EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet de décret relatif à certaines ressources et charges de la fédération nationale et des fédérations départementales des chasseurs, portant application de la loin° 2019-773 du 24 juillet 2019 portant création de l’Office français de la biodiversité, modifiant les missions des fédérations des chasseurs et renforçant la police de l’environnement

Du 25/10/2019 au 16/11/2019 - 716 commentaires

Ce projet de décret prévoit les modalités de financement des fédérations de chasseurs, suite à l’entrée en vigueur de la loi du 24 juillet 2019 portant création de l’Office français de la biodiversité et l’instauration d’un "fonds biodiversité".

En application de la loi n° 2019-773 du 24 juillet 2019 portant création de l’Office français de la biodiversité, notamment son article 13 le projet de décret prévoit que :

  • les FDC conduisent des projets concourant directement à la protection et à la reconquête de la biodiversité (plantation de haies, la restauration de milieux forestiers, de milieux humides, l’entretien d’habitats favorables à la biodiversité...),
  • la fédération nationale des chasseurs (FNC) gère un fonds dédié à la protection et à la reconquête de la biodiversité alimenté à hauteur 5 € par adhérent ayant validé un permis de chasser dans l’année et aide financièrement les fédérations départementales des chasseurs (FDC) dans leurs projets,
  • la FNC peut venir en aide aux FDC à faibles effectifs de chasseurs,
  • le fonds cynégétique national et le timbre grand gibier national sont supprimés. Ces dispositions visent à responsabiliser les fédérations départementales dans l’objectif de mieux réguler le grand gibier, en répercutant plus fortement le financement de l’indemnisation des dégâts de gibier vers les FDC et les territoires des chasseurs où les coûts de ces dégâts sont les plus importants.

Le projet de décret est téléchargeable en pièce jointe.
La consultation est ouverte du 25 octobre au 16 novembre 2019.

En application du dernier alinéa du II de l’article L. 123-19-1 du code de l’environnement, les observations du public pour cette consultation sont rendues accessibles au fur et à mesure de leur réception.
Les échanges font l’objet d’une modération a priori, conformément à la Charte des débats.


Télécharger :

Commentaires
  •  totalement contre ce projet, par mattéo , le 7 novembre 2019 à 16h39

    l’intérêt des chasseurs étant de tuer des animaux pour leur propre plaisir ils ne sont en aucun cas bien placé pour gérer la faune sauvage. ce projet est inadmissible.

  •  Projet , par Bruno cottrez , le 7 novembre 2019 à 16h31

    Totalement pour le projet
    Vivement la chasse !

  •  CONTRE CE PROJET DE DECRET, par Saturnin Le Canard , le 7 novembre 2019 à 16h25

    ce projet de décret est une abérration.

  •  avis complètement défavorable, par cassin , le 7 novembre 2019 à 16h05

    Comment peut on être juge et parti ???

  •  LA BIODIVERSITÉ EST L’AFFAIRE DE TOUS !, par Dim H. , le 7 novembre 2019 à 15h33

    NON, les fédérations des quelques milliers de chasseurs ne deviendront pas LES responsables de la biodiversité en France ! Ce serait complètement INSENSÉ de la part d’un gouvernement élu démocratiquement en ce pays des Droits de l’Homme, que de donner cette responsabilité, avec budjet attenant, à une minuscule partie des citoyens Français, qui plus est anti-écologie, et compte tenu de la perte massive de biodiversité qui s’emballe littéralement depuis ces dernières années. D’autant que la plupart d’entre eux sont soit des agriculteurs qui empoisonnent le reste de la population et détruisent les écosystèmes depuis les années 50, soit de riches spéculateurs, financiers, nobles ou simple snobs qii n’ont que faire de l’harmonie de la vie. Sous prétexte de régulation - qui a bon dos ! - ils pratiquent de prétendus "sports" ou "action de gestion" qui consistent à traquer/trapper des animaux déjà stressés par la destruction de leur habitat partout sur le territoire.
    Si certains "gibiers" (que je nomme moi plus respectueusement "animaux") sont en surnombre et devraient être "réduits", c’est vite écarter du revers de la main d’autres réalités :

    1 - L’Homme a envahi tout le territoire depuis que le pouvoir et l’industrie de la guerre ont ravagé l’immense forêt nationale afin de bâtir des bateaux de commerce, ou de conquête par la violence, durant les derniers siècles de la dominatrice royauté, puis afin de bâtir les châteaux de sa domination, cela au détriment des populations sous sa responsabilité.

    La forêt disparaissant, on le sait aujd, a eu pour effet de faire reculer drastiquement la population des grands animaux dans quelques ilots parsemés, criblés de routes et de sentiers, ne pouvant plus se nourrir et vivre qu’en visitant les cultures -
    toxiques - prenant place partout. Et non seulement nous voulons TOUTE la place, mais SANS PARTAGER !
    Cette attitude récente, alimentant le seul plaisir égocentrique et les fantasmes d’une poignée qui se croit encore au temps des seigneurs (saigneurs) nous voue à notre disparition imminente...
    Après tout, la technologie actuelle étant à la hauteur, que les "saigneurs" se construisent des animaux bioniques et les traquent dans des parcs de loisirs réservés et qu’ils s’adonnent à leur dérive prédatrice s’il le souhaitent ; cela les regarde. Mais nous ne les laisserons pas achever l’œuvre de destruction massive que leurs "nobles" ancêtres ont entammée.

    2 - L’Homme a détruit à dessein la majorité des grands prédateurs et devraient se substituer à eux ? D’où le déséquilibre.
    Un homme se croit prédateur ? Qu’il s’attaque à main nues à un sanglier, un cerf ou même un lièvre ; et je ne parle ni du loup ni de l’ours... Le résultat sera sans appel.

    Les chasseurs voudraient s’occuper de biodiversité. De leur côté les éleveurs ne veulent pas du loup, du lynx, de l’ours. Qu’ils se disent tous que ce ne sont pas les prédateurs multi-millénaires qui sont de trop sur les territoires qu’ils occupent mais l’Homme présent partout et irrespectueux. L’histoire passée doublée du constat de la chute de biodiversité actuelle en sont les preuves indiscutables : c’est à nous tous de réapprendre à partager une Nature rétablie, belle et nourricière, à utiliser ses bienfaits et ses ressources tout comme le faisaient nos ancêtres, jamais malades, eux ! (contrairement à nous aujd). Et cela a commencé : attention aux retardataires !

  •  Protestation contre ce projet , par Hegmann , le 7 novembre 2019 à 15h23

    En tant que citoyen, mon avis est négatif, je suis totalement contre.

  •  Point de vue personnel sur la chasse à l’usage des chasseurs et des opposants., par Henri Louyer , le 7 novembre 2019 à 14h59

    Sous l’Ancien régime, la chasse était un privilège seigneuriale. Grâce à la République, la chasse est devenue un droit pour tous les citoyens.
    Du point de vue des chasseurs, remettre en cause le droit de chasse est un retour au féodalisme ; totalement inacceptable.
    Si on veut faire évoluer la cynégétique (art de la chasse), elle ne doit plus être considérée comme un droit, un loisir, mais comme un travail, une mission que l’on va confier à des professionnels rémunérés.

    La vénerie est un art rituel comme les Crèches vivantes à Noël ou les défilés fleuris à la Pentecôte. Il faut faire un choix : soit la cynégétique consiste à battre la campagne en fanfare, soit elle prétend gérer la population d’animaux sauvages. Pour limiter le nombre de cerfs sur un territoire, il serait beaucoup plus simple de tirer les biches en chasse sélective (fusil à lunette, canne de Pirsch, animal à l’arrêt). Et jamais le dimanche, jours fériés, ou vacances scolaires. La vénerie folklorise la chasse et donne des arguments à ses adversaires.

    La pratique du « Trophée de chasse », que ce soit en photo ou en taxidermie, transforme tout chasseur en Tartarin du dimanche. Toute marque de fierté devrait être écartée de la chasse, sauf si vous n’avez rien d’autre pour nourrir votre famille mais ce n’est sans doute pas le cas.

  •  Non non non je suis défavorable !, par Alice Tremblay , le 7 novembre 2019 à 14h57

    Je suis contre ce projet, la biodiversité doit être protégée par des gens professionnels et neutres, pas par des lobbystes !

  •  Contre, par Gérard du 56 , le 7 novembre 2019 à 14h31

    Mais c’est une blague. En quoi les fédérations de chasseurs peuvent garantir la biodiversité. c’est totalement incompréhensible ! je suis totalement opposé à une telle absurdité !

  •  N’IMPORTE QUOI !!!, par GOURVIL , le 7 novembre 2019 à 14h29

    Complétement contre ! Ils veulent faire un massacre? Nous allons nous retrouver en face de gars habillé en orange fluo, partout dans les campagnes, n’importe quel jour, à n’importe quelle heure, des armes à feu et des regards sanguinaires !C’est flippant !
    Ou va t’on?
    Et comment vont-ils réguler la chasse?Ce ne sont pas des professionnels? Il va forcément y avoir de l’abus?

  •  Trés mauvaise idée, par Antonin , le 7 novembre 2019 à 14h27

    Les chasseurs ne serviront que leurs intérêts. Il y a des tas d’associations et de scientifiques compétents pour gérer ce domaine. Le lobby de la chasse veut nous faire croire qu’il est utile a quelque chose en nous parlant d’environnement.
    Puisque désormais l’alibi de la tradition ne passe plus auprès du public.
    Je suis habitant de la campagne, depuis toujours. Et j’en ai ras le bol que 0.9% de la société française s’accapare les espaces ruraux au détriment de tout les autres !

  •  Non, par Antoine , le 7 novembre 2019 à 14h21

    La protection de la nature doit être confiée à des acteurs neutres et représentatifs, ce qui n’est pas le cas des chasseurs.

  •  loi n° 2019-773 du 24 juillet 2019 - Favorable, par Mim , le 7 novembre 2019 à 14h17

    Je suis favorable à ce projet.

  •  Avis Favorable, par LEHAGRE Sébastien , le 7 novembre 2019 à 13h54

    Bonjour,
    J’émets un avis favorable. Cette mesure est importante pour l’avenir de la chasse en France et par conséquent pour la qualité de la biodiversité.
    Cordialement

  •  contre évidemment, par Franck , le 7 novembre 2019 à 13h52

    Ce n’est que regarder la situation par la lorgnette du chasseur attaché à son activité or la biodiversité n’est pas le seul fait des destructeurs qui se proclament gestionnaires alors que leur politique n’est axée que sur l’éradication et non la gestion des patrimoines (patrimoines au sens large)

  •  eau et biodiversité, par alexandre , le 7 novembre 2019 à 13h33

    je suis contre ce décret on ne peut pas laisser les chasseurs décider de la biodiversité et de l’eau la plupart sont agriculteurs !

  •  Défavorable, par Besenval , le 7 novembre 2019 à 13h26

    Défavorable. Des associations de protection de l’environnement et de la biodiversité qui agissent déjà sur ces questions mais n’ont pas assez de moyen me semblent bien plus enclines à traiter ces questions à être financer dans ce sens.

  •  Contre !, par Anaïg Le Meur , le 7 novembre 2019 à 13h26

    Je considère qu’il est inacceptable de laisser les chasseurs élaborer une défense de la biodiversité ! Et pourquoi pas confier la sauvegarde du littoral aux promoteurs immobiliers?

  •  CONTRE., par Lesné , le 7 novembre 2019 à 13h20

    Je suis opposée à ce décret.

  •  Accord sur projet de decret ressources et charges Federations de chasseurs, par KERJOUAN , le 7 novembre 2019 à 13h20

    Je soutiens ce projet de décret qui prend en compte rssources et charges des Fédérations de chasseurs en même temps qu’il prend en compte les objectifs de biodiversité