EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projets d’arrêtés relatifs à la capture de l’alouette des champs au moyen de pantes et de matoles dans 4 départements de Nouvelle Aquitaine pour la campagne 2020-2021

Du 26/06/2020 au 17/07/2020 - 6723 commentaires

Les projets d’arrêtés définissent les quotas de prélèvement d’alouettes des champs (Alauda arvensis) autorisés pour la saison 2020-2021 à l’aide de pantes et matoles, moyens de chasse traditionnelle, dans quatre départements : Gironde, Landes, Lot-et-Garonne et Pyrénées-Atlantiques.

La France est concernée par plusieurs modes de chasse traditionnelle : la chasse des grives et du merle noir à l’aide de gluaux dans le Sud-est, la chasse de l’Alouette des champs à l’aide de pantes et matoles dans le Sud-ouest, la chasse des grives, merle noir, vanneau et pluvier doré à l’aide de filets et tenderies dans les Ardennes.

L’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "oiseaux", prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, le Ministre de la Transition écologique et solidaire autorise dans des conditions qu’il détermine l’utilisation des modes et moyens de chasse consacrés par les usages traditionnels, dérogatoires aux moyens généralement autorisés.

Sur cette base, cinq arrêtés ministériels du 17 août 1989 fixent les conditions particulières d’exercice de ces chasses pour l’utilisation de gluaux, de pantes, de matoles et de tenderie.

Ces textes renvoient à des arrêtés ministériels annuels la détermination de quotas par département ainsi que, le cas échéant, « la détermination de spécifications techniques propres à un département ». Dès réception de ces arrêtés ministériels et avant le 1er octobre, date d’ouverture de ces chasses traditionnelles, les préfets prennent les arrêtés d’autorisation individuelle.

Les quatre projets d’arrêtés maintiennent les quotas pour la saison 2020-2021 dans chacun des départements : Gironde, Landes, Lot-et-Garonne et Pyrénées-Atlantiques, au même niveau que ceux de la précédente période de chasse.

Ces projets ont fait l’objet d’un vote favorable lors du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage (comité consultatif rassemblant des représentants de chasseurs, des acteurs scientifiques et associatifs) du 26 juin 2020.

La synthèse de la consultation du public, les motifs de la décision seront publiés en bas de page, ainsi que les textes publiés au Journal officiel de la République française.


Télécharger :

Commentaires
  •  Stop, par Jacq , le 17 juillet 2020 à 22h58

    Arrêtez ! Arrêtez ces comportements irresponsables sous couvert de tradition.
    Les oiseaux doivent être protégés !!!

  •  CONTRE la chasse des oiseaux sauvages, par soulard , le 17 juillet 2020 à 22h54

    je suis totalement contre la chasse de ces oiseaux si utiles à la biodiversité.
    L’heure n’est plus aux traditions d’un autre temps, il est urgent de nous préoccuper de l’équilibre de chaque espèce animale, sans quoi l’homme qui est au bout de la chaine alimentaire finira par ne plus pouvoir s’alimenter correctement.
    L’homme a évolué depuis l’époque des chasseurs-cueilleurs !!

  •  Favorable, par Anthony , le 17 juillet 2020 à 22h50

    Avis favorable

  •  Avis favorable, par COLMAN Remy , le 17 juillet 2020 à 22h38

    Les chasses traditionnelles font partie du patrimoine cynégétique des départements concernés.
    Chasse qui ne donne lieu qu’à de très faibles prélèvements qui n’ont aucune incidence sur l’état de conservation des populations concernées.

    En cas de capture accidentelle d’espèces non autorisées, les chasseurs peuvent sans difficulté les relâcher

    Des quotas de prélèvements sont strictement calculés.

  •  Arrêté sur la chasse aux alouettes , par de Grave Marc-Etienne , le 17 juillet 2020 à 22h36

    Je suis favorable au maintien de cette arrêté qui defend nos chasses traditionnelles et ancestrales.

  •  DEFAVORABLE - au XXIème siècle, notre rôle est de protéger les espèces, par Gaël Dudieu , le 17 juillet 2020 à 22h36

    Au XXI ème siècle, à l’état de nos connaissances et de ce dont on est témoin quand à la chute de la biodiversité, notamment chez les oiseaux, la "tradition" n’est pas un argument pour perpétuer des pratiques barbares et qui n’ont aucune utilité.
    Notre rôle premier est de protéger les écosystèmes, leur équilibre et les espèces vivantes, pas de les détruire ou les torturer.
    Les pantes, la glue, les filets sont des pratiques indignes de l’être humain de notre époque, il est temps de changer d’ère, pour le bien de tous.

  •  Défavorable , par Marianne Görge , le 17 juillet 2020 à 22h32

    Non à cette barbarie.

  •  AVIS FAVORABLE, par URBANIAK Christophe , le 17 juillet 2020 à 22h30

    Les chasses traditionnelles ne donnent lieu qu’à de très faibles prélèvements qui n’ont aucune incidence sur l’état de conservation des populations concernées. *
    En cas de capture accidentelle d’espèces non autorisées, les chasseurs peuvent sans difficulté les relâcher.
    Ces chasses sont limitées par des quotas dans leur prélèvement. Ils sont strictement calculés et validés dès lors que ces prélèvements sont limités à 1 % de la mortalité annuelle des populations sources.
    L’impact de ces quotas demandés sur l’état de conservation des espèces est de fait négligeable puisque le critère du 1% a été établi par l’Union Européenne pour respecter cette condition. La valeur de 1% servant de calcul des quotas de prélèvements a été considérée par les scientifiques du Comité Ornis comme insignifiante, sans impact sur la dynamique des populations d’oiseaux.

    Il faut noter que ces chasses, de par les captures réalisées, permettent aussi de réaliser des études scientifiques pour une meilleure connaissance et conservation de ces espèces : baguage d’alouettes dans les Landes et étude de sa migration (plusieurs publications réalisées grâce à ce programme)

  •  Défavorable , par CHIOTASSO Cédric , le 17 juillet 2020 à 22h28

    Quel scandale que ces barbaries à l’heure ou les populations d’oiseaux sont dans un déclin alarmant
    l’alouette des champs est un oiseau en régression
    ce n’est pas digne d’etres humains que la pratique de la matole
    de la barbarie gratuite

  •  quotas alouettes, par loubere , le 17 juillet 2020 à 22h12

    Je suis pour toutes les chasses traditionnelles et contre les traitements chimiques dans les champs.

  •  DEFAVORABLE à ces pratiques intolérables, par Jacques Pivard , le 17 juillet 2020 à 22h08

    ASSEZ de ces pratiques d’un autre âge, barbares et cruelles, indignes d’un peuple dit « civilisé ». Un peu d’humanité et d’empathie que diable !
    Respectons la biodiversité et l’avifaune sauvage notamment, elles ne nous appartiennent pas. Ne montrons pas ces actes révoltants contre nature à nos enfants.
    Je suis opposé à ces tueries organisées, menaçant des espèces en déclin ainsi que d’autres espèces protégées, car non sélectives. Ces modes de chasse cruels infligent aux oiseaux blessures et stress inutiles.
    Enfin, pour les contrôles de ces pratiques barbares, comment faire confiance à ceux qui, en guise de protection, tuent ?

  •  J’approuve, par Nicolot Hula , le 17 juillet 2020 à 21h56

    Pour toutes chasses !!! Mais contre toutes pollutions !!

  •  Favorable , par David , le 17 juillet 2020 à 21h53

    Aucun intérêt pour l’espèce d’arrêter sa chasse

  •  DÉFAVORABLE, par Seron , le 17 juillet 2020 à 21h51

    L’alouette des champs a déjà presque disparu, exterminée par les pesticides. Cessons de massacrer le Vivant ! Nous en faisons partie... quand va-t-on comprendre cette évidence?...

  •  Chasse traditionnelle de l’alouette, par Dufour , le 17 juillet 2020 à 21h47

    Je suis favorable au maintien des chasses dites traditionnelles car elles représentent l’identité nationale et les traditions de notre pays.
    DE plus, les prélèvements très encadrés sont faits par des personnes respectueuses des oiseaux chassés et ils ne représentent qu’un très faible pourcentage des populations mondiales.souvent sélectives elles sont moins meurtrières que les captures pour bagages par des associations soi disant dites de protection de la nature

  •  Avis favorable , par Ludo , le 17 juillet 2020 à 21h43

    Avis favorable pour que les traditions de notre pays puissent perdurer.

  •  Avis favorable pour la capture des alouettes au moyen de pantes, par DOLLA Pierre , le 17 juillet 2020 à 21h43

    Cette chasse fais parti des traditions et doit être préservé !!

  •  Avis Défavorable, par Renaud Basséras , le 17 juillet 2020 à 21h35

    Avis défavorable : l’être humain ne peut se donner le droit de vie et de mort sur le vivant par simple "tradition". Le vivant a des droits inaliénables.

  •  Avis favorable, par Dominique LUDWIG , le 17 juillet 2020 à 21h34

    Les chasses traditionnelles font partie de notre patrimoine cynégétique et contribuent au suivi et à la préservation des espèces.

  •  Pour une chasse raisonnée, par didier coulomb , le 17 juillet 2020 à 21h31

    Quand une espèce se porte mal qu’on la protège, quand elle se porte bien laissons nous la gérerv !