchets existent, il faut donc traiter le problème avec la meilleure solution accessible aujourd’hui.
    Parmi les diverses possibilités, la solution d’enfouissement à Bure a fait l’objet de très nombreuses études sur les risques et l’impact. Il en est résulté qu’ils étaient très faibles, que le mode de conditionnement garantissait au moins 300 ans et que leur désenfouissement serait possible.
    D’ici là, les scientifiques des pays qui l’auront décidé auront trouvé les techniques permettant le retraitement pour réutilisation et/ou neutralisation. Si la France persiste dans la voie de l’arrêt des recherches dans ce sens ( Phenix, Astrid …), la Chine, le Japon, l’Inde sauront le faire au conditions qu’ils nous imposeront.
    Il y a lieu de noter en terme d’objectivité que les détracteurs de Cigeo focalisent leurs actions sur ce projet relatif aux déchets nucléaires, ne proposent pas de solutions « moins mauvaises » et ne se préoccupent pas de la problématique immédiate bien plus menaçante en terme d’impact que constituent :
    - les déchets « plastiques » qui envahissent les océans,
    - les résidus des médicaments qui se concentrent progressivement dans les eaux et que l’on ne sait pas traiter efficacement actuellement.
    - Les émissions de particules dans les zones urbaines qui abritent de façon croissante les populations.
    Cela menace l’humanité, la faune et la flore immédiatement, chaque jour davantage et non dans 300 ans.
    Soyons réalistes : Traitons les problèmes avec pragmatisme, dans l’ordre des urgences, des moyens techniques et financiers disponibles.
    Le traitement des déchets nucléaires est soluble à terme et sans doute bien plus accessible que le projet de coloniser Mars pour … sauver l’humanité des pollutions en tous genre, déchets nucléaires compris !
    Conclusions :
    - L’énergie est la base de l’existence même de l’humanité, son besoin sera inexorablement croissant malgré tous les efforts de modération. Il faudra de plus en plus d’énergie pour exploiter les ressources, se protéger des perturbations de l’environnement ( montée des eaux, météo, température …) et développer des sources d’énergie. Il est déraisonnable d’opposer les sources d’énergie décarbonées ( éolien , solaire, nucléaire, geothermie …) il les faudra toutes.
    - Enfouissons à Bure et mettons en œuvre un plan de développement pour assurer le traitement des déchets. Effectivement, il ne faut pas laisser cette dette à nos descendants, mais on a 300 ans pour y arriver ; sans doute pas autant pour toutes les autres pollutions qui ne sont pas des risques à terme, mais des nuisances actuelles certaines.

  •  Oui sans réserve pour Cigeo au plus vite et recherche sur les solutions de retraitement, par Geraudel , le 12 juin 2022 à 14h33

    Soyons réalistes : Les déchets existent, il faut donc traiter le problème avec la meilleure solution accessible aujourd’hui.
    Parmi les diverses possibilités, la solution d’enfouissement à Bure a fait l’objet de très nombreuses études sur les risques et l’impact. Il en est résulté qu’ils étaient très faibles, que le mode de conditionnement garantissait au moins 300 ans et que leur désenfouissement serait possible.
    D’ici là, les scientifiques des pays qui l’auront décidé auront trouvé les techniques permettant le retraitement pour réutilisation et/ou neutralisation. Si la France persiste dans la voie de l’arrêt des recherches dans ce sens ( Phenix, Astrid …), la Chine, le Japon, l’Inde sauront le faire au conditions qu’ils nous imposeront.
    Il y a lieu de noter en terme d’objectivité que les détracteurs de Cigeo focalisent leurs actions sur ce projet relatif aux déchets nucléaires, ne proposent pas de solutions « moins mauvaises » et ne se préoccupent pas de la problématique immédiate bien plus menaçante en terme d’impact que constituent :
    - les déchets « plastiques » qui envahissent les océans,
    - les résidus des médicaments qui se concentrent progressivement dans les eaux et que l’on ne sait pas traiter efficacement actuellement.
    - Les émissions de particules dans les zones urbaines qui abritent de façon croissante les populations.
    Cela menace l’humanité, la faune et la flore immédiatement, chaque jour davantage et non dans 300 ans.
    Soyons réalistes : Traitons les problèmes avec pragmatisme, dans l’ordre des urgences, des moyens techniques et financiers disponibles.
    Le traitement des déchets nucléaires est soluble à terme et sans doute bien plus accessible que le projet de coloniser Mars pour … sauver l’humanité des pollutions en tous genre, déchets nucléaires compris !
    Conclusions :
    - L’énergie est la base de l’existence même de l’humanité, son besoin sera inexorablement croissant malgré tous les efforts de modération. Il faudra de plus en plus d’énergie pour exploiter les ressources, se protéger des perturbations de l’environnement ( montée des eaux, météo, température …) et développer des sources d’énergie. Il est déraisonnable d’opposer les sources d’énergie décarbonées ( éolien , solaire, nucléaire, geothermie …) il les faudra toutes.
    - Enfouissons à Bure et mettons en œuvre un plan de développement pour assurer le traitement des déchets. Effectivement, il ne faut pas laisser cette dette à nos descendants, mais on a 300 ans pour y arriver ; sans doute pas autant pour toutes les autres pollutions qui ne sont pas des risques à terme, mais des nuisances actuelles certaines.

  •  Oui sans réserve pour Cigeo au plus vite et recherche sur les solutions de retraitement, par Geraudel , le 12 juin 2022 à 14h31

    Très favorable à l’activation au plus vite du projet Cigeo et à la reprise des recherches sur le retraitement.

    Soyons réalistes : Les déchets existent, il faut donc traiter le problème avec la meilleure solution accessible aujourd’hui.
    Parmi les diverses possibilités, la solution d’enfouissement à Bure a fait l’objet de très nombreuses études sur les risques et l’impact. Il en est résulté qu’ils étaient très faibles, que le mode de conditionnement garantissait au moins 300 ans et que leur désenfouissement serait possible.
    D’ici là, les scientifiques des pays qui l’auront décidé auront trouvé les techniques permettant le retraitement pour réutilisation et/ou neutralisation. Si la France persiste dans la voie de l’arrêt des recherches dans ce sens ( Phenix, Astrid …), la Chine, le Japon, l’Inde sauront le faire au conditions qu’ils nous imposeront.
    Il y a lieu de noter en terme d’objectivité que les détracteurs de Cigeo focalisent leurs actions sur ce projet relatif aux déchets nucléaires, ne proposent pas de solutions « moins mauvaises » et ne se préoccupent pas de la problématique immédiate bien plus menaçante en terme d’impact que constituent :
    - les déchets « plastiques » qui envahissent les océans,
    - les résidus des médicaments qui se concentrent progressivement dans les eaux et que l’on ne sait pas traiter efficacement actuellement.
    - Les émissions de particules dans les zones urbaines qui abritent de façon croissante les populations.
    Cela menace l’humanité, la faune et la flore immédiatement, chaque jour davantage et non dans 300 ans.
    Soyons réalistes : Traitons les problèmes avec pragmatisme, dans l’ordre des urgences, des moyens techniques et financiers disponibles.
    Le traitement des déchets nucléaires est soluble à terme et sans doute bien plus accessible que le projet de coloniser Mars pour … sauver l’humanité des pollutions en tous genre, déchets nucléaires compris !
    Conclusions :
    - L’énergie est la base de l’existence même de l’humanité, son besoin sera inexorablement croissant malgré tous les efforts de modération. Il faudra de plus en plus d’énergie pour exploiter les ressources, se protéger des perturbations de l’environnement ( montée des eaux, météo, température …) et développer des sources d’énergie. Il est déraisonnable d’opposer les sources d’énergie décarbonées ( éolien , solaire, nucléaire, geothermie …) il les faudra toutes.
    - Enfouissons à Bure et mettons en œuvre un plan de développement pour assurer le traitement des déchets. Effectivement, il ne faut pas laisser cette dette à nos descendants, mais on a 300 ans pour y arriver ; sans doute pas autant pour toutes les autres pollutions qui ne sont pas des risques à terme, mais des nuisances actuelles certaines.

  •  Un plan national pertinent, par T. Michel , le 12 juin 2022 à 12h54

    Plein soutien au PNGMDR proposé pour 2022-2026, qui adresse à mes yeux de manière pertinente les différents enjeux concernant les matières (à valoriser) et déchets radioactifs à gérer pour bénéficier de l’énergie décarbonnée, pilotable et maîtrisée issue du nucléaire. En particulier, l’opportunité de pouvoir valoriser les métaux TFA et de conserver le gisement énergétique constitué des combustibles usés au travers de l’entreposage sous eau va contribuer, outre la décarbonation de notre consommation énergétique, à l’économie de précieuses ressources naturelles !

  •  Avis favorable, par Joseph JUNGES , le 12 juin 2022 à 12h18

    Il faut cesser de trainer les pieds sur ces sujets importants et mettre le turbo. Ca fait des années que les politiques refusent de prendre les décisions. Je suis très favorable.

  •  Il ne s’agit pas d’être pour ou contre le nucléaire !, par Nicolas Bernard , le 12 juin 2022 à 11h54

    La question n’est pas d’être pour ou contre la production d’électricité d’origine nucléaire, comme tant de commentaires semblent le croire.

    Les déchets nucléaires sont un fait. Tous ne viennent pas de l’industrie électronuclaire d’une part et, en ce qui concerne les MA et HA-VL, il en existe déjà qui attendent une solution pérenne. Si l’on "sortait du nucléaire" du jour au lendemain, cela ne changerait rien à ces fait.

    Pour cela, il est important - et urgent - d’avancer, en commençant par valider cette édition du PNGMDR.

  •  Oui, oui il est plus que temps, par DI MAIO , le 12 juin 2022 à 10h25

    On vante régulièrement les réalisations de nos voisins en les choisissant bien. Il serait bon d’en faire autant en ce domaine. Donc je soutiens cette nouvelle version du PNGMDR. L’heure n’est plus à la tergiversation, pour le climat, pour la planète ; la filière nucléaire a besoin d’un cadre législative stable et conforme aux ambitions.

  •  Le nucléaire ne sauvera pas le climat, par louis-marie sabourin , le 12 juin 2022 à 10h23

    L’industrie nucléaire profite de la lutte contre le réchauffement climatique pour se présenter comme une alternative aux énergies fossiles. Ni propre, ni décarbonée, l’énergie nucléaire n’est pas une solution miracle.
    En avril 2022, le Groupe d’experts intergouvernemental sur le climat (GIEC) a publié un rapport sur les solutions pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Le nucléaire n’y est pas présenté comme la solution magique au changement climatique, cette technologie joue dans ce rapport un rôle bien marginal. Les vrais leviers d’action sont ailleurs.
    Le GIEC a fait le choix de passer les différentes options pour réduire les émissions au crible des Objectifs du Développement Durable. Le nucléaire est l’une de celle qui compte le moins d’impacts positifs, et un point négatif majeur concernant la ressource en eau.
    Tout au long du rapport, le GIEC mentionne également la question des déchets, le risque d’un accident majeur et de ses retombées et les potentiels conflits d’usages autour de la ressource hydrique. Il évoque également la perte d’efficacité du nucléaire dans un monde qui se réchauffe.
    « Toutes les stratégies d’atténuation du changement climatique rencontrent des défis de mise en oeuvre, incluant les risques technologiques, le changement d’échelle et les coûts. De nombreux défis, comme […] la dépendance à des technologies exigeant des investissements initiaux élevés (par exemple le nucléaire), sont significativement réduits dans les trajectoires modélisées qui supposent d’utiliser les ressources de manière plus efficaces ou passent au niveau mondial à un mode de développement soutenable ».

  •  Monsieur, par Alain CALAMAND , le 11 juin 2022 à 21h05

    Depuis bientôt 30 ans, on instruit la question du traitement à long terme des déchets. La cause est entendue, on ne décarbonera pas l’économie sans un recours massif à l’énergie nucléaire pilotable, concentré et de loin le moins dommageable pour l’environnement.
    Je suis favorable à toute approche rationnelle du problème.
    Et évidemment tout à fait en faveur du recours à l’énergie nucléaire.

  •  Avis globalement favorable, par Yves Roinel , le 11 juin 2022 à 20h52

    Introduction  : les « décision consécutive au débat public dans le cadre de la préparation de la cinquième édition du plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs » (sic) sont résumées ci-dessous en 10 points avec mes commentaires à la suite.

    Article 1 : consultation du public avant la fin de l’année 2020.
    Sans commentaire. Nous sommes mi-2022.
    Article 2 : Passer la durée de 3 ans à 5 ans.
    Comm. : ça s’impose en effet. On pourrait même envisager 10 ans (sauf fait nouveau), dans la mesure où le sujet exige une stratégie de long terme.
    Article 3 : élargir la gouvernance. Nommer une personnalité indépendante du gouvernement et de l’ASN.
    Comm. : pourquoi pas en effet introduire des instances compétentes comme des ONG scientifiques (Sfen, SLC) ou des autorités indiscutables comme les Académies. Cela contrebalancerait la surreprésentation des ONG (ou OG) activistes antinucléaires. Cependant, plus la gouvernance est lourde, plus le processus décisionnel peut s’allonger. Et il ne faut pas oublier que l’OPECST, la CNE et l’ASN sont à même d’apporter un avis éclairé dans leur domaine respectif de légitimité. En fait, on tourne en rond depuis des années par manque de clairvoyance (ou de volonté politique) et les effets des non-décisions commencent à se faire sentir (ce n’est qu’un début).
    Article 4 : renforcer le contrôle du caractère valorisable des matières radioactives.
    Comm. : réaffirmons-le, l’uranium (qu’il soit appauvri ou de retraitement) et le plutonium ne sont pas des déchets mais des matières hautement valorisables, notamment dans la perspective de la montée en puissance de la 4e génération. Laquelle peut assurer notre indépendance énergétique à long terme, et est étudiée dans de nombreux pays. Rappelons également que l’ASN a pour rôle d’assurer la sûreté des installations nucléaires et non de définir les orientations stratégiques de la France en matière énergétique, dès lors que ces dernières respectent, précisément, la sûreté. Ce qui est le cas pour la gestion de ces dites matières.
    Article 5 : créer de nouvelles capacités d’entreposage centralisées.
    Comm. : oui, c’est urgent.
    Article 6 : introduire une nouvelle possibilité de dérogations ciblées pour les TFA.
    Comm. : OK, mais pourquoi se limiter aux métaux ? Il ne faut pas oublier les bétons qui représenteront un volume important lors du démantèlement des REP. Quant au seuil de libération, la France est le seul pays à ne pas en avoir. Même les Allemands en ont un !
    Article 7 : Continuer les recherches sur les déchets FA-VL.
    Comm. : OK, en gardant à l’esprit que dans FA-VL il y a FA (Faible Activité). Se garder de notre péché mignon qui consiste souvent à « surqualifier » les déchets.
    Article 8 : mise en œuvre du stockage de HA et MA-VL.
    Comm. : on attend quoi ? Le Parlement s’est prononcé en 2006, puis en 2016. L’Andra a apporté la démonstration de la sûreté du projet, qui démarrera par une opération pilote. Sauf à vouloir « asphyxier » le nucléaire par la gestion des déchets (sans conteste un objectif des antinucléaires), il faut maintenant y aller. Sinon, on va finir par croire qu’il n’y a plus d’homme d’État en France. Quant aux « solutions alternatives » (l’expression fait irrésistiblement penser au courant alternatif, cher à Nikola Tesla), cela fait des lustres que le débat est tranché, en France comme dans le Monde : la solution nominale est le stockage profond. L’entreposage de longue durée en surface revient à faire poser sur nos descendants la charge de gestion des déchets que nous avons créés pour nos propres besoins. Inacceptable éthiquement, d’autant que la réversibilité permettra à ces descendants de revoir le projet, s’ils estiment vraiment (?) avoir en vue une meilleure solution. Mais ce sera à eux de décider.
    Article 9 : définir le principe de gestion des résidus historiques de traitement et de conversion de l’uranium.
    Comm. : OK, sachant que les déchets miniers étaient présents au départ dans la nature, et qu’ils sont désormais débarrassés d’un de leurs composants : l’uranium (si on considère ce dernier comme une nuisance).
    Article 10 : renforcer la pris en compte des enjeux environnementaux, sanitaires et économiques.
    Comm. : bien sûr, mais en ajoutant la satisfaction des besoins énergétiques, le climat et l’indépendance nationale.

  •  Avis globalement favorable, par Yves Roinel , le 11 juin 2022 à 20h47

    Introduction : les « décision consécutive au débat public dans le cadre de la préparation de la cinquième édition du plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs » (sic) sont résumées ci-dessous en 10 points avec mes commentaires à la suite.

    <div style="line-height:0em;clear:both;"> </div>

    Article 1 : consultation du public avant la fin de l’année 2020.
    Sans commentaire. Nous sommes mi-2022.
    Article 2 : Passer la durée de 3 ans à 5 ans.
    Comm. : ça s’impose en effet. On pourrait même envisager 10 ans (sauf fait nouveau), dans la mesure où le sujet exige une stratégie de long terme.
    Article 3 : élargir la gouvernance. Nommer une personnalité indépendante du gouvernement et de l’ASN.
    Comm. : pourquoi pas en effet introduire des instances compétentes comme des ONG scientifiques (Sfen, SLC) ou des autorités indiscutables comme les Académies. Cela contrebalancerait la surreprésentation des ONG (ou OG) activistes antinucléaires. Cependant, plus la gouvernance est lourde, plus le processus décisionnel peut s’allonger. Et il ne faut pas oublier que l’OPECST, la CNE et l’ASN sont à même d’apporter un avis éclairé dans leur domaine respectif de légitimité. En fait, on tourne en rond depuis des années par manque de clairvoyance (ou de volonté politique) et les effets des non-décisions commencent à se faire sentir (ce n’est qu’un début).
    Article 4 : renforcer le contrôle du caractère valorisable des matières radioactives.
    Comm. : réaffirmons-le, l’uranium (qu’il soit appauvri ou de retraitement) et le plutonium ne sont pas des déchets mais des matières hautement valorisables, notamment dans la perspective de la montée en puissance de la 4e génération. Laquelle peut assurer notre indépendance énergétique à long terme, et est étudiée dans de nombreux pays. Rappelons également que l’ASN a pour rôle d’assurer la sûreté des installations nucléaires et non de définir les orientations stratégiques de la France en matière énergétique, dès lors que ces dernières respectent, précisément, la sûreté. Ce qui est le cas pour la gestion de ces dites matières.
    Article 5 : créer de nouvelles capacités d’entreposage centralisées.
    Comm. : oui, c’est urgent.
    Article 6 : introduire une nouvelle possibilité de dérogations ciblées pour les TFA.
    Comm. : OK, mais pourquoi se limiter aux métaux ? Il ne faut pas oublier les bétons qui représenteront un volume important lors du démantèlement des REP. Quant au seuil de libération, la France est le seul pays à ne pas en avoir. Même les Allemands en ont un !
    Article 7 : Continuer les recherches sur les déchets FA-VL.
    Comm. : OK, en gardant à l’esprit que dans FA-VL il y a FA (Faible Activité). Se garder de notre péché mignon qui consiste souvent à « surqualifier » les déchets.
    Article 8 : mise en œuvre du stockage de HA et MA-VL.
    Comm. : on attend quoi ? Le Parlement s’est prononcé en 2006, puis en 2016. L’Andra a apporté la démonstration de la sûreté du projet, qui démarrera par une opération pilote. Sauf à vouloir « asphyxier » le nucléaire par la gestion des déchets (sans conteste un objectif des antinucléaires), il faut maintenant y aller. Sinon, on va finir par croire qu’il n’y a plus d’homme d’État en France. Quant aux « solutions alternatives » (l’expression fait irrésistiblement penser au courant alternatif, cher à Nikola Tesla), cela fait des lustres que le débat est tranché, en France comme dans le Monde : la solution nominale est le stockage profond. L’entreposage de longue durée en surface revient à faire poser sur nos descendants la charge de gestion des déchets que nous avons créés pour nos propres besoins. Inacceptable éthiquement, d’autant que la réversibilité permettra à ces descendants de revoir le projet, s’ils estiment vraiment (?) avoir en vue une meilleure solution. Mais ce sera à eux de décider.
    Article 9 : définir le principe de gestion des résidus historiques de traitement et de conversion de l’uranium.
    Comm. : OK, sachant que les déchets miniers étaient présents au départ dans la nature, et qu’ils sont désormais débarrassés d’un de leurs composants : l’uranium (si on considère ce dernier comme une nuisance).
    Article 10 : renforcer la prise en compte des enjeux environnementaux, sanitaires et économiques.
    Comm. : bien sûr, mais en ajoutant la satisfaction des besoins énergétiques, le climat et l’indépendance nationale.

  •  Défavorable à ce projet de decharge, et défavorable à la dissémination des déchets radioactifs, par Me Sylviane Legros , le 11 juin 2022 à 19h18

    Tout est dans le titre
    Je ne comprends pas l’empressement de certains dans ces lignes : Seuls EDF et Orano y ont un intérêt? Pourquoi tous ces gens auraient autant hâte de libérer de la place à la Hague sans y avoir un intérêt personnel? Les militants atomiques seraient ils payés pour encenser une industrie mortifère???

  •  Oui à un PNGMDR mis en place le plus rapidement possible, par Le Brun , le 11 juin 2022 à 14h31

    Le PNGMDR ne remplit pas toutes les conditions pour une gestion optimisée des différentes catégories de déchets radioactifs et pour la production décarbonée d’énergie mais il constitue un point de départ important et nécessaire. Il doit commencer à être mis en œuvre le plus rapidement possible. Quoi qu’on en dise, les déchets nucléaires existent déjà en grande quantité et ils doivent donc être gérés le plus rapidement possible. Retarder la mise en place de solutions définitives par diverses actions comme de nouveaux comités et des demandes de nouveaux rapports n’est pas raisonnable dans la situation actuelle.
    Pour les déchets à haute activité et à vie longue, la solution du stockage dans les argiles s’impose et doit être mise en œuvre aussi vite que possible ; les observations sur le site, d’Oklo les résultats des simulations et la qualité des verres créés font que le stockage doit être mis en place. Si dans le futur une filière de multi recyclage de ces déchets se met en place pour produire de l’électricité, il restera dans le cycle suffisamment de déchets pour que le stockage géologique soit encore nécessaire. Pour les autres déchets, il faut garantir des capacités d’entreposage suffisants pour qu’ils ne soient pas un frein au développement de la production d’électricité nucléaire. En ce qui concerne les déchets à très faible activité avec une radioactivité mesurée inférieure à celle de nombreux produits naturels, il faut définir un seuil et banaliser tous ceux qui ont une radioactivité inférieure à ce seuil. Le niveau de radioactivité est une grandeur qui se mesure facilement et à tout instant et il n’y a pas de raisons de se priver de produits sous le prétexte fallacieux de leur production par une source radioactive.
    Pour décarboner l’énergie, l’électricité est le vecteur qu’il va falloir privilégier car elle peut être produite avec des sources décarbonées. Mais les énergies renouvelables ne suffiront pas seules. Elles présentent d’énormes variations de production avec des absences qui ne pourront être comblées que par des productions pilotables. Il en est de même pour la stabilité de la fréquence qui est actuellement garantie par l’inertie des machines tournantes. Les productions pilotables non carbonées d’électricité sont très limitées, ce sont l’hydraulique mais qui a un potentiel déjà largement exploité mais qu’il faut donc continuer de développer et le nucléaire. Il faut absolument se donner les moyens de développer aussi vite que possible le nucléaire pour limiter au mieux les effets de la transition énergétique

  •  Oui à un PNGMDT mis en place mle plus rapidement possible, par Le Brun , le 11 juin 2022 à 14h29

    Le PNGMDR ne remplit pas toutes les conditions pour une gestion optimisée des différentes catégories de déchets radioactifs et pour la production décarbonée d’énergie mais il constitue un point de départ important et nécessaire. Il doit commencer à être mis en œuvre le plus rapidement possible. Quoi qu’on en dise, les déchets nucléaires existent déjà en grande quantité et ils doivent donc être gérés le plus rapidement possible. Retarder la mise en place de solutions définitives par diverses actions comme de nouveaux comités et des demandes de nouveaux rapports n’est pas raisonnable dans la situation actuelle.
    Pour les déchets à haute activité et à vie longue, la solution du stockage dans les argiles s’impose et doit être mise en œuvre aussi vite que possible ; les observations sur le site, d’Oklo les résultats des simulations et la qualité des verres créés font que le stockage doit être mis en place. Si dans le futur une filière de multi recyclage de ces déchets se met en place pour produire de l’électricité, il restera dans le cycle suffisamment de déchets pour que le stockage géologique soit encore nécessaire. Pour les autres déchets, il faut garantir des capacités d’entreposage suffisants pour qu’ils ne soient pas un frein au développement de la production d’électricité nucléaire. En ce qui concerne les déchets à très faible activité avec une radioactivité mesurée inférieure à celle de nombreux produits naturels, il faut définir un seuil et banaliser tous ceux qui ont une radioactivité inférieure à ce seuil. Le niveau de radioactivité est une grandeur qui se mesure facilement et à tout instant et il n’y a pas de raisons de se priver de produits sous le prétexte fallacieux de leur production par une source radioactive.
    Pour décarboner l’énergie, l’électricité est le vecteur qu’il va falloir privilégier car elle peut être produite avec des sources décarbonées. Mais les énergies renouvelables ne suffiront pas seules. Elles présentent d’énormes variations de production avec des absences qui ne pourront être comblées que par des productions pilotables. Il en est de même pour la stabilité de la fréquence qui est actuellement garantie par l’inertie des machines tournantes. Les productions pilotables non carbonées d’électricité sont très limitées, ce sont l’hydraulique mais qui a un potentiel déjà largement exploité mais qu’il faut donc continuer de développer et le nucléaire. Il faut absolument se donner les moyens de développer aussi vite que possible le nucléaire pour limiter au mieux les effets de la transition énergétique