EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projets d’arrêté relatifs aux chasses traditionnelles dans le département des Ardennes

Du 07/06/2021 au 28/06/2021 - 3349 commentaires

Les deux projets d’arrêté définissent les prélèvements maximums autorisés pour la saison 2021-2022 à l’aide de tenderies et filets, moyens de chasse traditionnelle, dans le département des Ardennes.

Les projets d’arrêtés soumis à consultation fixent les prélèvements maximums autorisés pour le Merle noir (Turdus merula) et différentes espèces de Grives : Grives draine (Turdus viscivorus), Grive litorne (Turdus pilaris), Grive mauvis (Turdus iliacus), Grive musicienne (Turdus philomelos) ainsi que les Vanneaux huppés (Vanellus vanellus) et les Pluviers dorés (Pluvialis apricaria) dans le département des Ardennes au titre des chasses traditionnelles.

L’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "Oiseaux" (2009/147/CE), prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, le Ministre chargé de la chasse autorise dans des conditions qu’il détermine l’utilisation des modes et moyens de chasse consacrés par les usages traditionnels, dérogatoires aux moyens généralement autorisés.

Les chasses traditionnelles dans le département des Ardennes sont encadrées par deux arrêtés du 17 août 1989 relatifs d’une part à la tenderie aux Grives ou aux Merles noirs et d’autre part à la tenderie des Vanneaux huppés et Pluviers dorés. Ces textes renvoient la détermination des plafonds départementaux de prélèvement à des arrêtés ministériels annuels.

La présente consultation porte sur ces deux arrêtés pour la saison 2021-2022, lesquels prévoient la reconduction des plafonds de l’année passée répartis comme suit :

La tenderie aux Grives et aux Merles noirs consiste à accrocher à un arbre un piège à lac (lacet à nœud coulissant) sur lequel sont disposées des baies pour attirer l’oiseau.

S’agissant de cette tenderie, la sélectivité est assurée par la technicité de la pratique ainsi que par les caractéristiques des lacs employés.

La tenderie aux Vanneaux huppés et Pluviers dorés consiste pour sa part à piéger vivants les oiseaux à l’aide de filets rabattants qui sont actionnés sur commande des chasseurs. Des appelants placés à côté servent à les attirer.
S’agissant de cette tenderie, la sélectivité est assurée par la spécificité de cette chasse et la présence du chasseur sur les lieux qui actionne le filet.

Le nombre maximal de prélèvements autorisés est en deçà de 1 % de la population totale de chaque espèce, correspondant à la mortalité naturelle annuelle.

En effet, les grives sont des espèces migratrices, il y a donc lieu de tenir compte des données des couples nicheurs ci-dessous pour la France. En population en France, en fin de reproduction, on estime 2 jeunes par couples en moyenne, ce qui permet de calculer les populations issues de couples nicheurs de :

Ces techniques sont donc considérées comme sélectives et respectant le critère des petites quantités en application de l’article 9 de la directive « Oiseaux ».

Une procédure contentieuse à l’encontre des précédents arrêtés est actuellement en cours et doit faire l’objet d’une décision du Conseil d’Etat prochainement. Le Ministère de la transition écologique pourrait être amené à modifier les arrêtés pendant la période de consultation ou à l’issue de celle-ci afin de prendre en considération la décision de la haute juridiction administrative.

Les prélèvements des trois dernières campagnes sont repris dans le tableau ci-dessous :

Les projets d’arrêtés ont fait l’objet d’un avis défavorable du Conseil National de la Chasse et de la Faune Sauvage du 5 mai 2021.

Les projets d’arrêtés présentent un impact sur l’environnement et nécessitent à ce titre une consultation du public en application des dispositions de l’article L.123-19-1 du code de l’environnement.


Télécharger :

Commentaires
  •  Avis absolument défavorable à ces chasses "traditionelles" , par Marie-Paule F , le 9 juin 2021 à 14h26

    A l’heure où des centaines d’espèces d’oiseaux ont leur population en déclin, je suis contre cet arrêté. Au nom de la tradition fallacieuse on tue et on détruit ces oiseaux.
    Sur les 9.856 espèces connues d’oiseaux actuels, 1.226 (12,4%) sont considérées en danger. Parmi elles, 190 sont en Danger critique d’extinction et 4 ont totalement disparu. Alors NON à cet arrêté.

  •  chasses "traditionnelles", par MOULIN , le 9 juin 2021 à 14h19

    Absolument NON à ces chasses d’un autre âge !!! Pour une protection totale des oiseaux !!!

  •  NON aux chasses dites traditionnelles, par GUES , le 9 juin 2021 à 14h15

    A quoi sert-il de tuer tous ces oiseaux aujourd’hui ?<br class="manualbr" />Qui crève de faim en France à tel point que la consommation de grives, de merles, de vanneaux et de pluviers dorés devient essentielle ?
    Arrêtons de nous amuser avec ces traditions désuètes.

  •  Défavorable, par Elyes Soumrani , le 9 juin 2021 à 14h11

    défavorable à ces chasses dites "traditionnelles" mais avant tout archaïques, cruelles, inutiles.
    Sans intervention humaine, les populations se réguleront naturellement

  •  Lac grive et cie, par Philippe Bonnoure. , le 9 juin 2021 à 13h54

    CONTRE évidemment. A une époque où plus au sud de la France le tribunal de justice de l’UE parle de non séletivié de la chasse à la glu, voilà que les Ardennes remettent le couvert avec cette chasse dite traditionnelle et sélective de la capture par lacs de la grive comme si d’autres espèces ne pouvaient pas se prendre dans ce lasso meurtrier. Et idem avec les filets pour les vanneaux et pluviers.Contre ce système, qui nourrissait peut-être avant des populations humaines en demande de protėines animales, mais qui à présent ne trouve plus aucune justification. La tradition et la sélectivité ont beau dos.

  •  prélèvements maximums autorisés pour la saison 2021-2022 à l’aide de tenderies et filets, moyens de chasse traditionnelle, dans le département des Ardennes., par lespoutigue , le 9 juin 2021 à 13h47

    Les quotas proposés par cet arrêté sont ridiculement faibles et totalement déconnectés de la réalité des effectifs des oiseaux concernés, quelles que soient les méthodes s’efforçant d’en minorer l’importance. Le texte en lui-même contient son incohérence, les chiffres proposés par cet arrêté étant extraordinairement faibles au regard de ce que permettent les directives européennes. Je suis totalement opposé à cet arrêté.

  •  Défavorable à la pratique de ces chasses traditionnelles,, par Giroux , le 9 juin 2021 à 13h35

    Défavorable à la pratique de ces chasses traditionnelles,

  •  défavorable à la chasse traditionnelle, par SEIGNEUR , le 9 juin 2021 à 13h30

    À l’approche du Congrès mondial de l’UICN, la France devrait retirer de la chasse les 20 espèces en mauvais état de conservation et inscrites sur la liste rouge de l’UICN.

  •  Défavorable à la pratique de ces chasses traditionnelles, par Audrey , le 9 juin 2021 à 13h27

    Je m’exprime contre l’établissement de quotas de chasse pour ces pratiques traditionnelles.
    La tradition ça évolue, la tenderie fait partie de ces pratiques qui ne devraient plus être autorisées en 2021, et de nombreux citoyens n’y sont pas favorables, à cause de la cruauté infligée aux animaux.

    Les populations d’oiseaux sont globalement en fort déclin. Quand allons-nous arrêter de les tirer pour le plaisir ?

  •  Pas très responsable !, par michel ribette , le 9 juin 2021 à 13h11

    Je suis totalement opposé au maintien des chasses traditionnelles et je n’en vois pas l’intérêt. Il serait honteux, pour un gouvernement qui prône la défense de la biodiversité de les maintenir. Joignons les actes aux paroles !

  •  Avis favorable , par Deprost , le 9 juin 2021 à 12h59

    Je suis favorable à ce mode de prélèvement sélectif.

  •  Arrêté chasse traditionnelles des Ardennes, par Collanges , le 9 juin 2021 à 12h51

    Avis favorable sans réserve

  •  Défavorable , par Jacquin , le 9 juin 2021 à 12h49

    Bonjour.
    Je suis contre ce projet d’arrêté. J’estime que les quotas sont trop élevés et que les méthodes de piégeage ne sont pas du tout sélectives.
    Merci de prendre en compte mon avis.

  •  je suis contre ces chasses traditionnelles, par SEPT Rodolphe , le 9 juin 2021 à 12h45

    Alors que les informations sur l’effondrement du renouvellement des espèces d’oiseaux sont assez dramatiques,comment peut - on permettre cette pratique ?
    Selon un sondage Ipsos, « Le piégeage des oiseaux à la glu, avec des filets, et autres pièges (ne permettant pas de distinction entre les espèces) est rejeté par plus de 84 % de la population ».
    Nous sommes le dernier pays à autoriser la glu ! Ces techniques de piégeage, sont non sélectives et cruelles.
    Je m’y oppose fermement.

  •  AVIS DEFAVORABLE, par perez caroline , le 9 juin 2021 à 12h36

    Les prélèvements sont beaucoup trop élevés
    Laissons les oiseaux tranquilles sauf cas de force majeur

  •  défavorables aux quotas trop élevés, par GOURDEL , le 9 juin 2021 à 12h21

    Je suis contre ces chasses traditionnelles qui passionnent les chasseurs au détriment des oiseaux qui ont assez de problèmes comme ça avec les Humains qui polluent leurs territoires de diverses manières...
    Laissons-les refaire de belles populations pour les générations à venir.

  •  Je suis pour..., par Ducellier , le 9 juin 2021 à 12h12

    ...les sociétés évoluées.L’abolition du piégeage de ces espèces
    serait un des piliers qui permettrait d’avancer un peu et pourrait servir d’exemple. Utiliser un argument tel que la tradition pour justifier ces pratiques apparaît comme archaïque et pourrait remettre en question d’autres formes d’avancées sociales. De plus ces oiseaux n’ont pas les effectifs d’autrefois, sont menacés par d’autres facteurs, notamment environnementaux, le problème n’étant toujours pas réglé,
    c’est donc la double peine. Ajoutons à cela que ces espèces migratrices hivernent ou transitent dans des pays où la législation est plus leste en terme de protection, pouvant y subir également des préjudices. La manipulation
    des oiseaux n’est pas anodine, il découle de cette pratique
    non sélective la manipulation d’espèces protégées interdite et
    potentiellement létale. De plus aucun garde-fou à ces pratiques n’est mentionné. Par ailleurs, on a un choix pléthorique de viande issue d’élevage qui est jetée par tonnes chaque année, on n’a plus besoin de tuer ce qu’il y a dans la nature, je me demande qui, par ailleurs, consomme du vanneau ou du pluvier? Il doit y avoir une bonne proportion de ces oiseaux tués pour l’amusement. Je demande du courage politique.

  •  defavorable, par chevalier hervé , le 9 juin 2021 à 12h02

    avez vous mangé des merles ? des pluviers ? cela semble relever du braconnage plutôt que du besoin de se nourrir..

  •  Très défavorable à ces arrêtés, par Béatrice Boulogne , le 9 juin 2021 à 11h47

    Nous sommes alertés de la menace de disparition de certaines espèces et pourtant on continue ! Permettez-moi de rire : comment fait-on le comptage précis à l’unité près des oiseaux abattus ?
    À l’approche du Congrès mondial de l’UICN, la France devrait retirer de la chasse les 20 espèces en mauvais état de conservation et inscrites sur la liste rouge de l’UICN

  •  Non à la tenderie, par LAEO , le 9 juin 2021 à 11h28

    Plus de 25 espèces d’oiseaux sont en voie de disparition.
    En 30 ans, 421 millions d’oiseaux ont disparu en Europe.
    Il faut protéger les oiseaux et toute la faune sauvage, pas les chasser.