EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté relatif aux prélèvements d’oies en février 2019.

Du 03/01/2019 au 24/01/2019 - 52652 commentaires

Le présent arrêté vise à permettre pour l’oie cendrée, espèce en très bon état de conservation et causant des dommages aux cultures ou aux écosystèmes, d’être chassée par dérogation jusqu’au 28 février. Les deux autres oies (rieuse et des moissons) peuvent être chassées jusqu’au 10 février.

Mise à jour du 31 janvier 2019 : vous pouvez consulter ci-dessous la synthèse des observations ainsi que, dans un document séparé, les motifs de la décision.

La question de la date de fermeture de la chasse des oies fait l’objet d’études et de débats depuis plusieurs années.

La population européenne des oies cendrée est en forte expansion, plus qu’aucune autre espèce d’oiseau chassable, en raison notamment des modifications d’habitats et des pratiques de chasse.

L’effectif global de cette population a augmenté d’environ 30 000 individus au milieu des années 1960, est passé à un effectif de 120 000-130 000 au milieu des années 1980, pour atteindre environ 1 200 000 en 2017.

Du fait de cette expansion, les dégâts agricoles sont de plus en plus importants, ce qui conduit notamment les Pays-Bas à détruire une partie importante de la population.
La directive 2009/147CE du 30 novembre 2009 concernant la conservation des oiseaux sauvages, énonce en son article 2 que « les Etats membres prennent toutes les mesures nécessaires pour maintenir ou adapter la population de toutes les espèces d’oiseaux visées à l’article 1er à un niveau qui corresponde notamment aux exigences écologiques, scientifiques et culturelles, compte tenu des exigences économiques et récréationnelles ».
Ces dernières exigences signifient que la régulation peut viser à la protection d’intérêts économiques (comme la prévention de dégâts).

Cet arrêté comporte des mesures d’atténuation de nature à prévenir notamment le risque de dérangement sur les autres espèces (prélèvements pratiqués à poste fixe, usage d’autres appelants interdits, chiens tenus en laisse).


Télécharger :

Commentaires
  •  projet d’arrêté relatif aux prélèvements d’oies en février 2019., par Vincent Anthony , le 3 janvier 2019 à 15h35

    Je suis favorable à la chasse des oies en février

  •  Chasse de l’oie cendré en février 2019 , par BINTEIN Ulrich , le 3 janvier 2019 à 15h34

    Une très bonne nouvelle et une très bonne chose, il été temps...

  •  Chasse aux oie en février , par Lehaire , le 3 janvier 2019 à 15h34

    Vu la population massive des oies et non étant pas en danger il fortement logique de pouvoir en prélever jusque 28 février

  •  projet d’arrêté relatif aux prélèvements d’oies en février 2019., par Vincent Anthony , le 3 janvier 2019 à 15h33

    Je suis favorable à la chasse des oies en février

  •  Oie cendrée, par SEGARD , le 3 janvier 2019 à 15h33

    Pour la chasse des oies cendrée jusquau 28 fevrier
    Car de tres grosse population

  •  Chasse à l oie cendre en février , par Lepretre jeff , le 3 janvier 2019 à 15h33

    Je suis pour

  •  Les oies sont utiles, par Serge Salanove , le 3 janvier 2019 à 15h32

    Ce n’est pas en prolongeant leur chasse au delà de janvier que vous éviterez ce que vous craignez.
    Les oies dans notre pays, ne sont pas des calamités agricoles loin de là.
    La demande de prolongation en février n’est pas correcte et je m’y oppose.

  •  Projet d arrête au oie en février , par Lepretre jeff , le 3 janvier 2019 à 15h31

    Je suis pour la chasse au oie en février

  •  Oui à la gestion adaptative !, par Hargues , le 3 janvier 2019 à 15h29

    Ce projet d’arrêté ne fait que refléter la réalité des possibilités qu’offrent d’une part les textes européens et d’autre part l’état de conservation de cette espèce.
    Les oies grises mais aussi d’autres espèces sont "régulées" aux pays bas à cause des dégâts qu’elles occasionnent. S’il n’est pas question ici de prendre position sur la véracité de ces dégâts, il est une évidence que le prélèvement de 5000 oies migratrices en France n’aura aucun impact sur la dynamique de population de l’espèce, satisfera les chasseurs pratiquant ce loisir et le tout en parfait accord avec le droit européen sur le lequel doit reposer ce genre de décision.
    PLus que les oies, la réalité écologique des espèces doit faire prendre en considération l’état des population à l’instant T et non se borner à une logique de cliquet, espèce chassables vs espèces protégées.
    C’est l’exploitation durable qui doit être le guide de la gestion des espèces animales.
    L’autre point intéressant de ce texte est la mobilisation des acteurs cynégétiques autour des nouvelles technologies qui par finalement un test grandeur nature sur une application dédiée à la connaissance des prélèvements pourra se développer sur d’autres modes ou espèces chassées.
    Ce texte fait donc preuve de bon sens et se tourne vers l’avenir, oui à la chasse des oies en février et oui à la gestion adaptative.

  •  En fin un arrété qui privilégie une chasse adaptative et qui vise à réduire les destructions, par Eddie PUYJALON , le 3 janvier 2019 à 15h29

    Ce projet d’arrêté et un réel progrès visant à mettre en place une gestion adaptative des espèces et notamment de celles qui occasionnent des dégâts et des risques aéroportuaires. Chasser raisonnablement les oies en février vaut mieux que de les gazer, bastonner, empoisonner le reste de l’année. Pour mémoire, la chasse commerciale de ces oies est autorisée toute l’année aux Pays-Bas à laquelle on rajoute les destructions massives. Il vaut mieux chasser raisonnablement que détruire massivement. je vous invite à regarder le gazage des oies aux Pays-bas pour comprendre qu’il vaut mieux une chasse raisonnée ! https://www.youtube.com/watch?v=J8n_wV1iZuw&index=21&list=UU6-GnSqryMf_S91eMikGvTw

  •  Désaccord à la dérogation à la directive européenne de protection des oies cendrées , le 3 janvier 2019 à 15h28

    La date officielle de fin de chasse aux oies sauvages est fixée au 31
    janvier, conformément à une directive européenne de protection des
    oiseaux migrateurs pour respecter leur période de reproduction.
    Aucune justification de prévention des dégâts en février ne permet de
    déroger

  •  Avis favorable à cet arrêté., par Bouteiller , le 3 janvier 2019 à 15h27

    Mon avis est plus que favorable à cet arrêté. Je chasse rarement le gibier d’eau mais il me semble tout à fait normal de permettre aux pratiquants de cette chasse à prélever des oies avec une population croissante.
    Hors du fait qu’elles endommagent certaines cultures, les chasseurs depuis des années s’adaptent sur beaucoup de statut de certaines espèces en fonction de leur évolution de population. Pourquoi ne pas le faire pour les oies? Mais cette fois ci en faveur à la chasse de ces dernières. Cela réduira l’obligation de certains massacres dans les pays concernés par les dégâts.
    C’est grâce aux chasseurs de gibier d’eau que beaucoup de nos zones humides sont sauvegardées.La raison de cet arrêté n’est pas uniquement liée à l’agriculture, je penses qu’on leur doit bien ça.

  •  Oui à la chasse des oies jusqu’au 28 février, par Faucon , le 3 janvier 2019 à 15h26

    Je suis pour la chasse des oies jusqu’au 28 février car cette espèce est en constante augmentation en Europe et occasionne de nombreux dégâts dans nos pays voisins qui les détruisent en très grand nombre. Les oies cendrées sont une seule et même espèce et celles gazées chez nos voisins sont aussi celles que nous chassons, les études scientifique le prouvent.

  •  Oies cendrées , par BOUTEILLER , le 3 janvier 2019 à 15h26

    Des mesures de prévention aux dérangements ? À quand l’obligation de chasser à l’arc.
    Tout est compliqué de nos jours. L’EU est riche nous continuerons à payer les dégâts aux cultures ainsi que le gazage immonde, que les écologistes approuvent certainement.

  •  Pour l’arrêté, par Sacha , le 3 janvier 2019 à 15h24

    C’est une bonne chose laisser quelques chasseur en prélever quelques unes plutôt que d’abattre ces espèces par milliers par le gazage notamment aux Pays-Bas

  •  Arrêté relatif au prélèvement des oies en février. Pour !, par Orain , le 3 janvier 2019 à 15h23

    Étant proche du lac de grand lieu et y chassant, je peux par mon point de vue, dire que les oie cendrée cause des dommages sur les prairies bordant les lacs hors saison de chasse. Ces pour cela que il est nécessaire de les chasser d’avantage.

  •  Oui à la chasse des oies en février , par Willy fauchoit , le 3 janvier 2019 à 15h23

    Au regard du bon état de conservation de la population d’oies je suis en complet accord avec la décision de pouvoir tirer les oies en février comme stipulé ci-dessus.

  •  Régulation des oies, par Nanou , le 3 janvier 2019 à 15h23

    Il n’y a que l’homme qui déséquilibre tout dans la Nature...

  •  Pour , par DEHESDIN kevin , le 3 janvier 2019 à 15h22

    Espèce en exellent état de conservation voir en surpopulation dans certain secteur il faut agir

  •  Pour une dérogation au 28 février 2019, par Trocq , le 3 janvier 2019 à 15h21

    Je pense qu’il est tout à fait honnête de dire que chasser les oies jusqu’au 28 février n’est en aucun cas négatif pour la population car une partie d’entre elles seront détruites dans des pays de l’Europe pendant la période de nidification .
    Donc je suis favorable à une prolongation de leur chasse en France jusqu’au 28 février 2019