EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Chasses traditionnelles et détermination des quotas de prélèvements pour la campagne 2018-2019 dans le département des Ardennes

Du 24/07/2018 au 14/08/2018 - 11041 commentaires

La France est concernée par plusieurs modes de chasse traditionnelle dont ceux à l’aide de filets et tenderies dans les Ardennes pour la capture des grives, merles noirs, vanneaux et pluviers dorés.

Sur la base de l’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "oiseaux", qui prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, deux arrêtés ministériels du 17 août 1989 fixent les conditions particulières d’exercice de ces chasses dans les Ardennes.

L’objet des présents arrêtés soumis à la consultation du public est de définir les quotas de prélèvement autorisés pour chaque saison.

Dès réception de ces arrêtés ministériels et avant la date d’ouverture de ces chasses traditionnelles, le préfet délivre les arrêtés d’autorisation individuelles.


Télécharger :

Commentaires
  •  LPO, par Perrier , le 27 juillet 2018 à 12h48

    Merçi de sauver la biodiversité et de laisser vivre nos oiseaux.

  •  Une honte pour notre pays, par C.Gans , le 27 juillet 2018 à 12h47

    Ces pratiques archaïques sont barbares et donnent une image bien pitoyable de notre pays et de sa culture. Les oiseaux sont de moins en moins nombreux, des centaines d’espèces sont en péril, n’est-il pas enfin temps de prendre nos responsabilités et de cesser ce type d’agissements cruels ? Quelle fierté en retire-t-on ? Est-ce que c’est ce que nous voulons transmettre à nos enfants ? Je suis une citoyenne française et je n’y reconnais pas mon pays. Ce temps-là est révolu, il est temps d’aller de l’avant pour préserver nos ressources.

  •  Non à ces systèmes de capture, par DEROSIER , le 27 juillet 2018 à 12h46

    La tenderie aux vanneaux

    En France, pays qui abrite environ 70% des hivernants d’Europe, la tendance des populations nicheuses (-33% sur 1989-2015) et hivernantes (-48% sur 2000-2017) est alarmante. 2 050 oiseaux de ces espèces pourront être prélevés à l’aide du piégeage au filet (tenderie aux vanneaux)pour la saison 2018-2019 selon l’arrêté projeté.
    La tenderie au brancher

    Rien ne garantit que d’autres espèces non ciblées ne se retrouvent pas également prises au piège et la nature même du piège empêche tout relâcher d’une espèce non ciblée et potentiellement protégée, puisque la technique consiste à étrangler l’oiseau. La tenderie au brancher est donc non sélective. En cela elle est contraire au droit européen et l’Etat le sait parfaitement puisque l’arrêté ministériel du 17 août 1989 encadrant ce mode de chasse prévoit que « Tout gibier autre que les grives et merles pris accidentellement dans une tenderie est déclaré dans les vingt-quatre heures » – et non pas « relâché » – à l’ONF ou à la fédération des chasseurs ». L’année dernière, les chasseurs prétendent avoir capturé 5 711 oiseaux. Pourquoi donc autoriser le piégeage de 20 000 grives ou merles noirs pour la saison 2018-2019 ainsi que le prévoit l’arrêté en consultation ?

  •  Avis favorable, par Bouteiller Claude , le 27 juillet 2018 à 12h45

    Avis favorable

  •  il suffit !, par Thomasette Aline , le 27 juillet 2018 à 12h44

    Il serait temps de stopper toutes pratiques cruelles !
    Et si on se mettait à la place de ces animaux ?
    La question ne devrait même pas être posée, éthiquement et moralement cette pratique doit être interdite !

  •  cruauté gratuite, par DUBOIS Nicole , le 27 juillet 2018 à 12h44

    Les oiseaux disparaissent, celà suffit ! Plus d’abeilles, plus d’oiseaux, par contre quand vous serez envahis de moustiques de mouches et d’insectes indésirables ne venez pas pleurer ! Tous ont un role à jouer sur cette terre ! Quelle cruauté envers les animaux !

  •  non au piégeage cruel de centaines de milliers d’oiseaux en France, par Rachel Rance , le 27 juillet 2018 à 12h42

    La tenderie aux vanneaux

    En France, pays qui abrite environ 70% des hivernants d’Europe, la tendance des populations nicheuses (-33% sur 1989-2015) et hivernantes (-48% sur 2000-2017) est alarmante. 2 050 oiseaux de ces espèces pourront être prélevés à l’aide du piégeage au filet (tenderie aux vanneaux)pour la saison 2018-2019 selon l’arrêté projeté.
    La tenderie au brancher

    Rien ne garantit que d’autres espèces non ciblées ne se retrouvent pas également prises au piège et la nature même du piège empêche tout relâcher d’une espèce non ciblée et potentiellement protégée, puisque la technique consiste à étrangler l’oiseau. La tenderie au brancher est donc non sélective. En cela elle est contraire au droit européen et l’Etat le sait parfaitement puisque l’arrêté ministériel du 17 août 1989 encadrant ce mode de chasse prévoit que « Tout gibier autre que les grives et merles pris accidentellement dans une tenderie est déclaré dans les vingt-quatre heures » – et non pas « relâché » – à l’ONF ou à la fédération des chasseurs ». L’année dernière, les chasseurs prétendent avoir capturé 5 711 oiseaux. Pourquoi donc autoriser le piégeage de 20 000 grives ou merles noirs pour la saison 2018-2019 ainsi que le prévoit l’arrêté en consultation ?

  •  Halte au piegage d’oiseaux, par Louis Bertrand , le 27 juillet 2018 à 12h42

    A l’heure ou la biodiversité s’écroule (17% d’oiseaux en moins par an), il est temps de supprimer des pratiques ancestrales cruelles d’un autre age. Stop !

  •  Chasse en petite quantité ????, par Morel , le 27 juillet 2018 à 12h37

    Alors que nous constatons tous la disparition en masse des oiseaux vous pourriez avoir l’intelligence de modifier cet article et d’interdire à des fins de la protection des espèces en voit d’extinction tout prélèvement sous peine d’amende et d’emprisonnement. De plus ces quotas ne sont sûrement pas respectés.

  •  Modes de chasse traditionnelle, par MENUS , le 27 juillet 2018 à 12h37

    L’état français s’est engagé depuis plusieurs décennies en signant plusieurs conventions pour la sauvegarde des animaux et des écosystèmes en péril en Asie, en Afrique ...

    Les programmes scolaires de S.V.T de l’école maternelle au lycée font la part belle à la protection de l’environnement, à l’impact des activités humaines sur l’état des populations animales et sur leur milieu de vie.

    Les scientifiques et les associations d’études de l’environnement tirent le signal d’alarme depuis plusieurs années sur le mauvais état de conservation des populations d’oiseaux.

    Les chasses dites traditionnelles détruisent en France plusieurs centaines de milliers d’oiseaux alors que ces espèces sont en régression avérée.

    Comment expliquer à un enfant que placer des nichoirs à insectes est une bonne chose pour la chaine alimentaire (pollinisation des plantes, les oiseaux mangent les graines, les insectes ? ...

    Comment expliquer à un lycéen que nous nous trouvons à l’aube d’une crise majeure d’extinction animale ?

    Comment regarder cet enfant et ce lycéen dans les yeux en lui disant que la France s’engage dans la défense de l’environnement en signant telle ou telle convention internationale alors qu’elle autorise que sur son propre sol on puisse capturer (souvent de manière cruelle) des oiseaux dont les populations sont en net déclin.

    La France doit accorder ses paroles et ses actes.
    Je serai fier de mon pays si ces pratiques d’un autre temps étaient enfin interdites.

  •  STOP !, par Sandrine Perez , le 27 juillet 2018 à 12h36

    Heureusement qu’on protège nos jolies traditions de tueries, quelle perte culturelle ce serait sinon !
    Je lis que vous estimez les tenderies comme étant une méthode sélective... quelle est cette supercherie ?
    Est ce que seulement certains oiseaux s’y étranglent donc ?
    Impossible de relacher ceux qui ne sont pas "visés" mais il est bien prévu de les déclarer simplement... hypocrisie
    Peut-être qu’au lieu de trouver le chiffre d’un nouveau massacre, on pourrait se concentrer à protéger notre faune ?

  •  AUCUNEMENT " SELECTIVES" ces méthodes de chasse !, par SIMON , le 27 juillet 2018 à 12h36

    La méthode barbare de chasse à la glu révolte les esprits !

    Au nom de quoi nous autorisons-nous à "prélever " ( par les méthodes les plus sournoises et les plus traîtres , les plus lâches aussi) des "quotas" parmi les populations d’oiseaux , déjà en nette régression ?

    Nous avons massacré les insectes qui les nourrissent , nous mettons leur survie en péril , et nous LE SAVONS... mais pour le plaisir de quelques acharnés-à-tuer , vous allez encore autoriser du massacre ..?

    NON !
    NON !
    S’il vous plait NON !

    Allons-nous tout détruire sur cette Planète...cela ne suffit-il pas ..?

  •  non au piegeage de tout espece d’oiseau, par Didier GUILBAUD , le 27 juillet 2018 à 12h36

    Monsieur le ministre

    A l’heure ou il ne fait plus aucun doute que les popultaions d’oiseaux sont en fort déciln, que nos campagnes se vident de nos amis à plumes comment imaginer un seul instant continuer à prélever sur des populations déjà en déclin comme par exemple l’alouette des champs !!
    Il est INADMISSIBLE que nous en soyons réduits nous citoyens à nous mobiliser pour faire comprendre aux instances dirigeantes que si nous continuons sur ce principe, nous allons droit dans le mur !!!
    N’y a t-il personne de sensé aux commandes ???
    Je vous demande donc de cesser tout prélèvement sur les différentes populations d’oiseaux quel qu’ils soient.

  •  Contre le piégeage des Vanneaux huppés et des Pluviers dorés aux filets ainsi que le piégeage des merles et grives aux tenderies dans le département des Ardennes , par Paul Cuet , le 27 juillet 2018 à 12h35

    La tenderie aux vanneaux

    En France, pays qui abrite environ 70% des hivernants d’Europe, la tendance des populations nicheuses (-33% sur 1989-2015) et hivernantes (-48% sur 2000-2017) est alarmante. 2 050 oiseaux de ces espèces pourront être prélevés à l’aide du piégeage au filet (tenderie aux vanneaux)pour la saison 2018-2019 selon l’arrêté projeté.

    La tenderie au brancher

    Rien ne garantit que d’autres espèces non ciblées ne se retrouvent pas également prises au piège et la nature même du piège empêche tout relâcher d’une espèce non ciblée et potentiellement protégée, puisque la technique consiste à étrangler l’oiseau. La tenderie au brancher est donc non sélective. En cela elle est contraire au droit européen et l’Etat le sait parfaitement puisque l’arrêté ministériel du 17 août 1989 encadrant ce mode de chasse prévoit que « Tout gibier autre que les grives et merles pris accidentellement dans une tenderie est déclaré dans les vingt-quatre heures » – et non pas « relâché » – à l’ONF ou à la fédération des chasseurs ». L’année dernière, les chasseurs prétendent avoir capturé 5 711 oiseaux. Pourquoi donc autoriser le piégeage de 20 000 grives ou merles noirs pour la saison 2018-2019 ainsi que le prévoit l’arrêté en consultation ?

  •  NON, par BOULANGER Florence , le 27 juillet 2018 à 12h30

    NON à ces pratiques cruelles et barbares !

  •  Protégeons les oiseaux , par Pico huguette , le 27 juillet 2018 à 12h30

    Protégeons les oiseaux ! Arrêtez le massacre .

  •  Stop à la chasse et au braconnage des oiseaux, par Even PAPIN , le 27 juillet 2018 à 12h30

    Il semble aujourd’hui inconcevable que de telles pratiques de chasse soient encore autorisées. Quand on constate la dégradation de la biodiversité notamment des oiseaux à l’échelle européenne, n’est-il pas temps d’en favoriser la conservation plutôt que d’en permettre la destruction pour le plaisir de quelques chasseurs ou collectionneurs. Veuillez faire cesser ces pratiques s’il vous plait, le massacre n’a que trop durée.

  •  assez de chasse ! stop !, par Helene Charrier , le 27 juillet 2018 à 12h30

    super marre de tous les modes de chasses et de la cruauté, super marre de l’inhumanité de certains humains. STOP.

  •  Protection des oiseaux., par Denis GEORGES , le 27 juillet 2018 à 12h27

    De quel droit dispose-t-on de la vie des animaux quels qu’ils soient ????? Ceci est indigne de l’être humain,le seul capable de telles cruautés ! ! ! ! ! !

  •  Quotas de prélèvement pour chasses traditionnelles, par Marie Estienne , le 27 juillet 2018 à 12h26

    Bonjour

    Ces chasses sont dites « traditionnelles » car elles dérogent aux directives européennes. Elles datent d’une période où les populations rurales avaient besoin de se nourrir de protéines animales à bon compte. Ce n’est plus justifié aujourd’hui.

    Cette chasse n’est pas sélective : elle capture tous les petits oiseaux indifféremment sans se soucier de savoir s’ils sont protégés ou non. Les oiseaux meurent si le chasseur ne vient pas les récupérer à temps, ce qui est souvent le cas.

    Aujourd’hui, plus d’un tiers des passereaux, qu’ils peuplent nos forêts, nos campagnes ou nos marais, sont menacés de disparition aussi bien sur notre territoire, qu’ailleurs en Europe et dans le monde.

    Donc il faut renoncer à ces chasses traditionnelles et les renvoyer au passé, là où elles ont leur place.

    En espérant être entendu, bien à vous.