EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté modifiant l’arrêté du 18 mars 1982 concernant l’exercice de la vénerie, relatif à la vénerie sous terre

Du 11/02/2019 au 04/03/2019 - 6689 commentaires

Ce texte modifie l’arrêté du 18 mars 1982 relatif à l’exercice de la vénerie, en complément de premières modifications apportées en 2014. Il concerne la vénerie dite "sous terre", relative aux espèces vivant en terriers (blaireaux et renards en particulier), et apporte des évolutions tenant compte des travaux du gouvernement sur la notion de bien-être animal.
Il vise notamment à limiter la souffrance des animaux capturés.
ce texte a fait l’objet d’un avis favorable à l’unanimité du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage du 8 janvier (constitué de représentants des chasseurs, de scientifiques et d’associations de protection de la nature).

La pratique de la vénerie sous terre est ouverte généralement par arrêté prefectoral du 15 septembre au 15 janvier. En application de l’article R 424-5 du code de l’environnement, le préfet peut dans le cas du blaireau, autoriser l’exercice de la vénerie pour une période complémentaire à compter du 15 mai.

L’article 3 de l’arrêté du 18 mars 1982 précise les conditions d’exercice de cette chasse.

Il existe environ 1500 équipages regroupés au sein de l’association française des équipages de vénerie sous terre (AFEVST). Cette chasse regroupe près de 40 000 pratiquants regroupés au sein de l’association des déterreurs (ADD) qui utilisent environ 70 000 chiens de terrier.

Cette pratique ancienne trouve sa justification dans la nécessité de réguler les populations d’une espèce qui peut occasionner des dégâts voire représenter un risque sanitaire pour le bétail, mais dont le comportement nocturne et le mode de vie ne permettent pas facilement les opérations de régulation. Il s’agit aussi d’une forme traditionnelle de chasse qui perdure avec de nombreux équipages qui utilisent des chiens de terrier créancés.
L’objectif de cette chasse est ainsi de capturer l’animal directement dans son terrier, avec l’aide de chiens spécialisés.

L’arrêté du 18 mars 1982 a fait l’objet de modifications par l’arrêté du 17 février 2014 afin de mettre en place un encadrement renforcé de la pratique de la vénerie sous terre. Il a ainsi précisé :
• les moyens autorisés pour le déterrage ;
• la nécessité d’interrompre les opérations de déterrage en cas de présence d’une espèce protégée ;
• l’interdiction des championnats et compétitions remplacés par des journées de formation et d’entraînement des chiens ;
• la possibilité pour le préfet de suspendre ou retirer l’attestation de meute en cas de manquement grave aux prescriptions de l’arrêté.

Aujourd’hui et pour répondre encore davantage à la prise en compte du bien-être animal, les chasseurs proposent des mesures complémentaires à celles décidées en 2014.

Dans ce contexte, le présent projet d’arrêté porte modification de l’arrêté relatif à l’exercice de la vénerie, sur son article 3 : il interdit la capture directe de l’animal par des chiens et limite les souffrances des animaux qui sont capturés.

en pièce jointe, veuillez trouver la synthèse de la consultation du public


Télécharger :

Commentaires
  •  oui à la continuation et à l’encadrement de la chasse sous terre , par darcet chrisotphe , le 4 mars 2019 à 16h20

    Il faut arrêter ce déferlement de sensiblerie déplacée des citadins qui ne connaissent de la nature que les dessins de walt disney et la caricature des médias ( eux mêmes citadins ....)

    Il faut être inculte ou tès hypocrite pour ne pas accepter que l’Homme a pris une place dans la nature , et notamment celle de super prédateur . Il a donc cette responsabilité de régulation des espèces qui , par la présence même de l’homme et sa civilisation , ont évolué , et sont présentes en quantité disproportionnées par rapport à ( ce qu’il reste de ) la nature peut accepter .
    Il doit jouer son rôle de prédateur . la méthode du déterrage est certainement la plus noble , notamment par rapport au "gazage à la chloropichine " qui existait avant .
    C’est une méthode de régulation sélective , naturelle , écologique ’ , avec des auxiliaires animaux qui n’existeraient pas autrement ...
    je suis pour la chasse sous terre , comme je suis contre le gazage des oies en Hollande , par les "protecteurs de la nature" anti chasse ....

  •  Contre la venerie sous terre quelle que soit la méthode !, par Pincemin , le 4 mars 2019 à 16h20

    Ces pratiques sont d’un autre âge et doivent cesser. Dire que cet arrêté se revendique d’une prise en compte du bien-être animal est une aberration. Vous retirez les chiens mais vous ne retirez ni la terreur, ni la souffrance, ni la cruauté. La vraie seule mesure serait d’interdire cette pratique d’un autre temps. Il est scandaleux qu’un pays comme le nôtre, alors que nos pays limitrophes ont interdit cette pratique, continue de promouvoir la vénerie sous terre.

  •  Pour l’interdiction définitive de la vénerie sous terre, par Bonhomme David , le 4 mars 2019 à 16h13

    Seule l’interdiction définitive de ces pratiques contre-productives et immorales est acceptable : contre-productive car les renards n’entrent pas en concurrence avec l’humain, ils se nourrissent très essentiellement de mulots et assimilés, fléaux agricoles et vecteurs de la maladie de Lyme ; immorales car les méthodes employées sont particulièrement cruelles, non-conformes avec la notion d’être sensible reconnu par la loi.
    De plus, ce genre de pratique nuit à l’image de notre pays, à une époque d’effondrement des populations animales.
    La fin de cette honte nationale est souhaitée par une immense majorité de français !

  •  accord avec ce texte, par guerin david , le 4 mars 2019 à 16h12

    Je suis favorable à ce texte, ce type de regulation permet de capturer certains predateurs sans les faire souffrir et permet aussi la selection en fonction des territoires.

  •  Stop à cette pratique barbare, par Moulin , le 4 mars 2019 à 16h12

    Nous sommes en 2019, nous appartenons à une espèce supposément civilisée. Il est grand temps alors de cesser tout acte de barbarie de ce genre !

  •  Je suis opposée à cette forme cruelle de "regulation"., par Nathalie Vauthier , le 4 mars 2019 à 16h11

    Redevenons des êtres humains humains et cessons ce genre de pratiques dignes du moyen age.

  •  Blaireaux, par Michel FONTANA , le 4 mars 2019 à 16h06

    En quoi les blaireaux sont ils nuisibles ? iL FAUT cesser ces "chasses" imbéciles et cruelles !

  •  Interdiction pure et simple, par Droit , le 4 mars 2019 à 16h01

    Il faut interdire cette pratique barbare et ne pas simplement la modifier.. le bien être animal nécessite que cette pratique soit abolie !

  •  Arrêtez cette chasse, par Marc Narcy , le 4 mars 2019 à 15h59

    La faune sauvage n’appartient pas aux chasseurs. Il faut cesser cette pratique destructrice et barbare.

  •  Stop à la vénerie sous terre et toutes formes de vénerie, par Élan , le 4 mars 2019 à 15h57

    Stop à ces pratiques barbares !

  •  Arrêtez ce massacre, par Aurélie Leroy-Gadrois , le 4 mars 2019 à 15h50

    Il faut tout simplement interdire ces pratiques cruelles et injustifiées.
    Les renards et autres blaireaux ne sont pas plus nuisibles que d’autres, et font partie de notre écosystème, que les chasseurs en mal de sensations s’acharnent à détruire.
    Laissez faire l’intelligence de la nature, elle sait parfaitement se débrouiller, ne prétendez pas être au-dessus.

  •  Arrêt de la vénerie sous terre, par Houyoux Virginie , le 4 mars 2019 à 15h48

    Je suis favorable à l’arrêt de ce type de chasse et à ma sortie du blaireau et du renard de la liste des nuisibles. Il est temps de laisser la nature reprendre ses droits.

  •  Stop à la vénerie sous terre, par Philippe Bourré , le 4 mars 2019 à 15h45

    Cette forme de "régulation" est intolérable, il y a une loi qui empêche les actes de torture et de barbarie sur les animaux, la vénerie sous terre est donc de facto illégale !

  •  Le déterrage des blaireaux, une chasse d’un autre temps à interdire, par Giraudel , le 4 mars 2019 à 15h44

    Comme beaucoup d’autres mammifères, comme le renard, la martre, etc...le blaireau n’est pas une espèce au caractère invasif et ne devrait pas être classée nuisible. L’arrêté ne fait que modifier légèrement la façon dont cette espèce est chassée par déterrage. C’est une pratique horrible et honteuse. Comment vérifier que ces modifications seront effectivement respectées lors de chasses par déterrage? Cette pratique ne doit pas être modifiée mais abolie. L’arrêté doit aller plus loin.

  •  Contre la vénerie , par Grand-colas , le 4 mars 2019 à 15h42

    Assez de cruauté, assez de souffrance inutile... Les personnes qui se complaisent dans ce genre d actions devraient consulter. Prendre du plaisir dans la traque et infliger de la souffrance sans légitime défense, cela s appelle du sadisme. Nous sommes plusieurs milliers à vouloir redorer le blason de notre humanité, nous sommes les précurseurs d un monde meilleur.

  •  Stop à la vénerie sous terre, par Myriam Honoré , le 4 mars 2019 à 15h41

    Ce type de chasse ou l’on poursuit les animaux jusque dans leur terrier, parfois avec leur petit est particulièrement violent et cruel. J’ai pu voir des images de cette pratique et je dois dire que c’était choquant et insoutenable de constater l’acharnement et la cruauté déployés pour massacrer ces animaux innocents. L’espèce humaine s’honorerait à abandonner ces pratiques d’un autre temps qui donne libre cours aux instincts les plus barbares.

  •  Interdiction totale de la vénerie , par WOZNIAK , le 4 mars 2019 à 15h41

    C’est une pratique barbare et d’un autre âge, une barbarie qui ne devrait plus exister dans une population dite civilisée

  •  Stop à la vénerie. , par Morel , le 4 mars 2019 à 15h41

    Limiter la souffrance animal c’est bien, la supprimer c’est mieux. A quand la fin de ses pratiques barbares ! Stop au lobby de la chasse !

  •  Déterrages cruels, par Scherrer , le 4 mars 2019 à 15h39

    Je demande immédiatement l’abolition Totale des déterrages des blaireaux et renards.
    je demande immédiatement l’ABOLITION TOTALE DE DES MASSACRES DES BLAIREAUX mais aussi Renards, Loups, Lynx, ours etc...
    nous en avons besoin pour la survie de la Race humaine !
    pensons à la Biodiversité

  •  réfléchissons avant de légiférer , par Anne Marie Jouanne , le 4 mars 2019 à 15h37

    Plus l’homme "régule" pire c’est, alors ne peut-on s’arrêter un peu et réfléchir. la destruction d’une espèce a des conséquences sur les autres et les blaireaux sont considérés comme utiles dans d’autres pays, cessons ces pratiques cruelles d’un autre âge.