EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projets d’arrêtés autorisant l’emploi de chevrotines pour le tir du sanglier en battues collectives dans les départements de la Haute-Corse et de la Corse-du-sud pour les campagnes cynégétiques 2020-2021, 2021-2022 et 2022-2023

Du 01/07/2020 au 22/07/2020 - 543 commentaires

L’usage de la chevrotine dans les garrigues et maquis présentent des avantages en termes de sécurité dans les conditions de tir rapproché.
Les chasseurs en Corse souhaitent renouveler leur autorisation arrivée à échéance, après 3 ans conformément à l’arrêté ministériel du 1er août 1986 relatif à divers procédés de chasse, de destruction des animaux nuisibles et à la reprise du gibier vivant dans un but de repeuplement.

Conformément à l’article 4 de l’arrêté sus-visé dans les départements présentant des formations de garrigues ou maquis, le ministre chargé de la chasse peut autoriser par un arrêté triennal, sur proposition du préfet, après avis du président de la fédération départementale des chasseurs, les conditions dans lesquelles l’emploi de chevrotines est autorisé pour le tir du sanglier en battues collectives.

Après la précédente autorisation de 2017 à 2020, les préfets de Corse-du-Sud et de Haute-Corse proposent au ministre de la transition écologique et solidaire de continuer l’usage de la chevrotine pour les trois ans à venir.
La munition est chargée de grenaille de plomb d’un diamètre supérieur à 4 millimètres dont le nombre de grains est inférieur ou égal à 24. Elle est autorisée uniquement dans le cadre de battues collectives comprenant au moins sept participants et pour le tir du sanglier.

Les présents projets d’arrêtés ministériels ont reçu l’avis favorable de la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage (CDCFS) et de la fédération départementale des chasseurs des deux départements corses

La synthèse de la consultation du public, les motifs de la décision seront publiés en bas de page, ainsi que le texte publié au Journal officiel de la République française


Télécharger :

Commentaires
  •  Avis DÉFAVORABLE, par Olivier PRIET , le 22 juillet 2020 à 23h14

    Après les chasses traditionnelles, des projets d’arrêtés pour éparpiller du plomb dans le milieu naturel … Bravo, quelle idée de génie ! ^^
    La toxité du plomb est connue depuis l’Antiquité !! Tout le monde ou presque sait ça, sauf apparemment le Ministère de la transition écologique, qui porte décidément bien mal son nom …

  •  CONTRE L’EMPLOI DE CHEVROTINES, par THIEMANN Christine , le 22 juillet 2020 à 20h41

    Le plomb est un métal toxique pour l’organisme et a des effets néfastes pour la nature, les animaux et l’homme. C’est un métal non biodégradable qui pollue la nature pendant des décennies voire des siècles ou des millénaires. La chevrotine présente un risque de blessures par ricochet, alors que les animaux visés ne sont pas tués mais blessés et peuvent agonir pendant longtemps. Ils peuvent aussi être ingurgités par d’autres prédateurs qu’ils intoxiques à leur tour.

    De nombreuses pays en Europe ont déjà interdit son utilisation, totalement ou partiellement. La France est encore une fois à la traîne. Je souhaite une interdiction pure et simple des grenailles de plomb dans notre pays, ce qui serait la meilleure solution.

  •  Contre l’utilisation de plomb , substance hautement toxique pour l’homme et les animaux, par Destouet , le 22 juillet 2020 à 19h22

    L’utilisation de plomb est une aberration alors que c’est un métal lourd hautement toxique qui donne des troubles nerveux et des lésions membranaires ! A l’heure où les délais d’attente pour les médicaments ont tendance à s’allonger , où même les pesticides plus ou moins dégradables sont plus sévèrement réglementés ( heureusement) comment peut on avoir le culot de proposer une telle mesure qui porte une atteinte grave et irréversible ( plomb et sels de plomb irrécupérables) à l’environnement !
    En tant que vétérinaire , je ne peux que me prononcer contre de tels projets parce que c ’est aussi une question de santé publique !

  •  CONTRE L’EMPLOI DE LA CHEVROTINE, par BLAZE , le 22 juillet 2020 à 18h34

    Un tir à la chevrotine a certes une portée plus courte, mais les risques pour la sécurité sont avérés(dispersion, ricochet notamment, un seul grain pouvant faire des dégâts)- Voir par exemple le rapport de l’Association nationale des chasseurs de grand gibier : https://www.ancgg.org/AD51/documents/rubd12_6254.pdf.

    En outre, elle ne permet pas de tuer sur le coup, ce qui est inadmissible : la régulation ne doit en aucun cas impliquer la souffrance des sangliers.

    Enfin, n’y a-t-il pas suffisamment de plomb dans les sols? N’y a-t-il pas suffisamment d’intoxication de la faune ? Voir par exemple les conclusions de l’Agence européenne des produits chimiques : https://echa.europa.eu/fr/hot-topics/lead-in-shot-bullets-and-fishing-weights

    Pour ces raisons, je suis contre cet arrêté.

  •  CONTRE LE PROJET LE PLOMB POLLUE LA NATURE, par william pillot , le 22 juillet 2020 à 15h25

    Bonjour ! Non à l’utilisation de chevrotines lors des battues barbares chasses au sanglier !!! Le plomb est une horreur pour l’environnement !

  •  favorable, par Hargues , le 22 juillet 2020 à 10h56

    Favorable à l’utilisation de la chevrotine

  •  Contre les projets d’arrêtés autorisant l’usage de chevrotines au plomb pour les battues au sanglier en Corse., par MALVEZIN Frédérique , le 22 juillet 2020 à 09h31

    Les effets néfastes du plomb sur la santé et l’environnement n’étant plus à démontrer, je ne comprends pas que son usage dans les munitions voie son autorisation prolongée d’année en année, d’autant que des alternatives existent.
    D’autres pays ont su limiter ou même interdire son usage. Jusqu’à quel degré d’empoisonnement de l’environnement faudra t-il aller avant de prendre les mesures qui s’imposent ?

  •  Avis défavorable projet arrêté autorisant l’emploi de la chevrotine , par Albert , le 22 juillet 2020 à 08h02

    Compte tenu des recommandations de l’Anses et de l’OMS quant à la toxicité du plomb dans la nature ainsi que dans la viande je ne comprends pas que l’on puisse envisager de permettre l’utlibation de chevrotine pour la chasse.
    En Europe la plupart des pays ont supprimé ou limité très nettement l’utilisation de la chevrotine pour des raisons de pollution et et de respect de l’animal.
    Je désapprouve formellement l’utilisation de la chevrotine
    cordialement
    Regine albert

  •  Défavorable, par Kriss , le 21 juillet 2020 à 23h14

    Je suis contre ces deux projets d’arrêté.
    L’utilisation du plomb pour les munitions est tout bonnement aberrant quand on sait à quel point il peut être néfaste pour l’environnement et les êtres vivants (polluant, non dégradable, neurotoxique...), sa toxicité n’étant plus à démontrer !
    De plus,la chevrotine est davantage susceptible de ne faire que blesser des animaux qui agoniseront avant de mourir, sans compter le danger qu’elle représente pour les humains du fait des risques de ricochet.

    Je suis totalement opposée à ce projet

  •  Projets d’arrêtés autorisant l’utilisation de chevrotines pour le tir du sanglier en Haute-Corse et Corse-du-sud, par Croce Dhondt , le 21 juillet 2020 à 21h40

    Je suis opposée aux deux projets d’arrêtés autorisant l’emploi de chevrotines chargées de grenaille de plomb pour le tir du sanglier pour les périodes 2020-2021, 2021-2022 et 2022-2023.
    En effet, l’OMS et l’Anses disent tous deux que le plomb est dangereux pour la santé (risque sur le cerveau, le foie, les reins), de plus ce métal n’étant pas biodégradable il reste dans la nature des décennies voire beaucoup plus et contamine donc la pyramide alimentaire (contamination d’animaux qui se nourrissant d’animaux blessés ou tués par des tirs de plomb).

  •  Avis défavorable, par Ludivine Mantel , le 21 juillet 2020 à 20h30

    Bonjour,
    Je suis contre ces 2 projets d’arrêtés car le plomb est très toxique et polluant. On en retrouve déjà partout dans la nature (30 à 200 ans pour se dissoudre !!!). Les animaux blessés par chevrotine agoniseront longtemps avant de rendre l’âme. De plus, il peut y avoir des accidents possiblement mortels par effet de ricochets avec la chevrotine.
    De nombreux pays ont déjà limités grandement ou interdit la grenaille de plomb.

  •  AVIS DEFAVORABLE POUR CES DEUX PROJET D’ARRÊTES, par Bonfanti , le 21 juillet 2020 à 19h35

    Avis défavorable pour ces deux projets d’arrêtés autorisant l’emploi de chevrotines (chargées de grenaille de plomb) pour le tir du sanglier en battues collectives dans les départements de la Haute-Corse et de la Corse-du-sud pour les campagnes cynégétiques 2020-2021, 2021-2022 et 2022-2023.

    Les effets néfastes du plomb pour la Nature, les Animaux et l’Homme ont été largement démontrés : selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), « il n’existe pas de seuil sous lequel l’exposition au plomb serait sans danger. […] Ce métal toxique pour l’organisme représente un risque pour le cerveau, le foie, les reins et s’accumule au fil du temps dans les dents et les os ».

    Nous savons depuis longtemps que c’est un PUISSANT NEUROTOXIQUE qui peut avoir des conséquences graves, même à très faible dose chez le fœtus et l’embryon. A tel point que
    L’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), saisie par la Direction générale de l’alimentation et la Direction générale de la santé, a publié le 23/03/2018 une expertise mettant en évidence une préoccupation sanitaire liée au plomb ; elle conseille notamment aux femmes en âge de procréer et aux enfants d’éviter toute consommation de viande de gibier sauvage “compte tenu des effets nocifs du plomb observés durant la période de développement fœto-embryonnaire et au cours de l’enfance”. Elle préconise par ailleurs, pour le reste de la population, de ne pas en manger plus de trois fois par an et RECOMMANDE AUX CHASSEURS NE PAS UTILISER DE MUNITIONS AU PLOMB.

    N’étant pas biodégradable, ce métal toxique reste accessible durant des décennies voire des siècles ou des millénaires à toutes les échelles et dans tous les éléments de la nature. C’est clair, LE PLOMB DE CHASSE CONTAMINE LA PYRAMIDE ALIMENTAIRE. Ceci est clairement démontré par le traçage isotopique du plomb, chez les Inuits notamment. C’est également une source de contamination d’animaux prédateurs ou charognards se nourrissants de mammifères ou d’oiseaux blessés par les tirs de plombs. Or, CHAQUE ANNÉE EN FRANCE, 8.000 TONNES DE GRENAILLES DE PLOMB ISSUS DE MILLIONS DE CARTOUCHES DE CHASSE SONT ÉPARPILLÉES DANS LA NATURE. Si ce projet d’arrêté venait à être signé, ce sont 24.000 TONNES DE GRENAILLES DE PLOMB QUI VIENDRAIENT CONTAMINER POUR DES SIECLES LA NATURE ET LA PYRAMIDE ALIMENTAIRE ! UNE FOLIE !!!

    Les chasseurs qui prétendent que la chevrotine est plus sécure, oublient de mentionner les risques de ricochets.qui en font une munition des plus dangereuses.

    La chevrotine est plus susceptible de blesser des animaux qui agoniseront avant de mourir. Mais ceci n’est certainement pas le premier souci des chasseurs.

    En Europe, la plupart des pays du nord ont légiféré sur la grenaille de plomb dans les années 90 : Danemark, Pays-Bas, Finlande et Norvège ont instauré une interdiction totale, Belgique Suède et Lettonie, une interdiction partielle. La Suisse, le Royaume-Uni, l’Espagne, Chypre, Israël et la Russie ont limité ou supprimé la grenaille de plomb.

    La vente et l’utilisation des munitions au plomb devrait être interdite en France, ceci en application du principe de précaution en raison la forte toxicité de ce métal. Des mesures de réglementation de l’usage de la grenaille de plomb doivent être prises au-delà des zones humides. L’interdiction pure et simple des grenailles de plomb dans notre pays étant de loin la meilleure solution.

  •  AVIS DÉFAVORABLES, par Gelin , le 21 juillet 2020 à 17h46

    Avis défavorables pour ces arrêtés et cette pratique dangereuse étonnamment permise au vu des morts déjà bien assez nombreux à cause de chasseurs, la forêt les garrigues sont devenues depuis quelques années leur propriétés privées et au vu de l inefficacité de la soi disante régulation de la population des sangliers par les chasseurs.

  •  Utilisation de la chevrotine pour la chasse, par Sberro , le 21 juillet 2020 à 17h32

    Compte tenu des recommandations de l’Anses et de l’OMS quant à la toxicité du plomb dans la nature ainsi que dans la viande je ne comprends pas que l’on puisse envisager de permettre l’utlibation de chevrotine pour la chasse.
    En Europe la plupart des pays ont supprimé ou limité très nettement l’utilisation de la chevrotine pour des raisons de pollution et et de respect de l’animal.
    Je désapprouve formellement l’utilisation de la chevrotine

    cordialement

    stephane sberro

  •  Avis défavorable pour ces deux projets d’arrêtés autorisant l’emploi de chevrotines (chargées de grenaille de plomb) pour le tir du sanglier en battues collectives dans les départements de la Haute-Corse et de la Corse-du-sud pour les campagnes cynégétiques 2020-2021, 2021-2022 et 2022-2023., par ALEXANDRE , le 21 juillet 2020 à 17h08

    Les effets néfastes du plomb pour la nature, les animaux et l’homme ont été largement démontrés et nous savons depuis longtemps que c’est un puissant neurotoxique qui peut avoir des conséquences graves, même à très faible dose, sur le cerveau, le foie, les reins et il s’accumule au fil du temps dans les dents et les os.

    L’Anses saisie par la Direction générale de l’alimentation et la Direction générale de la santé, a publié en mars 2018 une expertise qui met en évidence une préoccupation sanitaire liée au plomb. Elle conseille notamment aux femmes en âge de procréer et aux enfants d’éviter toute consommation de viande de gibier sauvage “compte tenu des effets nocifs du plomb observés durant la période de développement fœto-embryonnaire et au cours de l’enfance”. Comme elle préconise pour le reste de la population, de ne pas en manger plus de trois fois par an et recommande aux chasseurs ne pas utiliser de munitions au plomb.

    En Europe, la plupart des pays du nord ont légiféré sur la grenaille de plomb dans les années 90. Le Danemark, les Pays-Bas, la Finlande et la Norvège ont instauré une interdiction totale. La Belgique, la Suède et la Lettonie, une interdiction partielle. Quant à la Suisse, le Royaume-Uni, l’Espagne, Chypre, Israël et la Russie, ils ont limité ou supprimé la grenaille de plomb.

    Quand l’on sait qu’en France, chaque année, 8 000 tonnes de grenailles de plomb issus de millions de cartouches de chasse sont éparpillées dans la nature, on peut légitimement se demander pourquoi la vente et l’utilisation des munitions au plomb n’est pas interdite, et ceci en application du principe de précaution en raison la forte toxicité de ce métal. De même des mesures de réglementation de l’usage de la grenaille de plomb doivent être prises au-delà des zones humides.

    Enfin, un autre élément est important à prendre en compte à mon sens, c’est le fait que la chevrotine est très susceptible de blesser les animaux qui agoniseront avant de mourir.

  •  Projets d’arrêtés autorisant l’emploi de chevrotines pour le tir du sanglier en battues collectives dans les départements de la Haute-Corse et de la Corse-du-sud pour les campagnes cynégétiques 2020-2021, 2021-2022 et 2022-2023, par pascal Lambicchi , le 21 juillet 2020 à 17h05

    Avis favorable pour l’utilisation de la chevrotine en CORSE pour les trois années a venir.

  •  AVIS DÉFAVORABLE CONCERNANT LES DEUX PROJETS D’ARRÊTÉ AUTORISANT L’USAGE DE CHEVROTINES (CHARGÉE DE GRENAILLE DE PLOMB) POUR LE TIR DU SANGLIER EN BATTUES COLLECTIVES EN HAUTE-CORSE ET EN CORSE-DU-SUD POUR LES CAMPAGNES CYNÉGÉTIQUES 2020-2021, 2021-2022 ET 2022-2023., par Mireille Michaux , le 21 juillet 2020 à 16h40

    Qu’en 2020, en France, ce genre de débat ait encore lieu est tout simplement ahurissant. Alors que la dangerosité du plomb est de notoriété publique, et qu’elle s’est d’ailleurs, réinvitée dans l’actualité avec l’incendie de Notre-Dame, la France continue d’autoriser au lieu d’interdire par mesure de précaution les chevrotines à grenaille de plomb. Au passage, je trouve dommage que l’avis des FDC de Haute-Corse et de Corse-du-Sud ainsi que celui de LA CDCFS ne nous soient pas communiqués.

    Le rapport de l’ECHA publié en septembre 2019 est plus qu’éloquent à cet égard :

    - 30.000 à 40.000 tonnes de plomb par an en Europe dans des munitions de types variès.

    - 21.000 tonnes utilisées par es chasseurs, environ 7.000 tonnes en zones humides et 14.000 sur le terre ferme. Sans oublier les tirs sportifs qui déversent sur zones 10.000 à 20.000 tonnes de plomb par an. Si la répartition de contamination par pays n’est pas connue, il est tout fait plausible que la France avec environ 1.100.000 chasseurs soit en tête.

    Les résidus de plomb empoisonnent terres et eaux, le maquis corse ne fait pas exception à la règle. La contamination touche toute la faune. Les oiseaux, par exemple, de façon directe et indirecte pour ce qui est des prédateurs et charognards consommant des proies elles-même contaminées. Selon l’ECHA, un à deux millions d’oiseaux mourraient ainsi en Europe chaque année. Notre santé est aussi menacée en ingérant des animaux issus de la chasse contaminés au plomb. L’ANSES a d’ailleurs émis un avertissement quant à l’absortion de gibier tué avec des munitions à grenaille de plomb.

    C’est toute la chaîne alimentaire qui est concernées, notre biodiversité et notre environnement qui sont mis en danger et les autorités ne s’en émeuvent pas plus que cela alors que certains pays européens ont pris des mesures d’interdiction dès 1990. Considérant l’expérience de ces pays ou régions de certains états, elle démontre que les chasseurs, en particulier, ont su s’adapter sans problèmes particuliers de sécurité. Quant aux soi-disants ricochets, des études ont établi qu’il n’y avait pas plus de risques avec des munitions sans plomb qu’avec celles avec plomb. Il est par ailleurs assez étrange d’évoquer la sécurité alors que les accidents de chasse se sont multipliés ces dernièrs années.

    Les munitions contenant du plomb doivent être interdites vente et usage, partout en France. Les alternatives existent et sont utilisées chez nos voisins. La toxicité du plomb est un problème qui est notre affaire à tous. Principe de précaution et préservation doivent donc prévaloir.

  •  Avis défavorable, par Sophia , le 21 juillet 2020 à 09h51

    Le plomb est un neurotoxique puissant. Dispersé dans la nature où il empoisonnera les autres espèces qui l’ingèreront par erreur, dans l’eau, il contribuera non seulement à polluer les sols mais à rendre malade la faune, et ce durant des millénaires, puisqu’il n’est pas biodégradable. Son usage a d’ailleurs été interdit dans les pays du nord de l’Europe, lesquels sont entrés dans le 21ème siècle...

  •  Avis défavorable, par Mougin Isabelle , le 21 juillet 2020 à 09h29

    Non à la dispersion du plomb dans la nature.

  •  Avis défavorable aux deux projets d’arrêtés autorisant la chevrotine, par Lavande , le 21 juillet 2020 à 06h40

    Il est impensable et irresponsable même d’émettre l’idée de tel projets, alors que le plomb pollue et contamine l’eau et le sol et par voie de conséquence les animaux et l’homme.
    Il ne faut pas qu e de tels projets aboutissent