EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet de décret relatif à la période de chasse du sanglier en France métropolitaine

Du 20/09/2019 au 12/10/2019 - 8063 commentaires

Le projet de décret étend la période possible de chasse du sanglier au 31 mars dans le dispositif réglementaire fixé par l’article R.424-8 du code de l’environnement qui définit pour certaines espèces de gibier chassable les dates d’ouverture et de fermeture de la chasse.

L’augmentation continue des populations de sangliers en France depuis plus de 30 ans explique en grande partie l’augmentation des prélèvements (50.000 sangliers prélevés par les chasseurs en France annuellement dans les années 80, 500 000 en 2014, 700 000 en 2017, 760 000 en 2018).

80% des dégâts agricoles qui représentent plus de 30 millions d’euros par an sont imputables au sanglier. Le Plan National de Maîtrise du Sanglier (PNMS), en vigueur depuis 2009, regroupe à droit constant les différents outils réglementaires existants (chasse, classement « nuisible », louveterie) accessible au préfet dans chaque département afin d’améliorer la régulation du sanglier, et favoriser la disparition des « points noirs » (10% du total des communes où se concentrent 90% des dégâts agricoles).

La durée de la période de chasse est un des facteurs – clefs permettant d’optimiser la régulation du sanglier. À ce jour, le sanglier peut être chassé à l’affût, à l’approche ou en battue, avec ou sans chiens, du 1er juin jusqu’au dernier jour de février. La date précise dans chaque département est fixée par le préfet sans pouvoir dépasser le dernier jour de février.

Le présent projet de décret permet le tir du sanglier à la chasse jusqu’au 31 mars si cette date est retenue au niveau départemental.

Ces dispositions s’ajoutent aux dispositions existantes permettant le classement du sanglier comme « espèce susceptible d’occasionner des dégâts » (ESOD) et autorisant les propriétaires à faire usage de leur droit de destruction à tir du sanglier pour prévenir des dégâts agricoles.


Télécharger :

Commentaires
  •  favorable pour une durée déterminée, par PINEAU , le 12 octobre 2019 à 21h38

    Les conditions particulièrement favorables à la prolifération des sangliers est perceptible et cela risque de perdurer. Cependant s’il est nécessaire de prolonger dans certaines zones géographique particulièrement impactées IL n’est pas sur que ceci soit souhaitable pour l’ensemble du territoire .
    Aussi je préconise une période de 10 ans afin de pouvoir mesurer ensuite si ceci est significatif.
    Le sanglier se chasse essentiellement en battue.Je regrette que ceci ne puisse pas être fait en individuel qui favorise le tir sélectif.

  •  Contre l’extension, par Émilie Vidal , le 12 octobre 2019 à 21h33

    Stoppons plutôt les élevages clandestins ! Élever des animaux pour en faire des cibles sur pattes : là est la barbarie.

  •  Avis défavorable, par DB , le 12 octobre 2019 à 21h32

    Certaines chasses limite encore les poids à 50 kg et on a une amende si on tue une laie.
    Il suffit de tout tirer pendant la période de chasse.

  •  Avis défavorable, par Alexandra , le 12 octobre 2019 à 21h28

    Projet absurde. Il est grand temps d’arrêter ses assassinats financiers au titre de régulation et de sports. La nature se gère elle même. Nous sommes en plein changement des pratiques de loisirs et les chasseurs sont prioritaires sur 80 % de la population qui a envie de profiter de son environnement. La régulation il faut la faire sur les chasseurs. Ils tuent des hommes des femmes, des enfants, des animaux domestiques, s’assassinent même entre eux, tout ça justifié par une carte payée... Une vaste blague ! La terre nous appartient à tous !

  •  Absolument contre cette extension !, par Soulas Patrick , le 12 octobre 2019 à 21h21

    Sans parler des conséquences dramatiques qu’aurait cette prolongation sur la reproduction des autres espèces, cette mesure n’aura aucun effet sur les populations de sanglier tant que les causes réelles, nourrissages, élevages et lâchers, ne seront pas interdits.

  •  CONTRE l’extension de la période de chasse au sanglier, par Valérie Catanzaro , le 12 octobre 2019 à 21h18

    La prolifération qu’on constate parfois est justement du fait des chasseurs qui agrainent, qui font de l’élevage de "cochongliers",etc. Les agriculteurs le savent d’ailleurs très bien, c’est pour cela qu’ils en veulent aux chasseurs pour les dégâts sur les cultures.
    Ne nous trompons pas de cible !

  •  Défavorable, par Tropet , le 12 octobre 2019 à 21h14

    Je suis défavorable à la prolongation de la chasse au sanglier prévue pour de mauvaises raisons financières. Cessons donc de réintroduire des animaux élevés et destinés juste à être abattus.

  •  avis favotrable à la prolongation de chasse aux sangliers, par DAGUERRE 64 , le 12 octobre 2019 à 21h12

    Quand vous constatez qu’au cours d’une battue précisément le 7 octobre 2019, sur 12 sangliers lancés en 3 fois, une seule femelle (78 kg)
    tirée et tuée avec 8 petits prêts à naitre et suivie par une portée précédente de même nombre (poids estimés à environ 30kg).
    Espèce donc trop prolifique pour l’agriculteur concerné dont les prairies sont défoncées régulièrement.

  •  Non à l’extension de la période de chasse, par Defour , le 12 octobre 2019 à 21h12

    En ces temps de remise en question de notre impact sur l’environnement et la planète, ce projet est absurde et déjà obsolète !
    Souhaitez-vous que nous vivions sur une planète sans animaux, sans vie ?
    Qu’allons nous laisser à nos enfants ?

  •  Avis défavorable au projet d’arrêté ministériel, par LAFFONT , le 12 octobre 2019 à 21h11

    si la chasse se prolonge jusqu’au 31 mars, le sanglier perdra son statut de nuisible et ne pourras plus être réguler par les propriétaires qui peuvent déléguer leurs droit de destruction a quiconque sans être tenu d’adhérer à une ACCA ou une chasse privé. les chasseurs peuvent prélever du 1er juin jusqu’au 28 février, c’est largement suffisant s’ils veulent réguler. laissons le mois de mars aux propriétaires pour qu’ils interviennent dans le cadre du nuisible

  •  avis favotrable à la prolongation de chasse aux sangliers, par DAGUERRE , le 12 octobre 2019 à 21h06

    Quand vous constatez qu’au cours d’une battue précisément le 7 octobre 2019, sur 12 sangliers lancés en 3 fois, une seule femelle (78 kg)
    tirée et tuée avec 8 petits prêts à naitre et suivie par une portée précédente de même nombre (poids estimés à environ 30kg).
    Espèce donc trop prolifique pour l’agriculteur concerné dont les prairies sont défoncées régulièrement.

  •  Favorable à la chasse des sangliers jusqu’au 31 mars., par JEANNE Michel , le 12 octobre 2019 à 21h00

    Merci pour cette proposition à laquelle j’adhère totalement.
    il n’y a jamais eu autant de sangliers. Pour preuve, nous les trouvons maintenant proches des maisons d’habitation et même dans les cimetières ! Cet état de fait étant la preuve qu’il sont maintenant en surnombre et que nous devons à tous prix, et sans plus tarder, réguler au maximum. A cela s’ajoutent le coût énorme des dégâts que SEULS les chasseurs paient grâce à leurs cotisations. N’en déplaise aux écolos qui vivent dans un autre monde...

  •  Non à ce décret relatif à la période de chasse du sanglier, par Tourrette , le 12 octobre 2019 à 20h59

    Non à cette étendue de la période de chasse aux sangliers et oui à la multiplication des enquêtes pour démanteler les élevages clandestins de gibiers de chasse.

  •  Regulation des sangliers, par Presles Françoise , le 12 octobre 2019 à 20h54

    En 1972 lors de notre installation dans ce département la
    population de sangliers était raisonnable pour les agriculteurs et interresante pour les chasseurs.

    Depuis le nombre de sangliers prolifére d année en année et les dégats sont exponentiels..

    L idée n est pas d’éradiquer mais plutôt de réguler .
    Aussi je suis favorable à la prolongation de la saison de chasse avec bilan en fin de campagne

  •  Chasse aux sangliers , le 12 octobre 2019 à 20h45

    Pour la prolongation.

  •  Tout à fait favorable à cette proposition., par GOURDON , le 12 octobre 2019 à 20h35

    On ne peut qu’être favorable à la prolongation de la chasse à une espèce dont les dégâts dépassent 900 000 € en Indre-et-Loire.
    A ce sujet il est étonnant de constater que le sanglier est « res nullius » lors d’un accident de la circulation (sauf bien sûr lors d’une action de chasse) et qu’il appartient aux chasseurs lorsqu’il occasionne des dégâts sur les cultures.

  •  NON a l’extension de la période de chasse des sangliers. STOP aux chasseurs OUI aux animaux , par Laurence Volbart , le 12 octobre 2019 à 20h33

    STOP A L’INTOX PERMANENTE DES CHASSEURS SOIT DISANT "ECOLOGIStES"

    Les chasseurs sont en grande majorité des gens brutaux sans aucune sensibilité qui veulent toujours tuer plus d’animaux.

    Le Ministère de l’Environnement devrait être du coté de la biodiversité, de la nature et de la protection des animaux et non pas soutenir une 2% de la population qui terrorise toute la faune et aussi les promeneurs, cyclistes, cavaliers, ou simplement leurs voisins.

    Il faut INTERDIRE TOUTE PROLONGATION DE LA CHASSE et INTERDIRE LA CHASSE !

    Généraliser la chasse aux sangliers sur tout le territoire jusqu’à fin mars, c’est déranger toute la faune en période de reproduction, ce qui peut avoir de graves conséquences sur une biodiversité déjà fragilisée
    Compte-tenu des nombreux incidents et accidents recensés chaque année, prolonger la chasse avec des munitions de gros calibre pose de sérieux problèmes de sécurité publique – les amoureux d’une nature vivante et libre devront encore attendre un mois avant de pouvoir se promener en toute sérénité !
    L’expérience montre que la population de sangliers continue de croître malgré une pression de chasse de plus en plus forte. Le Ministère ne s’appuie sur aucune étude scientifique pour démontrer l’efficacité de la chasse pour « réguler » les populations de sangliers.
    Comme la chasse est cruelle, dangereuse et inefficace, il serait judicieux de prendre d’autres mesures, telles : l’interdiction de l’agrainage, l’interdiction des élevages de sangliers (à cause du risque d’évasion) et l’interdiction de l’importation de sangliers venus de l’étranger
    Comme la chasse est cruelle, dangereuse et inefficace, il faudrait favoriser le développement des populations de grands prédateurs, qui se nourrissent de sangliers, et stopper la politique de tirs de prélèvements contre les loups (ce qui implique par ailleurs une meilleure protection des élevages domestiques)

  •  AVIS FAVORABLE, par BOILEAU 41 , le 12 octobre 2019 à 20h31

    les sangliers en france ont souvent causés beaucoup de dégats
    mais a ce jour certain departement en on de trop et cela coute cher
    aux agriculteurs par les dégats occasionnés
    aussi le nombre d’accidents de voiture qui souvent n’est pas pris en charge par les assurances
    un mois de chasse suplementaire sur plusieurs années pourrez
    diminuer leur quantités

  •  chasse sanglier, par lépinoux , le 12 octobre 2019 à 20h24

    Pourquoi pas le chasser au mois de Mars si cela se révèle necessaire en cas de dégats significatifs sur les cultures

  •  avis favorable, par michel b , le 12 octobre 2019 à 20h12

    trop de sangliers, trop de dégats,les chasseurs ; c’est eux qui paye les agriculteurs