EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Chasses traditionnelles et détermination des quotas de prélèvements pour la campagne 2018-2019 dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône, du Var et du Vaucluse

Du 24/07/2018 au 14/08/2018 - 6181 commentaires

La France est concernée par plusieurs modes de chasse traditionnelle dont ceux à l’aide de gluaux dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône, du Var et du Vaucluse pour la capture des grives, merles noirs, vanneaux et pluviers dorés.

Sur la base de l’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "oiseaux", qui prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, un arrêté ministériel du 17 août 1989 fixent les conditions particulières d’exercice de ces chasses dans ces départements.
L’objet des présents arrêtés soumis à la consultation du public est de définir les quotas de prélèvement autorisés pour chaque saison et par département.
Dès réception de ces arrêtés ministériels et avant le 1er octobre, date d’ouverture de ces chasses traditionnelles, les préfets délivrent les arrêtés d’autorisation individuelles.


Télécharger :

Commentaires
  •  Biodiversité, par GROLLEAU Patrick , le 26 juillet 2018 à 20h01

    Au lieu de capturer / torturer / tuer tous les volatiles qui vous tomberons sous la main, ou plutôt dans vos pièges et sous le simple prétexte de la "tradition", peut-être pourriez vous vous rendre utiles grâce aux connaissance sur la faune que vous dîtes posséder ?
    Tous savent maintenant les conséquences de ces multiples pratiques odieuses : la disparition dramatique des oiseaux en Europe !
    Honte sur ces pratiques qui participent à la disparition de la biodiversité et à ses conséquences graves pour la planète et les générations futures !

  •  Ras le bol de l’hypocrisie, par Alain Clermidy , le 26 juillet 2018 à 19h58

    Bonjour,

    La loi prévoit de "permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités". Et que prévoit le législateur pour mettre cela en application et s’assurer du respect des prétendues "petites quantités" et pour contrôler les conditions de sélectivité des espèces ? RIEN.
    J’ai 65 ans et je continue de voir dans les Bouches du Rhône des installations et des pratiques absolument non contrôlées, car les chasseurs sont juges et partie (conflit d’intérêts), le nombre de gardes assermentés continue de diminuer, et c’est la loi de la jungle !
    Arrêtons cette aberration des chasses dites traditionnelles. Il faut évoluer et ne pas rester ancré dans le passé, sinon on défend l’indéfendable.
    On n’entend plus le chant des alouettes, victimes d’une agriculture productiviste. Foutons la paix aux oiseaux qui ont déjà suffisamment souffert du changement, de la dégradation et de la réduction de leur habitat.

  •  Non au piégeage des oiseaux, par MACHERET Armelle , le 26 juillet 2018 à 19h58

    Les oiseaux disparaissent de plus en plus de nos campagnes. Il est de notre responsabilité de les protéger et de prendre toutes les mesures utiles pour favoriser leur multiplication. La chasse en général et le piégeage en particulier vont à l’encontre de leur protection. Il ne faut donc pas les autoriser. Merci.

  •  Interdiction de la chasse traditionnelle et la chasse à l aide de gluaux, par Charat , le 26 juillet 2018 à 19h57

    Toutes ces pratiques de chasse son scandaleuse je pense que nous devrions interdire la chasse traditionnelle et au gluaux pour le respect de nos oiseaux et de la nature.
    Cette chasse est barbare et inhumaine.
    Sachant que le nombre d oiseaux en France et dans le monde et de plus en plus bas, je ne comprend pas qu un telle débat existe.
    Préservons notre nature, c est elle qui nous permet de vivre au quotidien. On ne peut plus ce permettre aujourd hui d attendre ou de créer des quota qui ne seront jamais respecté par tous ces chasseurs.
    Merci de prendre en compte mon avis

  •  Non à ces chasses, par M. Collette , le 26 juillet 2018 à 19h55

    Bonjour,
    La population d’oiseaux chute dans nos campagnes. Stop à ces "traditions"
    Meilleures salutations

  •  Non, non et non ! , le 26 juillet 2018 à 19h51

    Non à ces chasses totalement dépassées, incroyablement cruelles, et parfaitement injustifiables !

  •  Non, non, non et non ! , le 26 juillet 2018 à 19h50

    Non à ces chasses totalement dépassées, incroyablement cruelles, et parfaitement injustifiables !

  •  NON AU CHASSES TRADITIONNELLES, par forestier , le 26 juillet 2018 à 19h46

    Qu’attendons nous pour réagir, qu’il n’y est plus rien a protéger? Aujourd’hui tout le monde sait que la biodiversité décline de façon mondiale. Les oiseaux n’y font malheureusement pas exception, bien au contraire ! Alors pourquoi continuer ces prélèvements inutiles et cruels (l’oiseau subit un stress énorme englué à la branche en attendant son bourreau, les petits passereaux en meurent...) Au nom d’une tradition? Traditionnellement les femmes ne portent pas de pantalons, traditionnellement on exerçait un droit de cuissage ! Certaines traditions ne valent pas la peine d’être perpétuées non?
    Selon moi, ces chasses traditionnelles font partie des traditions non nécessaires à la culture d’une population et doivent cesser au vu de l’état de notre biodiversité !

  •  Les oiseaux disparaissent, et il faudrait continuer de les exterminer ? , par Bressan christophe , le 26 juillet 2018 à 19h41

    Comment cette consultation peut-elle même avoir lieu ?
    La biodiversité s’effondre, nos insectes disparaissent, les oiseaux sont introuvable, et vous demandez vraiment si on doit en tuer encore plus ?

    Non, non, non, et non ! Assez de tuerie ! Les chasseurs n’ont qu’à faire du sport pour passer leurs nerfs. Ils ont tellement tout exterminé qu’ils doivent faire de l’élevage pour avoir quelque chose à tirer pendant la saison de chasse.
    C’est absurde. Ridicule.

  •  Traditions cruelles, par Florence Vignal , le 26 juillet 2018 à 19h40

    Je trouve vraiment cruelles ces pratiques de piégeage. Pour satisfaire quelques frustrés de la gâchette, autoriser de telles choses est tout simplement honteux. Le specisme dont fait preuve l’état français est déconcertant. On a avancé avec les mauvais traitements sur animaux, mais on continue la corrida et autres pratiques soit disant traditionnelles. Pour mémoire l’excision des fillettes est aussi traditionnelle, donc cessez d’utiliser cet alibi et interdise la violence !!!

  •  Pour l’abolition de ces pratiques, par Tanya SIMON , le 26 juillet 2018 à 19h39

    Affirmer qu’une pratique est issue d’une tradition ne signifie pas de fait qu’elle ne doit jamais être abolie.
    Il est temps d’évoluer et d’arrêter ces pratiques barbares, sources de souffrances pour tous ces oiseaux, et en plus non sélectives !

    Ces pratiques n’ont vraiment plus aucune raison d’exister et de continuer. Si le seul et unique argument est la "tradition" alors non ce n’est pas recevable comme argument ! Des tas de traditions ont disparu au cours de l’évolution de la société et de nouvelles sont nées. Cela fait partie de la vie d’une civilisation.

    De plus dans le contexte de baisse des populations d’oiseaux et de régression de la biodiversité, modifier et adapter les pratiques de chasse devient plus que jamais essentiel. La chasse et les chasseurs sont des acteurs à intégrer dans la préservation de la biodiversité et de l’environnement.

    Encourager ce genre de pratique d’un autre temps ne sert pas le discours et la défense des chasseurs et pourrait bien mener à la disparition de la chasse de nos territoires ! Les citoyens sont de moins en moins compréhensifs envers la chasse qui souffre d’une image des plus négatives.

  •  Point de retour en arrrière irresponsable, par CHARRIER , le 26 juillet 2018 à 19h36

    La tradition qui se veut être la perpétuation de gestes plus ou moins anciens ne peut se justifier par le prétexte de préservation culturelle - pour les choses stupides ou inadaptées il y a les musées : la guillotine ou la peine de mort est une pratique culturelle ou ancestrale qui n’a pas sa place dans notre monde moderne, la chasse à la matole ou au Gluau idem. L’état des campagnes ou à l’époque ce genre de pratiques avait un impact moindre, et encore... (on a réussi à exterminer certaines espèces au 19ème siècle pour cause de chasse systématique...donc..) : l’interdiction de ces pratiques de chasses était largement justifié à l’époque où cela a été voté (par des politiques responsables ; espèce disparue ?) : il a permis de sauver certaines espèces de l’extinction... et encore (as tu vu l’ortolan ?... que nenni). L’évolution dramatique de l’état des habitats des espèces d’oiseaux visées ou non (mais tuées malgré tout) devrait justifier la mise en place d’une politique environnementale ambitieuse et à plus value écologique et humaine mesurable. Enfin et surtout, arrêtez de compromettre toujours plus notre avenir et celui de nos enfants avec vos projets démagogiques et rétrogrades et surtout vos consultations bidons. Don’t let shit the Bull !

  •  Pratiques de chasse oiseaux à bannir, par Carnino , le 26 juillet 2018 à 19h36

    Je suis totalement contre ces pratiques de chasses d’oiseaux cruelles et inutiles. Vous n’êtes pas sans savoir que le déclin de toutes les espèces d’oiseaux ne fait que de s’accentuer et que la France est le pays d’Europe où ce declin est le plus important. Alors il faut tout simplement interdire totalement ces chasses dites traditionnelles. En effet le loisir de quelques uns ne peut avoir pour résultat un accroissement de ce déclin inquiétant et catastrophique.Le courage et la responsabilité du ministre doivent être à la hauteur des décisions inhérentes à sa fonction. Ce n’est pas le vouloir des chasseurs qui doit primer mais le bien de TOUS les français. En cette période de désastre, la seule décision est l’INTERDICTION TOTALE.
    Cordialement

  •  Chasse à l’aide de gluaux, par Tonsuso Patricia , le 26 juillet 2018 à 19h32

    Cruelle , complètement destructrice de ces oiseaux qui disparaissent peu à peu complètement de notre nature .
    Ce monde ne nous appartient pas ,nous ne sommes que de passage.
    stoppons de suite ce carnage !

  •  non à la "chasse traditionnelle" , par brebio , le 26 juillet 2018 à 19h32

    Bien entendu, il s’agit d’une pratique non sélective puisque n’importe quel oiseau autre que les grives et merles noirs peut se retrouver englués, ce qui a conduit en 2004 la Cour de justice de l’Union Européenne à condamner l’Espagne qui autorisait une pratique similaire. Malgré l’obligation de relâcher les spécimens d’espèces non ciblées, ceux-ci ont peu de chances de survivre, surtout les petits passereaux (mésanges, rouges-gorges, etc.) : articulations démises en se débattant et mutilations, plumes arrachées par la glu, intoxication due aux solvants chimiques utilisés pour décoller les oiseaux (« traditionnellement » cela se faisait avec de la cendre). Alors que les chasseurs déclarent avoir capturé 42 319 oiseaux la saison 2017-2018, chiffre relativement stable depuis quelques années, les arrêtés soumis à consultation autorisent le piégeage de 78 000 grives ou merles noirs pour la saison 2018-2019 ! Les chasseurs n’étant pas soumis à l’obligation de relâcher les appelants en fin de saison, ce quota s’ajoute à l’important prélèvement de ces espèces par tir au fusil (plus de 2,5 millions de grives de merles noirs en France d’après l’enquête nationale sur la saison 2013-2014[4]).

  •  Chasse et piégeage , par Aurore Dona , le 26 juillet 2018 à 19h31

    Cessez de détruire la nature.

  •  non aux traditions d un.autre age , par Vaucois , le 26 juillet 2018 à 19h30

    STOP AUX TRADITIONS D UN AUTRE AGE par Vaucois
    Le ministere de l ecologie aurait il des problemes avec l mot respect de l.environnement outre la pollution des diesels ??

    Stop aux traditions d un autre age ...

    Inventons d autres traditions celles du respect reel de
    l etre vivant et l interdiction des piegeages des oiseaux entre autres.
    Il parait que nous sommes des etres intelligent .Ou est l intelligence du massacre d oiseaux pour une tradition barbare. .

    Je veux que les enfants du futur voient une vraie nature belle et diverse et que nos descendants ne nous insultent pas pour leur avoir laisser une terre envahie de voitures hybrides polluantes avec leur de batterie chargées au nucleaire et deserte de toute nature

  •  Traditions barbares., par Tabbart , le 26 juillet 2018 à 19h27

    Ces chasses sont dites « traditionnelles » car elles dérogent aux directives européennes. Elles datent d’une période où les populations rurales avaient besoin de se nourrir de protéines animales à bon compte. Ce n’est plus justifié aujourd’hui. D’autant que le piégeage est difficilement contrôlable, et les pratiques cruelles :
    Difficilement contrôlable : lorsque la police de la nature arrive sur place, si jamais elle arrive, il est souvent trop tard. Et quand bien même, lorsqu’un pinson ou un chardonneret est pris et que le garde arrive, le piégeur a beau jeu de dire qu’il allait le relâcher.
    Cruel : lors des opérations de contrôle qu’elles conduisent elles-mêmes, les associations ont souvent trouvé des oiseaux blessés voire même morts dans les pièges. Au stress s’ajoutent les heurts physiques du grillage, la souffrance des oiseaux collés par les pattes, par les plumes des ailes, par la queue ou par le corps, et lorsqu’ils sont décollés, aux stress des manipulations, à la violence des collets…Bien entendu, il s’agit d’une pratique non sélective puisque n’importe quel oiseau autre que les grives et merles noirs peut se retrouver englués, ce qui a conduit en 2004 la Cour de justice de l’Union Européenne à condamner l’Espagne qui autorisait une pratique similaire. Malgré l’obligation de relâcher les spécimens d’espèces non ciblées, ceux-ci ont peu de chances de survivre, surtout les petits passereaux (mésanges, rouges-gorges, etc.) : articulations démises en se débattant et mutilations, plumes arrachées par la glu, intoxication due aux solvants chimiques utilisés pour décoller les oiseaux (« traditionnellement » cela se faisait avec de la cendre). Alors que les chasseurs déclarent avoir capturé 42 319 oiseaux la saison 2017-2018, chiffre relativement stable depuis quelques années, les arrêtés soumis à consultation autorisent le piégeage de 78 000 grives ou merles noirs pour la saison 2018-2019 ! Les chasseurs n’étant pas soumis à l’obligation de relâcher les appelants en fin de saison, ce quota s’ajoute à l’important prélèvement de ces espèces par tir au fusil (plus de 2,5 millions de grives de merles noirs en France d’après l’enquête nationale sur la saison 2013-2014[4]).

  •  Je suis contre ! ça capture tout les oiseaux, par Le-Brasseur , le 26 juillet 2018 à 19h27

    Ces pièges capturent tout les oiseaux et c’est ctuelle.

  •  Piégeage des grives, par Subrin , le 26 juillet 2018 à 19h19

    Bien entendu, il s’agit d’une pratique non sélective puisque n’importe quel oiseau autre que les grives et merles noirs peut se retrouver englués, ce qui a conduit en 2004 la Cour de justice de l’Union Européenne à condamner l’Espagne qui autorisait une pratique similaire. Malgré l’obligation de relâcher les spécimens d’espèces non ciblées, ceux-ci ont peu de chances de survivre, surtout les petits passereaux (mésanges, rouges-gorges, etc.) : articulations démises en se débattant et mutilations, plumes arrachées par la glu, intoxication due aux solvants chimiques utilisés pour décoller les oiseaux (« traditionnellement » cela se faisait avec de la cendre). Alors que les chasseurs déclarent avoir capturé 42 319 oiseaux la saison 2017-2018, chiffre relativement stable depuis quelques années, les arrêtés soumis à consultation autorisent le piégeage de 78 000 grives ou merles noirs pour la saison 2018-2019 ! Les chasseurs n’étant pas soumis à l’obligation de relâcher les appelants en fin de saison, ce quota s’ajoute à l’important prélèvement de ces espèces par tir au fusil (plus de 2,5 millions de grives de merles noirs en France d’après l’enquête nationale sur la saison 2013-2014[4]).cest pourquoi je suis CONTRE le piégeage des grèves.