EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté relatif à la suspension de la chasse de la barge à queue noire en France métropolitaine pendant la saison 2019-2020

Du 03/07/2019 au 25/07/2019 - 7057 commentaires

{}
Le projet d’arrêté propose pour la saison 2019-2020 une reconduction de la suspension de la chasse de la barge à queue noire jusqu’au 30 juillet 2020.

{}
La barge à queue noire est classée « vulnérable » sur la liste rouge France et « quasi menacée » sur la liste rouge mondiale de l’UICN. Elle fait l’objet d’un plan international dans le cadre de l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA). Ce plan a été renouvelé en décembre 2018 pour une période de 10 ans. Il interdit la chasse dans tous les pays.

C’est pour tenir compte de ce plan international que le ministre en charge de l’écologie a décidé par arrêté du 1er août 2018, de prolonger d’un an le moratoire sur la chasse de la barge à queue noire, soit jusqu’au 30 juillet 2019. Cette période fait suite à deux périodes de suspension de la chasse : de 2008 à 2013, de 2015 à 2018.

Le ministre en charge de l’écologie a mis en place en janvier 2019 un comité d’experts sur la gestion adaptative. Avant le 30 juillet, date de fin du moratoire, il a demandé à ce comité de lui fournir un avis relatif à la gestion de la barge à queue noire.

Dans son avis en date du 13 mai 2019, le Comité d’experts a préconisé un quota de 210 individus pour la seule sous-espèce islandaise, chassable en novembre et décembre. En effet, la sous-espèce continentale étant en mauvais état de conservation, toutes les mesures doivent être prises pour ne pas prélever d’oiseaux de cette sous-espèce, d’où la mesure de restriction sur les deux derniers mois de l’année.

Cependant, compte tenu du renouvellement en décembre 2018 du plan international de l’AEWA pour une période de 10 ans, qui interdit la chasse dans tous les pays, seule une révision de ce plan permettrait d’examiner la possibilité de chasser des individus de la sous-espèce islandaise.

C’est pourquoi, le projet d’arrêté soumis à la consultation du public propose pour la saison 2019-2020 une reconduction de la suspension de la chasse de la barge à queue noire jusqu’au 30 juillet 2020.

Ce projet a fait l’objet d’un vote défavorable lors du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage (comité consultatif rassemblant des représentants de chasseurs, des acteurs scientifiques et associatifs) du 2 juillet 2019

La synthèse de la consultation du grand public est disponible au lien ci-dessous.


Télécharger :

Commentaires
  •  Totalement défavorable , par Leclerc Charlotte , le 25 juillet 2019 à 14h22

    La préservation du vivant et de la biodiversité devrait être une priorité ! Ces consultations montre bien que le public est contre ! Mais sommes nous entendus? Il semble qu’une minorité de chasseurs a toujours le dernier mot,

    Non à toute chasse

  •  LE MORATOIRE DOIT ETRE RECONDUIT POUR 3 ANS MINIMUM, par Charlotte LAISNEY , le 25 juillet 2019 à 14h20

    En raison du déclin prononcé de la sous-espèce continentale de Barge à queue noire (Limosa limosa), l’ensemble des pays de la voie de migration se sont engagés dans le plan international d’action de l’AEWA, reconduit en décembre 2018 pour une période de 10 ans, à ne plus ni chasser la sous-espèce continentale, ni la sous-espèce islandaise (L. l. islandica) de Barge à queue noire. Le Comité d’expert, dans son avis, donne une possibilité aux chasseurs de prélever 300 individus de la sous-espèce islandaise en limitant la période d’ouverture de la chasse à novembre décembre pour minimiser le risque de prélever des individus de la sous-espèce continentale. Le ministère, selon ses obligations internationales, a préféré renouveler d’un an le moratoire sur la chasse de l’espèce juste pour avoir le temps de renégocier son engagement à l’international. Ceci n’est pas assez : le moratoire doit être reconduit sur une durée minimale de 3 ans. Les dernières saisons de reproduction de la Barge à queue noire en Islande ne sont pas rassurantes pour la population qui pourrait suivre le déclin de la population continentale. Les pressions et menaces que connaissent les limicoles prairiaux en Europe commencent à sévir également en Islande. Cette population qui a fortement progressé en profitant du changement climatique ne semble plus dans la même dynamique.

    C’est donc un quota ZERO sur 3 ans (et non 1 an) qu’il faut instaurer pour ne pas nuire à la conservation de l’espèce.

  •  Avis défavorable , par Nicole Arrasse , le 25 juillet 2019 à 14h15

    Protégeons le vivant

  •  Avis favorable, mais 3 ans, par Raffaël Aye , le 25 juillet 2019 à 14h14

    Il faut 3 années de suspension de la chasse de la Barge à queue noire. On ne peut pas chasser une sous-espèce uniquement, l’autre sous-espèce sera forcément atteinte aussi.

  •  Avis défavorable , par Nicole Arrasse , le 25 juillet 2019 à 14h13

    Sauvons le vivant plutôt que participer à son extinction !

  •  Pour une interdiction DEFINIVE de la chasse !, par Olivier Ganneval , le 25 juillet 2019 à 14h10

    En ces temps de perte de la biodiversité voir d’une sixième extinction de masse. Quand 80% des insectes et 30% des oiseaux ont disparu de nos campagnes il est incompréhensible et criminel de continuer à flatter l’instinct meurtrier d’une minorité de personnes !

  •  Avis défavorable , par Bécart fabien , le 25 juillet 2019 à 14h06

    Bonjour, je donne un avis défavorable à ce projet d arrêté car il faut prendre en compte toutes les populations de barges a queue noire présentes dans les différents pays européens...

  •  Contre , le 25 juillet 2019 à 14h02

    La barge à queue noire : nous sommes CONTRE cet arrêté qui ne prend pas en compte la sous espèce islandaise qui est en plein développement et qui pourrait, sans crainte, faire l’objet d’un prélèvement de 600 oiseaux du 1er octobre au 31 décembre. Ne laissons pas le moratoire se prolonger trois années de plus !

  •  Pour la suspension de la chasse de la barge à queue noire, par Cécile Vuillemet , le 25 juillet 2019 à 13h58

    Il est plus que temps de prendre les mesures nécessaires pour protéger ce qui reste de biodiversité sur notre planète. Stop aux loisirs destructeurs, de façon définitive. Les quotas ne sont pas une solution : pour mémoire, la barge à queue noire est classée « vulnérable » sur la liste rouge France et « quasi menacée » sur la liste rouge mondiale de l’UICN.

  •  AVIS FAVORABLE, par Delphine , le 25 juillet 2019 à 13h57

    Arretons le massacre et laissons le vivant s’épanouir dans cette si belle nature !

  •  AVIS FAVORABLE, par Delphine , le 25 juillet 2019 à 13h56

    Protégeons nos oiseaux déjà en sévère déclin depuis des décennies, laissons nos oiseaux s’épanouir !

  •  AVIS FAVORABLE, par Delphine , le 25 juillet 2019 à 13h55

    Protégeons nos oiseaux déjà en sévère déclin depuis des décennies, laissons la place au vivant et stop au massacre qui ne sert qu’à satisfaire les plaisirs morbides d’un électorat !

  •  pour la suspension , par Jermann Nathalie , le 25 juillet 2019 à 13h48

    Je suis pour la suspension de la chasse de la barge à queue noire et le respect du plan de l’AEWA. Laissons une chance pour une fois au vivant. Les populations animales sont en déclin, les oiseaux disparaissent du territoire français. Soyons responsables pour une fois.

  •  Je suis pour le projet d’arrêté relatif à la suspension de la chen France métropolitaine pendant la saison 2019-2020, . , par Patrick Niveau. , le 25 juillet 2019 à 13h45

    Par contre un moratoire de 3 ans minimum, saison 2019-2023, serait préférable.

    La barge à queue noire est une espèce vulnérable à protéger.

  •  suspension pour 5 ans, par Marie NALET JACOB , le 25 juillet 2019 à 13h45

    La barge à queue noire est menacée et la biodiversité également. Protégeons les oiseaux au lieu de les détruire

  •  Respect du plan de la AEWA., par Forget , le 25 juillet 2019 à 13h44

    Je suis pour la suspension de la chasse de la barge à queue noire et le respect du plan de l’AEWA.
    Et en même temps parce du chantage des lobbys de la chasse qui prétendent préserver les espèces.
    Je ne suis pas un bobo et suis d’origine paysanne.
    Si la chasse pouvait être utile quand il s’agissait de se nourrir elle est devenue un loisir cruel et égoïste. Et les chasseurs sont loin de préserver les espèces et la faune sauvage. ( sauf peut-être dans certains domaines).
    A titre personnel je serai pour une régulation des pieds et tourterelles ’’turques’’ qui deviennent une nuisance dans les zones périurbaines sans prédateurs.

  •  Oui à un moratoire, mais pour 3 ans, pour la chasse de la barge à queue noire, par Camille Finot , le 25 juillet 2019 à 13h43

    Rien ne justifie dans les chiffres la reprise, pour le moment, de la chasse de cette espèce.
    La poursuite d’un moratoire sur 3 ans, etayé par des observations et des chiffres rigoureux, est souhaitable avant toute reprise. Le prélèvement proposé, même s’il semble symbolique, semble être un moyen détourné de reprendre les prédations. Pire, il peut facilement porter atteinte aux autres espèces de barges, qui, elles, sont totalement protégées.
    Il existe suffisamment d’espèces pouvant être chassées. Il n’est pas utile de mettre celle-ci dans un plus grand danger.

  •  Suspension pendant 5 ans, par Mir , le 25 juillet 2019 à 13h31

    Laissez nous notre nature.

    Elle nous appartient.

    Arrêtez de tuer des animaux.

  •  Suspension pendant 5 ans, par Mir , le 25 juillet 2019 à 13h31

    Laissez nous notre nature. Elle nous appartient.

  •  Pour la reconduction de la suspension, par Christophe Guinet , le 25 juillet 2019 à 13h30

    Bien sur pour la reconduction de la suspension, la situation est claire : "La barge à queue noire est classée « vulnérable » sur la liste rouge France et « quasi menacée » sur la liste rouge mondiale de l’UICN. Elle fait l’objet d’un plan international dans le cadre de l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA). Ce plan a été renouvelé en décembre 2018 pour une période de 10 ans. Il interdit la chasse dans tous les pays."