EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projets d’arrêté relatifs aux chasses traditionnelles dans le département des Ardennes

Du 07/06/2021 au 28/06/2021 - 3349 commentaires

Les deux projets d’arrêté définissent les prélèvements maximums autorisés pour la saison 2021-2022 à l’aide de tenderies et filets, moyens de chasse traditionnelle, dans le département des Ardennes.

Les projets d’arrêtés soumis à consultation fixent les prélèvements maximums autorisés pour le Merle noir (Turdus merula) et différentes espèces de Grives : Grives draine (Turdus viscivorus), Grive litorne (Turdus pilaris), Grive mauvis (Turdus iliacus), Grive musicienne (Turdus philomelos) ainsi que les Vanneaux huppés (Vanellus vanellus) et les Pluviers dorés (Pluvialis apricaria) dans le département des Ardennes au titre des chasses traditionnelles.

L’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "Oiseaux" (2009/147/CE), prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, le Ministre chargé de la chasse autorise dans des conditions qu’il détermine l’utilisation des modes et moyens de chasse consacrés par les usages traditionnels, dérogatoires aux moyens généralement autorisés.

Les chasses traditionnelles dans le département des Ardennes sont encadrées par deux arrêtés du 17 août 1989 relatifs d’une part à la tenderie aux Grives ou aux Merles noirs et d’autre part à la tenderie des Vanneaux huppés et Pluviers dorés. Ces textes renvoient la détermination des plafonds départementaux de prélèvement à des arrêtés ministériels annuels.

La présente consultation porte sur ces deux arrêtés pour la saison 2021-2022, lesquels prévoient la reconduction des plafonds de l’année passée répartis comme suit :

La tenderie aux Grives et aux Merles noirs consiste à accrocher à un arbre un piège à lac (lacet à nœud coulissant) sur lequel sont disposées des baies pour attirer l’oiseau.

S’agissant de cette tenderie, la sélectivité est assurée par la technicité de la pratique ainsi que par les caractéristiques des lacs employés.

La tenderie aux Vanneaux huppés et Pluviers dorés consiste pour sa part à piéger vivants les oiseaux à l’aide de filets rabattants qui sont actionnés sur commande des chasseurs. Des appelants placés à côté servent à les attirer.
S’agissant de cette tenderie, la sélectivité est assurée par la spécificité de cette chasse et la présence du chasseur sur les lieux qui actionne le filet.

Le nombre maximal de prélèvements autorisés est en deçà de 1 % de la population totale de chaque espèce, correspondant à la mortalité naturelle annuelle.

En effet, les grives sont des espèces migratrices, il y a donc lieu de tenir compte des données des couples nicheurs ci-dessous pour la France. En population en France, en fin de reproduction, on estime 2 jeunes par couples en moyenne, ce qui permet de calculer les populations issues de couples nicheurs de :

Ces techniques sont donc considérées comme sélectives et respectant le critère des petites quantités en application de l’article 9 de la directive « Oiseaux ».

Une procédure contentieuse à l’encontre des précédents arrêtés est actuellement en cours et doit faire l’objet d’une décision du Conseil d’Etat prochainement. Le Ministère de la transition écologique pourrait être amené à modifier les arrêtés pendant la période de consultation ou à l’issue de celle-ci afin de prendre en considération la décision de la haute juridiction administrative.

Les prélèvements des trois dernières campagnes sont repris dans le tableau ci-dessous :

Les projets d’arrêtés ont fait l’objet d’un avis défavorable du Conseil National de la Chasse et de la Faune Sauvage du 5 mai 2021.

Les projets d’arrêtés présentent un impact sur l’environnement et nécessitent à ce titre une consultation du public en application des dispositions de l’article L.123-19-1 du code de l’environnement.


Télécharger :

Commentaires
  •  Gardon nos traditions ! , par Froment L , le 9 juin 2021 à 11h06

    Pour la continuité de nos chasses traditionnels
    Ne laisson pas la minorité dicter leurs loi à la majorité !
    Vive la chasse !!

  •  DANGER, par Guzou , le 9 juin 2021 à 10h30

    Je suis défavorable à ce projet.
    nous avons une cultures et des traditions incontestables dans notre pays notre histoire et notre patrimoine le prouve.
    on ne doit pas changer les chose pour une minorité qui ne veux pas s’intéresser à nos traditions et nôtre culture.
    la ruralité et en DANGER !!

  •  Avis défavorable, par Joseph , le 9 juin 2021 à 10h04

    A l’administration publique et à nos concitoyens chasseuses et chasseurs :
    Certaines traditions servent de vecteurs de cohésion sociale, elles ont été créées pour créer un sentiment d’appartenance commune. Les traditions vont, viennent, se construisent au fur-et-à-mesure de l’Histoire dans des buts précis, se réaffirment par moments et disparaissent dans d’autres. Si les traditions sont donc des constructions sociales et non pas des phénomènes “naturels”, n’est-il pas logique de les faire évoluer avec les mœurs, avec les normes sociales? Aujourd’hui, nombreuses et majoritaires sont dans la société les oppositions aux pratiques « traditionnelles » de chasse. Les normes sociales et les mœurs ont changées rapidement, en quelques années seulement.
    Pour rappel, la faune sauvage n’est pas que l’affaire des chasseurs mais constitue belle et bien un patrimoine naturel commun. Sa gestion (sous-entendu sa préservation) doit donc être mise sur la table du débat national. Si la majorité s’y oppose, supprimons les pratiques traditionnelles. J’ajouterais même que cette majorité n’est pas que urbaine et « vegan », mais que c’est aussi dans le monde rural qu’émerge des oppositions.

    Il est temps que les techniques traditionnelles de chasse, c’est-à-dire celles qui permettent de déroger à la réglementation, soient abolies.
    Intégrons celles et ceux qui défendent vent debout les traditions de chasses, et la chasse en particulier, pour qu’ils fassent bénéficier à tous de leur connaissance de la nature, mais non par l’intermédiaire d’un loisir cruel. Troquons les fusils contre les paires de jumelles et les appareils photos !

  •  Chasses traditionnelles, par LBN , le 9 juin 2021 à 10h02

    Oui je suis d’accord pour le maintien de ces activités, tant qu’elles ne mettent pas en péril l’avenir de ces espèces, ce qui est visiblement le cas

  •  Dévaforable, par Alain Sanguinetti , le 9 juin 2021 à 09h48

    Si même le conseil national de la chasse a un avis défavorable, pourquoi vous le presentez quand même?
    Vous n’écoutez ni les citoyens ni les experts..

  •  consultation publique du ministère de la Transition écologique, par chartier , le 9 juin 2021 à 09h44

    je suis pour le maintien de cette chasse traditionnelle

  •  pas de "prélévement raisonné", de la faune libre et vivante pour tous !, par marlau , le 9 juin 2021 à 09h41

    De quel droit une partie de la population à le droit de tuer pour le plaisir et une autre non consentante aux chasses, le droit de subir ces fléaux ?
    Tir à balles réelles, accident de chasse, cruauté diverses pour nous parler de tradition barbare qu’ils seraient les seuls à préserver ?
    Le prélèvement raisonné n’existe pas, c’est de la poudre aux yeux, combien d’associations de protection animalières ont participé à ces états des lieux de la faune soi-disant en surnombre ?
    À quand la raison primera-t-elle sur le fric et les votes qu’on souhaite récupérer en faisant des passe-droits aux chasseurs, en leur offrant la tuerie, la bienveillance même quand il y a des morts ?

  •  Avis défavorable , par Vallon , le 9 juin 2021 à 09h39

    Comment justifier le maintien de chasses "traditionnelles " alors que la population fe vanneau huppé a diminué de 21% entre 2001 et 2019 (source STOC), -52% pour la grive litorne. De plus quelle garantie avons nous sur le nombre de prises déclarées par les chasseurs n’est pas sous-estimé ?

  •  contre la dictature, par Bolzati Anthony , le 9 juin 2021 à 09h34

    Laissez les chasseurs tranquilles. les éoliennes, les routes, l’agriculture... tuent combien d’animaux par an ?

  •  Je suis d’accord avec le prélèvement résonné , par Foucher , le 9 juin 2021 à 09h27

    Je suis d’accord avec le prélèvement raisonnable des espèces de ces consultons publiqus

  •  Réponse consultation, par Nolwenn TOUBOULIC , le 9 juin 2021 à 09h17

    À l’approche du Congrès mondial de l’UICN, la France devrait retirer de la chasse les 20 espèces en mauvais état de conservation et inscrites sur la liste rouge de l’UICN

  •  Du pain et des jeux, par laurence patourel , le 9 juin 2021 à 09h14

    Je suis contre tous ces arrêtés.
    On nous parle à longueur de journée de la perte de biodiversité en accablant les industriels, en comptant les jardins de nos maisons comme artificialisées mais on laisse le droit à des pratiques archaïques sous couvert de tradition.
    La tradition qui consiste à piéger des animaux vivants pour les tuer de ses propres mains.
    De plus, chaque région a droit a son arrêté de chasse, on va où en terme de prélèvements faunistiques.
    Bien sur les chasseurs ont un poids économique, mais les non chasseurs encore plus et il serait bien de les entendre.

  •  Chasses "traditionnelles" , par Camus Bertrand , le 9 juin 2021 à 08h48

    Je suis formellement opposé à tous types de chasses, quelles que soient les espèces concernées et plus particulièrement les espèces inscrites sur la liste de l’UICN classées menacées et en voie d’extinction bien évidemment.
    Aucune raison ni légitimité ne peut donner lieu à la chasse, si ce n’est le goût abject de tuer pour le plaisir des animaux qui n’appartiennent à personne et qui sont le patrimoine de l’humanité. Plus de 86 %de Français sont contre la chasse et toutes les formes de maltraitance animale. Le nier, ne pas entendre la population comme le fait le président de la République et son gouvernement s’appelle un déni de démocratie. La réponse sera dans le bulletin de vote puisqu’elle ne peut pas venir de l’ouverture et du respect de la démocratie.

    Bertrand Camus
    Professionnel ski /montagne diplômé d’état
    Expert en environnement et en biodiversité Maîtrise des Sciences et Techniques de l’Environnement et de biologie
    Maîtrise de Chinois
    Membre du Parti animaliste et de nombreuses associations de défense des animaux déclarées d’utilité publique.

  •  Projets d’arrêté relatifs aux chasses traditionnelles dans le département des Ardennes, par Leboucher , le 9 juin 2021 à 08h46

    Favorable a la reconduction de l’arrête prenant en compte le maintien des équilibres biologiques et des pratiques de prélèvements sélectives

  •  Projet d’arrêté chasse traditionnelle, par Danois , le 9 juin 2021 à 08h29

    Je suis défavorable au 2 premiers et favorables pour les 2 autres projets

  •  trés défavorable, par lavrut didier , le 9 juin 2021 à 07h50

    stop au massacre des oiseaux migrateurs

  •  Avis favorable. , par Ros , le 9 juin 2021 à 06h13

    Avis favorable. Ces chasses sélectives peuvent et doivent continuer. Elles font partie de nos traditions et sont peu prenantes.

  •  Chasseurs , par Terrade , le 9 juin 2021 à 00h15

    Avis favorable et inscriptions des chasses traditionnels au patrimoine mondial immatériel de l’UNESCO

  •  avis défavorable à ces pratiques d’un autre age !, par Rivière Jean-Pierre , le 8 juin 2021 à 23h45

    pourquoi, en France, peut on encore soutenir ces pratiques moyenageuses de chasse, autrefois destinées à se nourrir, et aujourd’hui, à satisfaire des gens restés au moyen age intellectuel !!

  •  Chasse traditionnelle dans les Ardennes , par Alcaraz , le 8 juin 2021 à 23h41

    Favorable à ces prélèvements qui sont sélectifs et bien gérés par les chasseurs.