Haut de page

EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Contenu

Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages

Du 08/03/2017 au 29/03/2017 - 3066 commentaires

Le présent projet de décret, soumis à Consultation du public, modifie certaines dispositions réglementaires du code de l’environnement relatives à l’application des dispositions de la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages du 8 août 2016. Il actualise également la durée de classement par arrêté ministériel d’espèces sauvages indigènes en tant qu’espèces susceptibles d’occasionner des dégâts.

Plusieurs domaines du code de l’environnement – partie réglementaire (articles commençant par la lettre « R ») sont concernés :

1) Les compétences du CNCFS, conseil national de la chasse et de la faune sauvage (article 4 du projet de décret) :
Elles sont définies désormais au niveau législatif (niveau de norme supérieur) en application de la loi du 08/08/2016. L’article réglementaire est donc superfétatoire et est donc supprimé.

2) La fusion facultative des associations communales de chasse agréées (article 2 du projet de décret) :
La loi du 08/08/2016 a modifié la partie législative du code de l’environnement relative aux ACCA pour permettre une fusion de ces dernières facultative et non plus obligatoire en cas de fusion de communes.

3) Les dérogations aux destructions de nids et d’œufs de gibiers à plumes (article 3 du projet de décret) :
En application de la loi du 08/08/2016, un nouvel article réglementaire est intégré dans le code de l’environnement, et précise les procédures applicables aux dérogations à l’interdiction de destruction des nids et œufs de gibiers à plumes, qu’il s’agisse de gibier dont la chasse est autorisée, ou d’espèce protégée.

4) Le remplacement du mot « nuisibles » par « susceptibles d’occasionner des dégâts dans le titre II « chasse » du livre IV « patrimoine naturel » (article 5 du projet de décret).
La loi du 08/08/2016 supprime les termes « nuisibles et malfaisants » appliqués aux animaux sauvages classés comme « nuisibles » et les remplace par les mots « susceptibles d’occasionner des dégâts ». Le présent article liste les différents articles réglementaires du code qui sont concernés par cette modification rédactionnelle qui ne remet pas en cause le dispositif de régulation existant pour ces espèces sauvages.

Le présent projet de décret définit également dans son article 5 la prolongation de la validité de l’arrêté ministériel du 30 juin 2015 relatif au classement des espèces sauvages indigènes susceptibles d’occasionner des dégâts (ex – « nuisibles ») du 30 juin 2018 au 30 juin 2019, et l’augmentation à compter du 1er juillet 2019 de la durée de classement de certaines espèces sauvages indigènes en tant qu’espèces susceptibles d’occasionner des dégâts (de 3 ans à 6 ans) par arrêté ministériel.
Ce dispositif permet une simplification réglementaire et la synchronisation de ce dossier avec celui du rapportage de l’état de conservation des espèces sauvages effectué auprès de la Commission Européenne tous les 6 ans.
Il tiendra compte, bien évidemment, de la jurisprudence du Conseil d’Etat en la matière.

L’article 5 corrige également une coquille figurant à l’article R.427-21 du code de l’environnement et réintégrant les agents de l’Office national de la chasse dans le dispositif de régulation des animaux sauvages susceptibles d’occasionner des dégâts défini par cet article en lien avec l’article L.428-20 de ce même code, à l’instar des dispositions existantes pour les agents de l’office national des Forêt, les lieutenants de Louveterie, les agents du Domaine national de Chambord, et les Gardes-particuliers.

Consultation préalable :

Le présent projet de décret soumis à consultation du public a fait l’objet le 25 octobre 2016 d’un avis favorable à l’unanimité des membres votants du CNCFS, Conseil national de la chasse et de la faune sauvage, incluant représentants des chasseurs, des agriculteurs et sylviculteurs, et des associations de protection de la nature.

En application de l’article L.123-19-1 du code de l’environnement, le présent projet de décret est soumis à consultation du public pour son article 5 – chapitre IX.

Remarque :

Le présent projet de décret figure en consultation du public dans sa version modificative en première partie, et en version consolidée des articles réglementaires du code de l’environnement en deuxième partie, pour une lecture plus facile.


Commentaires
  •  Sauver les renards et tous les autres animaux dérangeant les Hommes., par Béatrice Calliau , le 29 mars 2017 à 23h57

    Bonjour !
    Les renards, comme tous les animaux sauvages, sont indispensables à l’écosystème et les détruire, les traquer de façon aussi horrible est indigne de la condition humaine.
    A force de détruire la faune et la flore notre survie est en danger et nous n’arriverons plus un jour à respirer.

    Sauvons la planète, sauvons les animaux sauvages, arrêtez le massacre !

  •  favorable aux decrets, par prapuolenis fabien , le 29 mars 2017 à 23h55

    l acca de crusnes est favorable aux decrets

  •  Non àce projet de décret, par Emmanuel Gioux , le 29 mars 2017 à 23h53

    Bonjour et merci d’organiser cette consultation publique permettant aux citoyens de s’exprimer.

    Je suis pour ma part opposé à ces modifications.

    Tout d’abord je suis par principe opposé à tous les moyens d’éliminations qui sont cruels ou qui mutilent. Quiconque a un chien par exemple sait très bien la peur ou la souffrance qu’il peut vivre. ne la faisons pas vivre aussi avec des moyens cruels à d’autres animaux (déterrage, pièges etc).

    Au delà de la volonté de préserver notre écosystème dans lequel chaque animal à sa place (la nature est bien faite nous le savons !), nous vivons dans un monde de plus en plus changeant.
    A tous les niveaux.
    Et c’est pourquoi, conserver un rythme de 3 ans me semble vraiment beaucoup plus pertinent.
    Si chacun d’entre nous prend quelques minutes pour se rappeler ce qu’il faisait il y a 6 ans, et quelles étaient les problématiques de l’époque, il apparait clairement que beaucoup de choses ont changées ! Les lois se doivent d’être adaptées à la réalité du terrain, à ce qui se passe en vrai. Restons donc à 3 ans ! (qui est déjà sans doute trop long...)

    Merci !

  •  En faveur de lois basées sur les connaissances scientifiques., par GAUTHIER Cynthia , le 29 mars 2017 à 23h49

    L’association SFEPM (Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères) donne de bons arguments pour remettre en questions ces propositions de lois incompatibles avec les connaissances actuelles de l’humanité sur le fonctionnement des écosystèmes et la préservation de la biodiversité.

    "La notion « d’espèce susceptible d’occasionner des dégâts » est une notion anthropocentrique qui au plan écologique ne veut rien dire. Toute espèce a un impact sur l’écosystème, et des individus de certaines espèces peuvent, dans certaines conditions, occasionner des pertes économiques ou des dégâts matériels aux productions humaines.
    La SFEPM est opposée à tout classement d’espèce indigène (globalement en tant qu’espèce) comme « susceptible d’occasionner des dégâts). D’une part, cette notion varie selon les conditions locales (y compris selon les modalités de gardiennage ou d’équipements des infrastructures d’activités humaines : cas des poulaillers, des élevages en semi-liberté, des modalités de conduite des troupeaux …), d’autre part il faudrait pouvoir comparer les coûts et bénéfices apportées par les espèces concernées.
    La seule réforme à concevoir est celle d’une évolution du statut de ces espèces qui mettra fin au régime actuel de destruction en lui substituant un dispositif adapté au respect de la diversité biologique, en conformité avec les connaissances actuelles sur la biologie et le rôle positif des espèces dans les écosystèmes et vis-à-vis des activités humaines.
    Le cas est particulièrement net pour les petits mustélidés (belette et hermine, mais aussi putois) et pour le renard. Le bénéfice net de ces espèces (par destruction de rongeurs et d’animaux malades) est largement supérieur aux pertes qu’ils peuvent induire. Le classement se fait aujourd’hui sur la base de déclarations incomplètes, non vérifiables, sans évaluation indépendante de leur réalité (pour renard et petits mustélidés) et dans les cas où des destructions sont autorisées, la quasi-absence de bilans des opérations ne permet pas d’en mesurer l’efficacité (alors que ces procédures sont inscrites dans la loi depuis plus de 20 ans !)
    D’autre part, l’état de conservation d’une espèce doit primer d’abord et avant tout sur son classement (c’est l’esprit de la directive Habitats, annexe V). Il ne semble pas que, par exemple pour le putois, ce fait soit pris en compte ni annoncé.
    La SFEPM est donc opposée à cette nouvelle rédaction. Si, localement, des actions peuvent être envisagées, en cas de dommage avéré et en l’absence d’autres moyens d’y remédier, cette décision doit être prise localement après expertise par les agents de l’environnement. Seuls les cas des espèces non indigènes (rat musqué, vison d’Amérique, chien viverrin, raton laveur …) et du sanglier peuvent être envisagés de façon générique."

  •  60 MILLIONS de NON CHASSEURS, 1.5 millions de chasseurs : qui sont les "nuisibles" ?, par ATLANTIS , le 29 mars 2017 à 23h48

    Quel beau paquet de commentaires "je suis favorable" sans aucun argument ! Les Fédérations de chasse se sont surpassées (tous autour du même ordinateur ?)

    Les chasseurs prétendent être les seuls à connaitre la nature, mais des millions de français vivent en zone rurale (dont moi), et connaissent la nature aussi bien qu’eux, à une différence près : nous la respectons dans sa globalité, et nous y vivons sans un fusil à la main !

    Cette liste des animaux "nuisibles" est établie sur la base d’éléments orientés et non objectifs (fournis par les fédérations de chasseurs et les piégeurs).
    Les critères pris en compte, sont uniquement définis sont l’angle de
    l’agriculture et de la chasse. Le rôle de ces animaux dans les écosystèmes, n’est pas pris en compte.

    La période de destruction des animaux ne doit pas être étendue, rien ne le justifie !

    Encore une fois, le Ministère sera-t-il la marionnette du lobby des paysans-chasseurs ? alors que son rôle devrait être de prendre en compte la préservation de la biodiversité et de toutes les espèces.

    Pour les chasseurs, tout est nuisible dès lors que çà oblige à accepter un monde diversifié et pas formaté par et pour une seule population (ou si çà permet de se défouler avec son fusil).

    Même les chats sont nuisibles (ils les tirent), voire même les promeneurs qui osent vouloir profiter de la nature au cours d’une randonnée !

    Stop à la dictature du lobby de la chasse !

    N’oubliez pas les 30 MILLIONS d’ELECTEURS NON CHASSEURS !

  •  Avis sur consultation publique., par Travers William , le 29 mars 2017 à 23h44

    Le ministère de l’Environnement soumet à la consultation du public jusqu’au 29 mars un projet de décret sur les « dispositions cynégétiques » de la loi du 8/08/2016 pour la reconquête de la biodiversité.

    Plusieurs points de ce projet nous interpellent quant à la logique de « reconquête de la biodiversité » qu’il soutient.

    Article R.424-23 (nouvel article) : dérogations aux interdictions sur des nids et oeufs sur espèces chassables :

    en dehors d’études scientifiques (génétiques ou morphométriques, qui peuvent se faire sur les animaux prélevés à la chasse), quelle est la logique d’aller diminuer le nombre de jeunes produits en nature, là où ils seront les plus adaptés (car sélectionnés) pour la « vie sauvage » ? Derrière cette notion se cache la volonté de redonner du « sauvage » chez les oiseaux produits en élevage par récupération de futurs reproducteurs issus de la « nature ». Pour avoir des oiseaux sauvages, il suffit de laisser se développer de belles populations et de les gérer … au lieu de lâcher chaque année plusieurs millions d’oiseaux d’élevage ! qui habituent les prédateurs à venir se servir … et les font considérer comme « nuisibles » !

    La SFEPM est donc opposée à ce nouvel article

    Articles R.421-29 à R.654-13 :

    la notion « d’espèce susceptible d’occasionner des dégâts » est une notion anthropocentrique qui au plan écologique ne veut rien dire. Toute espèce a un impact sur l’écosystème, et des individus de certaines espèces peuvent, dans certaines conditions, occasionner des pertes économiques ou des dégâts matériels aux productions humaines.

    La SFEPM est opposée à tout classement d’espèce indigène (globalement en tant qu’espèce) comme « susceptible d’occasionner des dégâts). D’une part, cette notion varie selon les conditions locales (y compris selon les modalités de gardiennage ou d’équipements des infrastructures d’activités humaines : cas des poulaillers, des élevages en semi-liberté, des modalités de conduite des troupeaux …), d’autre part il faudrait pouvoir comparer les coûts et bénéfices apportées par les espèces concernées.

    La seule réforme à concevoir est celle d’une évolution du statut de ces espèces qui mettra fin au régime actuel de destruction en lui substituant un dispositif adapté au respect de la diversité biologique, en conformité avec les connaissances actuelles sur la biologie et le rôle positif des espèces dans les écosystèmes et vis-à-vis des activités humaines.

    Le cas est particulièrement net pour les petits mustélidés (belette et hermine, mais aussi putois) et pour le renard. Le bénéfice net de ces espèces (par destruction de rongeurs et d’animaux malades) est largement supérieur aux pertes qu’ils peuvent induire. Le classement se fait aujourd’hui sur la base de déclarations incomplètes, non vérifiables, sans évaluation indépendante de leur réalité (pour renard et petits mustélidés) et dans les cas où des destructions sont autorisées, la quasi-absence de bilans des opérations ne permet pas d’en mesurer l’efficacité (alors que ces procédures sont inscrites dans la loi depuis plus de 20 ans !)
    D’autre part, l’état de conservation d’une espèce doit primer d’abord et avant tout sur son classement (c’est l’esprit de la directive Habitats, annexe V). Il ne semble pas que, par exemple pour le putois, ce fait soit pris en compte ni annoncé.

    En tant que partisan de la SFEPM et écologue, je suis donc opposé à cette nouvelle rédaction. Si, localement, des actions peuvent être envisagées, en cas de dommage avéré et en l’absence d’autres moyens d’y remédier, cette décision doit être prise localement après expertise par les agents de l’environnement. Seuls les cas des espèces non indigènes (rat musqué, vison d’Amérique, chien viverrin, raton laveur …) et du sanglier peuvent être envisagés de façon générique.

  •  NON !, par DUMOUCH Augé , le 29 mars 2017 à 23h12

    Je me prononce contre l’article 3 et 5 de ce projet de décret.
    La reconquête de la biodiversité et de la nature est incompatible avec le maintien des pratiques de chasse visant à tuer des espèces qu’elles soient "susceptibles d’occasionner des dégâts" ou non. Je suis profondément indigné par les possibilités de "dérogations à l’interdiction de destruction des nids et œufs de gibiers à plumes, qu’il s’agisse de gibier dont la chasse est autorisée, ou d’espèce protégée" !!! La France fait partie de la liste des 10 pays dans le monde où la biodiversité est la plus menacée (selon IUCN) et les populations d’oiseaux nicheurs font partie des espèces les plus touchées. Enfin, il est aberrant et c’est peu de le dire de faire passer de 3 à 6 ans la durée de classement des espèces "susceptibles d’occasionner des dégâts" en prétextant s’accorder avec les mesures européennes. La France oublie bien vite les lois européennes lorsqu’il s’agit de la directive "oiseaux" et de la protection des espèces protégées.
    Sous couvert d’avancées environnementales, ce projet de décret prône la mort et la destruction en cédant au lobby de la chasse.

  •  Decret relatif à la loi 2016-1087, par eric leplay , le 29 mars 2017 à 22h47

    je suis favorable à ce projet de Decret eric le 29 03 2017

  •  non application du terme "susceptible d’occasionner des dégâts", par Akemi , le 29 mars 2017 à 22h46

    Bonjour,

    Je ne veux pas que les espèces dites "nuisibles" soient reconsidérées en espèces "susceptibles d’occasionner des dégâts" est pouvant être détruites pendant 6 ans !!!

    Les informations proviennent des fédérations de chasseurs et ne sont pas vérifiées par un organisme indépendant pour se rendre compte de la situation et des arguments avancés.

    Ces espèces ont des rôles d’utilité écologique comme : la dissémination des végétaux, la régulation naturelle des rongeurs, la prévention des épidémies par élimination des cadavres ; ces éléments ne sont pas pris en compte.
    Je m’oppose à ce projet de loi qui vise à la prolongation de la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneaux sansonnet.
    Je demande à ce que la modification de ce terme prévu par le projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées :
    - la prise en compte de leur rôle dans la nature.
    - interdire des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants.
    - interdire de tuer des espèces prédatrices à la demande du lobby de la chasse
    - diminuer les zones de piégeage autorisé
    - mise en oeuvre systématique de solutions alternatives non létales à la destruction des espèces

  •  Non à la prolongation de la validité d’arrêté justifiant le massacre d’espèces, par Rabes Rosaline , le 29 mars 2017 à 22h41

    Remplacer le terme "nuisible" par la périphrase "susceptible d’occasionner des dégâts" est un acte qui ressemble étrangement à l’arbre qui cache la forêt.

    Je m’oppose formellement à ce projet de décret qui propose de prolonger les durées de validité des arrêtés rendant légal le massacre d’espèces animales "susceptibles d’occasionner des dégâts".
    Je remets totalement en cause sa légitimité quant "à la reconquête de la biodiversité,de la nature, des paysages".
    Non et encore non à vos jugements de valeur et à vos bons droits de vie et de mort !

  •  Projet de décret portant sur diverses dispositions cynégétiques, par Madame Garot Marie , le 29 mars 2017 à 22h32

    Je m’oppose à ce projet de décret ! Avant 2012 une révision tous les trois ans était possible, maintenant c’est encore pire : les animaux peuvent être tirés en dehors de la période de chasse en tenant compte des éléments fournis par les seules fédérations de chasse et de piègeurs. Cela ne correspond à aucune réalité scientifique.
    Je souhaite l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse, la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

  •  Non au projet tel qu’il est rédigé !, par JAYER Frédérique , le 29 mars 2017 à 22h32

    Non au projet portant sur la destruction ou plutôt l’extermination pure et simple d’une bonne partie de la faune française sous le falacieux prétexte d’une ’nuisance’ qui reste à prouver.
    Non à l’extension de la période de 6 ans.
    Prise en compte du rôle éminent de ces animaux dans les écosystèmes.
    Interdiction absolue sous peine de barbarie de modes de destruction cruels tels que déterrage, pièges tuants et mutilants.
    Interdiction de faire uniquement plaisir aux tueurs que sont les piègeurs et chasseurs en tuant des espèces prédatrices ou prétendues telles.
    Une mise en oeuvre systématique de solutions alternatives non létales
    avant la tuerie des espèces doit se faire.
    La possibilité de tuer ne doit se faire qu’aux abords immédiats des activités sensibles.
    La modification sémantique prévue au projet doit prendre en compte les
    propositions énoncées.
    Non au massacre de tant d’animaux si utiles dans leur milieu naturel !

  •  Pour l’avenir, par Lavergne , le 29 mars 2017 à 22h24

    Je suis pour la loi .Ceux qui y vivent dans la nature savent de quoi ils parlent quand aux pseudo-écolos qu’ils restent avec leurs préjugés....

  •  projet, par DAVID Jean-Michel , le 29 mars 2017 à 22h21

    Je suis favorable a ce projet de décret quoi traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Contre ce projet dans son état actuel, par Damien BERRY , le 29 mars 2017 à 22h16

    Concernant le remplacement du mot "nuisibles" par "susceptibles d’occasionner des dégâts", il faut dorénavant prendre également en compte leur rôle dans les écosystèmes et pas uniquement les éventuels dégâts qu’ils peuvent causer. Par exemple, pour le renard, il est grand temps de considérer son rôle dans la régulation des campagnols.

    Par ailleurs, il n’y a pas de remise en cause des modes de destruction particulièrement cruels tels que le déterrage et le piégeage qui sont intolérables. Citons par exemple le cas des déterrages de blaireaux - qui font même l’objet de concours ! - qui sont en réalité un loisir pour certains et non un outil de gestion.

    A mon sens, il faut donc aller plus loin dans l’encadrement de la chasse et ce décret est insuffisant sur ce point.

  •  en faveur du decret, par delrieu philippe , le 29 mars 2017 à 22h15

    je suis favorable a ce decret indispensable a la chasse

  •  NON au décret, par Annie Barthélemy , le 29 mars 2017 à 22h13

    Je suis CONTRE ce décret.

    Je vis depuis 50 ans en "plein milieu" du monde rural.

    Je connais les Frênes, les Erables et beaucoup d’autres... Je vois de près les renards, les blaireaux, les chevreuils, les colverts et bien d’autres.

    Je connais aussi les chasseurs. Je préfère n’en rien dire car au contraire de certains commentaires, les basses insultes et la grossièreté ne sont pas mes pratiques.

    En dehors de cela, dans la rafale habituelle des avis "pro-chasse" de dernière minute, c’est le VIDE, absolu. Belle argumentation.

    "Crétins" des villes ou ruraux, tous ces "bobos écolos" ont au moins quelque chose que les chasseurs et leurs petits camarades au pouvoir n’auront jamais : l’HUMANITE.

  •  Non à la destruction systématique de ces espèces que nous devrions protéger !, par Chemier , le 29 mars 2017 à 22h02

    Bonsoir,

    les "espèces susceptibles d’occasionner des dégâts" comprennent apparemment les renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet... Or ces espèces jouent un rôle écologique important, et rendent des services majeurs, notamment :
    - régulation des populations de rongeurs ; par exemple dans le massif central le problème actuel posé par les campagnols met en valeur l’absurdité totale la chasse au renard
    - dissémination des graines
    - contribution à la diversité et à l’intérêt de nos environnements, et donc génération de tourisme !

    Ces espèces ont des droits et les méthodes de destruction utilisées sont barbares et ne font pas honneur à l’espèce humaine. Nous devons les protéger, nous avons besoin de la biodiversité et il nous faut réapprendre à vivre avec !! Au lieu de vouloir les éliminer pour le plaisir.

    Car à qui ces espèces causent-elles des "nuisances" ? Les mustelidés crochettent-ils les portes des élevages industriels de poulets ? Les chats causent d’énormes dégâts à la faune sauvage, notamment aux oiseaux qui pourraient nous protéger en partie des moustiques vecteurs de maladies. Pourtant, ils ne font pas partie de la liste ?
    Et les tiques ? Et les punaises de lit ? Des proies peut-être moins satisfaisantes pour les chasseurs...?

    Merci pour cette consultation, et de prendre en compte mon avis !

    Cordialement,

  •  pour , par laurent , le 29 mars 2017 à 22h02

    je suis favorable à ce projet

  •  Décret relatif à l’application des dispositions cynégetique de la loi N° 2016-1087, par EZERZERE Jean-Marc , le 29 mars 2017 à 21h59

    Je suis favorable à l’application du Décret dans son intégralité

  •  "Régulation" : quelles limites?", par Joël Lequesne , le 29 mars 2017 à 21h57

    Comme de nombreux protecteurs de la nature et de la faune sauvage, je prends acte de la disparition tant attendue de cette notion obsolète d’ « espèce nuisible ».
    En raison de ses aspects anti-scientifique et souvent arbitraire, cette notion aura été trop souvent à l’origine d’erreurs, d’abus et de « gestions » à court terme entraînant une véritable « nuisance » pour des dizaines de milliers de mammifères et d’oiseaux – « nuisibles » ou non - tués ou blessés chaque année, avec des résultats souvent très limités, voire contreproductifs. Sans parler de la cruauté des moyens mis en œuvre (déterrage, pièges tuants ou mutilants, etc…) .
    Son remplacement par la notion d’ « espèce susceptible d’occasionner des dégâts » devrait cependant nous rendre particulièrement vigilants compte tenu de certains risques de dérives :
    - actions de « régulation » abusives dictées par des objectifs de gestion ou de rendement agricole à court terme,
    - demandes de destruction de petits prédateurs (renards, mustélidés, corvidés…) de la part des chasseurs préoccupés avant tout par le développement de leur « gibier d’élevage » ou « de repeuplement »,
    - banalisation ou développement d’activités de loisirs particulièrement cruelles telles que vénerie sous terre ou chasse à courre,
    - demandes abusives de destruction d’animaux sauvages en milieu urbain de la part de certains riverains (corvidés, pigeons, goélands…)
    Ce projet d’arrêté présente également l’inconvénient de fixer des périodes de « régulation » beaucoup trop longues et pouvant porter des coups sévères à de nombreuses espèces et aux écosystèmes.
    Il n’intègre pas davantage la « notion d’animal être sensible » en mettant un terme aux pièges tuants ou mutilants.

    Joël LEQUESNE, psychologue clinicien
    Recherches en cours sur la cohabitation homme/animal

  •  decret, par lichiere , le 29 mars 2017 à 21h56

    favorable au decret

  •  Non !, par Françoise Delepoulle , le 29 mars 2017 à 21h45

    Aucun animal n’est nuisible et même s’il est susceptible de provoquer quelques dégâts, il n’y a pas de raison de le tuer. La nature existait avant l’homme et elle se régulait toute seule. Dans le canton de Genève où la chasse est interdite, il n’y a pas de problème. La biodiversité est un tout très fragile, il faut donc respecter toutes les espèces, elles ont toutes leur utilité.

  •  Plus "nuisibles" mais "susceptibles d’occasionner des dégâts"..., par PETIT Geneviève , le 29 mars 2017 à 21h42

    Au-delà des mots...,il me semble indispensable que ce projet soit synonyme de changements radicaux dans le traitement des espèces concernées, à savoir la prise en compte du rôle important joué par chaque espèce dans les écosystèmes, l’interdiction des modes de destruction cruels, la mise en oeuvre d’autres solutions que la destruction pure et simple des espèces...

  •  Favorable, par Gontero , le 29 mars 2017 à 21h32

    Je suis favorable à ce projet

  •  Chasse, par Aillaud , le 29 mars 2017 à 21h31

    Je suis favorable à ce projet de decret

  •  Je soutiens ce projet !, par Nicolas , le 29 mars 2017 à 21h30

    Je suis pour ce projet !
    Je suis président de gic ( groupement d’intérêt cynégétique ), je suis sans cesse sur le terrain et non devant un ordinateur ou en ville comme la grande majorité des gens hostiles à ce projet !
    Quelques chiffres, depuis plus de 17 ans des ika lièvres sont réalisés de nuit et il en ressort que le renard est en constante augmentation ! Si on arrête le piégeage les populations vont exploser ! Avec un impact énorme comme la disparition déjà annoncée de la perdrix grise !.. donc soutenir le renard pour faire disparaître une autre espèce C’est bien sûr très écologiste !
    Les cervidés sont de plus en plus nombreux aussi comme tout le monde le voit dans les villes notamment ! Les agriculteurs n’en peuvent plus des dégâts occasionnés sur leurs cultures !
    Il faut absolument que ce projet passé sinon ce serait ( tout au contraire de ce que pense les gens ) une véritable catastrophe explique !

  •  prolongation de la durée de régulation , par vuillermoz pascal , le 29 mars 2017 à 21h29

    Ayant déjà plusieurs fois été victime de vol de poules et autres canards par des renards et martres voir fouines , je suis totalement favorable à cette modification de loi afin de pouvoir limiter l’impact sur la vie agricole trop souvent sous estimé

  •  Favorable , par Calvier , le 29 mars 2017 à 21h24

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  L’homme tue par plaisir, par Bailly christian , le 29 mars 2017 à 21h24

    L’état et leurs alliés soit-disant écolos doivent être en manque de voix pour les élections prochaines, pour vouloir autoriser ce massacre durant 6 ans. Minable.

  •  du bon sens, par rey didier , le 29 mars 2017 à 21h20

    le temps de la faune n’est pas celui de l’administration.Il faut maitriser de façon encadrer les nuisibles et si on ne laisse pas faire les chasseurs et piégeurs demain il faudra empoisonner.Donc du bon sens pour pérenniser quelque chose qui est bien assés reglementé : demandé à un piégeur le temps administratif qu’il passe avec la crainte de que l’onema lui pose un pv lui qui est bénévole et qui remplit une mission d’intérêt public

  •  NON A CE PROJET, par Ghislaine PIERRE , le 29 mars 2017 à 21h19

    Cette modification est négative car elle prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet.
    IL faut entreprendre un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,la possibilité de tuer les espèces uniquement aux abords immédiats des activités sensibles.

  •  animaux nuisibles et cie , le 29 mars 2017 à 21h16

    L’homme, le piėgeur, le chasseur seuls capables de gėrer la Nature : la bonne blague ! Et en plus il suffit de changer les mots pour faire passer la pilule. Quelle escroquerie ! Encore un décret pour les chasseurs-piégeurs. Une vėritable honte !

  •  pour, par armand cavaignac , le 29 mars 2017 à 21h15

    le suis d’accord avec ce texte

  •  commentaire à l’article 4 de ce même décret, par Thomas , le 29 mars 2017 à 21h14

    Qu’ils soient classés nuisibles ou susceptibles d’occasionner des dégâts, il n’en reste pas moins que leur chasse par des moyens particulièrement cruels est inacceptable.

    Inacceptable également, la chasse en période de reproduction, apanage de notre pays, à quoi on doit ajouter les dégâts sans cesse croissant que l’homme commet à l’égard des espèces sauvages (destruction des habitats par l’étalement des constructions, multiplication des routes et des excès de vitesse notamment la nuit, empoisonnement par des proies contaminées par des pesticides) qui in fine élimineront des espèces entières.
    Du reste même des chasseurs, souvent anciens, condamnent les chasses de nuit, avec éclairage et autres moyens techniques qui ne laissent aucune chance aux animaux et transforment la chasse en massacre

    Tout être vivant a son importance en complémentarité les uns les autres dans la nature, et l’homme est la seule espèce à tuer pour le plaisir.
    Un preuve exemplaire de la non prolifération d’espèces animales même sans chasse, est la zone sans humains,zone tampon entre les deux Corée de 500km sur 10 où règne un parfait équilibre entre les différentes espèces.

    Prenons par exemple les blaireaux et les renards  : ils se nourrissent de petits rongeurs et insectes ou autres petits mammifères qui peuvent nuire aux récoltes si trop abondants, de plus si les rongeurs diminuent ils donnent naissance à moins de petits et inversement, donc régulation des espèces naturelle ! Les paysans devraient se réjouir de leur présence et j’en connais près de chez moi. En France, Les chasseurs se targuent de réguler les populations, ce qui est absolument faux ; ils les déciment !

    Par ailleurs, ces mammifères sont aussi de formidables nettoyeurs, puisque charognards et dans plusieurs pays d’Europe, ils vivent même en ville et mangent divers déchets alimentaires et ne sont pas chassés.

  •  Mécontentement suite au nouveau décret, par Rougegrez renaud , le 29 mars 2017 à 21h09

    Le nouveau projet de décret me semble très insatisfaisant.
    Les animaux "nuisibles" changent peut être de noms, mais l’esprit est toujours là !
    Vous ne prenez pas en compte leur rôle positif dans leurs écosystèmes, alors que ce n’est pas le cas dans de nombreux autres pays.
    De plus les méthodes utilisées pour leur élimination sont très souvent barbares et de plus inefficaces.
    Il faudrait prendre en compte l’avis de l’ensemble de la population et repenser notre rapport au vivant. Et reconnaître enfin le rôle de chacune de ses espèces dans leur écosystème, que l’on ferait mieux de restaurer plutôt que de les déséquilibrer d’avantage.

  •  DEFAVORABLE !, par Lu ccio , le 29 mars 2017 à 21h07

    Non au projet de modification de l’article R 427-6 du code de l’environnement visant au prolongement du classement des espèces dites "nuisibles" pour une période de six ans.

    Nous devons réformer le statut de ces espèces et mette fin aux destructions injustifiables prônées par les groupes de pression de la chasse.

    nous devons mettre en oeuvre une réforme respectant la diversité biologique et qui tient compte de l’intérêt la plupart de ces espèces pour la lutte naturelle contre les rongeurs.

  •  Décret relatif à l’application des dispositions cynégétiques, par AISSAOUI , le 29 mars 2017 à 21h02

    Je suis contre la proposition de ne pouvoir changer le statut des animaux nuisibles ou susceptibles d’occasioner des dégâts, ce qui revient au même, tous les 6 ans. Ce serait de pire en pire ! Avant on pouvait espérer changer le statut tous les ans puis tous les 3 ans et maintenant tous les 6 ans. Cela ne permet pas de tenir compte de l’état des populations. De plus cette notion de causer des dégâts ne fait pas le bilan des apports positifs de certaines espèces. Par exemple les renards dans la lutte contre les campagnols. Sans renards on est obligés d’utiliser des produits toxiques. De plus les propositions de classement des populations ne sont faites que par les chasseurs sans consultation de scientifiques. Alors que les chasseurs ne cherchent qu’à supprimer des concurrents qui vont tuer les malheureux animaux lâchés à l’ouverture de la chasse. De plus les nuisibles sont tués avec des méthodes cruelles et indignes du 21e siècle, où l’on a reconnu que les animaux avaient une conscience et souffraient tout comme les humains. Cette proposition d’application de décret est donc inacceptable. Merci de prendre en compte mon avis.

  •  scandalisée, par anne malavieille , le 29 mars 2017 à 21h01

    Je suis scandalisée qu l’on puisse permettre de tuer ENCORE PLUS d’animaux sauvages, tous UTILES à l’équilibre de la nature. Je suis absolument opposées à ce projet et suis pour l’abolition de tout classement d’animaux en "susceptible d’occasionner des dégâts"

  •  Il n’y a pas d’animaux nuisibles !!, par bailly nicole , le 29 mars 2017 à 20h59

    Incroyable ! On retourne en arrière. On prône la biodiversité, et on en revient à bientôt clouer les chouettes sur les portes de grange.Pour qu’une infime partie de la population puisse satisfaire sa passion cynégétique, on prive le reste du magnifique spectacle d’une nature harmonieuse.Inutile de repréciser ici l’utilité de chaque espèce, vous le savez très bien ; mais les élections approchant, il faut satisfaire les chasseurs et piègeurs de tout genre : ce sont eux les vrais nuisibles.
    Halte au massacre, à la barbarie et à la destruction des espèces de la biodiversité dite ordinaire. Nos enfants nous en remercierons.

  •  Non à la prolongation du classement "nuisible" jusqu’à 6 années sans réévaluation, par Rémond Michelle , le 29 mars 2017 à 20h56

    J’ai l’honneur de vous faire part de ma totale opposition au classement "nuisible" (pour faire court !)des espèces concernées pour 6 années sans réévaluation des dégâts (lesquels sont trés souvent surestimés et pas toujours présentés). Pour certaines espèces,les effectifs sont mal connus (martres, belettes voir fouines, corbeaux freux). D’autres sont systématiquement détruites(renards, corvidés) alors que les services rendus sont passés complètement sous silence(pullulation de campagnols et retour de la bromadiolone !alors que renards, belettes et fouines font aussi bien le travail sans polluer l’eau et sans mettre en danger la faune proche(rapaces, campagnol amphibie) ni les chiens de chasse par la même occasion. Faire appel aux piègeurs dans des zones limitées aux dégâts dument vérifiés devrait être encouragé plutôt que ces tirs pratiqués toute l’année voir même la nuit pour les renards !Pour ne pas parler de la cruauté des pièges...et cela pendant 6 ans !!!Les mesures dissuasives ne sont pratiquement jamais utilisées (protection du petit gibier par du couvert végétal, des haies, protection des élevages par de vraies clotures...) Décidément, c’est vraiment un grand retour en arrière difficilement défendable ( pour harmoniser les délais entre différentes évaluations !!!quel faible argument !!)
    Bien sincèrement.

  •  Arrêt de la destruction de la faune sauvage, par Charles et Martine TULOUP , le 29 mars 2017 à 20h54

    Madame la Ministre,

    La définition de biodiversité au sens étymologique du terme évoque bien la diversité et la richesse en espèces vivantes végétales ou animales qui peuplent un territoire.

    Malheureusement en France, certaines espèces sauvages sont "mal aimés".
    De nuisibles, ils passent au stade "susceptibles d’occasionner des dégâts" renards, blaireaux fouines et autres mustélidés ont un rôle important et gratuit dans l’écosystème, ils régulent la population de rongeurs, pies et corbeaux freux sont nécrophages et préviennent les épidémies par l’élimination des cadavres et des déchets que les hommes jettent aux abords des routes.

    Ces animaux sont très importants dans la biodiversité donc nous nous opposons à ce projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétiques de la loi N° 2016-1087 du 8 août 2016.

    La cruauté des pièges mutilants ainsi que le déterrage sont des actes inhumains datant du Moyen-Age. Les chasseurs et piégeurs font pression pour tuer plus longtemps ainsi de 3 ans ils passeraient à 6 ans.

    Nous vous prions de croire, Madame la Ministre, à nos respectueuses salutations.

  •  Je suis favorable à l’application de ce décret , par POZZA , le 29 mars 2017 à 20h52

    Je suis favorable à l’application de ce décret !

  •  Destruction des animaux sauvages, par Guyard , le 29 mars 2017 à 20h52

    Les animaux sont des êtres sensibles, arrêtons de les massacrer ! Les listes noires d’animaux "nuisibles" sont fondées sur des éléments partiaux fournis par les fédérations de chasseurs et les piégeurs, sans aucune vérification possible par un organisme indépendant.

    Pour ces raisons, je m’oppose à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :

    la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

  •   plein accord à ce projet de décret, par beyron , le 29 mars 2017 à 20h51

    La "nature" existe d’elle même , mais l’action de l’homme a depuis longtemps exercée des modifications profondes, il est donc logique d’exercer une régulation des espèces « susceptibles d’occasionner des dégâts ». exemple :les chats harets en AUSTRALIE responsables de disparition de plusieurs espèces indigènes.
    En France l’engagement responsable des chasseurs dans la préservation de la biodiversité , fait de ceux-ci les acteurs prioritaires de la régulation des espèces « susceptibles d’occasionner des dégâts »

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016, par annette MALA , le 29 mars 2017 à 20h50

    Je m’oppose très fermement à ce projet. En effet, il inacceptable que des animaux sauvages puissent être tués parce qu’ils "sont susceptibles occasionner des dégâts". Toutes les espèces sauvages participent au vaste équilibre de la nature, toutes rentrent dans la chaine alimentaires de la faune sauvage, tuer quelques espèces revient toujours à rompre cet équilibre et à détruire une partie de la nature que nous devons protéger. De plus "augmenter la durée du classement" à 6 ans serait risquer de rendre plus irrémédiable encore ce classement. Il me parait particulièrement révoltant et je juge inadmissible que l’on puisse autoriser la destruction des nids et oeufs de gibiers à plume MEME POUR DES ESPECES PROTEGEES", je m’y oppose également, des espèces protégées le sont pour stopper la diminution de la biodiversité, accorder ces dérogations serait aller contre ce que nous nous engageons à faire depuis le Grenelle de l’environnement. Enfin, pour des raisons éthiques et parce qu’il est inhumain de faire souffrir les animaux, je m’oppose à la destruction d’animaux "susceptible d’occasionner des dégâts" par les moyens actuellement en usage, à commencer par les pièges et les déterrages, méthodes affreusement cruelles.

  •  reponse, par Malavi , le 29 mars 2017 à 20h50

    Je suis favorable à l’application du décret

  •  LOI N°2016 -1087 du 8 AOUT 2016, par LOPEZ Joël , le 29 mars 2017 à 20h42

    Je suis favorable a ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons .

  •  Pour la chasse !, par vincent , le 29 mars 2017 à 20h37

    Sans les efforts des chasseurs en faveur du petits gibier et de la petite faune de nos pleines, celui-ci aurai peut être disparu.
    Cela passe bien évidement par la régulation d’espèces dites nuisibles !
    Il faut faire confiance aux chasseurs et à une chasse réfléchie qui sont des alliés de la biodiversité et s’inscrivent en faveur d’un développement durable de nos campagnes !
    Je suis favorable à ce décret !

  •  Destruction des animaux sauvages, par dubouloz noel , le 29 mars 2017 à 20h34

    Il est parfois difficile de garder son calme face à la bêtise des bureaucrates qui pensent qu’en changeant un mot dur (nuisible)par plusieurs mots plus hypocrites (susceptibles d’occasionner des dégâts) change un tant soi peu les conditions de chasse de ces animaux.

    Je m’oppose à ce projet dans sa totalité car il répond une fois de plus aux demande du lobby de la chasse. J’ai 63 ans et je ne comprends toujours pas dans qu’elle état d’esprit certaines personnes se lèvent le matin avec l’intention d’ôter la vie à un animal dans la journée.

  •  projet de loi, par marc berthoud , le 29 mars 2017 à 20h30

    j approuve totalement le projet de loi

  •  Favorable à ce décret, par DELAGNES , le 29 mars 2017 à 20h27

    je suis totalement favorable à l’application de ce décret
    qui sont mieux placés que les chasseurs pour avoir une vue objective sur ces sujets.

  •  réponse decret, par julia , le 29 mars 2017 à 20h26

    je suis pour l’application de ce decret

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par MARCHAND , le 29 mars 2017 à 20h16

    Je suis favorable à l’application de ce projet qui vise à respecter un équilibre dans la nature, car certaines espèce ne sont pas arrivées sur notre territoire naturellement, l’intervention de l’homme est donc indispensable pour rétablir cet équilibre naturel.
    Pour l’application de ce décret.

  •  Des décisions absurdes et une nouvelle concession aux chasseurs... mais qui ne représentent QUE 5 % des ELECTEURS, par GURON , le 29 mars 2017 à 20h10

    Le délai de 6 ansde révision des listes, ne correspond à aucune réalité scientifique.
    Cette liste est établie sur la base d’élements orientés et non objectifs fournis ( fédérations de chasseurs et les piégeurs). Ces intervenants ne devraient pas définir la politique de l’environnement !

    Les critères pris en compte, sont uniquement définis sont l’angle de l’agriculture et de la chasse. Le rôle dans les écosystèmes des espèces anciennement dites "nuisibles", n’est pas pris en compte lors de l’établissement de ces listes.

    La période de destruction des animaux ne doit pas être encore étendue !

    Encore une fois, le Ministère de l’environnement se laisse dicter sa loi par le lobby des paysans-chasseurs, alors que son rôle devrait être de prendre en compte TOUS les besoins et contraintes : agriculture, mais surtout préservation de la biodiversité et toutes les espèces.
    Le monde suivant les chasseurs, c’est : des champs de céréales, des vaches, des chiens, quelques lapins et des lâchers de perdrix à l’automne. Et rien d’autre, tout le reste doit être éliminé !

    C’est celà que le Ministère veut promouvoir ???
    Faisant partie des 30 MILLIONS d’ELECTEURS NON chasseurs, je m’y oppose !

  •  Suppression du statut nuisible, par Christophe Valette , le 29 mars 2017 à 20h06

    Aucun animal ne peut-être considéré comme "nuisible". Seul l’homme qui modifie son milieu, perturbe l’équilibre et crée des conditions plus ou moins favorables à une espèce, ou pire introduit une espèce exotique. Il faut alors assumer, mais il n’est pas normal que ce soit les animaux qui payent de leur vie les erreurs et les négligences de l’homme. Il faut également arrêter d’inventer des prétextes pour qu’un animal entre dans la catégorie "nuisible" pour satisfaire le lobby des chasseurs, pour que ces derniers puissent satisfaire leur plaisir morbide et barbare.

  •  Projet de loi, par Erick , le 29 mars 2017 à 20h06

    Je suis favorable à ce projet de loi

  •  Nous régulons, nous ne détruisons pas., par J-Louis RENY , le 29 mars 2017 à 20h02

    Le plus gros problème n’est pas la chasse, mais l’agriculture intensive qui a profondément modifier l’habitat des espèces sauvages. Plus de haies, plus de friches,
    l’emploi de pesticides, d’engrais, de raticides, des machines qui ne permettent pas aux
    gibiers de fuir. Il faut combattre les vrais problèmes et être dans la campagne, pas seulement pour faire une petite promenade le dimanche, dans des forêts entretenus
    par les chasseurs. Alors je suis pour toutes ces raisons favorables à ce projet.

  •  Projet de decret, par vales max , le 29 mars 2017 à 19h52

    oui je suis favorable à ce decret

  •  PROJET DE DECRET , le 29 mars 2017 à 19h51

    je suis tres favorable a ce projet,seul l’homme peut reguler la nature

  •  Mutilation, par Nathalie Jourdan , le 29 mars 2017 à 19h41

    Il me semble qu’il serait plus humain d’interdire de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    et que cela ne mettrait pas en danger le territoire français.

  •  projet de decret relatif a l application des dispositions cynegetique, par baudasse pierre , le 29 mars 2017 à 19h35

    je suis favorable a ce projet qui traduit les evolutions du droit de chasse que nous souhaitons.

  •  contre le projet, par BOUCHET Lison , le 29 mars 2017 à 19h33

    je demande une modification du régime applicable aux renards, mustélidés, corvidés et étourneaux sansonnets afin que l’on tienne compte des avantages qu’ils représentent pour les écosystèmes et pour les activités humaines ; qu’on cesse de les tuer ou mutiler avec des pièges et la méthode du déterrage ; que soient mises en œuvre des alternatives pour que cesse la destruction de ces animaux.

  •  en accord, par vernin , le 29 mars 2017 à 19h33

    Je suis favorable a ce décret.

  •  l’écologie ensemble, par lagarde , le 29 mars 2017 à 19h31

    Oui je suis favorable à ce décret.

  •  Favorable , par Francoise gergaud , le 29 mars 2017 à 19h28

    Nécessaire pour une bonne gestion

  •  Favorable , par Daniel Gergaud , le 29 mars 2017 à 19h27

    Pour une bonne gestion de la nature et de la biodiversite.

  •  oui a ce projet, par Roland de Gironde. , le 29 mars 2017 à 19h24

    La chasse et la régulation des espèces invasives, ont un rôle sanitaire important.
    La régulation de certaines espèces est indispensable si nous voulons toujours avoir de belles forêts avec de grands arbres.
    Certaines espèces invasives provoques des dégâts extrêmement coûteux sur les cultures et les infrastructures de captation des eaux. ( ragondins en Gironde). Vive la chasse et le piégeage.

  •  Je suis défavorable, par Bentz , le 29 mars 2017 à 19h24

    Ce projet est une illusion de bienveillance.
    Il est ridicule et encore une fois biaisé par des communautées cynégétiques et agricoles.
    Je suis totalement défavorable

  •  Indigne de la France , par Briand , le 29 mars 2017 à 19h15

    Je suis très défavorable à ce projet de décret c’est un non sens ! Hypocrite ! Cela servirait il juste à justifier les fonds d’indemnisation des dégâts qui sont gérés par les fédérations de chasse?
    Et électoraliste....

  •  arret du massacre, par Martel Marcel , le 29 mars 2017 à 19h09

    il faut arrêter ce genre de massacre qui date d’une autre époque ces animaux sont utiles pour la biodiversité . De plus combien de rapaces sont pris au piège et sont systématiquement éliminés par ces "amoureux de la nature" que sont les gardes de chasse?

  •  CONTRE Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages., par Paquy Preborski , le 29 mars 2017 à 19h04

    Ministère de l’écologie ou Sinistère ou encore Ministère en faveur du lobby cynégétique ? Vous avez seulement changé le mot " destruction des nuisibles " en " susceptibles d’occasionner des dégâts " ! quelle hypocrisie !!! Rien ne change dans ce texte pour les animaux sauvages ! malgré tous les avis scientifiques des naturalistes mettant en évidence le rôle indispensable de ces êtres vivants dans les écosystèmes. Une horreur pour le vivant établie par les chasseurs et autres malades de la gâchette qui se prétendent " les vrais défenseurs de la Nature " quelle rigolade ! Mais un jour que j’espère proche les choses vont peut-être changer et c’est nous la majorité qui va voter ! ( Rappelons que les chasseurs ne représentent qu’un petit million en France ! et bien sûr les puissants surtout en politique ! ). NOUS ALLONS VOTER !!!!!

  •  biodiversité, par stan guerra , le 29 mars 2017 à 18h59

    bonjour
    je m’oppose à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :

    la prise en compte de la biodiversité,
    la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    la suppression totale du piégeage .

    non à ce decret contre la biodiversité
    guerra jp

  •  proget de décret , par bégué yves , le 29 mars 2017 à 18h59

    je suis favorable

  •  projet de decret du 8/8/2016, par DAMPERON ALAIN , le 29 mars 2017 à 18h55

    JE SUIS FAVORABLE ALAIN LE 28/03/2017 A 18H56

  •  Demande de respect envers les animaux soit-disants "nuisibles", par GARAND Marie , le 29 mars 2017 à 18h45

    Messieurs,

    A l’heure actuelle, alors que l’animal est enfin considéré comme un être sensible, il est inacceptable de vouloir détruire des espèces tout simplement pour faire "plaisir" à quelque-uns, afin que ces animaux disants nuisibles ne soient plus des "concurrents" sur les terrains de chasse.
    On demande aux êtres humains de se montrer "frères" entre eux, d’accepter leurs différences. Pourquoi en serait-il autrement pour les animaux ? Ils ont le droit de vivre même s’ils empiètent sur le terrain de chasse de quelques-uns pour cela. A noter que les animaux chassent pour se nourrir et non par plaisir comme les humains.
    Pour cela, je vous demande :
    la prise en compte de leur rôle bénéfique dans les écosystèmes et pour les activités humaines,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales. Merci de les considérer à leur juste valeur et accepter de partager la terre avec tous, soit-disants nuisibles ou pas.
    Bien cordialement.

  •  Opposée à ce décret, par Thari , le 29 mars 2017 à 18h44

    Il est inadmissible que dans notre pays de tels projets visent à assurer aux chasseurs un droit de destruction à long terme, qui plus est par des moyens barbares (pièges mutilants, pièges tuants), d’espèces autochtones intégrées aux écosystèmes. La nature est ainsi faite, avec ses micromammifères régulés par leurs prédateurs. Le plaisir de tuer et le lobby des chasseurs n’a pas à intervenir là-dedans. Répondre à des problématiques de cohabitation par des abattages purs et durs relève de la stupidité brutale, des solutions de cohabitation non létales existent, qui excluent dès lors la nécessité de s’acharner contre les espèces favorites des chasseurs. Je suis donc opposée à ce projet qui dénote une fois de plus que le Ministère de l’Environnement se soucie bien peu d’écologie et de la faune sauvage.

  •  Avis concernant le projet de décret, par Jérôme , le 29 mars 2017 à 18h41

    Je suis favorable à l’application de ce décret.

  •  Non au décret relatif à l’application des dispositions cygénétiques de la loi n*2016-1087 du 8 aout 2016, par Gilbert Lacassagne , le 29 mars 2017 à 18h40

    Madame la Ministre,
    Permettez-moi de me prononcer contre ce projet de décret que je trouve encore plus néfaste à la biodiversité parce qu’il va permettre la destruction massive par des moyens déplorables et cruels, d’animaux qui loin d’être indésirables sont utiles par leur prédation à l’équilibre naturel et souvent compatibles avec les activités humaines.
    Je pense que la seule régulation si besoin était ne devrait se faire que durant la période de chasse légale qui est déjà suffisamment longue.
    Enfin, ce décret doit être révisable annuellement et non tous les six ans afin de répondre au mieux à la réalité si besoin de destruction il y a .Bien évidemment je souhaite l’interdiction de tous ces procédés d’ éradication que sont entre autres le piégeage, le déterrage et l’empoisonnement.

    Veuillez croire Madame la Ministre en l’expression de ma très respectueuse considération.
    G. Lacassagne

  •  UTILITE DES NUIISIBLES, par DOUCHIN , le 29 mars 2017 à 18h39

    L L ES "NUISIBLES"ONT TOUS UN ROLE DANS LA BIODIVERSIé

  •  J’approuve le projet, par Truffet H , le 29 mars 2017 à 18h39

    Je suis favorable au projet.

  •  Amélioration de la situation des animaux mal-aimés, par ROCHE Muriel , le 29 mars 2017 à 18h36

    Bonjour,

    Certains animaux sont considérés comme des êtres nuisibles alors qu’ils ont leur rôle dans la biodiversité.
    Sous prétexte qu’ils mangent des cultures, la loi autorise leur meurtres et souvent dans des conditions inqualifiables : l’être humain ne manque pas d’imagination pour tuer avec violence.
    Je demanderais à ce que tout être vivant soit respecté et ait le droit de vivre sur terre.
    En vous remerciant de bien vouloir prendre en compte ma demande.
    Cordialement

  •  Rien ne change pour les animaux dites "nuisibles", par CLIQUENNOIS , le 29 mars 2017 à 18h29

    Je ne vois pas de différence entre un animal dite "nuisible" et un animal dite "susceptible de causer des dégâts". Les exterminations massives des mammifères ( en particulier les petits carnassiers) vont continuer dans des conditions atroces ( piégeage et déterrage). Je veux juste rappeler que les petites carnassiers sont indispensables pour le contrôle des populations de rongeurs qui est bénéfique pour les agriculteurs.

  •  Projet de décret , par max , le 29 mars 2017 à 18h28

    je suis favorable au projet de décret

  •  Projet de décret , par max , le 29 mars 2017 à 18h24

    Je suis favorable à ce décret.

  •  projet de decret à la loi n’ 2016-1087 du 08/08/2016, par michelier , le 29 mars 2017 à 18h24

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  décret, par christophe , le 29 mars 2017 à 18h20

    Je suis favorable à ce décret.

  •  améliorer la situation des mal-aimés, par Martin Françoise , le 29 mars 2017 à 18h19

    Ce projet modifie plusieurs termes dans le code de l’environnement et ce n’est pas qu’une simple question de vocabulaire. Une fois considérés comme « susceptibles d’occasionner des dégâts », renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes, étourneaux sansonnets et geais des chênes pourront être détruits pendant… 6 ans !

    Je m’oppose à ce projet qui prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que l’on améliore ce projet car au vu des études scientifiques il est nécessaire de :

    *prendre en compte leur rôle dans les écosystèmes,
    *interdire de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    *interdire de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    *mettre en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    *diminuer la surface de la zone où le piégeage est autorisé.

    L’ensemble de ces mesures est indispensable pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages.

  •  les arrièrés sont ceux qui veulent abolir la chasse., par RAYMOND-MOUROT Didier , le 29 mars 2017 à 18h16

    tout est dans le titre..les pauvres ignares qui s’extasient devant les causes animales et qui l’été venu n’hésitent pas à abandonner leur animal de compagnie et j’en passe...votre méconnaissance du monde de la chasse dans son ensemble et ses détails en est la plupart du temps la preuve.

    Si un jour la chasse disparait,tremblez pour la faune et la flore sauvage !
    je suis pour ce projet.

  •  Contre, par Duraffort , le 29 mars 2017 à 18h11

    Je suis totalement opposé à ce texte qui ne fait que renforcer la notion de nuisible vocable qui n’a jamais eu le moindre fondement scientifique. De plus ce projet de loi est en totale contradiction avec les connaissances scientifiques sur la dynamique des espèces sauvages, il renforce les possibilités de destruction et de déstabilisation des écosystèmes.

  •  Les chasseurs n’ont pas à s’occuper de la faune., par Hendrik Daudeij , le 29 mars 2017 à 18h10

    Il est totalement anormal que les chasseurs régissent la vie de la faune sauvage. Les politiciens doivent se tourner vers des spécialistes : biologistes, chercheurs, etc.. Tant qu’on acceptera que la vie sauvage soit réglée par les associations de la chasse on ne pourra pas parler d’équilibre dans les biotopes en France. Etant donné l’énorme difficulté que la nature doit affronter par rapport à l’empreinte humaine : routes, villes, villages qui ne cessent de s’étendre on ne peut laisser ce domaine entre les mains des gens qui comme passe temps ont la passion de la chasse. Il faut des spécialiste pour organiser la vie sauvage comme nous voulons tous pouvoir la conserver.

    Hendrik Daudeij
    420 chemin du moulin à vent
    13940 MOLLEGES
    0616351896

  •  je suis favorable au décret, par THEISS Bruno , le 29 mars 2017 à 18h05

    pour que vive la chasse je suis favorable au décret

  •  chasse et piegeage, par rias michel , le 29 mars 2017 à 17h56

    je suis pour l application du decret

  •  decret, par MERCIER vincent , le 29 mars 2017 à 17h49

    je suis favorable a cette modification qui est en adéquation avec l’avenir de la chasse

  •  Projet du décret relatif à l’application de la loi n° 2016-1087 du 8 Août 2016, par BALAVOINE Roger , le 29 mars 2017 à 17h40

    Tout à fait favorable à ce projet

  •  commentaire sur article 5 , par Denis FLANDRIN , le 29 mars 2017 à 17h34

    Bonsoir, je souhaite réagir au changement sémantique concernant les ex "nuisibles". Il aurait été bon de profiter de cette occasion pour intégrer les données scientifiques les plus récentes et donc tenir compte du rôle bénéfique de ces "nuisibles " (ex. régulation des rongeurs par les renards). En conséquence, l’évaluation du statut de ces espèces tous les 6 ans me parait être un non sens : tous les 2 ou 3 ans, c’était déjà long dans un contexte de changement climatique rapide. Il faudrait également à mon avis que les mesures minimales suivantes soient prises : évaluation indépendante et objective des dommages (conflits d’intérêts actuels), mise en oeuvre de solutions non létales en première intention, interdiction des modes de destruction cruels (déterrage, pièges mutilants). Salutations citoyennes.

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par Savino frederic , le 29 mars 2017 à 17h31

    Je suis favorable à ce décret.

  •  Avis très favorable, par PIDOUX Simon , le 29 mars 2017 à 17h25

    Je suis très favorable à ce projet, qui va dans le bon sens.

  •  Préservons la biodiversité, par Maruéjol , le 29 mars 2017 à 17h18

    L’humain s’est trop éloigné de la Nature. Il ne la respecte plus.
    L’humain est l’auteur des plus gros dégâts sur notre planète.
    L’humain est le plus grand prédateur, et le plus cruel aussi.
    Il est temps de tenir compte du rôle et de l’utilité de ces animaux mal aimés dans les écosystèmes.
    Il est indispensable d’interdire de tuer des espèces pour contenter les chasseurs.
    Il est grand temps de préserver le peu de biodiversité qu’il reste.

  •  favorable pour que la chasse vive.le 29 mars 2017, par andre , le 29 mars 2017 à 17h09

    je suis favorable à ce projet de décret qui introduit les évolutions du droit de chasse que nous souhaitons.

  •  contre ce projet, par Le Moigne Mary , le 29 mars 2017 à 16h59

    La notion de nuisible est une notion arriérée.Elle n’a aucun sens dans la nature.
    Ceux sont les activités de l’homme qui créent ce déséquilibre.
    Une loi sur la biodiversité ne peux inclure ce type de concept !
    Trouvons d’autres solutions en amont pour ne pas créer de déséquilibre.

  •  Avis très favorable, par PIDOUX Joel , le 29 mars 2017 à 16h55

    Je suis particulièrement favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons et qui va dans le bon sens d’un meilleur équilibre naturel.

  •  Reconquête de la biodiversité, par Luce , le 29 mars 2017 à 16h49

    Tous ces animaux, par le rôle qu’ils ont pour l’équilibre de la biodiversité, mériteraient notre considération plutôt que d’être traqués ou tués de façon cruelle. Des méthodes "plus humaines" pourraient être appliquées, c’est ce que l’on pourrait espérer d’une civilisation intelligente et cultivée.

  •  Décret partial et partisan, susceptible d’occasionner des dégâts., par TROUSSARD Christelle , le 29 mars 2017 à 16h27

    Notre écosystème est fragile et pâtit depuis très (trop ?) longtemps d’une gestion par l’homme non pérenne et nombriliste. Ce décret est un recul qui cache ses méfaits sous des termes choisis pour satisfaire le politiquement correct ambiant. Changer « nuisible » en « susceptible d’occasionner des dégâts » n’est qu’un tour de passe-passe grossier qui insulte l’intelligence des citoyens.

    Ces animaux sauvages « susceptibles d’occasionner des dégâts » n’ont pour seul tort que de concurrencer (pour leur survie) l’intérêt particulier des chasseurs (qui chassent pour leur plaisir). Le raisonnement cynégétique est simple et simpliste : si un renard peut s’attaquer à des proies faciles, lâchés à moitié domestiquées dans la nature dans le but de divertir les chasseurs sans trop de peine, alors il faut les éradiquer, comme le furent bien d’autres espèces dans le passé.
    Reconnaissons que le lobbying de la chasse est efficace : la preuve en est ce décret qui aggravera sans nul doute la situation déjà fragile des « nuisibles » (à qui ?) Il faudra maintenant 6 ans pour pouvoir sortir de cette case d’indésirables. Délai trop long et incompréhensible. C’est faire passer outrageusement des intérêts particuliers devant l’intérêt général (des animaux sauvages et de la majorité non chasseuse).

    On ne peut être qu’horrifié en lisant les méthodes (pourtant légales) autorisées pour se débarrasser de ses encombrants rivaux. Piégeage, enfumage, déterrage. La loi ne devrait jamais permettre des actes cruels et indignes envers les animaux.
    Il serait aussi profitable d’établir clairement les bienfaits de ces « nuisibles » (aucun animal n’est inutile ou définitivement nuisible dans un écosystème) afin d’avoir, enfin, une vision à long terme, raisonnée et raisonnable des écosystèmes. Bien entendu, il faudrait aussi pouvoir agir vite, et ne pas attendre 6 ans pour se poser les bonnes questions.

  •  decret, par favarel georges , le 29 mars 2017 à 16h27

    Je suis favorable au decret

  •  Modification de l’article R427-6 du code de l’environnement, par Alain VASSEL , le 29 mars 2017 à 16h22

    Ce projet de décret qui prévoit la suppression de la notion "d’espèces nuisibles" ne remet pas en cause sur le fonds le régime dénué de tout fondement de destruction des "futurs ex-nuisibles". Bien pire, ce projet de décret prolonge le durée actuelle de l’arrêté ministériel de classement des espèces sauvages dites "nuisibles" de 3 à 4 ans, puis bientôt à 6 ans pour satisfaire la sacro-sainte législation européenne !
    En fait, ce projet de décret n’est qu’une entourloupe à laquelle je m’oppose fermement.

  •  Un décret sur la "reconquête de la biodiversité"?, par Darras Jean-Claude , le 29 mars 2017 à 16h17

    La place occupée par chacune des espèces dans les différents écosystèmes a largement était démontrée depuis des décennies et cependant, force est de constater qu’il existe toujours une volonté de continuer à stigmatiser des animaux sauvages. Que le terme de "nuisible" ait été changé, pourrait paraître une amélioration, mais il apparaît que le changement proposé s’accompagne d’une sentence bien pire encore pour ces animaux, puisque la durée de destruction de ces espèces passe de 3 ans à 6 ans ! Tout compte fait, ces animaux sauvages, qu’ils soient nommés « nuisibles » ou « susceptibles d’occasionner des dégâts » seront de toute façon détruits, dans des conditions de souffrances inacceptables. Une proposition bien édulcorée pour une bien horrible finalité !
    Sur quels critères scientifiques sera basée cette catégorisation d’espèces "susceptibles d’occasionner des dégâts"? S’appuiera-t-elle encore, sur des données aussi partiales que celles apportées par les fédérations de chasse et les piégeurs ? Ces choix continueront-ils d’émaner d’une pression lobbyiste afin de stigmatiser des animaux sauvages, cibles faciles ?
    En ce cela je m’oppose à cette modification purement illusoire, dans le sens où celle-ci ne contribue en rien à une améliorer, dans la législation, la place de ces animaux sauvages perpétuellement stigmatisés. Mais je demande que soit proposée une véritable démarche de fond, de vraie "reconquête de la biodiversité," non partiale et réhabilitant la place de toutes les espèces dans nos écosystèmes, ceci dans le respect du vivant. Je demande une démarche établie sur de véritables études, menées par des spécialistes indépendants, et non pas une modification visant à satisfaire visiblement au lobby de la chasse.

  •  Animaux susceptibles d’occasionner des dégâts, par Claire MENISSIER , le 29 mars 2017 à 16h11

    Le nouveau statut des animaux auparavant classés "nuisibles" devrait permettre que des individus, blessés ou en difficulté, de ces espèces puissent être capturés vivants, transportés, soignés et relâchés dans le milieu naturel, où ils ont aussi un rôle positif à jouer.

    Merci de bien vouloir prendre en compte cette observation.

    Claire Ménissier

  •  Opposition au projet de décret susvisé "reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages", par Agnès RICHERT , le 29 mars 2017 à 16h08

    Le ministère chargé de l’écologie consulte le public sur le projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétiques de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages.

    Grâce à ce projet, les espèces ne seront plus « nuisibles » mais « susceptibles d’occasionner des dégâts »… Sauf que cette modification sémantique ne change absolument rien au régime destructeur qui leur est applicable : tir en dehors de la période de chasse, déterrage des renards ou encore piégeage non sélectif et mutilant restent possibles toute l’année !
    Des espèces autochtones détruites plus longtemps

    Pire encore. Une fois considérés comme « susceptibles d’occasionner des dégâts », renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes, étourneaux sansonnets et geais des chênes pourront être détruits pendant… 6 ans !

    Avant 2012, ces listes noires étaient revues chaque année ; en 2012, leur révision intervenait tous les 3 ans, ce qui était déjà catastrophique. Avec ce projet, ces espèces auront une chance mince de voir leur statut modifié tous les 6 ans, ce qui ne correspond à aucune réalité scientifique. Où s’arrêtera le ministère ?

    Ceci est d’autant plus intolérable que ces listes noires sont fondées sur des éléments partiaux fournis par les fédérations de chasseurs et les piégeurs, sans aucune vérification possible par un organisme indépendant.

    De plus, le rôle de chaque espèce dans les écosystèmes, ainsi que les services écologiques gratuits qu’elles rendent aux activités humaines (dissémination des végétaux, régulation naturelle des rongeurs, prévention des épidémies par l’élimination des cadavres,…) sont officiellement écartés lors de l’établissement de ces listes.

    Comme l’ASPAS, je m’oppose à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :

    la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

    La nature, les animaux sauvages, n’ont pas besoin d’être régulés, mais d’être protégés !

  •  racisme gouvernemental, par Cagnet , le 29 mars 2017 à 16h04

    Bonjour,
    Je ne comprends pas la discrimination faite entre la faune indigène et celle des pays d’Afrique ou des départements d’outre mer ?
    Le gouvernement communique régulièrement sur des mesures de protections envers les éléphants rhinocéros et autres crocodiles des pays d’outre mer et met en place, en catimini, une législation pour autoriser les chasseurs à finir d’exterminer la faune européenne, pourtant bien moins dangereuse. Cette faune est pourtant légitime sous nos latitudes et a toujours été en équilibre pendant des centaines de milliers d’années, jusqu’à ce que l’homme invente le fusils et le congélateur.
    La totalité des animaux protégés de nos contrées l’ont été après avoir été presque totalement exterminé par les chasseurs. Leur confier encore la gestion de la faune sauvage est aussi idiot que de confier la gestion des attentats à des terroristes sous prétexte qu’ils ne terminent pas leur génocide.
    Confier l’extermination des dernières espèces, encore présentes dans nos campagnes, à un secrétariat d’état à la biodiversité est au mieux une insulte à l’intelligence des Français, au pire une provocation à la révolte.
    Contrairement à ce que vous semblez croire, les ruraux en ont marre de ces hordes de citadins armées, qui ont tous les droits, y compris celui de chasser, de chez eux, les propriétaires légitimes, leurs enfants et leurs amis, pour pouvoir y massacrer en paix, tout ce qui pourrait y vivre.

    Un chasseur a même porté plainte, avec l’appuie de sa fédération, parce qu’il a eu peur d’un paysans qui utilisait son tracteur dans son champs.

    (Si le chasseur l’a dénoncé comme une "espèce de sauvage indigène et susceptible" les paysans auront du soucis à se faire pendant 6 ans !)

  •  loi 2016 1087, par massiera , le 29 mars 2017 à 15h54

    Habitant la campagne je suis pour ce decret pour permettre la régulation de certaines espèces qui si elle ne sont pas régules font de veritables desastre sur certaines couvée ou poulailler (c’est sur que les ecolos citadins ne savent pas de quoi je parle) !!!

  •  Avis favorable, par gandolfo jean-pierre , le 29 mars 2017 à 15h46

    Je suis favorable a ce décret- Jean-pierre

  •  NON à la destruction des mal-aimés, par Karin GALSTER , le 29 mars 2017 à 15h38

    Il s’agit ici d’un projet de destruction systématique de la biodiversité plutôt que de sa reconquête ! Je suis dégoûtée !!! Où est-ce que le soi-disant ministère de l’écologie va s’arrêter???
    Je m’oppose radicalement au projet ci-dessus.
    Une prolongation de la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet est inadmissible. Les espèces prédatrices ont toute leur place dans notre nature ainsi qu’un rôle important et essentiel dans notre écosystème. (dissémination des végétaux, régulation naturelle des rongeurs, prévention des épidémies par l’élimination des cadavres, etc) Il est grand temps que l’état cesse à céder aux pressions du lobby de chasse ! La nature n’appartient pas à une poignée d’amateurs d’un "sport" mortel ! Les espèces prédatrices ne sont pas des nuisibles ! Ils font partie intégrale d’un écosystème sain et équilibré, ce sont des raticides bio, qui ne coûtent rien à personne et qui ne polluent pas. C’est mille fois préférable aux tonnes de pesticides versées dans la nature tous les ans. Je demande un arrêt de leur persécution y compris l’interdiction complète des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants.

  •  Une certaine idée de la biodiversqit&, par anne-lise peugeot , le 29 mars 2017 à 15h32

    La législation a reconnu que l’animal est un être sensible, qu’il doit être respecté, que la destruction des espèces sauvages en période de reproduction n’est pas autorisée.
    Les chambres d’agriculture ,l’INRA et le FREDON, insistent sur la nécessité de favoriser les prédateurs naturels pour lutter contre les pullulations de campagnols ( le renard est cité de nombreuses fois) et y développent ce point à de nombreuses reprises dans différentes circulaires.
    En ce qui concerne le renard, le Ministère a préconisé dans la note de présentation du 26 juin 2012 sur l’arrêté ministériel du 2 août 2012 que " Cette espèce a souvent été proposé au classement pour des raisons épidémiologiques. Ce motif est difficilement recevable, il n’y a plus de risque de transmission de la rage actuellement. En ce qui concerne l’échinococcose la réduction des populations de renards n’est pas le moyen d’éviter sa prolifération, ni de prévenir la contamination vers l’homme.
    Et aussi "aucune problématique de santé publique ne semble pouvoir justifier le classement nuisible du renard . Guide pratique relatif à l’élaboration des dossiers de demandes préfectorales de classement ministériel des espèces sauvages indigènes e tant que nuisibles . MEDDE juin 201
    Et pourtant pour satisfaire à la pression destructrice et morbide d’une poignée d’individus, l’équilibre naturel est remis en cause et menacé.
    Persécutées, torturées, piégées,enfumées, toutes ces espèces font partie de notre patrimoine et finiront par rejoindre la liste des espèces en voie de disparition.
    Quelle éthique imposons-nous à nos enfants, et que leur laissera-t-on en héritage?
    La vraie raison de ce décret ordonnant la destruction de toutes ces espèces , c’est qu’une fois de plus l’Etat français fait preuve de complaisance condamnable envers les chasseurs en période électorale

  •  Projet de décrêt de la loi 2016-1087 du 8 août 2016, par GEOFFRAI Robert Président de la sté de chasse d'Entraigues sur la sorgue , le 29 mars 2017 à 15h29

    Je suis favorable à ce projet de décrêt qui traduit les évolutions du droit de la chasse comme nous le souhaitons.

  •  Non à ce projet., par Bartoletti Roxane , le 29 mars 2017 à 15h26

    Dans ce projet, le vocabulaire change mais aucune modification de fond n’ai envisagée, si ce n’est de laisser libre cours à la chasse abusive pendant 6 ans au lieu de 3 ans.
    Nous demandons qu’il soit mis fin au piégeage et au déterrage, pratiques cruelles d’un autre âge.
    L’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre à la demande du lobby de la chasse.
    La mise en œuvre systématique de toutes les solutions alternatives non létales.

  •  oui, par damien , le 29 mars 2017 à 15h19

    Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  enfin... il était temps, par meunier , le 29 mars 2017 à 15h09

    On comprend enfin que l’homme a la responsabilité des dérèglements naturels, il se doit donc de réguler lui même les espèces pouvant porter préjudice aux activités humaines.

    Je suis favorable à ce projet en espérant qu’il soit porté encore plus loin.

    Faisons confiance aux chasseurs qui sont les acteurs locaux les plus proches de la nature, quoi qu’on en pense.

  •  Opposition au décret relatif à l’application des dispositions cynégétiques, par Mina , le 29 mars 2017 à 15h08

    Le fait de proposer un vocabulaire moins "péjoratif" pour les espèces dites "nuisibles" en "susceptibles d’occasionner des dégâts" ne modifie en rien les actes dont elles peuvent être victimes tout au long de l’année. C’est pour cette raison que je suis contre la prolongation de la période de destruction de ces espèces dont la population peut fortement varier en 6 ans et qui, ne l’oublions pas, ont un rôle majeur dans l’écosystème notamment sur la régulation des populations de rongeurs et la prévention des épidémies. Par ailleurs, les modes de destruction cruels, d’un autre âge, devraient être interdits (déterrage, pièges), ainsi que le tir des espèces prédatrices pour satisfaire les chasseurs. Il faut privilégier les solutions alternatives préalablement à la destruction des espèces. La nature se régule d’elle-même, les espèces quelles qu’elles soient ne se reproduisent pas ou peu si la nourriture est insuffisante.

  •  Projet de décret sur les animaux " susceptibles d’occasionner des dégâts ", par Madame Dany Ackermann , le 29 mars 2017 à 14h59

    Bonjour,
    Je tiens à exprimer mon opposition à ce projet qui s’accompagne d’un prolongement de la période de destruction des animaux cités, renards, mustelidés,corvidés et étourneaux.
    la modification sémantique proposée par ce décret, ne change hélas pas, le statut de ces animaux dits " nuisibles " durant des siècles.
    Les renards en particulier font toujours l’objet d’une persécution qui n’est pas à l’honneur de notre pays, puisque d’autres, comme la Suisse ou le Luxembourg, en ont interdit la chasse.
    Qui pourrait nier aujourd’hui le rôle de régulateur de ces animaux dans les écosystèmes ?
    Le lobby de la chasse considère le renard et autres mustelidés, comme des concurrents...préférant que l’on épande de la bromadiolone, pour tuer les rongeurs, plutôt que de laisser leurs prédateurs naturels jouer ce rôle nécessaire de régulation de cette petite faune.
    Il est nécessaire d’interdire les modes de destruction cruels tels que le déterrage ou tout type de piégeage tuant ou mutilant. Les souffrances infligées aux animaux font douter des motivations annoncées par leurs bourreaux. Avec ces pratiques trop longtemps autorisées, nous sommes en droit de nous demander quels sont ces bas instincts ( cruauté gratuite et sadisme) qui régissent certains de nos semblables...
    Il est plus que temps, que même chez les chasseurs, une éthique s’instaure et qu’il y ait enfin à leur niveau, une véritable prise conscience pour dénoncer ces pratiques cruelles, car certains d’éntre eux sont plus respectueux des animaux, reconnus comme êtres sensibles par la loi,
    Aussi je demande à ce que soient mises en œuvre des solutions alternatives, non létales , préalablement à la destruction de ces espèces prédatrices, quand une régulation est rendue nécessaire.
    Leur statut et les textes qui s’y rattachent doivent être modifiés pour qu’il soit interdit de les tuer, leur rôle important dans l’équilibre naturel étant incontestablement reconnu par les naturalistes.
    Il est inacceptable que dans notre société où de plus en plus de voix s’élèvent contre les pratiques du lobby de la chasse, ce soit lui qui dicte ou influence les lois dans le domaine de la protection de la biodiversité, en particulier de la faune sauvage.
    Je vous remercie de votre attention,

    Dany Ackermann

  •  Décret, par peyo , le 29 mars 2017 à 14h54

    je suis favorable aux modifications de ce décret, même si pour moi le terme "nuisible" était bien approprié et qu’il n’a été changé que pour faire plaisir à une frange de la population citadine (anti-tout) qui ne connaît rien des dégâts commis par ces espèces. Il ne s’agit pas là (comme certain(e)s l’ont écrit) d’éradiquer une espèce mais d’en réguler la prolifération, pour une meilleure biodiversité.

  •  Projet de décret, par COSTES , le 29 mars 2017 à 14h48

    Je suis pour la mise en œuvre de ce decret

  •  Contre la destruction des animaux sauvages, par HENRY , le 29 mars 2017 à 14h43

    Bonjour,

    Que fait Madame le Ministre de l’écologie des beaux principes fondamentaux énoncés dans la loi n° 2016-1087, article L110-1 ? Il faudrait m’expliquer comment éviter les atteintes à la biodiversité et aux services qu’elle fournit tout en autorisant les tirs en dehors des périodes de chasse, en autorisant toute l’année le déterrage des renards et le piégeage non sélectif.

    Ces animaux mal aimés par les pouvoirs publics, les renards, les fouines, les martres, les belettes, les putois, les corbeaux freux, les corneilles noires, les pies bavardes, les étourneaux, les geais des chênes, participent à l’équilibre des écosystèmes et à leur diversité.

    Madame le Ministre devrait plutôt s’en remettre aux scientifiques qui sont sur le terrain, et donc d’un conseil plus avisé que les chasseurs. Les Chinois en viennent à polliniser eux-mêmes les arbres fruitiers faute d’abeilles. Qui est le plus performant : l’homme ou l’abeille ?

    Les chasseurs veulent nous faire accroire qu’ils peuvent se substituer à dame Nature pour justifier leur activité mortifère.

  •  Favorable , par Bertrand , le 29 mars 2017 à 14h38

    Je suis favorable à l application de ce décret pour favorisez La régulation

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par Eric , le 29 mars 2017 à 14h35

    Je suis pour ce décret et qu’on laisse les chasseurs s’occuper de réguler les populations qui se développent trop vite faute d’habitat et de couvert convenables

  •  Favorable, par Charles , le 29 mars 2017 à 14h34

    Je suis favorable à ce décret.

  •  projet , par chasseur , le 29 mars 2017 à 14h23

    Je suis entièrement favorable à l’application de ce décret

  •  nouveau décret, par momméja jean-luc , le 29 mars 2017 à 14h23

    je suis pour ce nouveau décret

  •  tout afait favorable a ce decret, par jean pierre , le 29 mars 2017 à 14h09

    la proliferation des renards est un fait reel comme celle des sanliers si on nce faisait rien la faune toute entiere en soufrirait et les accidents avec les animaux seraient tre nombreux sur les routes les antis chasse sont des anti tout ni plus moins et bientot ils vont demander la protection des tiques des frelons asiatiques des puces et des poux

  •  Avis favorable, par Florent , le 29 mars 2017 à 14h07

    je suis pour

  •  Favorable, par Bernard Coucou , le 29 mars 2017 à 14h07

    Je suis favorable à ce décret, c’est une bonne chose.

  •  NON à ce projet de décret, par Claudine Metral , le 29 mars 2017 à 14h05

    Tous ces animaux on leur rôle à jouer dans les écosystèmes. Ce sont aussi des êtres sensibles.
    Pour ces raisons, et bien d’autres encore, je suis CONTRE ce projet.

  •  Pourquoi ?, par Olivier BERTRAND , le 29 mars 2017 à 13h51

    Bonjour Madame le ministre,

    je ne vois pas une grande amélioration dans votre projet de décret. Vous n’avez en aucun cas fait en sorte de protéger nos congénères (en tant qu’espèce vivante) mais vous redistribuez le pouvoir de tuer en toute impunité à des personnes non respectueuses de l’environnement.

    Quant au terme "nuisible", il aurait fallu repenser comment le catégoriser et non le définir au sens lexicale du terme.

    Je ne suis pas le seul à espérer, un jour, qu’un ministre de l’environnement puisse défendre la cause animale. Cela peut-être vous : soit en modifiant votre projet, soit en l’oubliant dans un tiroir que personne n’ouvrira.

    Je vous souhaite cependant une bonne journée

    Olivier

  •  Pour une évaluation scientifique lors de la révision du statut des espèces "susceptibles d’occasionner des dégâts", par Groupe Mammalogique et Herpétologique du Limousin , le 29 mars 2017 à 13h50

    En lisant le projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétiques, nous pouvons nous demander si ça ne serait pas de la reconquête par l’Homme de la biodiversité et de la nature dont il s’agit ? Le doute est permis. Car au regard des dispositions soumises dans le projet, rien ne joue factuellement en faveur des espèces sauvages.

    Certes, le terme « nuisible » a été remplacé par « susceptible d’occasionner des dégâts » mais mis à part un changement de sémantique, les espèces concernées par ces termes restent surtout « susceptibles d’être détruites », et de surcroît sur de plus longues périodes entre deux possibilités de révision de leur statut. Six ans. Six années pendant lesquelles les chasseurs, piégeurs, louvetiers et Cie pourront tuer de multiples façons des animaux présumés coupables d’occasionner des dégâts supposés. C’est une condamnation de mise à mort qui ne repose sur aucune justification scientifique, pas même sur la constatation de dommages tangibles.

    Pour reprendre les propos de Baptiste MORIZOT, Maître de conférences en philosophie à l’Université Aix-Marseille, « la régulation des populations par la chasse, est le pan zootechnique d’un « biopouvoir » qui ne s’est pas départi des prérogatives de vie et de mort du pouvoir souverain. Il peut aller jusqu’à l’extermination, dans le cas des « nuisibles », comme cela a été le cas pour le loup jusqu’au début du siècle. Or ce modèle est caduque juridiquement, moralement, et pratiquement. »

    Le rapport que la société entretient avec la Nature débouche sur la nécessité de contrôler. La nature sauvage occupe aujourd’hui le rôle d’adversaire. Toute forme sauvage, non maîtrisée, est considérée comme ennemie de la nature domestiquée, apprivoisée et contrôlée.

    Pourtant, nous savons désormais que chaque espèce indigène occupe sa place et joue un rôle fondamental au sein de la niche écologique qu’elle occupe. Ainsi, réduire les populations de plusieurs espèces, dites « malfaisantes » pour des raisons qui tiennent à une psychologie archaïque, va à l’encontre même du bon fonctionnement des écosystèmes et peut causer des déséquilibres importants. Pour preuve, dans certains départements il a fallu réhabiliter le renard dont la destruction est désormais encadrée voire suspendue lors d’opérations de lutte contre les campagnols.

    Ainsi, concernant le présent projet de décret, le Groupe Mammalogique et Herpétologique du Limousin demande instamment :
    - la prise en compte du rôle des espèces, prédatrices ou non, ciblées par le présent projet dans les écosystèmes et par conséquent l’interdiction de détruire ces espèces au seul motif d’une volonté cynégétique ;
    - l’application du principe de la présomption d’innocence des espèces en cas d’absence de preuves à charges ; par « preuves à charges », nous entendons des résultats d’études mettant en balance les dommages exercés par une espèce (analysés de manière statistique et non anecdotique) avec ses fonctions écologiques dans l’écosystème ; en l’absence de telles études le statut d’une espèce sera considéré par défaut comme « gibier », voire « protégé » si la législation le permet ;
    - l’application des conséquences du nouvel article 515-14 du Code civil (16 février 2015) : « Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité » ;
    - l’interdiction de recourir à des modes de destruction tuant ou mutilant en aveugle : seules les cages pièges avec visite quotidienne obligatoire doivent être autorisées ;
    - la mise en œuvre systématique, lorsqu’elles existent, de solutions préventives ou alternatives préalablement à la destruction des espèces (effarouchement, protection physique des cultures et des élevages, vaccins pour lutter contre les zoonoses, etc.) ;
    - la modification de la composition des actuels conseils départementaux de la chasse et de la faune sauvage, à raison d’un membre titulaire (assorti d’un suppléant) pour chacun des organismes suivants : DREAL, DDT, ONCFS, ONF, CRPF, Chambre d’agriculture, groupe ornithologique, groupe mammalogique, CEN, RNF, Fédération Départementale des Chasseurs, Fédération Départementale des Pêcheurs, association des piégeurs, FREDON ;
    - la période d’application des décisions concernant le statut des espèces peut être de six ans uniquement si les conditions ci-dessus sont effectivement remplies ; dans le cas contraire, cette période ne pourrait pas excéder deux ans.

  •  Je suis totalement contre. C’est une honte !, par Mireille Gay , le 29 mars 2017 à 13h46

    Il n’y a pas d’espèce animale nuisible hormis l’homme qui détruit tout. Les études sont issues des fédérations de chasseurs et de piégeurs et n’ont aucune réalité scientifique.

  •  Qu’elle est belle et noble la chasse !, par Et vive le piégeage ! , le 29 mars 2017 à 13h43

    La seule position concevable sur le projet du gouvernement est une opposition absolue à ce projet véritablement inique dont le principal résultat est de fixer à 6 ans au lieu de 3 la date de réexamen des destructions d’animaux !
    Ainsi messieurs les chasseurs (ah les braves gens de terroir !) pourront s’éclater en toute impunité sans aucun contrôle, et ce en continuant à user et abuser des méthodes honteuses de destruction déjà en place : tir en dehors de la période de chasse, déterrage des renards ou encore piégeage non sélectif et mutilant restent possibles toute l’année.
    Cette situation est d’autant plus fourbe que les fameuses listes noires sont issues des éléments déloyaux fournis par les fédérations de chasseurs et les piégeurs, sans aucune vérification possible par un organisme indépendant. Une vérification serait de toute façon impossible puisque l’on sait bien que les piégeurs s’entendent entre eux : le lundi Gérard piège sous le contrôle de Bernard, et le mardi c’est Bernard qui piège sous le contrôle de Gérard.
    Sont- ils pas malins ? trop fort quoi ! Non mais qui a dit qu’elle n’est pas belle la chasse ? Allez taïaut, taïaut, taïaut, quelle belle journée ! Zut …. J’ai tiré sur un cycliste …

  •  oui je suis pour le projet, par planes christophe , le 29 mars 2017 à 13h34

    oui je suis pour le projet de décret relatif

  •  NON a ce projet, par CROWYN , le 29 mars 2017 à 13h20

    Je suis défavorable à cette loi, seule des études approfondies et annuelles doivent régir d’éventuelle destruction, la nature est bien faite et autorégulatrice si nous n’y touchons pas, il faut rétablir la biodiversité aussi.

  •  Consultation publique, par France Calais , le 29 mars 2017 à 13h16

    Le projet soumis à la consultation publique apporte quelques modifications à la première version. Une seule chose me semble satisfaisante : le fait de remplacer le mot « nuisible » par l’expression « susceptible d’occasionner des dégâts ». Cependant je pense que ce terme se veut plus démagogique qu’annonciateur d’un changement positif pour la faune sauvage.

    « L’emploi des produits toxiques pour la destruction des espèces d’animaux classés susceptibles d’occasionner des dégâts est interdit. » (R 427-10) Comment se fait-il alors que des animaux domestiques (chiens, chats) meurent encore en quelques minutes après avoir ingéré du Temik lors d’une promenade ? Ce produit a été retiré définitivement le 08 Juillet 2002 ! Il me semble que la loi est plus souple avec les destructeurs de la Nature qu’avec ses protecteurs… Dans notre département (la Somme) le renard est chassé en permanence et par tous les moyens. Ce poison est l’une des méthodes utilisées bien qu’illégale. Je n’ai « heureusement » (si je peux dire) eu connaissance que d’empoisonnements d’animaux domestiques, mais un enfant aurait très bien pu ramasser une boulette et la porter à la bouche….
    Ce procédé est scandaleux tout comme l’est le tir du renard… Ce « présumé coupable »est continuellement chassé dans la Somme. L’article R 427-21 stipule que « les gardes particuliers sur le territoire sur lequel ils sont commissionnés sont autorisés à détruire à tir les animaux susceptibles d’occasionner des dégâts toute l’année, de jour uniquement (…) » Pourquoi le renard a-t-il un traitement de « défaveur » chez nous puisque l’article 1er de l’arrêté sur « l’autorisation de destruction de tir de nuit du renard - renouvellement » stipule bien que « les lieutenants de louveterie (…) sont autorisés à procéder dans leur circonscription à détruire en tout temps les renards (y compris la nuit) et en tous lieux (...) » Pourquoi toutes ces lois et contre-lois dans le même but à la fin : détruire certaines espèces ?

    L’article R 422-64 stipule en b-) que (le règlement intérieur de l’association doit prévoir) « la détermination, dans le cadre des dispositions législatives et réglementaires en vigueur, des conditions de destructions des animaux susceptibles d’occasionner des dégâts en particulier la pose de pièges (...) » Ces pièges doivent être relevés tous les matins et la mise à mort des animaux classés susceptibles d’occasionner des dégâts doit intervenir immédiatement et sans souffrance… Comment peut-on utiliser l’expression « sans souffrance » ? L’animal pris au piège agonise pendant de longues heures dans d’atroces souffrances avant d’être « enfin » abattu par le piégeur.

    Ces façons de procéder sont proprement aberrantes. Je suis définitivement CONTRE toute forme de cruauté envers les animaux, quels qu’ils soient. Des solutions en accord avec la Nature existent. Il suffit de le vouloir.
    Mais à la lecture du projet d’arrêté je réalise que ce qui compte véritablement, c’est satisfaire le lobby de la chasse… Si ça n’était pas le cas pourquoi le 1° du R 42-1 (CNCFS) « Préserver la faune sauvage » aurait-il disparu dans l’article modifié ? Ce qui semble primordial, c’est uniquement la gestion de la faune sauvage et la protection de la Nature…. s’il y a une incidence directe ou indirecte sur l’exercice de la chasse...

    Je suis dépitée de voir que la vie de notre faune ne dépend que du bon vouloir des chasseurs.

  •  contre , le 29 mars 2017 à 13h02

    Encore des bobos qui ce mêlent de chose basé sur des théorie de bureaucrate !

  •  Contre le projet d’augmentation des procédés de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneaux sansonnet, par OILLIC LAURENT , le 29 mars 2017 à 12h58

    Bonjour,

    Je m’oppose au projet d’augmentation des procédés de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneaux sansonnet. Je vous demande ne pas modifier la qualification "de nuisibles" à "susceptibles d’occasionner des dégâts" mais plutôt de vous inspirer et de consulter les scientifiques et les naturalistes qui eux, ont vraiment les qualifications requises pour modifier et améliorer le sort et l’avenir de toutes ses espèces sauvages. Ne céder pas aux lobbys chasseurs et piégeurs qui eux, au contraire se réjouissent de ce projet de modification.
    Jusqu’ou irez-vous à détruire le peu de vie sauvage qui reste en France.
    Croyer-vous que vous représentez l’avenir, vous le ministère de l’Ecologie en vous alliant et soutenant les lobbys de la gachette et de la machoire des barbares pervers.

    LAURENT OILLIC
    DEFENSEUR DE LA NATURE

  •  Décret , par Gilles , le 29 mars 2017 à 12h52

    Je suis favorable à ce décret et à son application

  •  Opposition au projet de decret, par François Fleury , le 29 mars 2017 à 12h49

    Je suis contre ce projet car non seulement il ne modifie pas le régime destructeur applicable aux espèces visées mais ceux qui sont désormais qualifiés de"susceptibles d’occasionner des dégâts"pourront être exterminés pendant 6 ans et ce avec les modes de destruction inacceptables que nous connaissons actuellement.

    Où ce trouve dans ce projet la prise en compte de l’intérêt de chacune de ces espèces dans l’écosystème alors même que l’objectif visé dans ce projet est notamment "la reconquête de la biodiversité de la nature"

    Tout cela ne me semble pas très sérieux et confirme que le lobby chasse est omni-présent dans ce projet.

  •  Chasseur, par Paul Rochette , le 29 mars 2017 à 12h48

    Ok pour ce projet.

  •  Audrey, par Audrey , le 29 mars 2017 à 12h48

    Je suis favorable à l’application de ce décret pour l’évolution de la chasse et de nos droits

  •  arrétons le massacre, par BLANQUART , le 29 mars 2017 à 12h45

    L’Homme est soit disant l’espèce la plus intelligente, mais n’est pas fichu de protéger ses poules des attaques de renards, fouines et autres prédateurs. Alors on considère ces espèces comme nuisibles,et pour une poule tuée, on donne le droit aux chasseur de massacrer les portées de renardeaux dans un rayon de 10 km (expérience vécue sur ma commune) alors qu’en tant que maraicher, je considère tous ces soi-disant nuisibles comme des auxiliaires, maintenant l’équilibre sur mes terres avec les rongeurs.

    La biodiversité se gagne et se préserve à ce prix et non à coups de fusils.

  •  Favorable , par Gouin pierre , le 29 mars 2017 à 12h45

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons
    je suis favorable

  •  Non sens, par Lafitte , le 29 mars 2017 à 06h48

    Je me prononce contre ce texte qui a vraiment une vision anthropocentrée de la gestion de l’environnement. Les animaux doivent être pris en compte dans la globalité et non par la lorgnette de nos seuls intérêts.

  •  Adhésion , par tournayre , le 29 mars 2017 à 06h46

    je suis favorable à ce décret.

  •  Projet de decret, par Hus bernard , le 29 mars 2017 à 06h45

    Je suis favorable à ce décret qui correspond à ce que je souhaite pour l’avenir de la chasse et de la biodiversité

  •  ca minteresse, par lagane , le 29 mars 2017 à 05h58

    je suis favorable a ce décret et je signe

  •  Favorable, par Chambert Christophe , le 29 mars 2017 à 05h46

    Pour ce nouveau decret

  •  préservation, par Emmanuel Langlois , le 29 mars 2017 à 05h42

    Parce qu’il est important de laisser la place à la vie sous toutes ces formes afin de recréer des espaces qui ne soient pas stériles toutes mesures de destruction doivent être réduites au minima.
    Parce que chaque espèces de vie dépend du maillon qui le précède es de celui qui le suit. Parce qu’on ne fait pas place nette au détriment de la vie. Préserver le développement durable de la faune sauvage est un acte majeur et un signe d’intelligence pour les générations futures.je suis contre ce décret

  •  préservation, par Emmanuel Langlois , le 29 mars 2017 à 05h40

    Parce qu’il est important de laisser la place à la vie sous toutes ces formes afin de recréer des espaces qui ne soient pas stériles toutes mesures de destruction doivent être réduites au minima.
    Parce que chaque espèces de vie dépend du maillon qui le précède es de celui qui le suit. Parce qu’on ne fait pas place nette au détriment de la vie. Préserver le développement durable de la faune sauvage est un acte majeur et un signe d’intelligence pour les générations futures.

  •  chasse et piègeage, par MARCHAL Etienne , le 29 mars 2017 à 04h06

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons. Je suis pour.

  •  décret, par jean-francois varlet , le 29 mars 2017 à 02h54

    Je suis favorable à ce décret !

  •  avis, par barral , le 29 mars 2017 à 02h13

    Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  AVIS TRÈS FAVORABLE , par FAURE , le 29 mars 2017 à 00h34

    Nous avons actuellement en cours de consultation du public un projet de décret qui concerne diverses dispositions "chasse" dont :
    - la prolongation de la durée de validité du classement des espèces nuisibles indigènes ;<br class="manualbr" />aux vues des dégâts signalés par les agriculteurs et les particuliers sur les moutons "agneaux" , les volailles (renards-mustélidés...) , les cultures , les pâtures (sangliers...) , dans les stabules l’hiver , sur les bâtiments dans les villages (pigeons...) , les chasseurs sont saisis par les agriculteurs et par les maires d’agir ...
    SI LES CHASSEURS NE PEUVENT PLUS RENDRE CE SERVICE GRATUITEMENT , LES SERVICES DE L’ETAT DEVRONT L’ASSUMER ... , ET IL FAUT UN BUDGET ET DES PERSONNELS POUR CELA ... .

  •  reconquete de la biodiversité animale , par Boué christian , le 29 mars 2017 à 00h34

    je veux une modification radicale du régime de tous les animaux sauvages ,pour leur role bénéfique dans les écosytèmes

    Que les chasseurs ,piégeurs les laissent en paix

  •   renards et autres petits carnivores, par Bouffard , le 29 mars 2017 à 00h16

    Les renards sont détruits de façon irraisonnée depuis 1968 avec le résultat que l’on connait...
    Il est assez inquiétant de constater que l’échec de ces 50 ans de destructions acharnées n’entraine aucune remise en cause et aucune réflexion, au contraire ! C’est une véritable économie de la destruction qui a vu le jour progressivement et qui explique la poursuite d’un acharnement injustifié et injustifiable...
    En calquant sa reproduction sur l’espace disponible,le renard auto-régule ses populations ; chaque animal abattu libère un territoire et stimule ainsi la reproduction des renards voisins, aucun territoire ne restant vacant. Pour faire face, Maitre Goupil a réussi à modifier la biologie de sa reproduction qui incombe maintenant à toutes les femelles et non plus à la seule la seule femelle dominante.
    Les renards sont dépendants de leur propre densité, ils ne peuvent ni pulluler, ni disparaître...
    Nous avons besoin des renards ; ils régulent les populations de rongeurs, évitent les pullulations de lapins et jouent un rôle sanitaire indispensable en éliminant les animaux malades ou morts.
    Tous les petits carnivores ont un rôle essentiel dans la chaine alimentaire et ne peuvent pas être un objet de troc politique...

  •  Avis favorable, par Laurent 86 , le 29 mars 2017 à 00h10

    Après prise en compte du point de vue de tous ; je suis très favorable
    à ce projet de décret.

  •  POUR L’EQUILIBRE DE LA NATURE, par MARTY CH , le 29 mars 2017 à 00h08

    « JE » SUIS FAVORABLE A CE PROJET DE DECRET.« »

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par Dupuy , le 29 mars 2017 à 00h05

    Tout à fait favorable à ce projet de loi. Cela permettra une meilleur régulation des espèces.

  •  Changement sémantique uniquement, condition de la faune sauvage pas prise en compte, par Corinne Vasseur , le 29 mars 2017 à 00h04

    Malheureusement,la loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages n’apporte pas de changement majeur dans le traitement infligé à ces espèces considérées comme des nuisibles. Et le changement sémantique ne permet pas une amélioration de leur condition et la prise en compte de leur rôle écologique ou leur rôle d’auxiliaire dans les équilibres complexes de la nature. On peut même dire que le cadre de destruction de ces espèces est encore plu élargi. En effet le Préfet, ordonnait jusqu’à présent « chaque fois qu’il est nécessaire », « des chasses et battues générales ou particulières aux animaux nuisibles » en tout lieu. Depuis la Loi pour la reconquête de la Biodiversité, il ordonne « des opérations de destruction de spécimens d’espèces non domestiques » pour l’un des motifs cités. « 1° Dans l’intérêt de la protection de la faune et de la flore sauvages et de la conservation des habitats naturels
    2° Pour prévenir les dommages importants, notamment aux cultures, à l’élevage, aux forêts, aux pêcheries, aux eaux et à d’autres formes de propriétés ;
    3° Dans l’intérêt de la santé et de la sécurité publique ;
    4° Pour d’autres raisons impératives d’intérêt public majeur, y compris de nature sociale ou économique ;
    5° Pour des motifs qui comporteraient des conséquences bénéfiques primordiales pour l’environnement. »
    Bref tout est permis ! et sous couvert d’un changement de terme qui en apparence aurait pu être bénéfique pour ces animaux (oui ces animaux sont justes responsable de contrarier les intérêts humains), le cadre de cette loi élargit encore davantage les possibilités de destruction. Comme si avouer notre intolérance à la présence de la faune sauvage, autorise d’autant plus leur persécution !
    Le 3ème motif souvent invoquée pour justifier le massacre de la faune sauvage (et notamment les renards) est le motif de sécurité et de santé publique. Cet argument est pernicieux et inadapté ! En effet, les campagnes de destruction n’ont jamais permis d’endiguer une maladie : ce fut le cas pour la rage vulpine, ce sont les campagnes de vaccin anti rabique qui ont permis que la France soit indemne de la rage vulpine depuis 2001. Aujourd’hui la maladie exhibée est l’échinococcose alvéolaire et est souvent l’argument invoquée pour justifier leur persécution. Encore une fois, la destruction en modifiant les populations de renards, favorise la dispersion de la maladie (voir rapports de l’ELIZ et vétérinaires)et d’autres solutions sont possibles (vermifugation). Tout ce dispositif législatif ne prend en aucun cas compte de la condition de notre faune sauvage.

  •  avis favorable au décret de la loi n°2016-1087, par BOUDAUD , le 29 mars 2017 à 00h03

    je suis favorable pour l’application de ce décret, loi n° 2016-1087
    par Dominique BOUDAUD

  •  projet décret loi 2016-1087 pour la reconquête de la biodiversité , par BUGEIA , le 28 mars 2017 à 23h58

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions positives du droit de chasse que nous souhaitons.

  •  Favorable à ce projet de décret , par F.Gouin , le 28 mars 2017 à 23h57

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de chasse que nous souhaitons

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016, par Gaubey , le 28 mars 2017 à 23h56

    Très favorable à ce projet qui par ailleurs faisait l’unanimité des intervenants directs.

  •  En faveur du projet de decret., par Robert GUERIN , le 28 mars 2017 à 23h54

    Je suis particulièrement favorable à ce projet de décret.

  •  consultation, par FOUCAUD , le 28 mars 2017 à 23h51

    je suis totalement favorable à ce décret

  •  Pitié pour eux , par TALLARIDA , le 28 mars 2017 à 23h49

    S’il vous plaît laissez ces animaux "dit" nuisibles EN PAIX !
    Respectons la Nature
    Respectons l’héritage de nos parents
    Respectons nos enfants pour ce que nous allons leur lausser
    Privilegions la VIE par dessus tout
    MERCI

  •  Stop aux meurtres des animaux sauvages, par Monique Morin , le 28 mars 2017 à 23h41

    La nature possède en elle toutes les ressources capables de répondre à tous nos « problèmes » réels ou fictifs, écologiques ou économiques, etc. Faisons lui confiance. Laissons la faire. Arrêtons de faire confiance aux apprentis sorciers. Arrêtons de tuer pour le seul plaisir de certains.

  •  Halte aux massacres - Non à ce projet inepte, par Hervé Bocquet , le 28 mars 2017 à 23h39

    « Nuisibles » ou « espèces susceptibles d’occasionner des dégâts » = hypocrisie sémantique.
    Arrêtons les dégâts. Arrêtons de tirer sur tout ce qui bouge. La nature est capable de gérer tous nos problèmes à condition qu’on la laisse s’exprimer librement. Laissons travailler les prédateurs naturels.
    Laissons vivre les animaux sauvages.

  •  Opposée au projet de décret, par Anne PAPIER , le 28 mars 2017 à 23h38

    Je suis opposée au projet de décret qui remplacerait le terme "nuisible" par "susceptible d’occasionner des dégâts", ainsi qu’à la durée du classement des espèces, bien trop longue. La notion d’animal "nuisible" ou "susceptible d’occasionner des dégâts" n’a aucun sens pour les biologistes. Elle autorise leur extermination toute l’année sans régulation, au mépris de la préservation de la biodiversité.

    Le CNCFS est constitué en large majorité par des chasseurs. Les chasseurs reprochent aux espèces concernées (belettes, martres, renards...) d’être leurs rivales pour la prédation de certains gibiers d’élevage (faisans, perdrix, lapereaux...), et non un danger pour les milieux naturels ! Ces espèces sont au contraire garantes de la préservation de l’équilibre naturel notamment en régulant les populations de rongeurs. Elles sont ainsi un allié précieux pour les agriculteurs.

    Il est parfaitement inutile d’exterminer les geais, corneilles, pigeons ramiers, lapins de garenne et toutes autres espèces jusqu’ici classées "nuisibles", espèces qui ne sont pas en surpopulation et participent à la biodiversité et au maintien de l’équilibre naturel. Habitant en zone rurale (Ardennes), je constate que ces populations animales ne se développent pas, mais régressent au contraire. J’en vois de moins en moins au fil de mes sorties d’observation.

    Il est barbare d’instaurer l’autorisation de massacrer sans limite pendant 6 ans des populations animales.

    Opposée au statut d’animal "susceptible de causer des dégâts", je propose de créer un statut d’être "vivant et sensible", à protéger au même titre que tout être vivant doué de sensibilité. Faisons progresser le pays en suivant les avancées de la science, qui reconnaît de la sensibilité et l’intelligence animales, au lieu de régresser en obéissant aux lobbies de la chasse !

  •  avis favorable, par laurent jerome , le 28 mars 2017 à 23h38

    je pense que ce projet va dans le bon sens,est n’est pas antinomique avec la biodiversité car le piégeage n’est pas une arme de destruction massive mais une solution pour remédier a certaines situations (poulailler,destruction de nichées ) .Etant donné que mes poules ont autant le droit de vivre que les renards que je respecte par ailleurs je suis donc favorable a ce projet.

  •  Ils ne sont pas nuisibles , par BECQUAERT Céline , le 28 mars 2017 à 23h35

    En réponse à la consultation publique du ministère en charge de l écologie , je souhaite prendre position et defendre les renards, corbeaux , pies, fouines, martres ainsi que les autres animaux injustement classés dans la catégorie des animaux nuisibles.
    En effet, ces animaux font partie de la nature sauvage et ils participent au maintien de son équilibre.
    Le fait d etre classés ’nuisibles" permet de les chasser les pieger les deterrer impunément et bien souvent de manière très cruelle, c est inadmissible en 2017 de constater combien les pratiques et lois ont si peu évolué .

    Ces animaux ont leur place dans nos campagnes , nos forêts ils sont prédateurs ou proies et participent de l équilibre et l harmonie de la nature . Les renards régulent naturellement le nombre des rongeurs l, les corbeaux sont utiles dans leur rôle de charognards, les martres et les fouines se font trop rares.
    Quand cesseront donc ces classements et pratiques barbares qui ne satisfont qu une seule cible , les chasseurs.

    De quel droit continue t on de les massacrer ainsi ?

  •  Déposons les armes. Soyons enfin civilisés, partageons enfin notre planète de manière pacifique , le 28 mars 2017 à 23h34

    La notion "d’animaux nuisibles" n’ayant aucune justification scientifique dans la nature, la supprimer de notre vocabulaire laisserait supposer que la raison l’ait enfin emportée...
    Malheureusement, l’illusion aura été de très courte durée puisqu’elle a aussitôt été remplacée par « espèces susceptibles d’occasionner des dégâts ». Ce qui ouvre un boulevard pour y intégrer n’importe quelle espèce qui pour telle raison ou telle autre gênera l’expansion de la seule et unique espèce véritablement invasive -pour ne pas dire nuisible- de notre planète, l’espèce Homo autoproclamée sapiens.
    En s’autoproclamant « protecteurs de la nature », les chasseurs ont réussi à réduire notablement voire à éradiquer de nombreuses espèces de notre planète, notamment des prédateurs à poils à plumes ou à écailles, déséquilibrant définitivement des écosystèmes qui résultaient de millions d’années d’évolution.
    Conséquences certaines espèces n’ayant plus de prédateurs prolifèrent occasionnant effectivement quelques dégâts à certaines pratiques agricoles. Obligeant les « victimes » à déployer toutes sortes de moyens tous plus inefficaces, inutiles, chers et cruels les uns que les autres -empoisonnements, piégeages, chasse, etc.-, alors que la solution la plus intelligente est de laisser faire la nature, c’est-à-dire laisser faire ce travail gratuitement à tous les prédateurs naturels.
    Comme nous, tous les autres animaux aspirent à vivre libre et en paix. Apprenons enfin à partager l’espace en les respectant pour notre plus grand bénéfice.
    Au XXIème siècle, déposons les armes, entrons enfin dans la civilisation, faisons confiance à la nature qui nous a permis de survivre jusqu’à aujourd’hui. C’est l’unique condition qui nous permettra de reconquérir la biodiversité, la nature et les paysages, et surtout de survivre sur notre belle planète.

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par cottin rené , le 28 mars 2017 à 23h26

    comment ose-t-on associer le conseil national de la chasse, et la faune sauvage?

    les chasseurs sont les prédateurs majeurs de la faune sauvage, et leurs tares sont potentialisées par l’activité professionnelle caricaturale du chasseur : agriculteur. ces individus détruisent l’environnement végétal et animal par leurs pratiques agricoles.

    législateurs, politiques, politiciens, il est plus qu’urgent de laisser la nature s’épanouir, car l’iniquité inhumaine par essence, la conduit à son extinction.

    alors un sursaut d’intelligence nous est imposé, pour être digne de se définir des humains.

    salutations.

  •  on continue?, par POURRIER , le 28 mars 2017 à 23h09

    On peut changer la sémantique mais les massacres perdurent .Trop de pouvoir aux chasseurs qui représentent une minorité dans ce pays.On nous vante la biodiversité et
    on flingue dans notre dos.On pourrait peut être tenir compte de l avis de scientifiques indépendants plutôt que laisser le pouvoir aux société de chasse

  •  Decret n° 2016 - 1087 du 8 août 2016, par Mielcarek , le 28 mars 2017 à 23h05

    Je suis favorable à ce texte de decret

  •  6 ans c’est trop long, par Esterlingot , le 28 mars 2017 à 22h58

    Je suis contre le classement pour six années dans la catégorie "susceptible d’ occasionner des dégâts" c’est beaucoup trop long et ne tient pas compte des effectifs de ces espèces qui peuvent varier très vite a cause dudit classement. Il conviendrait a mon avis de faire de véritables comptages très régulièrement.

  •  D’accord, par bajon , le 28 mars 2017 à 22h56

    Je suis entierement d’accord avec ce projet

  •  En faveur de l’application de ce décret , par Philippe Perrin , le 28 mars 2017 à 22h53

    Mis en application, les termes de ce décret contribueront à rétablir l’équilibre naturel mis à mal par l’activité humaine qu’elle ait été bien intentionnée ou bien, mal intentionnée

  •  ne cédez pas au lobby de la chasse, par Michèle FAZILLEAU , le 28 mars 2017 à 22h50

    Tous les animaux sont utiles ; il n’y a pas de nuisibles ; ils ont tous un rôle dans l’écosystème. Les listes dites noires sont fondées sur des éléments fournis par les fédérations de chasseurs !
    Je demande à ce que leur rôle des animaux soit pris en compte dans les écosystèmes et
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    Ne cédez pas au lobby de la chasse.
    Cordialement

  •  de nombreux points à améliorer, par Philippe CLAUDEL , le 28 mars 2017 à 22h49

    Bonjour,
    Il faudrait mieux prendre en compte le rôle bénéfique de certaines espèces dans les écosystèmes et pour les activités humaines.
    Par ailleurs, le recours à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants devrait être interdit.
    Enfin, la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales devrait être recherchée.
    Cordialement

  •  of course, par lafont , le 28 mars 2017 à 22h43

    je suis très favorable à l’application de ce décret.

  •  NON !!!!, par Joudrier , le 28 mars 2017 à 22h40

    Non, tout simplement non à ce projet de décret au titre hypocrite de "reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages".
    Sur quelles études vous appuyez-vous pour déterminer quelles sont les espèces sur-numéraires à exterminer? Comment êtes vous certain qu’il n’y aura pas d’effets "indésirables" à cette réduction d’effectifs? Pourquoi 6 ans et pas 20 pendant qu’on y est? Il a été maintes fois démontré dans le cas du renard par exemple que les femelles auto-régulent les naissances en fonction de la densité de la population alentour. Moins de renards pendant une année engendrera plus de naissances l’année suivante et vice-versa. La nature n’a pas attendu la venue de l’homme pour s’auto-réguler mais l’homme et en particulier les chasseurs n’est pas partageur...
    Votre décision sera communiquée aux français qui (vous) jugeront... prenez la bonne décision !!

  •  Protéger la biodiversité au lieu de la détruire, par Association agréée BASSIN D'ARCACHON ECOLOGIE , le 28 mars 2017 à 22h39

    Madame la Ministre,
    Nous vous prions de trouver ci-dessous nos remarques concernant ce projet de décret.

    1. TERMINOLOGIE ET REALITÉ
    Sous les termes engageants de « reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages », le projet de décret prévoit en réalité l’accélération de la tuerie des espèces naguère appelées « nuisibles », des dérogations aux interdictions prévues au premier alinéa de l’article L424-10 du Code de l’Environnement relatives aux nids et aux œufs, la prolongation à 6 ans des listes d’espèces indigènes classées « susceptibles d’occasionner des dégâts » dans chaque département.

    Loin de concourir à l’objectif de « reconquête de la biodiversité », ce projet de décret signe une radicale accélération de l’effondrement de la biodiversité.

    2. ESPÈCES « POUVANT OCCASIONNER DES DÉGÂTS »
    Cette expression est plus favorable que celle, précédente et fallacieuse, de « nuisible », qui semble apposer une étiquette définitive sur une espèce.

    Néanmoins, ce projet de décret « oublie » que les espèces classées « pouvant occasionner des dégâts » sont, pour la plupart, protégées au niveau européen et national :
    - Belette, Fouine relèvent de la Convention de Berne,
    - Martre, Putois, Corbeaux freux, Corneille noire, Geai, Pie, Étourneau, Palombe sont des espèces Natura 2000.

    Enfin, l’expression « pouvant occasionner des dégâts » ne rend pas compte du fait que ces espèces font partie intégrante de l’écosystème et sont, à ce titre, pleinement utiles, rendant au quotidien de nombreux services écosystémiques.

    En réalité, une grande partie des espèces ciblées ne « nuisent » indirectement qu’à l’exercice de la chasse de loisir.

    3. TUERIE PROLONGÉE
    En dépit de la Loi Biodiversité et de cette modification sémantique, la destruction des espèces indigènes visées serait non seulement pérennisée mais accélérée.

    D’une part, les espèces-cibles continueraient d’être persécutées, tirées, déterrées, piégées, mutilées, y compris hors saison d’ouverture générale de la chasse, mais cet acharnement aurait lieu sur une durée prolongée à 6 ans.
    En effet, jusqu’à 2012 les listes étaient révisées annuellement, puis elles ne l’ont été que tous les trois ans, ce qui était déjà très dommageable à la biodiversité.
    Ce délai serait allongé à six ans, ce qui est de nature à causer une dégradation accrue du fonctionnement des écosystèmes naturels et du maintien des espèces et de la biodiversité.

    4. CONCLUSION
    Nous émettons un avis négatif à ce projet de décret.
    Nous demandons :
    -  L’évaluation scientifique des multiples services écosystémiques rendus par les espèces classées « pouvant entraîner des dégâts » ;
    -  Que les conséquences en soient tirées en termes de protection réelle de ces espèces ;
    -  Des mesures dissuasives, alternatives aux « destructions » d’individus de ces espèces ;
    -  En dernier recours seulement, des actions ponctuelles destructives, aux stricts abords des activités sensibles ;
    -  L’interdiction définitive des pièges tuants et mutilants ;
    -  L’interdiction définitive du déterrage.

    Veuillez, Madame la Ministre, croire en l’expression de notre très haute considération.

    Pour Bassin d’Arcachon Ecologie, la présidente, Françoise Branger

  •  Respect des traditions, par Hermet , le 28 mars 2017 à 22h37

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.
    Respectons nos traditions

  •  Je suis pour., par J.L. Correspondant , le 28 mars 2017 à 22h34

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit à la chasse que nous souhaitons.

  •  des dispositions raisonnables, par Bruno Martin , le 28 mars 2017 à 22h34

    Ce texte proroge des dispositions nécessaires, sans excès, il faut le promulguer.

  •  évolution du droit de chasse, par Mourard , le 28 mars 2017 à 22h28

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de chasse, le 28 mars 2017 à 22h27

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par DUBRAC Michel , le 28 mars 2017 à 22h27

    Bonsoir à tous, pro et ou anti chasse
    Si l’on arrêtait un peu d’être systématiquement "pour ou contre"?
    L’ECOLOGIE, la vraie, ne doit pas être décidée depuis Bruxelles ou les XV1 arrondissement de Paris.
    Venez un peu travailler et vivre - pas simplement randonner ou y passer quelques jours - dans les campagnes, regardez avec des yeux grands ouverts ce qui se passe à la périphérie des grandes métropoles ou vous pourrez constater les dégâts causés (par exemple) par les surpopulations de sangliers, sans même parler des maladies dont les principaux vecteurs sont les chats errants, les renards, etc... Maniez un peu la pelle et le débroussailleur pendant quelques jours, faute de quoi vous serez envahis par les épines, herbes folles et autres envahisseurs
    Est-il préférable de faire comme nos voisins helvétiques (payer des professionnels pour éradiquer des animaux) ou bien encore comme les Pays-Bas "écologistes" qui empoisonnent des œufs d’oie cendrée mais ne veulent pas des chasseurs ...
    La création de l’AFB avec à sa tête un ancien (?) militant du ROC démontre quelle est in fine la volonté du gouvernement (actuel) et notamment de Mme R...., Ministre de l’écologie (etc...) qui commence déjà à se chercher un nouveau poste dans le futur gouvernement, il est vrai que côté rémunération et avantages en tout genre, la France est -pour une fois - au top niveau !!!.
    Si nos gouvernants, actuels ou futurs, se souciaient réellement d’écologie et un peu moins de leur propre carrière ils serait normal qu’ils entendent et écoutent réellement les ruraux, agriculteurs, employés, chasseurs, pêcheurs, etc... ceux qui gèrent la patrimoine rural au jour le jour, et un peu moins( et même pas du tout) les écolos bobos des villes !!!

  •  Non à la révision des listes tous les 6 ans - Protection des espèces incriminées, par Marc Gapp , le 28 mars 2017 à 22h26

    La modification de la terminologie utilisée ne va rien changer à la destruction inutile de ces espèces qui peuvent, soi-disant, occasionner des dégâts. Mais quels dégâts ? c’est suffisamment imprécis pour laisser toute latitude, d’autant que les listes des espèces concernées sont établies à partir d’informations transmises par les fédérations et associations de chasseurs et autres piégeurs qui existent pour défendre le loisir de leurs adhérents c’est-à-dire tuer, pour le plaisir de tuer. Car il s’agit bien de cela. Pour s’en convaincre, il suffit de voir les procédés d’un autre âge qui sont parfois utilisés : déterrage sauvage, piégeage non sélectif, tuerie à coups de bâtons…. Jamais ces pauvres animaux n’ont le moindre répit, la moindre possibilité de vie tranquille : traqués toute l’année, le jour et même la nuit ! c’est inadmissible !
    Alors quand ce projet prévoit de porter la révision des listes de 3 ans à 6 ans, ces pauvres animaux auront encore moins de « chance » de changer de statut. 6 ans, c’est énorme. C’est trop ! D’autant qu’il n’existe aucune évaluation réelle de l’impact de ces tueries sur les écosystèmes. Car il ne s’agit pas que de ces espèces, mais également des autres espèces avec lesquelles il existe des interactions. Il y a risque de déséquilibre. On ne peut pas laisser passer 6 années pour revoir cette classification.
    Il faut également reconnaître le rôle positif des espèces concernées : régulation de la population des rongeurs, prévention des risques d’épidémies par l’élimination des cadavres, …
    J’habite depuis des dizaines d’années en zone rurale et depuis plusieurs années en bordure de forêt. Jamais je n’ai eu à constater de dégâts dus à ces espèces. Les personnes que je côtoie n’ont pas non plus à se plaindre de dégâts, même si quelques fois il peut y avoir des « gênes »… Mais, comme par hasard, les chasseurs se plaignent toujours de dégâts importants (on ne sait pas lesquels) et de renards qui tuent sauvagement des chevreuils !! (comme si eux ne les tuaient pas…) ….
    Ce projet ne doit pas se contenter de changer la terminologie mais il faut un changement complet du statut de ces espèces :
    • Interdiction des modes de destruction cruels tels que le déterrage, les pièges tuants et mutilants
    • La prise en compte du rôle des espèces dans leur environnement
    • La recherche de solutions préalables non létales, pour prévenir les dégâts pouvant être causés par ces espèces (Certaines associations ou même des particuliers peuvent avoir des solutions simples et efficaces)
    • L’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour contenter les chasseurs
    • La consultation des associations de défense du patrimoine naturel et des scientifiques
    • La réalisation d’études d’impact et de comptage indépendantes.

  •  Laissez vivre la nature, par Sylvie Coutelet , le 28 mars 2017 à 22h25

    De quel droit modifiez-vous la nature, elle se régule d’elle même.
    La renarde a la capacité de réguler son ovulation en fonction de la nourriture à disposition sur son territoire.
    Dommage que l’humain n’est pas cette capacité.
    L’homme est le plus grand nuisible de cette planète, l’extermine t’on pour autant ?
    Notre écosystème était équilibré avant que l’humain ne s’en mêle.
    Les animaux étaient sur notre planète avant nous.
    L’humain n’a pas le droit au niveau éthique,d’établir des lois de classification de nuisible sur certaines espèces.
    En supprimant une espèce ou l’autre, vous créer un déséquilibre en chaîne, dont vous n’avez même pas conscience.
    Arrêtez vos classements stupides et laissez notre biodiversité et notre écosystème en paix !

  •  une modification purement sémantique !, par Emmanuel , le 28 mars 2017 à 22h22

    Bonjour,
    certes on ne les appellera plus "nuisibles", mais en quoi ce tour de passe-passe sémantique va-t-il changer quoi que ce soit au régime destructeur qui leur est appliqué ? De cela on ne parle pas parce que leur sort sera le même et c’est bien là le problème : tirs en dehors de la période de chasse, déterrages des renards ou encore l’utilisation de pièges non sélectifs et mutilants (pratiques d’un autre âge) qui restent possibles toute l’année.
    Il faut ajouter à cela le fait que le statut de ces animaux "susceptibles de causer des dégâts", renards, fouines, putois,martres, belettes, corbeaux freux, geais des chênes, etc ne sera plus révisé que tous les 6 ans au lieu de 3 (ce qui était déjà énorme), ils pourront donc être détruits allègrement pendant 6 ans !
    Je suis certainement très stupide mais je voudrais bien que l’on m’explique la réalité scientifique de cette destruction organisée et donc autorisée, car enfin il doit bien y en avoir une !
    Permettez mon étonnement devant tant d’acharnement à l’encontre des espèces sauvages. Pour parler de ce que je connais, puisque je suis agriculteur, je peux constater fréquemment l’utilité (et la beauté !) de tous ces animaux dans leur écosystème : le renard boulotte les rongeurs, voilà un allié précieux de l’agriculteur, sans lui et les autres mustélidés comme la belette (qui passe dans un trou de mulot !) nous serions envahis de rongeurs avec les conséquences sur les cultures ; le corbeau, le geai sont de grands planteurs de noyers et de chênes, ainsi selon une étude réalisée sur le geai il apparaît que cette espèce "plante" 50000 glands/an/ha ! La liste est longue des services gratuits rendus aux activités humaines par la communauté de tous ces mal-aimés.
    Aussi je me pose des questions : le renard un voleur de poules, et alors? il convient d’installer une bonne clôture comme je l’ai fait (pour le loup c’est la même chose il faut surveiller son troupeau et mettre en place effectivement les installations et chiens dont le coût est subventionné par l’Etat), le renard a mangé un faisan, une perdrix, et alors ? le faisan ou la perdrix venait d’être lâché donc inadapté au milieu naturel, donc une proie facile. J’entends souvent dire "ils sont trop nombreux", mais trop nombreux par rapport à quoi, par rapport à qui ?
    Et qui dit qu’ils sont trop nombreux, qu’ils gênent ? Les chasseurs, les piégeurs, parbleu !!! Et où retrouve-t-on le lobby de la chasse ? A l’assemblée nationale et au sénat, là où il faut être pour qu’on ne touche pas à leurs prérogatives, pour que ne soit pas reconnu le caractère sensible des animaux sauvages, ce qui les empêcherait de continuer gentiment leurs pratiques barbares ! Non il n’y a aucun fondement scientifique à tout cela car les spécialistes de la faune sauvage ne sont pas consultés, l’ONCFS est à la botte des chasseurs, toutes les espèces détruites le sont sur des éléments partiaux fournis par les fédérations de chasseurs et les piégeurs.
    "Les bêtes sont au bon Dieu, mais la bêtise est à l’homme". V. Hugo
    Il paraît qu’il y a des élections cette année ?

  •  Je suis favorable à l’application de ce décret, par RASPAUD , le 28 mars 2017 à 22h19

    Je suis favorable à l’application du décret ci-dessus

  •  Je suis favorable à se decret , le 28 mars 2017 à 22h19

    Je suis favorable à se décret

  •  Protégeons toutes les espèces si nous souhaitons la reconquête de la biodiversité, par Koenig , le 28 mars 2017 à 22h17

    Si nous souhaitons la reconquête de la biodiversité, commençons par protéger les renards, les fouines, les martres, les corbeaux freux, les pies bavardes ou encore les étourneaux. Ces animaux ont un rôle bénéfique dans les écosystèmes.
    Interdisons le recours à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants.
    Et mettons en place des solutions alternatives non létales !!!

  •  Favorable, par Philippe , le 28 mars 2017 à 22h15

    D’accord pour cette évolution.

  •  Opposition à ce projet, par Sophie Piekarec , le 28 mars 2017 à 22h12

    Bonjour,

    Je m’oppose à ce projet car il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet.

    La modification sémantique prévue, afin qu’elle ne soit pas purement cosmétique, doit s’accompagner à tout prix d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées.

    En particulier, leur rôle dans les écosystèmes doivent être pris en compte.

    Il doit être interdit d’utiliser des modes de destructions cruels (déterrage, pièges mutilants ou tuants), et de tuer des espèces prédatrices dans le seul but de répondre aux demandes du lobbys chasse.

    Les zones où le piégeage est autorisé doivent être diminuées, et en particulier, des solutions alternatives non létales doivent être mises en oeuvre de façon systématique avant de se prononcer pour la destruction des espèces.

    Cordialement,

  •  Nicolas, par Hervouet , le 28 mars 2017 à 22h12

    Je suis favorable à l’application de se décret

  •  Favorable à l’application du décret, par DLX , le 28 mars 2017 à 22h11

    Je suis pour l’application de ce décret.

  •  AVIS FAVORABLE, par Eric C , le 28 mars 2017 à 22h06

    "Je suis favorable à l’application de ce décret".

  •  Du pareil au même., par john charroy , le 28 mars 2017 à 22h05

    Grâce à ce projet, les espèces ne seront plus « nuisibles » mais
    « susceptibles d’occasionner des dégâts »...

    Cela s’adresse à l’Homme?

    Désolé, mais je ne vois pas d’évolution positive dans ce changement de vocable. Il y aurait déjà tant à faire pour que tout le monde respire mieux.

    Plus de respect envers la faune sauvage, plus de capacité à comprendre, à cohabiter, à se protéger des éventuels "dégâts" autrement que par la "régulation", le "prélèvement", le piégeage, le tir, la persécution, la traque et la souffrance.

    Je rejoins les propos et les options de l’ASPAS à ce sujet.

  •  Olive82, par Gobatto , le 28 mars 2017 à 22h04

    Je suis favorable pour ce decret

  •  nuisible à qui à quoi pourquoi ? non sens, par Régine Wagner Lumbroso , le 28 mars 2017 à 22h02

    NUISIBLE ! et l’Homme n’est-il pas nuisible ? au nom de ce triste mot que de crimes ! que de tortures "excusées" poisons ! pièges . Comment peut on encore parler ainsi ? ! chez moi je ne "combat" même plus devinez quoi ? les limaces ! et le jardin va bien merci . arrêtons d’autoriser le crime la perversion

  •  favorable , le 28 mars 2017 à 22h02

    Je suis favorable à l’application de ce décret.

  •  decret, par baylet , le 28 mars 2017 à 22h01

    Je suis positif pour ce décret

  •  Projet de Décret, par PIGNOL , le 28 mars 2017 à 21h54

    Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  Favorable au décret , le 28 mars 2017 à 21h54

    Favorable aux décrets

  •  NON à ce décret régressif, par Association ANIMAL CROSS , le 28 mars 2017 à 21h50

    Animal Cross s’oppose à ce projet de décret bien peu vertueux qui installera des prolongations des statuts pour les espèces susceptibles d’occasionner des dégâts de 3 à 6 ans, des autorisations de tir élargies aux agents de l’OFNCS, des possibilités de dérogations aux interdictions de prélèvements de nids et d’oeufs pour le gibier à plumes (y compris pour les espèces protégées).

    Ce projet de décret est une régression, que l’ASPAS met en avant et qu’Animal-Cross dénonce avec fermeté.

    Aucune avancée dans ce projet où renards, corvidés, mustélidés etc.. n’auront encore une fois que leurs yeux pour pleurer.

    Que dire des tirs autorisés hors des périodes de chasse !
    Que dire des dérogations octroyées pour satisfaire le lobby des chasseurs !
    Que dire du piégeage, du déterrage des renards , des piégeages mutilants qui resteront possibles toute l’année.

    L’ASPAS le dit très bien : le rôle des espèces définies comme "susceptibles d’occasionner des dégâts "est pourtant essentiel dans les écosystèmes. Pourtant, les services gratuits et innombrables qu’elles rendent aux activités humaines ne sont jamais pris en considération .

    Animal-Cross vous le dit aussi : ce projet est inacceptable en l’état.

  •  Opposé à ce projet, par Saussié , le 28 mars 2017 à 21h48

    Il faut aussi tenir compte de leur rôle dans l’écosystème et ne pas détruire aveuglément.
    L’urbanisation s’accélère et empiète sur des territoires sauvages où vit une faune qu’il est nécessaire de respecter.
    La cohabitation entre l’humain et l’animal sauvage est à rechercher.

  •  Je suis pour ce decret, par Thierry 82 , le 28 mars 2017 à 21h45

    Il faut vivre en campagne 365 jours par an pour observer tout ces prédateurs et nuisibles qui tous les jours font des dégâts considérables donc je suis pour ce décret.

  •  contre le projet, par Sibille Wise , le 28 mars 2017 à 21h42

    Je suis contre le projet,
    Je demande la prise en compte de la rôle bénéfique des animaux mal-aimés dans les écosystèmes et pour les activités humaines,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales.

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par France , le 28 mars 2017 à 21h41

    Je m’oppose à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :

    la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

  •  Respect de la Faune sauvage,, par Jean-Marie SOGNY , le 28 mars 2017 à 21h40

    Bonjour,

    Connaissant le rôle essentiel que jouent les prédateurs(grands inclus) dans les équilibres de la Biodiversité, il est essentiel :
    - de mettre en œuvres en priorité toutes mesures visant à réduire les dégâts aux intérêts de l’Homme (protections réelles, efficaces et entretenues,...) vis à vis des animaux domestiqués,

    - de mettre en œuvre, dans les cas extrêmes, donc rares, les seules mesures de réduction d’effectifs (dûment justifiées scientifiquement) qui respectent la faune sauvage, donc excluant toutes pratiques cruelles.

    Cordialement,

    Jean-Marie,
    Adhérent et @cteur d’Assos Vigilantes Nature Champardennaises,
    Agrées pour le Protection de l’Environnement.

  •  Enfin en vrai décret, par PERAGUT , le 28 mars 2017 à 21h40

    Je suis tout à fait favorable à ce décret.

  •  réponse favorable, par ESTELLON ALAIN , le 28 mars 2017 à 21h39

    JE SUIS FAVORABLE A CE PROJET DE DECRET QUI TRADUIT LES EVOLUTIONS DE LA CHASSE TELS QUE NOUS LES SOUHAITONS

  •  Contre ce projet, par Bostie , le 28 mars 2017 à 21h39

    À l’heure d’une perte alarmante de la biodiversité, donner encore plus de droits aux chasseurs et piégeurs est une pure absurdité.

  •  projet de décret., par Paul S..... , le 28 mars 2017 à 21h37

    Je suis favorable à l’application de ce décret.

  •  Contre ce projet (et contre la destruction de ces espèces), par Kriss , le 28 mars 2017 à 21h35

    Ce changement de désignation n’est pas une avancée, puisqu’il entraînerait une éventuelle modification de statut de ces espèces que tous les six ans seulement, augmentant donc la période de leur destruction.
    Comment peut-on parler de reconquête de la biodiversité en éliminant ces espèces qui en font elles-mêmes partie et qui sont nécessaires au bon fonctionnement des écosystèmes ? Elles permettent notamment de réguler les populations de rongeurs (mieux vaut des prédateurs naturels plutôt que l’utilisation de poisons - comme j’en vois régulièrement dans les champs...), de disséminer les végétaux, ou encore de nettoyer la nature en éliminant les cadavres et éviter ainsi la propagation de maladies)
    Il serait temps d’opérer un réel changement dans notre rapport à notre environnement.
    Et il serait notamment temps de mettre un terme à la cruauté en faisant disparaître la barbarie que représentent le déterrage et le piégeage (les pièges ne pouvant qui plus est être sélectifs, chat, chiens et espèces sauvages n’étant pas concernés en étant régulièrement victimes !)
    Il serait également temps d’arrêter de faire plaisir au lobby de la chasse qui n’y voit que son intérêt...

    Bref, Stop au massacre de ces espèces (qui font donc partie intégrante de la biodiversité !)

  •  Favorable à la loi, par Bayrou Jean Luc , le 28 mars 2017 à 21h33

    Je suis totalement favorable à l’application de ce décret

  •  contre ce projet !, par Saussié , le 28 mars 2017 à 21h31

    les raisons sont :
    - necessité d’un organisme indépendant autre que la fédération de chasse pour statuer sur les nuisibles et lorsque leur population devient "génante" On ne peut être juge et parti !
    - révision annuelle des listes noires
    - diminution des zones de piégeage
    - recours à des modes de destruction moins cruels et barbares que le déterrage ou les pièges mutilants.

  •  Favorable , le 28 mars 2017 à 21h31

    Favorable à ce projet

  •  nuisible, par Bourdon Marc , le 28 mars 2017 à 21h31

    Dans le Haut Jura à 700 m d’altitude les renards sont infestés à presque 60% par l’échinococcose, zoonose transmissible, mortelle et douloureuse pour les Humains.
    Toutes les nuits, ils venaient consommés les fraises familiales du jardin et marquaient le jardin de leurs excréments qui contiennent les germes de la maladie.Seule la cuisson aurait permis une consommation humaine sans risque. Je ne cultive plus ni fraise ni salade et aromates...Je n’achète pas non plus les fraises d’Espagne :à bon entendeur...Le renard ne risque pas de disparaitre tant cette espèce est dynamique et quand elle n’est pas régulée, sa population développe une gale également transmissible aux humains et autres mammifères.Vive les rapaces

  •  oui je suis pour, par pirard , le 28 mars 2017 à 21h30

    je suis favorable à ce décret ,grace à la régulation de ces espèces nos campagnes revivent et on peu revoir des espéces comme le faisan ,la perdrix et le liévre sans le travail des chasseurs, piégeur et des gardes particuliers ces espeses sont en péril.A ma connaissance les populations de renard et de corvidés sont en croissance constante quand je lis que les chasseurs vident nos campagnes c’est le contraire aujourd hui, j’invite nos amis sois disant écolos qui n’ont aucune connaissance du terrain de ce renseigner avant de parler de choses qui ne connaisse pas

  •  Projet de décret de la Loi 2016-1087 du 8 aout 2016, par Gradot André , le 28 mars 2017 à 21h29

    je suis totalement pour l’application de ce projet de décret

  •  Projet de décret., par Guy ROBLIN , le 28 mars 2017 à 21h28

    Je suis tout à fait favorable à ce projet.

  •  present projet de decret., par mattana , le 28 mars 2017 à 21h27

    JE SUIS FAVORABLE A CE PROJET DECRET ; et tous ces chats qui sont très gentil mais non enregistré !!!!!! et qui ne regardent pas leur frontière

  •  Chasseur en rogne, par Christophe gualandi , le 28 mars 2017 à 21h26

    Je suis pour ce décret et contre les anti chasseur qui se plaignent des sangliers sur les accidents et jardins démolis viennent se plaindre à leurs maires

  •  Sur le terrain..., par Nédélec , le 28 mars 2017 à 21h25

    ...on voit que les CDCFS ne sont que les chambres d’enregistrement des desidératas de chasseurs sur-représentés, au point que certaines associations de protection de la nature ne se déplacent même plus à ces réunions sans surprises.
    On voit que les chasseurs utilisent systématiquement le prétexte des dégâts pour s’octroyer des semaines de chasse supplémentaires au renard après la fermeture générale, et que le préfet les leur accorde tous les ans, sans surprise.
    Que le piégeage du renard continue pendant tout ce temps, et qu’on autorise aussi son tir lors des chasses d’été. Bref, que toute latitude est donnée aux tueurs, au mépris des autres utilisateurs du milieu. Et je ne parle même pas de cette activité honteuse qu’est le déterrage du blaireau.
    Je constate que ce nouvel arrêté "sanctuarisera" pour une durée de 6 ans ce fameux classement "susceptible d’occasionner des dégâts" qui ne prend pas en compte le fait que ces espèces sont aussi "susceptibles de rendre service à la nature et à l’agriculture" dans le même temps. J’ai peur que comme "dégât" on entende aussi "dégât au gibier", en particulier aux "cocottes de tir" lâchées avant l’ouverture, et je trouve ça particulièrement inadmissible.
    Enfin, j’apprécie la touche d’humour qui fait publier cet arrêté visant à détruire des milliers d’animaux sauvages autochtones, sous le titre de "reconquête de la biodiversité, de la nature...". On croirait la novlangue de G. Orwell

  •  decret pour la loi du 08 aout 2016, par LAFOND BERNARD , le 28 mars 2017 à 21h24

    je suis favorable a ce texte

  •  pour que puisse vivre la chasse, par astoul , le 28 mars 2017 à 21h19

    je suis favorable a l’application de ce projet QUI DOIT PERMETTRE de
    regir la chasse pour les années a venir

  •  On a vraiment rien d’autre à faire...???, par ASTOUL , le 28 mars 2017 à 21h18

    Je suis favorable au décret mais je trouve regrettable qu’une minorité d’incompétents "urbains" reviennent continuellement à la charge sur les sujets afférents à la chasse et au piégeage avec pour résultat un amoindrissement des defenses des gens ruraux contre les nuisances d’animaux alors que faire, laisser la population rurale se faire envahir par tous ces animaux "nuisibles"...??? Qui payera la facture ? Il est temps que l’on évolue et qu’on accepte le fait que l’homme à "déréglé" la nature et qu’a ce titre, il se doit de la gérer et la réguler quand il le faut.

  •  Opposition à ce projet., par Saussié , le 28 mars 2017 à 21h18

    Je m’oppose à ce projet pour les raisons suivantes :
    - nécessité d’un organisme indépendant, hors la Fédération de Chasse pour statuer sur les espèces qui sont nuisibles et quand leur population devient "génante "
    - la révision de ces listes noires doit se faire de façon plus fréquente, chaque année.
    - l faut diminuer les zones de piégeage
    - il faut arrêter avec des modes de destruction barbares : ex le déterrage et les pièges mutilants.
    - pour moi, les nuisibles sont les chasseurs car leur rôle dans la destruction de l’écosystème n’est plus à démontrer ! combien d’espèces sont en voie de grave diminution voire de disparition à cause d’eux....

  •  DECRET, par ALLL , le 28 mars 2017 à 21h18

    SUIS FAVORABLE A CE DECRET

  •  je suis favorable à l’ application de ce décret, par LAFAGE Monique , le 28 mars 2017 à 21h17

    j’approuve cette évolution nécéssaire , au vu de l’expansion de certaines espèces.

  •  Absolument contre ce projet d’arrêté, par ROBIN Miichèle , le 28 mars 2017 à 21h16

    Il ne sert à rien de supprimer le terme de nuisible si c’est pour traiter les ex-nuisibles de façon encore plus radicale. Tous les animaux ont un rôle utile à jouer. Prolonger leur période de destruction, c’est simplement répondre à la demande des chasseurs qui veulent seulement protéger leur gibier d’élevage. Il y a d’autres méthodes que la destruction pour protéger les récoltes et les élevages. Interdisez la torture que sont le déterrage et les pièges tuants et mutilants (méthodes barbares qui amusent tant chasseurs et piégeurs..),et commencez par diminuer la zone où le piégeage est autorisé !

  •  Favorable , le 28 mars 2017 à 21h15

    Je suis favorable à ce projet.

  •  enfin, par patrick , le 28 mars 2017 à 21h14

    OUI a ce projet de décret qui traduit les évolutions du doit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Favorable, par Bernaras Marc , le 28 mars 2017 à 21h13

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

    Bernaras Marc

  •  FAVORABLE !!!!!!!!, par JEAN , le 28 mars 2017 à 21h12

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

    et s’il n’y avait plus de chasse..... donc de régulation ...., que deviendrait toute cette faune ?????

  •  Favorable , par Bernaras benjamin , le 28 mars 2017 à 21h12

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

    Benjamin Bernaras

  •  Chasseur 82, par Groppi , le 28 mars 2017 à 21h10

    Je suis favorable a l’application de ce décret..

  •  animaux nuisibles et non susceptible d’occasionner des dégats, par jpp , le 28 mars 2017 à 21h09

    Je suis favorable à l’ application de ce decret

  •  Je suis favorable au decret, par vayron j louis , le 28 mars 2017 à 21h07

    Mmes et Mrs les opposants à la chasse et Bobos écolo, arrêtez donc de pleurnicher et soyez réalistes ; la nature , comme nous pouvons le lire dans vos commentaires,ne vous appartient pas, d’accord pour la partager mais ne vous l’accaparez pas.
    Vous mélangez volontairement régulation et éradication, vous ne connaissez rien à la réalité du terrain et surtout en parcourant vos posts vous affirmez sans jamais argumenter . De nombreux animaux sauvages sont vecteurs de maladies :
    - Le blaireau pour la tuberculose bovine
    - le renard pour la rage et la gale
    - Le chevreuil pour la leptospirose
    - le lièvre pour la brucellose
    - La grippe aviaire par les migrateurs
    - Le sanglier pour etc..................
    Sans parler des dégâts aux cultures et plantations forestières par les suidés , cerfs et chevreuils qui, je vous l’apprends peut-être , sont indemnisés par les seuls chasseurs pour un montant de 109 000 euros en 2016 pour mon seul département qui n’est pas le plus touché par les dégâts. Que proposez vous pour réguler sans prédation les animaux et indemniser le agriculteurs et propriétaires forestiers et autres chez qui vous vous promenez en toute liberté ,en oubliant parfois vos détritus.

  •  projet de décret, par odile baret , le 28 mars 2017 à 21h07

    Ce projet ne change rien à la chasse injustifiée dont sont victimes les renards, mustélidés, corvidés, pies, geais, et autres soi-disant "nuisibles". C’est paradoxal d’appeler cela la loi pour la biodiversité ! D’autant que la nature faisant bien les choses, elle se régule d’elle-même. De plus ces animaux(renards, mustélidés) sont des prédateurs des rongeurs qui envahissent les champs des agriculteurs.Les autres jouent un rôle important dans la dissémination des graines et le nettoyage des animaux morts.Supprimer ces animaux en grande quantité, c’est dérégler la nature.L’Homme est en train de détruire la planète et il qualifie ces animaux de "nuisibles" !...

  •  Oh que oui !, par Breuil valerie , le 28 mars 2017 à 21h06

    Bonjour
    je suis très favorable à ce projet.

  •  Nuisibles , par Jacqueline Flinois , le 28 mars 2017 à 21h05

    Chaque espèce a son utilité dans les écosystèmes. De quel droit l’homme décide qui est utile et qui est nuisible. C’est l’homme qui a inventé le fusil !

  •  Decret, par michel , le 28 mars 2017 à 21h04

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les evolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Projet de decret, par Breuil Alizee , le 28 mars 2017 à 21h03

    Bonsoir,

    Je suis très favorable à propos de ce projet.

  •  Contre le projet de décret modificatif, par ARSANTO , le 28 mars 2017 à 21h02

    la "connerie" est susceptible de générer des abrutis irresponsables

  •  la nature, par DUTEIL , le 28 mars 2017 à 21h02

    oui je suis favorable à ce décret. L’homme fait partie de la chaine animal, qui mieux que l’homme peut réguler les prédateurs? Faut-il attendre une pendémie, un nouveau virus, des nouveaux produits toxiques pour réguler les derniers animaux de la chaine?
    Si les actes de prélèvements de certains animaux sont réglementés encadrés,controlés, la nature sera respectée.

  •  Loi, par Breuil Jacques , le 28 mars 2017 à 21h01

    Bonsoir,
    j’approuve pleinement ce projet de loi.

  •  Decret, par Breuil Dominique , le 28 mars 2017 à 20h59

    Bonjour,
    Je suis très favorable à ce projet.

  •  Je suis favorable à l’application de ce décret, par Reitz Bernard , le 28 mars 2017 à 20h59

    Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  contre le projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétiques de la loi 2016 1087 du 08/08/16 pour la reconquete de la biodiversité et des paysages , le 28 mars 2017 à 20h59

    Je suis contre cette phrase fourre-tout "susceptible d’occasionner des dégâts " encore pire que nuisible et cela pour 6 ans ! 6 ans de méthodes barbares sans retour contre la faune sauvage pour une fois encore le lobby de la chasse . Le rôle de ces animaux dans notre écosystème est ignoré au bénéfice de certains et cela sans fondement .

  •  je suis favorable à l ’ application de ce décret, par LAFAGE André , le 28 mars 2017 à 20h58

    je suis pour l’application de ce décret.

  •  Decret, par Mercier , le 28 mars 2017 à 20h56

    Ce décret est juste et permettra l’évolution des pratiques et usages.

  •  Pour autre chose qu’une simple modification sémantique, par Olivier PASQUET , le 28 mars 2017 à 20h53

    Je suis opposé à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :

    - la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    - l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    - l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    - la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    - la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

  •  Favorable , par Guillaume , le 28 mars 2017 à 20h51

    Décret favorable au projet

  •  Favorable , par Benjamin , le 28 mars 2017 à 20h46

    Je suis très favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  contre le décret, par DUCHER ALAIN , le 28 mars 2017 à 20h46

    Je remercie chaque jour les renards ; je suis agriculteur et la régulation qu’ils opèrent sur les rongeurs m’évite de dépenser trop d’argent dans des produits qui de plus empoisonnent ma terre, ainsi que des animaux protégés.
    Les quelques oeufs de perdrix ou autres qui disparaissent ne gênent que les chasseurs, qui je le rappelle ne représentent qu’une très faible minorité de la population.
    Quand à mes poules, je les rentre la nuit et je n’ai jamais de souci.
    Les prédateurs devraient être protégés et c’est là ce que je demande.
    ARRETEZ D’ECOUTER UNE MINORITE DESTRUCTRICE ET ALLEZ VERS UNE VRAIE BIODIVERSITE.

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par guy , le 28 mars 2017 à 20h45

    je suis en accord avec se projet

  •  Je suis favorable à l’application de ce décret, par Vidalon , le 28 mars 2017 à 20h44

    Je suis favorable à l’application de ce décret, et même que sur les petits territoires il soit possible plus de souplesse pour la gestion de certaines espèces qui devienne nuisible pour d’autre ... ou que ce qui clame la liberté totale de la nature aide "les nourrisseur et jardiniers" qui font leur jolie carte postale et leur pain....

  •  mon avis de chasseur , par rivarel , le 28 mars 2017 à 20h41

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.
    mr RIVAREL jean Paul

  •  proget de decret sur la loi n° 2016-1987 du 8 aout 2016, par Caulet daniel , le 28 mars 2017 à 20h40

    je suis favorable au décret pour la reconquête de la biodiversité.

  •  Consultation , le 28 mars 2017 à 20h39

    Avis favorable

  •  Projet de décret pour le reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par Mr Estellon André , le 28 mars 2017 à 20h39

    Je suis favorable à ce projet de décret, les chasseurs sont très près de la nature, ils la gèrent donc avec mesure.

  •  eau et biodiversité, par cavarec gilbert , le 28 mars 2017 à 20h38

    Je suis favorable à l’application de ce décret, yes.

  •  les espèces découlent de l’état de la nature, par alain chantelot , le 28 mars 2017 à 20h38

    La nature est en grand danger et beaucoup ne comprennent pas ce qui doit être réellement protégé. Ce ne sont pas les espèces en tant que telles mais plutôt le milieu dans lequel elle ! s évoluent qui doit retenir notre attention. Amoureux de la nature, avez-vous bien observé l’évolution des biotopes en quelques 50 ans ?. Globalement un désastre. Et l’évolution de toutes les espèces ? Le déclin hormis les grands animaux. Et croyez-moi, ni la chasse, ni le piégeage ne peuvent être honnêtement mis en cause.
    Battons-nous pour protéger les milieux, pas pour braquer entre eux les divers utilisateurs de la nature, quelque soit leur façon de le faire.
    Je suis donc favorable à ce projet de classement pour 6 ans. On
    économisera ainsi notre énergie à d’autres combats.

  •  Avis , le 28 mars 2017 à 20h37

    Avis favorable

  •  je suis favorable à l’application de ce décret, par cabrol bernard , le 28 mars 2017 à 20h36

    cabrolchantal@orange.fr (mailto:cabrolchantal@orange.fr) je suis favorable à l’application de ce décret

  •  Non au décret, par DUCHER , le 28 mars 2017 à 20h35

    Bonjour,dans le mot Biodiversité, il y a diversité ; éliminer les prédateurs de rongeurs signifie avantager les populations des véritables nuisibles ; et donner terrain libre à la prolifération de rongeurs, c’est aller à l’inverse de la diversité ; c’est également obliger l’utilisation de produits chimiques pour leur destruction ponctuelle, car on sait très bien maintenant qu’éliminer les rats taupiers et autres campagnols ne dure qu’un temps, puisqu’une fois la place faite, ils reviennent en nombre ; alors que l’on connait aujourd’hui très bien les services gratuits que rendent les renards et autres prédateurs aux activités humaines (dissémination des végétaux, régulation naturelle des rongeurs, prévention des épidémies par l’élimination des cadavres,…) par cela encore le décret va à l’encontre de la "bio"diversité. De plus, ces listes noires sont fondées sur des éléments fournis par les fédérations de chasseurs et les piégeurs,partis pris, sans aucune vérification par des études indépendantes et aucune écoute des associations.
    Je demande donc le retrait de ce décret, et l’attention aux études scientifiques déjà faites, complétées par d’autres éventuellement, avant de donner un statut de protection aux différents prédateurs des rongeurs.

  •  Non à ce projet, par Haviland Brigitte , le 28 mars 2017 à 20h32

    Je m’oppose à ce décret dont je ne vois pas l’utilité. A quoi sert-il ou plutôt à qui sert-il ? En fait d’ animaux susceptibles de causer des dégâts, je vois surtout les chasseurs et les pseudo-régulateurs de tout bord. Tout animal tient un rôle dans l’écologie de l’environnement, que ce soit un animal sauvage ou un oiseau. Ne pas reconnaître le respect de cet équilibre précieux, c’est poursuivre une attitude archaïque, celle de nos grands-parents ignorants.
    J’attends une meilleure compréhension de la nature, un plus grand respect des animaux qui y vivent : c’est cela un pays moderne.

  •  projet de décret, par lopez antoine , le 28 mars 2017 à 20h32

    e suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du
    droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Décret, par MILAGRE Robert , le 28 mars 2017 à 20h30

    Je suis favorable à ce décret.
    R. MILAGRE

  •  projet décret, par daumas , le 28 mars 2017 à 20h29

    je suis favorable à ce projet de décret, il
    traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  JE suis favorable à ce décret !, par Gilbert MATHIEU , le 28 mars 2017 à 20h29

    20%de ruraux !!!!!!!!!! 80% de citadins pense pouvoir nous imposer un décret sur la chasse et la faune sauvage,non mais !!!!!

  •  Amis écologistes , par Laprade 82 , le 28 mars 2017 à 20h28

    Chers amis écologistes,

    Il est question de régulation est non de destruction,
    par ailleurs, si le montant des dégâts vous été attribué il est fort possible que vous auriez une autre opinion de ce décret.

    Favorable à ce décret.

    un chasseur du sud ouest

  •  Non à ce projet., par Bartoletti Roxane , le 28 mars 2017 à 20h23

    Dans ce projet, le vocabulaire change mais aucune modification de fond n’ai envisagée, si ce n’est de laisser libre cours à la chasse abusive pendant 6 ans au lieu de 3 ans.
    Nous demandons qu’il soit mis fin au piégeage et au déterrage, pratiques cruelles d’un autre âge.
    L’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre à la demande du lobby de la chasse.
    La mise en œuvre systématique de toutes les solutions alternatives non létales.

  •  nos amis les animaux, par GERVIER , le 28 mars 2017 à 20h22

    Nous avons besoin de la Nature...

  •  Non, par Thomas , le 28 mars 2017 à 20h21

    Je suis contre ce projet de loi

  •  Régulation et protection des animaux sauvages, par SAINT-ROMAS , le 28 mars 2017 à 20h21

    Oui je suis favorable à l’application de ce décret

  •  Contre ce projet., par Bartoletti Raphaël , le 28 mars 2017 à 20h19

    Une modification sémantique ne suffit pas. Dans ce projet l’appellation change mais le statut des animaux n’est pas modifié pour autant. Il suffit qu’ils soient décrétés susceptibles d’occasionner des dégâts pour que ces animaux puissent être chassés avec les mêmes méthodes déplorables et cette fois pendant 6 ans avant que soit éventuellement révisé leur statut sur des données totalement partiales fournies par les fédérations de chasse directement intéressées.

    Il faut que soient pris en compte les rôles essentiels de ces espèces dans les écosystèmes.
    Il faut bannir le déterrage, les pièges tuants et mutilants.
    Il faut que des solutions alternatives non létales soient mises en œuvre.

    Notre faune sauvage disparaît peu à peu pour satisfaire aux demandes du lobby de la chasse.

  •   Je suis pour soutenir ce projet, par Doumayrou Serge , le 28 mars 2017 à 20h13

    Vivez dans la nature et vous comprendrez ......

  •  NON à ce projet !, par Bartoletti Frédéric , le 28 mars 2017 à 20h13

    Je suis contre ce projet qui vise à chasser encore plus facilement des animaux qui disparaissent peu à peu de nos paysages. La révision de leur statut tous les 3 ans représente déjà une période beaucoup trop longue, le nouveau projet impliquerait que la « liste noire » soit établie sur 6 ans pour donner encore plus de liberté à une chasse beaucoup trop abusive.

    Cette liste n’a aucun fondement scientifique puisqu’aucun animal n’est nuisible ni même susceptible d’occasionner des dégâts, chacun a au contraire un rôle essentiel à jouer dans l’équilibre de la nature. Cette liste ne devrait plus exister et nous devrions évoluer vers un partage équitable des espaces avec les autres constituants du vivant.

  •  favorable au projet, par thierry , le 28 mars 2017 à 20h13

    Je suis favorable a ce projet

  •  Nuisibles ? vraiment ? Plutôt utiles, par Michel Motzkeit , le 28 mars 2017 à 20h11

    Bonjour,
    certes il y a des animaux qui sont classés dans la catégorie des "nuisibles".. Ca fait longtemps qu’on légifère, décret sur décret ou arrêté, sur l’élimination de tel ou tel animal, de diverses manières, afin de préserver la tranquillité de "l’homme". Homme qui ne supporte plus rien, même pas lui-même dans la nature qui est la nôtre pourtant. Nous sommes dans un écosystème où chacun des éléments dépend de son voisin. A force d’éliminer tout ce qui gêne on risque fort de se retrouver tout seul un beau jour et nous allons laisser un beau Désert pas enviable du tout à nos enfants. Il serait temps de changer de paradigme dans ce domaine aussi.

    De plus les méthodes utilisées aujourd’hui sont indignes d’un "être civilisé" et "doué de raison" ? Un animal est un être vivant et pas un déchet en plastique. Il serait là aussi temps de trouver une méthode moins barbare et de réduire la durée de cette autorisation à 2 ans et enfin de bien REFLECHIR à ce que nous décidons pour cette question.

    Beaucoup de personnes, avec les yeux ouverts et à l’écoute, ont bien dû s’apercevoir qu’un certain nombre d’animaux dans nos contrées sont en décroissance rapide.. A force de dézinguer tout ce qui nous gêne à notre porte, il nous restera plus que le beton propre, lisse et cauchmardesque, à perte de vue. Des nuisibles dites vous ? Et nous que serons nous alors avec nos beaux arrêtés et pièges ? Triste perspective en fait !

  •  DECRET, par LAPLACE JOEL , le 28 mars 2017 à 20h10

    Bonjour, je suis favorable a la mise en place de ce décret.

  •  projet de loi 2016 1087 du 8 aout 2016, par AIME , le 28 mars 2017 à 20h09

    Je suis favorable a ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse.

  •  favorable au decret, par richaud , le 28 mars 2017 à 19h07

    Je suis favorable à ce décret qui s’adapte à l’évolution de la chasse

  •  favorable, par eric , le 28 mars 2017 à 19h06

    Marre de toujours voir cette opposition avec les soi disants ecologistes sortis de toute participation à la nature qui nous entoure pour ne s’attacher qu’à une idéologie animaliste.Et dire qu’à priori,ce sont les tranches cultivées de notre population?Quelle est la définition de l’intelligence?
    Bien sur que je suis favorable àla régulation par l’homme des espèces animales.

  •  avis defavorable , par batteux , le 28 mars 2017 à 19h06

    nuisibles ou susceptibles d’ occasionner des dégâts ,je ne vois qu’un nuisible le chasseur qui se dit régulateur ??

  •  Favorable , le 28 mars 2017 à 19h03

    Je suis favorable à ce décret qui permet une gestion rationnelle.

  •  Favorable à ce projet de décret , par Sebastien , le 28 mars 2017 à 18h59

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Projet de decret, par F Binet , le 28 mars 2017 à 18h59

    Recevez mon accord sur ce projet de decret

  •  Je suis favorable à l’application de ce décret , le 28 mars 2017 à 18h55

    Je suis favorable à l’application de ce décret car il est très important de pouvoir limiter le nombre des prédateurs dans nos biotopes afin de saugarder les espèces indigènes d’oiseau, batraciens et petits mamifaires.

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 , par Bremond , le 28 mars 2017 à 18h54

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.Le fait que certaines espèces soient classé nuisible ne veux pas dire extermination mais possibilité de régulation des populations en tout temps.

  •  décret relatif à la loi n° 2016-1087, par ROUX Bernard , le 28 mars 2017 à 18h52

    Je suis pour que ce décret soit appliqué dans sa totalité

  •  avis favorable, par CROMAGNON.G , le 28 mars 2017 à 18h51

    Bonjour,je suis favorable a ce projet de decret qui traduit les evolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Pour que vive la chasse, par Sebastien , le 28 mars 2017 à 18h50

    Je suis favorable a ce decret vive la chasse

  •  je suis pour , par Allibert , le 28 mars 2017 à 18h50

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse
    que nous souhaitons

  •  projet de loi 2016 1087 du 8 aout 2016, par VIGNON GILBERT , le 28 mars 2017 à 18h47

    je suis favorable au projet de loi 2016 1087 qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  décret chasse, par Manguine A. , le 28 mars 2017 à 18h45

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que je souhaite.

  •   Decret du 8 aout 2016, par DR Gonnet , le 28 mars 2017 à 18h42

    je suis favorable à l’application de ce décret qui justifie la régulation des espèces nuisibles afin de favoriser une meilleure gestion du patrimoine naturel et de la biodiversité...

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique , le 28 mars 2017 à 18h42

    Je suis favorable à ce décret.

  •  droit de chasse, par Mr et Mme BOUNY Laurent et Myriam , le 28 mars 2017 à 18h41

    Nous sommes favorable à ce projet qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Nuisibles??, par murat , le 28 mars 2017 à 18h40

    Qu’on les appelle nuisibles ou "animaux susceptibles de..." rien ne change si on continue de les détruire de façon aussi inutile et dommageable pour la biodiversité, et les écosystèmes !
    le déterrage , les pièges tuants ou mutilants devraient être interdits. Ils sont cruels, dangereux pour tous, et indignes de l’Humanité.
    L’honneur de la CNCFS serait de promouvoir les méthodes alternatives de régulation des populations qui protégeraient les cultures sans détruire systématiquement notre environnement...et d’encadrer, très sérieusement, la chasse sous toutes ses formes.
    ,
    ,

  •  Protégeons les au lieu de les détruire , par Marie-Noëlle Dormeau Garnier , le 28 mars 2017 à 18h40

    Le renard, la martre, le geai des chênes, le corbeau , le blaireau , le loup , etc.. ont un vrai rôle dans notre écosystème. Nous devons apprendre à vivre et adapter nos activités humaines en les protégeant et non en les condamnant à la destruction parce qu’ils nous dérangent !
    Nous avons une énorme responsabilité à conserver notre patrimoine terrestre de faune sauvage pour les générations futures. C’est à nous aujourd’hui , maintenant , de les protéger avant de les exterminer par bêtise. Réfléchissons plutôt !
    le renard , par exemple, régule la population de campagnols qui serait trop nombreuse sans lui.
    Il est inacceptable également que leur sort soit irrémédiable durant six longues années.

  •  Projet Chasse, par LOPEZ Marc , le 28 mars 2017 à 18h39

    Je suis favorable à ce projet qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Decret de chasse., par Guilhem Thierry , le 28 mars 2017 à 18h37

    Bien sur je suis très favorable a ce décret.

    Il faut vite le mettre en pratique.

  •  JE SUIS CONTRE..., par B.R , le 28 mars 2017 à 18h35

    Nous ne sommes plus au moyen âge arrêtons de vider nos campagnes en massacrant les animaux mal aimes, faisons la paix avec notre environnement ces animaux intelligents et sensibles sont au contraire utiles et participent a l’équilibre de la nature, l’intervention des hommes est a proscrire, je suis contre toute formes de régulation des animaux, pour que les générations future ne trouvent pas une planète stérile sans la magnifique présence des animaux sauvages !

  •  maffret serge le28 03 2017, par maffret.serge , le 28 mars 2017 à 18h34

    je suis favorable a ce projet de decret

  •  projet de chasse , par nicolas rostang , le 28 mars 2017 à 18h33

    je suis favorable a ce projet de decret qui traduit les evolutions du droit de chasse que nous voulons.

  •  decret , par Gérard Cart-Lamy , le 28 mars 2017 à 18h30

    je suis très favorable à ce projet

  •   FAVORABLE à la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 , le 28 mars 2017 à 18h29

    Je suis FAVORABLE au décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages.

  •  decret , par Gérard Cart-Lamy , le 28 mars 2017 à 18h28

    je suis très favorable à ce projet

  •  Pour le maintien de la régulation des nuisibles, par Maurice , le 28 mars 2017 à 18h28

    Je suis très favorable à l’application de ce décret

  •  decret , par Gérard Cart-Lamy , le 28 mars 2017 à 18h27

    je suis très favorable à ce projet

  •  projet de decret , le 28 mars 2017 à 18h25

    je suis favorable a l application de ce decret

  •  Oui, par CALAS , le 28 mars 2017 à 18h24

    Je suis très favorable à ce décret

  •  Que du bon sens, par CHEVRIER Maurice , le 28 mars 2017 à 18h22

    Il faut bien que quelqu’un régule les populations et...la nature elle même n’est plus capable d’y pourvoir seule.
    J’approuve ce projet

  •  CONTRE LA DESTRUCTION DES NUISIBLES, par CORSIN MONIQUE , le 28 mars 2017 à 18h21

    Chaque être vivant a 1 rôle dans l’écosystème et la destruction des soi-disant nuisibles n’est qu’un prétexte pour les chasseurs et certains agriculteurs : exemple le renard "mangeurs de poules de faisans d’élevage ou lièvres" a pour alimentation de nombreux rongeurs Mais on préfère éliminer le renard et utiliser des produites chimiques pour se débarrasser des des rongeurs. ces derniers morts empoisonnés empoisonneront à leurs tours d’autres prédateurs et charognards protégés ou non. Ce qui fait le bonheur des industries chimiques (Bayer et Cie) Et tout ceci sans parler de la répercussion sur la santé publique

  •  Arriérés, par Céline , le 28 mars 2017 à 18h13

    Ce genre de loi permettant la destruction systématique et infondée (ex : les petits prédateurs comme les renards, martres, fouines, etc. permettent la régulation des rongeurs qui font des dégats aux cultures) fait de nous un pays d’arriérés, incapable de comprendre le rôle de ces espèces dans la biodiversité. Ces destructions ne sont là que pour faire plaisir aux chasseurs qui tuent par cruauté pure. Et qui dit chasse, dit dissémination d’armes à feu, accidents de chasse, meurtres, etc.
    Ca suffit !

  •  Décret pour loi du 8/8/2016, par Pierre DESHURAUD , le 28 mars 2017 à 18h13

    Je suis favorable à ce décret

  •  Je suis favorable à l’application de ce décret, par Maisonneuve , le 28 mars 2017 à 17h58

    Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  reponse a la consultation, par BRACCI , le 28 mars 2017 à 17h55

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du
    droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Favorable, par SAGNÉ CLAUDE , le 28 mars 2017 à 17h54

    Je suis favorable à ce projet .

  •  Pour la loi , par Julien , le 28 mars 2017 à 17h54

    Je suis pour la loi . Promener un peu dans la nature pour voir ce qu’il si passe à la place de parler assi dans vos bureaux.

  •  Je suis favorable au décret , par Parise , le 28 mars 2017 à 17h51

    Je suis favorable au décret

  •  POUR que vive la chasse , par cassagnes marc , le 28 mars 2017 à 17h45

    je suis favorable à l’application de ce décret

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par MIRALLES , le 28 mars 2017 à 17h44

    Je suis favorable à l’application de ce décret.

  •  AVIS FAVORABLE, par Luc , le 28 mars 2017 à 17h44

    J’approuve ce projet.

  •  NON au projet de modification de l’article R 427-6 du code de l’environnement., par Lucette Tonder , le 28 mars 2017 à 17h43

    Je m’oppose au projet de modification de l’article R 427-6 du code de l’environnement qui vise à prolonger le classement des espèces dites "nuisibles" pour une période de six ans.

    Je suis pour une réforme du statut de ces espèces qui mette enfin un terme aux destructions honteuses et injustifiées prônées par les seuls intérêts cynégétiques.

    Je suis pour une réforme qui respecte la diversité biologique en tenant compte de l’intérêt que représentent la plupart de ces espèces pour lutter naturellement contre les pullulations des rongeurs.

  •  Hypocrisie des changements de termes !, par Patricia Legendre , le 28 mars 2017 à 17h43

    Il tout simplement épouvantable de ne pas admettre un fonctionnement "naturel" de la nature. Exterminer des espèces est une erreur. En tuant des prédateurs on déséquilibre complétement ce fonctionnement. La bio-diversité est déjà suffisament en recul du fait de l’emploi immodéré en France des pesticides et autres poisons.
    Sommes-nous donc si ignorants pour ne pas trouver d’autres solutions que la violence et la destruction quand se posent des problèmes.
    Les usagers, promeneurs, randonneurs, sont aussi des millions de personnes, leur a-t-on demandé leur avis? J’ai honte devant ce projet de décret qui pousse le vice à changer les termes pour mieux continuer à détruire la nature.

  •  cha, par Gomes Serge , le 28 mars 2017 à 17h42

    Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  Chasse et piégeage , le 28 mars 2017 à 17h41

    Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages.
    Je suis POUR

  •  Oh que oui !!, par Eric , le 28 mars 2017 à 17h40

    Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  avis favorable, par fred , le 28 mars 2017 à 17h40

    je suis favorable à ce projet de décret

  •  Très favorable , par Marc l , le 28 mars 2017 à 17h40

    Je suis particulièrement favorable à ce projet, qui va dans le bon sens d’un meilleur équilibre naturel, alors que la nature a été déséquilibrée par des erreurs humaines.

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par Martin , le 28 mars 2017 à 17h31

    Bonne évolution législative.
    Les CDCFS permettront de réguler les excès et de protéger quand il le faut les espèces qui en auront besoin.

  •  loi n° 2016-1087, par Douay , le 28 mars 2017 à 17h27

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Animal Sauvage Sensible , le 28 mars 2017 à 17h25

    On savait déjà que le ministère de l’écologie ne connaissait pas la définition de son nom, voilà que vous nous demandez de nous prononcer sur une formulation hypocrite concernant les animaux sauvages précédemment qualifiés par vos services de « nuisibles » et que vous rebaptisez ici de « susceptibles d’occasionner des dégâts ».
    Je vous suggérer de rebaptiser ce ministère en Ministère des chasseurs, en effet rien ne change dans ce texte pour les animaux sauvages que ces derniers stigmatisent, au mépris de tous les avis scientifiques des naturalistes mettant en évidence le rôle indispensable de ces êtres vivants dans les écosystèmes.
    Pire encore, ce texte prolonge la période de renouvellement des listes de 3 à six ans autant dire une vraie catastrophe pour le vivant, quand on sait que ces listes sont établies sur des éléments fournis par les chasseurs et les piégeurs, qui s’autoproclament « défenseurs de la nature » mais qui sont une minorité, hélas puissante et riche, qui dicte sa loi aux gouvernements successifs alors qu’une majorité de citoyens français sont scandalisés par l’opacité des textes régissant la chasse dans notre pays.
    Je suis non seulement opposée à ce projet mais en plus il me scandalise.
    Nier la cruauté des pièges mutilants ou tuant, le déterrage des blaireaux et des renards.
    Ne pas reconnaître l’utilité des « animaux susceptibles d’occasionner des dégâts » dans la nature, leur droit à la vie, notre droit à les vouloir en vie, est une honte pour ce ministère et pour notre pays.
    Je vous demande une modification compléte de ce projet, je vous demande de le réécrire en vous appuyant sur les travaux des naturalistes et en vous dégageant de l’emprise du lobby des chasseurs.
    Je vous demande de faire enfin de l’écologie, et donc d’abandonner la notion de « nuisible » comme celle de « susceptible d’occasionner des dégâts » au profit de celle d’ »Animal Sauvage Sensible »

    E . DEGUI

  •  Oui je suis pour !, par PECH Raymond , le 28 mars 2017 à 17h22

    Ce n’est pas en interdisant que cela ira mieux. Un seul exmple, que nos amis écolos de tous poils, aillent demander à un agriculteur victime de dégâts (cultures, élevage de volailles, etc....)ce qu’il en pense et au passage qu’ils l’indemnise. La chasse a un rôle à jouer et elle le fait !

  •  Intolérable bêtise crasse !, par Hermine Toya , le 28 mars 2017 à 17h22

    Bonjour,

    Quand nos "dirigeants" comprendront-ils que l’avenir de notre terre et de l’espèce humaine ne passe pas par les massacres d’animaux qui ont un rôle prédominant dans les écosystèmes ?

    Ils feraient mieux d’utiliser l’argent public à la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales !

    Plutôt que d’essayer de satisfaire les électeurs appartenant au lobby chasse, qu’ils s’attachent à toucher ceux qui sont pour le respect de la vie quelle qu’elle soit ! Mais peut-être n’ont-ils pas remarqué que ceux-ci deviennent de plus en plus nombreux ? !...

    Ecologiquement vôtre

  •  Modification de l’arrêté de classement des espèces dites nuisibles, par BODIN Eveline , le 28 mars 2017 à 17h21

    Cette propostion ne me semble absolument pas judicieuse.
    Tout d’abord, considérer les espèces dites nuisibles deviennent des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts ne changera rien à leur caractère ni, surtout, à la manière dont ces animaux seront traités.
    D’autre part, une révision tous les six ans au lieu de tous les ans comme celà se pratiquait dans le passé ne peut avoir qu’un effet dévastateur,pouvant même conduire à la disparition de certaines espèces dont la durée de vie est inférieure à six ans.
    C’est totalement contraire à la politique qui devrait être menée pour préserver la biodiversité et rétablir un équilibre entre les espèces animales.
    Enfin les méthodes de chasse mises en oeuvre peuvent être extrêmement cruelles envers les animaux. Et totalement contraires à ce que pense une part chaque jour plus importante de la société civile qui se préoccupe de plus en plus de la souffrance animale.

  •  Oui, par Vatain , le 28 mars 2017 à 17h20

    Je suis favorable à ce projet de décret.

  •  projet de decret, par falco bernard , le 28 mars 2017 à 17h20

    je suis favorable a ce projet de decret qui traduit les evolutions du droit de la chasse tel que nous le souhaitons

  •  Projet de décret, par GRIMALDI Aude , le 28 mars 2017 à 17h17

    Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  Contre ce projet qui va permettre encore plus de destruction !!! , le 28 mars 2017 à 17h16

    Ce projet c’est juste un moyen détourné de permettre encore plus de destruction. C’est jouer sur les mots !!!Quand allez vous enfin arrêter de tout détruire !!!!Un projet de reconquête de la biodiversité c’est pour permettre de limiter les dégâts .
    Il faut respecter la biodiversité....et des dérogations et des exceptions..Allons y donc tuons ..tuons...

  •  A coté de la plaque !!!, par CALLET PIERRE , le 28 mars 2017 à 17h14

    Laissons gérer la nature par ceux qui l’ occupe, l’utilise la mette en forme et non à tous ces utopistes qui n’ont que des discours à servir !!!
    Mais qui sont les premiers à se plaindre des nuisances de certaines espèces envahissantes. Que feront ils quand des hardes de sangliers défonceront entre autres leurs pelouses. Au secours Au secours les autorités seront vite interpellées. Et il en sera de même ^pour les corvidés les pigeons etc en attendant que les renards pullulent et transmettent leurs maladies !

  •  Projet de décret, par DELLUC David , le 28 mars 2017 à 17h14

    Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  Je suis favorable à l’application de ce décret"., par j-louis , le 28 mars 2017 à 17h12

    Je suis favorable à l’application de ce décret".

  •  Je suis pour ce décret, par FEILLE Francis , le 28 mars 2017 à 17h09

    Je suis pour ce décret car il va dans le sens de la gestion de la biodiversité par les acteurs de terrains qui savent ce qu’est l’équilibre de la nature et qui mettent en oeuvre les politiques adéquates. Cordialement

  •  L’Homme est l’espèce la plus insensée !!!, par B.A. , le 28 mars 2017 à 17h08

    « L’Homme est l’espèce la plus insensée, il vénère un dieu invisible et massacre une nature visible ! Sans savoir que cette nature qu’il massacre est ce dieu invisible qu’il vénère ! » Cette citation bien connue est attribuée à Hubert Reeves. A juste titre ?

  •  Appel à mobilisation, par RICARD , le 28 mars 2017 à 17h02

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  stop aux massacres des animaux innocents et sans defense, par levast jean jacques , le 28 mars 2017 à 16h55

    Nous ne sommes plus au moyen age arretons de vider nos campagnes en massacrant les animaux mal aimes, faisont la paix avec notre environnement ces animaux intelligents et sensibles sont au contraire utiles et participent a l’equilibre de la nature, l’intervention des hommes est a proscrire, je suis contre toute formes de regulation des animaux ,pour que les generations future ne trouvent pas une planete sterile sans la magnifique presence des animaux sauvages

  •  Je suis pour !!!, par Nicolas , le 28 mars 2017 à 16h54

    Je suis pour ce texte qui s’adapte à notre génération et aussi aux plus grands utilisateurs de la nature que nous sommes.

  •  trés bon projet, par bousquet henri , le 28 mars 2017 à 16h52

    je suis favorable a l’application de ce décret

  •  Il n’y a pas d’espèces nuisibles (à part l’humain...), par PONTIC Véronique , le 28 mars 2017 à 16h51

    Tous les animaux ont un rôle bénéfique à jouer dans l’équilibre des écosystèmes. Il n’existe donc pas d’animal "nuisible" et il est inconcevable, à notre époque, et avec les connaissances scientifiques qu’on a sur la question, que l’état parle encore de régulation par la destruction d’espèces "susceptibles d’occasionner des dégâts". Il devrait être interdit de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants, à l’heure où l’on parle de plus en plus de la sensibilité et de l’intelligence des animaux et à l’heure ou le public est de plus en plus sensible à la cause animale.
    L’état devrait mettre en oeuvre systématiquement des solutions alternatives non létales dans les cas où la cohabitation humains/animaux est délicate.

  •  FAVORABLE, par COTON , le 28 mars 2017 à 16h40

    Je suis favorable à ce projet de decret

  •  Contre tout statut d’exception, par SANFILIPPO DANIEL , le 28 mars 2017 à 16h38

    Cela ne suffit pas !

    Il faut une véritable et totale réhabilitation de ces animaux UTILES et qui, de toutes façons, ont droit de vivre comme tous les autres !

    Pour la suppression de tout statut d’exception dans la faune.

  •  Non au lobbying de la chasse, par olivier Simon , le 28 mars 2017 à 16h37

    Ce décret ne vise qu’a satisfaire les chasseurs pour qui toutes les espèces qui entrent en concurrence avec le gibier sont considérées comme nuisibles. Dans la nature, il n’y a pas de nuisibles mais un équilibre fragile entre les espèces et les milieux.
    La protection de la nature ne doit pas être soumise à des corporations ou des intérêts économiques. La vision à court terme de ces soi disant gestionnaires de la nature est réductrice et conduira à la disparition d’espèces autrefois communes.

  •  Pour le décret, par Pierrard léna , le 28 mars 2017 à 16h37

    Je suis pour ce décret, il est très bien construit et permettrait enfin aux associations d’avoir plus de liberté. Merci beaucoup

  •  Pour le maintien des écosystèmes, par HANNION , le 28 mars 2017 à 16h35

    Je ne suis pas favorable à l’allongement de la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, qui ne fait que répondre à des demandes d’associations de chasseurs.

    Il est nécessaire de bien identifier leur rôle et donc leur intérêt dans les écosystèmes, d’interdire le recours à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants, de diminuer les zones où le piégeage est autorisé
    et d’interdire de tuer des espèces prédatrices.

  •  Des "nuisibles" aux animaux "susceptibles d’occasionner des dégâts". , le 28 mars 2017 à 16h29

    Modifier la désignation d’animaux sauvages soumis, en vue de leur éradication en certaines zones, à une persécution intensive et cruelle, ne change pas leur sort, et c’est ce problème qui me préoccupe en premier lieu ; il me paraît indispensable de remettre en cause la cruauté des méthodes dont ils font l’objet : piégeage tuant et mutilant, déterrage, en particulier ; de déterminer ensuite des périodes où il serait interdit de les détruire : au moment de la mise bas ou nidification, et jusqu’à l’indépendance des jeunes, cela au nom de la reconnaissance de leur qualité d’êtres sensibles et préserver les espèces.
    Le traitement réservé à ces animaux ne convient pas à mon avis à leur comportement tout autant bénéfique que potentiellement destructeur : ils sont utiles en tant que prédateurs d’espèces indésirables : insectes, rongeurs..., ils participent à la dissémination de graines, à leur maturation, ainsi qu’à l’enrichissement de l’humus par leurs déjections,...devenant ainsi garants d’un écosystème équilibré, et cela parfois à un degré important : je souligne en particulier le rôle sanitaire du renard comme mangeur de cadavres, et surtout prédateur de campagnols au point de se passer du poison non sélectif parfois employé contre ces derniers. J’ai pu personnellement constater que des chenilles processionnaires récemment enterrées avaient été déterrées et consommées de nuit par des animaux fouisseurs : blaireaux ou sangliers, j’ai vu des nids de guêpes avalés par ces animaux... Ne serait-il pas urgent de procéder à une analyse fine de ces comportements afin de ne pas agir en aveugle à l’encontre des animaux concernés?
    Tous les animaux même domestiques (chiens errants par ex.) sont susceptibles d’occasionner des dégâts ; le glissement sémantique de "nuisible" à "susceptible d’occasionner des dégâts" recouvre en ce sens une réalité différente qu’il conviendrait à mon avis de bien définir ; il s’agira ensuite de réfléchir à des solutions non cruelles et non mortelles : effarouchements, protections, stérilisation...pour une alternative efficace et adaptée au respect de la vie et des écosystèmes.

  •  Je suis favorable à l application de ce décret , par Marchiol , le 28 mars 2017 à 16h27

    Tout simplement favorable

  •  je suis pour ., par alain cancel , le 28 mars 2017 à 16h27

    "Je suis favorable à l’application de ce décret"

  •  Oui, par Loic , le 28 mars 2017 à 16h23

    Totalement pour il est temps que la nature soit gérée par des gens qui la connaissent plutôt que par des bureaucrates de pacotille qui ne connaissent rien à rien. Ces espèces nuisibles sont classées ainsi car il y a une raison que seul les gens de terrains peuvent connaître.

  •  Soutient au projet consultations-publiques.developpement-durable, par MERCADAL Patrick , le 28 mars 2017 à 16h23

    Je soutient ce projet qui vise à réguler certaines espèces qui posent des problèmes dons nos campagnes et qui sans l’intervention de chasseurs et de piégeurs verraient leur population exploser de manière anarchique. Le but n’est pas de détruire, mais de réguler ce qui signifie permettre à d’autres espèces de se développer. Il est temps que ceux qui vivent au contact permanent de la nature se fassent entendre et retrouvent les moyens de continuer de protéger et à entretenir nos campagnes de manière « responsable » pour le plaisir de tous sans avoir à se justifier en permanence auprès de citadins de bureaucrates ou d’association soit disant écologistes qui sont contents de se promener dans notre nature et nos campagnes et continuer a y rencontrer toutes les espèces sauvages que « NOUS » continuons à protéger.

  •  Decret, par Paul , le 28 mars 2017 à 16h22

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Pour et deux fois pour. , le 28 mars 2017 à 16h20

    Je suis favorable à ce projet de décret qui fait évoluer les droit de la chasse. On parle d’espèces susceptibles d’occasionner des dégats, ex. le sanglier. Celui-ci n’ayant plus de prédateurs naturels est en forte augmentation et obligatoirement est cause de dégats sur les cultures. Si les chasseurs ne régulent pas les populations nous allons vers une invasion du sanglier ce qui aura pour concéquence un risque important sur le reste de la nature ( Maladies, disparition d’autres espèces, ect...). Je parle bien de régulation et non d’élimination.

  •  Décret , par Henric Christophe , le 28 mars 2017 à 16h18

    "Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  Opposition au projet, par Foucault , le 28 mars 2017 à 16h18

    Rien ne change sur le fond : tir en dehors de la période de chasse,
    déterrage des renards ou encore piégeage non sélectif et mutilant restent possibles toute l’année et cela pendant 6 années consécutives sans aucune révision de la liste des espèces concernées.

    De plus, le rôle de chaque espèce dans les écosystèmes (dissémination des végétaux, régulation naturelle des rongeurs, prévention des épidémies par l’élimination des cadavres,…) est totalement ignoré.

    C’est pourquoi je m’oppose à ce projet qui n’est basé sur aucune réalité scientifique.

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la loi n°2016-1087, par lorenzi , le 28 mars 2017 à 16h16

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Loi n° 2016-1087, par Lotois , le 28 mars 2017 à 16h16

    Favorable au projet

  •  dodeline et Dame Nature, par Ramirez Sylviane dodeline , le 28 mars 2017 à 16h15

    Mon surnom est dodeline, sans majuscule, j’avance dans la vie, dans les saisons, dans les calendriers des années ; printemps, été, automne, hiver...et je m’émerveille encore des bourgeons des futures feuilles d’automne. J’aime tant Dame Nature.
    dodeline souhaite souvent que les "humains" ne nuisent pas aux "protégés" en nuisant aux "nuisibles" et protègent les "nuisibles" des "protégés" ; que chaque espèce ait le "droit de cité" pour que chaque petit d’homme ait toujours le droit de la citer.
    Dodeline a quitté la ville pour s’installer en pleine nature, elle sait que la même vie qu’il y a dans la souris, il y a dans l’humain aussi. Elle voudrait insuffler le respect de la vie dans chaque humain pour que ceux-ci n’exsufflent pas la vie, ce qui veut dire, que seule Dame Nature a en mémoire les dates d’expiration pour tout un chacun...
    Alors quand dodeline entend que certains humains ont pour projet de requalifier en "susceptibles d’occasionner des dégâts" les qualifiés de "nuisibles", ce qui revient donc à occasionner leur destruction l’été, l’automne, l’hiver, le printemps...elle entend que l’espèce autochtone de la planète terre détruirait plus longtemps renards, fouines, martres, belettes, putois, blaireaux, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes "supprimez le mot inhumain quoi quoi tous vos choix bons ou mauvais sont humains alors quoi quoi assumez au moins", les étourneaux sansonnets, geais....tu as, il a, vous avez, ils ont les humains de mauvais arguments.
    Dame nature me demande de vous rappeler que vous n’êtes pas dans la réalité scientifique, que les chasseurs piégeurs avec leurs armes et leur 4x4 qui vont au plus près faire la ronde plus serrés que des piquets de champs autour des chassés piégés même pas pour manger mais juste pour tuer ; c’est juste injuste pour ceux qui ont sans arme naturellement un rôle dans l’écosystème, qui rendent un service écologique avec la mise en oeuvre des mots : dissémination, régulation, prévention, élimination, des rongeurs, des épidémies, des cadavres, des pollens. Ce n’est pas dans 6 ans que vous pourrez recoller les morceaux dûs à vos maux:lobby, solution léthales, hyperzones d’intervention.
    Dame Nature raconte pour exemple que même les merles pleurent aussi la perte de leurs êtres chers,le deuil normal équivalent au deuil référencé de un an pour les humains est de deux jours complets, sauf que les merles sont tout le temps habillés de noir car dans leur vie ils doivent perdre beaucoup de petits. Ils sifflent en soufflant un cri aigu strident descendant pour reprendre de l’air et expirer leur complainte en disque discontinu jusqu’à ce que le temps fasse son oeuvre et ne les autorise plus à rester dans ce registre, sinon les humains ne les supporteraient plus dans leurs jardins, car là, en vingt quatre heures peu se seront rendus compte de leur malheur, mais au delà leur chant dépasserait le vacarme de la circulation des voitures...insupportable. Bref. Les pleures des merles sont aussi douloureux aux oreilles de dodeline que la poésie de Verlaine "il pleut dans mon coeur comme il pleut sur la ville" d’ailleurs elle n’a jamais réussi à retenir la suite car le début lui fait trop mal. Les merles aux aguets protègent leurs petits, comme tous les êtres vivants, ils surveillent leurs enfants, ils cherchent de quoi les nourrir, c’est un ballet continu, des vas et viens incessants, une couvée d’affection, de tendresse, d’attention, de soins, de chaleur, de don de eux, et transmission de comportements de merle digne de ce nom ; reproduction d’amour pour diversité de vies...Qui es-tu pour t’octroyer le droit de tuer? D’ôter une vie dotée? Vous êtes vous posé la question de ce que votre propre vie aura apportée de plus à l’humanité?
    Seule Dame Nature tutoie, dodeline ne se le permettrait pas :
    "Tu n’es pas un être supérieur car tu fais caca..."
    Automne, hiver, printemps, été...peu importe 1an,3 ans,6 ans...par décret, laissez le temps à tous les petits de devenir spontanément grands pour que Dame Nature ne se souvienne pas de nous comme d’une "classe de ravageurs". Hiver, printemps, été, automne...

  •  Parfait , le 28 mars 2017 à 16h14

    Totalement pour ce decret

  •  Décret utile , le 28 mars 2017 à 16h13

    Je suis pour ce décret

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par VICINI MICHAEL , le 28 mars 2017 à 16h12

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  kir, par kirchstetter , le 28 mars 2017 à 16h12

    Je suis favorable a l’application de ce décret

  •  decret, par LEON Thierry , le 28 mars 2017 à 16h12

    je suis favorable a ce projet de décret qui traduit les évolutions du doit de la chasse que nous souhaitons.

  •  projet relatif a l’application des dispositions cynegetiques loi 2016-1087 du 8 aout 2016, par faurie , le 28 mars 2017 à 16h10

    je suis favorable a l’application de ce decret

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par VICINI GABRIEL , le 28 mars 2017 à 16h09

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  une bonne évolution, par BRUEL Jean marc , le 28 mars 2017 à 16h04

    enfin un texte qui va permettre aux personnes qui sont en communion avec la nature de pouvoir gérer certaines espèces qui vont bientôt ètre en surpopulation et occasionné des dégâts considérables sur la faune sauvage.

  •  Non a la destruction des animaux "prétendument" nuisibles, par Jean-Yves Butowiez , le 28 mars 2017 à 16h04

    Je m’oppose fermement a la destruction des animaux sauvages
    dits "nuisibles" sans égard pour leur rôle dans l’écosystème, sans étude scientifique préalable sérieuse, et
    ceci pour satisfaire aux lobbies de l’agriculture et de la chasse.
    En particuler, je ne soutiendrai aucun homme politique allant en ce sens.

  •  Décret nul , le 28 mars 2017 à 16h02

    Absolument contre ce décret

  •  Décret chasse, par Blanchez Jean Louis , le 28 mars 2017 à 16h02

    Je suis favorable à l’application de ce décret.

  •  ras le bol, par patrick , le 28 mars 2017 à 15h58

    ras le bol de tous ces cretins en mal de nature qui veulent imposer leur loi de citadins mais qui ne connaisse abslolument rien qui se dise ecolos et qui ne savent meme pas reconnaître un frene d un erable champetre qu ils restent dans leur milieu de citadins mais qu ils nous fichent la paix dans note monde rural que nous connaissons sur le bout des doigts pour ma part je continuerais afaire tout ce qui me semblera utilepou le maintien du petit gibier et pour la nature en generale

  •  Décret nul , le 28 mars 2017 à 15h57

    Absolument contre ce décret

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par VERNET Patrick , le 28 mars 2017 à 15h53

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Je suis favorable à l’application de ce décret, par Vincent , le 28 mars 2017 à 15h45

    Laissons les chasseurs pratiquer leur art et tradition dans notre beau pays.

  •  Je suis Favorable !!!, par Pierre GERARD , le 28 mars 2017 à 15h34

    Je suis favorable à ce décret qui correspond à une obligation environnementale majeure pour les années à venir. La biodiversité n’exclue nullement la saine gestion et régulation des espèces, notamment les espèces endémiques ou invasives et ou en forts développements inconsidéré.

  •  Favorable, par Pierre Huguet , le 28 mars 2017 à 15h32

    Je suis favorable au travail déjà fourni et au vote de ce décret déjà accepté d’ailleurs.
    Le travail réalisé est souvent méconnu et déprécié de manière caricaturale,continuons d’avancer dans le bon sens.

  •  Projet de decret relatif à l’application des dispositions cynégétiques, par GAYRAUD Christian , le 28 mars 2017 à 15h30

    Je suis tout à fait favorable à la mise en place de ce projet.

  •  Evolution de la chasse, par LOPEZ Jean Luc , le 28 mars 2017 à 15h22

    Je suis favorable à ce projet de decret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Oui Absolument, par Thierry PONTON , le 28 mars 2017 à 15h18

    Je suis favorable à l’application de ce décret de bon sens.

  •  Bon projet, par bassard , le 28 mars 2017 à 15h17

    Je suis pour l’application de ce decret

  •  OUI, OUI et OUI, par Corinne REMY , le 28 mars 2017 à 15h15

    Je suis favorable à l’application de ce décret.

    Pour une fois qu’il y a un texte censè.

  •  je suis favorable au décret , par desvals Nathalie , le 28 mars 2017 à 15h15

    Je suis POUR ce décret car il est temps que la gestion de la nature soit laissée aux gens de terrain et au monde rural qui vit en plein milieu et avec la faune et flore sauvage !!
    De plus ce n’est pas les écolos de la ville qui prennent de leur temps libre pour entretenir et protéger la nature !!
    Ils viennent juste en profiter et la déranger avec leur promenade dominicale qui plus est, ils viennent se permettre de nous donner des conseils et des leçons de comment faire les choses dont ils n’y connaissent rien a part dans les livres !!!
    Alors Messieurs les bobos des villes restez chez vous et laissez nous faire, on est naît à la campagne et on y vit au quotidien !!!!!
    Vous ferez du bien a la nature en restant dans vos villes !!!!
    UN AMOUREUX DE SA NATURE ET DE CHEZ LUI !!!

  •  Protection des espèces et de leur rôle dans l’environnement, par Barroso , le 28 mars 2017 à 15h14

    Je suis contre toute prolongation de la chasse/d’extermination de ces espèces (renards, corvidés,sansonnets .....), elles font partie de notre environnement, et ont leur rôle dans l’écosystème.

    Comment accepter de plus les méthodes autorisées pour les tuer dans la souffrance avec des pièges mutilants. D’autres systèmes existent pour limiter le nombre de ces animaux.

    Il faut défendre l’ensemble de la nature et ne pas répondre uniquement au lobby de la chasse.

    Je vous remercie pour votre attention et action juste et raisonnée.

  •  pour le décret, par fenoul , le 28 mars 2017 à 15h13

    il est temps que la gestion des espèce soit faite par des personnes compétentes en matière de nature et non par des "illuminés" !!!

  •  Oui au décret, par Michel MORILLON , le 28 mars 2017 à 15h12

    Je suis très favorable à l’application de ce décret.
    Laissons la gestion de la nature à ceux qui la connaissent parce qu’ils l’aiment. A ceux qui la pratiquent, qui la font vivre parce qu’ils la vivent.

  •  Protection des "nuisibles" !, par isa , le 28 mars 2017 à 15h12

    Il est effarant qu’à l’heure où tout le monde (surtout les institutions d’ailleurs) a le mot "biodiversité" à la bouche et s’en gargarise jusqu’à l’écoeurement, sur le terrain, la biodiversité, elle, continue de souffrir de la bêtise et de la malfaisance humaine... D’un côté un blabla stérile, de l’autre une réalité faite de déséquilibre des écosystèmes... Jusqu’à quand faut-il répéter que les prétendus "nuisibles " jouent un rôle majeur dans les écosystèmes, y compris ceux colonisés par l’homme ? Un seul exemple : j’habite à la capagne, et comme tous mes voisins, nous sommes littéralement envahis par les rongeurs... C’est un vrai cauchemar, au point que jardiner est devenu impossible, car ils bouffent les graines, les déterrent, font des galeries dans le sol qui font crever les plantes... On ne peut plus stocker de la nourriture dans des bâtiments externes car ils s’y installent et bouffent tout, ils s’invitent même dans les maisons... Voilà ce qui se passe dans les campagnes... Les poisons n’y changent rien car ils ne les bouffent plus, pas cons les rongeurs, par contre ces poisons intoxiquent d’autres animaux, y compris domestiques... Alors qu’il suffirait de laisser les petits prédateurs faire leur travail ! Une femelle renard consomme jusqu’à 6 000 rongeurs par an ! Alors marre des rongeurs, marre des chasseurs et piégeurs, sadiques cruels qui devraient être enfermés en asiles psychiatriques pour leurs appétits de massacre et seuls vrais nuisibles, vivent les petits prédateurs !

  •  Favorable, par Courbin , le 28 mars 2017 à 15h10

    Je suis favorable a l’application de ce décret.

  •  Pour l application du decret , le 28 mars 2017 à 15h08

    Je suis favorable à l application de ce secret.

  •  Oui au décret , par cedric 82 , le 28 mars 2017 à 15h05

    Je suis favorable à ce décret. Heureusement que certaines personnes gèrent les nuisibles car si on devait compté que sur des soi disant défenseur de la nature nous serions envahi par toutes ces bestioles porteuse de maladie .

  •  avis favorable, par bonnet didier , le 28 mars 2017 à 15h04

    je suis favorable à ce décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  eau et biodiversité, par RAVOUX , le 28 mars 2017 à 15h03

    je suis favorable au projet de décret des dispositions cynégétiques de la loi n°2016-1087 du 08 aôut 2016

  •  Favorable a ce décret, par Rostang olivier , le 28 mars 2017 à 15h02

    Favorable a la régulation de toutes les espèces animales qui peuvent créer un appauvrissement d’autres dans le domaine de la chasse mais également de la pêche....Et j’ai bien dis régulation et non pas destruction d’une espèce... Chasseur et pêcheur de père en fils depuis des générations, quel contraste entre les histoires de chasses au petit gibier de mon grand père et celles que je vis aujourd’hui !!! Urbanisation, pollution, population, évolution humaine, voilà le vrai problème !!! Mais qui parmi les pseudo écolo anti chasse s’attaque au vrai problème ?? Le problème ce n’est pas le chasseur mais l’homme et l’écologiste en fait parti.. Et pour ceux qui veulent s’appuyer sur des outils statistiques, il est plus que vérifiable que sur les territoires ou la régulation des prédateurs est faite efficacement, tout l’écosystème vie en harmonie....

  •  Décret, par gaillard david , le 28 mars 2017 à 14h57

    Je suis favorable à l’application de ce décret.

  •  Je suis pour l’application du décret, par MATHIEU claude , le 28 mars 2017 à 14h55

    La nature n’est pas à " tout le monde " surtout lorsque l’on voit sur quoi on ferme les yeux. Chasseurs et pêcheurs sont les vigiles des problèmes que la nature rencontre : pollution des rivières, maladie des cervidés et autres.

  •  décret, par palau , le 28 mars 2017 à 14h53

    je suis favorable à l’application de ce décret.

  •  Projet de décret relatif à l’application des disposition cynégétiques de la loi 2016-10 87 du 08 août 2016t, par IELLI denis , le 28 mars 2017 à 14h51

    Avis très favorable

  •  Avis favorable, par Pierre VACHTER , le 28 mars 2017 à 14h51

    Je suis favorable à l’application de ce décret qui pour les anti chasse semble autoriser n’importe quoi
    Laissez donc la gestion de notre faune à ceux qui n’ont pas attendu que toutes ces nouvelles associations se réveillent:les chasseurs étaient
    écolos avant eux.

  •  Participation au décret, par GAILLARD , le 28 mars 2017 à 14h47

    Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  Protégeons les..., par Eric CLAUDE , le 28 mars 2017 à 14h44

    L’écosystème est un tout il n’y a pas d’animaux nuisibles, c’est un « mauvais »concept humain.
    Ces animaux sont nécessaires ils font partie d’un ensemble bien équilibré ou chacun est à sa place et à un rôle à jouer.
    Leur éradication est aussi cruelle qu’injustifiée, ne parle t’on pas chaque jour de crise des écosystèmes, de période d’extinction d’espèces, de crise climatique ….
    Ne doit on pas être amené à changer de pratiques et de regard sur cette planète où nous vivons ?
    Cela ne veut il pas dire également changer notre façon de nous comporter envers la nature ?
    Ces animaux méritent un autre statut que celui auquel ils ont droit aujourd’hui.

  •  projet de loi , par Vandermoeten pascal , le 28 mars 2017 à 14h41

    je suis d accord avec la CNCFS sa va dans le bon sens je pense !

  •  Laissons faire les personnes compétentes et de terrain, par peix , le 28 mars 2017 à 14h41

    Je suis favorable à ce texte qui s’appuie sur les réalités de la vie dans notre nature semi domestiquée.

  •  NON à la barbarie humaine contre les animaux, par beuret christine , le 28 mars 2017 à 14h41

    Nous partageons la Terre avec les animaux domestiques,sauvages,apprivoisés,aimés,mal aimés.Arretez la cruauté,la barbarie,la boucherie,l’extermination ;il y en a plus qu’assez de cette violence gratuite envers eux ;il est qrand temps de réfléchir aux moyens de cohabitation et non plus réfléchir avec leur sang sur les mains.

  •  oui, par canesin , le 28 mars 2017 à 14h38

    je suis favorable a l application de decret

  •  je suis favorable au décret , par della siega eric , le 28 mars 2017 à 14h37

    Bonjour, je suis favorable à ce décret !!

  •  pour le décret, par de Bengy , le 28 mars 2017 à 14h37

    ce décret est une évidence.
    il est triste de voir des gens qui au nom de l’écologie ou de la protection animale s’opposent à des évidences. cela ne sert pas leur cause..!

  •  pour la reconquête de la biodiversité , par froment , le 28 mars 2017 à 14h33

    la reconquête de la biodiversité est l’objectif de tout bon gestionnaire de chasse. l’équilibre agro-sylvo-cinégetique doit être la principale préoccupation. ce décret va en ce sens.il faut donner des moyens aux hommes de terrain

  •  Animaux mal-aimés, et pourtant indispensables......, par Cathy Monereau , le 28 mars 2017 à 14h33

    Par ce projet les espèces passent de « nuisibles » à « susceptibles d’occasionner des dégâts ».
    Leur situation ne deviendra pas plus désirable et leur statut sera identique durant 6 ans, alors qu’il était jusque là susceptible d’être modifié tous les ans.
    Un grand nombre d’animaux sont concernés : renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes, étourneaux sansonnets et geais des chênes.
    Aucun fondement scientifique ou environnemental sérieux pour décider de leur sort mais plutôt des éléments à charge amenés par certains groupes de pression tel que chasseurs et piégeurs.
    Quid du respect de la chaine écologique, de la place et de la nécessité de chaque animal dans l’écosystème.
    Et que penser de la violence des pratiques d’éradication des ces animaux : déterrage, pièges tuants ou mutilants..
    En pleine crise écologique, climatique, de disparition d’espèces, de mise en danger de l’humanité …on se retrouve encore aujourd’hui devant des pratiques hors d’âge, cruelles, disproportionnées et irraisonnées.
    Il faut changer notre regard sur l’animal quel qu’il soit, sur l’environnement, sur les rapports que l’homme entretien avec ses semblables et les autres espèces « non humaines » ainsi que notre place dans cet écosystème dont on ne peut plus ignorer l’immense fragilité.

  •  oui à ce projet j-r , par robert , le 28 mars 2017 à 14h33

    favorable a l’application de ce decret

  •  decret chasse, par Brieulle , le 28 mars 2017 à 14h32

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Décret chasse, par Tissedre , le 28 mars 2017 à 14h31

    Je suis favorable à l’application de ce decret

  •  Bizarre ... ? !, par Goupil d'Aubres , le 28 mars 2017 à 14h25

    J’ai déposé le 25 mars, une contribution intitulée : " Un projet « susceptible d’occasionner des dégâts », graves voire irréversibles, à la biodiversité !", condamnant de façon argumentée ce projet de décret - mais il n’apparait toujours pas dans les commentaires. C’est quand même bizarre ! Evidemment, j’y épinglais au passage les technocrates du ministère au service des chasseurs et des piègeurs. Ceci explique peut-être cela ? !
    Ne s’agirait-il une fois de plus que d’une consultation "bidon" où sont censurés certains avis - avant publication ? ! Qui a dit : "Démocratie" ? !

  •   projet de décret , par jean-pierre , le 28 mars 2017 à 14h25

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que je souhaite.

  •  Avis favorable , par David , le 28 mars 2017 à 14h22

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  POUR !, par pup G , le 28 mars 2017 à 14h21

    Je suis étonné qu’un travail de cette nature soit remis en question par les membres d’associations écologistes et véganistes intégristes alors que leurs représentants se sont déjà prononcés en amendant librement le projet de texte

  •  Reconquête de la nature..., par Anne Marie Gense , le 28 mars 2017 à 14h20

    Je ne suis globalement pas d’accord avec ce projet de décret. D’abord d’un point de vue sémantique : les animaux dits "nuisibles" auparavant, deviendraient des animaux "susceptibles de provoquer des dégâts", quel euphémisme ! Je préfèrerais animaux "susceptibles d’aider à la biodiversité" ou d’animaux "auxiliaires des écosystèmes".
    Je prends un exemple : le renard, quel auxiliaire !,dont le menu quotidien est les petits rongeurs, s’il n’y avait plus de battues contre ces derniers les agriculteurs n’utiliseraient plus de bromadiolone ou autres produits en "cide". Ce serait bénéfique pour les renards, pour les agriculteurs et par ricochet pour les nocturnes qui se nourrissent également de rongeurs et qui, bien que protégés, pâtissent de chasser des rongeurs empoisonnés.

    Un contre exemple "susceptible de provoquer des dégâts", les cochongliers, croisements de cochons et de sangliers, pullulent dans certains endroits. Ils sont bien souvent nourris par les chasseurs (nous, pauvres promeneurs du dimanche, sommes avertis de faire attention dans certaines forêts du danger potentiel à se promener). Ils font des dégâts aux cultures qui entraînent des dédommagements payés par le contribuable. Pour peu que le chasseur soit aussi l’agriculteur il gagne sur les deux tableaux ! Je sais que la vie est difficile de nos jours pour certains agriculteurs mais où va notre démocratie? Certains de nos dirigeants font bien pire me direz-vous.

    Dans un second temps il me semble que ce mauvais décret en s’étalant sur 3 ou 6 ans, si j’ai bien compris,et sur des zones très étendues, menacerait la biodiversité, en déséquilibrant les populations de faune sauvage.

    D’autre part le piégeage ou le déterrage sont des pratiques barbares
    et cruelles ; elles mutilent plus souvent qu’on ne le dit des animaux dits "domestiques" que certains soignent ensuite à grands frais...

    Enfin je n’ai pas de considération pour les chasseurs à fusils à lunettes, qui chassent la nuit et qui ne respectent pas la loi française déjà très peu contraignante : impossible de se promener en période de chasse, pas un seul jour réservé pour cette activité, pas de trêve dominicale au minimum...

    Je sais que beaucoup d’animaux sauvages sont des concurrents directs des chasseurs mais nous n’en sommes plus aux temps féodaux où pour se nourrir la chasse et le braconnage était question de survie. De nos jours, quand un chasseur tire 300 palombes, quelques isards ou sangliers c’est souvent pour remplir son congélateur ou pour en faire commerce, c’est de notoriété publique...

  •  Renards utiles ! , par Girardot , le 28 mars 2017 à 14h20

    Laissons les animaux sauvages tranquilles ! Ils sont à tort tellement persécutés .
    le renard est un raticide naturel utile à l’environnement . Ne faisons pas le jeu des tireurs en tous poils mener nos élus locaux par le bout du nez ......enfin le bout du porte monnaie ou des éventuelles voies dans les urnes . Les chasseurs représentent une minorité , les amis de la nature Comme moi sont beaucoup plus nombreux ! Faites nous plaisir s’il vous plaît !

    Donc non à la prolongation de 6 ans pour détruire encore et toujours la nature !!

  •  Je suis favorable à ce decret , le 28 mars 2017 à 14h15

    Piégeur, je côtoie régulièrement des agriculteurs et retraités dont les poulaillers ont été dévastés par les renards. Il faut voir la détresse de certains quand la quinzaine de poules qu’ils élevaient a été détruite par les renards. Il ne faut pas détruire, il faut réguler l’espèce Vulpes Vulpes.

  •  Limiter les nuisibles, par Bourreau Gérard , le 28 mars 2017 à 14h15

    Bien sur qu’il faut limiter les nuisibles

    On peut ajouter les ragondins qui détruisent les étangs

  •  Bon projet , le 28 mars 2017 à 14h10

    Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  Marre de vouloir interdire, par Didier Meriochaud , le 28 mars 2017 à 14h08

    Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  POUR CONFIRMATION DE L AVIS FAVORABLE DU 25/10/2016, par ALAIN BARTHELEMY , le 28 mars 2017 à 14h06

    Je suis pour l’application de la régulation des espèces pouvant causer des dégâts aux cultures et aux animaux sauvages mais aux animaux domestiques dans le respect des textes réglementaires .
    Je suis pour la mise en œuvre des termes du projet conformément aux avis du CNCFS du 25/10/2016
    Signé Alain Barthélemy N2 LE 02/08/1947
    3 chemin de Visan 84600 GRILLON

  •  je suis favorable à l’application de ce décret, par BONFANTI , le 28 mars 2017 à 14h03

    Bonjour,
    je suis favorable à l’application de ce décret qui permet de gérer convenablement et sans excès les nuisibles.

  •  equilibre et biodiversite, par loik de Feraudy , le 28 mars 2017 à 14h00

    il est urgent d’aider les hommes qui s’ occupent de la nature et de ses equilibres au plus pres et au quotidien ...dans le cadre d’une organisation connue transparente et efficace
    loin des angoisses et des phobies generees par la citee tres eloignee de la realite de l’environnement

  •  Pour ce décret., par Guillemont , le 28 mars 2017 à 14h00

    C’est une bonne chose que ce décret soit reconduit. C’est au gens de terrain d’agir en gestionnaire de la faune et de la flore et de veiller à maintenir l’équilibre fragile de cet éco système qui n’arrive plus à ce maintenir avec une hurbanisation et une agriculture oppressante.

  •  développement durable, par Comte Françoise , le 28 mars 2017 à 13h59

    Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  Avis favorable , par Le templier , le 28 mars 2017 à 13h59

    Je suis favorable à l’application de ce décret.

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétiques de la loi 2016-1087, par Garnier Christian , le 28 mars 2017 à 13h59

    Je suis favorable à l’application de ce décret.

  •  Biodiversité, par BOUFFARD , le 28 mars 2017 à 13h54

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  l’avis des acteurs de la biodiversité est important !, par fernandez jonathan , le 28 mars 2017 à 13h51

    Je suis pour ce décret. Il prend en compte le travail et surtout l’avis des personnes qui s’activent pour préserver et sauvegarder les espèces sensibles et fragiles, comme la perdrix par exemple, qui se fait ravager les nids par les corbeaux et corneilles... Les chasseurs auront plus de pouvoir et c’est un point très positif pour la sauvegarde de notre faune !

  •  Décret cynégétique , le 28 mars 2017 à 13h51

    Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  Loi N° 2016 - 1087 du 8 Août 2016, par GUILLIEN Guy , le 28 mars 2017 à 13h50

    Je suis plutôt favorable avec je projet qui consiste à réguler plutôt qu’à détruire ou massacrer des animaux comme le prédisent certains. C’est aussi les premiers à ce plaindre des lors qu’ils touchés par les dégâts commis chez eux.

  •  projet de décret , par frédéric Notari , le 28 mars 2017 à 13h47

    Je suis d’accord avec ce projet de décret qui traduit l’évolution de droit de chasse que nous souhaitons

    cordialement

  •  D accord avec ce décret, par FAUCANIE ROBERT , le 28 mars 2017 à 13h45

    Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  Nuisibles?, par Mr Moulinier Simon , le 28 mars 2017 à 13h44

    Bonjour,

    Je suis contre ce nouveau projet totalement absurde.
    Il est temps de laisser cette faune sauvage tranquille, ce sont des êtres humains comme nous et ils ont le droit de vivre en leurs foutant la paix. S’il y a bien une espèce qui occasionne de nombreux dégâts souvent irréversible ce sont bien nous, les humains qui les réalisons et cela nous poses pas de problème.Les animaux sauvages ont tous un intérêt dans l’écosystème qui souvent nous protèges comme le le renard par exemple qui détruit un nombre non négligeable de micro-mammifères dans les champs des agriculteurs ( environ 5000 par an). Tous les animaux ont une place bien déterminé dans l’écosystème qui est si fragile, nous sommes tous liés et nous avons tous besoins les uns des autres. Il y a déjà une régulation naturelle de tous ces animaux qui est importante comme la maladie, le réchauffement climatique, le dérangement ou la prédation. De plus aujourd’hui l’habitat de ces animaux sont très souvent détruit, fragmentait par l’urbanisation galopante et les infrastructures des transports. La circulation automobile qui est la cause d’une forte mortalité, fragilise chaque jour leur vie déjà très précaire. D’ailleurs le petit gibier en net diminution, si bien défendu par les chasseurs n’est sûrement pas la cause de Renard mais plutôt d’une fragmentation du paysage toujours aussi grande et d’un habitat devenu rare. Le Renard ne consomme que peu de petit gibier et c’est bien connu sauf pour les rois de la gâchette. Pourquoi alors continuer à les massacrer d’une manière souvent inhumaine et totalement irresponsable (ex : le déterrage, activité complètement dépassé et d’une cruauté sans nom sur des animaux qui sont plus nos amis que nos ennemis). Je ne reviendrai pas sur l’exemple du nombre de campagnols tués par le renard.
    Mais n’est-ce pas là une affaire de chasseurs qui veulent continuer à exercer leur sport favoris et ce toute l’année. Bon nombre de rapport scientifique rarement citez par la chasse d’ailleurs, montre bien que la destruction ne sert à rien. Faut-il revenir sur le cas de la rage en France véritable fiasco, dont heureusement la Suisse avait trouvé une solution bien plus intelligente et douce. La destruction d’animaux est d’un autre âge, il est temps de grandir de mûrir est d’apporter des solutions n’ont pas en pratiquant des techniques inhumaines comme le piégeage ou le déterrage mais des techniques douces. Encore une fois de nombreuses études existent pourquoi ne pas les utiliser. En Allemagne par exemple pour limiter l’échinococcose on utilise des appâts vermifugés et cela marche, le nombre de renard contaminé a nettement diminué sans les tirés ! D’ailleurs cette maladie existe aussi chez les chiens !!
    La nature à ces règles et nous n’avons pas besoin d’intervenir. Nous leur faisons déjà beaucoup de mal.
    Je m’oppose à ce projet délirant, d’une autre époque de destruction des renards, des mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet.
    Choisissez des méthodes plus douces qui existent et stoppons l’influence importante du lobby de la chasse.
    Comme le disait un grand naturaliste "le refus du renard, c’est le refus de la prédation une loi essentielle de la nature.

    Merci

    Simon

  •  Et leur rôle bénéfique?, par Bernard Brézet , le 28 mars 2017 à 13h44

    Remplacer un mot par un autre ne change rien tant que le piégeage reste aussi cruel.

    Il y a un équilibre dans la nature, et le rompre cruellement est barbare. (Je vis à la campagne et ai assisté à des pratiques moyenageuses...)

  •  Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons, par Mus Jérôme , le 28 mars 2017 à 13h42

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  projet de decret relatif à l’application des dispositions cynegétique de la loi n)2016- 1087, par tendeiro jean , le 28 mars 2017 à 13h41

    je suis favorable au projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétiques de la loi 2016-1087

  •  favorable, par gastaud olivier , le 28 mars 2017 à 13h40

    je suis favorable à cette modification qui est une avancée pour la gestion de la faune sauvage.

  •  Pour !!!, par Barreau luc , le 28 mars 2017 à 13h37

    Je suis favorable à la validation de ce décret

  •  Je suis favorable à l’application de ce décret, par Damien C , le 28 mars 2017 à 13h36

    Merci beaucoup

  •  Je suis favorable à l’application de ce décret , le 28 mars 2017 à 13h36

    Merci beaucoup

  •  Bon decret, par Foissac Philippe , le 28 mars 2017 à 13h36

    Laissons aux gens compétents l’initiative...je suis favorable à ce decret.

  •  projet de decret , le 28 mars 2017 à 13h35

    je suis favorable à l’application de ce decret

  •  Projet décret relatif à l’application des dispositions cynégétiques de la loi n° 2016-1087 du 08/08/2016 pour reconquête biodiversité, nature et paysages, par Max ISOARD, président , le 28 mars 2017 à 13h32

    La Fédération départementale des chasseurs des ALpes de Haute-Provence apporte son soutien à ce projet de décret.

  •  projet de décret , par mieulet francis , le 28 mars 2017 à 13h32

    je suis favorable à l’application de ce décret

  •  Que pensent les éleveurs et les agriculteurs qui font appel aux chasseurs pour réguler les espèces classées nuisibles ?, par LEBERGE Xavier , le 28 mars 2017 à 13h31

    Je suis chasseur et favorable à ce Décret.
    Que les personnes qui s’indignent de la pratique ancestrale de la chasse aillent à la rencontre de nos agriculteurs, déjà bien peu considérés dans notre beau pays.
    Ils vous diront, eux qui sont au plus près du terrain et de la faune sauvage, que les chasseurs sont indispensables au maintien de l’équilibre de la faune et pourront évoquer les dégâts occasionnés par les espèces classées nuisibles aux autres animaux, qu’ils soient sauvages ou domestiqués.
    Mesdames et Messieurs qui vous dites "Ecolos", sachez que le plaisir de rencontrer une compagnie de perdrix ou faisans dans nos campagnes, résulte d’un équilibre géré par des chasseurs sans lesquels ces espèces ne pourraient perdurer.

  •  eau et biodiversité, par GOGORA Bruno , le 28 mars 2017 à 13h30

    Je suis favorable à l’application de ce décret.

  •  decret de la loi du 8 aout 2016, par GAUSSERES , le 28 mars 2017 à 13h29

    Je suis favorable a l’application de ce decret

  •  decret , le 28 mars 2017 à 13h26

    Je suis favorable a l’application de ce secret

  •  décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 , par BRÉLIVET , le 28 mars 2017 à 13h26

    je suis favorable à l’application de ce décrêt

  •  Aucune espèce n’est nuisible à la nature sauf l’homme, par Laurent , le 28 mars 2017 à 13h24

    Je suis chasseur et d’accord à 100% avec​ Marion.

    La nature n’a pas besoin de nous pour se réguler. Il n’y a qu’à voir tout le gibier sauvage qu’il y a dans les réserves de chasse ! Et pourtant, le renard, pie, corbeaux.. ou autres espèces classées indésirables ne savent pas lire les panneaux réserves !

    Le seul prédateur nocif pour la faune, c’est l’homme..

    Je ne suis pas contre pour "réguler" un renard qui va s’approcher trop souvent des poulailler..

    Mais arrêtez de nous faire croire que c’est sa faute si le gibier sauvage disparait ! Le renard se nourri en majorité de mulots et de tout le gibier blessé par les chasseurs, il est indispensable de le protéger.

    Et pour les sangliers, c’est bien le chasseur qui se gère sa population.. en protégeant les femelles au maximum sans se préoccuper des dégâts que ses cochons semi domestique occasionne à nos cultures et à nos enfants qui rentrent la nuit de soirée et qui se font percuter par ses cochons qui pullulent.

    Classer des animaux nuisible (appelez ça comme vous voulez) est un faux débat.. Protégeons la flore et la faune de débrouillera sans nous !

  •  je suis pour l’application du projet de decret, par constant , le 28 mars 2017 à 13h22

    je suis pour l’application du projet de decret

  •  Reconquête de la biodiversite, de la nature et des paysages, par Maryse Moussaron , le 28 mars 2017 à 13h19

    XXI° siècle : effondrement de la biodiversité, raréfaction de nos espaces naturels et sauvages, de moins en moins d’oiseaux pour enchanter nos bois et nos prés.
    Et, aujourd’hui, ce projet de décret qui sous couvert de "reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages" ne semble en fait destiné qu’à prolonger la période de destruction de pauvres bêtes que l’on accusera de divers maux, oubliant volontairement les rôles essentiels qu’elles jouent dans la chaîne de la Vie et les services bénéfiques et gratuits qu’elles rendent aux écosystèmes et aux activités humaines.
    Afin que le Ministère de l’ Ecologie ne laisse pour seul souvenir que sa soumission au lobby chasse (seul interlocuteur écouté et entendu, et inspirateur de ce projet),
    afin que ce Ministère ne soit pas uniquement perçu comme un Ministère de la mort (résolution de tout "problème" - renards, loups, bouquetins.. - par la destruction, la violence)
    nous demandons à ce Ministère de remplir sa mission de protection, de respect des écosystèmes et de la vie, sous peine de laisser pour le futur une image lamentable, et nous lui demandons aussi de ne plus considérer la chasse comme seule solution . La chasse, qui tous les ans, massacre quelques millions d’animaux , en torture beaucoup d’autres dans des pratiques moyenâgeuses qui devraient être abolies (déterrage, piégeage, glue....), et la chasse qui tue tous les ans quelques humains aussi (dégâts collatéraux ?)

    Favoriser, cautionner tant de violence, jusqu’à quand ?
    Un peu d’humanisme et de considération pour les animaux, ceux qui les aiment, les protègent, ferait du bien.
    Protéger les quelques beautés qui nous restent, c’est ce que nous attendons d’un vrai Ministère de l’ Ecologie. Merci.

  •  arrêtez le massacre, par Michel DEMANGE , le 28 mars 2017 à 13h15

    Je m’oppose à la destruction des espèces dont il est question dans ce texte, sous prétexte d’une aussi illusoire qu’inefficace volonté de régulation.La terminologie a beau jeu de changer, la réalité de la destruction demeure intangible.

    La prolifération de certaines espèces n’est que l’expression d’un déséquilibre, lui-même reflet d’une très mauvaise gestion de notre espace naturel. Il ne faut en aucun cas céder à la pression du monde cynégétique pour lequel la mort n’est qu’un divertissement.

    Les générations futures porterons un regard sur vos actions ou inactions qui sera un jugement sans appel. Vous serez rattraper par l’histoire. Il s’agit d’êtres vivants doués, au même titre que nous, de sensibilité et dont la souffrance ne peut servir de divertissement. Car la cohabitation avec ses dits nuisibles est possible sans ces moyens infâmes de destruction. La nature sait se réguler seule, l’homme n’a pas à se poser comme le grand ordonnateur.

    Que dire de cette déviance barbare qu’est le piégeage dans lequel terminent également nombre dépèces protégées et domestiques.

    Reprenons sens avec la raison et arrêtons le massacre de ces animaux auxquels on a affublé le titre de nuisibles ou "pouvant occasionner des dégâts" comme en d’autres temps on a pu coller des étoiles jaunes. Un extrême participe de l’autre.

    Je vous en conjure, arrêtez le massacre et collaborez très étroitement avec les scientifiques et les associations de protection de la nature.

  •  Pour !, par Molinie , le 28 mars 2017 à 13h13

    Je suis pour l’application du décret. Les personnes qui s’opposent à ce décret, n’ont aucune idée de la réalité des choses.

  •  favorable au projet, par peuriere , le 28 mars 2017 à 13h12

    je trouve scandaleux de poser ce genre de question , sachant que ne répondent que ceux qui sont contre . Et bien moi je suis totalement pour !
    henry

  •  Équilibre des espèces , par Sembinelli Fréderic , le 28 mars 2017 à 13h12

    Je suis fortement favorable à la gestion de espèce nuisible

  •  Décret dispositions cynégétique, par Eric BRUNEL , le 28 mars 2017 à 13h11

    Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  vote pour le projet, par Armand Michel , le 28 mars 2017 à 13h09

    Je suis favorable à l’application de ce décret.

  •  Projet de décret, Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016, par Leroy , le 28 mars 2017 à 13h08

    Je suis contre ce nouveau projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétiques de la loi n° 2016-1087 "pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages". Cette définition de la loi est absolument insensée et révoltante : est-ce vraiment en éliminant renards, mustélidés, corvidés et autres animaux qui "dérangent" certains que l’on va "reconquérir la biodiversité" ? Question linguistique, le remplacement du qualificatif de "nuisible" par la formulation euphémique "susceptible d’occasionner des dégâts" prête tout autant à rire et ne sert qu’à "noyer le poisson". Mais, finalement, cette formulation met en cause l’application de toutes les mesures proposées par ce texte, par conséquent juridiquement contestable et nul. En effet, un être vivant "susceptible de" faire quelque chose ne signifie en rien qu’il va le faire.
    Par ailleurs, est-il besoin de rappeler que les animaux visés par ce projet, loin d’être "susceptibles d’occasionner des dégâts", contribuent, bien au contraire, à maintenir un équilibre écosystémique en éliminant d’autres animaux (rongeurs, par exemple), mais aussi en prévenant des risques d’épidémie par l’élimination de cadavres, en disséminant des végétaux, etc.
    Enfin, la prolongation de la validité du classement est inadmissible, et là encore on voit bien le recours à un tour de passe-passe puisqu’il est pris pour prétexte une "simplification réglementaire et la synchronisation... avec la Commission européenne".

  •  Favorable a l’application du decret, par Lionel , le 28 mars 2017 à 13h05

    Je suis favorable à l’application de ce décret !!

  •  Avis très favorable, par Meunier Patrick , le 28 mars 2017 à 13h02

    "Je suis favorable à l’application de ce décret"il est temps de laisser la gestion de la nature aux hommes sur le terrain

  •  je suis favorable à l’application de ce decret, par lamouroux , le 28 mars 2017 à 13h00

    Je suis favorable a l’application de ce decret.

  •  Un décret equilibré, par Francis Biscontini , le 28 mars 2017 à 12h59

    Je suis favorable à l’application de ce décret.

  •  Réponse de la SFEPM quant aux propositions de modifications sur la loi 2016-1087 du 08/08/2016 : , par Société Française pour l'Etude et la Protection des Mammifères, Président : Christian ARTHUR , le 28 mars 2017 à 12h58

    Le ministère de l’Environnement soumet à la consultation du public jusqu’au 29 mars un projet de décret sur les « dispositions cynégétiques » de la loi du 8/08/2016 pour la reconquête de la biodiversité.
    Plusieurs points de ce projet nous interpellent quant à la logique de « reconquête de la biodiversité » qu’il soutient.
    Article R.424-23 (nouvel article) : dérogations aux interdictions sur des nids et oeufs sur espèces chassables : en dehors d’études scientifiques (génétiques ou morphométriques, qui peuvent se faire sur les animaux prélevés à la chasse), quelle est la logique d’aller diminuer le nombre de jeunes produits en nature, là où ils seront les plus adaptés (car sélectionnés) pour la « vie sauvage » ? Derrière cette notion se cache la volonté de redonner du « sauvage » chez les oiseaux produits en élevage par récupération de futurs reproducteurs issus de la « nature ». Pour avoir des oiseaux sauvages, il suffit de laisser se développer de belles populations et de les gérer … au lieu de lâcher chaque année plusieurs millions d’oiseaux d’élevage ! qui habituent les prédateurs à venir se servir … et les font considérer comme « nuisibles » !
    La SFEPM est donc opposée à ce nouvel article
    Articles R.421-29 à R.654-13 : la notion « d’espèce susceptible d’occasionner des dégâts » est une notion anthropocentrique qui au plan écologique ne veut rien dire. Toute espèce a un impact sur l’écosystème, et des individus de certaines espèces peuvent, dans certaines conditions, occasionner des pertes économiques ou des dégâts matériels aux productions humaines.
    La SFEPM est opposée à tout classement d’espèce indigène (globalement en tant qu’espèce) comme « susceptible d’occasionner des dégâts). D’une part, cette notion varie selon les conditions locales (y compris selon les modalités de gardiennage ou d’équipements des infrastructures d’activités humaines : cas des poulaillers, des élevages en semi-liberté, des modalités de conduite des troupeaux …), d’autre part il faudrait pouvoir comparer les coûts et bénéfices apportées par les espèces concernées.
    La seule réforme à concevoir est celle d’une évolution du statut de ces espèces qui mettra fin au régime actuel de destruction en lui substituant un dispositif adapté au respect de la diversité biologique, en conformité avec les connaissances actuelles sur la biologie et le rôle positif des espèces dans les écosystèmes et vis-à-vis des activités humaines.
    Le cas est particulièrement net pour les petits mustélidés (belette et hermine, mais aussi putois) et pour le renard. Le bénéfice net de ces espèces (par destruction de rongeurs et d’animaux malades) est largement supérieur aux pertes qu’ils peuvent induire. Le classement se fait aujourd’hui sur la base de déclarations incomplètes, non vérifiables, sans évaluation indépendante de leur réalité (pour renard et petits mustélidés) et dans les cas où des destructions sont autorisées, la quasi-absence de bilans des opérations ne permet pas d’en mesurer l’efficacité (alors que ces procédures sont inscrites dans la loi depuis plus de 20 ans !)
    D’autre part, l’état de conservation d’une espèce doit primer d’abord et avant tout sur son classement (c’est l’esprit de la directive Habitats, annexe V). Il ne semble pas que, par exemple pour le putois, ce fait soit pris en compte ni annoncé.
    La SFEPM est donc opposée à cette nouvelle rédaction. Si, localement, des actions peuvent être envisagées, en cas de dommage avéré et en l’absence d’autres moyens d’y remédier, cette décision doit être prise localement après expertise par les agents de l’environnement. Seuls les cas des espèces non indigènes (rat musqué, vison d’Amérique, chien viverrin, raton laveur …) et du sanglier peuvent être envisagés de façon générique.
    Il est d’autre part urgent de mettre en place un système de vérification indépendant de la réalité des dégâts aux activités économiques et qui ne conduise aux mesures de régulation locales qu’après l’échec de la mise en place de mesures préventives de protection soit l’absence réelle d’autre solution satisfaisante.
    Enfin, la destruction, a minima, d’au moins 2.000 belettes, 3.000 putois, 8.000 martres, 17.000 fouines, 22.000 blaireaux (chassés) et 430.000 renards chaque année en France impose la mise en place d’un système de suivi des populations permettant de réellement évaluer l’état de conservation de ces espèces, évaluation obligatoire dans le cadre du rapportage Natura 2000 pour une partie de ces espèces, et pour laquelle la France ne remplit pas ses obligations.
    Article R.427.6 (modifié) : le passage de trois ans à six ans (avec au passage une prolongation de l’ancien arrêté qui passe de fait de 3 à 4 ans) ne se justifie en aucune manière. La volonté de soi-disant le caler avec la durée du rapportage Natura 2000 peut parfaitement se combiner avec un maintien à 3 ans puisque 2*3 = 6 ans !
    Cette durée de 6 ans ignore la dynamique même des populations des espèces concernées. Ainsi la durée de vie de la Belette est de 3 ans et sa dynamique est intiment liée aux cycles de pullulation des rongeurs et celle du Renard est de 3 à 5 ans…
    La SFEPM est donc fortement opposée à ce changement de régime. Le fait de rester à 3 ans permet parfaitement de caler l’évaluation par rapport aux périodes du rapportage Natura 2000.

    Article R.427-26 (modifié) : le lâcher de tout individu d’une espèce classée susceptible d’occasionner des dégâts doit être interdit dans l’intégralité du département où cette espèce est classée, même si classement ne concerne qu’une partie du département.
    Les cas où des sangliers (laies gestantes) ont été lâchés à proximité de zones où des battues de destruction avaient été organisées sont nombreux et témoignent de l’incohérence d’une telle possibilité. Les préfets cèdent à la pression des fédérations de chasseurs et les CDCFS ne sont pas consultés sur ce point.
    La SFEPM est donc opposée à la modification de cet article et souhaite même la suppression de cet article.

    En résumé, la SFEPM souhaite que, sur ces points et notamment celui des espèces susceptibles d’être classées nuisibles :
    -  L’application et la mise en œuvre effective des textes existants (déclaration des dommages, vérification de ces dommages, vérification des procédures de protection des biens et cultures, interdiction des élevages d’animaux d’espèces susceptibles d’être classées nuisibles – Vison d’Amérique, sanglier…, déclaration des captures par tous les piégeurs) soit réellement exécutée notamment par l’administration ;
    -  Qu’un véritable suivi des populations de ces espèces soit mis en place mobilisant tant les socio-professionnels que les agents de l’Etat ou encore les citoyens au travers des associations de protection de la nature ;
    -  Qu’une vraie évaluation et réflexion sur cette notion d’espèce susceptible d’occasionner les dégâts soit conduite : aucune espèce, indigène ou dont l’expansion naturelle de son aire de répartition la conduit à être présente en France, ne doit être classée nuisible. Seules des situations locales, qu’il convient d’analyser par rapport à l’équilibre population-activités humaines, peuvent conduire une dérogation permettant la destruction d’individus de certaines espèces.

  •  Avis favorable, par AUROUSSEAU Gérard , le 28 mars 2017 à 12h57

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de chasse que nous souhaitons.

  •  Je suis favorable à l’application de ce décret., par Blazy , le 28 mars 2017 à 12h56

    Même si on change l’appellation un nuisible reste un nuisible dans certains cas. La régulation reste un mal nécessaire, qui peut être un bien si elle est faite à bon escient.

  •  Contre l’acharnement dont est victime la faune sauvage, par Testart Etienne , le 28 mars 2017 à 12h56

    Si vous remplacez le terme de "nuisible" pour qualifié une partie de la faune sauvage, vos intentions néfastes restent inchangées.
    Il est urgent, à l’heure où les questions environnemental sont une priorités, d’enfin reconnaitre le rôle de tout les animaux sauvages dans l’équilibre de la biodiversité et d’éviter de détériorer des milieux qui nous sont si favorables.
    Aussi, toute intervention violente contre les espèces tels que les pièges tuants et mutilants doivent être tout simplement interdit, car ils sont en total décalage avec les progrès moraux de la société sans compter que ces derniers ne sont pas sélectif et peuvent tuer des espèces protégés.
    Nous avons pour devoir de toujours chercher des solutions non létal qui nous sont régulièrement donnés par les scientifiques et qui ont en plus l’avantage d’être des solutions durable.
    Nous ne pouvons plus nous détourner du progrès en terme de biodiversité.

  •  projet, par Mr Bataille eric , le 28 mars 2017 à 12h54

    Je suis favorable à ce projet et décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  PROJET DE DECRET RELATIF A LA LOI DU 8 AOUT 2O16, par DETAMMAECKER , le 28 mars 2017 à 12h54

    JE SUIS D’ACCORD POUR LA SUPPRESSION DU MOT ’’NUISIBLE’’MAIS JE M’OPPOSE AU CLASSEMENT POUR 6 ANS AU LIEU DE 3.
    JE M’OPPOSE AUX PIEGES ET METHODES CRUELLES,DETERRAGES..
    JE DEMANDE QUE SOIT RECONNU LE ROLE DE CES ANIMAUX DANS L’ECOSYSTEME (limitation des rongeurs, suppression des animaux morts
    ou malades....)
    QUE TOUT PROCEDE NON LETAL SOIT RECHERCHE AVANT TOUT.

    SINCERES SALUTATIONS
    REGIS

  •  Réponse au projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétiques dela loi n°2016-1087 du 08 août 2016 , par FRAYSSINET Catherine , le 28 mars 2017 à 12h53

    Je m’oppose à ce projet qui dans le paragraphe 4 remplace le mot " nuisibles" par "susceptibles d’occasionner des dégâts" mais qui ne modifie en rien l’acharnement dont sont victimes de façon INJUSTIFIEE les renards, les petits carnivores comme la fouine et la martre, les oiseaux : pies, corbeaux freux, étourneaux.
    Or, vous n’êtes pas sans savoir que ces animaux sont utiles pour l’écosystème et les activités humaines aussi
    Je demande donc une modification totale du régime appliqué à ces animaux en tenant compte de leur rôle bénéfiques, et en interdisant les modes de destruction cruels qui sont employés (déterrage, pièges tuant et mutilants...)à seule fin de satisfaire le sadisme de certains.
    Il y a des solutions non létales. il faudrait s’y pencher.
    Merci de m’avoir lue.

  •  Avis favorable, par roux , le 28 mars 2017 à 12h52

    Je suis favorable à l’application de ce décret.

  •  décret loi du 8 août 2013, par poignot michel , le 28 mars 2017 à 12h51

    je suis favorable à l’application de ce décret.

  •  JE SUIS FAVORABLE, par COLLIN , le 28 mars 2017 à 12h51

    JE SUIS FAFORABLE

  •  Pour ce décret , par NounoursChasse , le 28 mars 2017 à 12h50

    Favorable à l application du dit décret
    laissons aux personnes responsable le soin de bien faire les choses, et ne pas laisser toutes ces Assos écolos dictée leurs visions bien à eux de gestion de la nature...

  •  decret, par jauvert , le 28 mars 2017 à 12h48

    je suis favorable a l’application de ce decret

  •  pour ce projet qui est trés bien pensé, par devine sébastien , le 28 mars 2017 à 12h47

    je suis favorable a ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  application des dispositions cynégétique, par POURTY , le 28 mars 2017 à 12h46

    Je suis favorable à l’application de ce décret"

  •  Je suis favorable a l’application de ce decret, par j.francois , le 28 mars 2017 à 12h44

    pourquoi faire un commentaire a des personnes bornés??

  •  Je suis favorable au décret , par Cloup , le 28 mars 2017 à 12h43

    Bonjour, en tant qu’amoureux de la faune, de la flore ce décret va dans le sens d’une bonne gestion. Je suis donc favorable à ce décret.

  •  Oui, je suis favorable à l’application de ce décret, par Jacques Fachinetti , le 28 mars 2017 à 12h41

    La prolifération de certaines espèces sur un territoire se fait le plus souvent au détriment des autres.
    Il est nécessaire d’adapter la réglementation pour en limiter les effets néfastes sur la faune dans sa diversité.
    Et aussi, je souhaite qu’afin de crédibiliser leurs interventions, les associations anti chasse prennent part, au même titre que les chasseurs, aux indemnisations liées aux dégâts perpétrés par les gibiers concernés.

  •  1944, par marcel cabrera , le 28 mars 2017 à 12h41

    je suis favorable a l’applicaion de ce décret

  •  POUR, par DUBON PHILIPPE , le 28 mars 2017 à 12h41

    Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par FOURNIER Jean Claude , le 28 mars 2017 à 12h39

    Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  NON, par Roland CHARLOU , le 28 mars 2017 à 12h36

    Ce texte ne fait que de la "déco" sans changer le fond.

    Il n’y a pas plus d’animaux nuisibles ou autre appellation qu’il n’y a de "mauvaises herbes".

  •  favorable, par gastal sylvere , le 28 mars 2017 à 12h35

    Je suis favorable à l’application de ce décret
    nous n avons pas besoin des villageois pour nous expliquer que faire dans nos campagne occupez vous de votre béton et pollution ;
    Laisser les ruraux s occupé de chez eux et de la gestion de la faune et de la flore a chaque fois que l inverse se produit on a des catastrophes ecologique ireversible
    QUE CHAQUN S OCCUPE DE SON HABITAT ET NON CELUIS DU VOISIN

  •  Favorable au Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par Hugues LEVADE , le 28 mars 2017 à 12h35

    Bonjour, je suis favorable à l’application de ce décret.

  •  Décret , par Clemente , le 28 mars 2017 à 12h33

    Je suis favorable à l application de ce décret

  •  je suis favorable a ce decret, par gerard , le 28 mars 2017 à 12h33

    seul les hommes de terrain ayant la pratique et la connaissance du milieu faunistique sont capables de gerer efficacement ce probleme.de plus qu’ils en supportent entierement la charge financiere,en rendant service aux agriculteurs.

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages,, par L Lacheze , le 28 mars 2017 à 12h33

    Oui je sui favorable à l’application de ce décret.

  •  je suis favorable a l application de ce decret, par ROCCA michel , le 28 mars 2017 à 12h33

    plus de chasseurs plus de nature et plus de faune

  •  dispositions cynegetiques, par benattar , le 28 mars 2017 à 12h32

    favorable a l’application de ce décret

  •  décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par Garreau , le 28 mars 2017 à 12h32

    Si elle apparaît progressiste, cette modification de terminologie n’en reste pas moins symbolique puisqu’elle ne remet pas du tout en cause le régime de destruction des "futurs ex-nuisibles" !
    Bien au contraire, sous prétexte de supprimer de la réglementation l’expression "espèce nuisible", ce projet de décret maintient et même renforce un régime juridique hérité du XIXème siècle et entièrement conçu dans une logique de destruction. Surprenant pour une loi dite de « reconquête de la biodiversité » direz-vous ? Mais c’est sans compter sur l’influence des milieux agricoles et cynégétiques sur les pouvoirs publics.
    Il est urgent de mettre en place un système de vérification indépendant qui évalue d’une part la réalité des dégâts sur les activités économiques et qui, d’autre part, instaure des mesures de régulation dès lors qu’il y a échec avéré des mesures préventives de protection

  •  Avis favorable au décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages , le 28 mars 2017 à 12h30

    Je suis favorable à l’application de ce décret.

  •  il n’y a pas de nuisibles dans la nature, par Gaud CHAUVIN , le 28 mars 2017 à 12h30

    Ce projet de décret pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages est un non sens écologique total : encore une fois il n’y a pas de "nuisibles" dans la nature, toutes ces espèces ont leur place dans la chaîne du vivant et sont pour la plupart, comme le renard, très bénéfiques à l’agriculture.

    Par ailleurs le changement sémantique ne change rien au régime destructeur de ces espèces.

    Il apparaît au contraire que ce sera l’occasion de prolonger jusqu’à 6 ans l’autorisation de les tuer alors que normalement ces massacres étaient remis en cause tous les ans

    Je demande une modification radicale du régime qui leur est actuellement applicable :

    - pas de destructions massives par des méthodes d’une cruauté sans nom ( pièges mutilants, tuants, déterrages ) tout cela exclusivement pour complaire au lobby chasse

    - si nécessaire appliquer des méthodes alternatives non létales

    J’ajoute que ces listes noires sont fournies exclusivement par les chasseurs/piégeurs sans aucune vérification par des organismes indépendants

  •  Décret loi 2016-1087, par Coz eric , le 28 mars 2017 à 12h28

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Je suis favorable à l’application de ce décret , le 28 mars 2017 à 12h28

    Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  Projet de décret relatif moi 2016-1087, par Bolufer , le 28 mars 2017 à 12h27

    Je suis favorable à ce texte
    etant acteur puisque President d acca ce texte va dans dans le sens positif

  •  FAVORABLE au décret, par Mercier Raymond , le 28 mars 2017 à 12h24

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Chacun son domaine, par J. Bonhomme , le 28 mars 2017 à 12h23

    Qu’adviendra-t-il quand vous aurez des renards avec la gale qui contamineront vos animaux domestiques , que ferez -vous quand votre jardin aura été bouleversé par des sangliers qui sont à vos portes ? soyons raisonnables et comprenons qu’il n’y a plus de place pour tous les prédateurs , ici la chasse n’est pas en cause , mais si l’on ne confie pas aux chasseurs le rôle de régulateur , qui va le faire ? Les opposants n’ont pas le droit de posséder une arme ! Confions ce rôle délicat à ceux qui vivent dans la nature très souvent , qui la connaissent et non à un citadin qui malgré sa bonne volonté n’est pas apte à juger de la nécessité d’une sélection .
    Soyons sages . Je suis un vieux chasseur qui aime la nature et la respecte(74 permis cette année) .

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par claude mathieu , le 28 mars 2017 à 12h23

    Je suis favorable à l’application de ce décret".

  •  Disposition chasse , le 28 mars 2017 à 12h23

    Je suis favorable à l’application de ce décret".

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par DANIEL , le 28 mars 2017 à 12h23

    Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  Très favorable, par Mercier mireille , le 28 mars 2017 à 12h22

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Je suis favorable à l’application de ce décret, par COMTE , le 28 mars 2017 à 12h20

    Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  Votre projet de décret ne défend pas la nature et l’intéret général , par Benoit , le 28 mars 2017 à 12h20

    Bonjour
    voici ce que je pense de votre projet :
    tout d’abord et comme d’habitude c’est
    Une modification purement sémantique

    Grâce à ce projet, les espèces ne seront plus « nuisibles » mais « susceptibles d’occasionner des dégâts »…
    cette modification sémantique ne change rien au régime destructeur qui leur est applicable : tir en dehors de la période de chasse, déterrage des renards ou encore piégeage non sélectif et mutilant restent possibles toute l’année !

    Des espèces autochtones détruites plus longtemps

    Pire encore. Une fois considérés comme « susceptibles d’occasionner des dégâts », renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes, étourneaux sansonnets et geais des chênes pourront être détruits pendant… 6 ans !

    Avant 2012, ces listes noires étaient revues chaque année ; en 2012, leur révision intervenait tous les 3 ans, ce qui était déjà catastrophique. Avec ce projet, ces espèces auront une chance mince de voir leur statut modifié tous les 6 ans, ce qui ne correspond à aucune réalité scientifique. Où s’arrêtera le ministère ? :moi je sais : nulle part sans bénédiction des lobbies de la chasse, des intérêts privés et de la FNSEA

    Ceci est d’autant plus intolérable que ces listes noires sont fondées sur des éléments partiaux fournis par les fédérations de chasseurs et les piégeurs, sans aucune vérification possible par un organisme indépendant.

    De plus, le rôle de chaque espèce dans les écosystèmes, ainsi que les services écologiques gratuits qu’elles rendent aux activités humaines (dissémination des végétaux, régulation naturelle des rongeurs, prévention des épidémies par l’élimination des cadavres,…) sont officiellement écartés lors de l’établissement de ces listes.

    Donc il est nécessaire pour défendre la nature et sa biodiversité de s’opposer à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :
    •la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    •l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    •l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    •la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    •la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

    voilà tout le mal ou le bien que je pense de votre projet de décret
    avec mes naturelles salutations,
    Jean-Christophe BENOIT
    35700 Rennes

  •  Favorable, par Brun Joël , le 28 mars 2017 à 12h20

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Cela ne change rien, par Antoine Weyd , le 28 mars 2017 à 12h17

    Les dispositions de ce texte ne changent rien au sort de ces animaux sauvages que l’on appelait nuisibles et qui deviennent donc "susceptibles d’occasionner des dégâts", si ce n’est que leur statut devient révisable tous les 6 ans. Donc c’est pire. On continue de prendre en compte les grands équilibres écologiques de manière incomplète et partiale, en fonction des intérêts et des pressions du moment, sans que les destructions de ces espèces qui ont leur place dans les cycles naturels puissent s’appuyer sur la moindre justification scientifique.

  •  décret, par chalançon--lorenzetti , le 28 mars 2017 à 12h17

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Avis favorable , le 28 mars 2017 à 12h14

    Je suis favorable à l’application de ce décret.

  •  PROJET DE DECRET RELATIF A L’APPLICATION DES DISPOSITIONS CYNEGETIQUES, par Hubert COLINET , le 28 mars 2017 à 12h13

    La priorité est l’homme et non le contraire, je suis contre ce projet qui contribue en rien à l’amélioration et à la contribution de l’homme à la nature, sinon de pénaliser les hommes qui en sont proches au profit d’idéologues qui ne représentent quantitativement et qualitativement rien. Il est grand temps que ces textes d’un autre temps disparaissent. Laissons l’initiative à ceux qui vivent pour et par la nature et non à son profit.
    Pourquoi déstructurer ce qui fonctionne sinon dans le seul but de le détruire.

  •  Un bénéfice pour tous, par mormanne jacky , le 28 mars 2017 à 12h11

    Souvent,les Antis droit-régulation sont ceux qui ne sont pas du monde rural et qui sans connaissances de la nature expriment leur avis sur la faune sauvage.Evidemment toutes les espèces ont le droit exister mais La régulation est obligatoire (renards,sangliers ext..)car outre les maladies,la sur population de certaines espèces aboutirait,sans chasseurs,a créer des chasseurs fonctionnaires qui à l’inverse des chasseurs ruraux couterait trés cher à la société .Peut être devrons nous aller sur Mars à fin de laisser la terre au monde animal et là,
    la régulation se fera.

  •  oui à la simplification des régles, réclamée par tous, par Tionny Mouchel , le 28 mars 2017 à 12h11

    Je suis favorable à l’application de ce décret.
    Pour avoir constaté nombre des dégâts occasionnés par certaines espèces, oui une régulation s’impose, n’en déplaise aux bien pensant qui parlent d’une "nature" que leurs villas et leurs centres commerciaux ainsi que les autoroutes et autres ont modifiés.
    Laissez les gens en contact avec la faune et la flore gérer la régulation des "animaux susceptibles de causer des dégâts"..
    Notre joie c’est justement de pouvoir voir beaucoup d’animaux de toutes espèces, et oui nous aussi nous aimons la nature.

  •  Je suis favorable à l application de ce decret, par Brault emmanuel , le 28 mars 2017 à 12h10

    Favorable à l application du decret dans sa totalité.

  •  Association, par Le sanglier de St Hubert à Bollene , le 28 mars 2017 à 12h10

    Favorable au texte ci-dessus :
    Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages.

  •  decret, par ourliac gerard , le 28 mars 2017 à 12h09

    Je suis favorable a l application de ce decret.o

  •  projet de décret, par carriere pierre , le 28 mars 2017 à 12h08

    je suis favorable au décrêt

  •  Vive la chasse vive la biodiversité , le 28 mars 2017 à 12h07

    Je suis favorable a ce decret qui permet une vrai gestion des especes et des espaces !!!

  •  Projet en cours, par Boudet , le 28 mars 2017 à 12h07

    Je suis contre ce projet qui prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, etc

    Tous ces animaux ont un rôle défini au sein de la nature. Ils participent à un équilibre. Or celui-ci est bien mis en péril par l’homme depuis des années.

    Il est triste à notre époque de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants. Des solutions alternatives non létales peuvent être trouvées.

    Il serait également temps de ne plus être au service des lobbys de la chasse.

  •  Monsieurr, par Dalmas Claude , le 28 mars 2017 à 12h06

    Je suis favorable au texte ci-dessus :
    Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages

  •  OUI AVIS FAVORABLE AU DECRET par ETAIX Daniel le 28 mars 2017, par ETAIX Daniel , le 28 mars 2017 à 12h05

    il est temps de laisser la gestion de la nature aux hommes de terrains qui la façonne et la diversifie parce que oui que cela déplaise aux (protecteurs)il y a des animaux pouvant occasionner des dégâts dans nos belles campagnes.

  •  eau et biodiversité, par briois , le 28 mars 2017 à 12h05

    je suis favorable à l’application de ce décret

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par HUBERT Claude , le 28 mars 2017 à 12h05

    Je suis du même avis que les membres du CNCFS et donc avis favorable à ce projet de décret.

  •  avis, par Virchenaud , le 28 mars 2017 à 12h05

    Je suis favorable à ce projet de décret.

  •  Ce décret doit être appliqué., par Philippe , le 28 mars 2017 à 12h03

    Je suis favorable à l’application de ce décret.

  •  favorable au projet, par Rancelli Michel , le 28 mars 2017 à 12h02

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  amélioration de la situation des animaux mal aimés, par MARION , le 28 mars 2017 à 12h02

    Dans le contexte de la destruction de l’habitat de certains animaux, et le recours à des méthodes mutilantes, pourrons nous trouver des solutions alternatives non létales?

    Ces animaux ont depuis toujours eu un rôle bénéfique dans les écosystèmes et jouent un rôle important et des services écologiques à l’homme.
    (dissémination des végétaux, régulation naturelle des rongeurs, prévention des épidémies par l’élimination des cadavres,…)

  •  je suis favorable à ce décret, par vassal , le 28 mars 2017 à 12h01

    sans les chasseurs et piégeurs nous allons vers un envahissement de nos campagne par des espèces nuisible à nos cultures et élevages

  •  Reconquête de la bio diversité, par Gautier michel , le 28 mars 2017 à 12h01

    je suis favorable à l’application de ce décret.

  •  CESSONS DE NOUS CONSIDERER COMME LES MAITRES ABSOLUS DE LA NATURE, par BRUNEL Françoise , le 28 mars 2017 à 12h01

    Je m’oppose à ce projet de décret . L’action de l’homme sur l’équilibre naturel par l’artificialisation toujours exponentielle des terres et sa gestion des conséquences de cet accaparement de l’espace naturel par des modes indignes de notre espèce, au service de lobbies puissants égocentrés, accélère les dysfonctionnements des écosystèmes qui deviennent de plus en plus fragiles et seront, à terme, incapables de nourrir les hommes, de les soigner, de les abriter.
    Ce décret allonge la période de destruction des renards, corbeaux et autres étourneaux sansonnets. Je souhaite que le projet prévoit la fin des traitements que nous leur réservons en prenant en compte leur rôle dans les écosystèmes, en interdisant de recourir à des modes de destruction cruels ou de tuer des espèces prédatrices indispensables à l’équilibre des écosystèmes.
    Je souhaite que le décret impose la mise en œuvre systématique de solutions alternatives préalables à la destruction des espèces, je demande la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

    F. BRUNEL

  •  titi, par thierry , le 28 mars 2017 à 12h00

    etant un homme de terrain,je suis pour ce projet de decret car l’equilibre des especes ne peut pas se faire sans l’intervention de l’homme

  •  oui, par Théron Thierry , le 28 mars 2017 à 12h00

    « Je suis favorable à l’application de ce décret »

  •  Avis favorable, par lehagre sébastien , le 28 mars 2017 à 12h00

    Avis Favorable. tout le monde ayant été consulté au préalable.

  •  reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par Mercier Claude , le 28 mars 2017 à 12h00

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Décret Chasse, par PALAYER Louis , le 28 mars 2017 à 11h57

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Nuisible ou autre, un artifice de dénomination qui ne trompe pas, par Alain Maire , le 28 mars 2017 à 11h57

    Dans le projet de décret de modification de l’article 5 (chapitre IX) de la Loi, dite Biodiversité, n° 2016-1087 du 8 août 2016, vous envisagez une modification sémantique du statut des espèces animales sauvages.

    Celles-ci ne seront plus « nuisibles » mais « susceptibles d’occasionner des dégâts ».

    Cette modification dénominative est purement un artifice qui ne change rien aux régimes cruels et ignobles de destruction dont est victime notre faune sauvage : tirs hors période de chasse, déterrage des renards, des blaireaux ou encore piégeage non sélectif et mutilant. Toutes ces pratiques moyenâgeuses restent autorisées toute l’année, sans aucun contrôles, ni études des impacts sur ces espèces et sur celles qui en dépendent.

    Plus grave encore, ces espèces « susceptibles d’occasionner des dégâts » telles que renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes, étourneaux sansonnets et geais des chênes pourront être détruits pendant 6 ans sans possibilité de révision de l’évolution de leurs effectifs !

    Ceci est d’autant plus intolérable, pour la France qui a porté la COP21, que ces listes de destruction sont fournies par les fédérations de chasseurs et les piégeurs uniquement préoccupées de sauvegarder leurs loisirs morbides, sans aucune vérification possible par un organisme indépendant.

    Je suis un néo-rural et j’observe chaque jour, attristé et révolté, les agressions toujours plus évidentes faites à notre biodiversité : de moins en moins de mammifères, raréfaction alarmantes des oiseaux, disparition du biotope de nos cours d’eaux.

    Et cela, uniquement pour satisfaire aux demandes des lobbies agricoles et cynégétiques.

    Pour moi, il n’y a pas d’espèce nuisible. Chacune a son rôle essentiel dans le fonctionnement du grand cycle de la Nature.

    Je suis donc opposé à ce projet cosmétique qui ne vise qu’à augmenter encore les possibilités de destruction de cette faune sauvage indispensable à notre biodiversité.

    PS : Ma mère, 95 ans, me disait, alors que nous évoquions ce sujet, que, même, si elle ne sera probablement pas témoin de cette catastrophe, elle était angoissée du monde que nous laissons à nos petits-enfants.

  •  Projet, par Jourdainne , le 28 mars 2017 à 11h57

    Je suis favorable a l’applicaation de ce decret

  •  projet décret chasse, par Rancelli Sylvie , le 28 mars 2017 à 11h57

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Avis favorable, par Ludovic , le 28 mars 2017 à 11h56

    Je suis favorable à l’application de ce décret.

  •  Consultation, par SECHERESSE , le 28 mars 2017 à 11h56

    Je suis favorable à l’application de ce décret

  •  Décret, par herve , le 28 mars 2017 à 11h53

    Bonjour

    je suis totalement favorable à ce projet de décret qui traduit totalement les évolutions de la chasse.

  •  Pour l’application de ce décret , par Stave , le 28 mars 2017 à 11h52

    Je suis favorable à l’application de ce décret
    En effet, de nombreux spécialistes, techniciens, ingénieurs,... travaillent tous les jours sur le terrain pour gérer cette biodiversité.

  •  favorable, par chalançon , le 28 mars 2017 à 11h51

    bonjour
    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  IL faut quand même être logique, par ZAZA , le 28 mars 2017 à 11h44

    Bonjour ,je suis complètement favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de chasse que nous souhaitons .
    Nous savons gérer la faune , nous ne sommes pas des abrutis comme vous voulez le faire croire .
    Soyez logique si nous tuons tous les animaux , à la chasse nous n’aurons plus rien à chasser . La chasse fait partie de notre patrimoine de notre passion.
    Quand vous pensez que la faune c’est la laisser se reproduire à tout va ,non vous avez tout faux .
    La faune ce n’est pas le monde des bisounours . Si rien n’est réguler les plus forts prendrons le dessus sur les autres , donc plus de lapins , plus de faisans , perdreaux , lièvres et j’en passe .
    Donc soyez logiques ce n’est pas le monde que vous croyez .
    Vous avez un avis et je le respecte MAIS ............
    Ce qui est bizarre c’est que lorsque vous allez habiter en campagne , vous etes les premiers à pleurnicher , car les sangliers ont détruit votre gazon , ont saccagé votre parterre de fleurs , les chevreuils ont rongé les écorces de vos arbres et vous vous permettez de demander des indemnisations ,et les paysans qui les subissent....... , vous me direz ce ne sont que des récoltes bien sur , pommes de terre , carottes , raisins , courges et plus .. bof pas grave ce n’est que leur revenu , leur salaire ,
    Mais cela ne vous touche pas , comme vous n’etes pas de ce milieu , difficile pour vous de le comprendre .ceux qui sont capables de gérer ce sont les chasseurs eux même que cela vous convienne ou pas . Sans rancune , nous sommes tous différents et tant mieux , prenez le temps de venir avec nous et vous comprendrez que nous ne sommes pas des sauvages ou des retarder

  •  Favorable au décret, par Simionato Henri , le 28 mars 2017 à 11h43

    Ce décret me parait très lucide et s’inscrit tout à fait dan l’esprit de préservation et d’équilibre de l’environnement.
    Donc je suis favorable

  •  Pour ce décret, par Lolo84 , le 28 mars 2017 à 11h38

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de chasse que nous souhaitons.
    Vive la chasse, vive la pêche, vive la nature, vive les traditions !

  •  L’être humain est un nuisible, par SCALAS , le 28 mars 2017 à 11h37

    Je m’oppose à ce projet qui double la durée de révision des listes noires : autorisant la mise à mort d’animaux pendant 6 ans avant que ce soit rediscuté !!
    Il est grand temps de cesser de répondre présents au lobby de la chasse et de reconnaître le rôle de ces animaux dans les écosystèmes. En 2017, nous devrions être suffisamment "évolués" pour trouver des solutions alternatives qui n’impliquent pas de se positionner derrière un fusil !

  •  Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par Derosaire , le 28 mars 2017 à 11h34

    Messieurs,

    Dans le cadre de la consultation publique sur le Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique, je souhaiterais que soit pris en compte le role régulateur et bénéfique pour les ecosystèmes de certaines espèces dites pourtant nuisibles. En effet, ces espèces, tels les renards jouent un role de régulateur face à la proliferation des rongeurs et sont utiles à l’agriculture. Ce rôle est souvent oublié. Il serait également opportun de prohiber certaines modes de destructions cruelles : tels les déterrages barbares et le piégeage. Il est paradoxal de reconnaître à l’animal domestique une sensibilité et des droits et d’en exclure les animaux sauvages.

    Par ailleurs, il existe des méthodes d’effarouchement et de protection qui peuvent être utilisées au lieu et place de méthodes radicales de destruction. J’aimerais vraiment qu’une politique plus environnementale et moins destructive soit mise en place.

    Avec mes salutations respectueuses

  •  Pour ce décret, par Lolo , le 28 mars 2017 à 11h33

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de chasse que nous souhaitons !
    Vive la chasse, la pêche, la nature et les traditions !

  •  PROJET DECRET CHASSE, par DUSSURGET JULIEN , le 28 mars 2017 à 11h32

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Respecter la faune dite sauvage., par LE CORRE , le 28 mars 2017 à 11h32

    Bonjour,
    Les Sangliers occasionnent des dégâts plus important que le blaireau??? Toutes les espèces d’animaux sauvage comprenne le gibier.

  •  PROJET DE DECRET CHASSE, par DUSSURGET PATRICK , le 28 mars 2017 à 11h30

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Quelle est l’espèce nuisible par excellence?, par Isabelle Joassin , le 28 mars 2017 à 11h29

    L’espèce nuisible et malfaisante par excellence, non pas susceptible d’occasionner des dégâts mais avérée responsable et coupable des dégâts massifs et irréversibles déjà occasionnés tels que la destruction aveugle et irraisonnée de milliers d’espèces vivantes, la destruction d’équilibres ancestraux dans la bio-diversité et la chaîne du vivant,etc.,
    c’est nous,c’est l’Homme avide, égocentré et tueur !!

    Arrêtons d’intervenir sans intelligence dans l’équilibre naturel général et de nous autoproclamer illégitimement seigneurs et gestionnaires absolus des autres formes de vie.

    Tout cela obéit à des enjeux spécistes, égoïstes, à court terme et essentiellement économiques et/ou politiques. Dans la parfaite ignorance et le mépris total du respect dû aux autres espèces indispensables à la planète et à notre propre bien-être.

    La lutte contre les espèces nuisibles est simple et ciblée.
    Luttons contre nos propres instincts de domination et nos pratiques éhontée d’exploitation et de surexploitation de la faune et de la flore.

  •  Décret de Loi 2016 -1087, par Benoît COMBES , le 28 mars 2017 à 11h28

    Bonjour je suis favorable à ce décret.

    Il faut arrêter d’écouter les élucubrations des plaignants qui passent plus de temps sur leur ordinateur que dans la nature et qui n’ont une idée de ce qu’est la biodiversité que par ce qu’ils trouvent sur internet sur des sites partisans et peu objectifs.

    Tous ces gens bien pensants sont les pires ennemis des animaux qu’ils croient défendre par leurs idéologies invraisemblables et non par leurs connaissance objective de la nature.

  •  favorable, par thomas , le 28 mars 2017 à 11h23

    Je suis favorable à ce projet de décret.

  •  DISCUSSION SUR PROJET DE DECRET SUR LA LOI 2016_1087, par tesson didier , le 28 mars 2017 à 11h22

    Il serait nécessaire pour tous ces animaux de prendre en compte non seulement les degats causes mais aussi tous les bénéfices qu’ils peuvent engendrer dans l’ensemble des écosystémes, et d’essayer de trouver d’autres alternatives que la mort et dans ce dernier cas qu’elle soit réalisée de manière digne et non cruelle evitant par exemple les méthodes de déterrage ou de piéges

  •  Très favorable à ce projet de décret, par AVELINE Stéphane , le 28 mars 2017 à 11h22

    La dictature de minorités agissant au nom d’une idéologie sans se soucier de l’intérêt général devient insupportable. La biodiversité et la "campagne" ne seraient pas ce qu’elles sont sans les chasseurs.

  •  une evolution necessaire, par sinard , le 28 mars 2017 à 11h18

    je suis favorable a ce projet de décret qui traduit les évolutions nécessaires du droit de chasse.

  •  Projet de décrêt de la loi 2016-1087 du 8 août 2016, par Frédéric BLAHA Garde-chasse Entraigues sur la Sorgue , le 28 mars 2017 à 11h11

    Je suis favorable à ce projet de décrêt qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Totalement pour la limitation des espèces nuisibles, par ETIENNE Serge , le 28 mars 2017 à 11h08

    La disparition du petit gibier dans les secteurs non piégés prouvent que les espèces classés nuisibles sont des prédateurs plus que redoutables.
    Quand les renards dévastent les poulaillers, retournent les poubelles au coeur de nos villages ça devient insupportable.
    Les non-chasseurs écolos pour la plupart citadins ne connaissent pas tous ces problèmes causés par les nuisibles ;

  •  Le corbeau et le renard, par AUGUSTIN , le 28 mars 2017 à 11h05

    Le renard et le corbeau sont sur la liste des espèces sauvages susceptibles d’occasionner des dégâts mais détruits, le plus souvent, avant cette susceptibilité. Pour moi, une meilleure reconnaissance de leurs rôles bénéfiques dans les écosystèmes est une nécessité. Cependant, en cas de nuisances graves et faute d’autres solutions, des destructions peuvent s’imposer mais en évitant tout acte cruel : pièges tuants ou mutilants, déterrage.

  •  Pour l’application du décret, par tob , le 28 mars 2017 à 10h59

    Les règles administratives sont bien entendus nécessaire pour réguler une nature qui dans un environnement semi-maitrisé ne peut le faire seul.

  •  pour ce projet de décret qui permet une régulation soupape sociale à la destruction sauvage, par piel , le 28 mars 2017 à 10h57

    je suis pour ce projet de décret qui permet d’assurer une base juste de la régulation des espèces qui localement peuvent porter atteintes aux biens et aux activités humaines.

  •  loi 2016.1087 du 08.08.2016, par boyer jean michel , le 28 mars 2017 à 10h57

    Je suis favorable à ce projet qui traduit les évolutions du droit de chasse que nous souhaitons

  •  commentaire, par luc , le 28 mars 2017 à 10h54

    je suis favorable a ce decret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  proposition de modification du projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par FAGE , le 28 mars 2017 à 10h54

    Je souhaite que soit pris en compte le rôle de ces animaux « susceptibles d’occasionner des dégâts » dans les écosystèmes.

    Je souhaite que des solutions alternatives non létales soient étudiées préalablement à la destruction des espèces et privilégiées systématiquement et par conséquent je demande également l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby des chasseurs.

    Je demande l’interdiction de tout mode de destruction constitutif d’acte de cruauté (occasionnant des mutilations ou souffrances inutiles), ainsi que les pièges tuant et le déterrage notamment.

    Enfin, je demande la diminution de la zone de piégeage autorisé et m’oppose à la prolongation de la période de destruction des renards, mustélidés, cordivés et étourneaux sansonnets.

  •  Prise en compte des services écosystémiques + Réglementation sur les modes de destruction, par Gwénaël L'HARHANT , le 28 mars 2017 à 10h53

    Bonjour,

    Selon moi, ce projet de décret ne prend pas en compte l’importance des services écosystémiques rendu par nombre de ces espèces. Ce sont les activités humaines qui modifie de manière importante l’environnement et crées des conditions favorables à l’augmentation du nombre de certaines espèces. Pour d’autres espèces, les prélèvements ou dégâts créés par ces dernières sont minimes en comparaison avec les services qu’elles rendent.
    D’autre part, les méthodes de destruction de ces espèces tel que le déterrage ou les pièges mutilants d’une manière générale devrait être interdits.
    Bonne journée
    Bien cordialement
    Gwénaël L’HARHANT

  •  soutenir le projet, par mazzon , le 28 mars 2017 à 10h51

    je suis favorable à ce projet qui traduit les évolutions que nous souhaitons !

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 , par DITTA Myriam , le 28 mars 2017 à 10h51

    je tiens à vous faire part de ma ferme opposition à l’acharnement injustifié dont sont actuellement et depuis trop longtemps victimes renards, fouines, martres, corbeaux freux, pies bavardes ou encore étourneaux.

    C’est pourquoi j’estime urgent qu’une modification radicale du régime qui leur est applicable, intervienne, et en particulier :

    - que soit reconnu le rôle bénéfique des espèces citées dans les écosystèmes et pour les activités humaines,
    - que le recours à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants, soit aboli,
    - que soient mises en œuvre des solutions alternatives non létales, à l’encontre de ces espèces.
    J’espère vivement que les pratiques privilégiées jusqu’ici , soient définitivement abandonnées au profit de mesures dignes d’un Etat prétendant protéger la biodiversité et qui s’est doté pour cela d’une Agence censée appliquer cet engagement.

  •  pétition, par LANDRIN guy , le 28 mars 2017 à 10h48

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  OUI au projet, par Duchêne , le 28 mars 2017 à 10h46

    Je suis favorable à ce projet. La régulation du renard est un enjeu de santé publique.

  •  petition, par greter , le 28 mars 2017 à 10h45

    Je suis favorable a ce projet qui traduit les evolutions du droit de chasse que nous souhaitons.

  •  reconquète de la biodiversité, par Gauthier joelle , le 28 mars 2017 à 10h45

    Vous parlez de reconquête de la biodiversité? Alors comment pouvez-vous justifier d’un tel acharnement à tuer des animaux qui de tout temps ont appartenu à notre biodiversité? Ils ont un rôle bénéfique à jouer dans nos écosystèmes et dans les activités humaines. Ainsi les massacres de renard entraînent une prolifération de souris dans les champs et les agriculteurs sont alors obligés d’utiliser du poison pour s’en débarrasser !!Il est de plus inadmissible de recourir à des modes de destruction barbares. Les pièges tuants ou mutilants et le déterrage sont d’un autre temps et devraient avoir disparus depuis longtemps. Ce n’est pas parce que les chasseurs lachent des animaux qui ne savent pas se défendre dans la nature pour pouvoir avoir le plaisir des leur tirer dessus qu’il faut supprimer toute cette biodiversité qui nous appartient et que nous devons transmettre à nos enfants.Quand deviendrons-nous humain dans tous les sens du terme? Quand cesserons -nous de tuer, toujours tuer?

  •  soutien , par rouviere , le 28 mars 2017 à 10h44

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  FAVORABLE, par SOUMILLE philippe , le 28 mars 2017 à 10h41

    JE SUIS FAVORABLE A CE PROJET DE DECRET QUI TRADUIT UNE EVOLUTION DU DROIT DE LA CHASSE QUE NOUS SOUHAITONS

  •  Bonne chose, par Michaël , le 28 mars 2017 à 10h37

    Je suis favorable à ce décret,les associations anti chasse et soit disant de protection de la nature devraient aller sur le terrain plutôt que d’être dans un bureau...

  •  vous avez dit nuisible?, par didier besson , le 28 mars 2017 à 10h37

    il serait temps de laisser la "gestion" de la faune aux seuls spécialistes que sont les naturalistes et renvoyer définitivement les viandards dans leurs quartiers. Le terme même de nuisible est à proscrire du vocabulaire courant, c’est un combat d’un autre âge qui démontre si besoin était l’obscurantisme qui règne encore au plus haut de nos instances dirigeantes
    nous ne pouvons plus nous permettre de détruire sans reflexion

  •  Améliorations cosmétiques mais aggravation sur le fond, par Christian Vandecasteele , le 28 mars 2017 à 10h35

    Enfin ! La France sort du Moyen Age en éliminant le terme de "nuisibles".
    Malheureusement la mentalité reste la méme, celle de la destruction des animaux pour le plus grande plaisir des chasseurs et piegeurs.
    Un minimum d’intelligence et d’humanité demande de :
    - prendre en compte le rôle des animaux dans la protection des écosystèmes
    - interdire totalement les méthodes de "régulation" inhumaines : pièges et déterrages
    - faire participer toutes les parties prenantes à la définition des actions, scientifiques, associations de protection de la nature et non seulement les chasseurs
    - limiter strictement dans le temps classement et actions au lieu de les laisser ouvertes pour la durée aberrante prévue aujourd’hui.
    Quand ce Ministère cessera-t-il de faire semblant de confondre écologie et faveurs aux chasseurs/piégeurs/déterreurs, méme en période d’élections?

  •  decret sur la biodiversite, par mathieu , le 28 mars 2017 à 10h34

    je suis favorable a ce projet de decret qui traduit les evolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  pour a 100%, par bonnefoy , le 28 mars 2017 à 10h31

    completement pour...
    les especes qui ne sont pas de notre biotope n’ont rien a faire chez nous.Il ni qu’a voir le crapaud buffle en camargue...Resultat prolifération de moustiques et utilisation outrancielle de pesticide...Si c’est cela proteger la biodiversité !!!Le "protecteur" de la nature qui a laché les crapauds buffle aurait mieux fait de se jeter dans le rhone...La il aurait été recyclé !!!
    Et cela il y a l’oie,le ragondin,le raton-laveur,le vison d’amerique...et la liste est longue

  •  Oui , par Guillaume , le 28 mars 2017 à 10h30

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

    Et tous les écologistes qui parlent, intéressez-vous au sujet de la chasse et de ces modifications qui y sont faite en se moment et vous allez être surpris. Le monde de la chasse est entrain de changer et vous (les écologistes) vous restez borner sur sur vos idées à la con et sa nous arrange bien parce que vous évoluez pas alors que nous on change nos idées et on évolue et sa marche

    Merci bien de vos commentaires et à bientôt
    Ciao

  •  Un NON à la condamnation à priori !, par Olivier TEILHARD , le 28 mars 2017 à 10h28

    Il me parait inconcevable de condamner une espèce à priori, la vérité d’aujourd’hui n’étant pas celle de demain.Je suis chasseur et un dévoreur de chemins et de ballades en forêt et montagne quotidien. La présence ou non, et la quantité des différentes espèces animales n’est jamais la même d’une année à l’autre. Elle est même en régression d’une manière générale. Un phénomène de surpopulation peut arriver sur une année (condition climatique très favorable, faible prédation naturelle...) mais une quasi disparition sur l’autre (condition climatique très défavorable, épidémie, sur-prédation...).
    Et pourquoi pas nos impôts revus tous les 6 ans, ou les plans de chasse ou les aides européennes ? Restons sérieux, révisons chaque année.

  •  non , par martine , le 28 mars 2017 à 10h27

    la nature n’est pas un zoo ,"régulé"sans conscience ni respect de la vie et de la complexité des milieux et des chaines de vie ;le langage administratif ne change rien aux actions guerrieres perpétrées,c’est un comble ! au non de la protection ;quand aux dégats je les vois plus occasionnés par les hommes ayant ce genre de "mission"(ex les lieutenants de louvéterie à epineuil)que par les animaux visés(c’est le cas de le dire !),par ces décrets et leurs exécutants

  •  Pour la vie des animaux, par Tesson Catherine , le 28 mars 2017 à 10h25

    Mesdames et messieurs
    Je suis consternée devant ces attitudes qui ne visent qu’à augmenter le plan de chasse.
    Contrairement à nos partenaires européens, nous régressons sur le plan de la biodiversité en France.
    Nous laissons chasser et tuer dans des conditions barbares, des animaux tel le blaireau.
    Notre désir de tuer n’est il pas lié à ces instincts de domination et de pouvoir qui, trop souvent, enlaidissent l’être humain?
    En espérant de tout mon coeur qu’une bonne réflexion mesurée vous permettra d’être justes.
    Cordialement
    Catherine Tesson

  •  Projet décret dispositions cynégétiques, par Brigitte Waflard-Thevenin , le 28 mars 2017 à 10h22

    Grâce à ce projet, les espèces ne seront plus « nuisibles » mais « susceptibles d’occasionner des dégâts »… Sauf que cette modification sémantique ne change absolument rien au régime destructeur qui leur est applicable : tir en dehors de la période de chasse, déterrage des renards ou encore piégeage non sélectif et mutilant restent possibles toute l’année !
    Des espèces autochtones détruites plus longtemps
    Pire encore. Une fois considérés comme « susceptibles d’occasionner des dégâts », renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes, étourneaux sansonnets et geais des chênes pourront être détruits pendant… 6 ans !
    Avec ce projet, ces espèces auront une chance mince de voir leur statut modifié tous les 6 ans, ce qui ne correspond à aucune réalité scientifique. Où s’arrêtera le ministère ?
    Ceci est d’autant plus intolérable que ces listes noires sont fondées sur des éléments partiaux fournis par les fédérations de chasseurs et les piégeurs, sans aucune vérification possible par un organisme indépendant.
    De plus, le rôle de chaque espèce dans les écosystèmes, ainsi que les services écologiques gratuits qu’elles rendent aux activités humaines (dissémination des végétaux, régulation naturelle des rongeurs, prévention des épidémies par l’élimination des cadavres,…) sont officiellement écartés lors de l’établissement de ces listes.
    Je m’oppose à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :
    - la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    - l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    - l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    - la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    - la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

  •  Mme, par Annette CHOLOUX , le 28 mars 2017 à 10h20

    Je m’oppose à ce projet et je demande :

    la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

  •  Consultation, par RAVOIRE , le 28 mars 2017 à 10h19

    Je suis favorable a ce projet de décret qui traduit un besoin de protection des cultures, devant la prolifération d’espèces animales au delà de ce qui est raisonnable

  •  je suis pour la regulation de tous les predateurs, par collet maurice , le 28 mars 2017 à 10h18

    pourquoi detruire les poux les punaises etc...

    pauvres betes ont devraient les laisses vivres......

  •  projet decret, par ALBERT Pierre , le 28 mars 2017 à 10h15

    je suis favorable a ce projet qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  consultation et avis sur projet de loi, par MATHIEU patrick , le 28 mars 2017 à 10h14

    je suis favorable à ce décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Bien évidemment pour l’application de ce projet, par michel D , le 28 mars 2017 à 10h13

    Les "non chasseurs" ou plus précisément pour une grande majorité les "anti-chasse" ne peuvent comprendre la réalité du terrain puisque pour la plupart ils ne connaissent rien au véritable problème de la prédation et des efforts que font les chasseurs dans le domaine de la protection et de la réintégration d’espèces en voie de disparition !

  •  QUI SOMMES NOUS POUR JUGER UNE ESPECE NUISIBLE ?, par BERNASCONI GAELLE , le 28 mars 2017 à 10h09

    Ne serait ce pas l’homme qui est nuisible pour la planète ??
    Posons nous la question de "qui" est bon ou mauvais pour notre planète et son écosystème si fragile....
    Les animaux dit ’nuisibles" ont un rôle bénéfique pour notre planète dont ils font partis tout comme nous !!!
    Ils ont autant le droit de vivre que nous....

  •  Decret, par Jacques michel , le 28 mars 2017 à 10h08

    Je suis favorable au decret pour une évolution de la chasse que je souhaite

  •  Decret, par Jacques michel , le 28 mars 2017 à 10h07

    Je suis favorable au decret pour une évolution de la chasse que je souhaite

  •  Projet de loi "nuisibles"., par Régnier , le 28 mars 2017 à 10h05

    Bonjour, à l’occasion de la consultation publique, je vous exprime mon avis.

    Il me semble déplorable de réviser les listes d’animaux seulement tous les six ans au lieu des trois actuellement. Autant classer définitivement nuisibles les espèces concernées !

    Il serait peut-être souhaitable que ces listes soient élaborées par des scientifiques ou au moins par un organisme indépendant, et non par les seuls chasseurs.

    Il apparaît de plus en plus que les dits "nuisibles" ont leur rôle à jouer dans les écosystèmes. Mais non, le Ministère s’entête utilisant des tournures alambiquées pour désigner les espèces visées.

    En réalité, les espèces dites " nuisibles" le sont surtout pour les cocottes lâchées par les nemrods, qui sont les seuls dont les élus écoutent les arguments, (chasse aux voix oblige !). Pourtant les chasseurs ne représentent qu’une infime minorité de la population.

    Les espèces incriminées seraient visées sur tout le territoire. Ne serait-il pas judicieux de n’envisager des actions seulement dans les zones à problème, afin des respecter les écosystèmes?

    Ce projet ne me semble pas très construit.

    Meilleures salutations.

    J.L Régnier

  •  Vous dites biodiversité ?, par LE GOAS , le 28 mars 2017 à 10h04

    Les dispositions qui risquent d’être prises après l’adoption de ce texte vont totalement à l’encontre de leur intitulé. Quelle biodiversité quand auront disparu ces animaux "nuisibles". Leur existence seule assure la permanence et le maintien d’une vraie biodiversité.

  •  stop au lobby chasseurs, par mme Mouget Marie JO , le 28 mars 2017 à 10h02

    laissez vivre tous ces soit disant nuisibles qui le sont infiniment moins que la poignée de chasseurs arrogants !

  •  FAVORABLE AU PROJET DE DECRET, par guillaume , le 28 mars 2017 à 10h00

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions de la chasse que je souhaite

  •  Avis favorable, par Clément Bernard , le 28 mars 2017 à 10h00

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Projet de la biodiversité relatif à l’application des dispositions cynégétiques, par Gérard Abeille , le 28 mars 2017 à 09h58

    Je suis favorable à ce décret , équilibré , qui traduit les évolutions du droit de chasse que nous souhaitons

  •  un retour en arrière des droits de la faune sauvage , par Courmont , le 28 mars 2017 à 09h58

    Je suis pour qu’il n’y ai aucune dérogations à l’interdiction de destruction des nids et œufs de gibiers à plumes, qu’il s’agisse de gibier dont la chasse est autorisée, ou d’espèce protégée quel qu’en soit la cas.
    le remplacement de nuisible par « susceptibles d’occasionner des dégâts » est intéressant s’il est vraiment associé à modification des pratiques destructives arriérées contre ces animaux sauvages, ce qui n’est ostensiblement pas la cas là.
    le délai de 6 ans est inacceptable, je suis pour un retour à un classement annuel avec des vrais justifications (ce qui n’est jamais le cas) Seul ce délai permet de réellement prendre en compte les grandes fluctuations de ces espèces (belette et putois en priorité)
    Je suis pour intégrer le sanglier et les cervidés aux espèces qui occasionnent des dégâts qui là sont largement référencées et documentées.
    Je suis pour qu’on intègre dans ce texte :
    - l’interdiction du déterrage du renard et du blaireau
    - l’interdiction de l’utilisation de piège tuant ou mutilant
    - une réglementation plus stricte, une vraie formation de 5 jours avec 1 an de probation et surtout que la réglementation soit appliqué pour les piégeurs qui ne rendent jamais de compte rendu annuelle (95% des piégeurs des Pyrénées orientales)
    Je suis pour le classement en espèces strictement protégées de la martre, du putois, de la belette en tant qu’auxiliaire de l’agriculture et des forêts. Je suis pour que toutes les autres espèces dites nuisibles à l’heure actuelle et en priorité les carnivores ne soit chasser qu’en période d’ouverture générale de la chasse, sans aucun système dérogatoire et qu’ils soient protégés le reste de l’année au titre de leurs fonctions d’auxiliaires de l’agriculture (régulation des micro-mammifères).

  •  bien sûr je soutiens ces dispositions car..., par Galois-Cogger , le 28 mars 2017 à 09h57

    ...la nature n’est pas un univers de bisounours. Je suis favorable à un dialogue constructif, mais le problème avec les ayatollahs écolos, c’est qu’ils sont dogmatiques et à cent lieues des réalités du terrain (voir le sinistre constat du gazage des oies en Hollande !!). Certains des commentaires des opposants au texte sont consternants. La solution ne sera jamais dans les extrêmes, mais dans un juste milieu raisonnable, et ce texte me semble bien le refléter....

  •  "susceptibles d’occasionner des dégâts", par Roland Bacon , le 28 mars 2017 à 09h57

    "susceptibles d’occasionner des dégâts" !
    De qui parle-t-on? Pas de l’homme j’espère...

  •  favorable, par pouic , le 28 mars 2017 à 09h55

    encore une bande d ecolo qui croient avoir la sience infuse , ils nous enfument, en nous impossant leurs idees .laisser les gens de terrain faire se qu ils ont a faire selon les departements et les communes . faut etre sur le terrain et voir les degats de toute facon la meilleure chose pour leur faire comprendre est de leur faire payer les degats de grand gibiers et la quand on touche au portefeuille les idees preconcues s envolent.
    alors qu ils arretent de nous prendre pour des c...

  •  EVOLUTION N’EST PAS REVOLUTION, par MATHIEU , le 28 mars 2017 à 09h55

    Je suis entièrement et complètement favorable à ce projet de décret qui a fait l’unanimité et qui traduit les évolutions légitimes du XXIème siècle du droit de la chasse sans révolutionner les protections existantes

  •  Halte à l’intox !, par Marianne A , le 28 mars 2017 à 09h49

    Voici un commentaire posté sur votre site que je livre tel quel : "Les nons chasseurs ne peuvent pas comprendre la situation car ils ne sont pas sur le terrain et ne vois pas les carcasses des animaux mangés".
    Ce commentaire sous-entend certainement que les animaux mangés sont des animaux d’élevage, moutons etc. Pourquoi les troupeaux ne sont-ils pas gardés par des bergers et des chiens comme cela s’est toujours fait jusqu’aux années 70 ? Les chasseurs ne sont pas sur le terrain pour protéger les troupeaux, ils sont sur le terrain pour pratiquer leur loisir ! Leur loisir, c’est de tuer des animaux...
    Les chasseurs représentent moins de 2 % de la population mais ils s’approprient la nature tous les jours de la semaine pendant neuf mois de l’année au détriment, non seulement des 98 % restants de la population qui ne peuvent se promener tranquillement sans craindre pour leur vie, mais surtout au détriment de la nature puisqu’ils tuent et polluent la biodiversité qu’ils s’imaginent protéger !
    Chaque année, 250 millions de cartouches environ sont tirées par les chasseurs, cartouches qui contiennent du plomb, du mercure, de l’uranium, de l’arsenic qui contaminent les sols et les animaux qui y vivent... Parce que bien sûr les 250 millions de cartouches ne se retrouvent pas toutes dans les carcasses des animaux chassés, loin de là ! Ces cartouches abattent non seulement les animaux que les chasseurs voulaient tuer mais accessoirement aussi, entre autres, des chats, des chiens, quelques chevaux, des vaches ! et bien sûr aussi, malheureusement, des humains qui ont eu le malheur de se trouver sur leur trajectoire. Combien de morts humaines liées à la chasse tous les ans ? Entre le 1er juin 2015 et le 31 mai 2016, il y a eu 146 accidents relevés, ayant entraîné 10 accidents mortels. Simple dégât collatéral ?
    Les pièges qu’ils posent mutilent et torturent des animaux de toutes sortes puisque non-discriminants !
    Bref, rien ne peut justifier la chasse, le piégeage, le déterrage.

  •  Pour l application du décret , par Ferrier , le 28 mars 2017 à 09h48

    Pour la mise en applicrion de ce décret , qui favorisera la gestion et l’ evolution du biotope.

  •  destruction de la faune sauvage, par louis faure , le 28 mars 2017 à 09h47

    une fois de plus les gouvernemants se suivent et se resemblent,en acceptant la loi des chasseurs et autres destructeurs de la vie sauvages,en s accaparant un bien commun a tous.Merçi au PS que je n oublirai pas aux prochaines élections.Mr FAURE

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016, par FERNANDEZ Michel , le 28 mars 2017 à 09h46

    Bonjour,
    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que je souhaite ou, que nous souhaitons.
    Bien cordialement.

  •  Projet de décret chasse, par BOSSE Jacky-Jean , le 28 mars 2017 à 09h45

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de
    chasse que nous souhaitons.

  •  Animaux susceptibles d’occasionner des dégâts , le 28 mars 2017 à 09h36

    Une belle hypocrisie : En gros, il n’y a que l’appellation qui change !
    Arrêtez de répondre positivement au lobby de la chasse, ce loisir malsain qui consiste à prendre un fusil pour aller tuer. Stop à la barbarie du déterrage et les pièges tuants et mutilants.

  •  biodiversite, par poignant agnes , le 28 mars 2017 à 09h33

    on ne peut pas continuer ainsi, détruire les animaux soi disants nuisibles, nuisibles pour qui, il est prouvé que les renards sont utiles, quel monde allons nous laisser à nos enfants pour le plaisir cruel de certains "sportifs" si on peut appeler la chasse du sport, il faut mettre tout celà sur le plan politique, tout celà pour récupérer quelques voix d’électeurs de plus en plus minoritaires

  •  Soutien, par LABARRE Pierre , le 28 mars 2017 à 09h27

    Soutien sans aucune réserve .

  •  REFLEXIONS, par D.PENFORNIS , le 28 mars 2017 à 09h24

    La sauvegarde de toutes les espèces naturelles sauvages doit être une priorité absolue.
    De quel droit et sur quel fondement éthique, l’homme qui n’est qu’un animal au sommet de la chaîne alimentaire peut s’arroger droit de vie et de mort sur les autres espèces de cette chaîne.
    Ne jamais oublier que la notion d’espèces nuisibles est très subjective.

  •  APPROBATION DU DECRET, par VILHON Patrick , le 28 mars 2017 à 09h24

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de chasse que nous souhaitons.

  •  Avis favorable , par Ph Boyer , le 28 mars 2017 à 09h23

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Favorable au décret , le 28 mars 2017 à 09h21

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Favorable à ce décret, par MARTINE , le 28 mars 2017 à 09h20

    La régulation des prédateurs est nécessaire si l’on veut conserver une biodiversité au sein de laquelle toutes les espèces sont présentent et en quantité suffisante pour ne pas créer de déséquilibre d’une espèce sur l’autre.

  •  la biodiversité n’a pas besoin des chasseurs !, par Marianne A , le 28 mars 2017 à 09h18

    La biodiversité nécessite qu’on lui fiche la paix, qu’on arrête de rogner les territoires vierges de toute activité humaine. Vous avez dit "nuisibles" ? voici ce que mangent certains "nuisibles" :
    Le renard consomme des petits rongeurs, surtout des campagnols dans les régions où les lapins sont absents, il assure chaque année à lui seul la destruction de 6 000 à 10 000 rongeurs : c’est donc un véritable auxiliaire de l’agriculture quand on sait que les rongeurs mangent chaque année environ 10 % des récoltes.
    La fouine se nourrit, selon les saisons, de petits mammifères, rongeurs, fruits, baies, oiseaux, œufs ou déchets près des habitations.
    La martre mange des campagnols des champs, des souris, des lièvres et mêmes des œufs, des petits fruits, surtout des framboises et des bleuets.
    Le corbeau freux se nourrit de céréales, de graines, de noix, de fruits, de vers, d’insectes et de charognes. Il tue quelquefois des petits oiseaux lorsque l’hiver est rude.
    Le régime alimentaire de la pie bavarde est généralement composé d’insectes, de vers, de limaces et d’autres invertébrés qui constituent d’ailleurs 100 % de l’alimentation des poussins et 80 % des jeunes et des adultes. La pie se nourrit en même temps de graines, de noisettes et de baies en hiver, puis de graines de conifères après la période de reproduction. Elle consomme aussi des détritus d’origine humaine qu’elle trouve dans les sacs-poubelle, d’œufs, de fruits, de poussins d’autres oiseaux. Comme d’autres corvidés, elle contribue à faire rapidement disparaître les petits cadavres de l’environnement et se nourrit ainsi parfois de charognes, comme les animaux écrasés sur les routes par exemple. Par ailleurs, elle se nourrit de tiques dans le pelage d’animaux. D’ailleurs, on l’associe souvent au bétail puisqu’elle se perche souvent sur le dos des vaches, du cheval ou du mouton pour manger.
    L’étourneau se nourrit d’insectes et de vers, de fruits, de chenilles, de larves.
    Alors, toujours "nuisibles" ?
    Au lieu de les chasser et de les tuer d’atroces façons, on devrait leur ériger un autel et se prosterner devant !!!

  •  Projet de decret, par Dianoux , le 28 mars 2017 à 09h18

    Je suis favorable à ce décret qui traduit les évolutions de la chasse que nous souhaitons.

  •  favorable, par VILLA , le 28 mars 2017 à 09h18

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que souhaitons

  •  Je suis favorable, par Castel , le 28 mars 2017 à 09h17

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse
    Que nous souhaitons

  •  eau et biodiversité, par dupré jacques , le 28 mars 2017 à 09h16

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit
    les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  loi 2016-1087 du 8 aout 2016, par AIME , le 28 mars 2017 à 09h15

    Contrairement a ce qui veule détruire la chasse je suis favorable a ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.
    Pour les opposants qui sont pour l’arrêt pur et simple de la chasse qu’il prenne en charge les dégât causer par le grand gibier au plan national.

  •  Stop à l’intolerance systématique de certaines associations......., par Didier , le 28 mars 2017 à 09h14

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons . Merci

  •  Favovarble au décret sur les évolutions du droit de la chasse, par VILLA , le 28 mars 2017 à 09h14

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  PROJET DE DECRET, par GUERIN J.CLAUDE , le 28 mars 2017 à 09h14

    JE SUIS FAVORABLE A CE PROJET DE DECRET QUI TRADUIT LES EVOLUTIONS DU DROIT DE CHASSE QUE NOUS SOUHAITONS.

  •  projet réglant la chasse des nuisibles ces prochaines années, par YVARS Henri , le 28 mars 2017 à 09h13

    je m’étonne que certaines associations écologique qui prétendre protéger la nature soit contre un tel projet.Le fait de réguler les espèces indésirables à mon avis protège plutôt celles que nous souhaitons garder.

  •  cncfs, par bernard neyrand , le 28 mars 2017 à 09h11

    je suis favorable a ce projet de decret qui traduit les evolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  decret chasse, par chompret jean philippe , le 28 mars 2017 à 09h11

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions
    du droit de la chasse que nous souhaitons .

  •  proteger la biodiversite, par Mauperin pierre , le 28 mars 2017 à 09h10

    Il faut reconsidérer la notion d’animaux nuisibles :
    quelques exemples :
    Le renard est un prédateur naturel qui contrôle la population des campagnols . leur présence est utile et peut permettre de cesser l’utilisation des poisons visant à détruire les rats des champs.

    Les rapaces longtemps classés nuisibles participent aussi à ce contrôle naturel. Il faut inciter les agriculteurs (très souvent chasseurs) à placer des poteaux dans les champs pour que ces oiseaux puissent s’ y poser en remplacement des arbres abattus .

  •  Daniel, Avis favorable, par Daniel BACHELIER , le 28 mars 2017 à 09h07

    J’invite tous les écolos de salon qui seraient contre ce décret à sortir un peu et venir dans nos campagnes profondes et abandonnées pour constater la réalité du terrain en discutant en particulier avec nos Paysans qui sont la fierté de notre Pays.

  •  DECRET, par PEVET , le 28 mars 2017 à 09h05

    CE DÉCRET ME SEMBLE PARFAITEMENT ADAPTE AUX ENJEUX D UNE CHASSE ET D UNE RÉGULATION INTELLIGENTE ET OBJECTIVE J Y SUIS TOTALEMENT FAVORABLE

  •  avis favorable, par Rampal , le 28 mars 2017 à 09h05

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •   Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par BONTOUX Claude , le 28 mars 2017 à 09h05

    Je suis favorable à ce décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Projet de décret - Avis favorable, par GUYON , le 28 mars 2017 à 09h04

    Bonjour,

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

    Bien cordialement.

  •  loi 2016-1087 du 8 aout 2016, par MARCELLIN , le 28 mars 2017 à 09h04

    Je suis très favorable a ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Projet de décret loi n° 2016-1087 du 8/08/2016, par PESCE Marc , le 28 mars 2017 à 09h04

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  animaux nuisibles, par PINEDA josé , le 28 mars 2017 à 09h01

    je suis pour le décret autorisant le piégeage de animaux nuisibles, en effet, une régulation es indispensable afin de préserver le bon équilibre des espèces.

  •  contre le decret n° 2016 -1087 08 aout 2016, par GAUBERT , le 28 mars 2017 à 09h01

    Que cette prolongation cynegetique concernant les espèces nuisibles,
    soit prolongée est un comble de la débilité humaine , officieusement nos politiques ont besoin de voix pour les prochaines élections,c’est
    tout et les animaux en tant que boucs émissaires en payent les conséquences.

  •  loi 2016_1087 du 8 aout 2016, par MARTIN , le 28 mars 2017 à 09h00

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Contre la destruction des animaux sauvages , le 28 mars 2017 à 08h58

    Grâce à ce projet, les espèces ne seront plus « nuisibles » mais « 
    susceptibles d’occasionner des dégâts ». Cette modification
    sémantique ne change absolument rien au régime destructeur qui leur est
    applicable : tir en dehors de la période de chasse, déterrage des renards
    ou encore piégeage non sélectif et mutilant restent possibles toute
    l’année !

    Pire encore. Une fois considérés comme « susceptibles d’occasionner
    des dégâts », renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux
    freux, corneilles noires, pies bavardes, étourneaux sansonnets et geais
    des chênes pourront être détruits pendant 6 ans !

    Avant 2012, ces listes noires étaient revues chaque année ; en 2012, leur
    révision intervenait tous les 3 ans, ce qui était déjà catastrophique.
    Avec ce projet, ces espèces auront une chance mince de voir leur statut
    modifié tous les 6 ans, ce qui ne correspond à aucune réalité
    scientifique.

    Ceci est d’autant plus intolérable que ces listes noires sont fondées
    sur des éléments partiaux fournis par les fédérations de chasseurs et
    les piégeurs, sans aucune vérification possible par un organisme
    indépendant.

    De plus, le rôle de chaque espèce dans les écosystèmes, ainsi que les
    services écologiques gratuits qu’elles rendent aux activités humaines
    (dissémination des végétaux, régulation naturelle des rongeurs,
    prévention des épidémies par l’élimination des cadavres, etc.) sont
    officiellement écartés lors de l’établissement de ces listes.

    Je m’oppose donc à ce projet en ce qu’il prolonge la période de
    destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet,
    et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet
    s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces
    concernées, notamment par :

    - la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes ;

    - l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que
    le déterrage et les pièges tuants et mutilants ;

    - l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux
    demandes du lobby chasse ;

    - la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales
    préalablement à la destruction des espèces ;

    - la possibilité de tuer les espèces uniquement aux abords immédiats des
    activités sensibles.

    Vous remerciant d’avance de votre prise en compte, je vous prie d’agréer,
    Madame, Monsieur, mes salutations distinguées.

  •  madame, par helfer , le 28 mars 2017 à 08h57

    ce texte ne propose qu’une modification purement semantique qui ne changera rien a leur destruction massive et aleatoire : tir en dehors de la période de chasse, déterrage des renards ou encore piégeage non sélectif et mutilant restent possibles toute l’année !
    Pire encore. des especes autoctones (renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes, étourneaux sansonnets et geais des chênes)seront detruites pendant....6 ans !

    Ceci est d’autant plus intolérable que ces listes noires sont fondées sur des éléments partiaux fournis par les fédérations de chasseurs et les piégeurs, sans aucune vérification possible par un organisme indépendant.

    je demande a ce que le nouvel arrete prenne reellement en compte le role de ces animaux dans les ecosystemes, interdise les modes de destruction cruels et mette en place une evaluation de leur "nuisance" supposee a une commission impartiale (pas de chasseurs) qui prenne en compte leur role capital de regulateurs dans leurs ecosystemes.

  •  je suis pour ce decret, par jeremy , le 28 mars 2017 à 08h55

    je suis pour ce décret en étant dans le monde agricole et chasseur
    Quand au personne qui sont contre,il ne save mémé pas de quoi il parle?
    C’est sur toute ces personne la ce permettre de divaguer dans les terrain privé, et c’est souvent les plus gros destructeur de la nature.

    Ces personne la, ça ne leur touche pas leur bien personnel.

  •  je suis favorable à ce projet , le 28 mars 2017 à 08h54

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Classement en espèce nuisible de 3 à 6 ans, par Pasquier bruno , le 28 mars 2017 à 08h54

    Je suis contre l’extension de 3 à 6 ans du classement d’espèces susceptible d’occasionne des dégâts , les mentalités évolues et je crois que certains un jour ont peur de voir leur joujou sortir de la liste des espèces chassable

  •  sondage sur l’évolution du droit de chasse, par AUDIBERT Daniel , le 28 mars 2017 à 08h54

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Favorable à ce projet , le 28 mars 2017 à 08h53

    Bonjour,

    je suis favorable à ce projet de loi

    JF Chabal
    84210 La Roque sur Pernes

  •  oui pour le decret, par leger , le 28 mars 2017 à 08h52

     Oui pour la limitation des espèces nuisibles , par silvere leger le 28 mars 2017 à 9h04
    Les renards et les blaireaux sont des prédateurs redoutables pour la faune sauvage. Les perdreaux et les faisans ainsi que les lièvres, les lapins
    Les faons des chevreuils sont les proies de ces bêtes que tous les écolos veulent protéger.
    Stop à toutes ces âneries car de plus les renards sont porteurs de virus extrêmement lodangereux. D’où une régulation de cette faune très destructrice de la petite faune sauvage.
    Les nons chasseurs ne peuvent pas comprendre la situation car ils ne sont pas sur le terrain et ne vois pas les carcasses des animaux mangés

  •  Pour le respect de la biodiversité , par VMonte , le 28 mars 2017 à 08h51

    Tous les animaux et plantes ont leur place et rôle dans ce monde. Vouloir éradiquer une variété vivante c’est porter atteinte à l’équilibre du monde.

  •  Application loi 2016/1087, par Marchand , le 28 mars 2017 à 08h50

    Quand arrêterons nous cette barbarie aveugle et lnconsciente pour répondre à la pression des lobbies de la chasse...
    Quelle responsabilité nous portons par rapport au vivant en actant de telle cruauté ! !!!
    Ces animaux sauvages font parties de la biodiversite et ils ont un rôle bénéfiques dans les écosystèmes et les activités agricoles et humaines( régulation des rongeurs rongeurs, prévention des epidemies, etc...)
    Il est temps de sortir du vieux monde barbare et et de s’ouvrir à
    une nouvelle vision de la globalite biologique du vivant
    Arrêtons cet obscurantisme avant qu il ne soit trop tard. ..et osons avec un peu d audace Le changement pour un plus grand respect de la Vie..

  •  Mobilisation des Chasseurs du Vaucluse sur projet de décret, par Abellonio Georges , le 28 mars 2017 à 08h50

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Je suis favorable à ce projet, par GAY Danièle , le 28 mars 2017 à 08h49

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  decret, par Roure , le 28 mars 2017 à 08h49

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit a la chasse que nous souhaitons.

  •  Appel à mobilisation , par Bernard Frederic , le 28 mars 2017 à 08h49

    Je suis favorable. À ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de chasse que nous souhaitons

  •  La nature ce n’est pas Disney !, par Christian Gricourt , le 28 mars 2017 à 08h48

    Oui pour la limitation des espèces nuisibles. Pourquoi revenir sur la décision du CNCFS ?

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par SOURIAU Alain , le 28 mars 2017 à 08h45

    Je suis favorable au Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages

  •  LA CHASSE, par VACHET THIERRY , le 28 mars 2017 à 08h44

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Nuisible ou protégé?, par pillégreau , le 28 mars 2017 à 08h44

    Mesdames, messieurs,

    Je déplore que les lois faites par les chasseurs soient toujours faites par les chasseurs, qui estiment être les seuls ! à pouvoir décider dans ce domaine (quel orgueil !) alors que le sort des bêtes sauvages intéresse en fait la Totalité des gens.
    Je crois que chaque animal à droit à la vie, et l’homme me paraît mal placé pour décider si tel ou tel est "nuisible "ou pas étant donné que nous savons peu de choses sur leurs habitudes....chaque bête occupe une place bien précise dans la nature car elle nous rend bien des services et nous voulons l’éliminer? !
    je suis en faveur d’une révision du vocabulaire employé pour qualifier ces animaux et décider de leur sort, nuisible signifie en réalité un animal qui mange par nécessité les bêtes que l’homme aurait voulu tuer par caprice !

  •   loi 2016-1087 du 08 août 2016, par Chauvet Jean Pierre , le 28 mars 2017 à 08h39

    je suis favorable à ce projet de decret qui traduit les evolutions

    du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  décret 2016-1087 du 08/08/2016, par inguinberty thierry , le 28 mars 2017 à 08h37

    je suis pour

  •  Pour ce decret, par Freddy, Malaucène (84340), par GUILLET Freddy , le 28 mars 2017 à 08h37

    Je suis pour l’application sans restriction de ce décret, qui va dans le sens de la défense de la ruralité et de nos pratiques ancestrales sur nos territoires ruraux.

  •  SIGNATURE PETITION sur la chasse, par JONIS GERARD , le 28 mars 2017 à 08h36

    les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  PROTEGER LA BIODIVERSITE, par L.FERNANDEZ , le 28 mars 2017 à 08h35

    Protéger la biodiversité est protéger notre avenir.
    Nous faisons plus de dégâts que les animaux.
    Merci d’aider notre faune locale.

  •  Projet "reconquete de la biodiversité" , par Françoise DUBOIS , le 28 mars 2017 à 08h33

    Ce projet qui ne fait que changer certains termes sensés donner une éthique et un rôle écologique aux chasseurs ne vise en rien la biodiversité. En effet, cette dernière - notion écologique - ne peut être atteinte en classant une partie de la faune sauvage dans la catégorie "nuisible" puisque la nuisibilité d’un animal n’est qu’un concept économique, pas écologique.

    D’autre part, laisser la gestion de la faune sauvage dite "chargée d’occasionner des dégâts" aux chasseurs, pose un problème éthique : leurs méthodes traditionnellement employées sont cruelles, d’un autre âge. Elles sont contraires au respect des animaux sauvages qui - comme les animaux domestiques - connaissent la douleur, la souffrance.

    Confier la nature aux chasseurs qui ne connaissent de la nature que les animaux qu’ils ont le droit de tuer et ceux qui "leur volent " leur gibier, ne permettra pas à notre pays d’oeuvrer en faveur de la biodiversité.

  •  décret chasse, par schmitgen , le 28 mars 2017 à 08h33

    je suis favorable a ce projet de decret qui traduit les evolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  laissons les vivre, par MC Avezou , le 28 mars 2017 à 08h30

    laissons les vivre ,la façon de les traiter est le baromètre de notre civilisation.Ces espèces,contrairement à la notre, s’autorégulent et vivent en harmonie avec laTerre.Elles ont toutes un rôle à jouer dans la survie de notre propre espèce qui est la plus nuisible à l’écosystème de la Terre.

  •  chasse des nuisibles, par banek thierry , le 28 mars 2017 à 08h26

    Je suis favorable au prolongations de la chasse des nuisibles

  •  Revendication, par M. Scarfo , le 28 mars 2017 à 08h24

    je suis pour le decret .

  •  Emmanuelle Lassalle, par Emmanuelle Lassalle , le 28 mars 2017 à 08h23

    Sous prétexte de supprimer de la réglementation l’expression "espèce nuisible", ce projet de décret maintient et même renforce un régime juridique conçu dans une logique de destruction.
    Les chasseurs passent leur temps à dire que les non chasseurs ne comprennent rien parce qu’ils défendent leur activité - mais nous on peut constater que les cadavres d’animaux salement piégés sont plus nombreux que les cadavres tués par leurs prédateurs....
    Je m’oppose donc au projet de modification de l’article R 427-6 du code de l’environnement qui prévoit le prolongement du classement des espèces "nuisibles" pour une période de 6 ans.

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016, par LAFOREST GUY , le 28 mars 2017 à 08h20

    Je suis favorable à ce projet qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  a ne pas confondre régule et extermine , par cavard , le 28 mars 2017 à 08h20

    je suis trait souvent dans la campagne et faut voir le travail du renard sur la faune sauvage et les élevages ces pour ça quille faut le régule idem pour pour reste tout ça l’écolo ne le voit pas et surtout ne le subi pas

  •  message de soutien, par Bosone Patrick , le 28 mars 2017 à 08h20

    Je suis favorable à ce projet qui traduit les évolutions du droit de chasse que nous souhaitons.

  •  FAVORABLE, par descalis pierre , le 28 mars 2017 à 08h19

    Je suis favorable a ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de de la chasse que nous souhaitons.

  •  pour ce decret, par Christian JEAN , le 28 mars 2017 à 08h18

    Il faut arreter de croire que l’homme ne doit pas intervenir pour maintenir un équilibre et qui mieux que le chasseur qui connait le monde rural à la différence de .....

  •   je suis pour l’application du projet de decret, par Leonardi , le 28 mars 2017 à 08h17

    je suis pour l’application du projet de decret

  •  Projet de décret dispositions cynégétique , le 28 mars 2017 à 08h17

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Droit de chasse, par LEGRAND Jacques , le 28 mars 2017 à 08h12

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Favorable, par MAISTRE , le 28 mars 2017 à 08h11

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de chasse que nous souhaitons.

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par sylviane FAURE , le 28 mars 2017 à 08h11

    Madame, Monsieur,

    Les chasseurs ne doivent pas avoir le monopôle sur la régulation de la nature, car ils ne comprennent plus les relations entre le peu d’animaux qui arrivent à survivre.

    J’habite dans la plaine de la Limagne et je les vois bien agir, au moment de la chasse : ils lâchent des faisans qui ont été nourris par les humains et qui sont apeurés.

    Ils sont comme beaucoup de français, ils ne supportent plus les autres.

  •  application du projet, par chapoin michel , le 28 mars 2017 à 08h11

    je suis pour l’application du projet de dcret

  •  pour ce decret, par yves , le 28 mars 2017 à 08h09

    je suis favorable à l’application de ce décret

  •  Accord sur Projet, par Rattalino , le 28 mars 2017 à 08h05

    Ok pour ce projet, la force de proposition doit rester aux mains des chasseurs, ce projet est concret et clair il a le mérite de l’équilibre souhaité par tous.
    Gil

  •  laissons à césar ce qui est à césar !!!, par UGOLINI Gilbert , le 28 mars 2017 à 08h00

    C’est qui les écolos ?

    Alors un bon conseil ! laissez faire les chasseurs car les surplus de lois tuent les lois !! quand à ceux qui se prétendent écolos, on ne les retrouve jamais sur le terrain, pour entretenir les chemins par exemple !!!!
    Alors les écolos occupez vous de la pollution !!! la chasse c’est notre affaire et pas la votre !!!

  •  Favorable, par Bernard Lionel , le 28 mars 2017 à 07h58

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de chasse que nous souhaitons.

  •  Décret sur la prolongation de la durée de validité du classement des espéces nuisibles indigénes et des dispositions d’application régementaire de la loi biodiversité, par SERRE , le 28 mars 2017 à 07h57

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  oui au projet de decret, par portalier , le 28 mars 2017 à 07h55

    je suis tres favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutuions du droit de la chasse

  •  decret du CNCFS, par fournier alain , le 28 mars 2017 à 07h55

    je suis favorable a ce projet de decret qui traduit les evolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  projet de décret pour l’application des dispositions cynégétiques de la loi 2016-1087 du 8 aout 206, par cargnino , le 28 mars 2017 à 07h54

    je suis favorable à ce décret

  •  UN BON PROJET DE DÉCRET, par journeux pierre , le 28 mars 2017 à 07h53

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions nécessaires du droit de la chasse.
    De plus il a fait l’unanimité pour en CNCFS (Commission Nationale).

  •  Pour, par Roux Vincent , le 28 mars 2017 à 07h44

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Soutien au décret, par Patrick BERT , le 28 mars 2017 à 07h40

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Oui à ce décret !, par Jean-Pierre Goiffon , le 28 mars 2017 à 07h38

    Il est temps de laisser la gestion de la nature aux hommes de terrains qui la façonne et la diversifie, n’en déplaise aux "protecteurs", il y a des animaux qui occasionnent des dégâts dans nos campagnes.

  •  favorable a ce dècret, par Boulle , le 28 mars 2017 à 07h38

    je suis favorable a ce décret

  •  Décret sur les évolutions du droit de chasse , le 28 mars 2017 à 07h36

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Revoir régulièrement l’ inscription des animaux dits nuisibles , par betti , le 28 mars 2017 à 07h30

    6 ans pour revoir et peut être modifier la liste des animaux nuisibles , c’ est beaucoup trop , je demande à ce que l’ on révise cette décision !!!

  •  oui à la limitation des populations de gros gibiers (sangliers) , le 28 mars 2017 à 07h29

    Malgré tous les efforts de protection (clôtures électriques, canons à gaz, effaroucheurs,...) les dégâts aux cultures sont considérables. Je suis donc favorable à ce projet de décret qui permettrait de stopper la dérive que nous connaissons depuis quelques années car sur certaines parcelles il devient impossible de cultiver quoi que ce soit

  •  oui pour, par canon , le 28 mars 2017 à 07h27

    Oui pour la limitation des espèces nuisibles , par chasseur08 , le 28 mars 2017 à17h25

    Les renards et les blaireaux sont des prédateurs redoutables pour la faune sauvage. Les perdreaux et les faisans ainsi que les lièvres, les lapins
    Les faons des chevreuils sont les proies de ces bêtes que tous les écolos veulent protéger.
    Stop à toutes ces âneries car de plus les renards sont porteurs de virus extrêmement dangereux. D’où une régulation de cette faune très destructrice de la petite faune sauvage.
    Les nons chasseurs ne peuvent pas comprendre la situation car ils ne sont pas sur le terrain et ne vois pas les carcasses des animaux mangés

  •  avis favorable, par Alain , le 28 mars 2017 à 07h22

    je suis favorable à ce décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  decret, par serguier , le 28 mars 2017 à 07h14

    je suis favorable a ce projet de décret qui traduit les évolutions
    du droit de chasse que nous souhaiton

  •  La chasse appartient au patrimoine national, par Reynier , le 28 mars 2017 à 07h12

    Au même titre que la cuisine, dont elle est un chapitre, la chasse appartient au patrimoine national. Elle est et doit rester gérée par des associations respectant les spécificités locales. Elle doit s’adapter à l’environnement et ne pas passer sous le joug intégriste de technos en manque de liberté ou d’ignorants à qui ont a bourré le crâne d’âneries.

    Si un point doit aujourd’hui évoluer c’est celui du contrôle des ACCA et de leurs adhérents qui ne doivent en aucun cas devenir des castes ni des lieux de pouvoirs.

  •  la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016, par baumet , le 28 mars 2017 à 07h12

    je suis favorable a ce projet de decret qui traduit les evolutions du droit de chasse que nous souhaitons

  •  Avis favorable, par Mihiere , le 28 mars 2017 à 07h11

    Bonjour les chasseurs sont toujours sur le terrain eux !!

  •  reponse, par levrere thierry , le 28 mars 2017 à 07h11

    je suis favorable a ce projet de decret qui traduit les evolutions du droit de chasse que nous souhaitons

  •  consultation, par rousset , le 28 mars 2017 à 07h02

    je suis favorable à ce projet de decret qui traduit les évolutions du projet de la chasse que nous souhaitions.

  •  projet de decret, par moi , le 28 mars 2017 à 06h58

    je suis favorable a ce projet de decret et pour l evolution du droit de chasse que nous souhaitons .

  •  un decret évidement nécèssaire devant l’incompètence des soit disant amoureux de la nature..., par philippe ardennes , le 28 mars 2017 à 06h54

    il ne s’agit pas d’aimer son confort de vie, de rouler, de voyager, de construire toujours plus de privé qui clôture et s’enferme pour ne pas être dérangé en diminuant les espaces. Il faut rester les pieds sur terre et se rendre compte de la réalité d’aujourd’hui. les espaces on tellement été réduit qu’il ne reste plus que l’homme pour maintenir ce qui reste.

  •  Un grand OUI , par Cedric , le 28 mars 2017 à 06h52

    Je suis favorable au décret

  •  Avis favorable, par Pape , le 28 mars 2017 à 06h35

    Je suis favorable à ce décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  favorable, par BISCARRAT , le 28 mars 2017 à 06h34

    je suis favorable a ce projet qui touche a la biodiversité

  •  Projet de décret cnsultation, par sauvage j. jacques , le 28 mars 2017 à 06h26

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Compétences pour voter ce projet, par M. Coquillot , le 28 mars 2017 à 06h21

    Un avis consultatif a été donné sur ce projet et on peut lire :

    "Le présent projet de décret soumis à consultation du public a fait l’objet le 25 octobre 2016 d’un avis favorable à l’unanimité des membres votants du CNCFS, Conseil national de la chasse et de la faune sauvage, incluant représentants des chasseurs, des agriculteurs et sylviculteurs, et des associations de protection de la nature".

    Je crois que tout est dit ! Mais permettez un petit commentaire...

    Comme toujours, certains partisans (souvent autoproclamés... c’est la mode) de la biodiversité contestent ceux qui depuis bien longtemps ont la connaissance et l’expérience du terrain, chasseurs, agriculteurs, associations compétentes qui ont bien participé à ce vote.

    Je suis pour ce projet de décret qui n’a pas été voté de façon "partisane", mais vise à concilier les contingences d’une "biodiversité" élargie à toutes les formes de vie et d’activités.

  •  Projet de décret, consultation., par sauvage j. jacques , le 28 mars 2017 à 06h19

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Décret , par Thierry Viguié , le 28 mars 2017 à 06h13

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  décret de la loi du 8 aout 2016, par James , le 28 mars 2017 à 06h11

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit es évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Decret, par Ouvier , le 28 mars 2017 à 06h10

    Je suis favorable a ce projet de decret qui traduit les evolution du droit de la chasse que nous souhaitont

  •  Soutient, par ESCARIOT JEAN PAUL , le 28 mars 2017 à 06h10

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Avis favorable , par Olivier , le 28 mars 2017 à 05h57

    Je suis favorable à ce projet de décret, qui correspond à ma conception de l’évolution du droit de la chasse.

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087, par AUBERT , le 28 mars 2017 à 05h26

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  pour ce decret, par alain , le 28 mars 2017 à 05h25

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de le chasse que no« us souhaitons »

  •  Projet d’arrêté à revoir totalement., par Hélène , le 28 mars 2017 à 04h38

    Votre projet d’arrêté est fondé sur des notions archaïques et fausses, qui sont maintenues par le lobby chasse, dont la grande ambition est de pouvoir tirer sur tout, partout et tout le temps, sous tous les prétextes. En effet, les animaux jusqu’ici dits nuisibles, rebaptisés dans votre arrêté "susceptibles d’occasionner des dégâts", ont une grande utilité dans les écosystèmes, les oiseaux limitant les populations d’insectes, les renards celles de rongeurs, etc... Et même s’ils n’en avaient pas, l’utilisation de méthodes de destruction, voire de piégeage -particulièrement cruel-, est absolument à proscrire, au profit de méthodes non létales, appâts contraceptifs par exemple, en cas de surpopulation.
    De plus, l’allongement des durées de validité des listes d’animaux à détruire est de nature à nuire encore plus gravement à ces écosystèmes, en empêchant une réévaluation de leur situation.
    L’influence du lobby de la chasse, parfaitement disproportionnée au regard du nombre de chasseurs, et visible dans ce projet d’arrêté, est un déni de démocratie, comme d’ailleurs le peu de poids accordé aux avis du public dans la rédaction finale.

  •  Non à la destruction injustifiée d’espèces sauvages, par Jean-Jacques Rosa , le 28 mars 2017 à 04h23

    Il faut refuser la destruction illimitée et le piégeage barbare, sur de longues périodes (6 ans), d’espèces désormais reconnues implicitement non "nuisibles" mais rebaptisées - arbitrairement et de façon ridiculement hypothétique - "susceptibles de causer des dégâts". A qui? A quoi?

    Elles font partie de notre patrimoine naturel à protéger d’urgence. Il y a mieux à faire que de persécuter ces animaux qui contribuent à animer nos paysages ruraux et urbains.

  •  Pour le projet, par Soudant , le 28 mars 2017 à 04h07

    Je suis offusqué.Comment peut-on comparer des chasseurs à al-qaïda.Je suis de la campagne et je pense que nous sommes des hommes de terrain et que nous sommes capables de gérer une faune sauvage de façon raisonnable Il est facile de vouloir décider sans se rendre jamais sur le terrain.je suis sûr que si plus rien n’est fait pour réguler la faune sauvage dans notre campagne nous allons établir un déséquilibre important.
    Il ne faut pas oublier que certains animaux comme le blaireau et le renard sont porteurs de maladies (tuberculose,rage)dégâts aussi dans nos champs (trous de blaireaux et dégât de corvidés).J’espere que demain l’administration ne sera pas obligée de payer des personnes pour effectuer cette régulation alors qu aujourd’hui ceci se fait gratuitement.

  •  Projet de décret Eau et biodiversité n° 2016-1087 du 8 août 2016, par Pataine , le 28 mars 2017 à 03h21

    Je suis favorable à ce projet de décret

  •  Arrêtons le massacre , par Thomas FERRAND , le 28 mars 2017 à 02h31

    Voici des mesures indispensables :
    la prise en compte de leur rôle bénéfique dans les écosystèmes et pour les activités humaines,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales.

  •  remarques de forme + avis sur statut des "animaux indigènes susceptibles d’occasionner des dégâts", par MENISSIER Claire , le 28 mars 2017 à 01h36

    Je note que la présente page ne permet pas de savoir exactement quelles sont les "procédures applicables aux dérogations à l’interdiction de destruction des nids et œufs de gibiers à plumes, qu’il s’agisse de gibier dont la chasse est autorisée, ou d’espèce protégée." et je ne trouve pas de lien vers le texte qui les précise : comment donner un avis ?

    Je regrette aussi que ne figure pas la liste de membres du CNCFS présents et ayant voté ce texte.

    Au sujet des "animaux indigènes susceptibles d’occasionner des dégâts" : je suis d’accord avec l’utilisation de cette expression, qui correspond mieux à la réalité. Ces animaux ont leur rôle à jouer dans l’environnement, mais peuvent poser problème dans certaines conditions - et souvent à cause des pratiques humaines ou de négligences.

    Puisqu’il est vrai qu’ils sont seulement SUSCEPTIBLES d’occasionner des dégâts, on ne peut pas accepter que ce statut donne le droit de les détruire hors période de chasse pendant 6 ans.

    Au contraire, ce changement de nom devrait être accompagné de plus de précautions pour que la destruction des espèces concernées ne puisse être effectuée que ponctuellement dans l’espace et dans le temps, là où des mesures préventives n’ont pu donner les résultats escomptés.

    Il est très important que soient toujours favorisées des solutions non létales : par exemple, très souvent c’est une meilleure protection physique des élevages de volailles ou d’espèces gibier qui est la meilleure solution, et non le piégeage. Les animaux parfois attirés par les élevages (renard, fouine notamment) sont par ailleurs de précieux auxiliaires grâce à leurs capacités à chasser des rongeurs, animaux qui ont souvent une action néfaste pour les activités agricoles, forestières.... Il n’est pas logique que la destruction de ces animaux soit autorisée en tout temps alors que l’on connaît régulièrement des pullulations de rongeurs, dont les campagnols terrestres.

    Je ne trouve pas la liste des animaux qui pourraient être considérés comme "susceptibles d’occasionner des dégâts".

    La Belette ne devrait pas y figurer : cet petit carnivore est très spécialisé dans la chasse aux petits campagnols dans leurs terriers. L’autorisation de son piégeage serait incompréhensible.

    Le Putois ne devrait pas y figurer : c’est un animal en voie de raréfaction, qui est un précieux auxiliaire des humains par sa capacité à chasser les gros rongeurs comme les rats.

    La Martre ne devrait pas y figurer : animal la plupart du temps forestier, s’il lui arrive de poser problèmes sur des élevages ou des ruchers c’est la prévention, la protection physique de ces installation qui doit être la règle.

    Non seulement les mammifères carnivores, mais également les Corvidés - comme les étourneaux (insectivores au printemps à la période des nids) - ont également un rôle à jouer dans les équilibres naturels, et celui-ci doit absolument être pris en compte.

    Le changement de nom pour ces animaux doit vraiment s’accompagner d’une modification des pratiques à leur égard - pour que la Loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages mérite son nom, concernant cet article.

    Je vous remercie pour l’attention que vous voudrez bien porter à ces observations.

  •  décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016, par Giroflet , le 28 mars 2017 à 00h54

    Non à la destruction d’animaux sauvages.

  •  favorable , par willer , le 28 mars 2017 à 00h53

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de chasse que nous souhaitons.

  •  Pour le respect de la diversité de la vie sauvage, par eric mouette , le 28 mars 2017 à 00h52

    Quel mépris de la vie sauvage ! Pour le plaisir de trop nombreuses brutes, les pouvoirs publics légifèrent pour faire durer cette barbarie d’un autre âge. Les temps changent, la planète et la vie sauvage qui en est une des expressions les plus fragiles sont menacées. La COP21 c’est bien, des actions concrètes de proximité pour notre faune sauvage sont mieux. Plus d’acharnement contre les renards et "autres nuisibles" qui sont indispensables aux écosystèmes. Stop aux pièges et pratiques ignobles tel que le déterrage. Dans quel monde vivons-nous? Quels exemples de respect de la vie voulons-nous donner à nos enfants? une réforme de ces pratiques violentes honoreraient le ministère "en charge " de l’écologie qui semble trop souvent "être à la charge" des lobbies notamment celui des chasseurs. Les temps changent, les amoureux de la nature sont plus nombreux que les chasseurs qui se radicalisent en diminuant rapidement

  •  approbation du projet de décret, par Migno jean Philippe , le 28 mars 2017 à 00h46

    je suis favorable à ce projet de décret qui fait évoluer le droit de chasse dans la bonne direction

    Jp Migno
    23 tr Baret
    13100 Aix en Provence
    jpmigno@hotmail.com

  •  Laisser nous tranquilles, par jean , le 28 mars 2017 à 00h44

    Oui les chasseurs font plus que ces bobos écolos qui n’ont aucune passions dans la vie hormis celle de faire chier ceux qui en ont une. Comme d’habitude, les chasseurs sont montrés du doigt, on en a marre, vous parlez de nature on vous voit jamais faire quoi que ce soi pour la nature et encore moins sur le terrain. Quand une ministre de l’écologie souhaite prolonger la chasse aux sangliers, c’est bien sur les chasseurs qui lui ont mis le couteau sous la gorge !! et bien non bandes d’ignares, c’est des plaintes pour dégâts qui remontent au ministère, et les mesures qui en découlent sont évidemment prises même si elles vous déplaisent.

  •  pour ce décret auquel je suis favorable, par Giraud jean , le 28 mars 2017 à 00h42

    je suis favorable à ce décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Farouchement opposée à ce décret ! , par Armelle Moindrot , le 28 mars 2017 à 00h25

    Cela fait des décennies que nos gouvernements successifs vont dans le sens des chasseurs ! Pour les autres usagers de la Nature ils n’ont que mépris.
    Je suis opposée à ces tueries cruelles et inutiles visant à exterminer renards blaireaux belettes ou autres pour la simple raison que ces animaux "prélèvent" du gibier. Le remplacement du terme "nuisible" ne change rien à l’affaire. Comment nous faire croire que les chasseurs sont garants de l’équilibre et de la biodiversité ? Quelle ineptie vraiment !!! On extermine les renards et on paye ensuite des dédommagements aux agriculteurs dont les cultures ont été ravagées par les campagnols. Ou alors on se débarrasse des campagnols avec des produits qui empoisonnent la terre et les autres animaux ! Et tout ça on le paye avec nos impôts !!! Bref ! Ras le bol du lobby des chasseurs qui ne nous apporte que des désagréments : en période de chasse, on n’est pas tranquille pour se balader en forêt, ils détruisent une faune qui nous intéresse et que l’on voudrait préserver, ils peuvent même dans certains cas être de vrais dangers publics. La faune sauvage est un bien de tous. C’est notre patrimoine ! Les gouvernants doivent prendre en compte nos avis ! La gestion de la faune sauvage doit être confiée à des scientifiques et des naturalistes.

  •  Demande d’amélioration de la situation des animaux mal-aimés, par POGGIOLI COLETTE , le 28 mars 2017 à 00h23

    Je m’oppose farouchement à l’acharnement injustifié dont sont victimes renards, fouines, martres, corbeaux freux, pies bavardes et étourneaux.

    Je demande une modification radicale du régime qui leur est applicable par

    . La prise en compte de leur rôle bénéfique dans les écosystèmes et pour
    les activités humaines

    . L’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que
    déterrage et pièges tuants et mutilants. Quelle cruauté. Pauvres bêtes
    et quelle souffrance. Pourquoi vouloir toujours tuer ou mutiler ?

    . La mise en oeuvre systématique de solution alternative non létales.

    STOP au lobby chasse et cessez le massacre. Honte à vous de faire souffrir ces animaux. MERCI DE PENSER A LA SOUFFRANCE DE CES ANIMAUX.

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par Florence Chabord , le 28 mars 2017 à 00h18

    Grâce à ce projet, les espèces ne seront plus « nuisibles » mais « susceptibles d’occasionner des dégâts »… Cependant cette modification sémantique ne change absolument rien au régime destructeur qui leur est applicable : tir en dehors de la période de chasse, déterrage des renards ou encore piégeage non sélectif et mutilant restent possibles toute l’année !
    Il est indispensable de revoir le régime applicable aux espèces concernées et notamment :
    - la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    - l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    - la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    - la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

  •  un projet qui va dans le bon sens, par Foulon Frédérick , le 28 mars 2017 à 00h17

    Je suis pour ce projet qui permet de réguler les prédateurs de la petite faune sauvage , et des éleveurs de volailles de nos campagnes. Malgré les prélèvements de renards par piégeage , tirs ou déterrages, leurs populations ne cesse d’augmenter , au point que les populations de perdrix et de lièvres sont en train de disparaître de nos campagnes. Les renards sont en train de s’installer dans nos villages ,venant faire des jeunes dans les vieux bâtiments , souillant nos jardins de leurs excréments si dangereux pour la santé .Il suffirait d’arrêter la prédation une seule année pour voir la population de ces prédateurs exploser. Laissons gérer nos campagnes par des hommes compétents, qui ,grâce a leur connaissance de la faune sauvage , nous permettent de voir lors de nos sorties en campagne des animaux sauvages en équilibre dans la nature.

  •  O.K, par GAMOND Régis , le 28 mars 2017 à 00h11

    d’accord avec ce projet sans réserve.

  •  reconquête de la Biodiversité ... ou abandon du pays aux tueurs d’animaux ? , par Chris34 , le 28 mars 2017 à 00h08

    bonjour,

    la lecture du titre du projet semblait annoncer une amélioration pour les animaux sauvages .... Hélas il semble que la faune sauvage soit encore une fois, en France, considérée uniquement comme un outil, un jouet mis à disposition de quelques-uns qui se distraient dans moult manières de tuer.

    Une preuve simple et facile à identifier est LE REFUS perpétuel par les représentants de la Chasse de classer le sanglier dans la liste des nuisibles de la plupart des départements !

    Habitant un petit village d’une vallée magnifique dans le nord de l’ Hérault, un voisin m’a expliqué fièrement avoir tué 59 renards avec sa carabine à visée lazer ...sans sortir de son véhicule !!!!!! Depuis 8 ans l’impact de la chasse et du piègeage est CATASTROPHIQUE sur les populations des oiseaux ...et ne règle en rien la problématique de la surpopulation des sangliers largement entretenue par le nourrissement ET les élevages clandestins .

    Nombre d’ agriculteurs sont d’ ailleurs maintenant EXCEDES par les chasseurs ou piègeurs.

    Merci de ne plus détruire les pies bavardes ET geais des chênes qui attaquent les frelons asiatiques.

    Merci de COMPRENDRE que les surpopulations de sangliers et chevreuils peuvent être régulées efficacement par quelques centaines de loups et de lynx , comme actuellement dans beaucoup de pays voisins !

    Merci de ne PAS accepter de détruire toute une population ( blaireaux, renards, corvidés ...) d’un département entier quand une petite commune seule a été impactée par un dégât !
    Merci enfin de prendre en compte le souhait de la TRES grande majorité des citoyens électeurs qui souhaitent des printemps, étés et automnes en PAIX et SECURITE, des forêts pleines d’ animaux et des dimanches et jours fériés sans chasseurs ni piègeurs !!

  •  Projet decret chasse, par Michel G , le 27 mars 2017 à 23h55

    Je suis entièrement favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions de la chasse.

  •  projet de decret, par bernardeau , le 27 mars 2017 à 23h49

    Totalement favorable à l’ application de ce décret car seuls les gens de terrain sont à même de juger la nature et l’ importance des dégâts provoqués par les espèces nuisibles.

  •  projet de décret relatif a l application des dipositions cynégétiques de la loi 2016 du 8 aout 2016-1087, par mollar alain , le 27 mars 2017 à 23h49

    je suis tout à fait favorable a l intégralité du projet de décret .

  •  projet de décret qui concerne diverses dispositions chasse, par Philippe Porcher , le 27 mars 2017 à 23h46

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduiit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Pour le projet, par Brest , le 27 mars 2017 à 23h45

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Favorable au décret , par Mirto Hugues , le 27 mars 2017 à 23h44

    Je suis favorable à la mise en place de ce décret

  •  Avis favorable , par Patrice , le 27 mars 2017 à 23h43

    je suis favorable à l’ensemble des dispositions de ce projet de décrét et aussi aux simplifications administratives.

  •  Pour ce décret - 27 mars 2017, par Olivier Latil , le 27 mars 2017 à 23h38

    Je suis tout à fait favorable à ce décret qui traduit de manière équilibrée les évolutions de la chasse que nous souhaitons.
    Cordialement
    Olivier

  •  favorable au projet, par DOMINIQUE PERETTI , le 27 mars 2017 à 23h31

    je suis favorable à ce projet de decret qui traduit les evolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Je suis favorable au decret, par Alivon laurent , le 27 mars 2017 à 23h28

    Je suis favorable au projet de decret sur la chasse

  •  Destruction... encore et toujours..., par Nathalie Chotel , le 27 mars 2017 à 23h26

    Renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes, étourneaux sansonnets et geais des chênes : destruction assurée de ces si épouvantables, si effroyables espèces !
    Chasseurs et législateurs, même combat, n’est-ce pas ?
    L’éradication annoncée d’êtres vivants et sentients qui ne demandent rien d’autre que de vivre leur vie !
    Ces vies, nécessaires à l’écosystème, fondamentales à une nature mise à mal par le seul être qui s’arroge le droit de vie ou de mort sur toute autre espèce que la sienne.
    Quelle fatuité ! Quelle suffisance de se croire à ce point supérieur que le plaisir d’anéantir l’emporte sur le respect dû à la terre nourricière et au règne animal, dont jusqu’à plus ample informé il fait partie intégrante ! Et dire que nous sommes au XXIème siècle… Quelle évolution !

  •  Je suis favorable, par Alivon laurent , le 27 mars 2017 à 23h25

    Je suis favorable à ce projet de décret

  •  Qui sont les nuisibles ?, par Pascale PICKETT , le 27 mars 2017 à 23h23

    Les chasseurs ignares et dangereux qui détruisent la biodiversité en harcelant, torturant, tuant des animaux sur lesquels ils projettent leurs fantasmes malsains et morbides. Ces animaux sont absolument nécessaires à l’équilibre des éco-systèmes dont nous sommes interdépendants et leur laisser une petite place pour survivre est la moindre des reconnaissances. Nous en serions les premiers bénéficiaires. On leur attribue des dégâts... vous plaisantez et l’homme qu’est-il en train de faire subir à la nature, au vivant, à l’héritage des générations futures ?

  •  Favorable, par Carli , le 27 mars 2017 à 23h20

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Oui pour l’application des dispositions cynégétiques de la loi 2016-1087, par Fernand GUILLOT , le 27 mars 2017 à 23h14

    Je suis favorable à ce projet qui traduit les évolutions du droit de chasse que nous souhaitons ;

  •  Les espèces baptisées nuisibles sont indispensables à l’équilibre des écosytèmes, non à leur destruction, par couloudou françoise présidente de l'association Naturjalles (St Médard en Jalles) , le 27 mars 2017 à 23h11

    La loi propose de remplacer "espèces nuisibles" par "susceptibles d’occasionner des dégâts" Mais de qui se moque-t-on?
    Ce changement sémantique ne propose aucun changement par rapport au régime destructeur qui est appliqué aux renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux freux, geais des chênes, étourneaux... qui font partie de la BIODIVERSITÉ au même titre que l’Homme
    et cette proposition fait partie de la loi du 8 août 2016 loi dite pour "la RECONQUËTE DE LA BIODIVERSITÉ" ?
    Cette reconquête se doit bien au contraire prendre en compte le rôle de ces espèces dans les écosystèmes, et INTERDIRE de recourir à des modes de destruction d’une cruauté inouïe
    Naturjalles demande expressément que cette loi classant et prescrivant la destruction de ces espèces soit SUPPRIMÉE
    IL serait bon de demander l’avis de scientifiques du Museum...
    POur Naturjalles
    Françoise Couloudou

  •  Oui, par Antho , le 27 mars 2017 à 23h08

    Je suis favorable à ce projet de décret

  •  Avis, par Bertrand , le 27 mars 2017 à 23h06

    Ce projet n’appelle pas de commentaires de ma part
    avis favorable

  •  Décision partiale non argumentée, par birraud , le 27 mars 2017 à 23h00

    Il n’est pas compréhensible que les renards, martres, belettes, fouines et putois soient considérés comme susceptibles d’occasionner des dégâts quand on se prévaut d’être pour la biodiversité ! L’empêchement de tuer, parce qu’il seraient concurrencés par des espèces naturellement présentent dans la nature en France, formulé par les chasseurs n’est pas un critère ! Il n’est pas dit sur quelle base scientifique pluridisciplinaire est décidé que tel ou tel animal sauvage est condamnable !
    Selon la décision du CNCFS du 25 octobre 2016, cité dans le projet, le vote était consacré aux espèces exotiques envahissantes ! Il n’y donc pas cohérence avec de quelconques espèces autochtones qui vivent dans nos régions depuis des siècles.
    Un juste équilibre entre les espèces y compris l’humain doit être ainsi recherché pour définir quelles espèces sont susceptibles de provoquer des dégâts réels.
    Il semble que le seul point de vue que certaines espèces seraient trop présentes par rapport à d’autres qui plairait, à l’homme, de voir se reproduire n’est pas une bonne gestion de la biodiversité ; les déséquilibres provoqués par les activités humaines et la chasse très ciblées de certaines espèces est un vecteur essentiel au déséquilibre actuel !
    L’équilibre naturel, source d’une diversité d’espèces, ne peut donc être rétabli qu’en prenant la précaution de classer les espèces selon de vrais critères unanimement reconnus, et de déterminer qu’elles sont les vrais inconvénients de laisser les écosystèmes vivre sans intervention de l’humain régulateur ou prédateur pour des raisons ludiques.

    La destruction d’espèces autrefois nuisibles ne doit elle pas être décidée en concertation avec des associations de protection de la nature reconnues et non par des acteurs professionnels d’une gestion économique au service de certaines catégories d’activités !
    Les écosystèmes sont rapidement fragilisés par l’activité humaine, il convient de s’assurer en permanence de leurs santés, le passage à six ans n’est pas compatible avec cette surveillance ; ceci d’autant que les moyens mis à disposition pour cette surveillance impartiale sont dérisoires au regard de l’enjeu.

  •  favorable au décret, par M GABINEL STEPHANE agriculteur sinistré par les dégats de grands gibiers , le 27 mars 2017 à 23h00

    je suis favorable à la chasse et à la gestion de toutes espèces nuisibles à l’agriculture et à la sécurité routière.

  •  opposition à ce projet de décret, par Devarennes Dominique , le 27 mars 2017 à 22h59

    je souhaite m’opposer à ce décret qui une fois de plus intensifie la destruction des animaux dits sauvages :
    1/ il faut tenir compte de leur rôle et de leur impact dans les écosystèmes : tous sont utiles ;
    2/ arrêtons d’utiliser des méthodes des temps anciens, méthodes révoltantes et cruelles ;
    3/ arrêtons de répondre par l’affirmative au lobby chasse
    4/ réfléchissons plutôt à d’autres solutions pour vivre avec
    5/ détruire c’est une réaction d’homo sapiens première génération ;
    6 / devenons civilisés !

  •  Pour le projet, par Patrick , le 27 mars 2017 à 22h59

    Je suis pour ce projet parfaitement respectueux de notre écosystème et tout particulièrement écologique.
    Il traduit parfaitement les évolutions souhaitables du droit de la chasse,
    Patrick

  •  Projet de décret, par PINGOUROUX Claude , le 27 mars 2017 à 22h53

    Je suis totalement favorable à ce projet de décret qui va absolument dans le sens de l’évolution que nous souhaitons pour la Chasse.

  •  Avis sur le décret relatif à l’applicatyion ds dispositions cynégétiques de la loi 2016-1087 ., par de Salve , le 27 mars 2017 à 22h48

    Je suis favorable à ce décret qui traduit l’évolution de la chasse actuelle .

  •  Faisons confiance aux hommes et aux femmes de terrain, par Garrigues , le 27 mars 2017 à 22h47

    Je suis favorable à ce décret

  •  Je suis favorable à ce projet, par C.G , le 27 mars 2017 à 22h45

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitions.

  •  Concernant les espèces susceptibles d’occasionner des dégâts., par André DENIS , le 27 mars 2017 à 22h45

    Toute espèce vivante est susceptible d’occasionner des dégâts pour une autre espèce. Dans le cas du campagnol terrestre, sa prolifération peut causer des dégâts dans les près, mais grâce aux renards leur population peut être limitée sans utilisation de bromadiolone qui tue également les rapaces prédateurs de campagnol. Le renard peut nuire au gibier d’élevage fraichement relâché et déplaire aux chasseurs qui auront dépensé beaucoup d’argent pour se payer leurs 4x4 diesel polluants et leurs fusils accidentogènes sans lesquels on a l’impression qu’ils n’auraient plus aucun moyen de subsistance.
    Laissons de préférence la nature se réguler elle-même en favorisant les interactions entre espèces.

  •  Avis sur projet de décret, par GILLY Frederic , le 27 mars 2017 à 22h44

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que je souhaite.

  •  On prend les mêmes et on recommence ?, par Diot , le 27 mars 2017 à 22h43

    On remplace tout simplement "nuisibles" par "espèces sauvages indigènes susceptibles d’occasionner des dégâts" !! Pour le reste on continue à ne pas voir plus loin que le bout de son nez et on cherche à faire plaisir aux chasseurs et autres prédateurs. Vive le progrès....
    Je suis contre, contre, et contre !

  •  non au projet de modification de decret de loi sur la biodiversité, par ODILE MAILFERT , le 27 mars 2017 à 22h40

    Je suis contre la modification de ce décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages.

    « Non à ce projet de décret qui maintient et même renforce un régime juridique hérité du XIXème siècle et entièrement conçu dans une logique de destruction. Non à cette loi dite de « reconquête de la biodiversité » qui n’est vouée à exister que pour céder notre biodiversité à l’influence des milieux agricoles et cynégétiques.
    Il est sans aucun doute plus urgent de mettre en place un système de vérification indépendant de la réalité des dégâts sur les activités économiques.
    Non à ce projet de décret qui prolonge la durée actuelle de l’arrêté ministériel de classement des espèces sauvages dites « nuisibles » de 3 ans à 4 ans. Pire, puisqu’il prévoit à partir du 1/07/2019 un classement pour 6 ans. Une aberration lorsque l’on connaît la durée de vie des espèces concernées. Qui est de 3 ans pour la belette et que celle du renard est de 3 à 5 ans, de plus la dynamique de la belette, du renard et des autres petits mammifères classés comme nuisibles est directement liée aux cycles de pullulation des rongeurs…
    Non à ce décret qui en prolongeant la durée actuelle de l’arrêté ministériel de classement des espèces sauvages dites nuisibles, réduira évidemment les possibilités de recours contentieux des associations.
    Non à ce décret qui, en fin de compte, permettrait de faciliter la destruction d’une partie de la faune sauvage sans un regard extérieur indépendant.
    Chaque année 2000 belettes, 3000 putois, 8000 martres, 17 000 fouines, 22 000 blaireaux, et 430 000 renards sont tués. C’est l’équilibre proies prédateurs qui est durement touché ce qui occasionne une prolifération des petits rongeurs comme les campagnols, contre lesquels on déverse, à tour de bras, de la Bromadiolone, un poison puissant qui fait de terribles dégâts collatéraux en tuant massivement nos rapaces diurnes et nocturnes, qui rappelons-le, sont tous protégés en France et en Europe.

    Dans la reconquête de la biodiversité il serait urgent, plutôt que de renforcer les actions contre les nuisibles, de les alléger afin d’obtenir un dispositif adapté au respect de la diversité biologique en conformité avec les connaissances actuelles sur la biologie et du rôle positif des espèces dans les écosystèmes et vis-à-vis des activités humaines (la prédation naturelle des rongeurs est une aide incontestable et gratuite pour les agriculteurs)

  •  vive la biodiversité, par rapin suzanne , le 27 mars 2017 à 22h33

    Notre environnement s’appauvrit de jour en jour, de façon insidieuse.

    Faudra-t-il que nos descendants aillent au zoo pour voir de visu un renard , un blaireau, une belette ?

    De grâce , arrêtons le massacre .

  •  Du respect et de la protection pour la faune sauvage ! , le 27 mars 2017 à 22h28

    Par ce projet, les espèces ne seront plus « nuisibles » mais « susceptibles d’occasionner des dégâts »… Sauf que cette modification sémantique ne change absolument rien au régime destructeur qui leur est applicable : tir en dehors de la période de chasse, déterrage des renards ou encore piégeage non sélectif et mutilant restent possibles toute l’année !

    Des espèces autochtones détruites plus longtemps

    Pire encore. Une fois considérés comme « susceptibles d’occasionner des dégâts », renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes, étourneaux sansonnets et geais des chênes pourront être détruits pendant… 6 ans !

    renard-500Avant 2012, ces listes noires étaient revues chaque année ; en 2012, leur révision intervenait tous les 3 ans, ce qui était déjà catastrophique. Avec ce projet, ces espèces auront une chance mince de voir leur statut modifié tous les 6 ans, ce qui ne correspond à aucune réalité scientifique. Où s’arrêtera le ministère ?

    Ceci est d’autant plus intolérable que ces listes noires sont fondées sur des éléments partiaux fournis par les fédérations de chasseurs et les piégeurs, sans aucune vérification possible par un organisme indépendant.

    De plus, le rôle de chaque espèce dans les écosystèmes, ainsi que les services écologiques gratuits qu’elles rendent aux activités humaines (dissémination des végétaux, régulation naturelle des rongeurs, prévention des épidémies par l’élimination des cadavres,…) sont officiellement écartés lors de l’établissement de ces listes.
    Je m’oppose à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :

    la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

  •  non au changement, par jerome , le 27 mars 2017 à 22h26

    Pourquoi changé quelques choses qui fonctionnent. Beaucoup de personnes parlent sans réellement connaître l’évolution des espèces. Le monde de la chasse fait depuis de nombreuses années des études sur l’évolution d’espèces comme le lièvre et la perdrix en constatant que la population des nuisibles tué plus que le chasseur donc le chasseur régule ces population et ne veuxpas l’extermination

  •  projet de décret de la loi 2016-1087 dun8 aout 2016 , le 27 mars 2017 à 22h23

    Monsieur
    Le projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la loi 2016-1087 du 8 aout 2016 pour la reconquête de la biodiversité de la nature et du paysage : un bien grand intitulé pour une destruction encore plus massives des espèces autochtones qui jouent pourtant un rôle très important dans l’équilibre naturel(régulation des espèces, élimination des cadavres....)
    Pourquoi? Pour répondre encore à la demande du lobby chasse !!!Et, nous, non chasseurs, on nous ne demande pas notre avis !!!

    Comment osez-vous voter des lois où l’animal sauvage n’aura plus aucun répit pour sa survie pendant 6 ans !!
    Rendez-vous compte que, à cause de cette loi, on risque encore de voir des espèces éliminées de la surface de la terre.

    Ils sont considérés comme" susceptible d’occasionner des dégâts"
    Qui occasionne d’immenses dégâts sur cette terre? L’homme !!!
    Eux, animaux soit disant "nuisibles" respectent leur lieu de vie pour la survie de leur espèce.

    Comment peut-on accepter de détruire des animaux en leur occasionnant des souffrances insoutenables !

    Aussi réfléchissez avant de voter cette loi pour l’avenir de la faune.

    Avez-vous envie de dire à vos petits enfants, arrière-petits enfants que " cet animal, tu ne le verras plus, il a disparu de la terre à cause de la stupidité des humains"

    Je vous en prie, ayez un peu de bon sens et pensez aux générations avenir.
    Merci

  •  Le pouvoir à ceux qui connaissent VRAIMENT la nature, par terrasse , le 27 mars 2017 à 22h22

    Aimer la nature est une très belle chose, mais la connaître vraiment est une toute autre histoire !
    Je suis chasseur et pêcheur ce qui fait que je passe la plus grande partie de mes moments de libre dans cette nature que je chérie tout au long de l’année. C’est bizarre mais je ne vois que très rarement des écologistes lors de mes sorties, J’admet qu’avec un fusil je peux faire peur, mais avec un canne à pêche faut pas pousser.
    Je vais énumérer de simples vérités :
    Les chasseurs sont à l’origine de l’extension de l’air de répartition des grands cervidés, population multipliée par 10 pour le cerf et 20 pour le chevreuil en moins de 30ans.... comme quoi on ne tue pas tout !!!
    les chasseurs se sont portés acquéreurs de nombreuses zones humides et les entretiennent à leurs frais
    les chasseurs seuls financent les dégâts de grand et petits gibiers et non l’ensemble des contribuables
    Les chasseurs limitent les demandes de destruction (faute de pouvoir les stopper) des agriculteurs et sylviculteurs qui eux sont pour une extermination du gibier
    Les chasseurs crées chaque année des noyaux de populations de petits gibiers et les suivent quotidiennement (je n’ai jamais vu un pseudo écolo braver le froid et la neige pour aller donner à manger aux perdreaux avec pour seule récompense le bonheur de les voir voler devant son chien sans même les tirer !)
    Il y a des dizaines d’exemples à citer, où les chasseurs sont les garant d’une nature authentique.

    pour les pêcheurs :
    Eux aussi sont passés de la cueillette à la gestion, les mailles et le nombre de captures ont été ajustés pour chaque espèces
    eux seuls se battent contre les micro centrale électriques qui sont censées produire de l’électricité verte ! VERTE mon oeil, leurs barrages stérilisent les rivières en amont et en aval, la continuité écologique des sédiments et des poissons elle est où la dedans ! et quand il y a vidange, les tonnes de boue colmatent les fonds sur des kilomètres réduisant ainsi la vie au néant !
    là non plus PAS UN écologiste qui monte au créneau pour dénoncer ces scandales... Les poissons mourants ne crient certes pas bien fort !!!!
    Oh OH OUVREZ LES YEUX, messieurs les VERTS, si vous passiez autant de temps dans la nature que nous, les pêcheurs et les chasseurs, vous ne feriez pas campagne contre nous mais bien AVEC NOUS !!! notre but est au final n’est pas si différent, que la nature se porte de mieux en mieux ! seuls diffères la façon de faire, nous gens du cru, du terroir nous agissons concrètement sur le terrain, et vous, au chaud, tapez sur un clavier d’ordinateur. Je défie quiconque sur le terrain de me donner tort !
    A bon entendeur

  •  pour , par romuald , le 27 mars 2017 à 22h19

    les extrémismes de tous bords sont généralement de mauvais conseils, aujourd’hui au grand dam de certains je pense que les chasseurs et les écologistes ont un projet commun celui de préserver la nature et de pouvoir profiter de ses bienfaits.
    les activités humaines ont considérablement modelées notre monde, ces changements ont induits la favorisation d’espèces au détriments d’autres aussi il est de notre devoir de tenter d’équilibrer les choses et de préserver ce qu’il peut l’être.
    je veux bien comprendre les gens qui considèrent que tuer un animal est un crime par contre il faut que ce soit vrai pour tout les êtres vivants, qd vous prenez un antibiotique vous décimez des bactéries qui avaient tout autant le droit de vivre que vous. Il nous faut manger en quoi un végétal serait plus sacrifiable qu’un lapin ...

    il faut respecter la nature dans son intégralité, prélever avec parcimonie ce qu’elle a le mérite de nous offrir

    alors de grace ne nous trompons pas de combat

  •  Application des dispositions cynegetiques, par Garino , le 27 mars 2017 à 22h16

    Je suis favorable a ce projet de decret qui traduit les évolutions du droit de chasse que nous souhaitons.

  •  Projet , le 27 mars 2017 à 22h15

    Je suis entièrement favorable a ce projet

  •  Reconquérir la biodiversité, par Ansel , le 27 mars 2017 à 22h14

    Madame, monsieur

    Je trouve positif qu’une consultation publique aide à redéfinir les termes désuets et erronés d’animaux "nuisibles".
    Il me semble en revanche que la prolongation de la durée de classement des espèces dites susceptibles d’occasionner des dégâts ne peut se résumer à une simple modification rédactionnelle.
    Comment faire croire au grand public, largement acquis à la cause animale, que les chasseurs ne vont pas en profiter pour chasser et piéger comme bon leur semble, sans véritable contrôle !
    Quel sera le suivi réel de conservation de ces espèces sauvages indigènes?
    Un rapport tous les six ans permettra-t-il de vraiment mesurer l’impact des mesures de régulation?
    Le rôle bénéfique des renards, mustélidés et autres corvidés n’est plus à démontrer et le contrôle des populations de rongeurs leur confère un rôle sanitaire incontestable.
    Ils font partie intégrante de notre patrimoine faunistique.
    Prétendre réguler une espèce sauvage qui dérange les activités humaines par le piégeage ou le déterrage est aussi cruel que contre productif. Tous les moyens doivent être mis dans des actions d’effarouchement et de dissuasion.
    Le récent exemple des corbeaux freux de Bar-le-Duc illustre une réelle volonté de promouvoir une éthique respectueuse des rapports entre l’Homme et la faune sauvage.
    La grandeur d’une nation se mesure aussi à ça.

  •  Oui au projet de décret , le 27 mars 2017 à 22h10

    Je suis favorable à ce projet qui traduit les évolutions du droit de la chasse.

  •  oui à ce décret, par H L , le 27 mars 2017 à 22h09

    Il est indéniable que ce projet apportera un plus. Ne laissons pas certaines espèces (renards, fouines....) s’accaparer de nos animaux d’élevage et appauvrissent encore davantage les ruraux.

  •  Favorable, par Jacob , le 27 mars 2017 à 22h04

    Favorable à ce décret , le raton laveur qui a été introduit illégalement est une catastrophe écologique , œufs , oisillons dans les nids sont détruits systématiquement . Les renards avec des cas de gale et echinococcose ne sont pas rares ,sans oublier les dégâts dans des poulaillers familiaux où ils tuent sans discernement ,les fouines présentes désormais en ville , les blaireaux et leurs galeries sous les voies sncf et autoroutières , il faudrait de même se pencher sur le problème castor une plaie pour les propriétaires d’étangs , les ragondins pour les affaissements de berges . Réguler ne veut pas dire exterminer , le juste milieu est existant actuellement , il faut le maintenir .

  •  De la place pour tous, par Quintino , le 27 mars 2017 à 22h03

    Agir pour la biodiversité, c’est prendre conscience que l’homme n’est pas le maître des lieux. Seulement un occupant, parmi d’autres, qu’il se doit de respecter.
    Ne prenons pas tout l’espace. L’homme a tendance à considérer que toute la planète lui appartient et qu’il en est le régisseur unique.
    Laissons de la place aux autres animaux, à la faune sauvage.
    Agir, c’est ne pas considérer comme nuisibles des animaux qui ont, bien évidemment, leur place sur cette Terre, qui font partie de cette biodiversité qu’il s’agit de préserver.

    Les problèmes soulevés dans la cohabitation homme-animal sauvage me semblent n’avoir comme unique solution :" il faudrait moins de cet animal, il envahit nos cultures, mange notre bétail".
    Nous nous nous ! Et eux alors ?
    La solution serait aussi, selon moi, de diminuer la présence de l’homme dans certaines zones. C’est ça le partage.
    Nous nous reproduisons sans compter, et décidons des régulations des autres espèces : mais pour qui l’homme se prend-il ?

  •  Contre le projet qui fait la part belle aux vrais nuisibles (les chasseurs), par Hoarnek Vertigaux , le 27 mars 2017 à 22h03

    Je m’oppose à ce projet de décret qui délègue aux chasseurs une mission de service public aussi essentielle que la préservation de la faune sauvage et des paysages naturels. Une telle mesure est un non-sens total.
    Il faut en finir avec ce discours faisant des chasseurs les connaisseurs de la nature au motif qu’ils seraient les seuls à "pratiquer le terrain". Premièrement, arpenter les bois avec un fusil ne donne pas une connaissance scientifique des écosystèmes. Deuxièmement, il existe de nombreux utilisateurs avertis de la nature (cyclistes, joggeurs, randonneurs, naturalistes...) et pour qui les chasseurs sont un fléau.

  •   regulation des nuisibles, par Fenerol , le 27 mars 2017 à 21h58

    je suis favorable a ce projet de decret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Favorable, par PESCE , le 27 mars 2017 à 21h58

    Bien sur il faut réguler certaines espèces dans certains lieux.
    Les chasseurs le font déjà très bien.

  •  Les Mals AIMES, par Roland GARMOND , le 27 mars 2017 à 21h58

    j’habite un village dans l’aube de 110 habitants, et ne suis donc pas un citadin en mal de nature...
    Je suis contre la destruction des "nuisibles"
    Il est vrai que le renard fait des dégâts auprès de la volaille, mais si comme moi on installe des protections, le risque est largement atténué.
    Il y a 2 ans nous avons subit une invasion de rats taupins, et les dégâts auraient été moindre s’il y avait eu plus de renard...
    Il arrive parfois qu’un blaireau rôde dans mon terrain , mais les seuls dégâts qu’il occasionne est qui mange des limaces, qui elles me mangent mes salades.
    Arrêtons de faire plaisir aux roi de la gâchette et autres(déterrage dans les terriers)...
    Rien n’est plus beau que la biodiversité lorsqu’on sait la regarder.

  •  biodiversté...?, par de benedittis sylvie , le 27 mars 2017 à 21h55

    la biodiversité est bien malmenée,a qui profitera la modification du code de l’environnement? « au lobby chasse » ...le rôle de tous ces animaux est nécessaire à notre écosystème.Pourquoi vouloir toujours détruire et qui plus est de façon souvent cruelles .
    je déplore que l’animal soit si mal considéré dans un monde qui se prétend civilisé...!

  •  nuisible, par potdevin , le 27 mars 2017 à 21h55

    je suis pour réguler les nuisibles.il y en a de plus en plus.
    nous revoyons de plus en plus de renard
    ils arrivent même dans les villages.

  •  projet de decret , le 27 mars 2017 à 21h54

    je suis favorable au projet de décret aux evolution de la chasse.

  •  Décret, par Blanc , le 27 mars 2017 à 21h53

    Je suis favorable à ce projet qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Protéger ce qui doit l’être !, par COMBES Gilles , le 27 mars 2017 à 21h53

    La nature est en grand danger et beaucoup ne comprennent pas ce qui doit être réellement protégé. Ce ne sont pas les espèces en tant que telles mais plutôt le milieu dans lequel elles évoluent qui doit retenir notre attention. Amoureux de la nature, avez-vous bien observé l’évolution des biotopes en quelques 50 ans ?. Globalement un désastre. Et l’évolution de toutes les espèces ? Le déclin hormis les grands animaux. Et croyez-moi, ni la chasse, ni le piégeage ne peuvent être honnêtement mis en cause. Battons-nous pour protéger les milieux, pas pour braquer entre eux les divers utilisateurs de la nature, quelque soit leur façon de le faire.
    Je suis donc favorable à ce projet de classement pour 6 ans. On économisera ainsi notre énergie à d’autres combats.

  •  Non à la destruction de notre faune., par Marc Jacqmin , le 27 mars 2017 à 21h52

    Je m’oppose à la destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneaux sansonnets par quelques moyens que ce soit. Je suis pour la protection impératives des écosystèmes. Je suis opposé à la destruction des espèces prédatrices et de toutes solutions cruelles de diminution de notre faune déjà fortement déséquilibrée.

  •  je suis pour la limitation des nuisibles. , le 27 mars 2017 à 21h52

    pour continuer a reguler les nuisbles pour toutes les raisons que nous chasseurs evoquont sans arret lors de revisions de textes comme celui ci.

  •  Avis sur le projet de decret, par Collado Jean , le 27 mars 2017 à 21h50

    Je suis favorable à ce projet de décret tel qu’il a été validé par les différents acteurs du CNCFS

  •  Les Mals AIMES, par Roland GARMOND , le 27 mars 2017 à 21h46

    J’habite un village de 110 habitants dans l’Aube, et ne suis donc pas un citadin en mal de nature.

    Je suis contre l’élimination des"Nuisibles"
    Le Renard fait il est vrai des dégats dans les basses cours, mais si l’on installe comme moi des protections, l’on a beaucoup moins de problême.
    Il y a 2 ans nous avons eu une invasion de rats taupin, et s’il y avait eu plus de renards,les rats auraient fait moins de dégâts...
    Un blaireau vient de temps à autres dans mon jardin (5000m), et ne fait comme dégâts qu’avaler des limaces, qui elles me mangent mes salades...
    Arrêtons donc de faire plaisir aux rois de la gâchette, ou pire à ceux qui chasse par le déterrage blaireaux et compagnie.
    Il n’y a rien de plus beau que d’admirer la biodiversité, ne gâchons pas la diversité...

  •  contre, par gay , le 27 mars 2017 à 21h46

    la nature doit rester elle meme se n’est pas au bureaucrate de decider car devant un ordinateur et quelque copains de bureau devant un verre decide de changer la chasse ,la peche la nature moi je dit messieur rester devant vos ordinateur et continuer a cliquer sur jeux et connecter vous avec vos copains et jouer mais laisser les chasseurs et pecheurs a leur nature
    a bon entendeur Merci.

  •  Non à ce projet de décret, par Aves France , le 27 mars 2017 à 21h46

    L’association AVES FRANCE a pour objectif la protection de la faune sauvage, y compris celle dite "ordinaire" de nos campagnes.
    Ce projet de décret ne s’inscrit en aucun cas dans le cadre de la reconquête de la biodiversité, bien au contraire.
    Le seul fait de vouloir remplacer le mot "nuisibles" par l’expression « susceptibles d’occasionner des dégâts » ne permet absolument pas de mieux protéger la faune sauvage, c’est de la poudre aux yeux !
    En effet, le projet de décret prévoit « la prolongation de la validité de l’arrêté ministériel du 30 juin 2015 relatif au classement des espèces sauvages indigènes susceptibles d’occasionner des dégâts (ex – « nuisibles ») du 30 juin 2018 au 30 juin 2019, et l’augmentation à compter du 1er juillet 2019 de la durée de classement de certaines espèces sauvages indigènes en tant qu’espèces susceptibles d’occasionner des dégâts (de 3 ans à 6 ans) par arrêté ministériel ». Il s’agit là typiquement d’une manoeuvre grossière pour détruire davantage de ces fameux "nuisibles".

    A ce propos, nous rappelons que qu’une espèce animale peut être classée comme "nuisible » à condition que cela soit justifié et en accord avec le droit national. Pour certaines espèces, par exemple des membres de la famille des mustélidés, ce classement doit respecter le droit international, notamment la Convention de Berne du 19 septembre 1979 (qui, outre certains mustélidés concerne le Corbeau freux, la Corneille noire, le Geai des chênes, la Pie bavarde et l’Étourneau sansonnet), et le droit communautaire, la Directive « Oiseaux » du 2 avril 1979 devenue la Directive du 30 novembre 2009 (pour le Corbeau freux, la Corneille noire, le Geai des chênes, la Pie bavarde et l’Étourneau sansonnet) et la Directive « Habitats » du 21 mai 1992 (pour la Martre des pins et le Putois d’Europe).

    Il convient donc de démontrer qu’il n’existe pas d’autres solutions satisfaisantes ou alternatives écologiques à la destruction de ces animaux.
    Par ailleurs, un rapport relatif à l’état de conservation des espèces sauvages doit être transmis à la Commission européenne tous les 6 ans. Plusieurs mesures doivent faire l’objet d’un rapport :

    - en cas de dérogations faites à ces espèces protégées par la Convention de Berne ou la Directive « Habitats » : rapport auprès du Comité permanent de ladite Convention de Berne ou de la Commission européenne tous les 2 ans ;
    - en cas de dérogations autorisées par la Directive « Oiseaux » : rapport auprès de la Commission européenne chaque année.

    Nous sommes donc totalement opposés à l’allongement de la durée de classement des espèces d’animaux indigènes « susceptibles d’occasionner des dégâts », de 3 ans à 6 ans, qui n’est absolument pas justifié sur le plan écologique, ou scientifique.

    Pour Aves France, la vice-présidente : sylvie Cardona

  •  Gestion de la chasse, par Cheilan Jean Marie , le 27 mars 2017 à 21h45

    Je suis entièrement pour. Je souhaite que les pouvoir de décisions soit davantage donnés au fédérations départementales qui gèrent à merveille la chasse que se soit pour le gibier et les nuisibles.

  •  Opposition à l’actuel projet de décret relatif à l’application de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016., par Netchaieff , le 27 mars 2017 à 21h45

    Je m’oppose à ce projet dans la mesure où il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet.
    La modification sémantique prévue par ce projet n’a d’intérêt que si elle s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :

    la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

    Marguerite Netchaieff

  •  Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016, par Bourdon , le 27 mars 2017 à 21h45

    Je suis favorable à ce décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Favorable !!!, par Laurence , le 27 mars 2017 à 21h44

    Je suis favorable à ce projet de décret !

  •  OUI à ce projet de décret, par freddy , le 27 mars 2017 à 21h39

    Il est ahurissant de voir les commentaires de ces pseudos écolos qui pour la plupart ne mettent jamais un pied au cœur de nos campagnes (je ne parle pas des routes goudronnées m’ssieurs dames)sauf peut être l’été lorsqu’ils partent 15 jours en vacances se ressourcer.
    Ils pratiquent la politique de l’autruche tout le reste de l’année et crient au scandale lorsqu’un chasseur prélève un animal soumis à plan de chasse. Pourtant ces même personnes sortent la bombe insecticide lorsqu’une mouche ou qu’un moustique vient troubler leur tranquilité ( ou pire une abeille).
    Qu’on le veuille ou non il faut réguler les espèces animales d’une façon ou d’une autre car l’évolution de nos modes de vie à TOUS fait que l’homme grignote de plus en plus sur la nature.
    Alors certes il faut faire très attention à ce que l’on fait en matière environnementale. Et sur ce point le monde de la chasse connait très bien le sujet, et les "vrais" savent souvent de quoi ils parlent. ( oui je dis les vrai car dans ce milieu, comme dans tout autre...... il y a aussi des rigolos et c’est souvent ceux là que l’on nous montre).
    Merci.

  •  oui aupojet, par felician , le 27 mars 2017 à 21h39

    je suis favorable a ce projet de décret qui traduit les evolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  favorable au projet, par ROUX Christian , le 27 mars 2017 à 21h39

    Je suis entièrement favorable à ce projet qui traduit les évolutions du droit de la chasse
    que nous souhaitons.

  •  Contre le prolongement de la période de destruction des renards., par De Paulis Anne , le 27 mars 2017 à 21h39

    Je m’oppose à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :

    la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

  •  Decret animaux nuisibles, par calfopoulos philippe , le 27 mars 2017 à 21h37

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit une évolution que les chasseurs souhaitent.

  •  Opposition au projet de décret , par Wauquier Pauline , le 27 mars 2017 à 21h36

    Madame, Monsieur.

    Je vous écris ici pour vous faire part de mon inquiétude quant au sort réservé à une certaine catégorie d’êtres vivants doués de sensibilité et ressentant la douleur comme vous et moi : les dits animaux "nuisibles".
    Ceci est aussi valables pour la faune sauvage en général dont le statut juridique a parfois tendance à évoluer dangereusement ces derniers temps...

    Etudiante dans la gestion de l’environnement, il m’est quasiment quotidien d’avoir affaire au monde cynégétique, de près ou de loin.

    Je suis habituée à leur rhétorique dénuée d’arguments valables, recevables et surtout à leur supposé devoir de régulation.

    Ce qui m’inquiète en tout premier lieu, c’est leur coutumière obstination à vouloir prendre possession du milieu forestier et à penser savoir mieux que quiconque comment en assurer la gestion... mieux même que la nature elle-même.

    Mais ce qui me désespère d’autant plus, c’est votre soutien à leur égard, vous semblez courber l’échine face à leurs moindres caprices comme si une pression s’exerçait implicitement entre la loi et ces usagers du milieu forestier.

    Comme ils savent comment obtenir votre aval et provoquer votre soutien, ils continuent à émettre des requêtes toutes aussi exubérantes les unes que les autres et pour leur seul intérêt, certainement pas celui de l’environnement !

    Ils vont à chaque fois plus loin jusqu’à ce que leurs "vœux" ne soient plus réalistes et que soit franchit la limite de l’acceptable.
    Quoique, ne l’est t-elle pas déjà ?

    La chasse au loup en est un parfait exemple...

    J’espère au fond de moi que vous serez en capacité de prendre conscience à temps de la menace imminente que le monde cynégétique dans sa plus grande majorité représente...

    Je vous remercie par avance pour l’attention que vous porterez à mon présent message.

    Pauline Wauquier, jeune femme de 24 ans qui souhaite l’équilibre naturel des bois et forêts de son pays, AVEC leurs habitants.

  •  décret , le 27 mars 2017 à 21h35

    je suis favorable à ce texte

  •  laissons la nature gérée par ceux qui la cotoient au quotidien, par DELARUELLE , le 27 mars 2017 à 21h34

    Je suis favorable au projet :
    il est indispensable de réguler un certain nombre de prédateurs qui lorsqu’ils sont en surnombre ont un impact négatif important sur la faune et peuvent être vecteur de maladies.
    Il est essentiel que l’avis des gens qui côtoient la nature au quotidien soit pris en compte et non l’avis seul de gens qui ne voient les choses qu’à travers la sensiblerie désormais à la mode au sein qui gens qui souvent vivent en ville et voient chaque mort de prédateur comme un acte de cruauté gratuite.

  •  très bon projet., par Donnat , le 27 mars 2017 à 21h33

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de chasse que nous souhaitons.

  •  Chasse , par Archambault , le 27 mars 2017 à 21h33

    Je suis favorable à ce projet de décret

  •  Mesure contraire à l’écologie et la biodiversité, par Blanc , le 27 mars 2017 à 21h32

    Il serait étonnant que les commentaires de cette consultation soient pris en compte mais puisqu’un espace pour s’exprimer existe, profitons-en. La notion de "nuisible" est dénuée de tout fondement scientifique. C’est l’humain qui décrête que des espèces sont nuisibles car il considère que ces animaux ne servent pas ses intérêts...

    Pas moins de 2 000 belettes, 3 000 putois, 8 000 martres, 17 000 fouines, 22 000 blaireaux et 430 000 renards sont tués chaque année en France ! C’est pourtant notre patrimoine qui est détruit sous différents prétextes.

    La seule réforme à concevoir est celle d’une évolution du statut de ces espèces qui mettra fin au régime actuel de destruction en lui substituant un dispositif adapté au respect de la diversité biologique, en conformité avec les connaissances actuelles sur la biologie et le rôle positif des espèces dans les écosystèmes et vis-à-vis des activités humaines.

  •  Non à la partie 4 du projet, par Sophie ROBERT , le 27 mars 2017 à 21h32

    Quelle honte... et quelle hypocrisie... Passer ces pauvres bêtes de "nuisibles " à "susceptibles d’occasionner des dégâts sans pour autant changer quoi que ce soit à l’enfer que vivent ces espèces.. Pire encore : Prolonger leur calvaire ! Ce projet vise donc à exterminer plusieurs espèces ?... Alors que le gouvernement prône la biodiversité dans des valorisations d’exploitations agricoles type HVE... ? Arrêtons donc de vouloir régenter ainsi la faune et la flore !

  •  projet de decret relatif a l’application de la loi 2016-1087 de 08 08 2016, par jean marie DUTTO , le 27 mars 2017 à 21h32

    je suis favorable a ce projet de decret qui traduit les evolutions du droit de le chasse que nous souhaitons !

  •  pour ce decret, par e maure , le 27 mars 2017 à 21h32

    je suis pour ce decret et surtout la classification des especes susceptibles de creer des degats sur une durée de 6 ans ,ce decret définit des éléments positifs pour le repeuplement et ainsi permettre de redevelopper certaines espéces , aujourdhui on en sait un peu plus sur les nombreuses maladies qui sont colportées par le renard tel que l echinocochose alveolaire ou de plus en plus de cas apparaissent en sachant que le cout de son traitement est d env 100 000 euros par malade. Arrétons de laisser ces prétendus écolos des grandes villes essayer de nous dicter des régles alors qu ils ne sont pas sur le terrain. L équilibre naturel détruit depuis des années n est pas pret de se reconstituer..A nous les chasseurs qui sont veritablement a 100% de leur temps sur le terrain de gérer la nature et essayer de travailler pour la bio diversité...

  •  Amélioration de la situation des animaux mal-aimés, par GAY DANIEL , le 27 mars 2017 à 21h31

    il serait peut être temps de reconsidérer le terme "nuisible" de façon intelligente dans notre société dite évoluée et de reconnaître que toutes les espèces, même celles qui ne sont pas convertibles en argent, ont leur rôle à jouer dans les différents écosystèmes.
    Je demande donc une modification radicale du régime qui leur est applicable, notamment par :
    • la prise en compte de leur rôle bénéfique dans les écosystèmes et pour les activités humaines,
    • l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    • la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales.
    Cordialement
    Un citoyen qui oeuvre pour ses enfants... et ceux des autres.

  •  ce ne sont pas des "nuisibles", par petitjean , le 27 mars 2017 à 21h28

    Il ne faut pas oublier leur rôle bénéfique dans les écosystèmes et pour les activités humaines,
    et pour prouver que l’espèce humaine n’est pas que nuisible il faudrait l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels

  •  Gestion du territoire obligatoire., par gualtieri bernard , le 27 mars 2017 à 21h28

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  avis, projet de décret, code de l’environnement, par Anne Brenac , le 27 mars 2017 à 21h27

    Madame, Monsieur,

    Dans ce projet, j’apprécie le passage de la notion de "nuisible" à celle de " susceptible d’occasionner des dégâts". Cependant, un changement radical au niveau du fond me semblerait primordial par rapport à celui de la forme.

    - Sur le fond, je manifeste avant tout mon opposition au maintien de pratiques cruelles sur toute une catégorie de la faune sauvage (renards, blaireaux etc.).

    - En outre, les espèces concernées ont un rôle à jouer dans l’équilibre écologique, nettement plus positif et moins invasif que celui joué par l’homme. Il parait souhaitable de les laisser remplir ce rôle bénéfique.

    Les pratiques envisagées ne sont plus compatibles avec la prise de conscience actuelle de la nécessité d’un traitement plus "humain" des animaux et plus respectueux des zones rurales.

    L’énorme augmentation de la pression à laquelle sont soumis les milieux naturels et la faune nécessite d’intervenir de manière volontaire, sans toujours s’incliner devant le lobbying des chasseurs (il est préférable de recourir à l’avis de scientifiques compétents dans le domaine de l’écologie et dont le jugement n’est pas faussé par des traditions ou par un intérêt immédiat).

    En espérant que soient entendues les voix qui, comme la mienne, s’élèvent pour demander de manière urgente ce respect de la nature, je vous prie, Madame, Monsieur, d’agréer l’expression de ma respectueuse considération

  •  Proposition remaniement texte, par HERIC Remy , le 27 mars 2017 à 21h26

    Il serait bon, logique et la preuve d’une réelle compréhension de la gestion cynégétique, que de prendre en compte de le rôle des espèces dans leurs écosystèmes. Renards, rongeurs, corvidées... Ont tous leurs places dans l’écosystème qui leur est propre, à l’inverse d’espèces d’origine exotique volontairement importés pour agrementer le loisir de la chasse.

    A ce titre il serait aussi judicieux de mettre en oeuvre :

    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants, méthodes d’un autre temps, dont certains ne feront pas la différence entre les espèces ciblées (piège non selectif)

    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse, cela évitera de devoir gérer en aval de ces actions, des problemes dues à la proliferation des proies.

    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces, elles existent, mais sont volontairement cachées pour ne pas faire de l’ombre à un loisir qui pèse le poids le plus lourd.

    la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

  •  Lutte contre les espèces nuisibles, par Breysse David , le 27 mars 2017 à 21h25

    Nous devons lutter impérativement contre les espèces nuisibles qui détruisent des espèces nécessaires et utiles à la biodiversité animale, à la faune et à la flore.

  •  Projet de decret, par LAINE JEAN-FRANCOIS , le 27 mars 2017 à 21h24

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Decret eau et biodiversité, par BONNIER Bernard , le 27 mars 2017 à 21h17

    Je suis tres favorable à ce décret qui implique les chasseurs dans la gestion de la biodiversité.

  •  Oui, éliminons toute vie sauvage, une fois pour toute. Mais que deviendront les chasseurs ?, par Marianne A , le 27 mars 2017 à 21h15

    Que deviendrait la biodiversité si l’homme n’était pas là pour la réguler, la triturer ? Que deviendrait l’homme s’il ne pouvait pas s’adonner à ce plaisir si intense de torturer et de tuer des espèces en les qualifiant de nuisibles ? Dieu a créé toutes ces espèces pour que l’homme puisse les détruire, ou alors j’ai mal compris ?
    Quand je lis les commentaires des pro-chasses, je me demande qui pourra leur faire comprendre que si toutes ces espèces existent, c’est qu’il y a une raison autre que le seul bon plaisir de l’homme de pouvoir les tuer. Quand ils s’en rendront compte, quand toutes ces espèces auront disparu, ce sera trop tard pour geindre et se lamenter "ah si j’avais su...". Malheureusement ce sera aussi trop tard pour ceux qui respectent la biodiversité et ne se prennent pas pour les rois du monde !!!

  •  Protection de la biodiversité, par Messmer , le 27 mars 2017 à 21h15

    Au cas où j aurais déjà écrit, désolée.
    Si non, il y a urgence à vous dire que je veux qu’on protège la biodiversité, elle est déjà suffisamment en danger. Renards, Blaireaux sont allègrement exterminés par chasseurs et braconniers, en toute indifférence de l’Etat français.
    Pire encore, il autorisé des exactions qui étaient punies précédemment... Revenez à la réalité, l’homme detruit toutes les espèces avec les produits chimiques. Inutile d’aggraver les choses en autorisant la chasse auparavant limitée ou interdite.
    Nous pourrions encore autoriser la VIE à être.
    Merci

  •  droit de la chasse, par achard olivier , le 27 mars 2017 à 21h14

    je suis favorable a ce projet de décrets qui traduits les evolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  je valide ce texte, par thib08 , le 27 mars 2017 à 21h14

    C’est un texte plein de bon sens, honnête, qui met en place des règle claires permettant aux gens de terrain de travailler sereinement.

    Malgré des avis favorables de nos délégués respectifs, il y a toujours des énergumènes soit disant écologistes pour s’opposer à ce texte. Ces gens là sont contre tout, il est donc inutile de tenir compte de leurs commentaires car, de toute façon, leur idéologie dogmatique leur interdit de trouver un accord avec des gens qui vivent avec, pour et par la nature, sans avoir besoin de tout mettre sous cloche.

    La nature doit vivre et les chasseurs, les agriculteurs et les forestiers sont ceux qui la font vivre. Ces hommes de terrain sont les mieux placés pour décider de sa gestion, et ils ont unanimement validé ce texte. inutile de revenir dessus

  •  Favorable au décret, par FABREGUE Patrice , le 27 mars 2017 à 21h10

    Bonsoir,
    Je suis favorable à ce décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Projet, par Francoise , le 27 mars 2017 à 21h08

    Je suis pour ce projet de décret

  •  non à la modification de la loi dans ces conditions , le 27 mars 2017 à 21h08

    Grâce à ce projet, les espèces ne seront plus « nuisibles » mais « susceptibles d’occasionner des dégâts »… Ceci est une bonne chose, mais ce qui l’est moins, c’est que cette modification ne change absolument rien au régime destructeur qui sera applicable à ces espèces : tir en dehors de la période de chasse, déterrage des renards ou encore piégeage non sélectif et mutilant restent possibles toute l’année ! Ceci est donc inadmissible, je suis catégoriquement opposé à toute modification dans ces conditions, alors que ces espèces rendent des services très important aux activités humaines.
    il faut au contraire prendre en compte le rôle de ces espèces dans les écosystèmes, interdire tout mode de destruction cruel, interdire de détruire les espèces prédatrices, et mettre en oeuvre de solutions alternatives non létales.
    Merci de prendre en compte mes considérations.

  •  Favorable !!, par Gras , le 27 mars 2017 à 21h07

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons !

  •  projet de décret, par nouvel , le 27 mars 2017 à 21h07

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Oui je suis pour !, par Norbert , le 27 mars 2017 à 21h06

    Je suis pour l’application de ce décret.

  •  Non à la destruction de notre faune sauvage, par CHIOTASSO Michelle et Cedric , le 27 mars 2017 à 21h06

    Il me paraît opportun dans l’époque où nous vivons de laisser leur part de vie et de mort sur toute cette faune bêtement appelée "nuisible" alors que ce sont ceux la même qui permettrait l’autorégulation des cadavres et permettraient par le fruit de leur travail de permettre à cette nature sauvagement saccagée au profit de la surconsommation de biens jetés le jour même de l’acquisition, de terres agricoles qui rendent notre belle campagne stérile et tuent par leur pesticides des milliers d’etres vivants avant de nous tuer à nous mêmes. Il va de soi que le lobby de la chasse sous son couvert de personnes non scrupuleuses de pauvres animaux qui doivent vivre cachés et ne circuler que la nuit, à le monopole de destruction avec l’aval de nos élus alors qu’ils devraient permettre la prolifération de cette richesse qu’ils saccagent avec d’ignobles méthodes de torture. Auront nous enfin gain de cause nous les amoureux de nos campagnes afin que chacun puisse se promener et de pouvoir observer ce que tant de personne s’obtiennent à détruire et qu’enfin ces pauvres animaux connaissent enfin un peu de répit il n’est pas logique de voir que des animaux dans des zoos où ils sont exposés comme des jouets en peluche.

  •  pour ce décret et pour la chasse, par pascal , le 27 mars 2017 à 21h05

    Je suis favorable à ce projet de decret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Je suis favorable à ce décret, par Fregoni Gérard , le 27 mars 2017 à 21h04

    Il traduit les évolutions du droit de chasse que nous souhaitons .

  •  avis sur ce projet de décret, par gabuet , le 27 mars 2017 à 21h04

    Je suis contre la prolongation de la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et il me semble important que ce projet de décret prenne en compte le rôle des espèces concernées dans leur écosystème.
    Il me semble aussi important, en 2017, sinon de parler de bien-être animal, au moins d’interdire la cruauté qui accompagne certains modes de destruction (déterrage, les pièges tuants et mutilants) et de privilégier des solutions autres que l’élimination systématique des animaux (surtout quand ces animaux posent problème uniquement aux chasseurs qui y voient une concurrence).

  •  Je suis favorable a ce projet de dégret, par Roland Baudet , le 27 mars 2017 à 21h04

    Laissons la régulation de la faune sauvage aux hommes de terrain, eux seul sont capables d’une bonne gestion.

  •  Oui au decret, par Rivory bernard , le 27 mars 2017 à 21h04

    Je suis favorable à ce décret laissons gérer les nuisibles au personnes compétentes n’en déplaise au anti chasse

  •  Reconquête de la biodiversité, c’est une plaisanterie !!, par Marianne A , le 27 mars 2017 à 21h02

    Plaisanterie de vouloir requalifier les espèces dites nuisibles en "espèces susceptibles d’occasionner des dégâts". Que de façon élégante ces choses-là sont dites !! N’importe quelle espèce est susceptible d’occasionner des dégâts (qu’est-ce qu’un dégât ?), l’espèce humaine étant au sommet de la potentialité d’occasionner des dégâts, et au sein de l’espèce humaine, la catégorie chasseurs est en pôle position...

    Plaisanterie que, au lieu une fois pour toutes de reconnaître l’intérêt majeur de ces espèces dans l’équilibre de l’écosystème, vous allez continuer pour des raisons totalement mercantiles et de profits à court terme,et notamment pour faire plaisir aux fédérations de chasse, qui représentent une très minime partie de la population française mais semble-t-il si influente jusqu’à présent, à dégrader cet équilibre en permettant tirs en dehors de la période de chasse, déterrage des renards ou encore piégeages non sélectifs et mutilant toute l’année. Cherchez l’erreur !

    Plaisanterie de ne pas avoir demandé l’avis de "vrais" spécialistes de la faune et de la flore sauvages sur le bien-fondé du contenu de ce décret.

    Plaisanterie et non des moindres, que l’État délègue aux fédérations de chasse le droit de constituer des listes d’espèces nuisibles et d’en définir les modes d’extermination. Il faut bien s’amuser un peu, donc en avant le déterrage, en avant les pièges tuants et mutilants, en avant les tirs en dehors des périodes de chasse ! On marche sur la tête. Vous avez dit "COP 21" ?

    Plaisanterie encore que le changement de calendrier des révisions de ces listes noires : tous les ans jusqu’en 2012, puis tous les trois ans. Et on voudrait désormais ne plus rien changer durant SIX ans ! Et pourquoi ces listes, si listes il doit y avoir, ne sont-elles pas élaborées par des organismes totalement indépendants ? le résultat serait moins drôle pour les chasseurs ?

    Plaisanterie encore que le rôle de chaque espèce dans les écosystèmes, par exemple la dissémination des végétaux, la régulation naturelle des rongeurs, la prévention des épidémies par l’élimination des cadavres, etc. soit officiellement écarté lors de l’établissement de ces listes.

    Toutes ces plaisanteries qui ne font rire que les chasseurs font que je m’oppose vigoureusement à ce projet de décret qui étendra la période d’extermination d’espèces animales jugées nuisibles par des gens qui ne voient que leurs propres intérêts, je m’oppose totalement à ce décret qui autorise des modes cruels de destruction d’espèces et méconnaît de façon totalement incompréhensible ce qui constitue l’essence même de la biodiversité.

  •  je suis favorable a ce projet , par unes84 , le 27 mars 2017 à 21h02

    Pourquoi : environ 35000 accidents par ans des dizaines de morts et des milliers de blessés.
    C’est ça que vous voulez encore plus de morts ?? !!
    réfléchissez un peu, si nous régulons pas ces espèces, ils vont envahir vos maisons,vos villes (c’est déjà fait !). Ils n’ont plus de prédateurs à par vos voitures et nous les chasseurs. Ils sont en surnombre ceux-ci causant des maladies transmissible à l’homme et qui mieux que nous, vous avertissent d’un tel danger ! ils faut les réguler !
    Et qui paie les dégâts des cultures ? NOUS LES CHASSEURS ! avec notre timbre gros gibier qui augmente chaque année !
    Alors quand vos impôts augmenterons pour payer les dégâts vous y reviendrez

  •  Décret chasse, par Rastello , le 27 mars 2017 à 21h01

    Je suis complètement favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •   Oui au projet de limitation, par du chaffaut patrick , le 27 mars 2017 à 21h01

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Pou l´améliorer de la situation des animaux sauvage, par Robert Kuhn , le 27 mars 2017 à 21h00

    Afin d´améliorer de la situation des animaux sauvage je demande :
    la prise en compte de leur rôle bénéfique dans les écosystèmes et pour les activités humaines,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales.

  •  decret, par josé , le 27 mars 2017 à 20h58

    bonjour , je suis favorable a ce projet de decret

  •  HALTE A LA BARBARIE et EXTERMINATION des ESPECES, par Bonnamy , le 27 mars 2017 à 20h57

    HALTE A LA BARBARIE :

    Je suis fermement opposée à ce projet qui prolonge la période de destruction des renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes, étourneaux sansonnets et geais des chênes qui pourront donc être détruits pendant… 6 ans !

    Je demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par une lutte contre la souffrance animale et :

    - la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    - l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    - l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    - la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    - la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

    Faites quelque chose avant qu’une guerre civile se déclare entre les défenseurs de la nature et biodiversité et les exterminateurs barbares qui régentent nos lois avec leur puissant réseau.

    PS : pour info il n’y a plus de gibier en Provence ou je vis, alors bientôt les "nuisibles" seront les seuls animaux qu’il restera pour nos chasseurs, il faudra donc bientôt protéger ces "nuisibles".

  •  opposition a ce projet de decret, par BERTRND Evelyne , le 27 mars 2017 à 20h57

    Je m’oppose fermement a ce projet parce qu’il prolonge la periode de destruction des renards, mustelides, corvides et etourneaux au lieu de proteger ces animaux qui contribuent a l’equilibre des ecosystemes et au maintien (si ce n’est au retour} de la biodiversite.

    Par exemple, le renard a un role irremplacable dans la chaine alimentaire. Ce predateur de rongeurs evite leur proliferation. Parfois charognard il evite des epidemies en eliminant des animaux malades et des cadavres. Il exercerce une selection naturelle SANS NUIRE a son environnement. Il est au contraire l’ALLIE des agriculteurs en leur permettant d’epandre moins de pesticides qui, eux sont vraiment nuisibles pour l’environnement et la sante des agriculteurs eux-memes.

    Il devrait etre interdit de chasse en dehors des periodes d’ouverture. Or ce projet propose au contraire la prolongation de la periode de destruction de ces animaux.

    Je demande aussi l’interdiction de recourir a des modes de destruction cruels comme le piegeage ou le deterrage et la mise en oeuvre systematique de solutions alternatives non letales

  •  Que perdure la chasse de par la tradition et de par son utilité publique, par Sanjullian , le 27 mars 2017 à 20h56

    Je suis favorable a ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Je suis favorable à ce décret., par Thierry , le 27 mars 2017 à 20h55

    Je suis favorable à ce décret qui traduit les évolutions deu droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Pour ce decret, par Doug , le 27 mars 2017 à 20h54

    Je suis pour, quand on est sur le terrain on voit aussi le dégat causé par ses nuisibles. C’est dommage que ce qui compte ce soit le nombre de vote sur le net sans tenir compte de faits du terrain

  •  NON au decret, par ROUCHET Jean Pierre , le 27 mars 2017 à 20h54

    Je suis contre ce décret la chasse c’est naturel

  •  Aberration, par Le bigot Aurélien , le 27 mars 2017 à 20h52

    Il n’y a pas de hasard dans la nature. Une espèce ne peut être définie comme nuisible. Chaque espèces occupe une place (une niche écologique) dans la chaîne alimentaire. Ce mot est bel et bien une aberration.

  •  favorable à ce décret, par loche , le 27 mars 2017 à 20h52

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  parfaitement favorable au texte , par charvolin , le 27 mars 2017 à 20h52

    parfaitement favorable au texte

  •  decret evolution du droit de la chasse, par DEL-POZO jean-claude , le 27 mars 2017 à 20h51

    je suis favorable à ce projet de decret qui traduit les evolutions
    du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Oui au projet, par CHAVE Claude , le 27 mars 2017 à 20h50

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  projet de décret, par SALVI Georges , le 27 mars 2017 à 20h50

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons..

  •  Projet de decret, par Allemand michel , le 27 mars 2017 à 20h49

    Je suis favorable à ce projet de decret qui traduit les evolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  nouvelles donnes pour les animaux dits "nuisibles", par letot agnes , le 27 mars 2017 à 20h47

    voilà un sacré programme préparé pour les animaux dits nuisibles en coordination avec les chasseurs, tir hors période de chasse....piegeage non sélectif....cruauté maxi, comme ça ne suffit pas on déterre les terriers des renards fouines belettes martres et putois sans tenir compte de la biodiversité, ne sont pas oublier dans ce bestiaire tueur, les pies, les corbeaux freux, les étourneaux, sansonnets et enfin geais de chêne, bonjour le massacre et ce pendant 6ans....qui dit mieux

  •  Code de l’environnement, par Davesne Jean Paul , le 27 mars 2017 à 20h46

    6 ans , c’est trop
    Copie à revoir en tenant compte du rôle écologique des espèces impactées.

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par FERRIER , le 27 mars 2017 à 20h46

    Je suis favorable à ce décret

  •  Décret dangereux pour l’écosystème vu du point de vue exclusif dès chasseurs et non de la biodiversite , par Engel Michèle et Moshé , le 27 mars 2017 à 20h45

    Ce projet est dangereux pour l’écosystème en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et je demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :

    la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

  •  Projet de décret, par Rieux , le 27 mars 2017 à 20h42

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit
    les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Sus aux présumés nuisibles, par BLANCHARD , le 27 mars 2017 à 20h41

    Il est proposé une consultation publique préalable au projet de décret de lutte contre certaines espèces de la faune sauvage indésirables et je souhaite m’exprimer sur cette question, car jeu sémantique qui classerait "espèces susceptibles d’occasionne des dégâts" des espèces jusqu’à présent jugées "nuisibles", m’interpelle.

    Alors avis à vous : renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes, étourneaux sansonnets et geais des chênes votre statut change... sans changer !
    Gare à vous donc vermines, ne montrez pas votre museau, ne pointez pas votre bec sinon vous serez impitoyablement flingué, y compris en dehors de la période de chasse pour les uns, vous serez pour les autres violemment déterrés ou bien piégés toute l’année (et attention au chat qui passera par là ! Soit dit en passant et n’en déplaise beaucoup, lui aussi c’est une plaie ; mais bon, au jeu du jusqu’où ne pas aller trop loin ! Mais non c’est pas vrai ; pièges sélectifs je vous dis-juré on n’utilise que des pièges sélectifs ; il ne peut pas y avoir de dommage collatéral*).

    Et puis la révision de cette liste noire n’interviendrait plus tous les trois ans, mais tous les 6 ans. Comme s’il fallait donner encore moins de chance à ces espèces et à leurs défenseurs, étant entendu que les preuves scientifiques manquent du côté des partisans de cette régulation agressive pour la faune sauvage.
    A mais pardon, il s’agit simplement de synchroniser la production de rapports imposés par ces mesures sur ceux de l’état de la faune sauvage remis à la CE tous les 6 ans !

    Si au moins en contrepartie de ce glissement sémantique, les autorités confiaient en signe d’ouverture le soin de réaliser des études de terrain à un organisme scientifique, indépendant, et non laisser le soin à des pseudos experts qui n’en sont pas (Techniciens des fédérations de chasseurs et piégeurs et leurs commensaux *), d’orienter le débat dans leur intérêt.

    La preuve : devant les enjeux liés à la chasse, prévaut l’aveuglement qui méconnaît sciemment les services écosystémiques (et gratuits) que nous rendent ces espèces comprises au sein de la diversité et que nous rappelle la récente Loi sur la Biodiversité, car vous feignez de l’ignorer, elles disséminent les végétaux, elles régulent naturellement les micro-mammifères invasifs, elles préviennent les épidémies par l’élimination des cadavres,etc.

    Ce projet est contestable car il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet.

    Il me parait impératif que le changement sémantique apporté par ce projet soit l’occasion de l’intégration de principes tels que la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes, l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels (Déterrage, pièges tuants et mutilants), l’interdiction d’accorder des autorisations de régulation des prédateurs pour complaire aux demandes du lobby chasse comme dans l’exemple du renard par exemple, le recours systématique à des solutions alternatives, non létales afin de procéder à la destruction d’espèces et puis enfin des zones.

  •  projet de décret, par maurizot philippe , le 27 mars 2017 à 20h40

    JE SUIS FAVORABLE A CE PROJET DE DECRET QUI TRADUIT LES EVOLUTIONS DU DROIT DE LA CHASSE QUE NOUS SOUHAITONS .

  •  oui à ce décret, par BERGER , le 27 mars 2017 à 20h39

    Je suis favorable à ce projet de décret , les chasseurs ne veulent pas détruire mais seulement réguler les espèces .

  •  favorable au décret , par Berard Thomas , le 27 mars 2017 à 20h38

    Il faut absolument laisser la gestion des animaux classés nuisibles à des personnes qui sont constamment sur le terrain comme les associations cynégétiques contrairement à certaines associations "écologiques " qui donnent leurs avis du fond d un bureau de la capitale.

  •  Je suis favorable, par Rdescal , le 27 mars 2017 à 20h38

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de chasse que nous souhaitons

  •  decret CNCFS, par MONTY Pierre , le 27 mars 2017 à 20h37

    je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de chasse que nous souhaitons.

  •  Favorable, par Andre , le 27 mars 2017 à 20h36

    Très favorable à ce projet

  •  favorable au décret, par BORDE CHRISTIAN , le 27 mars 2017 à 20h35

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Prolongation de la durée de validité du classement des espèces nuisibles indigènes, par BLANC , le 27 mars 2017 à 20h35

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Reponse, par Farren , le 27 mars 2017 à 20h34

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Favorable à ce projet, par Thomas RUFFINI , le 27 mars 2017 à 20h33

    Bonjour,
    OUI, je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du
    droit de la chasse que nous souhaitons.
    merci
    Cordialement

  •  Avis très favorable, par Vatain , le 27 mars 2017 à 20h33

    Bonjour,
    je suis FAVORABLE à ce projet de décret.

  •  consultation sur décret, par Roussery christian , le 27 mars 2017 à 20h32

    je suis favorable à ce décret s’il correspond à ce que souhaite les organisations de chasse seules véritables piliers qui ne font pas de la politique pour préserver la nature .
    Jusqu’à preuve du contraire les véritables écologistes et préservateurs des espèces ce sont les chasseurs et les pêcheurs et malheureusement les soit disant protecteurs écolos rouges arrivent à faire du n’importe quoi un exemple l’implantation des loups ,il est vrai qu’ils ne risquent rien les bobos comme EELV dans leurs fauteuils à PARIS à15000 euros par mois comme élus.Assez des décisions prises par ces gens là.

  •  Bon sens rural, par Vincent V chasseur Ardennais , le 27 mars 2017 à 20h31

    Je suis pour ce texte afin de garder un bon sens rural, qui serait remis en question par des mouvements extrémistes dits ecoligistes n ayant aucune conscience du monde qui les entoure.
    La "bonne pensée" des villes mets une nouvelle fois en peril la réalité du terrain que nous, chasseurs, vivont au jour le jour.

  •  favorable , par RAVEL LAURENT , le 27 mars 2017 à 20h29

    je suis favorable a ce projet .

  •  Favorable au projet de décret chasse !, par Mr Dubois , le 27 mars 2017 à 20h29

    Je suis favorable à ce projet de décret concernant le droit de chasse qui propose de bonnes évolutions

  •  PROJET DE DECRET N° 2016-1087 DU 8 AOUT 2016, par FARAUD , le 27 mars 2017 à 20h28

    JE SUIS FAVORABLE A CE PROJET DE DECRET QUI TRADUIT LES EVOLUTIONS DU DROIT DE LA CHASSE QUE NOUS SOUHAITONS.

  •  Contre ce projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par myriam dupuis , le 27 mars 2017 à 20h28

    TENDUA s’oppose à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :

    la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

  •  avis très favorable, par macabet jean laurent , le 27 mars 2017 à 20h27

    je suis favorable à ce décret, il faut écouter les gens de terrain qui sont en contact direct avec la nature, qui l’observent.

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 , par NOEL , le 27 mars 2017 à 20h27

    avec ce projet de décret, il est souhaitable de revoir les listes d’espèces "susceptibles d’occasionner des dégâts" tous les ans et sur des bases scientifiques, par des experts indépendants (il est trop facile de faire plaisir aux chasseurs et aux piégeurs !). Il est plus que temps de tenir compte du service rendu gratuit par les espèces prédatrices (controle des populations de rongeurs par exemple). Les pièges mutilants et tuants devraient être interdits car non sélectifs. Des solutions alternatives existent. Il faut avoir le courage politique de les soutenir et de les favoriser !

  •  Je suis favorable , par P ROCHETTE , le 27 mars 2017 à 20h27

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  POUR LE DÉCRET, par MARINI JOEL , le 27 mars 2017 à 20h26

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse
    que nous souhaitons .
    nous sommes les plus compétents pour défendre la nature , nous aimons et respectons la faune , nous veillons et participons à son développement .
    M.MARINI joel

  •  Tout à fait pour, par Rémy Nicolas , le 27 mars 2017 à 20h26

    Le projet de décret est très intéressant, et me convient totalement.

  •  Favorable , par François , le 27 mars 2017 à 20h23

    Je suis favorable a ce decret.

  •  Améliorons la situation des animaux mal-aimés, par David , le 27 mars 2017 à 20h23

    Je souhaiterais voir arriver une modification radicale du régime applicable aux animaux mal-aimés, notamment par :

    1) la prise en compte de leur rôle bénéfique dans les écosystèmes et pour les activités humaines,

    2) l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,

    3) la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales

    Cordialement,

  •  Favorable, par Julien , le 27 mars 2017 à 20h22

    Je suis favorable à ce décret qui traduit l’évolution des droits de chasse souhaité

  •  Avis favorable , le 27 mars 2017 à 20h21

    Je suis favorable à se projet de décret qui traduit les évolution du droit de chasse que nous souhaitons

  •  POUR CE DECRET, par moni , le 27 mars 2017 à 20h21

    Je suis favorable à ce décret qui traduit les attentes nécessaires en matière de droit de la chasse.

    En outre, je proposerais que si ce décret devait faire l’objet d’un rejet ou de modifications contraires à l’objectif nécessaire, que la Fédération cesse sans préavis toutes les battues aux sangliers et autres pendant 3 ans....histoire de montrer l’importance de la présence et de l’organisation de la Chasse.

  •  Projet de décret d application de la loi 2016- 1087 du 8 août 2016, par Bessière Gaëtan , le 27 mars 2017 à 20h20

    Je suis favorable à ce projet de décret qui va dans le sens de la chasse raisonnée que nous souhaitons.

  •  Consultation du public projet chasse, par Daniel LACAMBRA , le 27 mars 2017 à 20h18

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions de la chasse que nous souhaitons

  •  NON au massacre des "nuisibles", par Simone Grant , le 27 mars 2017 à 20h17

    Il n’y a pas de nuisibles dans la nature. Tous les animaux ont un rôle à jouer, une utilité qui leur est propre dans l’écosystème. Je suis totalement opposée à votre projet de décret et vous prie de :
    - prendre en compte leur rôle bénéfique dans les écosystèmes et pour les activités humaines,
    - d’interdire le recours à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    - mettre en œuvre systématiquement des solutions alternatives non létales.

  •  Favorable , par Gavalda , le 27 mars 2017 à 20h17

    Je suis favorable à ce décret

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique , par foulquier , le 27 mars 2017 à 20h15

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions des droits de la chasse que nous souhaitons.

  •  projet de decret, par Bellet Eric , le 27 mars 2017 à 20h14

    je suis favorable a ce projet de décret qui traduit les évolutions de la chasse ,surtout la chasse au sanglier.

  •  Attachement à la vie, sous toutes ses formes, par Simone Grava-Jouve , le 27 mars 2017 à 20h14

    Je vous demande de prendre en compte le texte de l’association l’ASPAS, je ne saurais mieux dire qu’eux. Comprenez que la nature est un tout, que tous les êtres vivants sont solidaires les uns des autres, que notre survie même, à nous les hommes, est liée à un équilibre global où la diversité de la biosphère doit être respectée. Les animaux "mal-aimés" ont un rôle eux aussi, une sensibilité, une forme de beauté, et doivent être préservés. Ne leur infligeons pas une souffrance sordide et inutile !Pas de destruction cruelle, ni de pièges mutilants, ni de glu, ni de chasse-plaisir !

  •  liberté des traditions, par ENCELLE , le 27 mars 2017 à 20h14

    je suis favorable a ce projet de decret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  POUR le "decret", par DAUSSY DENIS , le 27 mars 2017 à 20h13

    Je suis d’accord pour le projet du decret.

  •  AVIS SUR PROJET DE DECRET RELATIF A L’APPLICATON DES DISPOSITIONS CYNEGETIQUES DE LA LOI DU 08/08/2016, par ALLEMAND , le 27 mars 2017 à 20h12

    JE SUIS FAVORABLE A CE PROJET DE DECRET QUI TRADUIT LES EVOLUTIONS DU DROIT DE LA CHASSE QUE NOUS SOUHAITONS .

  •  Pour une chasse éthique et régulée, par Henriot Johanna , le 27 mars 2017 à 20h11

    Madame, Monsieur,

    Juriste et membre d’une association de protection de la vie sauvage, je souhaiterais vous faire part de mon avis concernant le présent projet de décret.

    Les animaux sauvages de nos campagnes, qu’ils soient dits "nuisibles" ou "susceptibles d’occasionner des dégâts" sont au contraire de fabuleux éléments de la biodiversité française.
    Le fait d’autoriser une chasse disproportionnée et injustifiée de ces animaux, qui pour la plupart sont carnivore sou omnivores, réduit à néant la possibilité d’autorégulation naturelle de la faune. Le renard et la fouine sont par exemple les principaux éléments dans la régulation naturelle des rongeurs et dans la prévention des épidémies, notamment par l’élimination des cadavres et des animaux malades etc.
    Il est très risqué de voir disparaître des prédateurs qui sont aujourd’hui les derniers garde-fous de nos forêts et nos campagnes...les agriculteurs étant aujourd’hui les premiers bénéficiaires d’une faune riche et diversifiée.

    Par ailleurs, il est inadmissible de détruire des espèces via des moyens de torture indécents (piégeage, déterrage) qui sont indignes d’un pays comme la France. Les animaux sont aujourd’hui qualifiés juridiquement d’êtres sensibles par le code rural, il serait donc absurde et aberrant de prolonger l’autorisation des ces pratiques cruelles et dégradantes.
    Il est également à noter que les méthodes telles que le piégeage ne sont pas discriminantes et présentent donc un réel danger pour les animaux tels que les chiens ainsi que pour les humains qui se promènent dans les zones piégées (qui sont rarement signalées correctement).

    Enfin, il est incompréhensible qu’une minorité de personnes en France représentées par le lobby de la chasse aient la faculté de saccager la faune d’un pays contre l’opinion publique. De quel droit un chasseur pourrait-il avoir le droit d’abattre des milliers d’animaux alors que des millions de Français sont contre ces pratiques régressives?
    Pourquoi un chasseur aurait-il légalement le droit de mener des espèces de plus en plus rares et utiles au bord de l’extinction?
    Au nom de quel droit peut-on autoriser un loisir consistant à tuer et à détruire?
    Dans un contexte de protection de la nature et d’intérêts écologiques grandissants, il est aujourd’hui urgent d’agir et de protéger nos animaux contre un lobby devenu toxique pour la France.

    Je vous remercie pour votre considération,

    Johanna Henriot

  •  Favorable au projet , par Bruno , le 27 mars 2017 à 20h11

    je suis pour l’application du projet de decret
    Arrêtons les débats idéologiques !

  •  avis favorable..., par garba , le 27 mars 2017 à 20h10

    Vu la pullulation des sangliers dans les campagnes, c’est indispensable !

  •  Se prononce en faveur, par Jean Huet , le 27 mars 2017 à 20h09

    Bonjour
    Ce projet de décret a reçu l’assentiment de toutes les parties concernées et apporte des améliorations très logiques.
    Penser aujourd’hui que chaque espèce a son prédateur peut laisser rêveur, notamment les agriculteurs dont les cultures font l’objet de dégâts importants et pas seulement du fait des sangliers. Or seuls les chasseurs paient aujourd’hui pour ces dégâts.
    Il y aujourd’hui plus de 20 000 collisions par an entre des véhicules et des grands animaux, la régulation est difficile et ne peut clairement pas être le fait des seuls prédateurs.

  •  Bon pour projet de décret, par Lionel I , le 27 mars 2017 à 20h08

    Bon pour projet de décret qui va dans le sens de l’équilibre cynégétique !
    Il est grand temps de replacer l’homme au coeur de la nature et de la gestion de nos grands équilibres entre la poussée de l’urbanisation et la préservation de la bio diversité de nos forêts.
    Les chasseurs, mais aussi les forestiers, les éleveurs et agriculteurs, l’administration via ONF et ONCF, les chercheurs aussi, sont des acteurs majeurs pour la gestion de ces ressources rares.
    Laissons les gérer et adapter nos lois aux vraies contraintes environnementales et cynégétiques.

  •  je suis favorable au proget, par BLANC Roger , le 27 mars 2017 à 20h08

    JE SUIS FAVORABLE A CE PROJET

    TARTARIN

  •  Projets chasse, par Ereau , le 27 mars 2017 à 20h08

    Je suis favorable au projet de décret qui est une bonne évolution du droit de chasse

  •  Reconquête de la biodiversité , par Castel lise , le 27 mars 2017 à 20h08

    Reconquête de la vie sauvage? Ou mise à mort par un peigne fin tueur qui lisse et ratisse jour et nuit forêts et prairies de mon environnement. Pas de saisons ni de dates ni d arguments inteligents leslieutenants de la louveterie sont les rois .Les rois de la mort..
    Pour reconquérir il faut qu’ il y ait vie et qu on laisse en vie n est ce pas ? Plutôt que d évoquer des raisons bidons :susceptibles de dégrader etc pour exterminer.

    J aimerai tant pouvoir reconquerir cette faune et pouvoir la croiser pour qu’ elle enchante ma vie et celle de tout ceux qui l ’ aiment tant .Mais elle se fait rare,elle se terre, elle disparaît ELLe MEURT.Nous avec .
    DE Quel droit vous vous permttez de nous en priver toujours plus de cette FAUNE ce tendre BESTIAIRE. C EST UNE TRAGÉDIE. CETTE TERRE STERILISEE DE TOUTES CES BÊTES.
    La vie est insipide sans eux.Ils font partie de la création. EN TOUTE LOGIQUE.
    METTEZ VOS TEXTES À LA POUBELLE. ..SUSCEPTIBLE DE VIVRE.VIVRE.LA FAUNE EST À SA PLACE .
    PAS VOUS.
    MORT À LA STUPIDITÉ À LA BÊTISE AU CRIME.
    PITIÉ POUR CETTE FAUNE QU’ ON VOUDRAIT REVOIR.JUSTEMENT.

  •  Pour une chasse éthique et régulée, par Henriot Johanna , le 27 mars 2017 à 20h07

    Madame, Monsieur,

    Juriste et membre d’une association de protection de la vie sauvage, je souhaiterais vous faire part de mon avis concernant le présent projet de décret.

    Les animaux sauvages de nos campagnes, qu’ils soient dits "nuisibles" ou "susceptibles d’occasionner des dégâts" sont au contraire de fabuleux éléments de la biodiversité française.
    Le fait d’autoriser une chasse disproportionnée et injustifiée de ces animaux, qui pour la plupart sont carnivore sou omnivores, réduit à néant la possibilité d’autorégulation naturelle de la faune. Le renard et la fouine sont par exemple les principaux éléments dans la régulation naturelle des rongeurs et dans la prévention des épidémies, notamment par l’élimination des cadavres et des animaux malades etc.
    Il est très risqué de voir disparaître des prédateurs qui sont aujourd’hui les derniers garde-fous de nos forêts et nos campagnes...les agriculteurs étant aujourd’hui les premiers bénéficiaires d’une faune riche et diversifiée.

    Par ailleurs, il est inadmissible de détruire des espèces via des moyens de torture indécents (piégeage, déterrage) qui sont indignes d’un pays comme la France. Les animaux sont aujourd’hui qualifiés juridiquement d’êtres sensibles par le code rural, il serait donc absurde et aberrant de prolonger l’autorisation des ces pratiques cruelles et dégradantes.
    Il est également à noter que les méthodes telles que le piégeage ne sont pas discriminantes et présentent donc un réel danger pour les animaux tels que les chiens ainsi que pour les humains qui se promènent dans les zones piégées (qui sont rarement signalées correctement).

    Enfin, il est incompréhensible qu’une minorité de personnes en France représentées par le lobby de la chasse aient la faculté de saccager la faune d’un pays contre l’opinion publique. De quel droit un chasseur pourrait-il avoir le droit d’abattre des milliers d’animaux alors que des millions de Français sont contre ces pratiques régressives?
    Pourquoi un chasseur aurait-il légalement le droit de mener des espèces de plus en plus rares et utiles au bord de l’extinction?
    Au nom de quel droit peut-on autoriser un loisir consistant à tuer et à détruire?
    Dans un contexte de protection de la nature et d’intérêts écologiques grandissants, il est aujourd’hui urgent d’agir et de protéger nos animaux contre un lobby devenu toxique pour la France.

    Je vous remercie pour votre considération,

    Johanna Henriot

  •  En faveur du décret, par Gomez , le 27 mars 2017 à 20h06

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nius souhaitons

  •  mon avis., par éliane crépet , le 27 mars 2017 à 20h04

    Par ce projet, les espèces ne seront plus « nuisibles » mais « susceptibles d’occasionner des dégâts »(ah ah ah !)… Sauf que cette modification des mots ne change pas leur destruction : tir en dehors de la période de chasse, déterrage des renards ou encore piégeage non sélectif et mutilant restent possibles toute l’année. Ce n’est pas normal. Je m’oppose à ce projet car il prolonge la période de destruction des espèce "gênantes". De plus, j’aimerais que vous changiez de point de vue concernant ces espèces qui sont utiles autant que les autres, notamment par la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes, l’interdiction de recourir à des modes de destruction ignobles (comme le déterrage et les pièges tuants et mutilants),l’interdiction de tuer des espèces prédatrices (tout le monde a sa place au pays de l’égalité et de la fraternité),la mise en œuvre systématique de solutions alternatives préalablement à la destruction des espèces,la diminution de la zone où le piégeage est autorisé. Merci.

  •  loi chasse, par meyson alain , le 27 mars 2017 à 20h02

    je suis favorable a la loi chasse

  •  incompréhension totale du projet relatif aux dispositions cynégétiques de cette loi, par Monique Naszalyi , le 27 mars 2017 à 20h02

    les renards, les fouines et toutes ces autres bêtes étaient là avant nous et n’ont jamais empêcher les hommes"normaux" de vivre en bonne harmonie.
    Mais depuis que les chasseurs sont devenus des tueurs que les berger plutôt que de garder et protéger leurs troupaux préfèrent les soirées télévision. Ce sont les animaux qui sont devenus les empêcheurs de tourner en rond.
    Au point ou vous y aller un jour ce sont les enfants qui gêneront et qui seront parqués pour ne pas gêner la vie des adultes.
    En plus de tuer des bêtes innocentes et qui ne font de mal à personne
    la façon de le faire est indescriptible de méchanceté , honte aux hommes qui pratiquent ces massacres avec des rires de jouissance( je sais de quoi je parle je l’ai est vu à l’oeuvre)
    Vouloir en plus présager de l’avenir en prévoyant 6 ans de massacre
    au lieu de réfléchir aux quelques sangliers qui peut-être sont en trop.
    Je suppose que seule une guerre pourrait satisfaire tous ces massacreurs, et bien entendue je suis avec les associations qui refusent ces manoeuvres en ce moment d’ailleurs électorales et oui ceux qui tuent votent aussi

  •  ESPECES NUISIBLES, par MEDALL ALAIN , le 27 mars 2017 à 20h00

    JE SUIS FAVORABLE A CE PROJET DE DECRET QUI TRADUIT LES EVOLUTIONS DU DROIT DE LA CHASSE QUE NOUS SOUHAITONS

  •  Décret, par Cabaner Jean-Claude , le 27 mars 2017 à 19h59

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit l’évolution du droit de chasse que nous souhaitons

  •  Projet décret chasse, par Arniaud georges , le 27 mars 2017 à 19h59

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Je soutiens ce projet , par Meyssard , le 27 mars 2017 à 19h58

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions de la chasse que je souhaite.

  •  REPONSE A LA CONSULTATION, par ERIC FORTUNET , le 27 mars 2017 à 19h58

    JE SUIS 2VIDEMMENT FAVORABLE A CE PROJET DE DECRET QUI CORRESPOND A NOTRE CONEPTION DE LA CHASSE ET DE LA FACON DONT ON DOIT POUVOIR POURSUIVRE CETTE ACTIVITE PLUS QUE MILLENAIRE

  •  très favorable à ce décret, par robert , le 27 mars 2017 à 19h58

    laissons la gestion de la nature à ceux qui y vivent tous les jours
    de par leur travail et qui l’entretiennent ;
    stop à une poignée de soit disant "écologistes "qui veulent imposer à la population rurale leur utopie et qui pense que la nature et l’environnement leur appartient !

  •  je suis pour, par thierry , le 27 mars 2017 à 19h58

    pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages

  •   Projet de décret , par asselin , le 27 mars 2017 à 19h54

    Je suis totalement pour

  •  Les chasseurs acteurs de la biodiversité, par bast_84 , le 27 mars 2017 à 19h54

    Je suis absolument favorable à ce texte.

  •  Favorable , par Perin , le 27 mars 2017 à 19h54

    Je suis favorable au projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Décret biodiversite , le 27 mars 2017 à 19h52

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.
    Pascal Perrin

  •  et ca recommence, par Roux , le 27 mars 2017 à 19h51

    Pourquoi dés que ces favorable a notre chasse il faut toujours revenir en arrière et toujours ce justifié. il y en a marre de ces écolos intégristes qui ne participe mêmes pas à la gestion et a la conservation de la faune , ils sont juste bon à encaisser des subventions et e....der le monde.

  •  Décret sur dispositions cynégétiques, par ODDO , le 27 mars 2017 à 19h50

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit l’évolution des droits de chasse que nous souhaitons.

  •  Favorable, par RUFFINI SERGE , le 27 mars 2017 à 19h49

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •  Soignons raisonnable , par BIELLE , le 27 mars 2017 à 19h47

    Ce nouveau projet fait la part belle aux tir d’élimination d’animaux utiles tel que le renard. L’état plie sous le lobby des chasseurs et destructeurs de tout poil en espérant s’attirer les bonnes grâces de ce qui font couler le sang d’un patrimoine naturel commun, propriété de tous.
    Un renard, capture 5 000 campagnols, taupes et rats taupiers par an, un piégeur professionnel, n’en capture que 2 000 par ans et coute 40 000€ de salaire par an.
    Où est le bénéfice dans la destruction aveugle du renard?

    Soignons raisonnable !!!!

  •  Bravo, par roger , le 27 mars 2017 à 19h47

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Pour le décret, par Laurent , le 27 mars 2017 à 19h46

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Décret , par Pavoni Richard , le 27 mars 2017 à 19h45

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons

  •   Mr. Van de Poel Paul, par Paul Van de Poell , le 27 mars 2017 à 19h45

    Je suis tout à fait d’accord avec ce projet qui respecte la nature et ceux qui y vivent ou y passent leur temps de loisir.
    Très bon texte

  •  Une place pour tous, par Duchene Alliot Virginie , le 27 mars 2017 à 19h45

    Considérant qu’une société évoluée ne peut pas accepter les traitements cruels faits aux animaux, je m’insurge contre les pratiques de déterrage et les pièges mutilants utilisés par les chasseurs. D’ailleurs, le lobby des chasseurs n’est plus en adéquation avec notre société qui réclame un respect des animaux, une prise en compte des écosystèmes et du caractère bénéfique des animaux dits nuisibles.
    Renards, corbeaux, fouines et autres animaux de nos forêts doivent être protéger.

  •  Désaccord, par Albert Urdiroz , le 27 mars 2017 à 19h44

    Plutôt que de s’entêter à soi-disant réguler les populations par destruction, il vaudrait mieux travailler davantage avec les associations sur des logiques de cohabitation.

  •  Commentaire cc Projet de décret notamment ’droit de la chasse’, par ALT Pierre , le 27 mars 2017 à 19h43

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  FAVORABLE, par MOURARD STÉPHAN - CHASSEUR DE SANGLIER , le 27 mars 2017 à 19h42

    Je suis favorable à ce décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que je souhaite.

  •  Favorable, par Mayer , le 27 mars 2017 à 19h41

    je suis favorable au décret qui traduit les évolutions du droit de chasse que les chasseurs souhaitent

  •  Position , le 27 mars 2017 à 19h41

    Je suis favorable à ce projet. Et je souhaite qu’il soit apliqué

  •  biodiversité, par Marie-Paule Montrieux , le 27 mars 2017 à 19h41

    Bonjour, je suis atterrée de voir que les interactions entre les animaux sauvages et leur biotope ne sont toujours pas étudiées dans leur ensemble. Certes les dégâts sont visibles, mais les bienfaits de la présence des animaux sauvages est réelle et souvent sous-estimées.Il faudrait ABSOLUMENT DEMANDER CONSEIL AUX ASSOCIATIONS QUI ŒUVRENT POUR LA PROTECTION DE LA FAUNE SAUVAGE ( LPO, ASPAS, etc...)avant toute action.

  •  Réponse au projet de décret , par szczkowski françois , le 27 mars 2017 à 19h41

    JE SUIS FAVORABLE A CE DÉCRET QUI TRADUIT LES ÉVOLUTIONS DU DROIT DE LA CHASSE QUE NOUS SOUHAITONS

  •  Protéger et non détruire la biodiversité , par Kozoulia Marie-Claude , le 27 mars 2017 à 19h39

    On change de nom les espèces actuellement considérées comme nuisibles et on en profite pour prolonger leur période d’élimination, notamment pour les renards, les martres, les putois, tous ces animaux qui font de la concurrence aux chasseurs. Ils ont leur rôle de régulation que les chasseurs veulent s’attribuer. Il faut respecter tous ces animaux, supprimer toutes les méthodes cruelles de piégeage et de destruction et développer des méthodes alternatives de limitation des populations de ces animaux si cette limitation s’avère indispensable pour l’écosystème et pas pour les chasseurs.
    Une majeure partie de la population française ne chasse pas et ne supporte pas qu’ils s’attribuent le rôle de protecteurs de la nature dont ils se préoccupent principalement pour qu’elle leur fournisse du gibier à traquer et à tuer !
    dernier point, le passage à un délai de six ans pour réviser le statut des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts est scandaleusement trop long, six ans, quelle réactivité !
    A quand des textes législatifs et réglementaires qui protègent les animaux en ne tenant compte que de l’intérêt de la nature?

  •  Favorable au projet de décret, par Bruno , le 27 mars 2017 à 19h39

    Je suis favorable à ce projet de décret qui traduit les évolutions du droit de la chasse que nous souhaitons.

  •  Tres favorable, par Jean-Noel Cardoux , le 27 mars 2017 à 19h37

    Il s’agit tout simplement d’un décret d’application résultant de la loi bio -diversité adoptée à une large majorité au sénat

  •  Stop au massacre de la faune sauvage , par Mayans Marie-Pierre , le 27 mars 2017 à 19h34

    Je tiens à manifester ma totale opposition à ce projet car il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet.

    Il ne suffit pas d’utiliser l’expression politiquement correcte de « susceptibles d’occasionner des dégâts » au lieu de "nuisibles" pour que s’efface le massacre programmé de certaines espèces de la faune sauvage, dans le but unique de répondre au puissant lobby des chasseurs qui pourtant ne représentent qu’à peine 2% de la population et auquel la majorité des Français est opposé.

    C’est pour cela que je demande que cette modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :

    - la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    - l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    - l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    - la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    - la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

    Au nom de la préservation de la biodiversité de la faune sauvage sur notre territoire souhaité par une majorité de Françaises et Français, je vous prie d’abandonner un tel projet.
    Cordialement

  •   EAU ET BIODIVERSITÉ Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par parrat andrée , le 27 mars 2017 à 19h32

    les mots ont leur poids, certes, mais les dispositions proposées ne prennent pas en compte une fois de plus le respect des ecosystèmes.
    les équilibres naturels déjà fragilisés par la réduction des habitats
    souffre de la "gestion" humaine détournée au profit de la chasse loisirs.
    l’efficacité des prédateurs authentiques les conduit à être considérés comme "nuisibles", pardon : comme pouvant causer des dégâts. !!!!!! (l’humain bien évidemment n’en cause pas...)
    certes, le gibier ainsi prélevé l’est au détriment des activités cynégétiques, qui recourt par ailleurs aux lâchers de "repeuplement"artificiel, gibier vulnérable par nature, et dont les individus se retrouvent au final éradiqués principalement par le tir !
    en conséquence, leur capture éventuelle par quelques espèces audacieuses ne faisant que jouer leur rôle, désigne ces dernières comme cibles à exécuter. les pratiques de mise à mort sont éminemment cruelles, prolongées dans le temps, offrant ainsi des alternatives ludiques pour piégeurs et chasseurs qui sans cela verraient se restreindre leurs "activités".
    il serait temps de considérer le monde animal avec l’attention qu’il mérite, chacun a sa place en ce monde dont l’homme n’a pas présidé aux dynamismes originels.
    et il est à regretter le temps où des naturalistes existaient pour des études sans conflits d’intérêts.
    la trame des décisions actuelles et leurs sources sont clairement identifiées, malgré les intentions affichées

  •  Défensons les mal aimés !..., par Kilburg , le 27 mars 2017 à 19h28

    Rien à ajouter, ASPAS a bien défini les problèmes et les solutions sont à prendre, il le faut ! Le peuple est fatigué de toutes ces inerties de la part des élus,ça suffit, on arrive au bout du rouleau, ensuite, le rouleau va rouler .....

  •  Un peu de mesure, par Danièle Hennebert Lafouge , le 27 mars 2017 à 19h21

    Bonjour,

    je préfère une nature diverse et vivante, dans ces lois les animaux n’ont aucune chance, de nuit comme de jour. Ceux que vous appelez nuisibles ont un rôle à jouer dans la nature, les chasseurs mettent en danger la biodiversité, ils tuent trop de loups, encouragés officiellement. Une espèce protégée? Je n’en ai pas l’impression. Les troupeaux devraient être protégés par des moyens adaptés.
    Salutations.

  •  Prélude à la désespérance, par SchneiderG , le 27 mars 2017 à 19h18

    S’il vous plait, Madame la ministre de "l’écologie", raisonnez vraiment en termes d’écologie.
    Une relecture de la définition peut vous être utile. Certes, après cela vous verrez combien vos actions sont à côté de la plaque, mais comme dit l’adage : mieux vaut tard que jamais.
    Votre tendance à soigner les chasseurs vous a déjà tant décrédibilisé, allez, il est encore temps de se reprendre !
    Alors hop, on relit la définition d’écologie, on essaye de pas se laisser distraire par le pognon et les arrangements sournois, et on rectifie soigneusement les absurdités déjà pondues.
    Merci

  •  biodiversité, par barnet , le 27 mars 2017 à 19h13

    la loi pour la reconquête de la biodiversité serait il un mensonge?sur quelle bases scientifiques et en jouant avec les mots s’octroient l’ ONCFS et les chasseurs et les agriculteurs le droit de vie de mort de la faune sauvage à des fins de profit à court therme je suis d’accord avec l’ASPAS les méthodes de destructions se faisant tout l’année sont barbares et ARCHAÏQUES et empêchent la faune de jouer leur rôle de régulateur .Seul dans les cas extrêmes susceptibles d’occasionnés des dégâts avec l’aval de scientifiques indépendants pourront intervenir en utilisant des méthodes de régulations alternatives

    ps j’ai soigné des milliers d’animaux sauvages victimes des routes des poisons des tirs illégaux des fils barbelés de la destruction des milieux se n’est pas la peine d’en rajouter

  •  DANIEL JE SUIS POUR, par DUPONT , le 27 mars 2017 à 19h13

    QUE LES ECOLOS DU DIMANCHE VONT SUR LE TERRAIN LA REPONSE EST LA . NOTRE DEMOGRAPHIE A TOUT CHANGEE C EST UNE EVIDENCE A BON ANTENDEUR SALUT

  •  Eau et biodiversité, par Boucher Claudine , le 27 mars 2017 à 19h13

    Il est étrange d’associer biodiversité, nature, paysages à la mort d’espèces que les chasseurs estiment nuisibles mais qui justement font la biodiversité.

    Il est étrange que le terme "nuisibles" soit remplacé (toujours le politiquement correct !) par "susceptibles d’occasionner des dégâts". Ce remplacement indique bien la raison de ce projet et comment le terme "susceptibles" peut-il être l’équivalent de ’certains"
    Quand l’humanité cessera-t-elle de se croire maîtresse du monde? Les résultats d’une telle attitude devraient la rendre tellement plus humble.

  •  classement des espèces sauvages indigènes susceptibles d’occasionner des dégâts , par Béatrice Boulogne , le 27 mars 2017 à 19h11

    Je m’oppose à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :

    la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

  •  Avis sur le projet de décret relatif à la loi du 8 août 2016, par de Frescheville , le 27 mars 2017 à 19h10

    Je trouve indigne que l’on ait le droit de tuer des animaux par des méthodes cruelles (piégeage, déterrage). En outre, il ne me paraît pas suffisant qu’une espèce soit susceptible d’occasionner des dégâts pour que l’on ait le droit de la détruire.
    Il faut à chaque fois s’interroger sur les mesures de protection qui pourraient être prises, et sur les aspects positifs de la présence de l’espèce. Pour le renard, par exemple, les dégâts au gibier ne sont une nuisance que pour les chasseurs, utilisateurs minoritaires de la nature, et ne font pas le poids devant l’utilité de cette espèce dans la limitation des rongeurs.

  •  Avis défavorable au projet de décret sur les « dispositions cynégétiques » de la loi du 08/08/2016 , par CLERMONT Didier , le 27 mars 2017 à 19h10

    Le projet de décret sur les « dispositions cynégétiques » de la loi du 08/08/16 pour la reconquête de la biodiversité prévoit de supprimer le terme "nuisibles" de la partie réglementaire du code de l’environnement pour le remplacer par "espèces susceptibles d’occasionner des dégâts".
    La modification de la terminologie si louable soit-elle n’a malheureusement aucune incidence sur la réglementation qui permet toujours de détruire des espèces de la faune sauvage française en ignorance totale du fonctionnement de nos écosystèmes
    Plus grave encore, le terme "susceptible" officialise l’incohérence française en matière de gestion de la faune sauvage.
    Les espèces sont détruites non pas parce qu’elles ont commis des dégâts économiques « conséquents » comment l’exige la législation européenne mais par le seul fait de leur présence dans un territoire hébergeant des élevages de volailles ou de gibier. Cette disposition législative est contraire aux engagements de la France qui précisent que toute espèce sauvage du patrimoine naturel européen est par principe protégée et que sa destruction ne peut être que dérogatoire et justifiée.
    On aurait pu espérer que la France se dote enfin d’une véritable loi de reconquête de la biodiversité. Alors que la loi exige que ces destructions dérogatoires ne portent pas atteinte aux populations des espèces classées, le report à 6 ans de l’établissement de ces listes ne permettra pas de prendre en compte l’évolution annuelle des effectifs qui varient en fonction des pressions exercées sur les populations tant par les activités humaines (y compris les destructions) que par les conditions écologiques, et par conséquent de respecter les obligations réglementaires.
    Devant cet archaïsme hérité d’un autre âge, j’émets un avis défavorable au projet de modification de l’article R 427-6 du code de l’environnement qui prévoit le prolongement du classement des espèces « espèces susceptibles d’occasionner des dégâts » pour une période de 6 ans.

  •  Retraité, par Jean-Claude Martin , le 27 mars 2017 à 19h08

    Avis favorable.
    Sceptique sur l’intérêt de modifier l’appellation de "nuisible", qui est plus clair que l’appellation juridique proposée.

  •  Non à ces modifications, par Granger Michel , le 27 mars 2017 à 19h08

    Je m’oppose à ces modifications car elles s’opposent à la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages que cette loi est censée défendre.

    Tout d’abord, le remplacement du terme nuisible n’est proposé que pour faire croire à une évolution, l’expression d’un point de vue plus nuancé, moins "bourrin".
    Mais le résultat est le même : avoir le droit permanent de tuer des espèces vivantes, qui rendent également des services inestimables à la nature et à ceux qui en tirent bénéfice, comme les agriculteurs. Quand un renard ou une belette se nourrissent de rongeurs, ils participent à la régulation, c’est pourquoi il ne faut pas tenir compte de cette pensée nuisible et archaïque qui autorise à tuer sans raisons sérieuses, au risque de déstabiliser les milieux. Juste pour le plaisir de quelques chasseurs qui pensent qu’ils ont le droit de vie et de mort sur des espèces qui peuplent notre planète.
    Les acteurs de terrain sont divers et la loi ne doit pas être écrite seulement pour un petit groupe susceptible d’occasionner des dégâts avec ses armes à feu.

    Quant à l’augmentation de la durée de classement de ces espèces, c’est un mauvais argument, purement administratif qui est mis en avant. Invoquer la synchronisation avec le rapportage de la Commission européenne ne tient pas la route, car il ignore les dynamiques des populations concernées et les cycles de pullulations de leurs proies.

    Bien cordialement
    M.G.

  •  non le renard n’es pas nuisible? mais utile !, par COCAT , le 27 mars 2017 à 19h04

    Pourquoi?
    Pourquoi tant de cruauté envers ces animaux? Pourquoi vous n’écoutez pas les scientifiques? Ceci est intolérable en effet, ces listes noires sont fondées sur des éléments fournis par les fédérations de chasseurs et les piégeurs qui mentent pour avoir une excuse abusive pour tuer, sans aucune vérification possible par un organisme indépendant.

    De plus, le rôle de chaque espèce dans les écosystèmes, ainsi que les services écologiques gratuits qu’elles rendent aux activités humaines (dissémination des végétaux, régulation naturelle des rongeurs, prévention des épidémies par l’élimination des cadavres,…) sont officiellement écartés lors de l’établissement de ces listes.
    De plus l’autorégulation des renards se gère naturellement ils ne se reproduisent que si il y a assez de proies sur leurs territoire.

    Les renards ainsi que toutes autres espèces on le droit de vivres, l’être humains est mille fois plus destructeur que ces animaux doit on l’éliminer pour autant?

    Voici un lien qui confirme que les chasseurs sont des menteurs :http://www.lepointveterinaire.fr/actualites/actualites-professionnelles/un-collectif-se-mobilise-pour-le-renard.html#.WNKBPOOpPG4.facebook

    Je m’oppose à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :

    la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

    Cordialement
    Mlle COCAT Cindy

  •  Opposition à la loi et protection des "nuisibles", par MARIE PIERRE , le 27 mars 2017 à 19h04

    Bonjour,

    Je m’oppose à cette nouvelle loi qui ne modifie en rien le statut des ces animaux dits "nuisibles".

    Il faut au contraire les déclasser de nuisible, tous ces animaux participent à la biodiversité, ils sont d’une grande utilité face aux ravageurs des cultures et autres.

    Arrêtons de suite le piégeage et déterrage de ces animaux, pratiques très cruelles et arrêtez d’êtres sous la coupe du lobby chasse, écoutez nous tous les autres qui avons envie au détour d’un chemin de croiser une fouine, d’apercevoir la queue d’un renard, de savoir qu’ils vivent à côté de nous.

    Par chez moi en Franche Comté les agriculteurs montent au créneau pour réclamer l’arrêt de la chasse au renard, ils savent combien il est utile dans leur champ pour manger les campagnols et surtout ils ne traitent plus leur sol de poison, santé publique....

    Je vous invite vous qui me lirez à venir au mois d’avril ou de mai m’accompagner et de s’asseoir au bord d’un champ ou à proximité d’un terrier et de regarder la renarde chasser des dizaines de mulots pour les rapporter à ses petits et la fouine d’en faire autant et tous les autres.....
    Venez je vous invite.

    En conclusion la phrase que m’a dit un vieil agriculteur, "je n’interviens pas pour détruire sur mes terres, je laisse faire la nature, elle est bien faite...."

    Cordialement
    Marie Pierre

  •  Favorable à ce décret , par Anselme GUERIN , le 27 mars 2017 à 19h04

    Bonjour,

    Je suis totalement pour ce décret. Il correspond à ce que les acteurs qui s’impliquent réellement pour la préservation de la nature (comme les chasseurs ou les agriculteurs) souhaitent.

  •  Totalement favorable, par Bosch Jean-Co , le 27 mars 2017 à 19h02

    Je suis favorable à ce projet de décret qui confie aux vrais acteurs de la biodiversité la régulation des équilibres de nos éco-systèmes.

  •  Non, par Grosso , le 27 mars 2017 à 19h00

    bonjour,
    encore un projet inutile pour faire plaisir à certains chasseurs pour qui la biodiversité c’est des animaux de volières lâchés dans la nature ; A quand une interdiction des lâchers à des fins cynégétiques, il n’ont qu’à gérer correctement leurs gibiers ;

  •  Justice pour des bêtes sauvages., par Anthony Davis , le 27 mars 2017 à 18h54

    Il faut interdire des méthodes cruelles tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilant pour les bêtes sauvages et qui touche d’ailleurs des animaux domestiques.

    Il faut prendre compte de la rôle bénéfique des bêtes sauvages dans les écosystèmes.

  •  Ne regardez pas seulement les dégats occasionnés par certains animaux !, par Christian Granier , le 27 mars 2017 à 18h53

    Avez-vous vraiment évalué, pour chaque animal visé, quel est le ratio bénéfice pour les écosystème/risque de causer des dégâts ? Votre œil ne voit que les dégâts et jamais les bénéfices. Forcément, les bénéfices ne se voient pas à l’œil nu.

    Prenez aussi en compte les services rendus par ces animaux. Ceux qui veulent éliminer ces animaux, devront pour compenser utiliser des moyens chimique dont les inconvénients sont mal connus, peu visibles et apparaissent tardivement. Voulez-vous encore augmenter les cancers en utilisant toute cette chimie que personne ne maîtrise vraiment ?

    Plus de 100000 produits chimiques sont déversés dans la nature pour toutes sortes de raisons et personne ne peut savoir quels sont les effets. Arrêtez !

  •  pitié pour les renards, par Eve Morand , le 27 mars 2017 à 18h53

    les renards tout comme les blaireaux ne dérangent personne .les chasseurs sont en train de les éradiquer .ma maison est près d’un sentier de renards ,je les montrais a mes enfants ,puis petits enfants quand ils passaient la nuit venue .
    ils jouaient parfois dans le jardin ;un blaireau a essayé un hiver de faire un terrier dans notre grange mais notre voisinage l’a dérangé et il est reparti.
    tout ça pour vous dire qu’il n’y a plus de renard qui passe depuis le début d’année ;en janvier ,il y a eu battue sur battue (pour les sangliers ,haha la bonne blague,)on a même vu ,l’année dernière ,des chasseurs a proximité des pistes de ski
    des sangliers et des chasseurs il y en a toujours ,mais plus un renard . elle est belle la biodiversité !!!
    je n’ai jamais vu de renard bourré ,des chasseurs avec un fusil sur l’épaule oui . a votre avis qui est le plus dangereux

  •  Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016, par Fabienne Joulia , le 27 mars 2017 à 18h52

    Tir hors période de chasse
    Pièges mutilants toute l’année
    Destruction des animaux sauvages pendant six ans
    Pauvres renards, fouines, martres, belettes, corbeaux, pies... Ces animaux magnifiques vont être traqués sans répit par des humains surpuissants,sur-armés, sur-nombreux, sur-avides.
    Le combat est atrocement inégal.
    La loi doit protéger les plus faibles, et la loi sur la biodiversité doit IMPéRATIVEMENT protéger ces malheureux animaux !!!
    Votre projet de décret est indigne de la beauté du monde !!!!!

  •  Un projet indispensable, par P.DURANTET , le 27 mars 2017 à 18h52

    Il serait inconcevable de passer à côté d’un tel projet.

  •  Reconquête de la biodiversité, par BRUNETTA Dino , le 27 mars 2017 à 18h51

    Je suis TRES favorable à ce projet de loi. Pourquoi?
    les lois concernant la nature ne peuvent pas être de court terme ; les effets n’étant quantifiables qu’à long ou moyen terme.
    A la lecture des antis, je me rends compte qu’ils manquent de culture : la première écolo et la seconde cynégétique ! S’il est certain que tous les animaux ont un rôle à jouer dans la nature ce que les chasseurs n’ont jamais contesté ; il faut bien reconnaitre que certains animaux susceptibles d’être régulés - et non exterminés comme voudrait le laisser croire certains "bien-pensants" de cette consultation, posent problèmes dans la nature. Le mulot que le renard mange n’est hélas pas sa seule proie. Oui, des études scientifiques ont été réalisées par des personnels compétents et indépendants - pas ceux à la botte des escrologistes ce qui a permis de mettre certaines espèces dans celles à réguler. Ceux qui pensent que cela est fait pour "faire plaisir au lobby" n’y connaissent rien. Les chasseurs et les structures cynégétiques qui les encadrent ont une connaissance des animaux chassables ou pas qui sont pour beaucoup supérieure à leurs détracteurs. Il serait bon que bon nombre d’entre eux adhère aux associations cynégétiques spécialisées pour écouter ce qu’il s’y dit. S’ils ne sont pas malhonnêtes, ils seront agréablement surpris du niveau d’éthique. Encore faut il pour cela, ne pas être un intégriste et faire l’effort !?
    Dans mon association spécialisée, il a également un photographe animalier, que nous respectons et qui nous respectent ! il y a donc de la place pour tout le monde à condition d’être conciliant et ouvert !. je trouve regrettable que certains antis, fassent passer la santé de l’être humain au second plan.

  •  Amélioration de la situation des animaux mal aimés, par TICHIT , le 27 mars 2017 à 18h49

    Bonjour,

    Je souhaiterais qu’une bonne foi pour toute cette situation d’élimination systématique des animaux sauvages cessent.
    Les autorités doivent prendre en considération que ces "animaux dits SAUVAGES" : SOUFFRENT autant que les humains qui subissent des tortures ou autres mauvais traitement.
    Cette faune sauvage joue un rôle très important dans la biodiversité, protégeons là. Le présent projet doit prendre en considération que la faune sauvage ne détruit pas la nature, elle l’a respecte. Les chasseurs, ne l’oublions pas, dégradent la nature en utilisant les 4X4, les plombs qui sont déversés sur les sols depuis des années et qui polluent les terres, et surtout chaque années plusieurs morts sont à déplorer parmi les amis de la nature.

  •  Destruction des animaux sauvages, par BLANCK , le 27 mars 2017 à 18h49

    Je trouve qu’il faudrait une prolongation la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et la modification sémantique prévue par ce projet devrait s’accompagner d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :

    la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

  •  Considération pour la faune sauvage, par G.C , le 27 mars 2017 à 18h47

    Considérant que les animaux sauvages ne sont pas des ennemis de l’homme, je demande :
    - la prise en compte de leur rôle bénéfique dans les écosystèmes et pour les activités humaines,
    - l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    - la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales.

    Cordialement.

  •  Dispositiions cynégétiques :, par perin christiane , le 27 mars 2017 à 18h40

    LA COP 21 a été signé en France pour protéger la NATURE, avec la majorité des représentants du Monde. La FRANCE se doit de ^protéger la faune sauvage pour respecter ses engagements. C’est son honneur.

  •  Opposition à ce projet de décret, par Agnès Testu , le 27 mars 2017 à 18h40

    Cette modification, de prime abord séduisante puisqu’elle bannit un terme hérité d’un autre âge, est en réalité purement sémantique. Elle ne change rien au régime destructeur applicable aux espèces concernées : tir en dehors de la période de chasse, déterrage des renards, piégeage non sélectif et mutilant restent possibles toute l’année. Il sera bien évidemment plus difficile désormais de contester le caractère "susceptible d’occasionner des dégâts" que "nuisible", laissant ainsi une marge de manœuvre bien plus grande aux vrais destructeurs de la nature qui eux ne manqueront pas de s’appuyer sur cette évolution sémantique.
    Et avec une révision de statut tous les 6 ans au lieu de 3 actuellement (chaque année avant 2012), ces espèces sont ainsi condamnées pour longtemps. Tout cela en occultant le rôle de ces espèces dans les équilibres écosystémiques.

    La modification sémantique prévue par ce projet doit absolument s’accompagner d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :
    - la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    - l’interdiction des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    - l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    - la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    - la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

  •  avis Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016, par chastagnol , le 27 mars 2017 à 18h38

    Madame, Monsieur,

    je m’oppose à ce projet car il accorde toujours plus aux chasseurs la possibilité de détruire sans tenir compte de l’utilité de ces espèces pour réguler les pullulations de ravageurs des cultures. Nous sommes en 2017 et il est inadmissible que la destruction d’espèce comme le Renard soit possible au printemps. Les mères élèvent au cœur de leur terrier leur petits de quelques semaines et se voient massacrées à coup de pèles, de bâtons et autres sauvageries par des chasseurs haineux qui vous font croire que l’espèce est inutile. la Consommation par les renards de millions de campagnols chaque année est vital pour nos campagnes ! Ne permettez donc pas la destruction de cette espèce au printemps, et pour 6 ans. Sortez de l’obscurantisme !
    http://i40.servimg.com/u/f40/11/90/84/40/img_0011.jpg

  •  PROTECTION DE LA FAUNE, par Lezot , le 27 mars 2017 à 18h31

    Si on continue à laisser déteriorer notre environnement et notre faune la prochaine "faune" en voie de disparition ce sera l’HUMAIN.
    Sommes-nous candidats au suicide ?
    Plutôt que de tout sacrifier au "saint empire du fric" on ferait mieux de penser à la planète qu’on va laisser à nos enfants !
    Alors Messieurs les politiques pour une fois exercer votre sens des responsabilités, les terriens vous remercierons.

  •  NON !, par lyon , le 27 mars 2017 à 18h31

    Je m’oppose au projet de modification de l’article R 427-6 du code de l’environnement qui classerait de manière prolongée les espèces dites "nuisibles" pour une période de six ans. Je suis pour une réforme du statut de ces espèces qui mette enfin un terme aux destructions honteuses et injustifiées prônées par les seuls intérêts cynégétiques.
    On ne protège pas la biodiversité en déclarant "nuisibles" des espèces qui ont toute leur place dans les écosystèmes et qui sont pour la plupart (prédateurs notamment) de grands alliés de l’agriculture.

  •  Pour !, par Leduc , le 27 mars 2017 à 18h27

    Je suis pour l’application de ce décret. Contrairement à ce que certains pense, il ne va pas servir à laisser faire n’importe quoi...les chasseurs ne tuent pas tout ce qui bouge n’importe comment !!! Mais celà aidera à la gestion des espèces dont celles dites "nuisibles".

  •  STOP à la destruction des animaux sauvages , le 27 mars 2017 à 18h25

    Bonjour, je souhaiterais que l’état ne soit plus complice des chasseurs qui profitent de ce classement en espèces nuisibles qui leur permet de tuer sous prétexte qu’ils ont un rôle utile dans la société.

  •  Contre ce projet , le 27 mars 2017 à 18h24

    Je m’oppose au projet de modification de l’article R 427-6 du code de l’environnement qui vise à prolonger le classement des espèces dites "nuisibles" pour une période de six ans.

    Les renards sont des alliés des agriculteurs par la destruction des campagnols entre autres.

  •  Protégeons les espèces animales sauvages, par AZEMA Régine , le 27 mars 2017 à 18h20

    Je m’oppose à ce projet car les espèces concernées jouent un rôle important dans les écosystèmes, les moyens de destructions prévus et autorisés sont d’une grande cruauté,
    la plupart de ses mesures ne servent qu’à satisfaire un peu plus les chasseurs qui me paraissent beaucoup plus nuisibles que les espèces sauvages indigènes. Durant la saison de chasse il est préférable de rester chez soi que d’aller faire une promenade alors que les tirs se font entendre tout autour de vous...je le vis tous les ans dès l’ouverture de la chasse.Il ne m’est jamais arrivé de rester calfeutrée chez moi parce que j’avais peur d’un renard ou d’une fouine !
    Occupons nous prioritairement des dégâts que nous provoquons sur la nature et l’environnement avant d’incriminer des animaux qui font de bien moindres dégâts que les
    nôtres.

  •  Susceptibles d’occasionner des dégâts - nuisibles et malfaisants, par Paillat Joseph , le 27 mars 2017 à 18h16

    Ce projet prévoit l’abandon de la dénomination « nuisibles et malfaisants ». C’est bien. Mais l’adoption de la nouvelle dénomination « susceptibles d’occasionner des dégâts » ne change rien au sort cruel réservé aux intéressés, les renards, les pies, les fouines, les étourneaux etc...Ce projet prévoit même l’allongement de la période de classification de trois à 6 ans pour ces animaux dits « nuisibles » (cette période était déjà passée précédemment de 1 à 3 ans...).

    Il conviendrait de changer radicalement le statut de ces animaux en interdisant d’abord leur destruction violente par les pièges et le déterrage des renards par exemple. Et il conviendrait parallèlement de considérer à sa juste importance la fonction nécessaire remplie par ces animaux dans l’équilibre de la nature.

    Ces classifications de la faune sauvage desquelles ressortent surtout les catégories « gibier à poil », « gibier à plume » et « nuisibles » sont d’abord le reflet de la convoitise et des privilèges de la caste des chasseurs. Les renards et les fouines par exemple sont dits « nuisibles » car ils sont des prédateurs et sont donc des concurrents directs des chasseurs. Mais alors les chasseurs eux-mêmes ne sont-ils pas « susceptibles d’occasionner des dégâts » ?

    Soyons sérieux. Le bon dieu a bien fait les choses. Il a permis qu’existent des animaux et aussi des chasseurs. Nous devons dans notre législation rechercher des solutions justes afin que les uns et les autres puissent vivre en bonne harmonie et si possible en bonne intelligence. Il est inacceptable que certains animaux continuent à être traités et considérés de la manière dont ils le sont actuellement.

    Non au piégeage, non au déterrage, et non enfin à cette nouvelle période de mise des animaux sur la liste noire des « nuisibles » qui autorisera maintenant la destruction des animaux pendant 6 ans (au lieu de 3 ans précédemment et de 1 an anciennement) sans aucune justification réelle.

  •  Non aux classements « nuisibles » et « susceptibles d’occasionner des dégâts », par Annick , le 27 mars 2017 à 18h14

    Je souhaite la modification radicale du régime des soit disant "nuisibles" que l’on veut transformer en "susceptibles d’occasionner des dégâts".
    Ces notions iniques et partiales sont basées sur la volonté des chasseurs et des piégeurs et ne prennent aucunement en compte le rôle indispensable de ces espèces dans les écosystèmes, ni les bénéfices qu’elles y apportent, ni les services écologiques gratuits qu’elles rendent aux activités humaines (dissémination des végétaux, régulation naturelle des rongeurs, prévention des épidémies par l’élimination des cadavres,…).

    Je souhaite que ce projet ne soit pas retenu car il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet.
    Si, par malheur pour toute la biodiversité (y compris les humains) ce projet était retenu, je demande à ce que la modification sémantique prévue s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :
    la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

    Je souhaite que mes remarques soient prises en compte.

  •  svp modifiez le projet, par Le Camus , le 27 mars 2017 à 18h09

    En ne cedant pas au lobby des chasseurs, en privilegiant des solutions non letales en collaboration avec les associations de protection de la biodiversite et bien entendu en interdisant les pratiques barbares de deterrage et autres
    Pas de plan a 6 ans, pas de classement en nuisibles (ou especes susceptibles de creer des degats) pour les renards, blaireaux

  •  Réaction projet de décret, par Christian BULLE , le 27 mars 2017 à 18h08

    Ce décret a été validé en CNCFS par l’ensemble des partenaires qu’ils soient représentants des chasseurs, des écologistes et autres. Dans une démocratie c’est cette procédure qui est valide. Toutes les tendances sont représentées, toutes sont entendues et toutes ont le même avis. Ce décret améliore la situation de la faune et permet de la protéger. Que des citoyens n’entendent de la prédation que ce que les associations veulent faire passer comme message au profit d’une idéologie n’empêchera pas le simple bon sens rural de passer.

  •  Mon indignation, par Mady Renouf , le 27 mars 2017 à 18h07

    Je suis indignée qu’une petite minorité de gens décident si oui ou non tel ou tel animal est nuisible ! De quel droit !!

  •  Stop aux massacres, par Roux , le 27 mars 2017 à 18h06

    Il est cruel et même imbécile de tuer la faune sauvage qui nous est tant utile pour faire plaisir à un lobby (surtout beaucoup de députés) qui rêve de tuer.
    Laissez la faune sauvage tranquille serait tellement mieux pour toutes les espèces y compris l’homme.
    Je suis contre toutes vos mesures.

  •  Oui a la gestion de la faune par les chasseurs, par Jean-Philippe , le 27 mars 2017 à 18h05

    Il Faut de laisser la gestion de la nature aux hommes de terrains qui la façonne et la diversifie les chasseurs sont les seuls a agir pour la gestion de la faune par la régulation de certaine espèces envahissantes qui peuvent avoir un impact très important sur les activités humaine.
    je pense en particulier aux zoonoses véhiculées par le renard, aux dégâts causé par les ragondins ou les sangliers
    la nature ne peut être mise sous cloche par des irresponsables qui ne connaisse rien de la réalité du terrain
    vous feriez mieux messieurs les écolos de vous soucier de la Maïssiculture galopante qui envahi les prairies naturelles et les zones humides qui sont pourtant de gros réservoirs de biodiversité

  •  Stop à la destruction toujours moins encadrée d’espèces qui jouent un rôle dans l’écosystème., par Julien Présent , le 27 mars 2017 à 18h04

    Certes le mot nuisible, à connotation tellement anthropocentrique a enfin été aboli, mais le sort des espèces devenues "susceptibles d’occasionner des dégâts" n’en n’est pas plus enviable. Les animaux frappés de ce sceau de l’infamie peuvent être chassées sur de plus longues périodes et avec plus de cruauté que n’importe quelles autres.

    Le seul moyen de les prémunir des persécutions reste de les faire sortir de la fameuse liste. Cela était déjà une gageure avant la loi biodiversité tant nous sommes dans un système verrouillé par les lobbies de la chasse, qui siègent en surreprésentation en CDCFS, et statuent sur le sort des animaux au terme de ce qu’on appellerait une parodie de justice chez des humains, en dépit de toute logique scientifique et sur la base de témoignages d’une indépendance pour le moins douteuse.

    Cette toute petite chance, donc, qui se présentait une fois par an, puis une fois tous les 3 ans depuis 2012, les "animaux susceptibles d’occasionner des dégâts" ne l’auront qu’une fois tous les...6 ans ! Autant dire que nous sommes en présence d’une véritable présomption de nuisibilité, ce qui était déjà le cas jusqu’ici, malgré les apparences, mais devient cette fois un postulat parfaitement assumé.

    La France se pose encore comme la brebis galeuse de l’Europe en matière de chasse et de droit des animaux à exister en paix dans leur écosystème. Quand allons-nous enfin changer d’ère et donner la parole aux scientifiques et aux naturalistes, dont la démarche de protection de la nature est désintéressée et les arguments avancés contre la nuisibilité des espèces indigènes irréfutables?

    Une partie de la réponse se trouvera dans la version finale de ce décret.

  •  dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 , par Hiard Joseph , le 27 mars 2017 à 17h56

    je suis contre ce décret qui sert à prolonger, sous prétexte de régulation, la chasse par un classement "nuisible". Les chasseurs de l’Aude et des Pyrénées orientales faisant classer chaque année le Pigeon ramier sans fournir des preuves tangibles et conséquentes des dégâts...
    Ce décret ne reconnait pas le rôle utilitaire des mustélidés.

  •  favorable, par bil , le 27 mars 2017 à 17h55

    Favorable au décret

  •  les prédateurs sont nos alliés, par persuy anne , le 27 mars 2017 à 17h55

    je demande l’arrêt des destructions non justifiées des renards blaireaux et des mustélidés, qui sont des prédateurs des rongeurs, donc sont extrêmement utiles ; la réforme proposée doit être réelle et non se contenter de changer de vocabulaire au lieu de changer de pratiques

  •  Ma pauvre Nature, par mauguy verdonnet , le 27 mars 2017 à 17h54

    Tous les animaux se raréfient aujourdhui,disparaissent de notre campagne, protègeons les, comme les lieux de leur villégiature...

  •  pour, par brice , le 27 mars 2017 à 17h53

    Je suis pour cet article.

  •  il faut reconnaître l’utilité des renards et autre mustélidés pour gérer nos propriétés, par persuy alain , le 27 mars 2017 à 17h53

    au delà des simples aspects de vocabulaire, je demande, en tant que propri2taire forestier sylviculteur, que pour réguler les animaux prédateurs soient instaurées aussi des méthodes non létales, que soient supprimées les possibilités de déterrer le blaireau sous terre et que les renards, comme les mustélidés, soient enfin reconnus comme nos alliés dans la lutte contre les vrais animaux susceptibles de produire des dégâts, c’est à dire les rongeurs.Il est grand temps que les scientifiques soient écoutés et que nous autres, propriétaires, puissent ne pas subir la chasse et les destructions absurdes telles qu’encore pratiquées

  •  Je suis favorable au texte ci dessus, par Huard philippe , le 27 mars 2017 à 17h52

    Je suis favorable au texte ci dessus
    cor

  •  Maintien de la biodiversité, par NEVILLE , le 27 mars 2017 à 17h50

    Je suis en accord avec l’avis de l’ASPAS qui s’oppose à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :

    la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    la diminution de la zone où le piégeage est autorisé

  •  Stop à ces tueries organisées !, par Geneviève-Var , le 27 mars 2017 à 17h50

    Que de cruautés et de mépris des vies !! stop à ces chasses et ces piègages d’un autre âge qui font souffrir terriblement ! l’animal a sa place sur la planète, à nous de le protéger plutôt que de lui nuire !! protégeons la nature pour nous protéger nous !
    Un seul animal sur cette pauvre terre est totalement néfaste et nuisible, c’est bien nous, l’humanité, alors un peu de respect, d’empathie...

  •  Pour ce projet , le 27 mars 2017 à 17h49

    Ce projet a été réfléchi par des gens compétents et est positif.
    La pression des antis tout ne doit pas faire infléchir ce projet réaliste.

  •  Réformes, par Hypatie , le 27 mars 2017 à 17h48

    Quelque soient les mots employés il s’agit de considérer tous les animaux sauvages autochtones comme UTILES à la biodiversité voire à l’agriculture . Alors il faut les protéger, . Si besoin de régulation, agir comme pour le gibier, ne pas les chasser en période de reproduction . Et enfin ne pas employer des méthodes CRUELLES comme les pièges, le poison, le déterrage, le harcèlement...
    Penser aussi au respect de la sérénité pour tout le monde. Ne pas chasser la nuit ni 7 jours sur 7 en période de chasse.
    Il faut aussi réglementer sévèrement le permis de chasser : comme pour conduire, pas d’alcool ! Et un vrai apprentissage du tir, des lois et de la reconnaissance des espèces protégées. L’ONFCS ne doit pas obéissance aux lobbies des chasseurs ou des industriels de la forêt, mais aux scientifiques de la nature. Faites des lois et des décrets dans ce sens .

  •  MEURTRES D’ANIMAUX SAUVAGES, par Patricia GAUTHIER , le 27 mars 2017 à 17h45

    Je m’oppose fermement à votre projet de continuer à assassiner des animaux innocents. Meurtres dont le seul but inavouable est de satisfaire une poignée de sadiques violents et je demande formellement que les chasseurs soient classés en tête de la liste des êtres humains nuisibles juste au-dessus des politiques indignes que sont TOUS NOS DIRIGEANTS de quelque bord que ce soit.

  •  biodiversité, par Martial DUTAC , le 27 mars 2017 à 17h44

    N’importe quel animal a droit d’exister et fait partie de l’équilibre de la nature n’en déplaise à certains "écologistes politiques" qui font de l’écologie comme M. JOURDAIN faisait de la prose sans le savoir ....
    Acharge pour les pouvoirs public de faire réguler après consultation de VRAIS défenseur de la nature les espèces qui pourraient occasionner des dégâts. A manier toutefois avec précaution ...

  •  Non à ce projet de décret, par Condou , le 27 mars 2017 à 17h44

    Je m’oppose à ce projet parce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneaux sansonnets. Je souhaite que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :

    - la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    - l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    - l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    - la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    - la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.
    Merci de prendre en considération l’avis et les propositions de ceux qui apprécient de voir ces êtres aller, vivants et libres, dans un environnement qui leur appartient au moins autant qu’à nous.

  •  Veuillez protéger les animaux sauvages., par PERRIN , le 27 mars 2017 à 17h42

    Vous devez interdire la chasse aux week-ends et arrêter la destruction des lieux sauvages et des animaux sauvages.

  •  Faune sauvage, par christine dufour , le 27 mars 2017 à 17h42

    Il faut protéger les espèces sauvages et non contribuer à leur destruction - comme le met en évidence le projet législatif.

  •  Favorable, par Jourdain , le 27 mars 2017 à 17h41

    Je suis favorable à ce décret !

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par Louis et Maryse Ponsot , le 27 mars 2017 à 17h41

    En accord avec l’ASPAS, nous nous opposons à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et nous demandons à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :
    la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

  •  Pour une gestion raisonnable, par BERARD Claude (piégeur agréé) , le 27 mars 2017 à 17h40

    Je suis pour le texte de ce décret par ailleurs accepté à l’unanimité en première lecture. Il faut savoir que nombre d’espèces dites "nuisibles" ou pour les biens pensant "pouvant occasionner des dégâts" n’ont plus de prédateur à part l’homme. Les sangliers mais aussi les martres, fouines, blaireaux, renard (apportant des maladies mortelles pour l’homme)pour le gibier, les ragondins et rats musqués qui détruisent les digues des étangs et canaux ne peuvent être régulés que par l’homme, cette régulation se faisant pendant la période de chasse mais surtout pendant les reste de l’année par des piégeurs agréés qui respectent la loi et les textes et libèrent les animaux non considérés comme "Nuisibles ou pouvant occasionner des dégâts". Laissons aux gens de terrain le soins de gérer la nature sainement tout en tenant compte de l’avis des autres intervenants sérieux et responsables.

  •  je suis tout a fait favorable a ce décret, par jean-paul , le 27 mars 2017 à 17h40

    certaines espèces n’ayant pas de prédateurs naturels doivent être classées nuisible car seul l’intervention de l’homme permet de les régulées.

  •  oui,au décret pour la régulation des espèces classées nuisibles., par kempeneers dominique , le 27 mars 2017 à 17h38

    Les agriculteurs et chasseurs sont à méme de réguler la faune sauvage ;ainsi que les nuisibles.Ils sont sur le terrain au quotidien et sont les plus compétants en la matière,la nature c’est leur domaine.

  •  Projet de Decret relatif à l’application des dispositios cynégétiques de la loi du 08-08-2016, par LAGARDE , le 27 mars 2017 à 17h38

    Je m’oppose à ce projet qui ne change rien du tout et, au contraire, aggrave la situation des animaux sauvages.
    Il convient de le revoir entièrement et surtout pas sous le dictat des lobbies de chasseurs.

  •  oui je suis pour le decret de limitation des especes classés nuisibles, par favreau ludovic , le 27 mars 2017 à 17h33

    beaucoup trop de renards , blaireaux ,ce qui se ressent sur toutes les populations de perdrix ,lievres etc...

  •  Un peu de confiance..........., par François MOUCHENE , le 27 mars 2017 à 17h30

    Les membres du CNCFS ont émis un avis favorable sur ce texte.
    La diversité des parties et des personnes constituant le CNCFS donne une légitimité donc faisant leur confiance...........!!!!

  •  projet de decrêt relatif à l’application de la loi n°2016-1087 du 8 aout 2016 , le 27 mars 2017 à 17h29

    absolument favorable à ce decrêt en harmonie avec la réalité terrain

  •  Défense de toucher aux animaux sauvages , par Tisserand Combe Annie , le 27 mars 2017 à 17h22

    Je m’insurge contre la destruction des animaux sauvages et je refuse que ces animaux aient le qualificatif de nuisibles.
    L’écosystème en a besoin.

  •  Consultation publique eau et biodiversité., par Messieur BANCHET , le 27 mars 2017 à 17h20

    Je suis contre la modification du projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la loi n 2016-1087 du 8 août 2016 pour la biodiversité,de la nature et des paysages.

  •  Il n’y a pas d’animaux nuisibles !, par SILVAIN Claire , le 27 mars 2017 à 17h15

    Cela n’existe pas un nuisible ! Chaque animal a sa place dans l’écosystème ; ce n’est pas parce que l’Homme dérange la nature dans laquelle il vit, qu’il doit tuer tous ceux qui le gênent !
    Cherchons d’autres solutions que des mises à mort honteuses ; nous serons responsables devant les générations futures des traitements cruels infligés aux animaux.

  •  projet de decret cynégétique, par Susan Kershaw , le 27 mars 2017 à 17h14

    L’homme, plus que tout autre être vivant, crée des dégâts. Vous prôneriez sa destruction par tir, piégeage, déterrage? Appeler un animal "susceptible de créer des dégâts" veut dire exactement la même chose que "nuisible". C’est un concept créé par les chasseurs pour se faire une raison pour satisfaire leur envie de tuer. Chaque espèce a son rôle à jouer dans l’écosystème. Tuer des animaux que l’homme choisit de définir comme nuisible dérègle l’écosystème. Un exemple frappant est la surpopulation de rongeurs, directement causée par la destruction des renards, leur principal prédateur. Au lieu de changer votre terminologie, c’est une toute autre approche envers la nature qu’il faut adopter. Et arrêter de marcher la main dans la main avec le lobby des chasseurs.

  •  projet de décret : consultation publique, par Garnier , le 27 mars 2017 à 17h14

    Bonjour,
    La loi sur la biodiversité a remplacé « espèces nuisibles » par « espèces susceptibles d’occasionner des dégâts », ce qui, à première vue, est une avancée.
    Or dans ce projet de décret rien ne change en faveur de la biodiversité, puisque les tirs sont possibles en dehors de la période de chasse, et que le déterrage des renards ou encore le piégeage non sélectif et mutilant reste possible toute l’année. Pire, le projet de décret prévoit que la liste recensant les espèces susceptibles d’occasionner des dégâts ait une durée de vie de 6 ans (alors qu’aujourd’hui elle est de 3 ans).
    Je demande avec force que la France interdise de recourir à des modes de destruction absolument cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants, de prendre en compte le rôle de ces animaux dans les écosystèmes, de réduire la zone où le piégeage est autorisé, enfin de déployer systématiquement des solutions alternatives qui ne soient pas létales préalablement à la mort des espèces. Par ailleurs, il devient plus qu’urgent que notre pays démocratique cesse de répondre au lobby de la chasse qui demande la destruction des espèces prédatrices. Chaque espèce a son rôle à jouer dans la chaîne alimentaire. Alors, respections la vie.
    Cordialement.

  •  Mais quel est le but ?, par Fabrice S. , le 27 mars 2017 à 17h14

    Ce projet de décret est bien étrange et j’ai le plus grand mal à voir où est la "reconquête de la biodiversité" à laquelle il se réfère dans son titre. Ca ressemble plutôt à un mauvais replâtrage (changement purement sémantique, augmentation des périodes de révision de 3 à 6 ans, ...) d’un existant déjà lamentable.
    Il est grand temps de prendre du recul, d’arrêter de considérer les animaux sauvages comme des objets et de s’assurer :
    - De la prise en compte de leur rôle (bénéfique !) dans l’écosystème, surtout quand il s’agit d’espèces prédatrices (les renards évitent l’explosion des populations de rongeurs par exemple !)
    - D’une démarche étique et morale, bannissant définitivement le recours à des méthodes cruelles incompatibles avec des êtres sensibles !
    - De la recherche de solutions alternatives non-destructives afin de préserver la BIODIVERSITÉ, ce qui devrait être le but absolu de cette loi !

  •  Un "élément de langage" pour cacher une grave atteinte à la faune sauvage, par jbd , le 27 mars 2017 à 17h12

    Remplacer "nuisibles" par "susceptibles d’occasionner des dégâts" n’est vraiment que de l’enfumage ne changeant rien et destiner à dissimiler une mesure particulièrement néfaste.

    Il est absolument scandaleux de rallonger de trois ans la durée déjà trop longue de classement possible en animaux "susceptibles d’occasionner des dégâts" ("nuisibles" dans l’ancienne terminologie).

    Quand nos décideurs comprendront-ils qu’il n’existe pas d’animaux autochtones "nuisibles" par définition ? Il serait vraiment temps de confier la gestion de la faune et donc des écosystèmes à un organisme scientifique indépendant des lobbies de la chasse et de l’agriculture industrielle. C’est à cette condition que l’on sauvera le peu de nature qui nous reste et il y a urgence. Sauver la biodiversité commence par supprimer cette notion stupide de "nuisible" qui ne profite qu’à quelques ennemis de la vraie nature sauvage.

  •  pour, par eric , le 27 mars 2017 à 17h11

    je ne vois pas en quoi cela dérange puisque cela a été discuté avec toutes les parties concernées

  •  NON à la destruction d’animaux sauvages , par Philippe SAINT-GERMAIN , le 27 mars 2017 à 17h04

    Il serait temps que l’homme apprenne à vivre en respectant les autres êtres vivants qui ont non seulement le droit d’exister mais surtout de pouvoir éviter les lobbies des chasseurs et autres assassins de la faune animale.
    La Terre n’est pas réservée aux seuls intérêts de l’Homme, elle appartient à tous les êtres vivants.
    Aucune espèce animale n’est plus nuisible que l’Homme qui s’arroge le droit de vie et de mort sur les autres êtres vivants pour servir la cause de quelques uns au mépris de la volonté générale qui souhaite pouvoir vivre en symbiose avec la nature...

  •  projet de décret :mon point de vue , par Jean Baptiste Bartoli , le 27 mars 2017 à 17h00

    Bonjour
    je suis très favorable à ce décret qui a été travaillé avec les personnes concernées par la chasse ,la forêt et la nature ,en général. Celui-ci est très équilibré ,il permet aussi de revenir sur des décision si celles-ci s’avèrent obsolètes .

  •  Destruction d’animaux sauvages, par Corine Martin , le 27 mars 2017 à 16h58

    Je suis contre votre projet de destruction d’animaux sauvages.
    Ils ont un rôle dans les écosystèmes et sont des alliés écologiques gratuits.
    Je suis contre leur destruction cruelle par déterrage et pièges tuants et mutilants

  •  Pour une loi plus ambitieuse , le 27 mars 2017 à 16h58

    le glissement sémantique prévu dans le décret d’ espèces dites "nuisibles" à espèces "susceptibles d’occasionner des dégâts" m’interpelle.
    Quelle est la logique de ce changement ? Amadouer l’opinion publique alors qu’une prise de conscience sur la condition des animaux émerge de plus en plus dans la société ?
    Quels sont les dégâts causés par ces animaux et qui justifient le fait d’être ainsi stigmatisés et chassés ? Ne faudrait-il pas d’abord interdire les méthodes cruelles de piégeage ou de déterrage ?
    Ne faudrait-il pas ensuite sortir du spécisme et envisager une autre place pour le monde sauvage surtout si nous voulons reconquérir la biodiversité ?

    Voilà des questions qui me semblent pertinentes et que le législateur devrait davantage entendre que ne le laisse penser ce projet de décret.

  •  contre le projet de décret relatif à l’application des dispositifs cynergétiques de la loi n° 2016-1087 , par Marnier Gaumard Séverine , le 27 mars 2017 à 16h55

    Je m’oppose à ce projet car il prolonge la période de destruction de certaines espèces d’animaux sauvages, tout ceci, sans se soucier de leur rôles fondamentaux dans les écosystèmes. De plus, il parait nécéssaire de faire en sorte qu’aucun mode de destruction cruels ne soient utilisés et de privilégier des méthodes alternatives non létales qui éviteraient la destruction des espèces. Toutes les espèces ont un rôle à tenir au sein des écosystèmes, il serait souhaitable de plutôt mettre en valeur chaque acteur de notre environnement plutôt que de détruire.
    En espérant que nos avis puissent être entendu, avec l’assurance de mes meilleures salutations.

  •  décrêt loi biodiv "espèces nuisibles", par Nathanaël BOURDON , le 27 mars 2017 à 16h49

    Renommer les "nuisibles" est une bonne chose, car le qualificatif est tout à fait inapproprié. Toutefois, la dénomination "espèce susceptible d’occasionner des dégâts" ouvre la brèche à ce que tout dégât provoqué par la faune sauvage puisse justifier la régulation de celle-ci par l’Homme, ce qui serait démesuré et contraire au sens de la nouvelle loi biodiversité.

    Pour ce qui est de l’extension de la durée de validité du classement des espèces "ex-nuisibles" de 3 à 6 ans, c’est un parfait reflet du pouvoir qu’exercent les lobbys de la chasse sur le législateur ; cette proposition ne fait qu’asseoir la suprématie du gestionnaire cynégétique via à vis des équilibres naturels ; notez bien que les populations de prédateurs sont, à l’instar de celles du renard (espèce de loin la plus concernée par ces mesures), favorisées artificiellement par les lâchers intempestifs de faisans et de perdrix d’élevage, qui n’ont d’ailleurs de sens que pour les chasseurs de piètre qualité qui les "prélèvent". Il en est de même avec le Sanglier, abondamment agrainé et dont les dégâts sur les cultures sont un poids financier non négligeable.

    De plus, renards, belettes, putois, martres et blaireaux peuvent effectivement causer des "dégâts" du point de vue du chasseur ou de l’éleveur, mais ceux-ci ne remettent quasiment jamais en question la viabilité économique des entreprises concernées, tandis que leur rôle de régulation des populations de rongeurs est capital pour l’équilibre des territoires ruraux et pour l’agriculture.

    Le bon sens voudrait qu’on réintègre des haies, des bandes enherbées et des jachères à nos territoires agricoles afin de les rendre plus riches et plus stables, à l’inverse on favorise une vision anthropocentriste... mais on s’en mordra bientôt les doigts.

  •  CONTRE LA DESTRUCTION DES ANIMAUX SAUVAGES, par STEMPFELET , le 27 mars 2017 à 16h49

    Je m’oppose à ce décret. Que restera-t’il de notre faune sans les animaux dits "nuisibles" qui sont indispensables à notre écosystème. Il est aberrant de pouvoir détruire ces animaux toute l’année et cela pendant 6 ans. Il n’y a aucune donnée scientifique pour fonder cette décision mais uniquement l’intention de plaire au lobby chasse.

    Il est indispensable de trouver des solutions alternatives et pérennes préalables à la destruction de ses animaux.

    De même comment au 21e siècle peut on accepter l’utilisation de moyens si cruels pour détruire cette faune. Il est temps de faire évoluer les mentalités.

  •  Pour un écosystème riche en France : Opposition à l’acharnement injustifié contre les renards, fouines, martres, corbeaux freux, pies bavardes ou encore étourneaux., par Jessica Bauget , le 27 mars 2017 à 16h49

    Je m’oppose à ce projet car il me semble profondément injuste et inhumain. Il ne répond aux besoins que d’une petite partie de la population : les chasseurs. En cette veille d’élection présidentielle ne serait-il plus pertinent d’élever le débat au de la des demandes nombrilistes d’une infime partie de la population française? En effet, je souhaite un avenir plus respectueux pour nous et nos enfants, un avenir avec une terre riche et belle et une grande diversité des espèces. Sommes-nous à ce point en retard face aux problématiques actuelles sur la biodiversité en France ? Voulez-vous être les porteurs de mort dont nos enfants se rappelleront avec tristesse dans les décennies à venir ? Cette loi ne propose finalement que l’allongement de la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées. Voici quelques suggestions qui je l’espère vous toucheront par leur grande lucidité et humanité :
    - la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    - l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants ce qui semble une évidence pour tous les être humains qui liront cela
    - l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby des chasseurs
    - la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces et enfin la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.
    Je vous prie de lire ce message comme un appel au secours pour ceux qui restent sans voix , les espèces mal-aimées mais aussi tout simplement nos enfants à venir qui vous regarderont avec horreur si vous ne prenez pas dès maintenant les décisions qui feront de vous et de nous de meilleurs hommes.

  •  Espèces "nuisibles" ou "susceptibles d’occasionner des dégâts", par VIEVILLE Jocelyne , le 27 mars 2017 à 16h48

    Je suis opposée à ce projet de loi interdisant de réviser pendant 6 ans le statut des animaux dit "nuisibles" aujourd’hui, prétendus "susceptibles d’occasionner des dégâts". Ces animaux, prédateurs ou non, ont un rôle essentiel dans la biodiversité. Ils sont bien moins nuisibles que nos animaux domestiques qui occasionnent des atteintes beaucoup plus graves à la biodiversité et présentent des risques sanitaires beaucoup plus importants que les espèces sauvages.

    Je demande l’interdiction de tuer les renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes, étourneaux sansonnets et geais des chênes au même titre que les autres espèces protégées, que ce soit par tir, piégeage, déterrage , enfumage, ou autre moyen.

  •  Projet de décret 2016-1087, par BETTIG Philippe , le 27 mars 2017 à 16h46

    Ce texte a recueilli l’unanimité du CNCFS ce qui es tout de même assez rare. Les associations extrémistes mènent un combat inutile et vain. Ce décret doit être publié en l’état, conformément au souhait des membres du CNCFS.

  •  projet de décret modifiant le code de l’environnement, par Claire Ferrandon , le 27 mars 2017 à 16h43

    Bonjour.
    A mon avis , ce projet de décret ne change absolument rien au régime destructeur qui leur est applicable : tir en dehors de la période de chasse, déterrage des renards ou encore piégeage non sélectif et mutilant restent possibles toute l’année, sans compter les espèces autochtones détruites plus longtemps.
    Qui plus est ,une fois considérés comme « susceptibles d’occasionner des dégâts », renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes, étourneaux sansonnets et geais des chênes pourront être détruits pendant 6 ans , ce qui n’est pas soutenable selon moi.
    Avec ce projet, ces espèces auront une chance mince de voir leur statut modifié tous les 6 ans, ce qui ne correspond à aucune réalité scientifique.

    Ceci est d’autant plus intolérable que ces listes noires sont fondées sur des éléments partiaux fournis par les fédérations de chasseurs et les piégeurs, sans aucune vérification possible par un organisme indépendant.

    De plus, le rôle de chaque espèce dans les écosystèmes, ainsi que les services écologiques gratuits qu’elles rendent aux activités humaines (dissémination des végétaux, régulation naturelle des rongeurs, prévention des épidémies par l’élimination des cadavres,…) sont officiellement écartés lors de l’établissement de ces listes.

    Autrement dit , je m’oppose à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :

    la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

    Merci.

  •  Quid d’Homo Sapiens ?, par Olivier HAIOUN , le 27 mars 2017 à 16h39

    La periode de la chasse à peine achevée, les coups de feu dominicaux permanents reprennent de plus belle.

    Par pitié, ayons l’humilité de laisser vivre les autres especes, d’accepter quelques dégats à notre surexploitation des ressoures de la planete.

    Et si une espèce animale classait Homo Sapiens comme nuisible?
    Serions nous rassurés d’etre reconsiderés comme "susceptibles d’occasionner des dégâts" ?

    Nous sentons nous légitmes de classer ainsi le vivant, pour le détruire à notre gré?

  •  je suis favorable à ce décret., par WUILMET Jacques , le 27 mars 2017 à 16h38

    il est insupportable que les soit disant protecteurs de la nature profitent systématiquement des consultations publiques ,qui n’existent pas dans d’autres domaines, pour déjuger leurs représentants qui ont voté le texte à l’unanimité. Cette consultation publique n’est pas l’expression de la démocratie mais l’organisation d’une chienlit institutionnelle !!

  •  reconquête de la biodiversité, par Grunert , le 27 mars 2017 à 16h30

    je suis contre la modification des textes car ça ne va pas dans le bon sens ! Il faut supprimer la notion d’animal nuisible ou susceptible d’occasionner des dégâts ; il nous faut apprendre à partager la nature avec la faune qui la compose et favoriser l’équilibre écologique qui permettra à chacun de vivre en harmonie ; ce n’est pas à l’homme de "réguler" quoi que ce soit, il doit au contraire favoriser (interdiction des battues aux prédateurs par ex. tel le renard) l’équilibre proies-prédateurs plutôt que jouer à l’apprenti-sorcier, petit jeu qui finit toujours par se retourner contre lui.Abandonnons des siècles d’obscurantisme en matière de prétendue "gestion" de la nature : l’homme fait partie de la nature, il n’en est pas le "gestionnaire" ! Elle se régule très bien sans lui....

  •  21 ème siècle : arrêt de la barbarie, par Patrice RAYDELET , le 27 mars 2017 à 16h30

    Certaines espèces animales peuvent causer des dommages à des activités humaines, notamment en matière d’agriculture.
    Cependant, il n’existe aucune raison biologiques et encore moins morales pour placer ces espèces dans une "liste noire" qui les condamnerait, comme cela existe depuis la fin des années 1980 avec la funeste liste des "nuisibles". Toutes ces espèces ont un impact favorable sur leurs écosystèmes respectifs, et de ce fait contribuent elles aussi à la meilleure productivité des milieux donc au bien être de l’être humain. Si des dégâts sont causés par ces animaux, en tenant compte de leur rôle indispensable par ailleurs, l’homme doit s’en protéger en utilisant des moyens non létaux. Il évite ainsi les dégâts sur ses biens tout en permettant aux espèces visées d’assurer leur rôle dans la nature. Ces moyens existent bien entendu et nous ne devons plus répondre par la mort systématique à des problèmes dont les solutions sont autres.
    Bien cordialement.

  •  Avis favorable, par MARTIN Mickael , le 27 mars 2017 à 16h30

    Je suis favorable à ce décret dans la mesure où il a reçu un avis favorable du CNCFS, instance nationale regroupant l’ensemble des scientifiques,ONCFS et ensembles associatifs. L’avis du public sur ce décret est normal, mais il serait grand temps que les pouvoirs publics œuvrent en faveur de nos territoires ruraux et de ceux qui y vivent plutôt que de céder aux propos démagogiques de pseudo environnementaliste Rurbain, qui ne connaissent du monde rurale, que le salon de l’agriculture et les jardins publics de la capital.

  •  Consultation publique, par Lausecker Marie , le 27 mars 2017 à 16h28

    Protégeons la biodiversité !
    Arrêtons de croire que l’homme en interférant de la sorte arrivera à rétablir le juste et précaire équilibre de la vie alors que la sixième extinction massive des espèces est en marche à cause de lui !
    Stoppez les massacres, oui à la conservation raisonnée non à la destruction insensée.
    Je me positionne contre le projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétiques de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages et souhaite que les associations de sauvegarde de la faune soient consultées systématiquement.

  •  projet de destruction des espèces dites nuisibles, par bridonneau françoise , le 27 mars 2017 à 16h25

    Grâce à ce projet, les espèces ne seront plus « nuisibles » mais « susceptibles d’occasionner des dégâts »… Sauf que cette modification sémantique ne change absolument rien au régime destructeur qui leur est applicable : tir en dehors de la période de chasse, déterrage des renards ou encore piégeage non sélectif et mutilant restent possibles toute l’année !

  •  Opposition au projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par Catherine PYTLIK , le 27 mars 2017 à 16h25

    Bonjour,
    Je m’oppose à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :
    *la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    *l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    *l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    *la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    *la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

    Merci de bien vouloir prendre en compte mon avis.
    Catherine Pytlik

  •  Demande de modification du projet de décret sur la biodiversité, par Virginie GONEL , le 27 mars 2017 à 16h21

    Bonjour

    Je souhaiterai que votre projet prenne en compte le rôle bénéfique des renards, fouines, martres, corbeaux freux, pies bavardes ou encore étourneaux dans les écosystèmes et pour les activités humaines.

    J’aimerai également que votre projet interdise le recours à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants.

    Enfin je voudrais que ce décret instaure une mise en place systématique de solutions alternatives non létales.

    Bref je souhaite une modification radicale du régime applicable à ces animaux

    Cordialement

    Virginie GONEL

  •  projet de décret ci dessus, par GUTKNECHT Jean-Marc , le 27 mars 2017 à 16h19

    Comme toujours, le problème vient des extrémistes , dans un camp comme dans l’autre !
    bien sur qu’il ne faut pas trop tuer, mais la régulation est nécessaire, et elle le sera toujours et dans bien des domaines.

    A la lecture de certains commentaires écolos, on peut se demander jusque ou cette idéologie peut faire perdre la raison, même si c’est de bonne guerre ...
    Certes 44 permis de chasser cette année, mais aussi, 44 années au service de la nature avec des faits concrets sur le terrain, contrairement à bien des autres qui ne font que d’aboyer sur le net.
    La plupart des chasseur, piégeurs ou autres sont des gens responsables, alors oui pour ces nouvelles propositions.

    J-Marc G. (08)

  •  pour une modification radicale du régime appliqué aux dits "nuisibles", par DURAND , le 27 mars 2017 à 16h18

    Bonjour,
    je souhaite que ne soit pas prolongée la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet ;
    je demande la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    je demande l’interdiction du déterrage et de tous types de pièges,
    je demande l’interdiction de tuer les prédateurs pour répondre au lobby de la chasse,
    je demande la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    je demande la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.
    Merci de votre attention

  •  Chasseur du Montmorillonnais, par DESHAIS , le 27 mars 2017 à 16h16

    Je suis pour Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages.

  •  oui, par nanou , le 27 mars 2017 à 16h13

    Oui pour se texte laissée nous géré nos campagne
    occupez vous de géré ce qui ce passe dans les villes

  •  Avis Favorable, par Elsa , le 27 mars 2017 à 15h58

    Avis favorable. Que les personnes qui soient contre, mettent en place des choses plutôt que de passer leur temps à critiquer ce que les autres font. Pour les promenades, en forêt, si les chasseurs ne nettoyaient pas les chemins il n’iraient pas promener. Vont ils donner à manger aux animaux l’hiver quand il fait froid et qu’ils n’ont plus rien ? Nous ne vivons pas dans le monde des bisounours et celui qui ne connaît pas le monde de la chasse ne peut donc se permettre de le critiquer. Plus on laissera les espèces se reproduire sans gestion raisonnée et plus il y aura de dégâts, et de maladies par la même occasion ...

  •  OUI AU DECRET , par GILLES , le 27 mars 2017 à 15h57

    POURQUOI REVENIR SUR CE DECRET OU UN CONSENSUS GENERAL A ETE TROUVE
    CE DECRET NE REMET PAS EN CAUSE LA BIODIVERSITE
    AU CONTRARE IL ACOMPAGNE CEUX QUI LA METTRE EN OEUVRE TOUS LES JOUR EN GARDANT LES PIEDS SUR TERRE

  •  Pour ce décret, par Emmanuel , le 27 mars 2017 à 15h56

    ces textes ont été réfléchis en amont et ne demandent qu’à être appliqué maintenant.

  •  Projet de décret 1087, par DUFILS , le 27 mars 2017 à 15h45

    Je suis favorable a ce décret,de plus je ne comprend pas cette consultation car tous les points de ce décret sont le résultat d’une étude faite par professionnels .Nos amis écologistes seraient bien inspires de s’occuper de la vraie pollution

  •  Un projet rationnel, par C. STARON , le 27 mars 2017 à 15h42

    Ce texte permet aux utilisateurs de la nature de décider librement la poursuite ou non d’une régulation nécessaire des espèces qui occasionnent des dégâts, dans une nature qui par définition n’est pas aujourd’hui en mesure d’équilibrer dans tous les cas la cohabitation de ces espèces.
    C’est donc un bon projet, nécessaire.

  •  Chacun son rôle chacun sa place., par Syl.95 , le 27 mars 2017 à 15h37

    Je demande aux instances politiques compétentes de réfléchir à l’impact de leurs décisions concernant la NATURE qu’un certain nombre d’entre eux ne fréquentent manifestement pas. Au nom de quoi et de qui décidez-vous quel animal "sauvage" a le droit de vivre ? L’animal a sa place dans la nature et l’humain l’en déloge de façon abjecte. L’humain est bien nuisible que l’animal. Bon sang mais laissez les animaux tranquilles !! Sur ce...

  •  Je suis POUR, par Théret , le 27 mars 2017 à 15h30

    Cela suffit avec les intégristes pseudo défenseurs de l’environnement qui vont jusqu’à dire que c’est l’homme qui est nuisible, ce qui n’est pas sans rappeler de fâcheuses idéologies.

    Il est grand temps d’écouter les acteurs de terrain qui savent de quoi ils parlent.

    Bravo pour ce décret, on va dans le bon sens, enfin !

  •  Pour, par Xavier , le 27 mars 2017 à 15h27

    N’en déplaise à certains, je suis pour ce texte.

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages,, par Philippe LAVALLART , le 27 mars 2017 à 15h20

    Je suis très favorable à ce projet de décret

  •  Un projet « susceptible d’occasionner des dégâts », graves voire irréversibles, à la biodiversité !, par Goupil d'Aubres , le 27 mars 2017 à 15h19

    La suppression de la qualification imbécile d’animaux « nuisibles » serait une excellente chose si son remplacement par « espèces susceptibles d’occasionner des dégâts » n’était bien plus pernicieux ! Et doublement intolérable puisque le décret est prévu pour une durée de six ans !!! Quelle est la base scientifique d’une telle durée ? Et pourquoi pas dix ou vingt ou cent ans ? !!!
    Qui peut par ailleurs raisonnablement prétendre savoir quel sera l’état des populations animales concernées dans trois, quatre, cinq et six ans ? !!! En particulier si, grâce à vous, certaines espèces n’auront pas été fragilisées de façon irréversible ? !!!

    Une nouvelle fois, les rédacteurs de tels projets, pour satisfaire le lobby des chasseurs et des piégeurs, ne s’appuient sur aucune argumentation sérieuse.
    Et ne répondent toujours pas à ces simples questions :
    1/ Quels sont les pays, notamment européens, à part la France, où des animaux sont classés « nuisibles » ou « susceptibles d’occasionner des dégâts » ? Et quels sont, éventuellement, ces animaux ?
    2/ Sur quelles bases, sur quelles études, scientifiques, incontestables, est fondé l’établissement d’une liste de « nuisibles » ou « d’espèces susceptibles d’occasionner des dégâts » ?
    Et quels critères permettent d’inscrire sur une liste de « nuisibles » ou « d’espèces susceptibles d’occasionner des dégâts », telle ou telle espèce ?
    3/ Quelle logique préside au même classement de ces « nuisibles » ou « espèces susceptibles d’occasionner des dégâts », dans tous les départements ? La situation de la faune sauvage est-elle la même dans le Pas-de-Calais et dans le Var ? !

    Le projet de décret, bien que devant œuvrer à « LA RECONQUETE DE LA BIODIVERSITE, … » ignore totalement le rôle écologique, indispensable, de ces espèces !!! Et va même à son encontre.

    Fils, petit-fils, arrière-petit-fils, arrière-arrière-petit-fils et sans doute bien au-delà de paysans et d’éleveurs, habitant une commune rurale, j’affirme par expérience que la notion de « nuisibles » ou « d’espèces susceptibles d’occasionner des dégâts » est une absurdité ! Heureusement qu’il y a des fouines, des renards, des ..., pour nous débarrasser des rongeurs, des limaces, des escargots, des insectes ravageurs, des animaux malades, des cadavres divers, des ..., car eux régulent vraiment et efficacement les écosystèmes et nous rendent service de façon écologique et économique (par exemple en nous dispensant d’acheter et d’employer divers poisons).

    Interdisez plutôt que les chasseurs libèrent par centaines de milliers à la veille de l’ouverture de la chasse, faisans, perdreaux, lapins et lièvres d’élevage, animaux abâtardis, bourrés d’antibiotiques, nourris aux OGM et qui contaminent les espèces indigènes !!!
    Interdisez les pièges tuants et mutilants qui ne font pas le tri entre les animaux sauvages et les animaux domestiques, entre vos fameux « nuisibles » ou « animaux susceptibles d’occasionner des dégâts » et ceux qui ne le seraient pas !!!
    Interdisez le déterrage, l’enfumage, l’empoisonnement, … !!!
    Et prenez des mesures sérieuses, vraiment dissuasives contre toutes les dérives de la chasse et notamment le braconnage !!!

    Prenez enfin en compte l’avis de l’immense majorité des habitants de ce pays qui refusent qu’une minorité archaïque, cruelle, dangereuse les prenne en otage la moitié de l’année et jusque chez eux ! Car s’il y a des « nuisibles » et des « espèces qui occasionnent des dégâts », – beaucoup de dégâts –, ce sont bien les chasseurs et leurs chiens !!!

    Goupil d’Aubres
    27/03/2017

  •  Oui il faut limiter les espèces nuisibles, par RJP , le 27 mars 2017 à 15h14

    Oui il faut limiter les espèces nuisibles. Un renard ne mange pas que des souris, il est capable par opportunisme de s’introduire dans un élevage de
    volailles pour sévir, de prélever à la naissance et à la sortie de la
    brebis un agneau naissant, de prélever des faons de chevreuils, etc...
    C’e’st un vecteur de l’échinoccocose alvéolaire, vous savez l’affreuse
    maladie qui bouffe le foie et dont on ne s’aperçoit que 10 ans après l’avoir attrapée et que même l’écolo de grande surface bio peut attraper
    après avoir mangé de la salade et fait nouveau depuis quelques temps nous
    en rencontrons porteurs de la gale. Rassurez vous Mesdames, Messieurs, un renard c’est plus malin que vous et moi, ce n’est pas une espèce en voie de disparition, le nombre fluctue chaque année, à la hausse ou à
    la baisse.

  •  Décret Loi 2016-1087, par Giry andrée , le 27 mars 2017 à 15h12

    Très favorable à l’application de ce décret

  •  Régulation des espèces en général., par Paroche Pascal , le 27 mars 2017 à 15h11

    Je suis pour cette directive, je pense que l’ homme fait parti de la chaîne afin de réguler les espèces qui sont pour la plupart sans prédateur.Les études scientifiques ne sont plus réservées qu’ aux scientifiques car le monde de la chasse treavaille tous les jours avec ces derniers en leur apportant leur connaissance tout aussi, voir plus étoffée que celle des protecteurs de l’ environnement et sans subventions par nos impots. Les régulations par l’homme sont aujourd’hui encadrées (contrôles ONCFS, examens,responsables de chasse,gardes particuliers, chartes, bagues,etc...)ce qui permet d’ effacer les exagérations d’ antant

  •  Loi 2016-1087, par Giry , le 27 mars 2017 à 15h08

    Favorable à l’application de ce décret.

  •  Loi 2016-1087, par Giry Bernard , le 27 mars 2017 à 15h04

    Je suis favorable à l’application de ce decret

  •  favorable à l’adoption, par chopin 08 , le 27 mars 2017 à 14h54

    Demeurant à la campagne, conscient des problématiques engendrées par certains animaux sauvages,je suis favorable à l’ensemble des dispositions de ce projet de décret.
    Je suis favorable au remplacement du terme "nuisible", trop dévalorisant et discutable, par le terme "susceptible d’occasionner des dégâts", ce qui a l’avantage de préciser qu’aucune espèce n’est nuisible en soi.
    En parallèle et dans la même logique il faudrait remplacer le terme "destruction " par celui de "régulation". Il n’est pas question de détruire une espèce, mais bien de la réguler.

  •  Favorable à ce projet, par RUSE Nicolas , le 27 mars 2017 à 14h51

    Bonjour, je suis favorable à ce projet de loi et je fais confiance à la fédération des chasseurs quand à leur compétence à gérer les populations d’espèces sauvage

  •  je suis favorable à ce projet de bon sens, par breton , le 27 mars 2017 à 14h48

    je suis favorable à ce projet de bon sens et je m’étonne qu’il faille encore démontrer ce qui l’a déjà été tant de fois.

  •  cosultation préalable, avis favorable, par Lenormand olivier , le 27 mars 2017 à 14h33

    Ce projet prend en compte les différents équilibres et déséquilibres rencontrés dans la nature du fait de l’intervention humaine et donne les moyens d’intervenir aux différents acteurs de la nature.
    Je suis favorable ce texte.

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par MOREAU , le 27 mars 2017 à 14h28

    Je suis favorable à ce texte comme il est présenté actuellement.

  •  Pour le projet, par Stephane , le 27 mars 2017 à 14h08

    Je suis surpris que des personnes se disant ecologiste remettent en cause sur ce que leurs représentants se sont déjà prononcés en amendant librement le projet de texte.
    Tous ces gens qui donnent leurs avis que font-il en vrai dans la nature et ils connaissent quoi? alors ce projet il faut qu’il aboutisse et tel quel. Il a déja été etudié par des gens competents et responsable. Alors oui je suis pour ce projet, meme si le terme nuisible disparaisse et que cela me gêne fortement.

  •  non, par bertrand johan , le 27 mars 2017 à 14h00

    contre le décret

  •  favorable au décret , par berthion jm , le 27 mars 2017 à 13h59

    Disposition qui vont dans le bon sens de l’environnement

  •  Projet bon pour la plupart des modifications proposées, par Arnaud S. , le 27 mars 2017 à 13h54

    même si cela reste perfectible, les mesures et modifications proposées semblent logiques.
    Un maîtrise raisonnée est indispensable afin de limiter les dommages occasionnés aux personnes qui sont réellement confrontées à ces espèces.

  •  Non à ce décret, par Delhotal , le 27 mars 2017 à 13h47

    Je m’oppose au projet de modification de l’article R 427-6 du code de l’environnement qui vise à prolonger le classement des espèces dites "nuisibles" pour une période de six ans. Je suis pour une réforme du statut de ces espèces qui mette enfin un terme aux destructions honteuses et injustifiées prônées par les seuls intérêts cynégétiques.
    Les espèces "susceptibles de causer des dégâts" [pour les activités humaines] ne doivent pas être considérées seulement sous cet angle : elles leur place et un rôle à jouer dans l’écosystème qui les héberge. Un droit de destruction de 6 ans ne tient pas compte de ce fait et peut mener à un mal pire que la cause.

  •  PROJET DE DECRET, par Alai ANDRY , le 27 mars 2017 à 13h38

    Très favorable au projet de décret.
    Il y en a assez que certains s’insurgent et racontent n’importe quoi sur des choses qu’ils ne connaissent pas.
    Moi je vis à la campagne, je suis chasseur , pécheur , ramasseur de champignons , éleveur de volailles , président d’une sté de chasse communale , président d’un groupement d’intérêt cynégétique interfrontalier de 15000ha , piègeur agréé ,ayant eu pendant 40ans des responsabilités syndicales , pendant 20ans des fonctions municipales ,amoureux de la nature et ayant des rapports privilégiés avec les autres utilisateurs de la nature et j’aimerais que les gens qui critiquent viennent nous voir et constatent nos actions sur le terrain.

  •  Pourquoi remettre en cause en permanence , par Philippe Goetzmann , le 27 mars 2017 à 13h37

    Ce décret a été signé par une large majorité et c’est la démocratie
    Pourquoi quelques marginaux antichasse surtout, s’arrogent ils le droit de mettre en cause ce genre de décision?

  •  Merci aux renards , par Rocher , le 27 mars 2017 à 13h36

    Par sa predation le renard participe au fonctionnement de l’écosystème
    il régule les populations de rongeurs (rats taupiers...) et limite donc les attaques sur les végétaux
    c’est une méconnaissance de penser qu’un écosystème peut-être en équilibre
    sans les prédateurs de bout de chaine
    A R agrégé de svt

  •  Réponse au decret, par Gillou , le 27 mars 2017 à 13h35

    Bonjour,
    je suis toujours surpris de voir la réaction de ces ecolo bobo, qui prétendent connaître la nature et la campagne. Ceux la même qui vont chercher leur sacro sainte baguette de pain à la boulangerie en voiture, si possible diesel ( ça coûte moins cher en carburant). Moi je vis en campagne, je cultive sans traitement mon jardin. J’ai des ruches et des volailles . Quand tout est anéanti en une nuit par maître Goupil, ou autre petite bébête a sont papa, ça me fait mal au ventre.
    Je suis également chasseur et cueilleur de champignon. Je profite de tout ce que mère nature m’offre sans abuser ou détruit par plaisir. Je ramasse les détritus des gens bien pensant qui croit encore que ça ne se voit pas. Alors pour tout ça, et bien d’autres raison ,arrêté de croire que les chasseurs sont des sanguinaires et ne respectent pas la faune sauvage. Je suis pour ce décret. Nous avons nous aussi des personnes très compétentes dans les federation de chasse. Nous vivons la nature au quotidien, et pas seulement le week end quand il fait beau.

  •  Une nouvelle loi, par Prieur Christian , le 27 mars 2017 à 13h29

    Je pense que nous avons suffisamment de réglementation et que tout est prévu
    pourquoi en créer de nouveaux
    les chasseurs sont les meilleurs gestionnaires de la biodiversité
    je suis contre

  •  QUI SE SOUCIE DES NUISIBLES. ?, par BIZEAU JB , le 27 mars 2017 à 13h26

    Les nuisibles étaient piégés dans nos campagnes à cause des destructions occasionnées aux poulaillers et aux oiseaux sauvages.
    Martres, fouines ,blaireaux, pullulent dans certains endroits de nos campagnes et de nos villes.
    Laissons les se reproduire tout comme les sangliers et les chevreuils
    Nous seront bientôt confrontés à payer un impôt pour remédier aux débats qu’ils occasionnent .
    Alors à vos porte-monnaie citoyens !!

  •  POUR CE DECRET, par REMY Patrick , le 27 mars 2017 à 13h25

    Je suis favorable à ce projet de décret.

    Les représentants écologistes se sont déjà prononcés en amendant librement le projet de décret puisqu’il a été présenté en CNCFS en octobre dernier et avait fait l’objet d’un avis favorable à l’unanimité.

  •  OUI, par frederic mahaut , le 27 mars 2017 à 13h25

    Il est temps de laisser la gestion de la nature aux hommes de terrains qui vivent avec la nature la façonne et la diversifie parce que oui que cela déplaise aux (protecteurs)il y a des animaux pouvant occasionner des dégâts dans nos campagnes.

    frederic Mahaut PISCICULTEUR

  •  Avis favorable, par Stevenin , le 27 mars 2017 à 13h22

    Il est pathétique de voir systématiquement les projets attaqués par des associations écologistes qui font beaucoup de bruit et de recours administratifs sont rien réellement connaitre à la nature et aux réels enjeux de gestion.

  •  projet de décret à la biodiversité, par pedroni jean-claude , le 27 mars 2017 à 13h21

    Oui au renouvèlement du décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la loi 2016 1087 du 8 aout 2016 pour la reconquête de la biodiversité.
    Laissons ces femmes et ces hommes volontaires (de terrain) continuer à maintenir l’équilibre primordial de cette biodiversité ce qu’ils font avec succès depuis temps d’années en donnant sans compter de leur temps.

  •  Avis très favorable à ce décret, par Devouge François , le 27 mars 2017 à 13h18

    N’en déplaise à certains "BOBO ECOLO", seules les personnes de terrain dont les chasseurs, ont pleinement conscience de l’équilibre de l’éco système et de sa diversité. Et pour une raison simple : sans gestion intelligente, pas de gibier et pas de chasse possible. Les chasseurs ne sont pas les ennemis de la faune, ils font moins de dégâts que la circulation, l’urbanisme, et les causes naturelles (maladie & météo). Plutôt que d’espérer une régulation naturelle alors que le milieu ne l’est plus, autant laissez des professionnels et des passionnés s’en occuper.

  •  Favorable, par chêne , le 27 mars 2017 à 13h17

    Effectivement favorable à ces modestes modifications qui permettront d’avoir un cadre légal mieux défini. Les changements sont essentiellement administratif !

  •  contre ce projet, par stephane , le 27 mars 2017 à 13h14

    les ecologistes et les personnes qui sont contre nos methodes ne sont pas capables de gerer nos biotopes.Laissons la gestion aux gardes,chasseurs,piegeurs ,mairies.

  •  DECRET DE LOI No2016- 1087 DU 8 AOUT 2016, par BLANCHEMANCHE Hubert , le 27 mars 2017 à 13h12

    BONJOUR JE SUIS D ACCORD POUR LA PROLONGATION DE LA DUREE DE VALIDITE DU CLASSEMENT DES ESPECES NUISIBLES INDIGENES ,AINSI QU AUX DISPOSITION D APPLICATION REGLEMENTAIRE DE LA LOI BIODIVERSITE .CES ESPECES ETANT ORIGINAIRES DAUTRES CONTREES DEVIENNENT ENVAHISSANTES DE PAR LEUR RAPIDITE A SE REPRODUIRE(cormorans,oies bernaches ect ect...) .IL N EST PAS QUESTION DE LES ERADIQUER MAIS TOUT AU MOINS DE REGULER LES COLONIES .

  •  patrice, par patrice , le 27 mars 2017 à 13h12

    je suis pour application du décret pour raison sanitaire entre autre .

  •  POUR CE DECRET , le 27 mars 2017 à 13h12

    Ce texte présenté en CNCFS en octobre dernier avait fait l’objet d’un avis favorable à l’unanimité.
    Je suis favorable à l’ensemble des 4 points énoncés dans ce projet de décret

  •  loi 2016 - 1087, par Eric , le 27 mars 2017 à 13h11

    l est temps de laisser la gestion de la nature aux hommes de terrains qui la façonne et la diversifie parce que oui que cela déplaise aux (protecteurs ????)il y a des animaux pouvant occasionner des dégâts dans nos belles campagnes.
    ce n’est pas aux gens qui ne viennent pas à la campagne de décider pou ceux qui vivent et entretiennent nos campagne tout au long de l’année

  •  Je suis favorable , par Lienard , le 27 mars 2017 à 13h08

    Je suis favorable à ce décret, son application. J’ai confiance dans les hommes de terrain de ma région. La gestion dont il est question ici sera plus pertinente, si elle est faite localement par des locaux qui connaissent les situations et particularités sur une longue période.

  •  Je suis POUR, par Théret , le 27 mars 2017 à 13h04

    Ce décret fait avancer les choses dans le bon sens, cela suffit avec les "défenseurs" de l’environnement extrémistes, procéduriers, à mille lieue des réalités. Que penser que ce que je peux lire "le seul nuisible, c’est l’homme"? Cela nous fait immédiatement penser à d’horribles idéologies....

    Je suis un homme de terrain, impliqué dans la réelle défense de l’environnement, qui applique cela au quotidien, pas dans un bureau.
    Alors OUI aux décrets intelligents.

    Et puis il faudrait d’autres décrets intelligents pour sortir de situation ubuesques : pourquoi le Grand Cormoran est-il toujours protégé, les procédures actuelles de régulation sont très coûteuses?

    L’ouverture en février de la chasse aux oies éviterai le sandale de leur destruction dans certains pays....

    Alors oui et encore oui à ce décret combattu par des lobbies extrémistes.

  •  Oui, par Sobaco , le 27 mars 2017 à 12h58

    Entièrement confiance à toutes les personnes qui gère au mieux notre faune et notre biodiversité la majorité des chasseurs ou pêcheurs veulent préserver au mieux notre nature

  •  Opposition totale à ce projet !, par BERNARDIN Catherine , le 27 mars 2017 à 12h55

    Alors que partout sur la planète l’effondrement de la biodiversité devient chaque jour plus évident, le ministère concocte un projet d’arrêté encore plus néfaste pour la faune sauvage que celui de 2012 !
    Un peu de cosmétique pour endormir le bon peuple (on parle désormais d’espèces susceptibles d’occasionner des dégâts et non plus de « nuisibles »), mais personne n’est dupe, ce tour de passe-passe ne rend pas le sort de ces espèces plus enviable !
    Bien au contraire, leur sort serait scellé pour 6 ans au lieu de 3, afin de rendre encore plus difficiles les procédures en annulation déposées par les associations de protection de la nature !
    Quid de la prise en compte de l’évolution de l’état de conservation de ces espèces pendant une durée aussi longue ?
    Nous constatons dans les Vosges que les dégâts attribués à ces animaux sont très souvent fantaisistes, et que l’administration prend en compte des déclarations qui sont de toute évidence des faux !
    Par contre, les services rendus par ces animaux ne sont jamais pris en compte : régulation des rongeurs par le renard, la fouine, la marte, la belette, le putois, consommation des larves de hannetons par les corvidés, élimination des cadavres par les espèces charognardes.
    Les modes de destruction des espèces visées ne devraient plus exister : des pièges non sélectifs, dont personne ne contrôle l’usage, qui mutilent ou tuent d’autres espèces protégées ou des animaux domestiques, ou des cages dans lesquelles des animaux agonisent à petit feu sans eau ni nourriture.
    Les petits carnivores figurent sur cette liste avant tout pour satisfaire les demandes des chasseurs, qui veulent « nettoyer le territoire » avant de lâcher leurs faisans d’élevage et autres « cocottes » dégénérées…
    Voir en 2017 la belette et le geai des chênes figurer sur cette liste, c’est à pleurer ! La belette ne consomme que des petits rongeurs, le geai des chênes dissémine les glands et favorise la régénération naturelle des chênes dans nos forêts. Qui se plaint aujourd’hui de prétendus dégâts occasionnés par ces 2 espèces ? !
    On touche le fond, c’est à désespérer, et je m’oppose totalement à ce projet d’arrêté.

  •  Contre ce décret, par Marion , le 27 mars 2017 à 12h43

    Bonjour,
    Je m’oppose fermement à ce décret qui ne prend pas en compte l’avis des associations pour la protection de la faune ainsi que les études scientifiques.
    Toute espèce est utile et favorise la biodiversité malgré qu’elle puisse occasionner quelques dégâts (qui pourraient être réduit en renforçant les mesures de protection).
    Les différents éléments à charge et apportés au dossier pour classer une espèce "pouvant occasionner des dégâts" ne sont pas vérifiés et aucune comparaison n’est faites avec les avantages qu’apporte l’espèce.
    La nature est bien faite et les espèces se régulent d’elles mêmes si l’Homme n’intervient pas. C’est le cas du sanglier dont la population a presque doublé en quelques années, dû à l’élevage et au nourrissage des animaux par les chasseurs.
    Ainsi classer une espèce pendant 6 ans n’est pas sensée. Cela autorise les chasseurs à tuer toute l’année, de toutes les manières qu’ils soient, sans quota et sans raison valable une espèce qui n’occasionne que quelques dégâts, sur une durée extrêmement longue. C’est une solution facile, qui en arrange certains et qui ne prend pas en compte les conséquences que cela engendrera.

  •  Projet de li Biodiversité, par monolithe 21 , le 27 mars 2017 à 12h39

    Je suis étonné qu’un travail de cette nature soit remis en question par les membres d’associations écologistes et véganistes intégristes alors que leurs représentants se sont déjà prononcés en amendant librement le projet de texte.

  •  projet de Décret pour la reconquête de la Biodiversité, de la nature et des paysages., par Ines del marmol , le 27 mars 2017 à 12h33

    Je suis favorable à cette évolution des textes, largement débattue en séance et approuvée à l’unanimité des représentants des intérêts cynégétiques, écologiques, naturalistes et environnementalistes.

  •  Favorable, par SC lucas , le 27 mars 2017 à 12h21

    Je suis favorable à ce projet !

  •  FAVORABLE, par GUENEAU , le 27 mars 2017 à 12h20

    Plusieurs mesures sont aujourd’hui demandées notamment sur la fusion non obligatoire des ACCA lors de fusion de communes.
    Au sujet des espèces pouvant occasionner des dégâts, ce texte a le mérite de rétablir le vocabulaire non approprié mais pas seulement. Les espèces concernées doivent être régulées comme toutes les espèces pour éviter les déséquilibres. La durée des 6 ans est une avancée qui se justifie par la biologie de certaines espèces et par le mode d’intervention qui est aujourd’hui très localisé et ne remettant nullement en cause les populations.

  •  Reconquête de la biodiversité, par . , le 27 mars 2017 à 12h17

    je suis favorable à l’application de ce décret.

  •  Laissons vivre les animaux sauvages, par Bertrand Burlot , le 27 mars 2017 à 11h55

    savons tous la capacité d’auto-régulation des populations d’animaux sauvages de nos territoires, donc de leur adaptation aux aires et ressources disponibles.
    Ainsi leur destruction fait d’inutiles victimes sans faire baisser leur nombre.
    Les tentatives de réduction sont donc vainement cruelles !

  •  je suis favorable à ce projet de décret, , par RENARD Jacques , le 27 mars 2017 à 11h55

    Pourquoi revient on sur un avis favorable à ce projet de décret, alors qu’il a été acté en Conseil National de la Chasse et de la Faune Sauvage par une consultation Publique ?

  •  un texte qui va dans le bon sens, par François , le 27 mars 2017 à 11h52

    Bonjour,

    je suis évidemment favorable à ce projet de décret qui confie la régulation de l’équilibre de nos milieux aux véritables acteurs de la biodiversité sur le terrain et non à des visiteurs de consultation écrite.

  •  LES ANIMAUX, LE FUTUR DE L’HOMME, par RICHEBOURG Lysiane , le 27 mars 2017 à 11h35

    La "race supérieure !!!!!" va-t-elle enfin prendre conscience et la réelle importance du monde animal pour son futur ?

    Sans les animaux, l’homme n’est rien. Il est de son devoir de les protéger et de cesser sa barbarie qui semble sans limite, hélas.

  •  Remarques sur le projet de décret, par Pierre BRUME , le 27 mars 2017 à 11h32

    Le projet de décret prévoit notamment de supprimer le terme "nuisibles" de la partie réglementaire du code de l’environnement pour le remplacer par "espèces susceptibles d’occasionner des dégâts".

    Si elle apparaît progressiste, cette modification terminologique n’en reste pas moins symbolique puisqu’elle ne remet pas du tout en cause le régime de destruction des « futurs ex-nuisibles !

    Bien au contraire, sous prétexte de supprimer de la réglementation l’expression « espèce nuisible », ce projet de décret maintient et même renforce un régime juridique hérité du XIXème siècle et entièrement conçu dans une logique de destruction. Surprenant pour une loi dite de « reconquête de la biodiversité » direz-vous ?

    Il est urgent de mettre en place un système de vérification indépendant de la réalité des dégâts aux activités économiques et qui ne conduise aux mesures de régulation qu’après l’échec de la mise en place de mesures préventives de protection soit l’absence réelle d’autre solution satisfaisante !

    Le projet de décret prolonge la durée actuelle de l’arrêté ministériel de classement des espèces sauvages dites « nuisibles » de 3 ans à 4 ans. Pire il prévoit à partir du 1/07/2019 un classement pour 6 ans. Soi-disant pour s’harmoniser avec le rapportage sur l’état de conservation des espèces sauvages effectué auprès de la Commission européenne tous les 6 ans. De plus cette durée de 6 ans ignore la dynamique même des populations des espèces concernées. Ainsi la durée de vie de la Belette est de 3 ans et sa dynamique est intiment liée aux cycles de pullulation des rongeurs et celle du renard est de 3 à 5 ans…

    Ainsi, en moins de 10 ans, on sera passés d’une durée de un an à trois ans puis bientôt six. Le tout évidemment pour avant tout réduire les possibilités de recours contentieux des associations !

    Partant d’une louable intention d’une minorité de Députés de mettre fin à des notions dénuées de tout fondement scientifique, le projet de décret d’application permettrait en fin de compte de faciliter la destruction d’une partie de la faune sauvage !

    Pas moins de 2000 belettes, 3000 putois, 8000 martres, 17.000 fouines, 22.000 blaireaux (chassés) et 430.000 renards sont tués chaque année en France(*) !

    La seule réforme à concevoir est celle d’une évolution du statut de ces espèces qui mettra fin au régime actuel de destruction en lui substituant un dispositif adapté au respect de la diversité biologique, en conformité avec les connaissances scientifiques actuelles sur la biologie et le rôle positif des espèces dans les écosystèmes (et non celles du 14ème siècle...) et vis-à-vis des activités humaines (prédation des rongeurs …) et les idées de notre temps.

    En résumé, je m’oppose au projet de modification de l’article R 427-6 du code de l’environnement qui prévoit le prolongement du classement des espèces « nuisibles » pour une période de 6 ans.

  •  projet decret nuisible, par o lecas , le 27 mars 2017 à 11h22

    oui au projet de decret qui facilite les demarches

  •  Contribution à la consultation publique projet de décret, par Groupe d'Etude des Mammifères de Lorraine , le 27 mars 2017 à 10h46

    Madame la Ministre,

    Dans le cadre de la consultation publique relative au projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétiques de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016, vous voudrez bien trouver ci-dessous la contribution du Groupe d’Etude des Mammifères de Lorraine (GEML), association agréée "Protection de l’environnement" et habilitée à participer au débat sur l’environnement dans le cadre d’instances consultatives en Lorraine, dont le siège social est situé Maison de l’Espace Vert, Parc Sainte-Marie, Avenue du Maréchal Juin, 54000 NANCY.

    Vous avez soumis à consultation du public, le 8 mars 2017, un projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétiques de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages.

    Ce projet de décret prévoit notamment de supprimer le terme « nuisibles » de la partie réglementaire du Code de l’environnement pour le remplacer par « susceptibles d’occasionner des dégâts ». Si ce changement sémantique était attendu depuis des décennies, il n’apporte sur le fond aucune amélioration du statut des espèces concernées. En effet, cette modification rédactionnelle n’empêchera pas des destructions injustifiées de mammifères sauvages en particulier !

    Nonobstant l’hypocrisie de ce toilettage du vocabulaire, le projet de décret propose « [de proroger d’un an] la validité de l’arrêté ministériel du 30 juin 2015 relatif au classement des espèces sauvages indigènes susceptibles d’occasionner des dégâts ([report] du 30 juin 2018 au 30 juin 2019), et [de prolonger] (à compter du 1er juillet 2019) la durée de classement de certaines espèces sauvages indigènes en tant qu’espèces susceptibles d’occasionner des dégâts (de 3 ans à 6 ans) par arrêté ministériel ». De ce fait, ces deux dispositions aggravent la précarité du statut des espèces visées, sans aucune justification.

    Le classement d’une espèce ex-« nuisible » doit être justifié au regard du droit national et pour certaines espèces, il est encadré par le droit international, la Convention de Berne du 19 septembre 1979 (en ce qui concerne la Belette d’Europe, la Fouine, la Martre des pins et le Putois d’Europe), et le droit communautaire, la Directive « Habitats » du 21 mai 1992 (pour la Martre des pins et le Putois d’Europe) ; pour ces espèces, il doit être démontré qu’il n’existe pas d’autres solutions satisfaisantes à leur destruction.

    Outre la notification du statut de conservation des espèces sauvages auprès de la Commission européenne tous les 6 ans, les dérogations faites à ces espèces protégées par la Convention de Berne ou la Directive « Habitats » doivent faire l’objet d’un rapport auprès du Comité permanent de ladite Convention de Berne ou de la Commission européenne tous les 2 ans.

    L’allongement de la durée de classement des espèces de mammifères indigènes « susceptibles d’occasionner des dégâts », de 3 ans à 6 ans, n’est donc absolument pas justifié.

    Respectueusement,

    Michel Fauvé, le Président du GEML

  •  FNC : Avis favorable, par Laetitia A. , le 27 mars 2017 à 10h30

    Bonjour,
    la FNC a donné un avis favorable concernant ce projet de décret.
    Bien cordialement,

  •  Avis favorable, par PAGES , le 27 mars 2017 à 10h26

    Je suis favorable au présent projet de décret, qui modifie certaines dispositions réglementaires du code de l’environnement relatives à l’application des dispositions de la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages du 8 août 2016.

  •  Favorable, par GRUSON , le 27 mars 2017 à 10h20

    Je suis favorable aux articles de ce projet de texte.

  •  Non à un décret de destruction de la biodiversité, par Corbel Jean-Claude , le 27 mars 2017 à 10h12

    Encore l’affaire des lobbies agricoles et chasseurs qui nient le rôle important de régulation des rongeurs et accentuent les déséquilibres comme c’est le cas dans le massif central avec les pullulations de campagnols terrestres. Il me semble plus qu’urgent de s’appuyer sur les connaissances scientifiques du rôles de ces espèces de leur régime alimentaire de leurs place dans les équilibres naturels. De plus ce projet prévois une prolongation du classement nuisible à 6 ans alors que l’espérance de vies de certaines espèces est de 3 à 5 ans, mais ou est la consultation des scientifiques dans ce projet aberrant.
    Et que fait la nouvelle agence française de la biodiversité crée par le gouvernement français.

  •  Contre le Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par Parmentier épouse LIMOGE , le 27 mars 2017 à 09h46

    Madame, Monsieur,

    "On ne peut être à la fois juge et partie" aussi, je n’admets que l’ONCFS (ou l’office national de la CHASSE et de la faune sauvage) soit en charge du constat sur le terrain et je ne reconnais pas la légitimité de cette organisme d’état davantage contrôlé par les corporations et les groupes de pression que par les institutions.

    Grâce à ce projet, les espèces ne seront plus « nuisibles » mais « susceptibles d’occasionner des dégâts »… Sauf que cette modification sémantique ne change absolument rien au régime destructeur qui leur est applicable : tir en dehors de la période de chasse, déterrage des renards ou encore piégeage non sélectif et mutilant restent possibles toute l’année !

    Des espèces autochtones détruites plus longtemps

    Pire encore. Une fois considérés comme « susceptibles d’occasionner des dégâts », renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes, étourneaux sansonnets et geais des chênes pourront être détruits pendant… 6 ans !

    Avant 2012, ces listes noires étaient revues chaque année ; en 2012, leur révision intervenait tous les 3 ans, ce qui était déjà catastrophique. Avec ce projet, ces espèces auront une chance mince de voir leur statut modifié tous les 6 ans, ce qui ne correspond à aucune réalité scientifique. Où s’arrêtera le ministère ?

    Ceci est d’autant plus intolérable que ces listes noires sont fondées sur des éléments partiaux fournis par les fédérations de chasseurs et les piégeurs, sans aucune vérification possible par un organisme indépendant.

    De plus, le rôle de chaque espèce dans les écosystèmes, ainsi que les services écologiques gratuits qu’elles rendent aux activités humaines (dissémination des végétaux, régulation naturelle des rongeurs, prévention des épidémies par l’élimination des cadavres,…) sont officiellement écartés lors de l’établissement de ces listes.

    je m’oppose à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :
    •la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,

    •l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,

    •l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,

    •la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,

    •la possibilité de tuer les espèces uniquement aux abords immédiats des activités sensibles.<br class="manualbr" />Recevez, Madame, Monsieur, mes sincères salutations.

  •  non, par Hervé JACOB , le 27 mars 2017 à 09h40

    Je m’oppose au projet de modification de l’article R 427-6 du code de l’environnement qui vise à prolonger le classement des espèces dites "nuisibles" pour une période de six ans. Je suis pour une réforme du statut de ces espèces qui mette enfin un terme aux destructions honteuses et injustifiées prônées par les seuls intérêts cynégétiques. Je suis pour une réforme qui respecte la diversité biologique en tenant compte de l’intérêt écosystémique de la plupart de ces espèces pour luter naturellement contre les pullulations des rongeurs

  •  contre le projte de modification de l’AR 427-6 du code de l’environnement, par chaleil , le 27 mars 2017 à 09h32

    « Je m’oppose au projet de modification de l’article R 427-6 du code de l’environnement qui vise à prolonger le classement des espèces dites "nuisibles" pour une période de six ans. Je suis pour une réforme du statut de ces espèces qui mette enfin un terme aux destructions honteuses et injustifiées prônées par les seuls intérêts cynégétiques. Je suis pour une réforme qui respecte la diversité biologique en tenant compte de l’intérêt écosystémique de la plupart de ces espèces pour luter naturellement contre les pullulations des rongeurs. »

  •  commentaire sur le projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétiquesde la loi n°2016-1087 du 8 aout 2016 , par Bouvarel Luc , le 27 mars 2017 à 09h27

    la modification des termes et de la dénomination ’’nuisibles’’ en
    ’’animaux susceptibles d’occasionner des dégâts’’ permettra d’intégrer dans le dispositif des espèces qui figurent actuellement dans le registre des ’’espèces protégées’’ et qui du fait de leur développement actuel sont à l’origine de dégâts importants.
    Ce qui est le cas du castor dont la colonisation importante dans de nombreuses rivières et de leurs affluents est maintenant à l’origine de nombreux dégâts. Sa présence non surveillée induit de graves préjudices au dépens de la filière agricole et populicole. Il devient nécessaire que les pouvoirs publics diligentent au plus vite un état des lieux des populations présentes et en tirent les conséquences avant d’en arriver aux catastrophes survenues en terre de feu suite à l’introduction de l’espèce, et s’inspirent des dispositions qui ont été prises par les états concernés pour limiter et contrôler la prolifération de l’espèce, et mettent en place un dispositif de régulation dans les régions concernées concernées.

  •  Ineptie, par Ian Stevenson , le 27 mars 2017 à 09h22

    Bonjour,
    Ce projet n’est fondé sur aucune réalité sur le terrain. Ici en Montagne Bourbonnaise, les populations des ’nuisibles’ ne sont pas connues ni comptabilisées. On pourrait supprimer jusqu’au dernier fouines, martres, hermines etc. De plus, les ’dégâts’ cynégétiques sont nuls car pas de petit gibier de toute façon. Pour ce qui est des pertes de volaille etc., là encore, ils ne sont ni connus ni comptabilisés.
    Un peu de sérieux, s’il vous plaît avant de détruire ces espèces.

  •  La seule espèce nuisible est la race humaine !, par GARNIER , le 27 mars 2017 à 08h42

    Je suis évidemment contre ce projet, pondu par des technocrates démagogues, qui ne connaissent rien des relations vitales entre espèces animales. Il n’y a pas d’espèces utiles ou nuisibles, la nature est une, avec sa complexité que l’homme, cette espèce prédatrice pour le plaisir, qui prétend tout régir, ne comprend pas. Quand il ne restera plus d’animaux sauvages dans la nature, quelle explication donnerons-nous à nos enfants lors de nos promenades (quand messieurs les chasseurs nous les permettent !)? N’en déplaise à ce monsieur, chasseur évidemment, qui se plaint des carcasses pourrissantes, ne sont-ce point les poisons ou les chasseurs qui ont tué ces animaux? les non-chasseurs connaissent bien plus de choses sur la nature que vous, monsieur, car ils ne sortent pas que le dimanche pour détruire mais à chaque fois qu’ils le peuvent, pour observer et comprendre !

  •  Absolument contre, par chatbotté , le 27 mars 2017 à 06h52

    Déclarer une espèce nuisible revient une fois encore à croire que l’Homme est capable de maîtriser et d’imposer sa loi à la Nature... Nuisible pour qui pour quoi ? Pour l’activité des chasseurs ? Pour l’agriculture? Certainement pas pour la bio diversité !! Et je suis un rural, un vrai, un pur !

  •  projet de décret, par KISSEL Myriam , le 27 mars 2017 à 06h09

    La France a organisé la COP 21. La France s’est dotée d’un Ministère de l’Ecologie et d’un secrétariat à la biodiversité.Il est donc totalement irrationnel et incohérent d’autoriser la destruction de la faune sauvage sur son territoire, avec des concepts et des méthodes d’un autre âge.Le biotope constitue un ensemble déjà bien menacé par la réalité du terrain dans notre pays : augmentation spectaculaire des pesticides, destruction des terres agricoles, lois de protection des oiseaux violées, tirs sur l’espèce protégée qu’est le loup. En France les insectes et les oiseaux disparaissent à une vitesse effrayante, et ce malgré les déclarations de M. le Foll.
    Je m’oppose donc absolument à ce projet.
    Cordialement
    M. Kissel

  •  NON au Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016, par Catherine ALTARE , le 26 mars 2017 à 23h28

    Aucun animal sauvage n’est susceptible d’occasionner des dégâts qui nécessiteraient qu’on le détruise.
    Parce qu’il y a des moyens de protéger les élevages et les cultures. Ainsi, les poulaillers peuvent être protégés par une construction adéquate...Les troupeaux par des chiens de défense, les cultures par des filets.
    Mais surtout, il faut laisser faire la nature pour que les populations d’animaux sauvages retrouvent leur équilibre démographique.
    Pour exemple, la population de sangliers n’a réellement commencé à poser problème que depuis qu’elle a été croisée avec des cochons domestiques pour accroître sa prolificité. De plus, on abat les loups qui sont un de leurs prédateurs naturels.
    Dans le sud-est de la France, les cerfs ont été exterminés dans les années 60, au prétexte qu’ils faisaient des dégâts aux cultures. Mais on y a récemment introduit les chevreuils !

    Je me prononce contre ce projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 car il est au service du lobby de la chasse qui prend en otage notre patrimoine naturel en dépit du bon sens paysan dont il se prévaut.

  •  INDIGNE et HONTEUX ! , par AUBRIET Stéphan , le 26 mars 2017 à 23h28

    On se demande qui rédige ce genre de décret ! Ou plutôt on ne s’en doute que trop bien !

    Comment peut-on écrire sérieusement, en 2017, que l’on va porter de 3 ans à 6 ans la durée de classement en "nuisible" (ou tout autre mot justifiant facilement leur massacre) d’une espèce, quand déjà en 3 ans celle-ci peut localement être éradiquée ?

    Il faut tout au contraire revenir à un classement annuel, seul capable de prendre en compte les variations dues aux conditions climatiques par exemple, qui ont un lourd impact, mais aussi à la prédation des chasseurs, piégeurs ainsi qu’à la mortalité sur les routes voire à des transformations de l’habitat (chantier de grande ampleur...).

    J’ajoute de plus qu’il est tout aussi ahurissant de détruire aujourd’hui ces espèces prédatrices... pour le seul besoin du loisir de quelques uns (les chasseurs) qui justifient ainsi leur action : en effet si on laissait faire les renards ou fouines par exemple, on n’aurait plus à faire appel à eux, la nature se régulerait d’elle même !

    Je finirai en faisant appel à votre conscience : avez-vous déjà songé à vous mettre à la place ou bien à mettre vos animaux domestiques à la place des blaireaux déterrés de leur terrier ou animaux piégés ?

    La recherche a prouvé maintes fois que les animaux ressentent la terreur, le stress et naturellement... la douleur que leur infligent ces pratiques cruelles.

    Bref, plutôt que de vouloir des conformités de durée pour d’obscures raisons, pensez à la vie autour de vous qui a aussi un système nerveux et amendez cet article en ajoutant l’interdiction des pratiques de chasse d’un autre âge.

    Mais les lecteurs de ces avis sont-ils bien indépendants ou eux aussi font-ils partie de l’ONCFS ???

    Je suis curieux de voir le résultat : aura-t-on penché vers plus d’humanité ?

    Bien cordialement et gardant un espoir dans le genre humain, en mon pays et en nos fonctionnaires,

  •  Non à la prolongation du classement d’espèces animales dans la catégorie "susceptibles d’occasionner des dégâts", par Durieux , le 26 mars 2017 à 23h02

    Je suis totalement opposée à un prolongement de 3 à 6 ans de la période de destruction des espèces animales indigènes, c’est à dire des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet alors que ces espèces sont considérées comme telles en regard principalement des prédations dont elles peuvent être responsables sur les dits "gibiers d’élevage" des chasseurs, ou accessoirement quelques animaux d’élevage mal protégés par ceux qui les détiennent. Ces animaux ont tous leur place dans les écosystèmes et dans les équilibres naturels. Si l’on veut absolument raisonner de manière utilitariste, ce que je déplore, il faut tenir compte des immenses services écologiques rendus par ces animaux sauvages de nos régions : je n’en citerai que quelques uns, la capture de nombreux rongeurs, la dissémination de végétaux, l’élimination des cadavres et des animaux malades.
    Comment permettre que se perpétuent à l’égard de ces espèces, des pratiques cruelles comme le piégeage (qui n’est jamais sélectif et dont les zones d’exercice sont beaucoup trop vastes), le déterrage, les massacres cynégétiques qui constituent un véritable déploiement permanent de la pulsion de mort et de saccage du vivant? Ces pratiques constituent une atteinte grave aux valeurs que nous devons défendre, des valeurs de respect de la nature et des animaux et d’empathie. De plus, ces chasses et ces piégeages spolient une immense majorité de citoyens des plaisirs sains et inoffensifs de la contemplation des animaux sauvages vivants : nous sommes amenés à nous promener sans croiser de vie sauvage, inquiets du bruit des tirs ou à la pensée de marcher sur un piège. Ce n’est simplement plus tolérable. L’Etat ne doit pas introduire dans une loi sur la "biodiversité" une telle disposition qui aboutira à permettre de massacrer plus, plus longtemps et cela sans aucune clairvoyance scientifique à l’appui, ni aucune consultation équitable des associations et experts des espèces considérées.Pourquoi ne pas prendre enfin en considération les études du Museum d’histoire naturelle, de la SFEPM, de la SNPN? Pourquoi nous imposer en revanche les exigences des chasseurs et piégeurs qui ont fait leurs preuves de la manière la plus désastreuse possible? Je demande donc une révision de fond de notre rapport aux animaux sauvages, sur la base d’une éthique de la nature et d’une volonté politique réelle de protéger les espèces et je m’oppose résolument à ce projet et aux dispositions qu’il contient en matière de destruction des espèces.

  •  Favorable, par Geo , le 26 mars 2017 à 22h32

    C’est un bon projet, équilibré et responsable.

  •  Les prédateurs sont utiles, ceux qui les détruisent sont nuisibles, pas l’inverse !, par Jean-Jacques Limoges , le 26 mars 2017 à 22h22

    Je suis opposé au projet de modification de l’article R 427-6 du code de l’environnement qui vise à prolonger le classement des espèces dites "nuisibles" pour une période de six ans.
    Je suis favorable à une réforme du statut de ces espèces qui ont toute leur place dans la nature. Je n’accepte pas leurs destructions honteuses et justifiées par le seul plaisir de tuer des chasseurs.
    Contrairement aux arguments évoqués, ce massacre d’espèces dites "nuisibles" ne protège pas la biodiversité, au contraire. Toutes les études sérieuses et indépendantes des lobbies de chasseurs montrent clairement que ces espèces ont toute leur place dans les écosystèmes et sont pour la plupart (en particulier les prédateurs) des alliés précieux des agriculteurs. De nombreux états démocratiques ont purement et simplement interdit de les chasser.
    Le courage serait de faire de même en France.

  •  NON A LA DESTRUCTION DES RENARDS - C’EST INTOLERABLE, par Sylvie Lovaty , le 26 mars 2017 à 22h21

    NON A LA DESTRUCTION DES RENARDS

    Le renard est un animal très utile à la nature et aux hommes. De multiples études montrent qu’il se nourrit essentiellement d’animaux qui ravagent les cultures, et en premier lieu les rongeurs. Une renarde nourrissant ses petits peut ainsi éliminer jusqu’à 10 000 rongeurs (principalement des campagnols) en une seule saison.

    Il est donc un allié indispensable aux agriculteurs.

    Je m’oppose au projet de modification de l’article R 427-6 du code de l’environnement qui vise à prolonger le classement des espèces dites "nuisibles" pour une période de six ans. Je suis pour une réforme du statut de ces espèces qui mette enfin un terme aux destructions honteuses et injustifiées prônées par les seuls intérêts cynégétiques.

    On ne protège pas la biodiversité en déclarant "nuisibles" des espèces qui ont toute leur place dans les écosystèmes et qui sont pour la plupart (prédateurs notamment) de grands alliés de l’agriculture.

    Pourquoi classer des animaux nuisibles ? Aucun animal, aucune espèce n’est nuisible dans la nature - Tout s’équilibre. C’est l’homme qui, par ses décisions totalement inappropriées détruit et déséquilibre la nature - C’est l’homme le prédateur.

    Ce projet va à l’opposé de "la RECONQUÊTE DE LA BIODIVERSITÉ, DE LA NATURE ET DES PAYSAGES.

    JE SUIS CONTRE

  •  Danger !, par FARAMIN , le 26 mars 2017 à 21h41

    Il est insensé de vouloir détruire la faune sauvage ! Elle fait partie intégrante de notre environnement , et à ce titre , elle est vitale. Chaque animal est un maillon de la chaîne alimentaire . A terme , elle va être éradiquée ? !

    Sur quels élément vous basez-vous : ceux de scientifiques ? ceux des chasseurs ? De quels lobbies êtes-vous le vassal ?

    En espérant de tout cœur que ce message soit vraiment lu et pris en compte pour que les animaux "susceptibles d’occasionner des dégâts" ne soient pas tués !

    Cordialement,

    Anne-Françoise Faramin

  •  non au projet , le 26 mars 2017 à 21h31

    Je m’oppose au projet de modification de l’article R 427-6 du code de l’environnement qui vise à prolonger le classement des espèces dites "nuisibles" pour une période de six ans.
    Je suis pour une réforme du statut de ces espèces qui mette enfin un terme aux destructions honteuses et injustifiées prônées par les seuls intérêts cynégétiques.
    On ne protège pas la biodiversité en déclarant "nuisibles" des espèces qui ont toute leur place dans les écosystèmes et qui sont pour la plupart (prédateurs notamment) de grands alliés de l’agriculture.

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016, par TREBERN , le 26 mars 2017 à 21h08

    Par ce projet, les espèces ne seront plus « nuisibles » mais « susceptibles d’occasionner des dégâts »…

    Sauf que cette modification sémantique ne change absolument rien au régime destructeur qui leur est applicable : tir en dehors de la période de chasse, déterrage des renards ou encore piégeage non sélectif et mutilant restent possibles toute l’année !

    Pire encore. Une fois considérés comme « susceptibles d’occasionner des dégâts », renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes, étourneaux sansonnets et geais des chênes pourront être détruits pendant… 6 ans !

    Avant 2012, ces listes noires étaient revues chaque année ; en 2012, leur révision intervenait tous les 3 ans, ce qui était déjà catastrophique. Avec ce projet, ces espèces auront une chance mince de voir leur statut modifié tous les 6 ans, ce qui ne correspond à aucune réalité scientifique. Où s’arrêtera le ministère ?

    Ceci est d’autant plus intolérable que ces listes noires sont fondées sur des éléments partiaux fournis par les fédérations de chasseurs et les piégeurs, sans aucune vérification possible par un organisme indépendant.
    De plus, le rôle de chaque espèce dans les écosystèmes, ainsi que les services écologiques gratuits qu’elles rendent aux activités humaines (dissémination des végétaux, régulation naturelle des rongeurs, prévention des épidémies par l’élimination des cadavres,…) sont officiellement écartés lors de l’établissement de ces listes.
    Je m’oppose à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :
    • la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,

    • l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,

    • l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,

    • la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,

    • la possibilité de tuer les espèces uniquement aux abords immédiats des activités sensibles.

    Les chasseurs nous empêchent déjà de randonner l’esprit tranquille dans notre beau pays. Leurs tirs sont anxyogènes, tuent chaque année un malheureux ramasseur de champignons ou autres paisibles admirateurs de la nature. Je ne comprends pas comment une telle puissance puisse leur être accordée au mépris des autres citoyens.

  •  opposée à ce décret, par Grandjean , le 26 mars 2017 à 19h30

    Je pense qu’il faut retirer tout animal des listes "nuisibles" ou "susceptibles d’occasionner des dégats", les renards et blaireaux détruisent à eux seuls de nombreux animaux qui en proliférant détruisent les cultures, interdisons leur destruction et leur piégeage, la nature se ré-équilibrera sans intervention humaine.
    Tout piégeage devrait être interdit de par sa dangeriosité pour toute espèce vivante non ciblée......

  •  Non !, par Buzzi , le 26 mars 2017 à 19h28

    Je m’oppose au projet de modification de l’article R 427-6 du code de l’environnement qui vise à prolonger le classement des espèces dites "nuisibles" pour une période de six ans. Je suis pour une réforme du statut de ces espèces qui mette enfin un terme aux destructions honteuses et injustifiées prônées par les seuls intérêts cynégétiques.
    On ne protège pas la biodiversité en déclarant "nuisibles" des espèces qui ont toute leur place dans les écosystèmes et qui sont pour la plupart (prédateurs notamment) de grands alliés de l’agriculture.

  •  opposition au décret , le 26 mars 2017 à 19h25

    Je m’oppose à ce décret qui méconnaît l’écologie des espèces animales et continue à promouvoir l’idée fausse de "nuisibles".

  •  Protégeons aujourd’hui notre faune sauvage pour le futur, par Jacky , le 26 mars 2017 à 19h20

    JE m’oppose à ce projet de prolongation de la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet. Il est nécessaire de prendre en compte leur rôle dans les écosystèmes.
    Il faut interdire les des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants.
    Il faut également interdire de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby de la chasse.

  •  Encore une surenchère pour détruire la vie sauvage !, par Joël Pinquier , le 26 mars 2017 à 19h15

    Décidément le lobby cynégétique n’a de cesse de vouloir éradiquer la faune sauvage ! Quand ces propositions ubuesques vont-elles cesser?
    Rassurez-moi, Madame la Ministre, quand vous consultez un médecin pour vous même ou vos proches, vous ne vous adressez ni à un sorcier ni à un charlatan? Vous consultez un médecin, autrement dit un scientifique.
    Eh bien Madame, pour l’environnement que vous êtes censée protéger, il en va de même.
    La biologie animale, végétale, l’écologie, sont des sciences à part entière, confiées à des agrégés, à des docteurs, à des maîtres de conférence et certainement pas à des gens incompétents et sans scrupule, prêts à assouvir des pulsions morbides d’un autre âge !
    Décidément la reconquête de la biodiversité n’est pas pour demain !

  •  Projet d’arêté sur la dénomination des "nuisibles", par Stéphanie Feral , le 26 mars 2017 à 19h08

    Avec ce projet, les espèces ne seront plus « nuisibles » mais « susceptibles d’occasionner des dégâts »… Sauf que cette dénomination ne change rien au régime des espèces animales concernées , pire encore : tir en dehors de la période de chasse, déterrage des renards ou encore piégeage non sélectif et mutilant restent possibles toute l’année et ce en plus pendant 6 ans !!!

    Les renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes, étourneaux sansonnets et geais des chênes ont peu de chance de vivre en paix sur notre territoire français !!

    De plus, le rôle de chaque espèce dans les écosystèmes, ainsi que les services écologiques gratuits qu’elles rendent aux activités humaines sont complétement écartés lors de l’établissement de ces listes.
    Je m’oppose à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :

    la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,

    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,

    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,

    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,

    la possibilité de tuer les espèces uniquement aux abords immédiats des activités sensibles.

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétiques de la loi 2016-1087 ..., par LECOCQ , le 26 mars 2017 à 18h52

    Je m’oppose à ce projet car il prolonge la période destruction des renards, mustélidés et autres espèces "susceptibles d’occasionner des dégâts".
    En effet, les mots semblent plus justes mais le régime grave de destruction de ces animaux et leurs listes noires ne tiennent pas compte, notamment du rôle et
    des "services" rendus par chacune des espèces dans les ecosystèmes concernés (régulation naturelle des rongeurs, prévention des épidémies par l’élimination des cadavres, ...)

    Il convient donc que ce projet soit associé à des changements radicaux du régime applicable à ces espèces, notamment :

    - en tenant compte de leur rôle dans les écosystèmes respectifs

    - en essayant au préalable des solutions non létales avant toute décision de détruire une espèce,

    - en interdisant les modes de destruction cruels comme le déterrage, pièges tuants et mutilants...)

    - en limitant la destruction éventuelle aux abords des activités déclarées sensibles.

  •  Consultation publique - projet de décret renforçant la destruction des "nuisibles", par Riols , le 26 mars 2017 à 18h47

    Quelle avancée ! le terme "nuisible" est retiré du texte, bravo ! Ah, mais, merci de le préciser clairement, cela ne change rien du tout à leur statut ! Quelle hypocrisie ! C’est abjecte.

    Je m’oppose au projet de modification de l’article R 427-6 du code de l’environnement qui vise à prolonger le classement des espèces dites "nuisibles" pour une période de six ans. Je suis pour une réforme du statut de ces espèces qui mette enfin un terme aux destructions honteuses et injustifiées prônées par les seuls intérêts cynégétiques, allant jusqu’à l’ignoble barbarie de la vènerie sous terre !
    On ne protège pas la biodiversité en déclarant "nuisibles" des espèces qui ont toute leur place dans les écosystèmes et qui sont pour la plupart (prédateurs notamment) de grands alliés de l’agriculture.

  •  contre, par Julie B , le 26 mars 2017 à 18h34

    Bonjour, je suis contre ce projet de décret : ce décret répond plus à la volonté de céder à la pression du monde cynégétique qu’à une volonté de rigueur scientifique au service de la protection de la nature.

  •  opposition à cette modification de l’article, par Ratel , le 26 mars 2017 à 18h23

    « Je m’oppose au projet de modification de l’article R 427-6 du code de l’environnement qui vise à prolonger le classement des espèces dites "nuisibles" pour une période de six ans. Je suis pour une réforme du statut de ces espèces qui mette enfin un terme aux destructions honteuses et injustifiées prônées par les seuls intérêts cynégétiques. Je suis pour une réforme qui respecte la diversité biologique de notre faune indigène en tenant compte de l’intérêt écosystémique de ces espèces pour luter notamment de façon naturelle contre les pullulations des rongeurs. »

    Bien cordialement,
    Wilfried Ratel

  •  Opposition à la la prolongation de la validité de l’arrêté ministériel du 30 juin 2015, par jean-pierre laffont , le 26 mars 2017 à 18h15

    Comment peut-on définir un animal sauvage par « qui fait des dégâts » ?
    Un animal sauvage vit dans un chaîne de prédation et a donc, en dehors de quelques espèces importées comme le ragondin, un rôle bénéfique dans les équilibres des systèmes écologiques. Je connais personellement des agriculteurs qui prennent grand soin de la faune locale (renards, blaireaux,... ) pour son rôle bénéfique dans la régulation des campagnols, évitant ainsi l’emploi de produits chimiques néfastes pour l’eau par exemple. Pouvez vous affirmer que la destruction des espèces protégées que votre modification d’arrété vise aide à la reconquête de la biodiversité ?
    Le changement de nom n’est qu’un artifice, le véritable but de cette modification étant le prolongement du classement des espèces nuisibles pour une période de 6 ans.
    L’argument selon lequel "Ce dispositif permet une simplification réglementaire et la synchronisation de ce dossier avec celui du rapportage de l’état de conservation des espèces sauvages effectué auprès de la Commission Européenne tous les 6 ans" n’est pas recevable,
    En effet, en application du paragraphe 2 de l’article 9 de la Convention de Berne du 19 septembre 1979, le ministère de l’envrionnement doit soumettre "au Comité permanent un rapport biennal sur les dérogations faites en vertu du paragraphe prédédent". Inscrits à l’annexe III de ladite convention, la belette d’Europe, la fouine, la martre des pins, le putois d’Europe, le corbeau freux, la corneille noire, le geai des chênes, la pie bavarde et l’étourneau sansonnet sont des espèces protégées, comme le blaireau européen, l’hermine, le choucas des tours et la corneille mantelée notamment.
    En résumé, je m’oppose au projet de modification de l’article R 427-6 du code de l’environnement qui prévoit le prolongement du classement des espèces « nuisibles » pour une période de 6 ans.

  •  loi biodiversité, par mora , le 26 mars 2017 à 17h16

    Grâce à ce projet, les espèces ne seront plus « nuisibles » mais « susceptibles d’occasionner des dégâts »… Sauf que cette modification sémantique ne change absolument rien au régime destructeur qui leur est applicable : tir en dehors de la période de chasse, déterrage des renards ou encore piégeage non sélectif et mutilant restent possibles toute l’année !

    Des espèces autochtones détruites plus longtemps

    Pire encore. Une fois considérés comme « susceptibles d’occasionner des dégâts », renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes, étourneaux sansonnets et geais des chênes pourront être détruits pendant… 6 ans !

    Avant 2012, ces listes noires étaient revues chaque année ; en 2012, leur révision intervenait tous les 3 ans, ce qui était déjà catastrophique. Avec ce projet, ces espèces auront une chance mince de voir leur statut modifié tous les 6 ans, ce qui ne correspond à aucune réalité scientifique. Où s’arrêtera le ministère ?

    Ceci est d’autant plus intolérable que ces listes noires sont fondées sur des éléments partiaux fournis par les fédérations de chasseurs et les piégeurs, sans aucune vérification possible par un organisme indépendant.

    De plus, le rôle de chaque espèce dans les écosystèmes, ainsi que les services écologiques gratuits qu’elles rendent aux activités humaines (dissémination des végétaux, régulation naturelle des rongeurs, prévention des épidémies par l’élimination des cadavres,…) sont officiellement écartés lors de l’établissement de ces listes.

  •  Encore et toujours des destructions d’espèces animales..., par Nathalie Chotel , le 26 mars 2017 à 16h53

    Renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes, étourneaux sansonnets et geais des chênes : destruction assurée de ces si épouvantables, si effroyables espèces !
    Chasseurs et législateurs, même combat, n’est-ce pas ?
    L’éradication annoncée d’êtres vivants et sentients qui ne demandent rien d’autre que de vivre leur vie !
    Ces vies, nécessaires à l’écosystème, fondamentales à une nature mise à mal par le seul être qui s’arroge le droit de vie ou de mort sur toute autre espèce que la sienne.
    Quelle fatuité ! Quelle suffisance de se croire à ce point supérieur que le plaisir d’anéantir l’emporte sur le respect dû à la terre nourricière et au règne animal dont, jusqu’à plus ample informée, il fait partie intégrante ! Et dire que nous sommes au XXIème siècle… Quelle évolution de l’être humain !

  •  Un projet consternant !, par La Renarde , le 26 mars 2017 à 16h40

    Il est bon, il est sain pour la démocratie que des ministères, des préfectures consultent les citoyens – quand il ne s’agit pas de consultations « bidon », « pour la forme », « parce que c’est la loi », et s’il est effectivement tenu compte des avis exprimés. Ce dont je doute.
    Et que des avis divergents s’expriment, c’est normal. C’est encore le cas cette fois avec ce nouveau projet initié par les chasseurs et les piégeurs qui, au-delà du changement de terminologie, aggravera considérablement la situation déjà précaire de trop d’espèces sauvages.
    Mais il est consternant au pays de Descartes, de lire certains commentaires. La répétition d’affabulations, d’affirmations péremptoires, d’arguments sans fondement, de contre-vérités, de mensonges délibérés n’en fait pas des vérités ! Non le renard n’est pas porteur de virus ni vecteur de terribles maladies ! Il y a longtemps que la rage a été éradiquée de nos territoires et il suffit de consulter le site du ministère de la Santé pour démonter « l’argument » de l’échinococcose – maladie qui fait beaucoup moins de victimes que la chasse ! Il croque certes, – et c’est une excellente chose ! – , quelques faisans, perdreaux, lapins de garenne et lièvres d’élevage, lâchés dans la nature par les chasseurs à la veille de l’ouverture, animaux quasi domestiques, sans caractère, engraissés à la farine de poissons, bien sûr vaccinés mais à grands coups d’antibiotiques, et qui concurrencent les espèces locales entraînant leur dégénérescence voire leur élimination ! Et il croque aussi quelques poules … sauf si on prend un minimum de précautions. Mais il est aussi un précieux auxiliaire des cultures et de la nature quand il mange quelque 6000 souris par an et qu’il joue un rôle d’éboueur en éliminant par exemple les viscères laissés sur place par les chasseurs quand ils ont fini de dépecer leurs victimes, chevreuils et sangliers … Comme on peut le constater à chaque saison de chasse.
    Des études scientifiques démontrent que les fouines, putois, blaireaux, pies, etc … jouent un rôle tout aussi indispensable aux grands équilibres naturels. Et que le seul véritable nuisible est souvent l’homme qui, à vouloir « réguler » les espèces, provoque des dysfonctionnements qui se retournent souvent contre lui. Mais « ils ont des yeux et ils ne voient pas ; ils ont des oreilles et ils n’entendent pas » a dit l’Ecclésiaste il y a plus de 2000 ans – c’est hélas toujours vrai !
    Ce projet est mauvais ! Abandonnez-le ! Et supprimez toutes listes de « nuisibles » ou « d’espèces susceptibles d’occasionner des dégâts » – notion tout aussi aberrante !

    La Renarde
    Fermière retraitée habitant une commune rurale à majorité paysanne

  •  AVIS FAVORABLE PAR MICHEL, par DORMOY , le 26 mars 2017 à 15h42

    Une reconquête qui sera difficile mais avec ces aménagements concertés pourra évoluer vers un futur moins idéologique et plus rattaché aux territoires ruraux.

  •  NON à la limitation des espèces soi-disant nuisibles !, par Françoise BACHET , le 26 mars 2017 à 15h41

    Je suis pour la protection de la nature et donc des animaux, de TOUS les animaux. Ils jouent un rôle important dans les écosystèmes.
    De toute façon, nous ne devrions pas avoir droit de vie ou de mort sur eux.
    Pour moi, le rôle du ministère n’est pas de laisser tuer ces animaux dits nuisibles, à fortiori en utilisant des modes de destruction cruels (déterrages, pièges tuants et mutilants).
    Tout cela pour contenter le syndicat puissant des chasseurs !
    Il y a certainement des solutions alternatives à employer, non létales et non mutilantes.
    Je suis toujours peinée de constater la méchanceté de l’homme vis-à-vis de l’animal, quand lui accorderons-nous une vraie place sur terre ?

  •  Opposition à la modification de l’article R427-6 du Code de l’Environnement, par ORTH , le 26 mars 2017 à 15h18

    Je m’oppose au projet de modification de l’article R 427-6 du code de l’environnement qui vise à prolonger le classement des espèces dites "nuisibles" pour une période de six ans. Je suis pour une réforme du statut de ces espèces qui mette enfin un terme aux destructions honteuses et injustifiées prônées par les seuls intérêts cynégétiques.
    On ne protège pas la biodiversité en déclarant "nuisibles" des espèces qui ont toute leur place dans les écosystèmes et qui sont pour la plupart (prédateurs notamment) de grands alliés de l’agriculture.

  •  avis défavorable, par hedel arnaud , le 26 mars 2017 à 14h42

    Je m’oppose au projet de modification de l’article R 427-6 du code de l’environnement qui vise à prolonger le classement des espèces dites "nuisibles" pour une période de six ans. Je suis pour une réforme du statut de ces espèces qui mette enfin un terme aux destructions honteuses et injustifiées prônées par les seuls intérêts cynégétiques.
    On ne protège pas la biodiversité en déclarant "nuisibles" des espèces qui ont toute leur place dans les écosystèmes et qui sont pour la plupart (prédateurs notamment) de grands alliés de l’agriculture.

  •  Je ne suis pas d’accord ! , le 26 mars 2017 à 13h34

    Je m’oppose à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :

    la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.
    Merci de prendre en compte mon avis. Bien que le texte soit un copier coller, il reflète parfaitement ma position....
    Bien cordialement,

  •  Pas de nuisibles dans la nature ou tout est bien orchestré , par dHeucqueville , le 26 mars 2017 à 13h20

    Le plus nuisible et le pire prédateur est l’homme

  •  Et ça change quoi ?, par GAUTHIER Annick , le 26 mars 2017 à 12h19

    Prenant connaissance du projet de nouvelle dénomination des espèces dites "nuisibles", je m’étonne de cette innovation qui à mon sens ne résoudra pas le problème de l’élimination systématique de certaines espèces. Pour preuve le cas du renard, du blaireau, etc. Or, les scientifiques n’ont de cesse de mettre en avant le rôle déterminant de ces espèces, dont le seul tort est en fait de faire soi-disant concurrence aux chasseurs. Et oui, c’est bien connu, le renard se nourrit essentiellement de ces malheureux faisans lâchés deux jours avant leur traque cynégétique !

    Au lieu de vouloir changer des mots, qu’on change de cerveau et qu’on tienne un peu compte des avis sensés de personnes bien mieux placées que les chasseurs pour savoir si telle ou telle espèce présente un danger.

  •  Je m’oppose à cette réforme, par Pierre Martin , le 26 mars 2017 à 12h14

    Tout ceci n’est qu’une nouvelle supercherie. Il est grand temps que l’on laisse la nature retrouver son équilibre qui n’a pas besoin de l’Homme.

  •  dégâts, animaux sauvages et humanité, par Mme Nadia Vilchenon , le 26 mars 2017 à 12h08

    Les animaux susceptibles d’occasionner des dégâts ne sont pas protégés par la présomption d’innocence et ne bénéficient pas du doute pourtant si nécessaire à l’approche de la vérité sur un sujet qui justifierait d’approfondir la question et de prouver les faits. Il semble une fois encore que le dévoiement de la raison et de la justice se fasse au détriment de victimes animales opprimées et de l’intérêt général avec un projet de décret qui va défendre davantage des intérêts cynégétiques inactuels et destructeurs que la biodiversité et la santé des écosystèmes. D’ailleurs, les sciences éthologiques, écologiques mais aussi les sciences humaines interrogent de plus en plus les destructions d’espèces d’origine anthropiques, la chasse étant mise aussi en accusation avec les conséquences négatives pour notre humanité de ces pratiques insoutenables que sont les tirs mais aussi les déterrages et
    pièges aveuglément mutilants et tueurs qui collent aussi notre humanité qui agonise dans le mal, ses cruautés et ses déraisons.
    Il est urgent que l’agence française de la biodiversité intègre la faune sauvage terrestre avec les associations qui la représente ainsi que des scientifiques et des personnalités reconnues pour leur qualité, leur expertise, la neutralité de leur jugement et pouvant dialoguer avec les personnes qui se plaignent de subir des dégâts, le débat contradictoire étant essentiel à une meilleure approche du problème et à la recherche de solutions moins partiales et destructrices. Ce serait un gage d’une plus grande humanité autrement pensante et d’une meilleure objectivité avec une indépendance assurée permettant d’obtenir des données plus fiables et crédibles pour enfin permettre une réelle protection de notre biodiversité qui va mal mais c’est pourtant pas de la faute au loup, au renard et à la belette accusés à tort, trop faciles dits-nuisibles émissaires de nos propres folies. Vous connaissez bien sûr la musique et vous en écrivez les paroles mais il nous faut changer d’air et de refrain pour laisser vivre la faune sauvage en mettant dans la balance les avantages et les inconvénients de la présence des prédateurs et des ravageurs qu’ils régulent. Il faut rappeler là que la chasse de loisir entraîne des accidents, des lâchers de gibier aberrants, des dérangements d’espèces protégées et qu’elle pollue aussi les sols et les eaux en larguant le plomb des cartouches dans la nature au risque du saturnisme, qu’elle détruit des agents sanitaires utiles, régulateurs d’espèces ravageurs ou réservoirs d’infections transmissibles et qui assainissent le milieu en achevant les animaux malades et en éliminant les charognes et les déchets de chasse putréfiés et malsains. Il faut rappeler aussi que la chasse de loisir est une école de violence qui insensibilise et brutalise et qu’il existe un lien aujourd’hui reconnu entre les abus envers les animaux et les violences interpersonnelles mais aussi sociétales avec cette guerre contre le vivant qui nous entraîne vers l’abîme.
    Enfin, votre projet prévoit d’inscrire sur une liste noire des animaux hautement évolués, intelligents et sentients légalement exposés au pire et cela pour une durée de six ans mais avec le paradoxe que c’est contraire aux directives européennes. La convention de Berne du 19 septembre 1979, la Directive « Habitats » et la Directive « Oiseaux » imposent en effet des contrôles et des rapports beaucoup plus fréquents, tous les ans ou tous les deux ans selon les cas.
    Malheureusement, tout semble déjà joué et encore pour un temps car il est aujourd’hui patent que sur ces questions ni l’expression citoyenne, ni les alertes associatives, ni les données scientifiques, ni l’éthique et ni le droit ne font reculer les services de l’Etat qui consultent trop souvent en pure forme et imposent finalement leur décision dans un déni de démocratie, l’abus de pouvoir et l’illégalité. Il est donc temps que nos institutions prennent réellement en compte les enjeux et ne permettent plus ces arrangements avec les consultations publiques dont l’esprit est trahi et les arguments étouffés. Les animaux sauvages doivent aussi entrer dans la politique qui est toujours une zoopolitique où s’envisage notre humanité, humanité qui reste humaine à s’interdire l’insoutenable en mettant en place les institutions justes qui limitent les excès et les conduites insensées et destructrices qui persécutent des espèces non pas nuisibles mais utiles.

  •  Opinion favorable au projet de décret, par LIHOREAU , le 26 mars 2017 à 12h00

    Je suis favorable à ce projet de décret.

  •  Préservons la Biodiversité !, par Jean-Marie Degois , le 26 mars 2017 à 11h32

    De nombreux animaux sont déjà détruits par la circulation routière. Pas besoin d’étendre la licence d’extérminer des espèces fort utiles à notre environnement J’ai personnellement pu constater par exemple la destruction de nombreux blaireaux le long de la route nationale 671.
    Par ailleurs, les renards font déjà l’objet d’une chasse sans pitié toute l’année alors que le nombre de poulailler est réduit, sans compter que le renard se nourrit essentiellement de rongeurs et ne visite les poulaillers qu’en toute dernière extrémité. Quid des récoltes de céréales lorsqu’elles seront envahies par les petits rongeurs? Il est vrai que les hérons en mangent également en cas de disette,tout comme des limaces et escargots, mais heureusement ils sont protégés depuis de nombreuses années. Quant au freux, étourneaux et sansonnets, les bandes que l’on peut voir sont en général dans des prairies ou dans des arbres le long des routes. On ne peut pas dire qu’ils provoquent des dégâts autres que les fientes éventuelles. Dans le domaine des vignes, ils rendent bien des services après les vendanges et nettoient le terrain. je vous demande donc de renoncer à ce projet destructeur d’équilibre existant qu’il vaut mieux confier à la nature.

  •  Il ne suffit pas de changer les mots, il faut faire évoluer les mentalités et les pratiques , le 26 mars 2017 à 11h02

    Bonjour,
    Je m’oppose au projet de modification de l’article R 427-6 du code de l’environnement qui vise à prolonger le classement des espèces dites "nuisibles" pour une période de six ans.
    Je suis pour une réforme du statut de ces espèces qui mette enfin un terme aux destructions honteuses et injustifiées prônées par les seuls intérêts cynégétiques. Je suis pour une réforme qui respecte la diversité biologique en tenant compte de l’intérêt écosystémique de la plupart de ces espèces pour luter naturellement contre les pullulations des rongeurs.
    Bien cordialement

  •  Nuisible,qui l’est? l’homme?, par Flahaut , le 26 mars 2017 à 10h56

    Ce terme désuet est à redéfinir
    dans l’esprit des agriculteurss,tout est nuisible
    mais pour nous,simples terriens

  •  biodiversité, par pedron catherine , le 26 mars 2017 à 10h26

    Bonjour,
    Il est curieux qu’il existe encore des personnes pour ignorer ce qu’est un écosystème.
    Le renard, fouine, martre et autres animaux ne sont pas des extra terrestres tombés sur terre pour dévorer les biches , lapin etc. Ils participent de ce fragile équilibre que les hommes s’acharnent à détruire au nom d’un sport (rire) qu’il appelle la chasse.
    En conclusion ces animaux ne sont plus nuisibles mais à détruire et avec le plus de latitude possible.
    L’homme ne serait il pas le suprème nuisible de cette planète ?

  •  Doit-on tuer tout ce qui nous gêne ?, par raimbaud violaine , le 26 mars 2017 à 09h58

    En France, la cause animale reste malheureusement une marotte d’"écolos" idéalistes alors qu’elle devrait être un projet gouvernemental. La protection des espèces sauvages permet non seulement un futur à la nature malmenée par 2 siècles d’activités humaines intensives, mais également à nos enfants.
    Et que fait-on quand quelque chose nous gêne ? On l’abat froidement ! Une sorte de terrorisme envers les animaux sauvages.
    Personnellement, j’ai encore envie de voir des loups, des ours ou des lynx dans nos forêts et pas dans des parcs animaliers.
    Nos voisins espagnols ont 400 ours sauvages contre une vingtaine pour nous, sans parler des loups qu’on abat sans état d’âme.

    J’ai honte pour nous.

  •  reconquête de la biodiversité, par Françoise Roulliès , le 26 mars 2017 à 09h34

    Madame la Ministre,
    La sémantique de la langue française s’interprète de diverses manières selon le point de vue d’où l’on se place et "le diable se cache dans les détails".
    Première observation : votre décret ci-dessus soumis à enquête a, dites-vous, reçu un avis favorable des membres du CNCFS (... ??? le contraire eut été étonnant !) et des associations de protection de la nature. Lesquelles ? Il aurait été intéressant de savoir auxquelles vous faites allusion.
    Deuxième observation : selon la définition du dictionnaire Larousse édition 2017 on peut lire "nuisible" : animal (rongeurs, insectes, etc.) parasite ou destructeur. Et autre définition "dégâts" : dommage occasionné par un phénomène violent (l’orage a causé de nombreux dégâts). Je laisse méditer vos rédacteurs...
    Il semblerait donc a priori qu’il y ait une évolution dans les mentalités, il ne s’agit plus de viser directement des animaux, mais là où "le diable..." c’est que le texte précise "susceptibles (...)" c’est à dire, toujours selon le Larousse : capable de faire telle chose. On anticipe toujours, toujours un procès d’intention à l’encontre des animaux, qui exonère ipso facto toute exaction commise contre ceux qui peuplent nos campagnes et nos montagnes.
    troisième observation : il est donc patent que rien ne change et que sous la foi d’une supposée dégradation, les chasseurs auront toujours de loisir d’abattre impunément toutes sortes d’animaux, qu’ils soient sauvages ou domestiques, tant il est vrai qu’il est difficile au sein de la nature de reconnaître tel ou tel comme tel ou tel.
    Quatrième et dernière observation : il est démontré par de multiples études scientifiques que tous ces animaux sont utiles à la nature, aux agriculteurs, à la biodiversité et que l’équilibre de la prédation est à maintenir si l’on veut continuer à vivre le plus sainement possible, voire même tout simplement à vivre.
    LAISSEZ-LES VIVRE, N’ECOUTEZ PLUS LES LOBBIES DE CHASSEURS, je vis en milieu rural et je veux pouvoir profiter de ces visions féériques et si fugaces de ces animaux qui m’observent au petit matin et dont chaque sujet est indispensable à l’autre, NOUS est indispensable.
    Nous avons, nous l’espèce humaine, détruit tant et tant d’autres espèces qu’il serait peut-être temps de les laisser vivre, de les laisser TOUS vivre. NE DEREGLEZ PAS CETTE MAGNIFIQUE HORLOGE DE LA VIE.
    La chasse n’est plus une nécessité depuis plusieurs siècles, ce n’est devenu qu’un loisir, mais un loisir honteux ; nous avons réussi à arrêter les jeux du cirque romains... arrêtons les jeux de massacre du dimanche !!
    Je souscris bien évidemment à tous les arguments juridiques développés par l’ASPAS (Association de protection des animaux sauvages à laquelle j’adhère) et je souhaite vivement qu’ils soient de nature à faire évoluer encore la position de l’Etat sur le maintien de toutes les espèces vivantes en vue de la RECONQUETE DE LA BIODIVERSITE, tel que vous le suggérez dans votre projet de décret.
    Pour finir, je citerai l’épilogue d’un livre écrit par Yuval Noah Harari "Sapiens - une brève histoire de l’humanité" (Albin Michel) :
    "Voici soixante-dix mille ans, Homo sapiens n’était alors qu’un animal insignifiant qui vaquait à ses affaires dans un coin de l’Afrique. Au fil des millénaires suivants, il s’est transformé en maître de la planète entière et en terreur de l’écosystème. (...) Bien souvent l’accroissement massif de la puissance humaine n’a pas nécessairement amélioré le bien-être individuel des Sapiens tout en infligeant d’immenses misères aux autres animaux. (...) Ainsi faisons-nous des ravages parmi les autres animaux et dans l’écosystème environnant en ne cherchant guère plus que nos aises et notre amusement (...)."
    Avec ma plus grande considération, je vous prie de croire, Madame la Ministre, à mon plus profond respect.

  •  POURQUOI NUISIBLES, par roquefort , le 26 mars 2017 à 09h17

    pourquoi les geais, renards, pies, martres, et les autres ... vont-ils être massacrés par le lobby des chasseurs et des piégeurs anonymes sont causes précises, causes non explicitées par un organisme de contrôle compétent, c’est inadmissible. Quand la France va-t-elle respecter la faune sauvage (en Espagne, les loups et les ours vivent en bonne intelligence avec la population), l’homme semble oublier que la nature ne lui appartient pas ;

  •  Projet de decret pour la reconquete de la biodiversité, par Mourin Françoise , le 26 mars 2017 à 00h40

    Pour reconquerir la biodiversité,il faut laisser la nature vivre et ne pas intervenir .
    Le mot "nuisible" n est pas compatible avec la notion de biodiversité, c’est pourquoi il a été remplacé par "espèce suceptible d’occasionner des dégats" ;et on attend 6 ans pour y revenir .
    Ou est l’amelioration pour la biodiversité???Le lobby des chasseurs est vraiment tres influent !

  •  ce décret est nuisible à la biodiversité , par Olivier Souche , le 26 mars 2017 à 00h00

    Ce décret ne sert à rien d’autre que de renforcer encore un peu le pouvoir de détruire la faune sauvage. C’est lamentable. La nature est confisquée par une minorité qui fait n’importe quoi au détriment de l’intérêt général. C’est ce décret qui est nuisible.

  •  Indignation et expectative, par FIORINI Anne-Laure , le 25 mars 2017 à 22h56

    Je suis indignée que des modifications dans les textes n’aient pas été faites plus tôt et je suis dans l’expectative sur les conséquences de ces changements sémantiques : Lier la parole aux actes et que ces modifications de textes soient pour une réelle amélioration de la protection de la biodiversité.
    Je soutiens l’ASPAS qui fait la proposition ci dessous :
    L’ASPAS s’oppose à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :
    la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
    l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
    l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
    la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
    la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

  •  Projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétique de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, par Moulin , le 25 mars 2017 &agrav