EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté ministériel fixant la liste des amphibiens et des reptiles protégés sur l’ensemble du territoire national et les modalités de leur protection

Du 31/10/2019 au 01/12/2019 - 2264 commentaires

Les objectifs de la révision de l’arrêté ministériel du 19 novembre 2007 fixant les listes des amphibiens et des reptiles protégés sur l’ensemble du territoire national et les modalités de leur protection sont multiples.

Il s’agit :

  • d’adapter le statut de protection des espèces à leur état de conservation et à la responsabilité patrimoniale de la France pour ces espèces (l’actualisation de la liste rouge des espèces menacées reptiles et amphibiens de France métropolitaine a été publiée en 2015) ;
  • de prendre en compte l’évolution de la connaissance scientifique, notamment en termes de taxonomie et de nomenclature des espèces (la liste des espèces d’amphibiens et de reptiles de France métropolitaine a été actualisée et validée le 31 janvier 2018 par le Comité de validation Muséum national d’Histoire naturelle/Société Herpétologique de France),
  • de protéger les habitats pour certaines espèces ;
  • de corriger des erreurs en soustrayant les espèces non indigènes, voire absentes.

Le projet prend également en compte l’évolution de la réglementation (CITES, faune sauvage captive).

Neuf espèces voient leur protection renforcée :
Pour une protection intégrale

  • Pelodytes punctatus (Daudin, 1803) : Pélodyte ponctué
  • Rana pyrenaica (Serra-Cobo, 1993) : Grenouille des Pyrénées
  • Pelophylax perezi (Seoane, 1885) : Grenouille de Pérez
  • Pelophylax kl. grafi (Crochet, Dubois, Ohler & Tunner, 1995) : Grenouille de Graf
  • Timon lepidus (Daudin, 1802) : Lézard ocellé
  • Natrix astreptophora (Seoane, 1884) : Couleuvre astreptophore
  • Natrix maura (Linnaeus, 1758) : Couleuvre vipérine

Pour la protection des habitats. La destruction des spécimens reste possible pour des raisons de sécurité.

  • Vipera aspis (Linnaeus, 1758) : Vipère aspic
  • Vipera berus (Linnaeus, 1758) : Vipère péliade

Huit espèces sont supprimées de l’arrêté, étant introduites ou non présentes en France, ou parce qu’il s’agit d’une sous-espèce d’une espèce déjà protégée :

  • Triturus carnifex (Laurenti, 1768) : Triton crêté italien
  • Speleomantes [Hydromantes] ambrosii (Lanza, 1955) : Spélerpès brun
  • Discoglossus pictus (Otth, 1837) : Discoglosse peint
  • Rana iberica (Boulenger, 1879 : Grenouille ibérique
  • Testudo graeca (Linnaeus, 1758) : Tortue grecque
  • Podarcis sicula (Rafinesque, 1810) : Lézard sicilien
  • Chalcides chalcides (Linnaeus, 1758) : Seps tridactyle
  • Pelophylax lessonae bergeri (Günther in Engelmann, Fritzsche et Obst, 1986) : Grenouille de Berger. Sous-espèce de Grenouille de Lessona qui reste protégée à l’article 2 du projet d’arrêté.

On peut souligner enfin des évolutions pour les espèces suivantes :

  • Hyla molleri Bedriaga 1889 : Rainette ibérique. C’est un nouveau taxon récemment élevé au rang d’espèce.
  • Iberolacerta aranica (Arribas, 1993) : Lézard du Val d’Aran, Iberolacerta aurelioi (Arribas, 1994) : Lézard d’Aurelio, Iberolacerta bonnali (Lantz, 1927) : Lézard de Bonna. Ces 3 espèces étaient confondues antérieurement dans l’espèce Lézard montagnard pyrénéen A. monticola.
  • Bufo spinosus Daudin 1803 : Crapaud épineux. C’est une sous-espèce du Crapaud commun Bufo bufo élevée au rang d’espèce.
  • Chalcides striatus (Cuvier, 1829) : Seps strié. C’est une sous-espèce du taxon Chalcides chalcides élevée au rang d’espèce qu’il est important de protéger (Chalcides chalcides est retiré du nouvel arrêté, n’étant pas dans son aire de répartition naturelle).
  • Anguis veronensis Pollini, 1818 : Orvet de Vérone. C’est un nouveau taxon récemment génétiquement identifié en France, anciennement pris en compte sous le nom de Anguis fragilis.

La consultation est ouverte du jeudi 31 octobre 2019 au dimanche 1er décembre 2019.

En application du dernier alinéa du II de l’article L. 123-19-1 du code de l’environnement, les observations du public pour cette consultation sont rendues accessibles au fur et à mesure de leur réception.
Les échanges font l’objet d’une modération a priori, conformément à la Charte des débats.


Télécharger :

Commentaires
  •  Pour la protection totale de tous les reptiles et grenouilles., par Rigoulet Michel , le 22 novembre 2019 à 19h12

    La méconnaissance et la crainte irraisonnée d’une grande partie de la population envers les serpents entraînent encore et toujours leur destruction sans distinction bien qu’ils soient protégés.Les vipères sont de plus en plus rares. Leur dangerosité est largement surestimée. Autoriser leur destruction nuirait à tous les reptiles. Je suis contre cet article.
    Quant aux grenouilles, la destruction de leurs habitats et les pesticides entraînent déjà leur déclin partout. La distinction des différentes espèces est très délicate et leur pêche devrait être interdite.

  •  Contre cet arrêté, par Gaëtan Mineau , le 22 novembre 2019 à 19h00

    Bonjour,

    Les espèces voyant leur statut de conservation dégringoler devraient passer de l’article 3 à l’article 2, tels que les crapauds commun et épineux ou le Lézard vivipare.

    Il est inacceptable, en 2019, que les vipères soit dans l’article 4 sous prétexte de dangerosité. Il serait temps de changer de mentalité face à ces espèces de plus en plus rares. De plus, cette article va entrainer la destruction de nombreux individus d’autres espèces dû à des erreurs d’identifications.

    Il en est de même pour les grenouilles en article 5 qui doivent également passer en article 2.

    Le message doit être simple mais fort, tous les amphibiens et reptiles sont protégés.

    Cordialement

  •  Raisons de sécurité. , par DUFRECHOU , le 22 novembre 2019 à 18h57

    La destruction des spécimens reste possible pour des raisons de sécurité en ce qui concere la vipère aspic et la vipère péliade :
    Nombre de morsures par an? Nombre de décès liés à ces morsures? Date du dernier décès?

    Chien : Nombre de morsures par an? Nombre de décès liés à ces morsures? Date du dernier décès?

    Quand on comparera ces chiffres, on en conclura que l’on peut tuer tous les chiens qui approchent notre domicile?

    J’aurai pu poser les mêmes questions avec les guêpes mais j’ai trop peur qu’il soit décidé des campagnes d’éradication de ces insectes...

  •  Non à la destruction des vipères aspic et péliade ainsi qu’aux prélèvements de grenouilles , par Prunelle , le 22 novembre 2019 à 18h56

    ces espèces ne sont pas abondantes. Les vipères fuient et n’attaquent pas l’homme. Nous avons besoin de cette diversité. Des pays voisins les protègent.
    Nous n’avons plus besoin de nous nourrir de grenouilles. Leur présence régulent certains insectes posant problème comme les moustiques. Leur habitat est grignoté par l’urbanisation galopante la disparition des zones humides, le réchauffement climatique et les sécheresses de plus en plus rapprochées qu’il induit.

  •  Pour la protection intégrale des reptiles et amphibiens non exogènes, par André , le 22 novembre 2019 à 18h41

    Cet arrêté comporte de graves lacunes : Permettre la destruction des vipères en invoquant un motif de sécurité est fallacieux et laisse la porte ouverte à leur disparition : L’usage des pesticides et du tabac tue bien d’avantage, pourtant ils ne sont pas interdits ! Ne pas protéger intégralement les grenouilles vertes ou rousses équivaut à favoriser la destruction de leurs habitats, qui se réduisent pourtant comme peau de chagrin.

  •  non à la destruction d’espèces en déclin .. vipères , grenouilles , par cousteix , le 22 novembre 2019 à 18h36

    Habile pour flatter les habitants des champs et leur faire avaler des traités , mais une hérésie pour tous les autres

  •  Je suis pour la protection de ces espèces , par Gournay , le 22 novembre 2019 à 18h23

    Stop au massacre de notre biodiversité. Je suis pour la protection des amphibiens et autres

  •  Une 6eme crise d’extinction ? Essayons de ralentir le processus svp , le 22 novembre 2019 à 18h12

    Les espèces disparaissent 100 à 1000 fois le rythme normal... des espèces qui sont menacées,que ce soit à l’échelle mondiale ou bien nationale ! Ce qui donne des responsabilités à la France ! Essayons de bien faire les choses svp.. nous mettons des milliers d’euros dans la préservation de certaines espèces en limite d’aire de répartition alors que les espèces comme la vipère peliade et aspic, la grenouille verte et rousse sont en danger et nous autorisons respectivement la destruction ou bien la pêche?
    Pour travailler avec les vipères, elles ne sont pas dangereuses, elles ont un venir qu’elle peuvent transmettre via morsure mais seulement lorsqu’on va les embêter... peu de cas de morsures sur des animaux domestiques ou des Hommes... et si vous sensibilisez les gens à la nature plutôt que de la détruire ?

  •  Pour une protection intégrale de tous les amphibiens et reptiles , le 22 novembre 2019 à 18h08

    Bonjour,
    La révision de cet arrêté était attendu mais malheureusement il ne répond pas aux attentes et ne semble pas tenir compte de la liste rouge des amphibiens et reptiles.
    Il faut une protection intégrale de tous les amphibiens car les aménageurs, agriculteurs jouent sur le statut des espèces pour continuer de détruire les mares avec l’aval des DREAL.
    Les vipères sont menacées dans la plupart des régions où elles sont présents il n’est pas logique qu’elles ne soient toujours pas protégées. Il faut dé-diaboliser les serpents, les morsures restent très anecdotiques et concernent le plus souvent une manipulation volontaire de l’animal.
    En conclusion, je demande la protection intégral de tous les amphibiens et reptiles de France (individu et habitat) en intégrant toutes les espèces à l’article 2 du projet de loi.

  •  Pour la protection totale des amphibiens et des reptiles en France , par Jean-Michel DRAMARD , le 22 novembre 2019 à 17h53

    Autoriser la destruction des vipères c’est mettre en danger l’ensemble des serpents et c’est conforter les peurs inappropriées vis à vis de ces animaux.
    Pour les grenouilles,la destruction intense des zones humides les fragilise grandement, leur protection est donc indispensable.

  •  Pour la protection intégrale de toutes les espèces d’amphibiens et reptiles, par celdel , le 22 novembre 2019 à 17h46

    Je demande la modification et le renforcement de cet arrêté ministériel qui accorde arbitrairement des statuts de protection insuffisants à plusieurs espèces.
    40% des reptiles et 60% des amphibiens sont en déclin en France. Protégeons-les tous intégralement !
    Pas de pêche et de commercialisation de la Grenouille rousse qui fragilise ses populations.
    Pas de pêche et de commercialisation de la Grenouille verte trop souvent confondue avec des espèces protégées.
    Non à la possibilité de détruire des individus de Vipère aspic et Vipère pléiade, 2 espèces en très mauvais état de conservation.

  •  NON à la destruction des vipères , par MICHEL Jean , le 22 novembre 2019 à 17h44

    Elles sont là et elles ne dérangent personnes. LAISSER LES VIVRES EN PAIX.

  •  Protégeons les vipères et pas que !, par Rémi Senfami , le 22 novembre 2019 à 17h14

    Pour une protection totale des vipères au même titre que la Couleuvre vipérine d’autant plus que les populations de Vipère péliade souffrent particulièrement des changements climatiques actuels et de la destruction/fragmentation d’habitats. Les vipères ne représentent en aucun cas un danger et les accidents sont rares. Il faut plutôt renforcer la sensibilisation et promouvoir le respect (qui passe par la non manipulation) des espèces sauvages en particulier.

    Les grenouilles vertes doivent toutes être protégées au même titre afin d’éviter d’une part d’éventuelles destructions d’habitats (potentiels ou non) communs à toutes les espèces du groupe et d’éviter la confusion et donc la destruction (triste d’employer ce terme pour du vivant) accidentelles d’espèces à enjeux.

  •  Protégeons les vipères et pas que !, par Rémi Senfami , le 22 novembre 2019 à 17h13

    Pour une protection totale des vipères au même titre que la Couleuvre vipérine d’autant plus que les populations de Vipère péliade souffrent particulièrement des changements climatiques actuels et de la destruction/fragmentation d’habitats. Les vipères ne représentent en aucun cas un danger et les accidents sont rares. Il faut plutôt renforcer la sensibilisation et promouvoir le respect (qui passe par la non manipulation) des espèces sauvages en particulier.

    Les grenouilles vertes doivent toutes être protégées au même titre afin d’éviter d’une part d’éventuelles destructions d’habitats (potentiels ou non) communs à toutes les espèces du groupe et d’éviter la confusion et donc la destruction (triste d’employer ce terme pour du vivant) accidentelles d’espèces à enjeux.

  •  Protégeons les vipères, par Rémisansfamille , le 22 novembre 2019 à 17h02

    Pour une protection intégrale des vipères au même titre que la Couleuvre vipérine !

  •  Protection totale de la biodiversité , par Clarance Mont , le 22 novembre 2019 à 16h32

    Alors que les humains se sont multiplié par 8 en 200 ans et que ces méme humains sont responsables de la disparition de tant d’espèces animales (et vegetales) comment peut on encore aujourd’hui se permettre de se poser la question de laisser ou non en vie certaines espèces ? Il semble évident que nous sommes là dans l’aberration . Cette planete a la chance d’avoir la particularité d’être riche d’une multitude de formes de vies ,est ce que nous voulons supprimer cette particularité au profit de notre seule espece ? Je suis pour la protection totale de la biodiversité ,pour l’équilibre qu’elle représente et qu’il serait aberrant de rompre

  •  Protection totale de la biodiversité , par Clarance Mont , le 22 novembre 2019 à 16h30

    Alors que les humains se sont multiplié par 8 en 200 ans et que ces méme humains sont responsables de la disparition de tant d’espèces animales (et vegetales) comment peut on encore aujourd’hui se permettre de se poser la question de laisser ou non en vie certaines espèces ? Il semble évident que nous sommes dans l’aberration . Cette planete posséde la particularité d’être riche de tant de formes de vies ,est ce que nous voulons supprimer cette particularité au profit de notre seule espece ? Je suis pour la protection totale de la biodiversité ,cette chaine qu’il serait aberrant de rompre

  •  Arrêtons les autorisations de destruction des vipères et de pêches des grenouilles, par De Blas , le 22 novembre 2019 à 16h06

    Protégeons intégralement les espèces d’amphibiens et de batraciens !

  •  Plus d’homogénéité dans la protection, par HARNAY Véronique , le 22 novembre 2019 à 16h01

    Si plusieurs améliorations sont apportées par ce projet d’arrêté, il présente des incohérences et demeure insatisfaisant sur les aspects suivants :

    - Autoriser la destruction des vipères aspic et péliade au motif du risque de morsure est fallacieux. Les rares cas d’envenimation sont très bien pris en charge par les services médicaux et l’acte de tuer une vipère expose justement au risque de morsure. Les deux espèces de vipères doivent être strictement protégées. De plus, Au regard du risque de confusion, continuer à autoriser la destruction des vipères aspic et péliade représente un risque pour les autres espèces de serpent qui sont quant à elles protégées.

    - La Grenouille verte est un hybride entre la Grenouille de Lessona et la Grenouille rieuse, toutes deux protégées et ne peuvent donc être ni capturées, ni détruites. Or, il est impossible de faire la distinction entre les trois espèces. De même, il est très difficile de faire la distinction entre la Grenouille rousse et la Grenouille agile (Rana dalmatina), qui elle est intégralement protégée. Le risque est donc grand de pêcher finalement une espèce protégée. La destruction et la capture des grenouilles doivent être interdites.

  •  Non à toute destruction de reptiles, par soudan , le 22 novembre 2019 à 15h56

    Pourquoi nos autorités en matière de biodiversité demandent elles encore et toujours plus de textes permettant une extermination totale de toutes les espèces vivantes, car il faut bien le savoir on en est arrivé là en France !

    Pourquoi la main sur le cœur appeler les autres pays à respecter la vie quand nous lâchons la bride à tous les flingueurs de notre "beau pays" ? Faites ce que je dis pas ce que je fais !

    Quand comprendrez vous qu’il y en a marre de voir un État se comporter comme un tueur en série ?

    Pourquoi cette haine de la vie messieurs les Hauts Fonctionnaires du soit disant ministère de l’écologie ?