EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté suspendant la chasse du grand tétras en France métropolitaine pour une durée de cinq ans

Du 21/07/2022 au 10/08/2022 - 11490 commentaires

Ce projet d’arrêté a pour objet la suspension de la chasse du grand tétras en France métropolitaine pour une durée de cinq ans eu égard à la gravité de la situation de cette espèce.

Par une décision du 1er juin 2022, le Conseil d’Etat a enjoint le ministre chargé de la chasse de prendre avant le 15 juillet 2022 un arrêté suspendant la chasse du grand tétras sur l’ensemble du territoire métropolitain de la France pour une durée de cinq ans. Cette décision a été prise eu égard à la gravité de la situation de cette espèce, en mauvais état de conservation, afin de respecter les obligations qui découlent des objectifs de la directive 2009/147/CE concernant la conservation des oiseaux sauvages.

Pour la saison de chasse 2021-2022, la chasse du grand tétras n’a été autorisée dans aucun des six départements concernés. En effet, les arrêtés préfectoraux correspondants avaient fixé à zéro le quota des prélèvements autorisés. Cependant, le Conseil d’Etat a estimé que les mesures prises localement par les préfets dans le cadre de la gestion adaptative pour la saison cynégétique 2021-2022 n’avaient « par leur portée et leur durée, pas le même effet que la mesure de suspension susceptible d’être prise par le ministre chargé de la chasse sur le fondement de l’article R.424-14 du code de l’environnement ».

Le Conseil d’Etat indique : « compte tenu de la situation de l’espèce et dans l’attente d’éventuelles données nouvelles sur l’évolution de son état de conservation, il s’avère que la chasse du grand tétras n’est pas compatible avec le maintien de l’espèce et qu’il est nécessaire de la suspendre sur l’ensemble du territoire métropolitain de la France pendant une durée suffisante pour permettre la reconstitution de l’espèce dans les différents sites de son aire de distribution ».

Le Conseil d’État précise toutefois que "Une telle mesure pourra, le cas échéant, être abrogée avant son terme si de nouvelles données rendent compte d’une évolution suffisamment favorable de l’état de conservation du grand tétras."
Il est donc proposé de suspendre par arrêté ministériel la chasse du grand tétras sur l’ensemble du territoire métropolitain pour une durée de cinq ans à compter de l’entrée en vigueur du présent arrêté.

Ce projet a fait l’objet d’un vote défavorable lors du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage (comité consultatif rassemblant des représentants de chasseurs, des acteurs scientifiques et associatifs) du 20 juillet 2022.

La synthèse de la consultation du public, les motifs de la décision seront publiés en bas de page, ainsi que les textes publiés au Journal officiel de la République française.


Télécharger :

Commentaires
  •  Stop à la chasse d’espèces en voie de disparition. , par Loubes , le 11 août 2022 à 00h19

    Je suis contre la chasse d’espèces en voie de disparition donc pour cet arrêté.

  •  Favorable , par Jessica , le 11 août 2022 à 00h18

    Je suis pour la suspension de cette chasse, cette espèce va mal et est en fort déclin, il faut la protéger à tout prix

  •  Totalement favorable à la suspension de la chasse du grand tétras, par Steph , le 11 août 2022 à 00h16

    Je suis totalement favorable à la suspension de la chasse du grand tétras en France et

  •  Totalement favorable à la suspension de la chasse du grand tétras, par Ronca , le 11 août 2022 à 00h09

    Certains osent affirmer sur cette consultation qu’interdire la chasse d’une espèce, c’est « assurer le déclin de l’espèce en question », à grand renfort d’explications pseudo scientifiques. Quelle ineptie. Il ne suffit pas de savoir placer le mot « biotope » pour écrire quelque chose qui fait sens. La chasse en France n’a rien de « raisonné », elle est même une honte au niveau européen. Ici, on chasse des oiseaux protégés partout ailleurs. Laissez une chance à cette espèce de ne pas disparaître, comme tant d’autres, de cette terre qui, bien que beaucoup le nient, ne nous appartient pas. Elle nous héberge et nous sommes bien ingrats, pour ne pas dire cruels. Laissons le grand tétras en paix. Il y aura de toute façon des chasseurs pour transgresser les règles, et des autorités complaisantes pour fermer les yeux.

  •  Favorabne, par Nathalie67 , le 11 août 2022 à 00h09

    Je suis favorable pour un moratoire et l interdiction de chasser pdt 5 ans le grand tetras

  •  Favorable, par Jade , le 11 août 2022 à 00h08

    Je suis favorable à cette mesure de protection indispensable pour la survie de cette magnifique espèce. Protégeons nos tétras !

  •  Avis entièrement favorable , par Isabelle Souquières , le 11 août 2022 à 00h07

    Enfin une mesure pour la biodiversité et la protection de l’environnement !!

  •  Avis projet d’arrêté suspendant la chasse du grand tétras en France métropolitaine, par Gasc , le 11 août 2022 à 00h07

    Avis défavorable pour le projet d’arrêté suspendant la chasse du grand tétras en France métropolitaine

  •  Pour la suspension de la chasse au grand tétras, par FAURITTE LUTHY , le 11 août 2022 à 00h05

    Je suis favorable à ce que la chasse au grand tétras soit suspendue sur tout le territoire pour une durée de cinq ans.

  •  Protection , par Portemer , le 11 août 2022 à 00h04

    Favorable à l’arrêt de la chasse !

  •  AVIS FAVORABLE- simple, basique., par Xavier H , le 11 août 2022 à 00h03

    Avis favorable : l’espèce est en diminution globale à l’echelle nationale, donc on cesse les prélèvements inutiles, même lorsqu’ils paraissent dérisoires rapportés à un individu râleur vis à vis de ce projet. C’est mathématique et simple à comprendre.
    Nombreux sont les chasseurs argumentant protéger l’espèce et s’y intéresser grace a leur activité. Gageons qu’ils sauront faire une protection encore plus efficace en continuant les actions de terrain qu’ils avancent, mais sans prélèvements sur les prochaines années. Et voyons le résultat.
    La protection de la nature, ce n’est pas une activité qui fait que si on ne pratique pas, on ne s’y intéresse pas. C’est un combat qui ne doit pas faire l’économie d’une action pour du plaisir ou de la tradition, dans un contexte ou les pressions exercées par bien d’autres activités sont plus fortes qu’autrefois.
    On pourrait étendre la discussion à tous les GDM. Et à toutes les espèces sauvages non gérées par de la cynégétique en statut defavorable.

  •  Sauvons le grand tétras , par Lucile , le 11 août 2022 à 00h02

    Il est bien malheureux d’en arriver là ..devoir faire des pétitions pour sauver un animal en voie d extinction sur notre territoire français.. alors qu’il suffirait que ces hommes au besoin de trophées se questionnent sur la nécessité d anéantir une espèce rarissime..
    OUI POUR LA SUSPENSION DE LA CHASSE DU GRAND TÉTRAS

  •  Pour le moratoire sur la chasse et la protection du Grand Tétras, par Suzanne de Noblens , le 11 août 2022 à 00h02

    Ce moratoire de 5 ans pour la chasse aux Coq de Bruyères est essentiel à la survie de l’espèce en France car les effectifs et les naissances sont déjà très faibles. Ces oiseaux ont bien assez souffert des traques acharnées que lui livrent les chasseurs, son pire prédateur car lui, chasse sans faim et n’a que faire de la pérennité de l’espèce.

  •  Laissons décider les personnes compétentes !, par Ludovic P , le 11 août 2022 à 00h00

    J’ai parcouru avec attention et pendant plusieurs heures les avis sur cette consultation... Je n’y retrouve que des arguments envoyés à grand renfort de mails par les associations environnementales d’une part et les acteurs de la chasse d’autres part. Je regrette que l’immense majorité ne sache pas parler de cet oiseau magnifique qu’à travers les différentes rhétoriques servies par les uns et les autres. Il est évident dès lors qu’ils ne savent pas de quoi ils parlent mais pourtant ce nombre conséquent de personnes s’est exprimé ! C’est un peu comme les spectateurs et téléspectateurs d’un match de l’équipe de France de rugby qui se font plus compétents que le sélectionneur à la fin du match. Je doute là aussi que les personnes qui traiteront la consultation maîtrise les éléments concernant le grand tétras tout comme le conseil d’Etat...Seuls quelques hommes et femmes en France ont ce savoir, ces compétences, il s’agit de scientifiques et de quelques hommes de terrain. Je citerai parmi eux, Emmanuel Ménoni. C’est à mon sens le seul qui peut être écouté sur le sujet. Ses publications et ses recherches sur notre tétraonidé pyrénéen sont une référence. Il pointe bien les faiblesses de la population du massif pyrénéen mais également que la chasse tel qu’elle est organisée depuis une quinzaine d’années n’impacte en rien la population.
    Aux regrets de vous le dire, l’Etat n’a pas les moyens de suivre correctement les populations de grand tétras. Les agents de l’OFB sont trop peu nombreux (un peu moins d’une quinzaine dans les Hautes Pyrénées par exemple). Et quand on sait que leurs missions couvrent aussi bien la police de l’eau que celle de la chasse, les dégâts liés aux grands prédateurs et bien évidement le suivi de très nombreuses espèces... Tout ne peut être traité en profondeur en particulier le suivi de population et de sa dynamique sur des territoires vastes et escarpés accessibles après de longues heures de marche et avec de bonnes conditions météos. Ce ne sont pas les naturalistes du dimanche derrière leurs claviers qui assureront cette mission. Avoir des opinions, c’est important ! Passer à la pratique, c’est autre chose. Je vous invite à passer à l’action et sur la durée !
    A l’heure actuelle, beaucoup de données de terrain remonte des chasseurs de montagne (une poignée) qui ne comptent ni leurs heures, ni leurs efforts. Ils constituent qu’on le veuille ou non, un maillage indispensable pour la connaissance de l’espèce et surtout engagent des actions favorables à la pérennisation de la population.
    Soyons pragmatiques, l’Etat n’arrivera pas à mettre les moyens humains et financiers déployés par ces bénévoles de la chasse et de la montagne qu’ils connaissent et ce n’est pas les naturalistes aussi véhéments soient ils qui feront le boulot.
    En interdisant la chasse du grand tétras pendant 5 ans et certainement pour toujours, vous condamnez l’espèce à l’oubli et la disparition à moyen terme. Beaucoup s’émouvront de sa disparition au travers d’intervention comme dans cette consultation mais au final ces personnes qui déplorent la situation n’auront rien fait ! C’est un mal bien français.
    Je suis donc défavorable à cet arrêté.
    Un haut pyrénéen de terrain !

  •  Stop, par Dulaurent , le 10 août 2022 à 23h59

    Je suis favorable à l’arrêt de cette chasse qui ne me semble pas nécessaire

  •  avis favorable, par julie , le 10 août 2022 à 23h57

    je suis favorable à l’arrêt de cette chasse

  •  Il faut sauver le grand tétras, par D. Veuillet , le 10 août 2022 à 23h56

    Si on veut que l’espèce survive, il faut protéger intégralement le peu de spécimens qui restent. Toute autre décision serait irresponsable. La biodiversité connaît un effondrement sans précédent. On aimerait bien le rencontrer quand on se promène en montagne avec des jumelles, pas un fusil. Continuer à chasser une espèce en déclin, c’est de l’acharnement scandaleux.

    D.Veuillet, biogéographe

  •  Grand Tétras, par LAMY Catherine , le 10 août 2022 à 23h55

    On ne tue pas pour le plaisir une espèce emblématique, une espèce relique, en danger et en voie d’extinction !
    Toute action doit contribuer à la protéger. L’arrêt de la chasse en est une.
    D’autres actions seraient indispensables et complémentaires, comme le respect des zones d’hivernage, période où le grand tétras est particulièrement fragile !

  •  Stop hunting Capercaillies , par Elizabeth Seakins , le 10 août 2022 à 23h55

    Please protect capercaillies.
    They have a unique way of life.

  •  AVIS STRICTEMENT DEFAVORABLE AU PROJET D’ARRETE, par Maxence BOSSAERT , le 10 août 2022 à 23h54

    La chasse du grand tétras est la seule solution si l’on veut que l’espèce perdure durablement. En effet, les aménagements réalisés par les gestionnaires de territoires valent bien plus que les quelques prélèvements effectués en retour de ce travail quotidien de longue haleine ; le ratio bénéfices/risques est donc largement favorable au maintien d’une chasse modérée. Lutter contre la chasse d’une espèce mise à mal par de nombreuses modifications dans son biotope mais aucunement mise en danger par la chasse, c’est assurer le déclin de l’espèce en question. Ceux qui militent pour l’abolition de cette chasse devraient être poursuivis pour écocide. Jamais les moratoires de fermeture d’une espèce à la chasse n’ont permis de redresser les effectifs, preuve irréfutable qu’une chasse raisonnée, comme pratiquée dans notre pays, est bénéfique aux espèces quel que soit leur niveau de conservation.