EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet de Plan national d’actions en faveur en faveur du Hamster commun (Cricetus cricetus) et de la biodiversité de plaine

Du 14/01/2019 au 08/02/2019 - aucun commentaire

Dans le cadre de la stratégie nationale pour la biodiversité, la France consacre un effort particulier à la préservation de son patrimoine naturel.

Pour les espèces menacées, le ministère de la Transition écologique et solidaire met en place des plans d’actions opérationnels qui sont un outil complémentaire au dispositif législatif et réglementaire les protégeant. Ces plans visent la sauvegarde des espèces végétales et animales les plus vulnérables pour lesquelles la France a une responsabilité patrimoniale.

C’est le cas du hamster commun (Cricetus cricetus), rongeur qui mesure une vingtaine de centimètres et possède un pelage caractéristique : ventre noir, dos roux avec des taches blanches sur le museau, les joues, la gorge et les flancs à l’arrière des pattes antérieures. En France, il n’est en effet présent qu’en Alsace et constitue la seule espèce de hamster sauvage. Inféodées aux plaines céréalières, les populations de hamsters ont peu à peu disparu du territoire, alors qu’elles étaient autrefois abondantes. Le piégeage, la disparition progressive de leur habitat et la fragmentation de celui-ci du fait des activités humaines peuvent expliquer la chute des populations. La combinaison d’une population réduite et d’habitats fragmentés ont remis en question la survie de l’espèce en Alsace.

En 1990, le hamster commun est inscrit à l’annexe II de la convention de Berne ainsi qu’à l’annexe IV de la directive européenne « Habitats Faune-Flore ». Cette directive est appliquée en France à partir de 1993, permettant de traduire d’une manière opérationnelle les obligations de protection au regard des populations de hamsters communs, avec en particulier l’interdiction de destruction non seulement des individus mais également de leurs habitats.

Grâce à la mobilisation des acteurs locaux, plusieurs Plans Nationaux d’Actions (PNA) ont été mis en place à partir des années 2000 afin d’enrayer le déclin de l’espèce. Leurs efforts ont permis de stabiliser les populations, mais pas de les faire revenir à un minimum viable satisfaisant. Ce plan a donc pour but l’atteinte du bon état de conservation du hamster commun.

Pour ce faire, il est composé de 5 axes de travail :

  • Transversalité des connaissances et des actions en faveur de l’écosystème de plaine ;
  • Connaître l’espèce et son interaction avec son milieu biologique ;
  • Préserver et améliorer l’habitat agricole ;
  • Préserver et renforcer les populations fragiles ;
  • Faire connaître l’espèce et les enjeux de sa protection.

Ces axes se déclinent en 22 actions opérationnelles dont l’objectif est de relancer les populations de hamsters tout en conciliant les activités agricoles et urbanistiques, mais aussi de sensibiliser le grand public aux enjeux de préservation de l’espèce et d’améliorer les connaissances sur sa biologie. Le plan s’attachera par ailleurs à replacer la question de la préservation du hamster commun dans le cadre plus large de préservation des écosystèmes de la plaine agricole. La mise en place de ce plan repose notamment sur le partenariat exceptionnel et très dynamique de l’ensemble des acteurs du projet.

La durée de déploiement de ce PNA s’étalera sur dix ans, de 2019 à 2028.

Vous pouvez accéder ici à la consultation portant sur le projet de plan.

La consultation est ouverte du 14 janvier au 8 février 2019.