EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet de plan national d’actions en faveur de l’Outarde canepetière (Tetrax tetrax)

Du 04/09/2019 au 06/10/2019 - 55 commentaires

Dans le cadre de la stratégie nationale pour la biodiversité, la France consacre un effort particulier à la préservation des espèces les plus menacées présentes sur son territoire.

Pour ces espèces, le ministère de la transition écologique et solidaire met en place des plans d’actions opérationnels, qui sont un outil complémentaire au dispositif législatif et réglementaire les protégeant. Ces plans visent la sauvegarde des espèces végétales et animales les plus vulnérables pour lesquelles la France a une responsabilité patrimoniale.

C’est le cas de l’Outarde canepetière (Tetrax tetrax), un oiseau qui était autrefois bien répandu dans les plaines cultivées de plusieurs régions françaises. Au cours du 20ème siècle, cette espèce a connu une réduction très importante de son aire de distribution en raison des modifications de ses habitats. L’outarde subsiste actuellement dans notre pays en deux populations distinctes, l’une sur la façade méditerranéenne qui rassemblent environ 2100 mâles chanteurs, l’autre, plus restreinte, avec 300 mâles chanteurs répartis dans les plaines du centre-ouest de la France.

Les actions entreprises depuis une vingtaine d’années en faveur de l’outarde ont contribué à freiner son déclin et à stabiliser les derniers noyaux de populations. L’espèce reste cependant dans une situation fragile face aux différentes menaces susceptibles de l’affecter : fragmentation de l’habitat et évolution des pratiques et productions agricoles.

La France qui héberge la troisième population de cette espèce à l’échelle de l’Union européenne doit donc poursuivre et renforcer les actions en vue de favoriser le rétablissement durable de l’outarde dans notre pays.

Un nouveau plan national d’actions en faveur de l’outarde, d’une durée de 10 ans (2019-2028), a été lancé par le ministère de la transition écologique et solidaire. Ce plan a été élaboré par la Ligue de protection des oiseaux, avec le concours d’un comité de suivi constitué de multiples partenaires concernés par l’espèce, et sous la coordination de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) Nouvelle-Aquitaine.

La consultation est ouverte du mercredi 4 septembre 2019 au dimanche 6 octobre 2019.

Les échanges font l’objet d’une modération a priori, conformément à la Charte des débats.


Télécharger :

Commentaires
  •  Projet de plan national d’actions en faveur de l’Outarde canepetière (Tetrax tetrax), par ROOS David , le 6 octobre 2019 à 22h16

    Très favorable à la mise en œuvre de ce nouveau plan d’action ciblant l’Outarde canepetière. Les efforts de maintien de l’espèce et de ses habitats de vie doivent être poursuivis et renforcés.

  •  protection de l’outarde canepetière, par beau , le 4 octobre 2019 à 15h32

    Il est grand temps de protéger cette espèce.

  •  Outarde canepetière, par rosette dominique , le 4 octobre 2019 à 08h45

    Oui, La France doit poursuivre et renforcer les actions en vue de favoriser le rétablissement durable de l’outarde dans notre pays.

  •  Avis de la Chambre d’Agriculture d’Indre et Loire dans le cadre de la consultation publique sur le PNA outarde , par Emmanuelle Bollotte , le 3 octobre 2019 à 17h39

    Dans le cadre de la consultation publique sur le projet de Plan National d’Actions (PNA) en faveur de l’Outarde canepetière (Tetrax tetrax), la Chambre d’Agriculture d’Indre et Loire (CA37) partage le diagnostic sur l’évolution des populations d’Outardes canepetières. Elle s’est attachée en tant que co-animateur de la ZPS champeigne à contribuer à l’élaboration de ce PNA.

    La CA37 souhaite garantir la présence d’habitats favorables à cette espèce, toutefois, elle ne partage pas les objectifs de l’action 3 "Sécuriser une gestion adéquate et pérenne". En effet, la CA37 n’est pas favorable à l’acquisition de façon prioritaire, hors mesures compensatoires, de 200 ha dans le Centre Ouest.

    Depuis 12 ans, grâce à une gouvernance multi partenariale (collectivités, associations naturalistes et agriculture) ; gouvernance d’ailleurs reconnue en 2012 par un grand prix Natura 2000 ; les effectifs d’oiseaux sur la ZPS champeigne ont progressé de façon significative. Ceci est dû à une contractualisation de MAEC adaptée à l’espèce (COUVER07) et à une animation territoriale importante.

    L’acquisition de foncier agricole à des fins environnementales ne doit pas être réalisée au détriment de l’économie agricole.

    C’est pourquoi je souhaite que cette action soit plus étayée sur ces objectifs. En effet, la finalité, la mise en œuvre en particulier en termes de gouvernance et de gestion locale ne sont pas développés. En tout état de cause, une telle décision devrait être discutée en COPIL de la ZPS.

    C’est pourquoi, je souhaite que cette action ne présente pas le caractère de priorité 1 dans le PNA en faveur de l’Outarde Canepetière.

    Le président
    Henry Frémont

  •  protection, par andre , le 29 septembre 2019 à 21h47

    je suis chasseur et je dis oui à la protection de l’outarde canepetière, non par idéalisme mais simplement par bon sens.

  •  POUR la préservation de l’outarde en FRANCE, par Chantal BALAGUER , le 28 septembre 2019 à 12h13

    poursuivre et renforcer les actions en vue de favoriser le rétablissement durable de l’outarde dans notre pays.

  •  PNA OUTARDE, par Talineau Guy , le 27 septembre 2019 à 15h23

    avis favorable pour la dernière période au vu du faible résultat obtenu
    les efforts consenti ne sont plus en adéquation avec les résultats obtenus

  •  Projet de plan national d’actions en faveur de l’Outarde canepetière (Tetrax tetrax), par Navarro Charles , le 24 septembre 2019 à 16h23

    Bonjour,
    J’ai attentivement lu le 3ème plan national d’action.
    Je fais les remarques suivantes : Il est bien construit mais fait abstraction d’une catégorie d’acteurs que vous qualifiez pourtant d’initiés (P 66) Les chasseurs.
    Jamais oubliés dans les menaces (avec même une étude sur le métabolisme des oiseaux) une seule ligne sur les Fédérations régionales pour l’acquisition de 34 ha à Bessan payés par les chasseurs à travers la Fondation des Habitats.
    Je vais donc apporter ma contribution de citoyen naturaliste /chasseur des Pyrénées Orientales au débat.
    Il est écrit page 33 : « Pour les Pyrénées-Orientales, la plaine de Perpignan abriterait quant à elle de 36 à 39 mâles chanteurs en 2016, contre 9 à 14 recensés lors de la précédente enquête en 2012. Ce contexte représente la plus forte progression des effectifs pour le Languedoc-Roussillon ».
    Il n’y a pas de miracle .Je vous en apporte les éléments suivants : La Fédération des chasseurs des PO avec les 3 associations communales de chasse de la zone concernée (3400 ha) mène depuis les années 1990 des actions de gestion en faveur du cortège des espèces de plaines agricoles ou steppiques méditerranéennes : alouettes, pies grièches, œdicnème criard, perdrix rouge, rollier...
    C’est donc tout naturellement que l’outarde a recolonisée cette zone (premier mâle chanteur 2008)
    La plupart des actions prévues dans ce nouveau plan d’action ont été mises en place depuis longtemps par les chasseurs du Département
    Exemples :
    Actions de suivis des effectifs (cartographie de localisation des mâles chanteurs, zones prospectées...)
    La FDC66 suit les populations d’outardes canepetières depuis 2008 et a mis en place un recensement annuel des mâles chanteurs depuis 2013 sur points fixes.
    L’ensemble des résultats est intégré depuis 4 ans à la base de données régionale Faune LR .
    Actions de gestion (ouverture et maintien d’un couvert herbacé favorable à l’Outarde) :
     Restauration de la fonctionnalité écologique :
     Parcelles aménagées annuellement par les chasseurs :
    Sur près de 70 ha a été mis en place un couvert végétal en mosaïque (luzerne, blé, méteil, mélange cultures faunistiques en densité faible) :
    - St Hippolyte : 14 parcelles -Claira : 29 parcelles -Salses-le-Château : 21 parcelles.
     Un diagnostic de territoire a été réalisé en 2015 sur la zone favorable (Claira, Salses-le-Château et Saint Hippolyte) par les étudiants en Licence professionnelle GADER à l’IUT de Perpignan dans le cadre d’un module de formation sur l’aménagement des territoires à des fins environnementales assuré par deux techniciens de la Fédération

     Amélioration des pratiques de gestion favorable à l’Outarde :
     Projet de réhabilitation des friches retenu et financé par la Fondation de France :
    Depuis de nombreuses années, l’ACCA, la Mairie de Claira, l’IUT de Perpignan et la Fédération Départementale des Chasseurs travaillent en partenariat sur la commune de Claira afin de faire face à la problématique des friches (étude d’occupation des sols, recherche de solutions agricoles pour reconquérir les friches, mise en place de cultures de diversification, prospection foncière, expérimentation de différentes espèces végétales, bandes fleuries pour l’aspect paysager et pour l’intérêt mellifère, cultures à but faunistique et environnemental…). Ce partenariat a abouti à la mise en œuvre dès 2014 d’un projet retenu par la Fondation de France pour la reconquête des friches de façon durable à travers un enjeu agroécologique prenant en compte les espèces inféodées au milieu ouvert, principalement l’outarde canepetière, l’œdicnème criard et la Perdrix rouge.
     Amélioration de la gestion agricole des milieux en plaine cultivée :
     Pendant 6 ans, la Fédération Départementale des Chasseurs a co-encadré avec la Mairie de Claira deux étudiants en projet tuteuré sur une thématique liée à l’agriculture et la biodiversité avec notamment la rédaction de fiches techniques à destination des agriculteurs intéressés. . Ceci afin de concilier biodiversité, chasse et agriculture.
     Un collectif d’éleveurs d’ovins (SARL Clé des Champs) a adhéré au partenariat avec la FDC 66, l’IUT, la Chambre d’Agriculture, le Conseil Général, la Mairie et l’ACCA de Claira afin de remettre en culture plus de 50 ha dans le but de fournir du fourrage aux animaux et des céréales pour les agneaux. Une « Charte biodiversité », signée par l’ensemble des partenaires a été mise en place afin de définir les mesures et les préconisations en faveur de la biodiversité et allier prévention des dégâts, biodiversité et enjeux agricoles. 10% des parcelles sont réservés pour l’effet lisière (gyrobroyage, semis de fleurs, friches…).
    Travail d’un stagiaire de Master 2 (Jordan GALLI) sur une étude phytosociologique des parcelles fréquentées par les outardes canepetières sur le Crest (66).
     Projet d’acquisitions foncières : Préservation de l’habitat de l’outarde
    Actions de communication :
     Deux journées d’intervention en milieu scolaire ont été réalisées auprès des élèves de l’école primaire de Claira : une journée d’ateliers théoriques sur la faune, la flore et le milieu qui les entoure et une journée d’atelier pratique avec l’ensemencement d’une parcelle (26 et 27 novembre 2015).
     Sensibilisation des élus des communes concernées et des ACCA lors de la présentation par les étudiants de leurs travaux le 26 mars 2015 à St Hippolyte.
     Information et sensibilisation des bureaux des ACCA locales sur les enjeux liés à l’Outarde canepetière lors des réunions d’information concernant le projet avec les étudiants.
     Sensibilisation des agriculteurs locaux et des éleveurs dans le cadre des différents projets et partenariats agro-environnementaux développés sur le secteur.
     Diffusion du dossier faisant le bilan des actions en faveur de l’Outarde canepetière aux communes concernées, au CD66, à la DREAL et au CR LR.
     Présentation des travaux des étudiants lors de l’Assemblée générale de la FDC66 le 18 avril 2015 à Tautavel.
    Je précise de plus, qu’une partie de ces informations ont été diffusées lors du séminaire outarde de Janvier 2016 à Nîmes. Vous attribuez 1 poste, sur environ 23, pour les chasseurs dans le comité de pilotage de ce troisième PNA. C’est à mon sens une erreur et pas que de communication.

    Charles NAVARRO

  •  protégeons les canepetières, par Robert TOGNETTI , le 24 septembre 2019 à 09h15

    Président d’une société de chasse privé de 24 membres dans la plaine de la crau sur une propriété de 750 ha , je connais les gênes que rencontre cet oiseau sur tout a l’époque des nichées.coupes des foins a très grandes vitesses et sans barre d’ effarouchement, pâturage des zones de nidifications et emploi de chien patou en nombre excessif pour la garde des troupeaux contre les loups.??????
    environ 800 pour toute la plaine de la crau, les photographes venu de toute l’Europe qui pénètrent dans les zones sensibles pour des clicher au plus proche,promeneurs avec chiens non tenus en laisse ,etc, etc.....
    il est urgent de protéger cet oiseau.
    je désirerais faire partie d’une équipe de protection .

  •  Sauvegarde de l’outarde, par Pigal , le 19 septembre 2019 à 09h10

    Symbole de la disparition de la nature dans nos campagnes où le modèle agricole intensif détruit plus qu’il ne produit. Urgent de passer à un modèle agroécologique ou la nature doit y avoir toute sa place

  •  Pour l’Outarde canepetière, par Aurélie GAUTHREAU , le 18 septembre 2019 à 20h32

    Bonjour,
    Je suis très touchée par la diminution de la biodiversité en France car j’aime l’observer et que je suis attachée à mon pays natal.
    Je trouve qu’il serait trop dommage d’arrêter les premières démarches réalisées sachant qu’elles ont été fructueuses et positives pour l’Outarde canepetière selon les observations réalisées. De plus, connaissant sa vulnérabilité il serait d’autant plus dommage de ne pas continuer cette démarche déjà lancée.
    Cordialement

  •  Extension des ZPS et autres zones protégées pour l’Outarde canepetière, par Sylvain DAUMAS , le 18 septembre 2019 à 10h44

    100% d’accord avec le plan d’action proposé et les mesures prioritaires à mettre en œuvre, surtout concernant la préservation de l’habitat (la nature doit avoir des zones protégées) :
    - Prendre en compte l’Outarde canepetière dans les projets d’aménagement du territoire
    - Prendre en compte l’Outarde canepetière dans la politique agricole communautaire et nationale
    - Sécuriser une gestion adéquate et pérenne des habitats
    - Développer en réseau les « bonnes pratiques outardes » avec les agriculteurs
    - Concilier la présence de l’Outarde canepetière et la gestion du risque aviaire sur les terrains d’aviation

    La nature doit reprendre ses droits dans des zones protégées qui profiteront non seulement à l’Outarde canepetière mais également à beaucoup d’autres expèces qui sont en déclin actuellement.

  •  PROTECTION Outarde canepetière , par Levir NUnez , le 18 septembre 2019 à 08h40

    La France qui héberge la troisième population de cette espèce à l’échelle de l’Union européenne doit donc poursuivre et renforcer les actions en vue de favoriser le rétablissement durable de l’outarde dans notre pays.
    Un nouveau plan national d’actions en faveur de l’outarde, d’une durée de 10 ans (2019-2028), a été lancé par le ministère de la transition écologique et solidaire. Dans le cadre de la stratégie nationale pour la biodiversité, la France consacre un effort particulier à la préservation des espèces les plus menacées présentes sur son territoire.
    Pour ces espèces, le ministère de la transition écologique et solidaire met en place des plans d’actions opérationnels, qui sont un outil complémentaire au dispositif législatif et réglementaire les protégeant. Ces plans visent la sauvegarde des espèces végétales et animales les plus vulnérables pour lesquelles la France a une responsabilité patrimoniale. ce qui implique , pour TOUTES les espèces dites sauvages, une attention et une protection accrue. à savoir ; une INTERDICTION DE CHASSE-LOISIR , sous le prétexte hypocrite de " traditions".

  •  Avis défavorable , par Stephane le mélodieux , le 17 septembre 2019 à 22h29

    Dans notre pays les oiseaux de plein champ sont voués à disparaître sans remise en cause de la Pac, des pratiques agricoles sur intensives et le non respect des assolements. A cela s’ajoute l’utilisation massive insecticide toujours plus efficace. Si 80% des insectes ont disparus en 30 ans en France. Les poussins insectivores ne trouvent pas les protéines nécessaires à leur croissance dans les cailloux...Avant toute chose il faut restaurer des habitats viables pour ces oiseaux.

  •  consultation outarde, par AUDURIER , le 17 septembre 2019 à 07h43

    j’emets un avis favorable à ce projet de plan national

  •  Continuons les efforts pour sauver l’outarde , le 16 septembre 2019 à 21h32

    Je suis pour ce nouveau plan national d’actions en faveur de l’outarde. Il est important de préserver la biodiversité

  •  Plan d’action pour l’Outarde Canepetière, par BELMONTE Alain , le 16 septembre 2019 à 10h21

    Dans un premier temps le plan élaboré par la LPO donne à réflexion, puisque cet organisme est pour la protection totale des oiseaux on peut donc penser que ces observations ne sont pas objectives ni impartiales.
    Il serait utile que la Fédération Nationale des Chasseurs donne son avis et ses observations, et qu’il en soit tenu compte.
    Dans l’hypothèse ou les conclusions des la FNC coincident avec celle de la LPO je serai favorable à une protection de l’outarde canepetière pour une durée de 5 ans avec renouvellement possible après de nouvelles études.

  •  Canepetière et parc éolien oui mais !, par DUDOGNON , le 14 septembre 2019 à 21h13

    Habitant des Deux-Sèvres j’ai pu constaté il y a plusieurs années lors de l’implantation de la ligne électrique haute tension qui traverse une partie du nord de notre département une très forte mortalité de canepetière. Tous les cadavres que j’ai retrouvé se trouvaient sous cette ligne électrique sous laquelle étaient implantées des luzernes.
    Dans le sud du département là ou les éoliennes ont été implantées et ou se trouvent des luzernes il n’y a plus de canepetière.
    Alors faut il interdire la culture de la luzerne à proximité des parcs éoliens ou prendre en considération ce mode de culture qui abrite cet oiseau emblématique de notre département des Deux-Sèvres.
    Oui à une énergie propre à condition de ne pas faire passer le profit personnel au détriment de la biodiversité.

  •  Je suis pour tout projet visant à la protection des espèces en déclin, par Simon AIVORT , le 13 septembre 2019 à 14h18

    Ce projet est louable. Le nombre de mâles chanteurs dans les plaines du centre-ouest de la France est inquiétant mais c’est une bonne chose que le déclin ait été enrayé. A présent, à nous de renforcer avec ce type de projet afin de voir le nombre augmenter.

  •  projet non conforme à la directive UE ! , par Claude , le 13 septembre 2019 à 11h06

    Comme vous l’a déjà écrit un ami, ce plan est manifestement incomplet : il ne prévoit aucune action en faveur des populations d’outardes du Nord de la France, notamment celle de la MARNE (51).

    Or justement, ce noyau est celui qui se porte le plus mal : il est en train
    de disparaître, et le précédent PNA n’a déjà pas réussi à inverser la tendance. Ce n’est pas une raison pour entériner l’extinction.

    Ce ne serait d’ailleurs pas conforme à la directive Oiseaux, qui
    prévoit que l’état de conservation doit s’apprécier noyau par noyau et que la France DOIT accomplir les actions nécessaires.

    Si ce projet de plan est adopté en l’état, nous nous plaindrons à la Commission européenne. J’ai été membre de la LPO.