EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté relatif aux prélèvements d’oies en février 2019.

Du 03/01/2019 au 24/01/2019 - 52652 commentaires

Le présent arrêté vise à permettre pour l’oie cendrée, espèce en très bon état de conservation et causant des dommages aux cultures ou aux écosystèmes, d’être chassée par dérogation jusqu’au 28 février. Les deux autres oies (rieuse et des moissons) peuvent être chassées jusqu’au 10 février.

Mise à jour du 31 janvier 2019 : vous pouvez consulter ci-dessous la synthèse des observations ainsi que, dans un document séparé, les motifs de la décision.

La question de la date de fermeture de la chasse des oies fait l’objet d’études et de débats depuis plusieurs années.

La population européenne des oies cendrée est en forte expansion, plus qu’aucune autre espèce d’oiseau chassable, en raison notamment des modifications d’habitats et des pratiques de chasse.

L’effectif global de cette population a augmenté d’environ 30 000 individus au milieu des années 1960, est passé à un effectif de 120 000-130 000 au milieu des années 1980, pour atteindre environ 1 200 000 en 2017.

Du fait de cette expansion, les dégâts agricoles sont de plus en plus importants, ce qui conduit notamment les Pays-Bas à détruire une partie importante de la population.
La directive 2009/147CE du 30 novembre 2009 concernant la conservation des oiseaux sauvages, énonce en son article 2 que « les Etats membres prennent toutes les mesures nécessaires pour maintenir ou adapter la population de toutes les espèces d’oiseaux visées à l’article 1er à un niveau qui corresponde notamment aux exigences écologiques, scientifiques et culturelles, compte tenu des exigences économiques et récréationnelles ».
Ces dernières exigences signifient que la régulation peut viser à la protection d’intérêts économiques (comme la prévention de dégâts).

Cet arrêté comporte des mesures d’atténuation de nature à prévenir notamment le risque de dérangement sur les autres espèces (prélèvements pratiqués à poste fixe, usage d’autres appelants interdits, chiens tenus en laisse).


Télécharger :

Commentaires
  •  Contre , par FRANÇOIS , le 24 janvier 2019 à 22h26

    Je suis contre, il est interdit de chasser les oiseaux pendant leur période de migration et le risque de déranger les espèces est trop grand

  •  Contre le projet d’extension de la chasse des oies cendrées , par Jouglet , le 24 janvier 2019 à 22h25

    Bonjour
    je suis contre toute extension du temps de chasse des oies cendrées mais aussi de tous les autres animaux.
    la chasse Pénalise déjà beaucoup trop les français pour une minorité de chasseur (avec pouvoir sur le gouvernement ?)
    N’avez-vous pas d’autres sujets prioritaires à traiter en ce moment que l’extension de la chasse des oies cendrées ?

  •  Je suis opposée , par Pauline T. , le 24 janvier 2019 à 22h23

    Je suis opposée à ce projet d’arrêté ! Il est basé sur des mensonges et est illégal !

  •  je donne un avis favorable aux textes proposés, par BUTEL , le 24 janvier 2019 à 22h22

    Compte tenu des études réalisées sur les oies je suis d’accord pour une ouverture prolongée de la chasse aux oies en Février.

  •  Je suis opposée aux "prélèvements d’oies en.février 2019" , le 24 janvier 2019 à 22h22

    - Cela est contraire à la loi (article 7 de la Directive oiseaux) ;
    - L’argument qui consiste à dire que c’est pour aider les agriculteurs des Pays Bas est caduque : les oies qui nuisent à leurs cultures sont des oies sédentaires et non pas celles qui sont présentes en France en février, en transit ou en hivernage : ce ne sont pas les mêmes oiseaux !
    - Etc.

  •  Les consultations publiques du ministère de la Transition écologique et solidaire, par Valeria , le 24 janvier 2019 à 22h20

    Thanks for this howling post, I am glad I notijced this website on yahoo.

    Also visit my site ; [Eat And Lose Weight - The Secrets Nobody Else Wants a Person To Know !->http://www.dri-it.com/forum/index.php?action=profile;u=19591]

  •  Projet d’arrêté relatif aux prélèvements d’oies en février 2019., par Schmidt , le 24 janvier 2019 à 22h19

    Je suis résolument opposée à ce projet d’arrete
    qui n’a d’autre objectif que de satisfaire le plaisir
    sanguinaire d’une horde de chasseurs/électeurs
    au détriment de la protection d’une espèce et de
    la biodiversité.

  •  Non à l’augmentation des prélèvements cynégétiques sur les Oies, par Patrice NOTTEGHEM , le 24 janvier 2019 à 22h19

    L’argument de la régulation des populations d’Oies, prétendument nécessaire, est irrecevable à plusieurs titres :
    - Les populations hivernant en France ne sont pas celles qui posent des problèmes à l’agriculture aux Pays-Bas.
    - Les espèces dont l’état des populations s’améliorent témoignent de leurs potentialités mais les progressions sont encore bien modestes au regard des possibilités d’accueil des milieux dans notre pays.
    - Des effectifs élevés sont très favorables à la préservation des espèces sur le long terme. Ils représentent en outre un élément fort en termes de tourisme naturaliste (mais aussi en termes cynégétiques...).
    - Pour quelles raisons faudrait-il toujours gérer la rareté plutôt que bénéficier de l’abondance ?
    - La chasse de loisirs est à l’évidence la pire des méthodes pour la régulation des espèces considérée comme en sur-effectifs (pour lesquelles il conviendrait de mesurer l’impact économique de manière rigoureuse, impartiale et désintéressée, comme seul peuvent le faire des organismes de recherche indépendants : MNHN, CNRS...)
    - Le monde de la chasse ne peut être le porteur des politiques de gestion des populations animales alors qu’il milite d’abord et en permanence pour l’augmentation de la durée des périodes de chasse, pour le tir d’espèces menacées et protégées, pour pratiquer dans les espaces protégés...
    - Outre les effets des prélèvements sur les populations gibier, la chasse représente en outre un dérangement très perturbant pour toutes les espèces chassées comme celles non chassables, d’autant plus grave qu’il touche de futurs reproducteurs en fin de période hivernale.
    - Assouplir les dispositions relatives à la chasse des Oies constituerait un précédent qui conduirait immanquablement à d’autres demandes pour une augmentation de la pression chasse, déjà extrémement élevée en France (comparée à la situation en Europe).

  •  Contre, évidemment, par Brigitte Leblan , le 24 janvier 2019 à 22h18

    Je suis opposée au projet d’arrêté autorisant l’extension de la période de chasse des oies cendrées.
    Comment pouvez-vous évoquer des exigences économiques et récréationnelles face à l’effondrement de la biodiversité ?
    Vos arguments ne sont pas étayés et la décision est contradictoire à la directive Oiseaux.
    Donc, non, évidemment.

  •  Avis défavorable. Contre l’extension de la chasse aux oies cendrées., par DIDIER , le 24 janvier 2019 à 22h15

    Je m’oppose à ce projet d’arrêté relatif aux tirs d’oies sauvages.
    La période de chasse légale est largement suffisante.

    Laissons les vivre, arrêtons de vouloir tout régenté la nature….nous n’avons fait que la détruire…..

    Arrêtons de céder au lobby de la chasse.

    Nous voulons voir voler des oies cendrées.

  •  Avis favorable à la fermeture de l’oie cendrée le 28 février , par Eric , le 24 janvier 2019 à 22h15

    Très favorable à l’arrêté de fermeture de l’oie cendrée le 28 février

  •  Je suis contre, par Sam , le 24 janvier 2019 à 22h10

    Les fondements de ce projet d’arrêté sont faux : les dégats aux Pays Bas sont causés par les espèces sédentaires.

    De plus, la France n’a pas à gérer la gestion d’espèces aux Pays Bas : laissons les Pays Bas s’en occuper. Ceci n’est qu’un pretexte : le lobby des chasseurs brandit la solidarité europeennes sur ce projets, eux qui rejete en dehors de ce projet toute vision européen commune.

    Le gouvernement tente de flatter le lobby des chasseurs pour éviter que la crise des gilets jaunes ne s’étendent aux chasseurs. C’est l’unique but de ce projet

  •  avis favorable pour la chasse des oies en fevrier, par Poidevin , le 24 janvier 2019 à 22h08

    oui a la chasse des oies en Février 2019 la nature et les études le permette ça évitera les degats des cultures et c’est mieux que de les gazer.

  •  Chasse à l oie en février , par Lepretre , le 24 janvier 2019 à 22h06

    Je suis pour la chasse à loie

  •  Avis défavorable , par Blanc , le 24 janvier 2019 à 22h05

    Les arguments avancés sont floues et quand c’est flou....,
    On ne prend pas des décisions arbitraires pour satisfaire uniquement les chasseurs sans tenir compte des arguments des défenseurs des espèces sauvages, à ma connaissance les oies sauvages ne font pas de dégâts en France alors arrêtons d’utiliser ce type d’arguments pour donner des autorisations de tuer uniquement pour le plaisir.

  •  CONTRE l’arrêté, par Gueydan , le 24 janvier 2019 à 22h05

    Je suis contre cette dérogation.

    Il s’agit clairement juste d’une occasion de plus pour notre Président, sans vergogne aucune, de faire les yeux doux au lobby des chasseurs.

    D’un point de vue général, cette pratique est contraire à la Directive Oiseaux, qui stipule sur la base de preuves scientifiques que chasser les oiseaux migrateurs pendant leur migration pré-nuptiale est un non sens écologique.

    Article 2 et 3 :
    Il est incompréhensible qu’un quota soit fixé pour les oies cendrées et pas pour les oies rieuses et des moissons, dont les effectifs en France comme migrateur sont moindres.
    Il est légitime d’ailleurs de s’inquiéter du fait que tous les chasseurs, passés le 10 février, soient capables de distinguer les 3 espèces de façon à ne tirer que sur l’espèce encore autorisée. Pour un connaisseur de l’avifaune, ce n’est déjà pas toujours simple …

    Citation de l’article 3 : « l’Office national de la chasse et de la faune sauvage et la fédération nationale des chasseurs sont également chargés d’évaluer l’impact des prélèvements sur l’état de conservation des trois espèces d’oies … . Cette évaluation fera l’objet d’un rapport transmis … avant le 30 novembre 2019 ». C’est une aberration d’imaginer qu’il est possible de faire une évaluation ayant une valeur scientifique de tels impacts dans l’année même de l’arrêté. Certes, l’article ne précise pas qu’il faut que cette évaluation ait une quelconque valeur. On retrouve bien ici la logique très scientifique habituelle de ceux qui se prennent pour la fine fleur des protecteurs de la nature en France … De toute façon, l’Etat leur déroule un tapis rouge … Pourquoi cette date du 30 novembre ? Juste pour en remettre une couche l’année prochaine, mais en passant non pas à 5000 oies cendrées mais à 10, 20, 30000 !

    Conclusion :
    L’homme modèle la Nature selon ses intérêts économiques et récréationnels (pour reprendre le terme de l’article 1 du projet d’arrêté) et en bref se permet d’en faire ce qu’il veut, sans se soucier de la destruction de la biodiversité et des écosystèmes qu’il entraîne. Or sous prétexte que l’oie cendrée cause « des dommages aux cultures ou aux écosystèmes » (texte de la consultation publique) dans les grands champs que l’homme implante en dépit de tout respect de la biodiversité, il faudrait la détruire. Très logique, mais personne ne se pose de questions sur le vrai responsable de cette situation ? Selon cette logique, qui devrait-on plutôt détruire pour protéger les écosystèmes ?

  •  Chasse à l oie en février , par Lepretre , le 24 janvier 2019 à 22h05

    Je suis la chasse à l oie crise en février

  •  Les consultations publiques du ministère de la Transition écologique et solidaire, par Abe Bramlett , le 24 janvier 2019 à 22h04

    It's veryy effortless to find out any topic on web as compared to textbooks, as I
    found this piece off writing aat this web page.

    Feel free to surf to my blog ; [https://vtestoboost.org/->http://www.marvicsupply.com/member/1757865/ (https://vtestoboost.org/->http://www.marvicsupply.com/member/1757865/)]

  •  Je suis contre l’extension de la chasse aux oies sauvages., par MARIE PIERRE , le 24 janvier 2019 à 22h04

    La migration des oies cendrées s’effectue de janvier à février, il est aberrant de tuer des oiseaux pendant leur période migratrice vers leur lieu de nidification.

    D’autres part les oies cendrées qui sont chassées en France ne sont pas celles qui nichent aux pays bas et les chiffres annoncés de population sont faux. Leur population est en baisse de 25%.

    Et arrêtons de donner encore et encore des privilèges aux chasseurs, arrêtons d’accéder à toute leur revendications. Trop c’est trop.

  •  CONTRE toutes formes de barbarie, par Binazzi Philippe , le 24 janvier 2019 à 22h00

    Nous n’avons pas besoin de chasser, je suis CONTRE la chasse et les chasseurs qui font plus de mal que de bien.