EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet de décret relatif à la période de chasse du sanglier en France métropolitaine

Du 20/09/2019 au 12/10/2019 - 8063 commentaires

Le projet de décret étend la période possible de chasse du sanglier au 31 mars dans le dispositif réglementaire fixé par l’article R.424-8 du code de l’environnement qui définit pour certaines espèces de gibier chassable les dates d’ouverture et de fermeture de la chasse.

L’augmentation continue des populations de sangliers en France depuis plus de 30 ans explique en grande partie l’augmentation des prélèvements (50.000 sangliers prélevés par les chasseurs en France annuellement dans les années 80, 500 000 en 2014, 700 000 en 2017, 760 000 en 2018).

80% des dégâts agricoles qui représentent plus de 30 millions d’euros par an sont imputables au sanglier. Le Plan National de Maîtrise du Sanglier (PNMS), en vigueur depuis 2009, regroupe à droit constant les différents outils réglementaires existants (chasse, classement « nuisible », louveterie) accessible au préfet dans chaque département afin d’améliorer la régulation du sanglier, et favoriser la disparition des « points noirs » (10% du total des communes où se concentrent 90% des dégâts agricoles).

La durée de la période de chasse est un des facteurs – clefs permettant d’optimiser la régulation du sanglier. À ce jour, le sanglier peut être chassé à l’affût, à l’approche ou en battue, avec ou sans chiens, du 1er juin jusqu’au dernier jour de février. La date précise dans chaque département est fixée par le préfet sans pouvoir dépasser le dernier jour de février.

Le présent projet de décret permet le tir du sanglier à la chasse jusqu’au 31 mars si cette date est retenue au niveau départemental.

Ces dispositions s’ajoutent aux dispositions existantes permettant le classement du sanglier comme « espèce susceptible d’occasionner des dégâts » (ESOD) et autorisant les propriétaires à faire usage de leur droit de destruction à tir du sanglier pour prévenir des dégâts agricoles.


Télécharger :

Commentaires
  •  Accord de prolongation jusqu’à fin Mars, par Brat Sébastien , le 11 octobre 2019 à 21h04

    Je suis d’accord pour chasser jusqu’à fin Mars se sera plus favorable pour nous et pour Les chiens

  •  avis favorable , par michel tachon , le 11 octobre 2019 à 21h03

    Oui pour une prolongation sur les secteurs ou les sangliers commettent beaucoup de degats,afin de limiter les indemnisation.

  •  ni pour ni contre, par marie , le 11 octobre 2019 à 20h56

    bien sur que l’humain pense qu’a tuer, la preuve nous avons 5000 soldats en opération et en plus ont les payent pour ça

  •  FAVORABLE, par JMB , le 11 octobre 2019 à 20h54

    Je suis favorable à cet allongement de la durée de chasse au sanglier. Il est nécessaire de réguler plus, sans passer par des compensations financières de l’état qui coûteraient chères aux contribuables pour gérer l’espèce et limiter les dégâts aux cultures et jardin.

  •  NON à la prolongation de la chasse masacre , par Pelerins , le 11 octobre 2019 à 20h54

    Ca suffit cette soumission au lobby chasse massacre, on va encore subir les tirs dangereux de ces chasseurs avec le droit de tirer plus longtemps sur les sangliers en dérangeant toute la nature et aussi les promeneurs.
    Aucun argument rationnel et honnête ne justifie une telle prolongation, il convient d’analyser d’abord les causes d’une soit disant surpopulation de cet animal et ainsi régler les causes avec les moyens suivants :
    stopper les importations de sangliers
    stopper les élevages de cochons sangliers, arrêter l’agrainage
    Permettre aux loups de revenir comme utile prédateur
    Car cette prolongation va gêner toute la biodiversité en dérangeant avec ces tirs dangereux pour tous.
    La seule espèce qui surpeuple et s’approprie tout le territoire des autres espèces c’est l’homme.
    quand laisserez vous enfin vivre une nature en paix, en harmonie avec une biodiversité retrouvée, car aujourd’hui la nature est devenue déserte , muette et dangereuse à cause de ces chasseurs massacreurs.
    Rappelons que 22 millions d’animaux d’élevages sont relâchés chaque année la veille de la chasse, quelle belle gestion et régulation ?
    Une grande majorité des Français ne veut plus de cette chasse loisir qui bousille la biodiversité et rend la nature dangereuse.

  •  Chasse, par Annick , le 11 octobre 2019 à 20h49

    Contre, contre, contre, résolument contre la prologation de la chasse aux sangliers ou autre ! Arrêtez moi tout ça, l’Humain ne pense qu’à tuer, tuer,tuer... Il n’y a qu’à voir comment on se comporte entre nous ! Mais c’est quoi encore que ces inepties ???

  •  ni pour ni contre, par marie , le 11 octobre 2019 à 20h43

    Et bien moi je préfère me promenée parmis les chasseurs, plutôt que de marcher sur le bord d’une route nationale ou même communale.mon espérance de vie et bien plus longue, nous nous saluons ,nous échangeons quelques mots et de temps à autre ils m’offrent une pièce de gibier. elle est pas belle la vie.

  •  CONTRE !!!!! , par ANNE SOPHIE , le 11 octobre 2019 à 20h31

    NOOOON NOOOON ET NON !!!!!!

  •  Non a la prolongation de l’ouverture de la chasse aux sangliers, par Marlène WOJTASIK , le 11 octobre 2019 à 20h21

    La supposée surpopulation de sangliers est un faux problème car elle est artificiellement crée par les chasseurs : croisement avec des cochons, importations de sangliers d’autres pays, agrainage ( faut pas s’étonner que les sangliers viennent manger les cultures de mais après !ces mêmes champs qui sont aussi loués aux chasseurs par les agriculteurs) .Prolonger la période de chasse ne servira a rien si ces pratiques ne sont pas interdites et sévèrement punies.Pour résoudre un problème il faut savoir s’attaquer aux causes et non aux conséquences.
    La nature a toujours sue se régulée toute seule si l’homme lui laisse le temps et les conditions pour le faire.
    De plus, permettre aux chasseurs de tirer jusqu’au 31 mars,période de reproduction va perturber encore plus la faune sauvage qui a deja la vie dure, sans parler des douilles en plastique qui polluent, des grenailles que les oiseaux confondent avec des graines,les avalent et en meurent...
    Pour terminer, je constate aussi qu’en période de chasse, il n’est pas bon d’aller se balader dans la nature, que l’on soit promeneurs, naturalistes,photographes...une forme de privatisation en somme !

  •  Projet de décret relatif à la période de chasse du sanglier , par Ferreira , le 11 octobre 2019 à 20h17

    Absolument contre assez de tueries, arrêtez d’importer des animaux pour les lâcher et les chasser

  •  OUI A L’EXTENSION A LA PERIODE DE CHASSE, par mari , le 11 octobre 2019 à 20h15

    INTERDIRE LES ELEVAGES DE SANGLIERS
    Je vois mal une association de chasse communale, ou une chasse privée et ouverte, acheter des sangliers a 400€ pièce pour les relâcher dans la nature sachant qu’ils vont se disperser. L’achat d’animaux vivants peut concerner les parcs et enclos pour maintenir leurs cheptels à des fins commerciales.
    Vous aussi vous achetez des chiens, des chats pour les relâcher dans la nature et vous laissez le soin à la SPA de les entretenir.
    Les cochongliers : Il a été observé une laie franchissant les clôtures d’un élevage de porcs de plein air, pour se faire attraper par le verrat du parc, elle est repartie heureuse mais bien pleine. L’éleveur aurait dû l’abattre? Une manœuvre de chasseurs ou un incident ?
    L’agrainage : Il a été mis en place il y a une bonne dizaine d’années pour maintenir les animaux dans les forêts mais la manœuvre a échouée et se retourne contre les chasseurs qui en paient le prix aujourd’hui. Tout comme la réintroduction du loup qui tue 13 milles moutons par an et il faut indemniser les éleveurs.
    Les associations proposent une France sans chasse. Allez interroger madame PIACHAUD Manue éthologue suisse. Elle vous dira que la méthode n’est pas applicable à grande échelle, chiffre à l’appui et de plus ils ont les mêmes problèmes que nous.
    Je lis que du mépris, de la haine, le venin gicle de partout comme en politique, que de critiques et pas de propositions qui tiennent la route.

  •  Oui à la prolongation, jusqu’à la fin mars, de la chasse du sanglier., par Glinec Jean , le 11 octobre 2019 à 20h14

    Le sanglier est aujourd’hui en nombre très important. Cet animal cause des dégâts aux cultures, il occasionne des accidents de la circulation. La nécessité de réguler cette espèce est urgente.

  •  En finir avec les dégats de sangleir, par Daniau Christian , le 11 octobre 2019 à 20h04

    Christian DANIAU Président de la Chambre d’agriculture de la Charente et président du comité végétale Région Nouvelle Aquitaine.
    Au nom de mes collègues agriculteurs je vous confirme que nous sommes favorables au prolongement de la période de chasse du sanglier sur mars. Nous devons collectivement nous donner tous les moyens pour agir rapidement de manière efficace et faire baisser les populations et mettre fin à ce fléau national dont les conséquences économiques, sociales et environnementales ont dépassé toutes les limites et doivent être considérées comme priorité nationale.
    Chaque année les dégâts progressent et occasionnent des millions de dégâts aux cultures, aux prairies et aux biens, c’est une perte économique insupportable pour les agriculteurs qui dégrade des situations économiques déjà très compliquées et limite le développement de cultures diversifiées à forte valeur ajouté pour les producteurs.
    Chaque dégât occasionnés aux cultures génère une perte et ouvrent des puits de lumières qui favorisent le développement d’adventices et notamment des plantes invasives toxiques tel que le DATURA avec aucuns moyens de destruction en cour de végétation et avec des conséquences sanitaires sur la santé humaine qui pourraient devenir dramatique.
    On dénombre aussi des accidents toujours plus nombreux, avec une progression des populations au plus près de nos lieux de vie.
    Cette espèce est aussi porteuse et/ou vectrice de maladies transmissibles avec des conséquences dramatiques pour des pays voisins et dans le monde.
    Enfin cette espèce bouleverse fortement les équilibres sylvo-cynégétique de nos bois et forêts et perturbe la faune et la flore sur l’ensemble des territoires.
    Le prolongement de cette période de chasse pour le sanglier est une nécessité absolue, il ne faut pas se mettre de barrière sur les solutions à envisager mais au contraire se doter de tous les moyens pour stopper cette catastrophe économique nationale. Il y a urgence !

  •  Contre la prolongation de la chasse en mars, par Françoise Rousseau , le 11 octobre 2019 à 20h02

    Je suis contre cette prolongation
    Elle sera dangereuse aussi pour les autres espèces qui seront en période de reproduction
    Elle sera dangereuse pour les (vrais) amoureux de la nature qui en sont déjà privé pendant de longs mois
    Si les 1ersil serait temps de ne plus subventionner cette "activités" avec l’argent public
    A quand une consultation publique sur ce fait ?

  •  chasse sanglier durant le mois de mars, par grandchamp jean , le 11 octobre 2019 à 19h42

    J’y suis tout à fait favorable devant l’accroissement énorme de la densité qu’on observe depuis 2 ans

  •  je suis pour la prolongation pour diverses raisons, par DAVID , le 11 octobre 2019 à 19h27

    De plus en plus la chasse est décriée par des gens qui ne comprennent rien à la nature. La chasse sert à réguler les espèces sans pour autant tuer tout ce qui bouge. La prolongation s’avère nécessaire si les dégâts à certaines cultures augmentent. Je pense que cela serait une bonne chose à moduler suivant les années. Les Promeneurs du dimanche peuvent se balader sur les chemins de commune mais pas sur les propriétés privées. Un peu plus de tolérance et tout le monde sera heureux de pratiquer son loisir.

  •  Non à la prolongation de la chasse du sanglier, par Lecocq , le 11 octobre 2019 à 19h20

    Il n’est pas envisageable de prolonger la chasse jusqu’au 31 mars car :

    - à cette période du printemps, toute la faune serait perturbée pendant la période de reproduction ;

    - Trop d’accidents sont déjà arrivés et cette chasse (avec des balles de gros calibre) posera encore des problèmes de sécurité pour les amoureux de la nature ( randonneurs et autres promeneurs ...) en cette période.

    Il faudrait plutôt INTERDIRE :
    - les élevages (dont certains élevages sauvages sans normes sanitaires !) et les lâchers de sangliers. Il existe aussi des risques d’évasion (ce qui s’est déjà produit) donc ensuite plus de prolifération des sangliers "hybrides"...
    - et l’importation des sangliers venus de l’étrange - source de nouveaux risques sanitaires comme ça s’est déjà produit en 2012.
    - interdire aussi l’agrainage qui se pratique encore...

    Il faudrait favoriser les populations de grands prédateurs (qui se nourrissent de sangliers )- AUSSI avec une meilleure protection des troupeaux - et ralentir les tirs de prélèvement contre les loups

  •  CONTRE !!, par VIDAL véronique , le 11 octobre 2019 à 19h08

    De nombreux élevages clandestins de sangliers destinés à la chasse ont été démantelés donc NON à la prolongation ,Non à la chasse et arrêtez de nous mentir SVP !

  •  Favorable à la prolongation , par Capelle paul , le 11 octobre 2019 à 19h06

    Chasseur et fier de l’être.
    Non au loup la cohabitation est impossible.
    L’agrainage est la pour concentré les sanglier en forêt pour empêché qu’ils se nourrissent en plaine et face des dégâts et puis non pour favoriser leurs prolifération.

  •  OUI àl la chasse au sanglier jusqu’à fin Mars, par Laforge Marc , le 11 octobre 2019 à 19h04

    il faut réduire les populations de sangliers si on veut éviter des battues administratives pour limiter les dégâts aux cultures, dans les villes, dans les jardins, sur les champs de courses, etc...
    Alors oui à la prolongation jusqu’à fin Mars