RISQUES TECHNOLOGIQUES
 

Projet d’arrêté relatif aux prescriptions générales applicables aux installations relevant du régime de l’enregistrement au titre de la rubrique n°2564 (nettoyage, dégraissage, décapage de surfaces par des procédés utilisant des liquides organohalogénés ou des solvants organiques) ou de la rubrique n°2565 (revêtement métallique ou traitement de surfaces par voie électrolytique ou chimique) de la nomenclature des installations classées pour la protection de l’environnement

Du 15/11/2018 au 06/12/2018 - 1 commentaire

Le projet de texte sera soumis au Conseil supérieur de la prévention des risques technologiques (CSPRT) lors de la séance du 11/12/2018. Vous pouvez consulter ce projet et faire part de vos observations, via le lien « Déposer votre commentaire » en bas de page, du 15 novembre 2018 au 6 décembre 2018.

Contexte général :

Le traitement de surface est une activité courante touchant un grand nombre de supports, métalliques ou autres. Plusieurs milliers d’installations sont ainsi classées sous la ou les rubriques 2564 / 2565. Dans le cadre de l’action de simplification pour les entreprises, il est ainsi prévu de créer le régime de l’enregistrement pour ces deux rubriques.

Ce basculement en enregistrement est possible dans le cadre du principe de non régression car ces installations présentent des impacts et inconvénients pouvant, en principe, être prévenus par des dispositions standardisées.. Les installations actuellement soumises à autorisation sont concernées à l’exception de celles relevant de la directive 2010/75/UE du 24 novembre 2010, dite « IED », qui impose une procédure d’autorisation.

Les activités de dégraissage / décapage par solvant étant souvent réalisées dans les mêmes ateliers ou dans le même process que le traitement chimique et électrochimique, il a été décidé de ne réaliser qu’un seul arrêté ministériel de prescriptions générales applicable au régime de l’enregistrement pour les deux rubriques.

Contenu du projet d’arrêté :

Les prescriptions ont été rédigées sur la base :

  • de l’actuel arrêté du 30/06/06 relatif aux installations de traitements de surfaces soumises à autorisation au titre de la rubrique 2565 de la nomenclature des installations classées ;
  • de l’actuel Arrêté du 21/06/04 relatif aux prescriptions générales applicables aux installations classées soumises à déclaration sous la rubrique 2564 relative au nettoyage, dégraissage, décapage de surfaces (métaux, matières plastiques...) par des solvants organiques.

Les prescriptions tiennent également compte de l’accidentologie recensée. Le projet d’arrêté prévoit les mesures à prendre pour la prévention des accidents et des pollutions, les émissions dans l’eau, dans l’air ou le bruit. Sont ainsi particulièrement détaillées les dispositions suivantes :

  • les moyens de prévention des accidents et des pollutions (plus particulièrement pollution des eaux) et de lutte contre l’incendie ;
  • les moyens de prévention et réduction des émissions de solvants dans l’air ;
  • les conditions d’exploitation et de maintenance.

La limite actuelle de consommation d’eau a été maintenue à l’identique pour les traitements de surface.


Télécharger :

Commentaires
  •  Position Aluminium France , le 4 décembre 2018 à 13h47

    Aluminium France, organisation officielle représentant l’industrie de l’aluminium en France auprès des pouvoirs publics, de l’administration, et de la société civil et rassemblant les producteurs français d’alumine et d’aluminium primaire, les acteurs de la première transformation (laminage, filage, fonderie, forge), les recycleurs et affineurs d’aluminium et les équipementiers relève l’effort de simplification administrative effectuée par l’administration.

    Par ailleurs, la Fédération relève la possibilité de dérogations aux valeurs limites d’émissions diffuses de composés organiques volatils sous réserve de démontrer dans son dossier d’enregistrement le caractère acceptable des risques pour la santé humaine ou l’environnement et qu’il fait appel aux meilleures techniques disponibles. Nous souhaiterions néanmoins que ces deux conditions soient alternatives et non cumulatives