Projet d’arrêté ministériel portant dérogation, à titre expérimental, aux dispositions de destruction du sanglier (Sus scrofa) dans le département du Gard

Consultation du 22/12/2016 au 12/01/2017 - 461 contributions

Le projet d’arrêté ministériel modifie les arrêtés ministériels des 29 janvier 2007 et 3 avril 2012, pour permettre pendant un an et à titre expérimental le tir à l’affût et à l’approche pendant les mois d’avril et mai ainsi que le piégeage du sanglier sur les 68 communes appartenant aux unités de gestion sanglier n°10, 24, 25 et 26 définies dans le schéma départemental de gestion cynégétique du Gard en vigueur.

La consultation est ouverte du jeudi 22 décembre 2016 (11:00) au jeudi 12 janvier 2017 (14:00)

Vous pouvez laisser un commentaire en cliquant sur le lien ci-dessous.

Conformément au cinquième alinéa du II de l’article L. 120-1 du code de l’environnement, les observations du public pour cette consultation sont rendues accessibles au fur et à mesure de leur réception.
Les échanges font l’objet d’une modération a priori, conformément à la Charte des débats.

Partager la page

Commentaires

  •  Solution inefficace, le 11 janvier 2017 à 10h56

    La solution proposée ne réglera pas du tout le problème ! Il est nécessaire d’éradiquer le fléau que représente les sangliers aujourd’hui. Dans les communes rurales tous les jours se produisent des accidents de voitures, des jardins dévastés, etc…. Sans parler des accidents de chasse et ce n’est pas en donnant des périodes supplémentaires aux chasseurs que les choses s’arrangeront. N’oublions pas non plus "les viandeurs" ! Bref ce projet d’arrêté n’est pas du tout à la hauteur et ne servira à rien, sinon faire rager un plus les populations qui en ont ras le bol de se retrouver face à un sanglier sur la route ou dans leur jardin constamment. Et qui quand elles viennent sans plaindre à la Mairie se trouvent confrontées à l’impuissance de leur propre collectivité contre ce fléau !!! ALLONS MM les décideurs AGISSEZ EFFICACEMENT !!!

  •  Destruction des Sangliers dans le Gard, le 11 janvier 2017 à 10h52

    Je m’oppose à ce projet
    Les chasseurs prétende qu’ils Chasse mais ne le font pas !!! leur Congélateurs sont remplis à craquer
    Lorsqu’un propriétaire de terrains agricole leurs demande leur passage sur nos terrains …. ils trouvent toujours une excuse ou une autre pour ne PAS intervenir

  •  Sangliers…., le 11 janvier 2017 à 10h09

    Trop de morts, trop d’accidents sur nos routes… faites quelque chose. Merci

  •  Contre Il faut une vraie solution pas "du bricolage", le 11 janvier 2017 à 09h22

    La période de chasse, malgré les précautions prisent par la plupart des chasseurs (je pense…) en terme de sécurité, représente quand même un danger pour la population, il faut en être conscient. Étendre cette période au printemps est une très mauvaise idée sachant que cette période est propice aux balade en famille et randonnées en tout genre.
    Pourquoi confier à des associations ce problème ?
    Il faut chercher des solutions plus pérennes sur le long terme.
    (On peut peut être commencer par arrêter de donner à manger aux sangliers (pain, mais) comme on le voit régulièrement dans les bois)

  •  DEFAVORABLE AU PROJET - , le 11 janvier 2017 à 09h04

    Je vis dans un petit village du Gard. Lorsque j’interroge les anciens pour savoir comment ils s’y prenaient pour protéger leurs cultures des sangliers, ils me répondent qu’ils en voyaient rarement.
    Or, depuis quelques décennies, les chasseurs nourrissent les sangliers, les portées sont plus nombreuses, bref les chasseurs font en sorte qu’ils pullulent pour pouvoir s’amuser à les abattre.
    Je suis convaincue qu’il y a une autre solution que celle D’ENCORE PLUS DE CHASSE pour limiter la population des sangliers -
    ne serait-ce que préserver des zones de nature sauvage où on laisserait les animaux sauvages vivre à l’état sauvage.
    D’autre part, on parle ici des accidents causés par les sangliers MAIS PAS DES ACCIDENTS CAUSES PAR LES CHASSEURS. Adèpte de la randonnée, j’aimerais qu’il y ait plus de jours par an où je peux marcher sans avoir peur.
    Pour moi, les chasseurs sont la cause du problème, c’est surement pas eux qui vont y apporter une solution durable.

  •  pour, le 11 janvier 2017 à 09h02

    Pour l’expérimentation.
    Agriculteur dans un espace encore préserver des dégâts (plaine de nimes), j’ai vue pour la première fois des traces cette automne. Mes collègues payent déjà lourdement les dégradations du au sanglier. Il faut à tout prix contenir voir diminuer la population de sanglier dans le gard, sans quoi c’est l’agriculture elle même qui est menacé !

  •  CONTRE cet arrêté, le 11 janvier 2017 à 08h52

    Je suis contre cet arrêté car les chasseurs ont déjà 3 jours de chasse par semaine. Nous vivons à la campagne et avons clôturé notre jardin, cela a amplement suffi à stopper les dégâts !
    Nous serions déjà moins envahis si des silos de grains disséminés en forêt afin de les nourrir et donc faciliter leur prolifération, étaient détruits et soumis à une VRAIE interdiction.

    Nous sommes aussi conscients des probables accidents de la route causés par une traversée inopportune, mais nous avons beaucoup plus peur de nous faire tirer dessus lorsque nous sommes dans notre jardin…Des battues sont organisées juste au dessus de notre maison.

    Les mois d’avril et mai, sont en plus des mois où les gens sortent se promener davantage, les enfants jouent dehors…cela nous inquiète.

  •  avis favorable pour arrêter la prolifération des sangliers, le 11 janvier 2017 à 08h45

    Je suis favorable à toutes initiatives permettant de réduire la population de sangliers dans mon secteur (roquemaure,st Laurent des arbres).En effet je suis vigneron et constate les nombreux dégâts occasionnés par les sangliers aussi bien dans les vignes ( labour,perte de récolte,destruction des palissages et système d’irrigation),mais également dans les jardins privés(labour des gazons,destruction des systèmes d’arrosage).De plus un grand nombre d’accident sur la nationale 580 juste avant l’échangeur de roquemaure est du au sanglier.Entre le mois de septembre et décembre il y a eu environ un accident par jours du au sanglier,en témoigne les plaques de sang sur la route et carcasse dans les fossés.Vu leur nombre,Nous observons maintenant des sangliers dans la journée.cela devient catastrophique.

  •  arrêté ministériel destructions du sanglier, le 11 janvier 2017 à 08h29

    Cet arrêté est indispensable vue la prolifération du sanglier et les dégâts qui en découle.

  •  sangliers, le 11 janvier 2017 à 08h19

    cet arrête ne suffi pas il faut aider tous les exploitants agricole,pour protéger leur cultures .
    aider les associations de chasses et leur chasseurs à se développe (permis droit de chasses matériels de chasse ou équipement à être moins couteux).
    voir d’autre maniéré de chasse du sanglier . apprendre a réguler le sanglier sur territoire de chasse habituel toute l,année part un comptage et prélever le trop de sanglier.il existe un maillage d’associations de chasse de sanglier sur le Gard ,les possibilité peuvent être requise pour un comptage toute l année du sanglier de prélever par des pièges,ou tir précis de jour comme de nuit part les chasseurs de ces associations de chasse ,surtout quand il y as des dégâts connu
    autoriser de chasser le sanglier toute la semaine part équipe ou individuellement .
    ouvrir la saison de chasse du sanglier de 15 septembre jusqu’à mi avril .
    autoriser les tira a la chevrotine surtout en Cévennes.
    aujourd’hui au moment que j écrit j ai encore des sangliers qui font des dégâts sur mon exploitation,je vais être obligé de clôturer dans les bois terrasse et prairie combien que cela vas me couter ,en sachant qu’une harde de sanglier se moqueras de ma clôture.les chasseur impuissant qui passe a cote des sangliers sans les voir ou les sanglier vont tuer leur chiens .même aujourd’hui il devient dangereux de randonner a risque de se faire charger part un sanglier

  •  Une bande d’incapable !!!, le 11 janvier 2017 à 07h09

    Bonjour, agriculteur dans le Gard,j’exploitais 20ha de cerisiers de bouche et industrie.dans une zone de garrigues ou le parcellaire est très morcelé et de faible taille, donc difficile voire impossible d’assurer une protection efficace autre que par l’élimination du sanglier. Il y a 8 ans j’ai eu des dégâts énormes sur ces cerises de bouche et industrie. L’expert national a estimé ces dégâts à 20163 euros !!!. La fédération départementale des chasseurs du Gard m’a "royalement" octroyé 3120 euros en me soutenant qu’il fallait mettre des clôtures. Le même jour un agriculteur en culture biologique s’est vu responsable d’attirer les sangliers en mettant de l’engrais biologique !!!. A cette époque 20000 sangliers étaient abattus dans le Gard, aujourd’hui nous en sommes à près de 40000 et quant à moi j’ai arraché la quasi totalité de mes cerisiers, ne voulant plus avoir à faire à cette bande d’incapables.

  •  ne pas prolonger la chasse au sanglier, le 11 janvier 2017 à 06h40

    Il serait souhaitable qu’en premier lieu l’agrainage et la constitution de points d’eau en plein été soit rigoureusement interdit,
    prolonger la chasse pénalise l’ensemble de la population qui ne peut se promener dans les bois le week-end,
    il faudrait plutôt développer le piégeage

  •  Diminution significative de la population des sangliers, le 11 janvier 2017 à 06h30

    il est impératifs de diminuer considérablement la population de cet animal extrêmement nuisible pour les cultures.
    J’exploite un domaine 100% en agriculture biologique avec 50 ha de vignes et 100 ha de céréales.
    En 2016 la perte financière due aux sanglier est chiffrée à 28 000 euros pour la perte de récolte sur les vignes et 15 000 euros sur les céréales ( environ 4ha de vignes après comptage des pieds, 7ha de pois chiches complétement ravagés et 2ha de tournesol complétement ravagés aussi.)
    Malgré les clôtures et une protection rapprochées des cultures ( une personne pendant un mois la nuit en période de récolte, nous ne parvenons pas à endiguer le phénomène exponentiel aujourd’hui.
    Toute les mesures légales existantes sont complétement décalées, nous pouvons compter la nuit pendant la période des récoltes du raisin ou des céréales sur le domaine plusieurs groupes de plus de 20 sangliers la même nuit.
    En terme de perte financière cela bloque notre capacité d’investissement et met en péril année après année la pérennité de notre entreprise.

  •  favorable à ce decret, le 11 janvier 2017 à 06h23

    La fermeture des milieux est une des principales causes de la prolifération des sangliers dont la population est aujourd hui très problématique pour les dégâts relevés dans les cultures mais aussi malheureusement sur les vies humaines.
    toute action pouvant diminuer le nombre de sangliers est à expérimenter afin de choisir la plus efficace en prenant en compte l impact sur les autres espèces et bien sur aussi sur les amateurs de balade en garrigues.
    en plus des piégeages et des tirs il convient de rechercher d autres techniques pour ouvrir les paysages comme le sylvopastoralisme par ex.

  •  sangliers en cevennes, le 11 janvier 2017 à 03h36

    C’est une catastrophe le patrimoine pierres seches cevenol est entrain d’etre completement detruit par les hordes de sangliers.
    Un jardin non cloture sur terrasse est devenu impossible, les chemins en terre menant aux maisons detruient , sans comter le nombre d’accident en voiture , quasiment tous les conducteurs de voiture journaliers ont eu un acident avec un ou plusieurs sangliers. Je suis pour un piegeage et abattage systematique qui devraient etre mene sur plusieurs annees pour arriver a retrouver un equilibre.
    Les societes de chasse pourrait etre aide financierement par les communes, [le departement ruine n’en parlons pas] voir la region et l’etat

  •  ENFIN, le 11 janvier 2017 à 00h16

    Viticulteur gardois espère très fort que cet arrêté verra le jour. Je suis désolé pour les promeneurs et autres sportif fréquentant les bois et forêts mais pour ma part c’est de mon revenu dont il s’agit, je pense qu’il pourrait y avoir des efforts de fait notamment sur les jours de chasse (dans ma commune le mercredi, samedi et dimanche).
    Je tient a dire que ce n’est pas parce que je ne demande pas d’indemnisation que je n’ai pas de dégâts sur récolte surtout cette année et même sur vert.
    Je suis favorable au piégeage et je voudrais que certains chasseurs ne donnent pas a boire et a manger aux sangliers dans les bois a quelques centaines de mètres des vignes sous prétexte qu’ils vont descendre au village sauf qu’ils y viennent déjà et je ne parle même pas des routes.

  •  Absolument contre, le 11 janvier 2017 à 00h13

    Tout d’abord je voudrai pouvoir aller me promener avec mon chien.
    Chose impossible en temps de chasse.
    Et la période de chasse est longue.

    Les chasseurs ont croisé les sangliers avec des cochons - pour augmenter le nombre de naissances - car ils trouvaient qu’ils n’en avaient pas assez à chasser.
    Ensuite ils les ont nourris l’hiver (et le font encore).

    Et bientôt il faudrait les laisser chasser 9 mois sur 12 ?

    S’il y a trop de sangliers c’est à cause d’eux, les chasseurs ne pensent qu’à leur intérêt de chasseurs, très bien soutenus par les marchands de cartouches et de ce qui va avec.

    Alors arrêtez cette pantomime.

    Que les pouvoirs publics gèrent la prolifération des sangliers, et que le temps de chasse soit réduit, il y aura ainsi moins de risques d’accidents et les enfants et les chiens pourront courir dans les bois.

  •  il faut agir, le 10 janvier 2017 à 23h14

    Oui pour des tirs de nuit, uniquement ,et piégeages dans les périodes hors chasses
    cela toute l’année, pas seulement en avril et mai, avec arrêt des nourrissages ; ça suffit de voir des cochongliers roses et noirs se balader partout .Si on ne fait rien , une peste va se déclencher et détruira nos élevages porcins au passage !

  •  Favorable à cet arrêté, le 10 janvier 2017 à 23h01

    Je suis favorable à cet arrêté en raison de la dangerosité que présentent ces animaux sur nos routes.

  •  PROLONGATION TIR SANGLIERS, le 10 janvier 2017 à 22h03

    D’ACCORD POUR LE PROJET.
    les sangliers s’approchent des villages DE PLUS EN PLUS ;
    ILS SOULEVENT LES GRILLAGES DES JARDINS ET VIENNENT PIETINER ET ARRACHER LES PLANTES POUR MANGER LES RACINES.
    D’accord pour limiter leur nombre.

Sur le même thème