PRÉVENTION DES RISQUES
 

Créosote : Projet d’arrêté relatif à la restriction d’utilisation et de mise sur le marché de certains bois traités

Du 18/06/2018 au 18/07/2018 - 26 commentaires

La créosote est utilisée exclusivement en Europe en tant que substance biocide pour des produits de « protection des bois ».

Cette substance est classée présumée reprotoxique, présumée cancérogène, présente une toxicité aiguë et chronique pour les organismes aquatiques de catégorie 1 (au titre du règlement CE 1272/2008 relatif à la classification, à l’étiquetage et à l’emballage des substances et des mélanges (règlement CLP)). Par ailleurs, comme la créosote contient des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), elle remplit les critères de substance Persistante, Bioaccumulable et Toxique.

Elle remplit ainsi plusieurs critères d’exclusion du règlement européen relatif aux produits biocides (UE) n°528/2012.
Les trois autorisations de mise sur le marché (AMM) de l’Anses, datant du 23 avril, permettent à trois demandeurs de traiter du bois avec de la créosote pour le seul usage de traverses de chemins de fer.

Cependant d’autres articles (comme les poteaux, les clôtures…) peuvent être traités dans un pays tiers, et circuler librement dans l’Union Européenne, rendant possible leur importation en France.

Afin d’éviter l’entrée sur le marché français de ces articles présentant des risques inacceptables et de prévenir toute distorsion de concurrence entre les producteurs des articles concernés, les Ministères de la Transition Écologique et Solidaire, de la Santé et des Solidarités, et du Travail proposent le projet d’arrêté ci-joint, objet de cette consultation publique.

Le projet d’arrêté pose le principe d’interdiction de la mise sur le marché national des bois traités à la créosote. Il permet une dérogation pour les bois traités à la créosote pour les usages qui ont été autorisés par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) par les autorisations de mise sur le marché (AMM) au titre du règlement européen relatif aux produits biocides.

Il prévoit également des dispositions temporaires pour la mise sur le marché et l’utilisation du bois traité à la créosote pour les usages de poteaux électriques ou de télécommunications, notamment sous réserve d’un "plan particulier".

A cet effet, le projet d’arrêté implique le calendrier suivant :

  • Date de sortie des AMM : 23/04/2018
  • Fin de mise sur le marché du produit biocide à usage traitement de poteaux de bois électriques ou de télécommunication : 20/10/2018 (180 jours après la sortie des AMM)
  • Fin d’usage du produit biocide à usage traitement de poteaux de bois électriques ou de télécommunication : 23/04/2019 (365 jours après la sortie des AMM)
  • Fin de mise sur le marché des poteaux de bois électriques ou de télé com : 23/10/2019* (18 mois après la sortie des AMM)

*Toutefois un "plan particulier", répondant aux conditions décrites dans le projet d’arrêté, pourra permettre d’obtenir des délais supplémentaires pour les personnes installant plus de 500 poteaux électriques ou de télécommunications en bois traité à la créosote par an.

Ce projet d’arrêté précise l’encadrement réglementaire relatif à la gestion des déchets de bois traités.

Le projet d’arrêté est mis à consultation du public jusqu’au 18 juillet 2018.

L’arrêté sera notifié à la Commission Européenne dès sa publication au JO, conformément à l’article 129 du règlement REACh.


Télécharger :

Commentaires
  •  Consultations publiques, par Wilda , le 2 septembre 2022 à 03h52

    Marvelous, what a webpage it is ! This webpage provides helpful data to us, keep it up.

    Check out my homepage - אתר ליווי (https://mysexlive.co.il/firt-time-anal-crying-but-strong/)

  •  Consultations publiques, par Lucia , le 19 août 2022 à 09h56

    What i don’t гealize iis in reality how you’re now not actually a lot more neatly-liked
    than yοu miɡht be now. You’re very intelⅼigent.
    Yօu realize therefore considerably relating to this topic,
    made me inn my view beⅼieve іt from a lot of ᴠaried angles.

    Itss lіke womеn and men aren’t fascinated unless it
    is ⲟne tһing tоo do with Womjan gaga ! Your own stuffs excellent.
    Always deal wіth it up !

    my website ... cinsel sohbet hattı (https://Sexnumarasi.com/sohbet-hatti/)

  •  Les consultations publiques du ministère de la Transition écologique, par Rachelle Bednall , le 26 avril 2021 à 17h51

    I really like what you guys are usually up too.
    This sort of clever work and coverage ! Keep up the fantastic works
    guys I've added you guys to blogroll.

    my website ; [blog->https://blog0ergerg4ghtrh.com]

  •  Les consultations publiques du ministère de la Transition écologique et solidaire, par Sally , le 23 décembre 2018 à 01h20

    Hi there it's me, I am also visiting this website daily, this website is in fact
    nice and the viewers are actually sharing fastidious thoughts.

    my webpage ... [Сialis->http://costofcial.com]

  •  Favorable à l’arrêté, par Fanny Rambaud , le 5 août 2018 à 13h53

    Non au créosote, polluant toxique supplémentaire à la liste déjà longue des polluants environnementaux

  •  Commentaires FNB, par MIVIELLE , le 18 juillet 2018 à 18h37

    Dans la ligne « Publics concernés » : modifier le terme « bois traités » par « bois traités à la créosote » ou « bois traité à base de créosote »

    Dans la ligne « Objet » : modifier le terme « bois traités » par « bois traités à la créosote » ou « bois traité à base de créosote »

    Dans la paragraghe « Notice » : modifier le terme « bois traités » par « bois traités à la créosote » ou « bois traité à base de créosote »

    Article 1 :
    Il faut modifier le terme « bois traité » par bois traité à base de créosote » ou « bois créosoté ».
    Il serait très pénalisant pour le secteur de la préservation des bois (traitement par trempage ou traitement par autoclave) que le terme « bois traité » soit employé dans cet arrêté pour désigner les « bois traités à la créosote », les « bois traités à base de créosote » ou les « bois créosotés ».
    En effet, ce terme désigne, dans le langage courant utilisé par les professionnels de la filière bois, l’ensemble des bois traités et pas uniquement les bois traités à la créosote.
    Ainsi, l’utilisation du terme « bois traité » peut, sortie de son contexte, être mal interprété par les utilisateurs finaux des produits bois. Il s’agit d’un terme trop générique.

    Article 2 :
    Il faut modifier le terme « bois traité » par bois traité à base de créosote » ou « bois créosoté ».
    Il faut modifier le terme « traitement du bois « par « traitement à la créosote du bois ».
    Plusieurs typologies de traitement du bois existent, il est donc obligatoire de préciser le type de traitement.

    Article 3 :
    A la lecture de l’arrêté, ce plan particulier n’est possible que pour les installateurs et non pour les injecteurs (entreprises qui traitent les poteaux à la créosote).
    Grâce à cet arrêté, nous comprenons que le Ministère autoriserait et soutiendrait les entreprises mettant en oeuvre des poteaux à importer des poteaux créosotés d’usines non sécurisées alors que dans le même temps les unités de traitement nationales à la créosote des poteaux ne seront plus autorisées à produire en France
    Une telle distorsion de concurrence serait pour nous inconcevable et un non-sens écologique.
    Si le gouvernement juge qu’il existe des alternatives économiquement viables elles doivent aussi s’appliquer aux entreprises « metteur en oeuvre ».
    A la date d’interdiction de la fabrication de poteaux créosotés en France, il faudra également interdire l’importation des poteaux créosotés et cela y compris dans le cadre de « plan particulier ».
    Il faudrait à minima :
    -  Que les injecteurs soient aussi autorisés à accéder à ce plan particulier
    -  Introduire dans le dispositif un partenariat installateurs – injecteurs français sur la durée du plan particulier demandé.

    Article 4 :
    Pour favoriser le recyclage et retraitement ultérieur, il faudrait inclure dans l’article 4 la possibilité aux fabricants (injecteurs) de reprendre les bois traités sans autre classement afin de les stocker, préparer, conditionner en vue de leur élimination dans les filières de valorisation énergétiques avec application du règlement sur les transferts de déchets. Cette disposition était précédemment reconnue par une circulaire du 17 mars 2003 relative à la nomenclature des activités liées aux déchets ainsi que de la circulaire DPPR/SDPD/BGTD/CE n°926 du 5 juillet 2001.

  •  Commentaires concernant le projet d’arrêté NOR : TREP1812089A, par Creosote Council Europe , le 18 juillet 2018 à 07h49

    Le Creosote Council Europe (représentant Bilbaina de Alquitranes, Spain, Rütgers Germany, Rain Carbon Belgium, Daw Bytom Poland, Koppers Denmark et KOPPERS International, Netherlands), répond par la présente à la consultation publique initiée par le Ministère de la Transition écologique et solidaire sur le projet d’arrêté relatif à la restriction d’utilisation et de mise sur le marché de certains bois traités du 23 avril 2018. Le Creosote Council Europe représente tous les producteurs européens de créosote.

    Nous constatons que les risques engendrés par les substances visées dans les mesures proposées ont déjà été considérés dans le Règlement européen concernant les produits biocides et le Règlement européen REACH et sont maîtrisés de manière adéquate par ce cadre réglementaire qui, d’autre part, permet aux Etats membres, pour des cas précis, de prendre des mesures de sauvegarde.

    Les mesures proposées vont au-delà desdites règles en vigueur et au-delà de ce que les Etats membres peuvent adopter en matière de mesures de mise en application

    Nous constatons également que les mesures proposées ont vocation à prévenir la distorsion de concurrence. Cependant, cela ne doit pas aller à l’encontre du niveau de protection établi par les règles BPR et REACH, et plus généralement par les règles relative à la libre circulation, selon lesquelles des mesures nationales ne peuvent pas interdire la mise sur le marché d’articles circulant légalement sur le marché d’un autre Etat membre.

    Par consequent, le Creosote Council Europe fait valoir que le projet d’arrêté relatif à la restriction d’utilisation et de mise sur le marché de certains bois traités ne peut être adopté sous sa forme actuelle.

  •  Demande d’assouplissement de l’arrêté relatif à la restriction d’utilisation et de mise sur le marché de certains bois traités., par granier , le 17 juillet 2018 à 16h17

    Dans le cadre d’une utilisation de travaux tels que délimitations de parking PL, boxes industriels, chemins de fer privés, retenues de massifs… ou le produit lui-même n’est pas en contact avec l’homme (et/ou l’espèce animale) pourquoi est-ce que son utilisation ne serait-elle pas tolérée?

    Un encadrement de leur utilisation n’est-il pas suffisant au regard des enjeux écologiques (quel serait le produit de substitution + écologique et pérenne ?) et économiques ?

    D’autres produits sont plus que « présumés » toxiques (le tabac par exemple) et pourtant aucune interdiction n’a fait l’objet d’un arrêté ! pourtant le taux de mortalité lié au tabagisme est avéré…

    Une certaine souplesse pourrait être envisagée dans cet arrêté.

  •  Demandes d’évolutions portées par SNCF Réseau , par B TORRIN _ directeur DD SNCF Réseau , le 17 juillet 2018 à 14h16

    a) Demande d’évolution n°1 – article 3 § I

    « Le bois traité à la créosote ayant été préalablement utilisé en tant que traverses de chemin de fer peut être réemployé par son détenteur pour ce même usage. »
    Nous demandons le retrait de « par son détenteur » : nous souhaitons garder la possibilité de revendre nos traverses déposées en bon état, pour un usage de traverses de chemin de fer, par exemple à des chemins de fer privés .
    b) Demande d’évolution n°2 – article 4 § I

    « La réutilisation, le recyclage , la valorisation, hormis la valorisation énergétique, de déchets de bois traité sont interdits. Ces interdictions s’appliquent quelle que soit la date à laquelle le traitement du bois a été effectué ».
    Nous demandons que cette phrase soit supprimée, en ajoutant le texte en bleu clair dans la phrase suivante :
    « Tout déchet de bois traité à la créosote, quelle que soit la date à laquelle a été fait ce traitement, doit être traité dans une installation autorisée à cet effet … »
    Nous souhaitons que l’arrêté fixe des objectifs de résultats et non de moyens. En l’état proposé de la rédaction, les filières de fin de vie sont prédéterminées à savoir la valorisation énergétique et l’enfouissement. Si à l’heure actuelle la valorisation énergétique est la filière dominante, ne nous interdisons pas par cette formulation de futures solutions innovantes et pertinentes.

    c) Demande d’évolution n°3 – article 4 § II
    « Par dérogation aux dispositions du I. ci-dessus, les déchets de bois traités à la créosote ayant été préalablement utilisés en tant que traverses de chemin de fer peuvent être utilisées pour l’usage de traverses de chemin de fer »
    Dans le même esprit que celui qui a présidé aux dernières évolutions de la charte d’engagement, acceptées par le MTES, nous demandons la réécriture de cette phrase. Les traverses qui sont réutilisées pour un usage de traverses ne passent en effet pas par la « case déchets ».
    Nous proposons le texte suivant : "les bois traités à la créosote ayant été préalablement utilisés en tant que traverses de chemin de fer peuvent être réutilisés pour le même type d’usage. Ils sont alors qualifiés de produits".

  •  Arrêté ULTRA-RESTRICTIF, par Véronique , le 17 juillet 2018 à 12h29

    Tout d’abord, cet arrêté n’est pas conforme au droit européen et au libre-échange.

    Cet arrêté est appliqué sur un principe de précaution et au vu d’une présumée toxicité !
    Quels sont les faits avérés de cette toxicité ?
    Combien de décès lié à la créosote ? Combien de décès lié à la cigarette ??? Pas de restriction de vente sur les cigarettes !!!!

    Les bois créosotés sont encadrés depuis des décennies pour certaines utilisations.
    Nous pensons qu’il y a une forte demande sur le marché de ce type de bois, de manières encadrées, à savoir :
    -  Réemploi : Domaines ferroviaires (privé et industriel), chemin de fer touristique, base travaux temporaires…
    -  Réutilisation et recyclage : piquet de clôture, parois de stockage, retenues massifs montagneux, boxes industriels, terrains de manœuvre de l’armée, stand de tir, délimitations de parking PL, aéroport, aménagement paysagers conforme à la législation…

    Il est clair que ces bois ne doivent pas être vendu à un particulier, pour éviter toutes mauvaises utilisations, et pour qu’en fin de vie ceux-ci soient encadrés par un circuit de traitement.

    La traverse de récupération est quant à elle utilisée depuis un siècle pour la réalisation de clôture et parcs à bestiaux.
    Ce matériau à été utilisé du fait de sa très longue durée de vie, de sa résistance mécanique et de sa résistance au pourrissement, et aussi pour le bien être des animaux en pâture qui ne les rongent pas !
    Si demain, ces traverses devaient être remplacées par des produits traités aux sels, cela représenterait un danger sanitaire et écologique au vu de l’impact CO² sur l’environnement que va générer la production, le transport, sans compter que ceux-ci devront être remplacer trois fois pour atteindre la même durée de vie qu’une traverse.
    C’est une hérésie totale !

    Il est important de prendre en compte tous les facteurs économiques, écologiques et sociétales, liés à cet arrêté ultra-restrictif !

    Nous vous invitons à vous rapprocher des services environnement de SNCF Réseau, qui travaillent depuis plusieurs années sur ce sujet.

    Nous réfutons catégoriquement cet arrêté avec un tel niveau de restriction, qui de plus n’est pas conforme aux lois européennes et au libre-échange.

  •  Usages particuliers de traverses de chemin de fer d’occasion, par NAIGEON , le 13 juillet 2018 à 12h45

    Veuillez trouver ci-dessous des usages particuliers des traverses de chemin de fer d’occasion :

    1) Les traverses de chemin de fer en bois sont remplacées progressivement par des traverses en béton/acier. Cela génère de grandes quantités de déchets de traverses en bois. Il semble que certaines entreprises avaient trouvé une utilisation pour ces déchets : faire du charbon de bois pour les barbecues. Cet usage avait créé scandale auprès des particuliers, car il y avait un risque de contamination à la créosote des denrées alimentaires cuites au barbecue.

    2) Dans un pays nordique, il y a quelques années, une association environnementale s’était opposé à travers un procès à ce qu’une entreprise récupère des traverses de chemins de fer inutilisées pour réaliser un pont en bois qui était destiné à être installé sur un chemin. L’association avait argumenté devant le tribunal que les usages des substances utilisées dans les traverses n’étaient pas conformes au dossier d’enregistrement REACH (règlement 1907/2006). Ce à quoi le tribunal avait tranché en faveur de l’entreprise, argumentant le fait que les traverses avaient été considérées comme un déchet et sortaient du cadre de REACH.

    3) Le projet d’arrêté ne semble pas préciser s’il s’applique aux particuliers. La définition de "Mise sur le marché" couvre-t-elle également les particuliers ? Car beaucoup de particuliers récupèrent des traverses de chemins de fer afin d’aménager leurs jardins (faire des marches d’escalier, délimiter des plates-bandes, créer une séparation, faire une terrasse). Ces usages expose également l’environnement à un risque de pollution.

    Les 3 points ci-dessus ont pour objectif de porter à votre connaissance, si ce n’est déjà fait, certains usages particuliers de la créosote, afin de vérifier si le projet d’arrêté les prend bien en compte pour limiter les risques sur la santé humaine et sur l’environnement.

    Cordialement,

  •  Clôtures en bois creosoté, par Coubard michele , le 13 juillet 2018 à 08h30

    Je vous remercie de prendre en compte le fait, que les chevaux mangent Le bois des clôtures ,qu’elles soient en pin ou en châtaigner sauf celles qui sont traitées au créosote .
    Le coût des clôtures en bois est très cher mais il garantit la sécurité des chevaux et il n’y a pour l’instant aucune alternative , mise sur le marché pour le traitement du bois , ayant une durée d’activité aussi longue que celle du bois créosoté .

  •  Interdiction créosote , par SCEA Mathieu , le 12 juillet 2018 à 17h59

    Le mieux est l’ennemi du bien

    Nous en aurons encore la démonstration avec cette interdiction envisagée.

    Faut-il envoyer à ces messieurs Des photos de blessures causées aux chevaux par des clôtures en fils ?

    C’est pourtant ce qu’il va se produire si il n’est plus possible d’entretenir les clôtures en bois

  •  Avis de France Nature Environnement , par Lepitre Charlotte , le 12 juillet 2018 à 15h35

    La créosote est un cancérogène génotoxique reprotoxique avéré. L’évaluation des risques pour la santé humaine liés à l’exposition à cette substance, effectuée par l’Anses, montre que les usages de ces produits pour le traitement des traverses de chemin de fer peuvent être acceptables étant donné la faible exposition de la population générale et des conditions d’emploi très encadrées en milieu professionnel. En revanche, lorsque la créosote est utilisée pour le traitement de poteaux électriques et de télécommunication, de clôtures, de palissades, etc., le risque est considéré inacceptable pour l’environnement et la santé humaine.
    France Nature Environnement s’oppose donc aux dérogations aux dispositions de l’article 2 de l’arrêté. La première dérogation prévoit que le

    bois traité à la créosote ayant été préalablement utilisé en tant que traverses de chemin de fer peut être réemployé par son détenteur pour ce même usage.

    Cette dérogation va à l’encontre des mesures qui seront prises par l’Anses, notamment en ce qui concerne les produits autorisés. La réutilisation de bois traités avec des produits contenant da la créosote n’étant plus autorisée par l’Anses, ces produits ne peuvent être réutilisés plus tard comme traverses de chemin de fer mais doivent être traités en déchèterie. Ceci est un manquement dans l’arrêté, il n’est nulle part fait mention de la manière dont traiter les produits après utilisation. France Nature Environnement recommande l’ajout d’un article précisant la nécessité d’acheminer le bois traité vers une déchèterie préalablement contactée, afin de les traiter convenablement.

    La deuxième dérogation prévoit que

    le bois traité à la créosote et destiné à être utilisé en tant que poteaux électriques ou de télécommunications, peut être mis sur le marché et installé jusqu’au 23 octobre 2019.

    Cette dérogation exposerait l’environnement et les riverains à des produits toxiques. France Nature Environnement s’oppose à cette dérogation et rappelle la recommandation de l’Anses qui est de ne pas autoriser du bois traité à la créosote outre pour les traverses de chemin de fer car le risque pour la santé et l’environnement est considéré comme inacceptable.

    Enfin, France Nature Environnement s’oppose formellement à la dérogation supplémentaire prévue pour

    toute personne installant plus de 500 poteaux électriques ou de télécommunications en bois traité à la créosote par an.

    Cette dérogation permet à ces personnes

    souhaitant bénéficier d’un délai supplémentaire (post Octobre 2019) de mise sur le marché ou d’installation de bois traités à la créosote, (d’)en fai(re) la demande aux ministres chargé de l’environnement, du travail et de la santé

    , ce qui est inacceptable. France Nature Environnement s’oppose à cette dérogation en raison des risques et des impacts que cela causerait à l’environnement et à la santé des riverains.

  •  creosote, par livenais , le 11 juillet 2018 à 22h31

    j espère que le créosote restera d actualité dans les années a venir c est la seule chose aujourd hui qui dure dans le temps qui permet de diminuer la déforestation dans l avenir et le seul bois qui permet au coltures équestres de tenir car c est le seul produit que les chevaux ne touchent pas

  •  Pas d’alternatives !, par PLUYMS , le 11 juillet 2018 à 19h05

    A ce jour aucune alternative de traitement n’existe pour une durée de vie de 20 à 30 ans. A part les bois exotiques !
    La créosote préserve le bois des morsures par les chevaux, aucune alternative n’existe !
    Les traverses de chemin de fèr peuvent continuer à être traitées parce que répondant aux normes mais pas les poteaux de clôtures alors que ce sont les mêmes normes !
    Les traverses de récupération seront interdites comme clôtures, on va les brûler et poser du bois exotique à la place, quel gâchis irresponsable !
    En quoi un poteau créosoté serait plus nocif que l’enrobé des routes utilisé partout .
    La filière de transformation du bois à besoin de délais beaucoup plus longs, pour écouler des stocks et changer de production.
    L’arrêté se base seulement sur des présomptions de toxicité, sans études ou preuves !
    A la différence des poteaux edf, Il n’y a pas de plan particulier pour les clôtures même avec des quantités de dizains de milliers, pourquoi cette différenciation ?
    Les clôtures bois sont des pièges à carbone, et grâce à la créosote pour longtemps et d’un cout abordable !

  •  Demande d’information, par M. Lemaire , le 11 juillet 2018 à 12h25

    Bonjour,

    Nous somme importateurs de bois de clôture créosotés
    Les prestations d’imprégnation sont réalisées à l’intérieur de l’ UE

    Ces produits sont revendus à usage industriel et/ ou professionnel, dans le cadre de la règlementation en vigueur

    A notre connaissance, à ce jour, nos clients ne disposent pas de produits de substitution équivalents

    l’article 3 du projet d’arrêté, autorise la mise sur le marché et l’installation de ces produits jusqu’au 23/10/2019

    Nous sollicitons vos services, afin d’obtenir un délai supplémentaire dans le cadre d’un ‘’ plan particulier’’
    pour la commercialisation de ce type de produits

    restant à votre disposition pour tout complément d’information

    Sincères Salutations,
    Kind Regards,
    Vriendelijke groeten
    Saludos Cordiales,
    Distinti Saluti,

    VALMETAL SAS
    11 rue de l’Europe
    59410 Anzin
    France
    Tel : +333 27 33 29 54
    Fax : +333 27 29 19 51

    ISO 9001

     Please consider the environment before printing any document

    Ce message et toutes les pièces jointes sont établis à l’intention exclusive de ses destinataires et sont confidentiels. L’intégrité de ce message n’étant pas assurée sur Internet, la société VALMETAL ne peut être tenue responsable des altérations qui pourraient se produire sur son contenu. Toute publication, utilisation, reproduction, ou diffusion, même partielle, non autorisée préalablement par VALMETAL, est strictement interdite. Si vous n’êtes pas le destinataire de ce message, merci d’en avertir immédiatement l’expéditeur et de le détruire.

    This message and any attachments are intended solely for the addressees and are confidential. VALMETAL may not be held responsible for their contents whose accuracy and completeness cannot be guaranteed over the Internet. Unauthorized use, disclosure, distribution, copying, or any part thereof is strictly prohibited. If you are not the intended recipient of this message, please notify the sender immediately and delete it.

  •  CEO Huet Bois-Simon Bois, par Huet Isabelle , le 9 juillet 2018 à 14h19

    Nous travaillons le bois depuis trois générations (entreprise créée par mon grand-père Georges Huet en 1948), en tant qu’exploitants forestiers et chaîne de découpe.

    Le bois est le cœur de notre métier, la production le centre de notre entreprise, nos hommes notre force. Nous aimons ce merveilleux produit qu’est le bois, matériaux noble, nous aimons la forêt. Nous sommes heureux de faire notre métier, proche de la nature. Nous avons à cœur le respect de l’environnement et exploitons les parcelles boisées en bon père de famille. Nous favorisons les circuits-courts (maximum un intermédiaire entre nous, producteur et la destination finale, en d’autres termes le bois placé) et nous nous approvisionnons de préférence localement.
    Parmi nos valeurs figurent également la satisfaction du client et la qualité.

    Les évolutions au niveau des traitements autoclave depuis quelques années (interdiction de l’Arsenic dans le traitement sel dans un premier temps, et demain du chrome) ont conduit à ce que le seul traitement autoclave actuel permettant une longévité du bois est la créosote.

    J’ai personnellement des interrogations par rapport à la durée de vie des bois traités au sel sans chrome.

    Nous voulons défendre notre secteur (= revenus pour les communes via les ventes de bois, emplois locaux, économie Belge et wallonne) et continuer à valoriser les bois de nos forêts en augmentant, grâce à l’imprégnation, la durabilité de nos résineux. Nous vendons du bois BELGE et le défendons contre l’utilisation de bois exotiques.
    En tant que citoyens responsables, soucieux du futur de la planète ; en tant qu’acteur économique et que chef d’entreprise, il est à mon sens beaucoup plus écologique d’utiliser du bois qui sera traité mais qui durera 20 ans plutôt que de déforester l’Europe de l’Est, l’Afrique et l’Amazonie, poumons de notre planète et impact CO2 très important inhérent au transport.

    Si des alternatives sont à l’étude et en phase de développement, la créosote reste la seule imprégnation durable aujourd’hui.

    D’un point de vue économique et écologique, il est d’après moi plus sensé d’opter pour des solutions de traitement permettant de plus que doubler la durée de vie du bois.

    Certains de mes partenaires ne veulent plus entendre parler du sel, pour avoir placé des clôtures ou fait des plantations d’arbres fruitiers avec des tuteurs traités au sel et pourris après quelques années : en effet, la pose coûte bien plus cher que le bois (sans même parler de placement plus coûteux comme celui des poteaux électriques).

    Dans certains pays, en Afrique, mais également en France, les bois sont attaqués par les termites et la créosote est le seul traitement qui empêche ces insectes d’attaquer le bois.

    Les clôtures équestres sont souvent créosotées parce que les chevaux mangent le sel. L’utilisation du sel en remplacement devra s’accompagner d’une électrification, qui en augmentera le coût.

    Enfin, pourquoi maintenir l’usage de la créosote pour les traverses de chemin de fer et non pour les poteaux ???

  •  Contre ce projet, par KROPP Emmanuel , le 9 juillet 2018 à 09h39

    Il n’existe aujourd’hui pas de produit alternatif à la créosote qui garantisse une durabilité de 20 à 25 ans.
    Il serait plus intelligent de travailler sur des alternatives avant de vouloir supprimer purement et simplement la créosote.

  •  La Créosote : un produit écologique !, par Jean Bureau , le 6 juillet 2018 à 16h39

    Pour les clôtures équestres le bois créosoté est la meilleure solution ! Tous les autres produits, pourtant toxiques sont ingérés par les chevaux qui en sont friands au dépend de leur santé ... Donc pour conserver de bonnes clôtures (indispensables pour la sécurité routière)et pour préserver la santé de nos équidés, conservons le droit d’importer des clôtures créosotées !
    De plus, rien n’est plus durable qu’une clôture créosotée ; 2 fois plus longtemps que les autres traitements ! La créosote préserve donc la nature en limitant la consommation de bois à clôture !
    Pour les traverses SNCF, il faut aussi maintenir la créosote ; les scieries de chêne françaises, malmenées par les exportations de grumes vers la Chine, ont besoin de continuer à alimenter ce marché !