EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Arrêté relatif à la suspension de la chasse de certaines espèces de gibier en France métropolitaine

Du 10/07/2018 au 31/07/2018 - 8036 commentaires

Depuis 2008, en raison de leur mauvais état de conservation, le Courlis cendré et la barge à queue noire, deux espèces appartenant à la liste des espèces chassables sont protégées par des moratoires, conformément aux dispositions et préconisation de l’Accord pour la conservation des oiseaux migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA). Deux moratoires successifs ont été pris, en 2008 et en 2013, le moratoire de 2013 introduisant toutefois une modification pour le courlis cendré qui peut être chassé sur le domaine public maritime.

Le présent arrêté prolonge ces moratoires pour la période d’une année, afin de pouvoir intégrer, à partir de 2019, les conclusions des plans de gestions de ces espèces qui seront débattus et adoptés lors de la prochaine COP de l’AEWA.

La mise en œuvre de ces moratoires s’est justifiée jusqu’ici pour les motifs suivants :

  • la Barge à queue noire est en mauvais état de conservation à l’échelle européenne. Un plan de gestion international a été adopté au titre de l’Accord international sur les oiseaux d’eau d’Afrique et d’Eurasie (AEWA) en 2008, et prévoit un arrêt de la chasse dans toute l’aire de répartition de l’espèce ;
  • le Courlis cendré est classé dans la catégorie des espèces « Quasi menacées » de la Liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), pour lesquelles une action internationale est appropriée. Elle fait également l’objet depuis 2015 d’un plan européen qui préconise un moratoire sur sa chasse.

Ainsi, le projet d’arrêté soumis à la présente consultation vise à :

  • reconduire le moratoire sur la chasse de la Barge à queue noire pour un an, le temps de renouveler le plan de gestion international, qui prévoit actuellement l’arrêt de la chasse de cette espèce dans tous les pays, et qui arrive à échéance fin 2018. Les discussions en cours laissent penser qu’en raison du mauvais état de conservation, ce plan sera vraisemblablement reconduit à l’identique ;
  • reconduire le moratoire sur la chasse du Courlis cendré, excepté sur le domaine public maritime comme actuellement, pour une durée d’un an.

Cet arrêté permettra donc, en cohérence avec le Plan Biodiversité, de prolonger la protection de deux espèces dont l’état de population est inquiétante, le temps de mettre en place une gestion adaptative des espèces chassables pour mieux connaître et rationaliser les prélèvements en fonction de leur état de conservation. Ce principe repose sur un renforcement de la collecte des données sur l’état de conservation des espèces et sur les prélèvements réalisés par les chasseurs ; ces données seront analysées par une instance d’expertise scientifique pour éclairer le choix de la gestion la mieux adaptée pour chaque espèce.

Une synthèse intermédiaire a été établie pour la millième contribution (cf document joint).


Télécharger :

Commentaires
  •  mon avis sur le projet, par Dominique HOLTZ , le 11 juillet 2018 à 17h41

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciale pour cette espèce classée vulnérable par l’UICN. Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.
    Pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.

  •  Oui au moratoire, par Jean-Dominique SCHILLING , le 11 juillet 2018 à 16h54

    Je suis favorable au moratoire car les espèces en danger ne doivent pas être chassées.

  •  Suspendre la chasse à ces deux espèces, par Vinot , le 11 juillet 2018 à 16h16

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciale pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN. Ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.
    Par ailleurs, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.

  •  projet de renouvelleent du poratoire de chasse, par eva arbogast , le 11 juillet 2018 à 16h07

    Voici, ci-dessous, l’avis que nous vous proposons de reprendre

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.

  •  Renouvellement moratoire chasse de la Barge à Queue Noire et du Courlis cendré, par TRINCKQUEL Michèle , le 11 juillet 2018 à 15h49

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.

  •  Avis, par LAVANDIER , le 11 juillet 2018 à 15h48

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.
    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.

  •  Moratoire courlis et barge. , par Alcaraz , le 11 juillet 2018 à 15h41

    Décision compréhensive qui ne doit pas retarder pour autant la mise en place de la gestion adaptative des espèces susceptibles d’etre Gérées sous cette forme de gestion promise.

  •  Soutien au moratoire de chasse du courlis cendré et de la barge à queue noire, par Claude Koegler , le 11 juillet 2018 à 15h37

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.

  •  moratoire de chasse courlis et barge à queue noire, par jean claude vogt , le 11 juillet 2018 à 15h15

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.
    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.

  •  Suspension chasse Courlis cendré et Barge à queue noire, par Pascal DENIS , le 11 juillet 2018 à 14h57

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.
    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.

  •  Moratoire de chasse de la barge à queue noire , le 11 juillet 2018 à 14h49

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN.Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.

    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.

  •  Cessez la chasse aux courlis., par Herve Sutter , le 11 juillet 2018 à 14h29

    Cet oiseau emblématique de nos côtes et rarissime en Alsace mérite d’être protégé tant il est discret et fragile. Au moment où le monde scientifique s’alarme, et tous les citoyens prennent conscience de la disparition de si nombreuses espèces vivantes, faut-il atteindre un point de non-retour pour agir ? La biodiversité est nécessaire à la survie de l’homme. La fragiliser c’est courir à notre perte, inéluctable, définitive.

  •  Retirer totalement la barge à queue noire et le courlis cendré des espèces chassables, par Gaudaré , le 11 juillet 2018 à 14h06

    Si l’activité de chasse pouvait se tolérer à une époque où la biodiversité était foisonnante, l’état dramatique dans lequel se trouvent la plupart des espèces, des écosystèmes et de la biodiversité rend totalement hors de propos toute idée de chasse. C’est un luxe que l’homme ne peut plus se permettre. Aux chasseurs de travailler avec les écologistes pour rétablir les écosystèmes, interdire les pesticides et restaurer des rivières, les prairies et les haies.

  •  Pour le renouvellement et un élargissment des moratoires Barges à queue noire et Courlis cendré, par Eric Brunissen , le 11 juillet 2018 à 14h00

    Je suis favorable au projet de renouvellement du moratoire de chasse de la barge à queue noire et du Courlis cendré, une décision particulièrement cruciales pour ces deux espèces classées vulnérables par l’UICN. Toutefois ce moratoire doit au moins être prolongé pour 3 ans.
    En revanche, pour le courlis cendré, le moratoire doit aussi être étendu à la chasse sur le Domaine Public Maritime, là où sont chassés la majorité des courlis ; un moratoire sur les seuls espaces terrestres n’a pas de sens et contrevient aux engagements internationaux de la France.
    Le courlis cendré notamment est en voie de disparition dans de nombreuses régions françaises.

  •  Oui à la reconduction des moratoires protégeant le courlis cendré et la barge à queue noire, par Dupont Sylvie , le 11 juillet 2018 à 13h55

    Il serait grand temps que ces espèces lourdement menacées soient totalement protégées et que l’interdiction de les chasser soit totale. Il n’est pas normale, qu’une toute petite partie de la population, les chasseurs donc, s’arrogent le droit d’exterminer les reliquats d’un écosystème déjà bien déséquilibré, en toute impunité. Il est urgent que le gouvernement français réforme de fond en comble sa politique cynégétique. L’heure n’est plus aux arrangements. Il faut sauver d’urgence le peu de nature vrai qui reste encore sur notre territoire. Et cela ne concerne pas que la barge à queue noire et le courlis cendré mais aussi toutes les autres espèces emblématiques de notre terroir, comme le renard, le loup, l’ours, le blaireau, et je ne peux pas toutes les citer tant elle sont nombreuses. Elles aussi ont trop étaient victimes de la chasse, de la destruction de leurs écosystèmes, de la réduction de leurs territoires....

  •  Moratoire Barge et Courlis, par ELLISSALDE , le 11 juillet 2018 à 13h21

    Etant chasseur, je suis favorable à un moratoire d’une année supplémentaire, même si la chasse n’est pas responsable du déclin de ces deux espèces, très peu chassées en FRANCE .

  •  moratoire courlis barges a queue noir , par F.Claudel , le 11 juillet 2018 à 13h20

    pourquoi prolongé ce moratoire qui n’a ni queue ni tète les populations de ses deux espèces ne sont pas déclin les pseudo scientifique ne considère pas les nouvelles donner obtenues depuis la création de ce moratoire.
    la barge a queue noir migre en juin juillet pour remonter sur leur lieu de nidification en avril donc trés peux touché par la chasse donc pourquoi la retirer des espéces chassable
    en ce qui concerne les populations de courlis ceux-ci ne migre en masse que lorsque les hivers sont rudes et comme nous l avons pue le constater lors de l hivers 2008 2009 des milliers de courlis ont envahie notre pays

  •  morattoire sur la chasse au Courlis cendré et Barge à queue noire, par CHIC-PLANETE , le 11 juillet 2018 à 12h48

    C’est tout de même la moindre des choses que de reconduire ce moratoire, alors que ces espèces sont en danger !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Mais POURQUOI le moratoire ne porte pas sur le domaine maritime public, pourquoi cette exception ? Si l’on comprends bien, il y a régression au niveau de la protection de cette eqpèce, puisqu’actuellement le moratoire porte AUSSI sur le domaine maritime public !
    Ca devient lassant ces tergiversations sur la protection des espèces, alors qu’on sait à quel point la biodiversité est en danger !
    Bref, on considère une fois de plus indispensable le rôle des chasseurs vu que les "prélèvements" sont admis à des fins " d’expertises scientifiques" !!!!!!!! On a besoin de ça ?

    Enfin, quand allons-nous agir vraiment et efficacement ? ON ATTEND QUOI ??????????????????????

  •  Pour une Interdiction totale de chasser ces deux espèces, par Oudin D , le 11 juillet 2018 à 12h18

    Il n’est pas admissible d’autoriser la chasse d’une espèce "quasi menacée", c’est un crime contre la biodiversité.

    Protection totale donc du courlis cendré où qu’il se trouve

  •  tellement plus facile, par GODEFROY , le 11 juillet 2018 à 12h13

    il est tellement plus facile d’interdire la chasse plutôt que de mener une politique de réhabilitation des milieux favorables a ces oiseaux. Donc oui pour un moratoire temporaire mais avec des vraies actions pour restaurer les milieux auxquels sont infeodés ces oiseaux