EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté modifiant l’arrêté du 18 mars 1982 concernant l’exercice de la vénerie, relatif à la vénerie sous terre

Du 11/02/2019 au 04/03/2019 - 6674 commentaires

Ce texte modifie l’arrêté du 18 mars 1982 relatif à l’exercice de la vénerie, en complément de premières modifications apportées en 2014. Il concerne la vénerie dite "sous terre", relative aux espèces vivant en terriers (blaireaux et renards en particulier), et apporte des évolutions tenant compte des travaux du gouvernement sur la notion de bien-être animal.
Il vise notamment à limiter la souffrance des animaux capturés.
ce texte a fait l’objet d’un avis favorable à l’unanimité du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage du 8 janvier (constitué de représentants des chasseurs, de scientifiques et d’associations de protection de la nature).

La pratique de la vénerie sous terre est ouverte généralement par arrêté prefectoral du 15 septembre au 15 janvier. En application de l’article R 424-5 du code de l’environnement, le préfet peut dans le cas du blaireau, autoriser l’exercice de la vénerie pour une période complémentaire à compter du 15 mai.

L’article 3 de l’arrêté du 18 mars 1982 précise les conditions d’exercice de cette chasse.

Il existe environ 1500 équipages regroupés au sein de l’association française des équipages de vénerie sous terre (AFEVST). Cette chasse regroupe près de 40 000 pratiquants regroupés au sein de l’association des déterreurs (ADD) qui utilisent environ 70 000 chiens de terrier.

Cette pratique ancienne trouve sa justification dans la nécessité de réguler les populations d’une espèce qui peut occasionner des dégâts voire représenter un risque sanitaire pour le bétail, mais dont le comportement nocturne et le mode de vie ne permettent pas facilement les opérations de régulation. Il s’agit aussi d’une forme traditionnelle de chasse qui perdure avec de nombreux équipages qui utilisent des chiens de terrier créancés.
L’objectif de cette chasse est ainsi de capturer l’animal directement dans son terrier, avec l’aide de chiens spécialisés.

L’arrêté du 18 mars 1982 a fait l’objet de modifications par l’arrêté du 17 février 2014 afin de mettre en place un encadrement renforcé de la pratique de la vénerie sous terre. Il a ainsi précisé :
• les moyens autorisés pour le déterrage ;
• la nécessité d’interrompre les opérations de déterrage en cas de présence d’une espèce protégée ;
• l’interdiction des championnats et compétitions remplacés par des journées de formation et d’entraînement des chiens ;
• la possibilité pour le préfet de suspendre ou retirer l’attestation de meute en cas de manquement grave aux prescriptions de l’arrêté.

Aujourd’hui et pour répondre encore davantage à la prise en compte du bien-être animal, les chasseurs proposent des mesures complémentaires à celles décidées en 2014.

Dans ce contexte, le présent projet d’arrêté porte modification de l’arrêté relatif à l’exercice de la vénerie, sur son article 3 : il interdit la capture directe de l’animal par des chiens et limite les souffrances des animaux qui sont capturés.

en pièce jointe, veuillez trouver la synthèse de la consultation du public


Télécharger :

Commentaires
  •  Stop au massacre, par Guermont , le 4 mars 2019 à 21h53

    Le blaireau est utile dans l’enrichissement des sols en azote et dans l’aération des sols. Il a une vie sociale riche et est un animal intelligent et sensible. Il contribue à la biodiversité. Certains pour satisfaire leurs instincts primaires aiment jouer à ce qu’on appelle le déterrage par l’utilisation de pinces, chiens et autres horreurs. Imaginons la terreur d’un animal sensible face à une brute cruelle et insensible. En 2019, dans une des plus grandes puissances, on continue à torturer des animaux de la pire façon qui soit pour le plaisir uniquement. Belle leçon d’humanité. Pourrait on abolir cette pratique de chasse honteuse et indigne. En tant que citoyenne française je refuse de m’associer à ce genre de pratique cautionnée par un soi disant ministère de l’écologie.
    Honte à la France et à ses gouvernants qui restent sourds

  •  Contre la vénerie sous terre , par J. Lamiraud , le 4 mars 2019 à 21h51

    Je suis contre la vénerie sous terre. Cette pratique occasionne des souffrances incommensurables.
    Nous sommes de plus en plus nombreux à prendre en considération le traitement infligé à l’animal, et à nous opposer à ce genre de pratiques qui ne devraient plus avoir cours aujourd’hui.

  •  Stop aux pratiques barbares, par Vinciane , le 4 mars 2019 à 21h50

    J’ai honte de faire partie de la même espèce que les gens qui pratiquent cela !
    Habitant à la campagne ces animaux ne gênent absolument personne !!
    C’est une honte de les chasser et encore plus de cette façon !
    Pour l’arreté Mais surtout pour l’arret Total de ces pratiques !

  •  Stop à la vénerie , le 4 mars 2019 à 21h46

    Il est temps d’arrêter les pratiques barbares d’un autre âge. Les blaireaux et renard sont traqués,torturés pour un loisir. C’est horrible.
    Il est temps qu’un gouvernement avance sur les droits des animaux.
    La biodiversité est importante. Il y a des études sur le lien entre la présence des renards et la réduction des tiques.

  •  Stop , par sautiere , le 4 mars 2019 à 21h46

    Pratique cruelle à arrêter d’urgence

  •  Arrêtons cette pratique cruelle d’un autre temps, par A Guitteaud , le 4 mars 2019 à 21h46

    Traquer un animal jusque dans son terrier parce qu’il est considéré "nuisible" ? Imaginez un peu la détresse de ces animaux ! Déjà, le mot "nuisible" devrait être redéfini, il faut arrêter de définir une espèce comme nuisible parce que l’activité des Hommes empiéte sur son espace et que ça "gêne". A notre époque où la biodiversité est en fort déclin, il est temps de se poser les bonnes questions : continuer les pratiques simplement par tradition et continuer de massacrer cruellement des espèces qui veulent simplement vivre (et sont chez elles autant que nous) ou alors réfléchir et au lieu d’exiger à la Nature de s’adapter à nous, apprendre à développer des pratiques plus respectueuses de notre environnement.
    Je dis NON à la vénerie sous terre, pratique cruelle contre des êtres vivants et sensibles. Je dis oui à davantage de respect pour les êtres vivants qui nous entourent.

  •  Stop au déterrage !, par Véronique Lajoinie , le 4 mars 2019 à 21h46

    Il est plus que temps de mettre fin à ces pratiques d’un autre âge et de laisser la faune sauvage se réguler toute seule. La barbarie a assez duré ! Stop à la vénerie sous terre !
    Stop au déterrage des blaireaux et des renards !

  •  Madame, par Hélène MASSADOR , le 4 mars 2019 à 21h44

    Arrêt pur et simple de la venerie sous terre, pratique barbare ! Les renards et les renardeaux, les blaireaux pris par des pinces, massacrés à coup de pelle ou de barre à mine : c’est inacceptable !
    Ces animaux ne sont nuisibles que pour les chasseurs ! Les renards ont leur utilité contre la maladie de Lime.
    Laissez la Nature se réguler elle-même !
    La France prend en compte le bien être animal ? Avec de telles pratiques?
    Plus de 80 % des Français sont contre la chasse. Il serait temps d’en tenir compte.

  •  Stop !, par Foulon Jean-Marc , le 4 mars 2019 à 21h43

    Comment ce genre de pratiques barbares peuvent t’elles encore exister et être autorisés de nos jours. D’autant que la faune est actuellement très impactée et de nombreuses espèces menacées par des pratiques "agricoles" (également d’un autre temps). Et quand bien même ...
    Vous devez absolument interdire cette pratique indigne d’être humains "civilisés".

  •  Arrêtons la barbarie et la naïveté, par Theron , le 4 mars 2019 à 21h38

    On ne peut plus continuer à se comporter comme des barbares et à sous-estimer la souffrance animale. A l’heure où le monde animal est voué à la disparition, conserver ces pratiques de déterrage est au niveau de l’éthique effarant. En outre penser une seule seconde que des chasseurs pourront arrêter le déterrage s’il s’avérait que les animaux chassés sont des espèces protégés est une aberration. Vous pensez réellement qu’une meute de chien va savoir faire la part entre animaux pouvant être tués et animaux protégés? Non, je sais bien que vous même vous n’y croyez pas. On n’arrête pas une meute lancée. Vous allez donc exterminer aussi bien les animaux que vous classez en nuisibles que tous les autres. C’est dramatique et honteux.

  •  Projet d’arrêté modifiant l’arrêté du 18 mars 1982, par THIEBLEMONT Patrick , le 4 mars 2019 à 21h37

    Oui à cette arrêté, oui à la vénerie sous terre.

  •  Arrêtez immédiatement ces pratiques archaïques et ignobles !, par Celine Teplitsky , le 4 mars 2019 à 21h36

    Une telle barbarie et autant de cruauté sont inadmissibles. Le concept d’espèces nuisibles n’a absolument aucun sens et doit être aboli.

    Les habitats naturels disparaissent, les espèces sauvages aussi, arrêtez le massacre !

  •  Arrêtez immédiatement ces pratiques archaïques et ignobles !, par Celine Teplitsky , le 4 mars 2019 à 21h35

    Une telle barbarie et autant de cruauté sont inadmissibles. Le concept d’espèces nuisibles n’a absolument aucun sens et doit être aboli. Les habitats naturels disparaissent, les espèces sauvages aussi, arrêtez le massacre !

  •  arrêtez le massacre, par Sarah-Valérie Moatti , le 4 mars 2019 à 21h34

    Cette pratique barbare doit cesser. Aucune "coutume" ni "tradition" ne peut justifier qu’on poursuive une telle pratique.

  •  Pour l’arrêt total de la vénerie , par Aurélie , le 4 mars 2019 à 21h33

    Il faut arrêter cette pratique cruelle et d’un autre âge. La soi-disant nécessité de régulation n’est qu’un prétexte, preuve en est qu’en Suisse, dans un canton où la chasse était autorisée puis interdite, la situation s’est régulée d’elle-même.Le maintien de cette pratique répond simplement au caprice de quelques-uns,qui ont besoin de satisfaire des pulsions de violence, il n’y a toutefois aucun mérite à gagner face à des créatures vulnérables, ces gens sont ridicules. Ne pourrait-on pour une fois montrer que le respect de la nature et de l’environnement est plus important que l’argent des lobbies ??

  •  Interdire la chasse de loisir !, par Neinlahr , le 4 mars 2019 à 21h33

    Il est probable qu’il y ait nécessité de réguler certaines populations d’animaux sauvage pour le bien de tous (même de l’espèce concernée) mais il est intolérable que cela soit confié à des particuliers assoiffés de sang et imbibés d’alcool pour leur petit plaisir barbare.
    La chasse (sous toute ses formes) devrait être effectuée par des fonctionnaires formés et spécialisés dans le but de maintenir stable le nombre d’individus de chaque espèce sauvage (et non élevée uniquement pour être tuée à la chasse) afin de garantir une biodiversité équilibrée et adapté à son environnement.

  •  arrêtons le carnage, par ABGRALL-SERVETTAZ , le 4 mars 2019 à 21h31

    en 2019 il serait temps de respecter les êtres vivants quels qu’ils soient, a fortiori d’arrêter d’aller les chercher et les éliminer cruellement dans leur habitat naturel.
    merci pour eux.

  •  Arrêt définitif de la vénerie sous terre, par Véronique Lajoinie , le 4 mars 2019 à 21h30

    Il est plus que temps de mettre fin à ces pratiques d’un autre âge et de laisser la faune sauvage se réguler toute seule. La barbarie a assez duré ! Stop à la vénerie sous terre !

  •  Continuons cette chasse traditionnelle , par Mathieu , le 4 mars 2019 à 21h29

    Pourquoi tout le temps tout remettre à plat??cette méthode de chasse est utile est indispensable comme les autres mode de chasse. En temps que membre d’équipage je suis d’accord au nouvelles idees et nouvelle méthode. Mais arrêtons d’écouter et de croire aux paroles des détracteurs qui ne savent même pas ce que veut dire venerie sous terre. Écoutons les personnes de terrain et pas des gens qui arrivent de je ne sais où et ayant des avis et des soit disant connaissances sur tout !!!!
    Fier d’être déterreur !!!!!

  •  Pour l’arrêté, par défaut... et contre ces pratiques ignobles ! , par Marion , le 4 mars 2019 à 21h29

    Accepter que des individus s’adonnent en toute légalité à des actes moralement indéfendables est une aberration.
    Être capable de faire subir ça à un autre être vivant et d’en retirer une satisfaction relève du problème de comportement. Et épargnez nous l’excuse de l’animal nuisible, vaste fumisterie pour justifier tout et n’importe quoi, surtout la barbarie à l’état pur.
    Vous prétendez limiter les souffrances par cet arrêté. C’est une plaisanterie ? J’ose espérer que vous n’êtes pas assez stupides pour y croire.
    Un tout petit peu de courage politique et éthique ne serait pas du luxe.
    Nous nous considérons comme l’espèce la plus évoluée de cette planète, il serait temps de se comporter comme telle.