EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projets d’arrêtés relatifs à la capture de l’alouette des champs au moyen de pantes et de matoles dans 4 départements de Nouvelle Aquitaine pour la campagne 2020-2021

Du 26/06/2020 au 17/07/2020 - 6723 commentaires

Les projets d’arrêtés définissent les quotas de prélèvement d’alouettes des champs (Alauda arvensis) autorisés pour la saison 2020-2021 à l’aide de pantes et matoles, moyens de chasse traditionnelle, dans quatre départements : Gironde, Landes, Lot-et-Garonne et Pyrénées-Atlantiques.

La France est concernée par plusieurs modes de chasse traditionnelle : la chasse des grives et du merle noir à l’aide de gluaux dans le Sud-est, la chasse de l’Alouette des champs à l’aide de pantes et matoles dans le Sud-ouest, la chasse des grives, merle noir, vanneau et pluvier doré à l’aide de filets et tenderies dans les Ardennes.

L’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "oiseaux", prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, le Ministre de la Transition écologique et solidaire autorise dans des conditions qu’il détermine l’utilisation des modes et moyens de chasse consacrés par les usages traditionnels, dérogatoires aux moyens généralement autorisés.

Sur cette base, cinq arrêtés ministériels du 17 août 1989 fixent les conditions particulières d’exercice de ces chasses pour l’utilisation de gluaux, de pantes, de matoles et de tenderie.

Ces textes renvoient à des arrêtés ministériels annuels la détermination de quotas par département ainsi que, le cas échéant, « la détermination de spécifications techniques propres à un département ». Dès réception de ces arrêtés ministériels et avant le 1er octobre, date d’ouverture de ces chasses traditionnelles, les préfets prennent les arrêtés d’autorisation individuelle.

Les quatre projets d’arrêtés maintiennent les quotas pour la saison 2020-2021 dans chacun des départements : Gironde, Landes, Lot-et-Garonne et Pyrénées-Atlantiques, au même niveau que ceux de la précédente période de chasse.

Ces projets ont fait l’objet d’un vote favorable lors du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage (comité consultatif rassemblant des représentants de chasseurs, des acteurs scientifiques et associatifs) du 26 juin 2020.

La synthèse de la consultation du public, les motifs de la décision seront publiés en bas de page, ainsi que les textes publiés au Journal officiel de la République française.


Télécharger :

Commentaires
  •  Avis défavorable , par S. Lacroix , le 17 juillet 2020 à 02h00

    Je suis contre ce projet. Merci de respecter la biodiversité.

  •  Défavorable au projet d’arrêté , par GOUEDART , le 17 juillet 2020 à 01h59

    C’est une honte. Aimeriez-vous finir les mains et pieds liés dans les pièges mortels de la colle. Aucun être doué de sentiments pourraient souhaiter un tel sort à son pire ennemie. Le code de l’environnement est pourtant intégré dans notre constitution, c’est une négation de nos biens vitaux que sont nos écosystèmes et les droits qui s’y rapportent.

  •  Défavorable , par STRUB , le 17 juillet 2020 à 01h39

    Quelle honte de voir ces arrêtés pour protéger non pas la faune ni la biodiversité mais pour justifier les pratiques cruelles des chasseurs et leur PLAISIR de tuer. La chasse n’est qu’un loisir de spéciste. Réguler les espèces n’est pas TUER ! Ces traditions sont barbares et arrièrées en totale contradiction avec les droits et la dignité de tous êtres vivants. Il existe pourtant des solutions RESPECTUEUSES. Pour les oiseaux, les renards, les blaireaux.......
    Proposez donc que les chasseurs se rendent utiles et luttent à la stérilisation des chats errants que les laisser accuser les félins de fléau meurtrier et les autoriser à MALTRAITER et MASSACRER. Vous n’êtes pas des défenseurs mais des destructeurs !!!

  •  Capture des alouettes des champs, par Françoise LAPOINTE , le 17 juillet 2020 à 01h18

    Avis défavorable concernant les projets d’arrêtés relatifs à la capture de l’alouette des champs au moyen de pantes et de matoles dans 4 départements de Nouvelle Aquitaine pour la campagne 2020-2021

  •  Avis défavorable , par Diatta , le 17 juillet 2020 à 01h00

    Contre les pièges. Pour la préservation de la faune locale et de la biodiversité.

  •  Négatif !, par Pekalou , le 17 juillet 2020 à 00h56

    Les oiseaux disparaissent déjà bien assez comme ça à cause des pesticides et autres irresponsabilités humaines, cela ne suffit pas? Laissez-les vivre en paix ! Je suis indignée !

  •  Halte au piégeage , par sarrat , le 17 juillet 2020 à 00h47

    AVIS TOTALEMENT NÉGATIF
    HALTE AUX PIÉGEAGES DES ALOUETTES !
    Nous devons protéger la diversité
    animale , et non la supprimer !
    Pourquoi est-ce si difficile à comprendre
    de la part de l" État Français ?

  •  CONTRE le Projets d’arrêtés relatifs à la capture de l’alouette des champs au moyen de pantes et de matoles dans 4 départements de Nouvelle Aquitaine pour la campagne 2020-2021, par Lelong , le 17 juillet 2020 à 00h46

    Vous nous demandez notre avis sur ces arrêtés, mais lorsque nous avons sont identiques pour 3 arrêtés relevant du même domaine (ce qui s’appelle de la constance dans ses opinions... n’est pas politicien qui veut), vous nous empêchez de les poster sous prétexte que "un même message existe déjà ? ! Mais enfin soyez logiques et cessez d’entraver notre liberté d’expression.
    Comment peut-on classer ce genre d’arrêté sur un site appelé "développement durable.gouv.fr", qui plus est dans la catégorie "eau et BIODIVERSITÉ" quand il participe du propre aveu de la cour européenne à la destruction d’oiseaux déjà considérés comme en fort déclin, dû notamment à votre ingérence de la crise climatique ? Les oiseaux sont-ils une menace pour la biodiversité à vos yeux (ils sont tous en déclin laissez-moi rire). Vos belles paroles ne nous laissent pas dûpes et il est temps de prendre vos distances des lobbies de la chasse et de regagner votre soi-disant indépendance.

  •  Avis favorable, par NFA , le 17 juillet 2020 à 00h41

    Et que vivent les chasses traditionnelles !!!

  •  Est ce possible?, par Sotty , le 17 juillet 2020 à 00h22

    Comment ce ministère peut il se prévaloir de la mention "écologique" en autorisant ces chasses à l’aveugle? Le ministère ne doit pas être plus clairvoyant que ces modes de destruction ancestraux.

    A nouveau mon message apparaît comme identique à un commentaire déjà déposé, 3 commentaires de ma part : les 3 sont rejetés, comme de par hasard :)

  •  Est ce possible?, par Sotty , le 17 juillet 2020 à 00h20

    Comment ce ministère peut il se prévaloir de la mention "écologique" en autorisant ces chasses à l’aveugle? Le ministère ne doit pas être plus clairvoyant que ces modes de destruction ancestraux.

  •  AVIS DEFAVORABLE !, par Jeanne Dupont , le 17 juillet 2020 à 00h12

    Je suis CONTRE lesProjets d’arrêtés relatifs à la capture de l’alouette des champs au moyen de pantes et de matoles dans 4 départements de Nouvelle Aquitaine pour la campagne 2020-2021

  •  AVIS DEFAVORABLE, par BAUDRY , le 17 juillet 2020 à 00h10

    combien de temps allons nous voter des lois qui contribuent à accélérer la disparition de notre faune !

  •  Avis défavorable , par Jessica Dubois , le 17 juillet 2020 à 00h05

    Il est temps de penser à préserver la biodiversité qu’il nous reste.

  •  AVIS DEFFAVORABLE, par Claire Lioult , le 17 juillet 2020 à 00h03

    Le simple et seul fait que la population des oiseaux s’effondre suffit à l’interdiction pure et stricte de leur capture ! Immédiate et définitive !!!

  •  totalement contre, par bachellerie , le 17 juillet 2020 à 00h02

    Contre par bachellerie

    Je suis contre la chasse des oiseaux et totalement révoltée que vous autorisiez Ces méthodes archaîques. Vous voulez autoriser d’exterminer en faisant souffrir en plus un des trésors de la nature, le chant des oiseaux.S’il vous plait arrêtez ça, soyez le changement dont la nature qui souffre a tant besoin. Merci

  •  contre tout prélèvement , par vasseur , le 16 juillet 2020 à 23h57

    Ces pratiques sont indignes d’un pays se déclarant voulor protéger la biodiversité

  •  avis extrêmement défavorable à ces captures comme à toutes les formes de chasses traditionnelles, par HELLIET , le 16 juillet 2020 à 23h55

    Cette pratique est barbare, indigne d’une société responsable, respectueuse de la biodiversité et de son patrimoine naturel Elle ne prend pas en compte la disparition des espèces, et entretient un lobby qui renforce la violence et l’inconséquence de ceux qui tuent sans le moindre soupçon d’intelligence, alors que toutes les espèces animales sont menacées. Soutenir de telles pratiques précède le déclin de la vie animale et végétale, en nous renvoyant une image de nous-mêmes, humains, bien dérisoire et surtout particulièrement destructrice, violente et responsable de notre disparition future. La barbarie est un signe de déclin très avancé de la société humaine, que les chasseurs revendiquent encore, c’est étrange et complètement décalé, une ultime provocation de la part de ceux qui apparaissent peu en capacité de gérer les pulsions les plus viles, manifestement dénués de compréhension face à l’écocide qu’ils revendiquent...

  •   Je donne un avis totalement DÉFAVORABLE, par Olivier PRIET , le 16 juillet 2020 à 23h45

    Je donne un avis totalement DÉFAVORABLE à ces projets d’arrêtés, qui sous prétexte de tradition ne servent qu’à cautionner ce qu’il y a de plus vil dans l’espèce humaine, ce mélange de barbarie ordinaire et de cruauté inutile et perverse qu’on trouve encore chez une poignée d’arriérés, et qui contribue à accélérer encore un peu plus le déclin de la biodiversité.
    J’invite le Ministère à s’enquérir urgemment du droit européen et en particulier des dispositions de la directive 2009/147, plus communément appelée directive ‘’Oiseaux’’ !!
    On trouve ainsi notamment parmi les procédures d’infraction relevées par la Commission Européenne ce mois-ci :
    « Protection de la nature : la Commission demande à la FRANCE de mettre fin à la chasse illégale et de réexaminer ses méthodes de capture d’oiseaux
    La Commission demande à la France de prendre des mesures contre certaines pratiques de chasse et de capture d’oiseaux. La directive 2009/147 (la directive « Oiseaux ») vise à protéger toutes les espèces d’oiseaux naturellement présentes à l’état sauvage dans l’Union européenne. L’Europe abrite plus de 500 espèces d’oiseaux sauvages, mais au moins 32 % des espèces d’oiseaux de l’UE ne sont pas actuellement en bon état de conservation et, en France, parmi les 64 espèces pouvant être chassées, seules 20 présentent un bon état de conservation. La France a autorisé plusieurs méthodes de capture d’oiseaux, comme la colle pour les grives et les filets et pièges pour les alouettes et les pigeons, qui ne sont pas des méthodes sélectives et sont interdites par la directive. Les États membres peuvent déroger à certaines dispositions de la directive, mais seulement à certaines conditions strictes, qui ne sont pas remplies en l’espèce, notamment parce que la plupart des espèces capturées ne présentent pas un bon état de conservation. La Commission s’inquiète également de la tolérance et de l’autorisation généralisées de la chasse à l’oie cendrée (Anser anser) après que celle-ci a commencé sa migration vers ses sites de reproduction, une pratique également interdite par la directive « Oiseaux ». À la suite d’une lettre de mise en demeure qui lui a été envoyée en juillet 2019, la France n’a pas pris les mesures nécessaires pour mettre ces pratiques de chasse et de capture en conformité avec le droit de l’Union. La Commission adresse donc un avis motivé à la France. Le pays dispose à présent d’un délai de trois mois pour répondre aux préoccupations de la Commission. À défaut, la Commission pourrait décider de saisir la Cour de justice de l’UE. »

  •   NON à cette pratique !, par Jouanin , le 16 juillet 2020 à 23h44

    Vous parlez de "conditions strictement contrôlées et de manière sélective", quelles sont les moyens financiers, humains mis en place pour effectuer ces contrôles ?

    Quelles sont les moyens financiers mis en place afin de contrôler réellement ces captures ?

    Vous n’êtes pas sans ignorer que ces techniques ne sont pas sélectives, par ces techniques d’autres espèces d’oiseaux peuvent aussi être blessés, tués, dont des espèces protégées.

    Les alouettes sont des espèces en déclin, je suis contre ces projets d’arrêtés qui contribuent à la perte de la biodiversité et déciment les populations d’oiseaux.