EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté relatif aux prélèvements d’oies en février 2019.

Du 03/01/2019 au 24/01/2019 - 52652 commentaires

Le présent arrêté vise à permettre pour l’oie cendrée, espèce en très bon état de conservation et causant des dommages aux cultures ou aux écosystèmes, d’être chassée par dérogation jusqu’au 28 février. Les deux autres oies (rieuse et des moissons) peuvent être chassées jusqu’au 10 février.

Mise à jour du 31 janvier 2019 : vous pouvez consulter ci-dessous la synthèse des observations ainsi que, dans un document séparé, les motifs de la décision.

La question de la date de fermeture de la chasse des oies fait l’objet d’études et de débats depuis plusieurs années.

La population européenne des oies cendrée est en forte expansion, plus qu’aucune autre espèce d’oiseau chassable, en raison notamment des modifications d’habitats et des pratiques de chasse.

L’effectif global de cette population a augmenté d’environ 30 000 individus au milieu des années 1960, est passé à un effectif de 120 000-130 000 au milieu des années 1980, pour atteindre environ 1 200 000 en 2017.

Du fait de cette expansion, les dégâts agricoles sont de plus en plus importants, ce qui conduit notamment les Pays-Bas à détruire une partie importante de la population.
La directive 2009/147CE du 30 novembre 2009 concernant la conservation des oiseaux sauvages, énonce en son article 2 que « les Etats membres prennent toutes les mesures nécessaires pour maintenir ou adapter la population de toutes les espèces d’oiseaux visées à l’article 1er à un niveau qui corresponde notamment aux exigences écologiques, scientifiques et culturelles, compte tenu des exigences économiques et récréationnelles ».
Ces dernières exigences signifient que la régulation peut viser à la protection d’intérêts économiques (comme la prévention de dégâts).

Cet arrêté comporte des mesures d’atténuation de nature à prévenir notamment le risque de dérangement sur les autres espèces (prélèvements pratiqués à poste fixe, usage d’autres appelants interdits, chiens tenus en laisse).


Télécharger :

Commentaires
  •  Les consultations publiques du ministère de la Transition écologique et solidaire, par Vicki , le 24 janvier 2019 à 00h30

    Truly no matter if someone doesn't be aware of then its
    up to other viewers that they will help, so here it
    takes place.

    Feel free to visit my website [รถเช่าเชียงใหม่->http://Www.jovidad.nl/aardvarkts/index.php?a=stats&u=isiszink2216]

  •  je suis contre, par nadine godineau , le 24 janvier 2019 à 00h29

    Merci de laisser les oies vivre tranquilles

  •  Je donne un avis favorable au texte proposé , par Rebour , le 24 janvier 2019 à 00h26

    Population en expansion
    difficile d’accréditer le fait que les populations d’ oies
    régulées aux Pays Bas ne migrent pas et sont exclusivement sédentaires
    De plus les prélèvements seront maîtrisés par le biais des déclarations de prélèvements en temps réel
    Certains diront que c’est utopique mais pourquoi cela le serait plus que la pose des bagues et bracelets sur les animaux soumis à un quota ou un plan de chasse ??

  •  Je suis contre., par Françoise Betoux , le 24 janvier 2019 à 00h22

    Je suis opposée à la prolongation.

  •  Je suis contre., par Bernard Betoux , le 24 janvier 2019 à 00h20

    Je suis opposé à cette prolongation.

  •  Les consultations publiques du ministère de la Transition écologique et solidaire, par Dexter Betz , le 24 janvier 2019 à 00h19

    I think the admijn of this web page is actually working hard in favor
    of his web site, because here every data is quality based information.

    My webpage : : [Clarity Keto Review->http://www.edelweis.com/UserProfile/tabid/42/UserID/104406/Default.aspx]

  •  Contre la prolongation de la chasse a l’oie. , par Grizdol S , le 24 janvier 2019 à 00h18

    Une énième consultation concernant la chasse dont les avis majoritaires à réduire cette pratique qui nuit a la biodiversité et au vivant ne seront pas écoutés. Et pourtant on continue...
    La nature est maline, elle se régule toute seule. Faire plaisir a ces chasseurs en publiant des textes rédigés par leurs soins, par choix politique, est inutile. Ils continueront a voter extrême dans tous les cas.

  •  Opposition au projet d’arrêté relatifaux prélèvement d’oies cendres en février 2019, par Jalouzet francoise , le 24 janvier 2019 à 00h17

    Je suis opposée à ce projet, je souhaite, je veux que ces oiseaux migrateurs puissent quitter notre pays, continuer leur route, sans être importunés par ces chasseurs sous abris, sous des prétextes falacieux, qui reviennent régulièrement lorsqu’on parle de la chasse.
    Toutes les explications figurant au dossier sont claires, precises, argumentées.
    On donne aux chasseurs tous les droits, les horaires, les jours de chasse, les familles ne peuvent même plus se promener le weekend, voir chaque année les accidents à répétition qui ne servent jamais de leçon.
    Ces oiseaux ont parcourus des milliers de km, il faut les laisser repartir, comment peut on tirer froidement sur ces majestueux animaux, lorsqu.ils se poseront sur un plan d’eau, ou lorsqu.ils prendront leur envol, en formation tellement bien organisée et respectueux de règles de vie, qu.on ferait bien de copier.
    Le chasseur et l’homme politique.....La Fontaine aurait pu écrire une fable...

  •  CONTRE , par Tribolles , le 24 janvier 2019 à 00h11

    Contre cette loi évidement, il est temps de penser à protéger nos espèces d’oiseaux tant qu’il en est encore temps de chercher des solutions au changement climatique plutôt que de vouloir sans cesse créer des lois pour faire disparaître les espèces !

  •  Contre !, par Tanguy , le 24 janvier 2019 à 00h10

    Je suis complètement contre.

  •  Opposition à la prolongation de la chasse aux oies sauvages en février , par Nicole Ser , le 24 janvier 2019 à 00h09

    Je suis formellement opposée à la prolongation de la chasse aux oies en février. Les dégâts causés aux cultures aux pays bas ne sont qu’un prétexte pour satisfaire les chasseurs. Ils ne s’agit pas des mêmes oies, mais des oies sédentaires aux Pays Bas qui causes des dégâts, alors que les oies les oies chassées en France sont des oies migratrices qui hibernent en France.
    Les chasser en février alors qu’elles ont commencé leur migration est tout à fait contraire à la Directrice Oiseaux qui précise que les oiseaux migrateurs ne peuvent être chassés en période de migration pendant le trajet de retour vers leur lieu de nidification.
    Cela n’aiderait d’ailleurs pas à réduire les dégâts causés aux Pays Bas puisqu’il ne s’agit pas des mêmes oiseaux.

  •  Contre l’arrêté, par Quétier Cyril , le 24 janvier 2019 à 00h04

    A qui la faute si on en est là ? ! Surement pas aux oies.
    A force de tout bousiller on en arrive à des dérèglements pareils.
    A vous de trouver des solutions moins radicales.
    Je suis vraiment contre cet arrêté.

  •  Contre le projet d’arrêté visant à autoriser le prélèvement d’oies sauvages en février 2019, par TIXERAND Sylvie , le 24 janvier 2019 à 00h03

    Je suis contre ce projet visant à étendre la période de chasse de ces 3 espèces d’oies sauvage dans cette période de migration. Je souhaite le respect de l’article 7 de la Directive oiseaux qui précise que les oiseaux migrateurs ne peuvent être chassés en période de migration pendant le trajet de retour vers leur lieu de nidification. Je souhaite une autre société avec moins d’impact de l’homme sur la nature, avec davantage de respect et de partage de notre planète.

  •  Je suis contre cet arrêté, par Christophe MOREAU , le 24 janvier 2019 à 00h01

    Cet arrêté est contraire à la Directive Oiseaux (Directive 2009/147/CE du 30/11/2009) relative à la conservation des oiseaux sauvages. La France est régulièrement condamnée pour non respect de cette Directive.
    Cette Directive précise que les oiseaux migrateurs ne peuvent être chassés en période de migration pendant le trajet de retour vers leur lieu de nidification. Encore une loi anti-écolo mais surtout électoraliste afin de ratisser l’électorat des chasseurs. Rien ne sera épargné à notre si beau pays, par tous ses carriéristes politiques.

  •  Avis défavorable - Projet d’arrêté relatif aux prélèvements d’oies en février 2019, par Yann Carasco , le 24 janvier 2019 à 00h00

    Je suis fermement opposé à ce projet d’arrêté.

    Un nouveau prétexte est avancé pour tenter de justifier une mesure illégale, dont la visée réelle est vraisemblablement de s’attirer les faveurs du lobby chasse. La directive oiseaux interdit en effet la chasse des oiseaux au cours de leur migration prénuptiale : c’est le cas pour les oies cendrées dès la fin janvier. Les données scientifiques et les décisions de justice sont claires à ce sujet.

    Les dommages agricoles invoqués se produisent aux Pays-Bas. Les auteurs du présent projet d’arrêté ignorent apparemment une donnée fondamentale, à savoir que la population d’oies cendrées à l’origine de ces dégâts est sédentaire (demeurant donc toute l’année aux Pays-Bas), alors que les oies cendrées présentes en France en période internuptiale proviennent de populations nordiques migratrices. Il est absurde de prétendre réguler la population néerlandaise en tirant des oiseaux en France.

    Il ne me semble pas qu’un quelconque appel au secours ait été adressé aux chasseurs français par les autorités néerlandaises.

    La prolongation de la chasse de l’Oie des moissons et de l’Oie rieuse jusqu’au 10 février, sans quota et sans la moindre justification, est une aberration.

    Quelle que soit l’espèce officiellement visée, la prolongation de la chasse se traduira par des dérangements préjudiciables à l’ensemble de l’avifaune, occasionnant des pertes énergétiques pouvant remettre en cause la survie et le succès reproducteur des oiseaux. Compte tenu de la faiblesse des moyens disponibles pour assurer des contrôles, une telle mesure instaure un contexte très favorable au braconnage.

    Le ministère en charge de l’environnement devrait s’appliquer à œuvrer pour l’intérêt général, plutôt qu’à servir les intérêts particuliers d’une frange irresponsable du monde de la chasse.

  •  Je suis contre, par Marine Batier , le 24 janvier 2019 à 00h00

    Ce ne sont pas les mêmes oiseaux et c’est interdit par la Directive Oiseaux.
    Nous sommes en train de massacrer notre planète et sa biodiversité. Comment retrouver confiance dans nos hommes politiques dont la responsabilité est de TOUT faire pour éviter ça quand leurs décisions vont totalement à contresens ??

  •  tir des oies en fevrier, par pascal pepin , le 23 janvier 2019 à 23h58

    avis favorable au tir des oies sauvages

  •  Avis favorable car la raison doit l’emporter sur le dogme !, par Borel , le 23 janvier 2019 à 23h55

    Les données scientifiques donnent un signal sur l’importance de l’expansion des populations d’oies en Europe. Une gestion est devenue nécessaire c’est pourquoi je suis favorable.

  •  Contre la chasse aux oies , par J. Lamiraud , le 23 janvier 2019 à 23h55

    Je suis contre la prolongation de la chasse aux oies sauvages.
    Cet arrêté visant à autoriser la chasse aux Oies grises en février n’a pas lieu d’être, et ce pour plusieurs raisons.
    Les populations d’oies sauvages se trouvant à l’origine des dégâts causés aux cultures néerlandaises sont sédentaires, et ne correspondent pas à celles qui migrent en France, lesquelles sont originaires de Suède et de Norvège. Chasser les oies sauvages sur le territoire français ne résoudra en rien les problèmes constatés aux Pays-Bas !
    En outre, cet arrêté ne respecte pas la directive "Oiseaux", mesure européenne permettant d’assurer la protection de l’avifaune, notamment au cours de la période migratoire. L’article 7 de cette Directive précise que les oiseaux migrateurs ne peuvent être chassés en période de migration pendant le trajet de retour vers leur lieu de nidification. Or la migration des oies cendrées débute vers le 20 janvier, d’où transparaît la nécessité de ne pas prolonger la période de chasse au-delà de cette période.
    Cette prolongation constitue également un risque vis-à-vis des populations d’oies rieuses et oies des moissons, espèces rares pouvant être facilement confondues avec les oies cendrées. La chasse de ces deux espèces jusqu’au 10 février, de surcroit sans quota, empiète aussi sur le début de leur migration de retour qui a lieu dès la première décade de février.
    À cela s’ajoute enfin la constatation que les effectifs d’oies cendrées sont surévalués par le ministère ; les études scientifiques ne relèvent pas 1 200 000 individus, mais 960 000, soit 25% en moins !
    Je vous demande donc de reconsidérer cette décision et d’accorder la place qu’il se doit à la biodiversité.

  •  Non a cet arrêté , par Christian , le 23 janvier 2019 à 23h52

    Pure proposition électoraliste de Macron qui n a de cesse de brosser les chasseurs et leur lobby dans le sens du poil.