EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté relatif aux prélèvements d’oies en février 2019.

Du 03/01/2019 au 24/01/2019 - 52652 commentaires

Le présent arrêté vise à permettre pour l’oie cendrée, espèce en très bon état de conservation et causant des dommages aux cultures ou aux écosystèmes, d’être chassée par dérogation jusqu’au 28 février. Les deux autres oies (rieuse et des moissons) peuvent être chassées jusqu’au 10 février.

Mise à jour du 31 janvier 2019 : vous pouvez consulter ci-dessous la synthèse des observations ainsi que, dans un document séparé, les motifs de la décision.

La question de la date de fermeture de la chasse des oies fait l’objet d’études et de débats depuis plusieurs années.

La population européenne des oies cendrée est en forte expansion, plus qu’aucune autre espèce d’oiseau chassable, en raison notamment des modifications d’habitats et des pratiques de chasse.

L’effectif global de cette population a augmenté d’environ 30 000 individus au milieu des années 1960, est passé à un effectif de 120 000-130 000 au milieu des années 1980, pour atteindre environ 1 200 000 en 2017.

Du fait de cette expansion, les dégâts agricoles sont de plus en plus importants, ce qui conduit notamment les Pays-Bas à détruire une partie importante de la population.
La directive 2009/147CE du 30 novembre 2009 concernant la conservation des oiseaux sauvages, énonce en son article 2 que « les Etats membres prennent toutes les mesures nécessaires pour maintenir ou adapter la population de toutes les espèces d’oiseaux visées à l’article 1er à un niveau qui corresponde notamment aux exigences écologiques, scientifiques et culturelles, compte tenu des exigences économiques et récréationnelles ».
Ces dernières exigences signifient que la régulation peut viser à la protection d’intérêts économiques (comme la prévention de dégâts).

Cet arrêté comporte des mesures d’atténuation de nature à prévenir notamment le risque de dérangement sur les autres espèces (prélèvements pratiqués à poste fixe, usage d’autres appelants interdits, chiens tenus en laisse).


Télécharger :

Commentaires
  •  Je donne un avis favorable au texte proposé , par Martine , le 23 janvier 2019 à 22h43

    Tout à fait d accord pour la prolongation de la chasse aux oies

  •  Je suis contre le projet d’autorisation de prélèvements d’oies cendrées en février 2019., par Milka Crestin , le 23 janvier 2019 à 22h43

    Les preuves de malhonnêteté de nos gouvernements, sur tous les sujets mais particulièrement concernant l’écologie, n’incitent pas à penser que cette décision est objective, juste et écologique.On attendrait d’ailleurs d’un gouvernement au sens noble du terme qu’il prenne au contraire des mesures de sauvegarde exceptionnelles pour sauver autant qu’il est possible la biodiversité du monde que nous habitons. A l’heure de la mise en péril gravissime du vivant, il serait temps d’apprendre à devenir modeste et temps de parvenir à se considérer comme une infime partie de la Nature, en la respectant comme on doit respecter toute forme de vie, humaine ou non-humaine.

  •  Je suis contre , par Dutel , le 23 janvier 2019 à 22h42

    Les oies sont en migration prenuptial durant cette période.

  •  Contre, par Alexandra Herscovici-Schiller , le 23 janvier 2019 à 22h41

    Je suis totalement contre ce projet, comme la majorité des commentateurs, me semble-t-il. Le gouvernement va-t-il une nouvelle fois mépriser les voeux de la majorité, en se laissant impressionner par les brutes ?

  •  Le Ministère joue sa crédibilité, par Antoine WAECHTER , le 23 janvier 2019 à 22h39

    Autoriser le tir des oies jusqu’à la fin du mois de février c’est autoriser la chasse dans les milieux aquatiques au moment où commencent les parades nuptiales de la plupart des oiseaux d’eau. L’affaiblissement des populations d’oies autochtones crée de l’espace pour les oies allochtones envahissantes comme l’oie d’Egypte. C’est aussi faire preuve d’une extraordinaire naiveté que de croire que les chasseurs sont capables de distinguer en vol les différentes espèces.C’est enfin prendre les naturalistes pour des demeurés en justifiant l’arrêté par une solidarité avec les paysans néerlandais. Le Ministère se décrédibilise et la Présidence confirme sa complicité avec la corporation des chasseurs.
    Antoine WAECHTER Ingénieur écologue

  •  Projet d’arrêté relatif aux prélèvements d’oies en février 2019., par thiaville , le 23 janvier 2019 à 22h39

    Je donne un avis favorable au projet d’arreté relatif aux prélèvements d’oies en fevrier 2019

  •  Contre, par Caroline Mendoza , le 23 janvier 2019 à 22h36

    Trop de chasse et plus assez d’oiseaux. Macron achète la paix sociale en faisant des concessions d’un autre âge à des lobyistes de la chasse.

  •  Non à la prolongation. , par CAPET , le 23 janvier 2019 à 22h35

    Je dis non à la prolongation de la période de chasse des oies cendrées, les chasseurs ont déjà plusieurs mois pour les chasser. De plus, la directive Oiseaux interdit la chasse pendant la migration des oiseaux.

  •  Les consultations publiques du ministère de la Transition écologique et solidaire, par Anya , le 23 janvier 2019 à 22h35

    Nous avons adoré notre séjour au Gramercy Park Resort.

    Here is my website ; [my hôtel boutique à new york->http://www.hotelanewyork.org/my-hotel-new-york.html]

  •  Je suis totalement contre cet arrêté , par Szczepanski Sabrina , le 23 janvier 2019 à 22h35

    Je suis totalement contre ce projet, il existe certainement d’autres solutions mais notre gouvernement n’en a rien à tirer, il préfère ces méthodes cruelles et faciles. Malheureusement, la France reste le seul pays à ne pas respecter les engagements européens sur la protection de la faune et la flore et sur la protection de l’environnement. Les lois sont toujours faites en fonction des intérêts de l’état et l’intérêt général... .. C’est bien dommage !!

  •  En accord, par Mario , le 23 janvier 2019 à 22h35

    Je suis pour la prolongation de la chasse a l’oie pour toutes les raisons exprimees.

  •  il est aberrant de vouloir chasser des oies migratrices qui sont sur le chemin du retour pour nicher, par Serge Risser , le 23 janvier 2019 à 22h33

    bonjour,
    le bon sens veut qu’on ne chasse pas une espèce qui entame son cycle de reproduction, c’est-à-dire que la chasse se fait à l’automne mais pas au printemps.
    Tirer des oies qui sont en train de gagner leurs territoires de reproduction en Scandinavie, c’est tout simplement aberrant et contre la loi.
    Il est démagogique de faire croire pour un gouvernement qu’il va autoriser cela, car il ne pourra pas légalement, et ensuite il dire "nous on a voulu, mais l’Europe n’a pas voulu".
    Tous les organismes, dont le Museum et l’ONCFS, à l’exception de la FNC (fédération nationale de la chasse), ont reconnu que la migration des oies commence lors de la troisième décade de janvier (entre le 20 et le 30) ; donc chasser les oies en février est illégal, aberrant.
    Occupez vous plutôt des sangliers nourris l’hiver et qui prospèrent !

  •  Je donne un avis favorable au texte proposé , par Depoilly , le 23 janvier 2019 à 22h33

    Je suis favorable pour la chasse aux oies en février comme avant.

  •  Contre, par Emma Rateau , le 23 janvier 2019 à 22h32

    Je suis contre le projet.

  •  Résolument opposée à cet arrêté, par Valentine , le 23 janvier 2019 à 22h31

    Tout d’abord, je suis opposée à la chasse. Néanmoins, ce n’est pas pour cela que je souhaite intervenir.

    En effet, cet arrêté va à l’encontre du droit de l’Union européenne. Or, un principe essentiel a été mis en lumière par un arrêt déjà ancien de la Cour de justice de l’Union européenne : celui de la primauté du droit de l’UE. Les Etats membres doivent respecter et faire appliquer le droit de l’UE. Ils doivent donc écarter toutes normes internes contraires au droit de l’UE, et a fortiori, ne doivent pas prendre d’actes contraires au droit de l’UE.
    Toute violation du droit de l’UE conduit à la mise en jeu de la responsabilité de l’Etat français.

    Il me semble que notre gouvernement, avide de répondre favorablement au lobby toujours plus puissant de la chasse, oublie ses engagements européens.

    Cet arrêté ne peut pas être pris.

  •  En accord avec la régulation des oies., par Olivier de Croÿ , le 23 janvier 2019 à 22h30

    Je suis favorable à la chasse es oies en février comme décrit dans le projet. Cela devrait rétablir un équilibre entre les espèces menacées par l’augmentation constante des oies.

  •  Favorable au texte de loi et à la chasse des oies en février , par Przewrocka elodie , le 23 janvier 2019 à 22h30

    Je suis favorable à la chasse des oies jusqu’au 28 février. Il est plus respectueux de la prélever à la chasse puis la manger que la détruire et la jeter à la poubelle

  •  Contre la prolongation de la chasse des oies , par AIMÉ , le 23 janvier 2019 à 22h29

    Bonjour, je suis contre la prolongation de la période de chasse des oies.

  •  Contre la chasse des oies sauvages en février , par Juliette Dubois , le 23 janvier 2019 à 22h29

    Je suis contre ce projet de loi. Arrêtons le massacre toujours plus constant de la faune de nos campagnes !

  •  chasse de l’oie cendrée en février , par clénet , le 23 janvier 2019 à 22h28

    je suis favorable au texte proposé.les prélèvements doivent être encadrés et scrupuleusement respectés.une chasse raisonnée en février ne fera aucun dégât sur les effectifs d’oie cendrée,chassant moi même sur le dpm depuis prés de 20 ans,j’ai prélevé seulement 2 oies cendrées,je précise que je ne chasse pas depuis une installation.