EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté modifiant l’arrêté du 18 mars 1982 concernant l’exercice de la vénerie, relatif à la vénerie sous terre

Du 11/02/2019 au 04/03/2019 - 6674 commentaires

Ce texte modifie l’arrêté du 18 mars 1982 relatif à l’exercice de la vénerie, en complément de premières modifications apportées en 2014. Il concerne la vénerie dite "sous terre", relative aux espèces vivant en terriers (blaireaux et renards en particulier), et apporte des évolutions tenant compte des travaux du gouvernement sur la notion de bien-être animal.
Il vise notamment à limiter la souffrance des animaux capturés.
ce texte a fait l’objet d’un avis favorable à l’unanimité du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage du 8 janvier (constitué de représentants des chasseurs, de scientifiques et d’associations de protection de la nature).

La pratique de la vénerie sous terre est ouverte généralement par arrêté prefectoral du 15 septembre au 15 janvier. En application de l’article R 424-5 du code de l’environnement, le préfet peut dans le cas du blaireau, autoriser l’exercice de la vénerie pour une période complémentaire à compter du 15 mai.

L’article 3 de l’arrêté du 18 mars 1982 précise les conditions d’exercice de cette chasse.

Il existe environ 1500 équipages regroupés au sein de l’association française des équipages de vénerie sous terre (AFEVST). Cette chasse regroupe près de 40 000 pratiquants regroupés au sein de l’association des déterreurs (ADD) qui utilisent environ 70 000 chiens de terrier.

Cette pratique ancienne trouve sa justification dans la nécessité de réguler les populations d’une espèce qui peut occasionner des dégâts voire représenter un risque sanitaire pour le bétail, mais dont le comportement nocturne et le mode de vie ne permettent pas facilement les opérations de régulation. Il s’agit aussi d’une forme traditionnelle de chasse qui perdure avec de nombreux équipages qui utilisent des chiens de terrier créancés.
L’objectif de cette chasse est ainsi de capturer l’animal directement dans son terrier, avec l’aide de chiens spécialisés.

L’arrêté du 18 mars 1982 a fait l’objet de modifications par l’arrêté du 17 février 2014 afin de mettre en place un encadrement renforcé de la pratique de la vénerie sous terre. Il a ainsi précisé :
• les moyens autorisés pour le déterrage ;
• la nécessité d’interrompre les opérations de déterrage en cas de présence d’une espèce protégée ;
• l’interdiction des championnats et compétitions remplacés par des journées de formation et d’entraînement des chiens ;
• la possibilité pour le préfet de suspendre ou retirer l’attestation de meute en cas de manquement grave aux prescriptions de l’arrêté.

Aujourd’hui et pour répondre encore davantage à la prise en compte du bien-être animal, les chasseurs proposent des mesures complémentaires à celles décidées en 2014.

Dans ce contexte, le présent projet d’arrêté porte modification de l’arrêté relatif à l’exercice de la vénerie, sur son article 3 : il interdit la capture directe de l’animal par des chiens et limite les souffrances des animaux qui sont capturés.

en pièce jointe, veuillez trouver la synthèse de la consultation du public


Télécharger :

Commentaires
  •  Cruauté d’un autre âge , par Corinne Le Tellier , le 4 mars 2019 à 20h31

    Je peux lire dans les motivations de cette " pratique " la régularisation et un soucis sanitaire par rapport aux élevages ( !!!??? )
    La nature sait parfaitement se réguler elle-même. Rappelons que le seul véritable nuisible est l’humain sur Terre.
    Quant aux élevages, je suis de la campagne et connais bien le milieu agricole : croyez-moi, ni le blaireau, renard, ou autre ne risquent de transmettre des maladies ! Ce sont des idées reçues d’une autre époque. Il est temps d’évoluer et de cesser de maltraiter la biodiversité ( du moins ce qu’il en reste )

  •  Interdiction totale de la chasse sous terre, par Jocelyne , le 4 mars 2019 à 20h30

    Je suis pour l’arrêt total et définitif de ces assassinats cruels et inutiles. Un seul animal est nuisible sur cette planète à ce jour : l’être humain. Nous pourrions coexister avec les animaux et les plantes en bonne intelligence et sans vouloir tout maitriser. Notre survie est à ce prix.

  •  Non à la vénerie sous terre, par Adrien Gauthier , le 4 mars 2019 à 20h30

    Cette modification de l’arrêté est extrêmement insuffisante pour "prendre en compte le bien-être animal". Interdire la capture par les chiens eux-mêmes est inapplicable, les chasseurs n’ayant pas la moindre maîtrise de leurs chiens. Et de manière générale, cette proposition de modification ne va pas assez loin : comment ose-t-on parler de chasse raisonnée quand, dans les faits, les blaireaux sont pourchassés de mai à janvier ? ! C’est à peine s’ils ont le temps de se reproduire et d’élever leurs petits.

    Par ailleurs et contrairement à ce qui est dit, cette chasse n’a aucune justification scientifique ou écologique, comme le montrent les études faites sur le sujet. C’est même le contraire : le renard étant un formidable régulateur des micromammifères, son extermination massive contribue à la prolifération desdits micromammifères qui risquent ensuite de nuire aux cultures... ce qui pousse les agriculteurs à arroser leurs champs de produits néfastes pour l’environnement et notre santé. Où est la logique dans tout ça ?
    Bref, encore un écran de fumée : on nous fait croire à des avancées, mais dans les faits rien ne changera, à l’encontre de l’opinion de l’écrasante majorité des Français.

  •  Stop à la vénerie ! , par Corinne Simon , le 4 mars 2019 à 20h29

    Comment ces pratiques cruelles sont-elles possibles? Dégoûtant,une honte !

  •  Projet d’arrêté modifiant l’arrêté....., par Théolas joëlle , le 4 mars 2019 à 20h28

    rien que le titre sent l’enfumage ! Arrêt des massacre du gibier et des randonneurs un point c’est tout.

  •  Quelle honte, par Joh , le 4 mars 2019 à 20h27

    Évidemment c est une barbarie

  •  NON à la vénerie sous terre !, par LBOUILLON , le 4 mars 2019 à 20h27

    Prendre en compte le bien-être animal quand il s’agit de tuer de façon cruelle des animaux dont le seul tort est d’exister, de faire des terriers et de manger le cas échéant, des gibiers de chasseurs.
    Cet arrêté est une vaste blague, hypocrite et surtout qui réitère l’autorisation de massacrer des animaux même avec leurs petits.

    Je ne cautionne pas cet arrêté et je ne cautionne pas l’acte de barbarie qu’il protège.

  •  STOP AUX PRATIQUES BARBARES, par Patricia , le 4 mars 2019 à 20h25

    Cette pratique n’est même pas qualifiable de sport ou de chasse. C’est du sadisme, de la barbarie à l’état pur. Alors que 28 pays européens protègent le blaireau il est absolument IMPENSABLE que la France de 2019 et de son soi-disant Ministre de l’écologie tolère une pratique aussi destructrice. IL FAUT ARRETER LA VENERIE SOUS TERRE ! Et toute la vènerie soit dit en passant

  •  Interdiction définitive de la vénerie sous terrre., par elsa brachman , le 4 mars 2019 à 20h23

    Mesdames , Messieurs les lobbys de la chasse et aux premiers écologistes de France ,
    Je met en copie bien sur par éducation le Ministére de la transition écologique et Solidaire.
    Car c’est bien de cela dont il est question en 2019...Un gouvernement encore et toujours complaisant et à la botte de ces individus.
    Je suis pour l’interdiction définitive de cette barbarie quelque soit le honteux " bien être animal" que vous osez utiliser pour ce projet d’Arrêté.
    Chassés toute l’année dans leur terrier ,pardon 3 mois de répis parfois..

    Donc chassés avec des perpétuels dérogations ,ainsi que leurs petits qui n’échappent pas non plus à cet ignominie...Honteux.
    Il y aurait tellement à dire sur cette pratique perverse d’un autre âge que vous souhaitez faussement améliorer en plaçant ces êtres vivants dans des situations où ils" ne seraient plus déchiquetés vivants " merci ! quel bonté de votre part mais extirpés avec des pinces et la suite sanglante...c’est terrifiant , ignoble etc .. , sans fondement..enfin par pour les services de ce ministère semble t’il c’est normal de faire tout cela .
    Je ne vous salue pas ainsi que bon nombre de personnes de mon entourage.

  •  Pratique barbare !!! , le 4 mars 2019 à 20h22

    STOP CHASSE sous toutes ses formes !!! Cruelle et sans intérêt si ce n’est servir l’égo de psychopathes !

  •  Stop à la vénerie sous terre, par Crochu , le 4 mars 2019 à 20h19

    La venerie est incompatible avec les lois de protection de la biodiversité et sur bien être animal

  •  Interdiction totale, par Nihilo , le 4 mars 2019 à 20h18

    Il faut totalement supprimer ce massacre. L’homme " à l’etat de raison", doit cesser sa cruauté et sa barbarrerie envers tous les animaux qui sont des êtres vivants au même titre que lui pauvre bipède..

  •  Oui. A la vénerie sous terre , par Thieblemont isa , le 4 mars 2019 à 20h18

    Oui a la vénerie sous terre. Plutôt que de percuter ma voiture

  •  Vénerie sous terre, par Bellanger , le 4 mars 2019 à 20h13

    Pour l’interdiction de la Vénérie sous terre, pratique violente et barbare ne prenant pas en compte la bien être et la sensibilité des animaux (donc en contradiction avec ce que dit le gouvernement et la loi). Cette pratique est nuisible à la faune. Je souhaite que la France interdise les chasses violentes et destructrices afin qu’elle soit un modèle dans ce domaine.

  •  Il faut arrêter le massacre , par HUREAUX Veronique , le 4 mars 2019 à 20h11

    Bonjour
    cela doit cesser immédiatement....!

  •  vénerie sous terre, par Lamaille Corinne , le 4 mars 2019 à 20h05

    je souhaite l’interdiction de cette pratique cruelle et inutile car la notion de nuisible ou "espèce pouvant causer des dégats" est totalement erronée. Je souhaite une professionalisation de la chasse, comme en Suisse.

  •  Stop a cette pratique, par Delorme , le 4 mars 2019 à 19h59

    Je soutiens l’arrêt de cette pratique, qui fait partie d’une façon de chasser les plus cruelle

  •  Stop à la vénerie sous terre., par Huon , le 4 mars 2019 à 19h55

    Il faut que cette pratique cesse. Il est scientifiquement prouvé que les animaux sont des êtres sensibles. Il est intolérable de leurs faire endurer de telles souffrances dans un pays tel que la France. Les images que l’on peut voir de cette pratique sont vraiment choquantes. Stop à la cruauté.

  •  Non à la venerie sous terre., par Cartier nat , le 4 mars 2019 à 19h52

    Stop à cette pratique horrible ! Comment à notre époque peut on laisser des hommes faire des actes d une telle barbarie. Il faut que cela cesse.

  •  des pratiques d’un autre âge, inadmissibles aujourd’hui, par Joachy Jean-Paul , le 4 mars 2019 à 19h50

    Il ne s’agit plus de modifier l’exercice de la vénerie, mais bien de supprimer ces pratiques d’un autre âge qui n’apportent rien à la bonne gestion de la biodiversité mais servent de prétextes à des viandards pour assouvir leur cruauté.