EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet de décret relatif à la période de chasse du sanglier en France métropolitaine

Du 20/09/2019 au 12/10/2019 - 8063 commentaires

Le projet de décret étend la période possible de chasse du sanglier au 31 mars dans le dispositif réglementaire fixé par l’article R.424-8 du code de l’environnement qui définit pour certaines espèces de gibier chassable les dates d’ouverture et de fermeture de la chasse.

L’augmentation continue des populations de sangliers en France depuis plus de 30 ans explique en grande partie l’augmentation des prélèvements (50.000 sangliers prélevés par les chasseurs en France annuellement dans les années 80, 500 000 en 2014, 700 000 en 2017, 760 000 en 2018).

80% des dégâts agricoles qui représentent plus de 30 millions d’euros par an sont imputables au sanglier. Le Plan National de Maîtrise du Sanglier (PNMS), en vigueur depuis 2009, regroupe à droit constant les différents outils réglementaires existants (chasse, classement « nuisible », louveterie) accessible au préfet dans chaque département afin d’améliorer la régulation du sanglier, et favoriser la disparition des « points noirs » (10% du total des communes où se concentrent 90% des dégâts agricoles).

La durée de la période de chasse est un des facteurs – clefs permettant d’optimiser la régulation du sanglier. À ce jour, le sanglier peut être chassé à l’affût, à l’approche ou en battue, avec ou sans chiens, du 1er juin jusqu’au dernier jour de février. La date précise dans chaque département est fixée par le préfet sans pouvoir dépasser le dernier jour de février.

Le présent projet de décret permet le tir du sanglier à la chasse jusqu’au 31 mars si cette date est retenue au niveau départemental.

Ces dispositions s’ajoutent aux dispositions existantes permettant le classement du sanglier comme « espèce susceptible d’occasionner des dégâts » (ESOD) et autorisant les propriétaires à faire usage de leur droit de destruction à tir du sanglier pour prévenir des dégâts agricoles.


Télécharger :

Commentaires
  •  avis favorable, par michel , le 12 octobre 2019 à 20h10

    trop de sangliers, trop de dégats,beaucoup trot chere pour les chasseurs car c’est eux qui paye les agriculteurs

  •  Contre ce projet d’arrêté, par Richard Sengermes , le 12 octobre 2019 à 19h56

    Non a ce projet d’extension de la période de chasse pour tirer des sangliers qui si ils ont proliféré ( nous sommes toujours en attente d’étude sérieuse à ce propos) ne sont que les victimes du nourrissage mis en place par les chasseurs depuis de nombreuses années ..c’est à eux de rendre des comptes et cesser ces pratiques plutôt qu’être dans le déni et dire que c’était comme ça avant mais plus maintenant.
    Les sangliers se réguleront trés bien si l’activité humaine cesse d’interférer dans un processsus naturel.
    L’état devrait davantage s’intéresser aux méthodes de certaines ACCA ou chasseurs locaux..de plus il serait stupide et préjudiciable de permetre cela en pleine période de reproduction ..laissez la faune sauvage tranquille déjà fragilisée par les périodes de sécheresse ,l’urbanisation et la période de chasse déjà suffisament longue et dangereuse pour les amoureux d’une nature vivante.
    Et pour info , le loup n’a pas étè réintroduit mais est revenu naturellement par les Alpes dans les années 90.
    D’ailleurs , laissons ces prédateurs naturels reprendrent leur place , laissons des meutes s’installer pour chasser ces gibiers ..la aussi l’etat doit cesser ces tirs aléatoires qui ne changent rien bien au contraire mais font le jeu des syndicats comme ici avec les sangliers où par complaisance on laisse certaines pratiques prospérer au détriment de l’équilibre naturel.

  •  non à l’extension de la période de chasse du sanglier, par MARTINEZ , le 12 octobre 2019 à 19h53

    La saison de chasse est déjà assez longue. Les chasseurs devraient
    arriver à réguler eux-mêmes la population de sangliers. Il ne faut
    pas oublier qu’ils ont aussi une vie familiale.

  •  Contre la prolongation de la période de chasse du sanglier en France métropolitaine, par Solenn LN , le 12 octobre 2019 à 19h52

    Je suis contre le projet de décret prévoyant la prolongation de la période de chasse du sanglier. Cette prolongation risque d’impacter toute la faune sauvage, en pleine période de reproduction. Par ailleurs, la chasse semble être inefficace dans la régulation des sangliers, peut être faudrait-il réfléchir à d’autres solutions (réintroduction de prédateurs naturels ?).
    Enfin, je suis également contre l’agrainage, contre l’élevage et contre l’importation de sangliers.

  •  Régulation des sangliers, par Mimi48 , le 12 octobre 2019 à 19h41

    La population de sangliers augmente.
    A nous chasseurs de réguler. Comment?
    Pourquoi ne pas classer le sanglier nuisible? (Tir de sélection).
    Au mois de mars, voir plus (semis tardifs en terre argileuse, maïs en lait).
    Donner l’autorisation de battue aux responsables des ACCA. (Lieutenant de louveterie pas toujours disponible pour une intervention très rapide).
    N’autoriser les battues qu’après constatation des dégâts par une autorité compétente. ( fédération, commission d’évaluation, garde particulier, etc...).
    Limiter le nombre de prélèvement.

  •  Projet de décret relatif à la période de chasse du sanglier en France métropolitaine., par Bernard BRUANT , le 12 octobre 2019 à 19h34

    Je souscris à 120/100 pour une prolongation de la période de chasse du sanglier jusqu’à fin Mars minimum afin de réguler cette population beaucoup trop abondante. Elle provoque des dégâts importants dans les cultures agricole et sylvicole ainsi que sur les routes dans notre région Centre Val de Loire très boisée.

  •  CONTRE LE PROJET D’EXTENSION, par Phlippe26 , le 12 octobre 2019 à 19h28

    Je suis absolument contre ce projet d’extension de la période de chasse.
    Ce serait nuire à l’ensemble de la faune en période de reproduction.
    Laissons la nature reprendre ses droits à partir du mois de Mars !

  •  Contre, par Thierry HARDY , le 12 octobre 2019 à 19h23

    Contre ce projet,
    Il faut que nos politiques arrête d’écouter la langue de bois des chasseurs, qui sont les responsables de l’extension du sanglier ou cochonglier ou sanglochon. Ont ne sait plus comment le nommé tellement il à été transformé par les chasseurs.
    Il faut savoir que c’est la fédération de chasse qui indemnise les agriculteurs, en fonction de critères bien définit (agriculteur chasseur et agriculteur non chasseur).
    Il faut également faire cesser l’agrainage des ces animaux (à l’aide de maïs) par ces mêmes chasseurs, et laisser le retour de leurs prédateurs.
    Il y en a marre de ces chasseurs qui font la pluie et le beau temps auprès des politiques.
    UN PEUT D’ENGAGEMENT Mesdames et Messieurs les politiques de tous bord
    STOP aux fusils dans la nature.

  •  défavorable, par Rorou , le 12 octobre 2019 à 18h53

    Je suis contre ce projet. Mettons en place d’autres moyens de régulation que la chasse !

  •  CONTRE la prolongation de la chasse, par DE BUCK , le 12 octobre 2019 à 18h42

    La chasse est dangereuse et inefficace, il serait judicieux de prendre d’autres mesures (interdiction d’agrainage, interdiction d’élevage ou d’importations de sangliers )

  •  CONTRE la prolongation de la chasse, par SONREL , le 12 octobre 2019 à 18h29

    La période d’ouverture est suffisamment longue , rajouter un mois dérangerait la faune en période de reproduction et les autres usagers de la nature.

  •  avis favorable, par theunis raymond , le 12 octobre 2019 à 18h10

    tout a fait d’accord pour la prolongation au 31 mars il faut arriver a les réguler.pour les anti-chasse ce sont les chasseurs qui entretiennent les pistes qu’ils utilisent.quand il n’aura plus de chasseurs dans les collines et que les loups auront manger tous le gibiers et tous les moutons car il n’y plus d’éleveurs dans les bois a cause des loups je défie quiconque d’aller se promener ou d’aller chercher des champignons dans les bois mais il sera trop tard pour se lamenter il n’aura plus de chasseurs pour tuer les loups si nos ancètres les ont exterminés vous croyez que c’était pour s’amuser? on marche sur la tete en france.on préfère nourrir les loups a coup de subvensions pour payer les dégats aux éleveurs plutot que faire payer les écolos qui ont lachés volontairement dans la nature sans se soucier des dégats causés et des futures conséquences qui seront certainement dangeureuses pour l’homme

  •  non a la prolongation de la chasse au mois de mars, par Chabert herve , le 12 octobre 2019 à 18h10

    les chasseurs ne sont plus les décideurs sur leurs ACCA avec la création des unités de gestion et la préfecture. La politique est de prélever plus de sanglier sans tenir compte de l’arriver du loup sur notre unités de gestion diminution important du mouflon et du chevreuil

  •  Projet de décret relatif a la période de chasse du sanglier en France métropolitaine, par André , le 12 octobre 2019 à 17h55

    Oui au prolongement de la période de chasse aux sangliers jusqu’au 31 mars dans les endroits ou les dégâts sont importants

  •  OUI A L’EXTENSION A LA PERIODE DE CHASSE, par JEAN-PIERRE 37 , le 12 octobre 2019 à 17h52

    Je vois mal une association de chasse communale, ou une chasse privée et ouverte, acheter des sangliers a 400€ pièce pour les relâcher dans la nature sachant qu’ils vont se disperser. L’achat d’animaux vivants peut concerner les parcs et enclos pour maintenir leurs cheptels à des fins commerciales.
    Vous aussi vous achetez des chiens, des chats pour les relâcher dans la nature et vous laissez le soin à la SPA de les entretenir.
    Les cochongliers : Il a été observé une laie franchissant les clôtures d’un élevage de porcs de plein air, pour se faire attraper par le verrat du parc, elle est repartie heureuse mais bien pleine. L’éleveur aurait dû l’abattre? Une manœuvre de chasseurs ou un incident ?
    L’agrainage : Il a été mis en place il y a une bonne dizaine d’années pour maintenir les animaux dans les forêts mais la manœuvre a échouée et se retourne contre les chasseurs qui en paient le prix aujourd’hui. Tout comme la réintroduction du loup qui tue 13 milles moutons par an et il faut indemniser les éleveurs.
    Les associations proposent une France sans chasse. Allez interroger madame PIACHAUD Manue éthologue suisse. Elle vous dira que la méthode n’est pas applicable à grande échelle, chiffre à l’appui et de plus ils ont les mêmes problèmes que nous.
    Je lis que du mépris, de la haine, le venin gicle de partout comme en politique, que de critiques et pas de propositions qui tiennent la route.

  •  Non à la prolongation en mars, par Marc NARCY , le 12 octobre 2019 à 17h46

    Ce sont les chasseurs qui sont responsables de la multiplication anormale des sangliers : lâchers d’animaux d’élevage parfois croisés avec des cochons domestiques, beaucoup plus féconds ; nourrissage en automne et hiver. S’ils veulent tirer, qu’ils aillent dans des stands de tir et qu’on interdise le nourrissage des sangliers (parcelles de maîs non récoltées et laissées en place ...). La nature n’appartient pas à ceux qui ont un fusil.

    La chasse, outre ses méfaits sur la faune en général, dure déjà trop longtemps en France. Cette activité présente un réel danger pour les promeneurs et admirateurs de la nature. Elle est en plus un vrai dérangement pour les animaux, même ceux non chassés. Prolonger les tirs en mars quand reviennent certains oiseaux migrateurs serait une abdication de plus des politiques devant une minorité nuisible.
    Alors NON à cette prolongation.

  •  Dr. vét., par MILLAN, Cornélia , le 12 octobre 2019 à 17h43

    Contre toute extension de la chasse, pas de chasse le dimanche. La nature n’est pas un champ de bataille.

    L’argument de la "chasse nécessaire"pour réguler la faune sauvage est fallacieux : élever des faisans, sangliers et autre gibier pour but de le tuer est une aberration qui frôle le sadisme, dans ce cas-ci. Une fois TOUT élevage de "gibier" arrêté, une fois la réintroduction des grands prédateurs réussi, on reparlera.

  •  pour la rolongation sous certaines conditions, par picot olivier , le 12 octobre 2019 à 17h38

    étant donné le cout des dégâts faits par les sangliers et financés par les chasseurs il est juste de laisser les chasseurs réguler les populations eux memes sans l’intervention des lieutenants de louveterie commandités par le prefet
    ces personnes se déplacent avec leur courre qui participe ainsi à une chasse gratuite.....
    ils couvrent du territoire sans trop connaitre les lieux et habitudes de cantonnement des sangliers
    ils réagissent souvent après le départ des compagnies...enclos vides
    ils ne respectent pas les laies meneuses provoquant souvent une dissemination des animaux
    je pense qu’il n’est du fait de ces courtisans pas tenu compte du respect de l’animal et n’engagent pas toujours de contrôle de tir ou recherche au sang ...n’ayant aucun frais à leur charge (bagues)
    si il est souhaitable de poursuivre la chasse du sanglier jusqu’au 31 mars , laissons le faire aux détenteurs de plans de chasse qui savent mobiliser leurs actionnaires aux lieux et opportunes , possèdent une bonne formation sur la sécurité et respectent "leurs" animaux

  •  avis favorable, par theunis raymond , le 12 octobre 2019 à 17h29

    tout a fait d’accord pour la poursuite de la chasse au mois de mars il faut arriver a baisser leur nombre. pour les anti-chasseurs s’il y a moins de sangliers les chasseurs s’arrèteront tout seuls et je réponts aussi a ceux qui ne veulent plus les chasseurs dans les collines que si on n’etait pas là ils y auraient longtemt qu’ils ne pourraient plus se prommener dans les bois car ce sont les chasseurs qui ont toujours entretenus les drailles qu’ils utilisent

  •  Contre la prolongation de la période de chasse du sanglier , par Grande , le 12 octobre 2019 à 17h09

    L’argument de la régulation avancé par les chasseurs est dénué de sens puisque la population de sangliers continue de croître malgré une pression de chasse de plus en plus forte. Il serait donc plus efficace de prendre d’autres mesures, telles : l’interdiction de l’agrainage, l’interdiction des élevages de sangliers et de la chasse en enclos (à cause du risque d’évasion) et l’interdiction de l’importation de sangliers venus de l’étranger, qui pose de grave problèmes sanitaires. Il faudrait aussi favoriser le développement des populations de grands prédateurs, qui se nourrissent de sangliers, et stopper la politique de tirs de prélèvements contre les loups.
    En outre permettre la chasse aux sangliers sur tout le territoire jusqu’à fin mars, c’est déranger toute la faune en période de reproduction, ce qui peut avoir de graves conséquences sur la biodiversité déjà fragilisée et prolonger la chasse avec de gros calibres c’est faire prendre des risques conséquents aux promeneurs au printemps, au vu des nombreux incidents et accidents recensés chaque année.
    Merci de votre attention.