EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projets d’arrêtés relatifs à la capture de l’alouette des champs au moyen de pantes et de matoles dans 4 départements de Nouvelle Aquitaine pour la campagne 2020-2021

Du 26/06/2020 au 17/07/2020 - 6723 commentaires

Les projets d’arrêtés définissent les quotas de prélèvement d’alouettes des champs (Alauda arvensis) autorisés pour la saison 2020-2021 à l’aide de pantes et matoles, moyens de chasse traditionnelle, dans quatre départements : Gironde, Landes, Lot-et-Garonne et Pyrénées-Atlantiques.

La France est concernée par plusieurs modes de chasse traditionnelle : la chasse des grives et du merle noir à l’aide de gluaux dans le Sud-est, la chasse de l’Alouette des champs à l’aide de pantes et matoles dans le Sud-ouest, la chasse des grives, merle noir, vanneau et pluvier doré à l’aide de filets et tenderies dans les Ardennes.

L’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "oiseaux", prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, le Ministre de la Transition écologique et solidaire autorise dans des conditions qu’il détermine l’utilisation des modes et moyens de chasse consacrés par les usages traditionnels, dérogatoires aux moyens généralement autorisés.

Sur cette base, cinq arrêtés ministériels du 17 août 1989 fixent les conditions particulières d’exercice de ces chasses pour l’utilisation de gluaux, de pantes, de matoles et de tenderie.

Ces textes renvoient à des arrêtés ministériels annuels la détermination de quotas par département ainsi que, le cas échéant, « la détermination de spécifications techniques propres à un département ». Dès réception de ces arrêtés ministériels et avant le 1er octobre, date d’ouverture de ces chasses traditionnelles, les préfets prennent les arrêtés d’autorisation individuelle.

Les quatre projets d’arrêtés maintiennent les quotas pour la saison 2020-2021 dans chacun des départements : Gironde, Landes, Lot-et-Garonne et Pyrénées-Atlantiques, au même niveau que ceux de la précédente période de chasse.

Ces projets ont fait l’objet d’un vote favorable lors du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage (comité consultatif rassemblant des représentants de chasseurs, des acteurs scientifiques et associatifs) du 26 juin 2020.

La synthèse de la consultation du public, les motifs de la décision seront publiés en bas de page, ainsi que les textes publiés au Journal officiel de la République française.


Télécharger :

Commentaires
  •  Je suis favorable au texte, par de trogoff , le 17 juillet 2020 à 08h55

    Je suis favorable au texte de loi

  •  Avis défavorable, par Maïwenn , le 17 juillet 2020 à 08h49

    Contre ce mode de chasse anachronique. La tradition n’est pas une excuse à la cruauté.

  •  Avis très défavorable pour les chasses "traditionnelles", par Bruno , le 17 juillet 2020 à 08h48

    Les "traditions" ne justifient en rien des pratiques ignobles et complétement dépassées.

    La nature sait se réguler toute seule, il n’y a pas besoin des chasseurs pour le faire, leur inefficacité avec les sangliers en est une preuve.

    Toutes ces chasses "traditionnelles" doivent être complétement interdites et sévèrement réprimées.

  •  Avis défavorable, par Marc H. , le 17 juillet 2020 à 08h48

    Je suis pour une remise en cause de pratique dites "traditionnelles" si elles ne prennent pas en compte l’évolution des milieux naturels. Je suis pour la régulation des espèces invasives mais contre une obstination aveugle sous mandat de "tradition". Ces pratiques pourraient perdurer si elles n’induisaient pas une augmentation de la pression sur ces dernières. Comme pour la forêt, pour un arbre adulte abattu, 5 jeunes pousses plantés. Là ce serait la création d’espaces nourricier protégés de toutes pressions directes ou indirectes grâce à l’obligation de créer au minimum 5% de haies fruitières sur les surfaces agricole + l’interdiction de vaporisation de produit phytosanitaire dans ces espaces et à leurs proximités immédiates (-30m).

  •  Contre cette chasse barbare , par Barrier Carmen , le 17 juillet 2020 à 08h42

    Non ! Arrêtez ces pratiques monstrueuses !Tenez compte de l’avis de milliers de personnes !Laissez la nature en paix !

  •  Avis favorable , par Alix Bresson , le 17 juillet 2020 à 08h35

    Priver de liberté une minorité de passionnés qui pratiquent des chasses traditionnelles empreintes de notre Vrai culture. Les passions sont la vie et en priver revient à une castration. Je partage un avis favorable.

  •  Défavorable , par Marie-Gabrielle Aldaz , le 17 juillet 2020 à 08h34

    Contre et défavorable à ce type de chasse cruel. Complètement anachronique compte tenu des enjeux de maintien de la biodiversité. Qu’elle rejoigne la liste des "traditions" barbares qui ont heureusement été abolies grâce aux progrès de la conscience humaine.

  •  Avis favorable , par Alix Bresson , le 17 juillet 2020 à 08h33

    Faut-il une civilisation lobotomisée par le numérique Et priver de liberté une minorité de passionnés qui pratiquent des chasses traditionnelles empreintes de notre Vrai culture. Les passions sont la vie et en priver revient à une castration. Je partage un avis favorable.

  •  Avis défavorable, par Burteaux , le 17 juillet 2020 à 08h30

    Chasse barbare
    Et arrêté impossible a contrôler a moins de mettre un gendarme derrière chaque chasseur..
    De plus cette tradition date d’une époque où la population animale n’était pas a un tel déclin
    En terme de régulation. Animale peut on aussi envisager la régulation du nombre de chasseurs
    La.chasse en France n’est plus un moyen de survie

  •  Contre, par Petit , le 17 juillet 2020 à 08h22

    A l’heure ou le declin de la biodiversité est une evidence prouvée les traditions barbares ne devraient plus exister, je suis totalement contre ce type de chasse

  •  Avis défavorable, par Sautron , le 17 juillet 2020 à 08h21

    Avis défavorable. Lamentable...

  •  Chasse en Nouvelle Aquitaine , par Arnaud Renouf , le 17 juillet 2020 à 08h17

    J’émets un avis défavorable concernant ces techniques de chasse. Je reste très étonné que ces modes de chasse puissent encore perdurer et que nos institutions prêchent pour les maintenir dans un contexte d’effondrement des populations d’oiseaux. Il n’y a aucun fondement scientifique qui pourrait laisser penser que ces pratiques sont utiles à la Biodiversité. D’une manière générale, tuer des animaux pour le plaisir me paraît complètement en déphasage avec la notion de bien-être animal.

  •  Avis favorable, par Chardon , le 17 juillet 2020 à 08h06

    Je donne un avis favorable.

    Laissons ces traditions se transmettre entre générations.

    Cette chasse fait partie du patrimoine culturel de nos territoires, la transmission de sa pratique entre générations participe à la cohésion des populations de nos campagnes.

    Chasses sélectives.

  •  STOP AU CARNAGE, par J. Kurtz , le 17 juillet 2020 à 08h03

    Je suis totalement opposé à ce type de chasse que rien ne justifie... Hormis, n’en déplaise aux "premiers écologistes de France", le plaisir pervers de tuer.

  •  AVIS DEFAVORABLE, par SIMON M. , le 17 juillet 2020 à 07h56

    L’utilisation de la glu devrait être interdite

  •  Avis defavorable , par Dupriez , le 17 juillet 2020 à 07h53

    Les pieges à glu devraient etre interdits !

  •  Avis TRES DEFAVORABLE ! , par GAVET Annabelle , le 17 juillet 2020 à 07h49

    Arrêtez de chasser au nom de la régulation. L’Homme est le pire régulateur qui existe

  •  Tradition , par Valentin , le 17 juillet 2020 à 07h27

    Avis favorable à cette pratique

  •  Stop au massacre des oiseaux , par Laurence Bozetto , le 17 juillet 2020 à 06h56

    Arrêtons ce massacre alors que les animaux sauvages se meurent. 98% de la biomasse est représentée par les humains et leur cheptel ! Ces pratiques de chasse sont illégales, Ce sont des violences volontaires et sadiques sur des êtres sentiments. Stop !
    Le silence de nos campagnes est assourdissant

  •  Avis défavorable , par Morel , le 17 juillet 2020 à 05h20

    Protégé la biodiversité, arrêté ces pratiques d’un autre temps