DÉVELOPPEMENT DURABLE
 

Consultation du public sur le projet de stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI)

Du 03/07/2018 au 24/07/2018 - 1751 commentaires

Contexte et objectifs

Suite à l’Accord de Paris, le gouvernement français s’est engagé dans l’axe 15 du Plan climati à publier « une stratégie nationale pour mettre fin à l’importation de produits forestiers ou agricoles contribuant à la déforestation – y compris le changement d’affectation des sols indirect – ".

L’élaboration de cette stratégie est concomitante avec la présidence par la France des déclarations d’Amsterdam au premier semestre 2018. Signées par six États membres de l’Union européenne et la Norvège, ces déclarations ont pour objectifs d’éliminer la déforestation des chaînes d’approvisionnement de matières premières agricoles et de soutenir l’approvisionnement en huile de palme durable à l’horizon 2020. Ainsi les travaux menés dans le cadre de ces deux processus se sont nourris mutuellement et la SNDI permettra de répondre aux engagements pris dans le cadre des déclarations d’Amsterdam.

Plus globalement la SNDI a pour objectif d’identifier des leviers et de mettre en œuvre une combinaison d’actions destinées à engager un processus de transformation majeur en matière de lutte contre la déforestation.

Au travers cette stratégie nationale, le gouvernement français vise aussi à encourager les dynamiques européenne et internationale pour lutter contre la déforestation importée. L’Union européenne pourrait notamment jouer un rôle moteur en la matière en publiant un plan d’action européen sur le sujet.

Enjeux

Les données sur la déforestation inquiètent depuis des décennies. Selon la FAO la superficie forestières mondiale a été réduite de 129 millions d’hectares sur la période 1990-2015. La production agricole et l’élevage constituent la première cause de déforestation à l’échelle mondiale et un tiers de cette production est destinée à l’export. L’étude de 2013 de la Commission européenne sur l’impact de la consommation européenne sur la déforestation montre que les pays européens sont responsables de plus du tiers de la déforestation liée au commerce international de produits agricoles. Cette responsabilité importante justifie de prendre des mesures pour réduire l’impact de l’Union européenne (dont la France) sur les forêts tropicales.

La stratégie française va de pair avec une mobilisation accrue des acteurs privés et des organisations internationales. Elle vise à promouvoir une gestion durable des forêts et à réduire les impacts environnementaux et sociaux qui sont liés aux importations de matières premières donnant lieu à la déforestation dans le cadre d’un dialogue constructif et partenarial avec tous les pays producteurs.

Élaboration de la stratégie

Le processus d’élaboration de la SNDI est coordonné par l’Ambassadeur délégué à l’environnement, Xavier Sticker et piloté par plusieurs ministères : le Ministère de la transition écologique et solidaire, le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères, le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, le Ministère de l’économie et des finances et le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Les actions formulées dans la stratégie ont été nourries par les recommandations portées par trois groupes de travail issus du Groupe national sur les forêts tropicales (GNFT). Ces recommandations ont été présentées aux membres du GNFT le 16 février 2018 qui ont ensuite pu y apporter des commentaires et faire des propositions complémentaires qui ont également nourri les propositions formulées dans la stratégie.

Le projet de stratégie sera présenté aux membres du Conseil national pour la transition écologique le 12 juillet 2018.

Contenu de la stratégie

Le document fixe 16 objectifs et 26 mesures réparties en cinq grandes orientations :

  • Orientation 1 : développer, partager et valoriser les connaissances.
  • Orientation 2 : développer les actions de lutte contre la déforestation importée dans le cadre de coopérations internationales.
  • Orientation 3 : faire de nos politiques publiques un levier pour favoriser une demande française de produits durables.
  • Orientation 4 : favoriser et coordonner l’engagement des acteurs.
  • Orientation 5 : garantir l’atteinte des objectifs de la SNDI.

Télécharger :

Commentaires
  •  Stop aux absurdités écologiques, par Julie Kuhn , le 18 juillet 2018 à 01h06

    Réapprenons aux citoyens à consommer local et à se priver de tout ce qui est lointain. Car oui, le local est bon et sain pour nous et la planète. Quant à l’huile de palme... Une catastrophe à tous les étages.

  •  STOP STOP STOP - On arrête les conneries et on se bouge !, par Julie MOREL , le 18 juillet 2018 à 00h58

    Il faut INTERDIRE l’importation en France d’huile de palme et de n’importe quel produit contenant de l’huile de palme. Il nous faut stopper net les projets extrêmement incohérents et délirants tels que celui de la Mède car ce sont des scandales. On ne peut pas continuer à avoir de beaux discours sur l’écologie tout en continuant à se plier devant les géants des industries polluantes. Et si les pays exportateurs menacent de ne pas acheter nos avions... tant pis. On trouvera un moyen de faire rentrer de l’argent autrement, et eux aussi. Et ce sera de l’argent propre, digne et respectueux.
    La France DOIT montrer l’exemple aux autres pays du monde, et le gouvernement français DOIT montrer l’exemple à ses citoyens. Sinon, pourquoi ne plus acheter de Nutella pour son p’tit dej alors que l’Etat lui-même accorde l’importation massive d’huile de palme pour faire rouler nos petites voitures ? C’est insensé, il est grand temps d’agir ! Tout le monde le sait et la majorité du peuple mettra du sien pour la préservation de notre planète à condition que le gouvernement fasse des efforts de son côté et éduque son peuple (stop à la propagande erronée sur les "biocarburants" ou n’importe quel autre greenwashing de ce type). Nous nous devons également d’informer et d’aider les pays concernés par cette déforestation pour freiner considérablement ces ravages avant d’asphyxier à tout jamais notre planète et d’exterminer tous les êtres-vivants qui la peuplent.
    S’il vous plaît, nous comptons sur vous et nous sommes tous avec vous pour la mise en place de mesures justes et essentielles, alors BOUGEZ-VOUS et SORTEZ VOUS LES DOIGTS DU CUL !!!!!

  •  Stop déforestation , par Fort , le 18 juillet 2018 à 00h28

    Merci de Stopper toutes les nouvelles déforestations, en cours ou à venir ! Que ce soit pour l’alimentation ou les carburants avec l’huile de palme, les plantations massives de café ou chocolat, pour les constructions, ou pour mettre en place de grosses structures polluantes (comme c’est actuellement le cas en Guyane avec l’enterrement de cyanure sur une zone de plus de 800 hectares (dont 55% est déjà deforestée..)
    Merci d’agir avec fermeté et impartialité, envers toutes les entreprises ! L’avenir de notre planète ne doit pas être bafoué par d’avides et inconscients industriels !

  •  action de lutte : interdire l’importation d’huie de palme ., par Avella vincent , le 17 juillet 2018 à 23h06

    Interdiction de l’huile de palme . Point barre . Donc interdiction d’importation d’huile de palme , que ce soit pour les bio carburants ou pour la nourriture . Donc interdiction aussi de produits contenant de l’huile de palme . (Inutile de s’amuser avec des logos en espérant une consommation responsable ) Vous voulez que les français achètent des produits plus durables ? c’est plus cher , donc augmentez donc "en même temps" le pouvoir d’achat des français .
    Et puis si on arrêtait les traités de "libre échanges" qui ne sont là que pour exacerber les concurrences en tous genre , ce qui tire quasi tout le monde vers le bas sous prétexte que quelques niches réussissent ... Peut être que les pays les plus pauvres n’auraient pas à utiliser des moyens antiécologiques pour relever ce défi de la concurrence sans fin .

  •  stop à la déforestation, par THIEBAUT SANDRA , le 17 juillet 2018 à 23h00

    quelque soit le pays, la forêt doit être protégée. Nous avons besoin des arbres pour respirer, cela s’apprend à l’école ! nous devons nous en souvenir en grandissant ! les zones boisées du monde entier doivent être protégées et respectées. nous ne devons pas encourager la déforestation mondiale, il n’y a pas que l’argent qui compte. notre gouvernement doit tout faire pour aider à la sauvegarde de la biodiversité sur son territoire comme sur les autres continents et cesser d’importer quelque soit la raison ! des produits transformés et de matières premières qui ont contribué à la déforestation. Messieurs et Mesdames du gouvernement il y a urgence et le texte de nos lois doit être à la hauteur !

  •  Cessons une politique absurde, par Raphael Amstutz , le 17 juillet 2018 à 22h53

    Comme vous le savez, les agrocarburants sont à l’origine de milliers de km2 de déforestation, pour planter des arbres à huile de palme.

    Il faut cesser cette absurdité qui laisse croire que nous économisons du C02 en prenant de l’essence à base d’alcool produit par déforestation.

    La France doit en finir avec son soutien absurde aux agrocarburants ! Elle ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur interdiction pure et simple ! Cet objectif doit être inscrit clairement dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.

    • Total doit investir dans la recherche de production d’alcool à base de bactéries, par utilisation du CO2 présent dans l’air et la lumière, ou par l’utilisation de déchets ménager éventuellement, mais pas en utilisant des produits alimentaires ou favorisant le déboisement ailleur.

    La viande a un effet dévastateurs sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande

  •  une vraie politique de lutte ne peut s’accorder avec l’arrêté d’autorisation de la Mède, par SOPHIE AIX , le 17 juillet 2018 à 22h39

    on propose ici de mettre en place une politique de lutte contre ladéforestation importée (SNDI) et en même temps le gouvernement et le ministère de Mr Hulot s’engage en faveur du projet de raffinerie aux biocarburants de la Mède à Martigues en PACA, projet de Total. Il semble que le gouvernement marche sur deux jambes mais que celles ci avanceraient sur deux routes opposées. Ce projet va favoriser une importation massive d’huile de palme importée notamment d’Indonésie et donc une déforestation massive. On sait que l’huile de palme en bilan carbone est plus émetteur que les fossiles conventionnels alors pourquoi s’engager dans un projet destructeur pour l’environnement et les populations locales de France et des terres productrices d’huile de palme ? Socialement ce projet n’a aucune viabilité durable pour le territoire de l’étang de Berre. Le gouvernement et Total prétendent sauver des emplois? Que nini. On ne fait que reculer un énième plan social plutôt que de penser avec les salarié-es un vrai plan de reconversion socialement et environnementalement viable. Alors oui la première stratégie nationale à mettre en place dans le domaine de lutte contre la déforestation importée (SNDI) c’est de dire non au projet de la Mède.

  •  Non aux agrocarburants, par Boissinot , le 17 juillet 2018 à 22h25

    Je souhaite que l’on sorte le plus tôt possible des agrocarburants : la France doit être moteur dans la réduction de l’utilisation de la voiture et de tout ce qui consomme des carburants...nous avons une responsabilité importante pour ouvrir la voie de la décroissance.

  •  STOP AUX MASSACRES PLANÉTAIRE JEAN MICHEL 17/07/2018 , par FLEURY , le 17 juillet 2018 à 21h55

    URGENCE ABSOLUE SI NOUS VOULONS CONTINUER A VIVRE LA PLANÈTE MEURT ET C’EST NOUS LES HOMMES QUI SOMMES RESPONSABLES CELA NE FAIT AUCUN DOUTE NOUS DÉTRUISONS LA VIE VÉGÉTALE ANIMALE TOUT N’EST QUE PROFIT JUSQU’OÙ IRONS NOUS IL EST DÉJÀ PRESQUE TROP TARD SI LA FRANCE EST UN GRAND PAYS ELLE DOIT RÉAGIR VITE TRÈS VITE ET MONTRER L’EXEMPLE..... J’AI HONTE D’ÊTRE UN HUMAIN .....

  •  Stop à la rafinerie de la Mède !, par Raphaël Brouard , le 17 juillet 2018 à 21h44

    Selon un rapport des Amis de la Terre, l’utilisation des agrocarburants est jusqu’à trois fois plus néfaste pour le climat que le diesel normal, si l’on prend en compte l’impact de cette industrie sur la déforestation et les sols tourbeux qui relâchent du CO2 emmagasiné depuis des millénaires (sans parler des conséquences pour les tribus indigènes). L’état dit se préoccuper de ce sujet mais autorise l’ouverture de la raffinerie de la Mède. Schizophrénie, duplicité ou criminelle naïveté de la part du Ministère de l’écologie ?

  •  Interdiction de l’utilisation de végétaux pour la fabrication de carburants, par Cédric Vogt , le 17 juillet 2018 à 21h27

    L’utilisation de matières premières végétales devrait être interdite, dès lors que le procédé concerné vise à produire principalement un carburant.
    Celle-ci devrait être permise pour toute autre fin, même si un carburant constitue un sous-produit. Le procédé de fabrication du carburant devrait présenter un bilan carbone inférieure d’au moins 50% au procédé de fabrication d’un carburant d’origine pétrole.
    Une commission indépendante devrait être chargée d’évaluer les demandes d’autorisation d’exploiter des sites de production de carburants (même en temps que sous produit). La décision finale devrait revenir à une assemblée élue par les citoyens.

  •  STOPPONS LA DEFORESTATION, par HOUSSIN , le 17 juillet 2018 à 21h24

    La France ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur interdiction ! Cet objectif doit être inscrit clairement dans la SNDI.

    La France doit inscrire dans la SNDI l’interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie géante de Total à la Mède.

    Dans le but de contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

  •  il y a urgence, par humblot mado , le 17 juillet 2018 à 21h00

    il y a urgence d’arrêter le massacre planétaire.
    Il y a urgence d’arrêter ce système électoral, qui met en place des gens dangereux pour lesquels la majeur partie du peuple n’a pas voté et qui prennent des décisions qui auront de graves conséquences pour l’avenir qui est déjà bien fragile.

  •  Arrêter le soutien aux agrocarburants pour lutter contre la déforestation importée, par Evelyne BEAUVICHE , le 17 juillet 2018 à 20h04

    La France doit interdire les plans d’approvisionnements des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles comme le fait la raffinerie TOTAL à la Mède. Elle ne doit plus subventionner les agrocarburants sur son territoire. Elle doit inscrire l’objectif d’interdiction des agrocarburants dans sa stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.
    Pour lutter contre les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit aussi permettre une réduction notable des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner comme objectif la promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de consommation de viande et de produits laitiers.

  •  Lutte contre la déforestation importée , par Zimon , le 17 juillet 2018 à 20h00

    • La France doit en finir avec son soutien absurde aux agrocarburants ! Elle ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur interdiction pure et simple ! Cet objectif doit être inscrit clairement dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.

    • La France doit cesser d’alimenter le marché artificiel des agrocarburants : elle doit inscrire dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée une interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie géante de Total à la Mède.

    • Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

  •  De la vie, de l’avenir, par Philippe Martin , le 17 juillet 2018 à 19h31

    Après l’élan impulsé par la France lors des accords de Paris et parce que la France, grande puissance ou au moins vue comme telle, se doit d´être à la hauteur si ce n’est pionnière, il est primordial de mettre fin d’une manière générale à la surconsommation génératrice de gaspillage et en particulier la surconsommation de viande indirectement responsable de la déforestation, l’absurdité des transports quand bien des choses pourraient être encouragées localement pour subvenir aux besoins. A quand une vraie politique qui favoriserait les modes de transport les moins polluants au lieu de chercher des solutions dans les agrocarburants ravageurs de surface forestière et de son cortège de vie (faune et flore). Soyons à la pointe pour notre avenir...donnez nous des raisons d’être fiers de notre pays.

  •  La France doit cesser de soutenir la déforestation planétaire, par Anglade , le 17 juillet 2018 à 19h28

    - En supprimer les agrocarburants sur le territoire français,
    - En taxant fortement l’importation de céréales servant à nourrir l’élevage intensif,
    - En sensibilisant la population sur les conséquences écologiques et sanitaires de la consommation de protéines animales,
    - En favorisant la mise à disposition d’un menu végétarien varié dans toutes les cantines scolaires, municipales, inter-entreprises, milieux hospitaliers, maisons de retraites et centres de rééducation...

  •  Protégeons les forêts par l’économie, par Sébastien PETITJEAN , le 17 juillet 2018 à 18h49

    Le marché unique européen est le plus grand marché solvable du monde (500 M de consommateurs avec un pouvoir d’achat très loin au-dessus de la moyenne mondiale).
    Il faut commencer par interdire l’entrée sur le marché européen de tous les produits qui contribuent à la déforestation dans le monde, si on ferme le marché européen à ces produits, l’intérêt de développer certaines activités en contribuant à la déforestation devient négligeable.

    Pourquoi vouloir importer de la viande alors que l’Europe est autosuffisante ?
    Pourquoi vouloir importer du soja alors qu’une filière soja non-OGM est en cours de développement en France et en Europe ?
    Et en plus, on peut substituer le soja par des tourteaux d’oléagineux produits en Europe, co-produits des huiles qui servent à l’alimentation humaine ou à la création de biocarburants.
    Les biocarburants, qui au passage, permettent de recycler le CO2 de l’atmosphère, et sauf erreur, de ma part, il n’y a pas plus efficace que la photosynthèse pour piéger du carbone.

    En conclusion, pour lutter contre la déforestation dans le monde, commencez par exploiter les formidables solutions que peut proposer l’agriculture Française (Vive les Bleus, Champions du monde !) et Européenne.

  •  aller plus loin, par denny christine , le 17 juillet 2018 à 18h38

    La France doit en finir avec son soutien absurde aux agrocarburants ! Elle ne doit plus subventionner de manière directe ou indirecte les agrocarburants sur son territoire et aller progressivement vers leur interdiction pure et simple ! Cet objectif doit être inscrit clairement dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée.

    • La France doit cesser d’alimenter le marché artificiel des agrocarburants : elle doit inscrire dans la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée une interdiction des plans d’approvisionnement des raffineries françaises qui incluraient des matières premières alimentaires ou naturelles, comme la raffinerie géante de Total à la Mède.

    • Pour contrer les effets dévastateurs de notre modèle d’élevage sur les forêts, la SNDI doit permettre une réduction des importations de protéines végétales destinées à l’alimentation animale et se donner un objectif de promotion de campagnes de sensibilisation sur la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers.

  •  Interdiction des importations issues de la déforestation, par Philippe Muller , le 17 juillet 2018 à 18h09

    Interdiction des importations issues de la déforestation !