EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté relatif à la suspension de la chasse de la barge à queue noire en France métropolitaine pendant la saison 2019-2020

Du 03/07/2019 au 25/07/2019 - 7057 commentaires

{}
Le projet d’arrêté propose pour la saison 2019-2020 une reconduction de la suspension de la chasse de la barge à queue noire jusqu’au 30 juillet 2020.

{}
La barge à queue noire est classée « vulnérable » sur la liste rouge France et « quasi menacée » sur la liste rouge mondiale de l’UICN. Elle fait l’objet d’un plan international dans le cadre de l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA). Ce plan a été renouvelé en décembre 2018 pour une période de 10 ans. Il interdit la chasse dans tous les pays.

C’est pour tenir compte de ce plan international que le ministre en charge de l’écologie a décidé par arrêté du 1er août 2018, de prolonger d’un an le moratoire sur la chasse de la barge à queue noire, soit jusqu’au 30 juillet 2019. Cette période fait suite à deux périodes de suspension de la chasse : de 2008 à 2013, de 2015 à 2018.

Le ministre en charge de l’écologie a mis en place en janvier 2019 un comité d’experts sur la gestion adaptative. Avant le 30 juillet, date de fin du moratoire, il a demandé à ce comité de lui fournir un avis relatif à la gestion de la barge à queue noire.

Dans son avis en date du 13 mai 2019, le Comité d’experts a préconisé un quota de 210 individus pour la seule sous-espèce islandaise, chassable en novembre et décembre. En effet, la sous-espèce continentale étant en mauvais état de conservation, toutes les mesures doivent être prises pour ne pas prélever d’oiseaux de cette sous-espèce, d’où la mesure de restriction sur les deux derniers mois de l’année.

Cependant, compte tenu du renouvellement en décembre 2018 du plan international de l’AEWA pour une période de 10 ans, qui interdit la chasse dans tous les pays, seule une révision de ce plan permettrait d’examiner la possibilité de chasser des individus de la sous-espèce islandaise.

C’est pourquoi, le projet d’arrêté soumis à la consultation du public propose pour la saison 2019-2020 une reconduction de la suspension de la chasse de la barge à queue noire jusqu’au 30 juillet 2020.

Ce projet a fait l’objet d’un vote défavorable lors du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage (comité consultatif rassemblant des représentants de chasseurs, des acteurs scientifiques et associatifs) du 2 juillet 2019

La synthèse de la consultation du grand public est disponible au lien ci-dessous.


Télécharger :

Commentaires
  •   Pour l’arrêt de la chasse de la barge à queue noire en France, par Castillo , le 25 juillet 2019 à 21h53

    Non à la chasse de la barge à queue noire en France.

  •  Barge , le 25 juillet 2019 à 21h49

    Suis contre la suppression delà chasse de la barge

  •  Quota ZERO, par Noémie Françoise , le 25 juillet 2019 à 21h47

    Le moratoire doit être reconduit, à vie.

  •  Suspension de la chasse, par Brigitte Courtel-Lüders , le 25 juillet 2019 à 21h41

    Je suis française et je vis en Allemagne. Je suis favorable au projet d’arrêté suspendant la chasse de la Barge à queue noire et de la tourterelle des bois et autres animaux menacés. En Allemagne on protège ces animaux et en France on les chasse.
    C’est inadmissible ! Il est nécessaire de suspendre la chasse afin que ces espèces très menacées puissent se rétablir.

  •  Favorable, mais sur plus d’un an..., par Chris , le 25 juillet 2019 à 21h41

    Les populations se portant mal, un an ne suffira pas à les rétablir de façon viable, la barge à queue noire restera toujours menacée.
    Qui plus est, étant donnée la pression des facteurs environnementaux sur les oiseaux qui, en l’état actuel, n’ira pas en s’améliorant, seul un arrêt définitif de la chasse permettrait de maintenir leurs effectifs.

  •  Pour la prolongation du moratoire., par JM Plan , le 25 juillet 2019 à 21h39

    Je suis pour le moratoire de la chasse de la barge à queue noire et à sa reconduction pour 3 ans minimum !

  •  Oui pour toujours, par Eyquem Jean Marc , le 25 juillet 2019 à 21h34

    Oui pour toujours

  •  Pour la chasse de cette espèce , par Folio , le 25 juillet 2019 à 21h32

    Pour la chasse de cette espèce car se sont les populations islandaises(qui se portent bien)qui ns concernent

  •  Oui, mais pour 3 ans, par Dérousseau , le 25 juillet 2019 à 21h31

    Vu l’état de santé de cette espèce, yune prolongation de l’arrêté sur 3 ans au moins semble être une bonne chose.

  •  Oui mais définitivement, par mln , le 25 juillet 2019 à 21h30

    Oui au projet d’arrêté à la suspension de la chasse de la barge à queue noire mais pour 3 ans minimum, définitivement dans l’idéal. Chaque pas pour la conservation de la faune et de la biodiversité en général compte actuellement.

  •  Oui au décret prévu qui suspend la chasse de la Barge à queue noire, par Dirk Hoppe , le 25 juillet 2019 à 21h30

    Je suis favorable au projet d’arrêté suspendant la chasse de la Barge à queue noire.

  •  oui mais définitivement ! , par Wion Anaïs , le 25 juillet 2019 à 21h27

    Il faut arrétez de tuer la faune sauvage. la planète ne nous appartient pas, c’est l’argument moral. Et sinon, en raison du déclin prononcé de la sous-espèce continentale de Barge à queue noire (Limosa limosa), l’ensemble des pays de la voie de migration se sont engagés dans le plan international d’action de l’AEWA, reconduit en décembre 2018 pour une période de 10 ans, à ne plus ni chasser la sous-espèce continentale, ni la sous-espèce islandaise (L. l. islandica) de Barge à queue noire. Le Comité d’expert, dans son avis, donne une possibilité aux chasseurs de prélever 300 individus de la sous-espèce islandaise en limitant la période d’ouverture de la chasse à novembre décembre pour minimiser le risque de prélever des individus de la sous-espèce continentale. Le ministère, selon ses obligations internationales, a préféré renouveler d’un an le moratoire sur la chasse de l’espèce juste pour avoir le temps de renégocier son engagement à l’international. Ceci n’est pas assez : le moratoire doit être reconduit sur une durée minimale de 3 ans. Les dernières saisons de reproduction de la Barge à queue noire en Islande ne sont pas rassurantes pour la population qui pourrait suivre le déclin de la population continentale. Les pressions et menaces que connaissent les limicoles prairiaux en Europe commencent à sévir également en Islande. Cette population qui a fortement progressé en profitant du changement climatique ne semble plus dans la même dynamique.

  •  Oui mais pour toujours , par Akim , le 25 juillet 2019 à 21h22

    comme la tres bien dit quelqu’un dans un autre commentaire :
    La chasse, pour n’importe qu’elle espece, est cruelle, inutile, dangereuse pour l’homme et devrait etre abolie.

  •  oui mais au minimum 3 ans !, par martin , le 25 juillet 2019 à 21h22

    .........à l’aube de la 6 ème extinction massive d’animaux ...........la France se permet encore de donner tout pouvoir aux chasseurs ....qui cherchent par tous les moyens à tirer sur tout ce qui bouge ....................Alors que des scientifiques , des experts apportent des chiffres concrets et des mesures pour préserver cette population .
    Bien sûr on fait des consultations pour la forme .........mais on ne prend en compte que de l’avis des chasseurs ..............Ah mais c’est sûrement parce que dans les préfectures il y a de nombreux chasseurs !!!!

  •  Oui mais un déclassement définitif serait plus opportun, par Boulanger , le 25 juillet 2019 à 21h21

    Favorable, un déclassement plus long est important. L’espèce est menacée mais pas seulement cette année !!!

  •  Oui mais pour au minimum 3 ans , par Souchon , le 25 juillet 2019 à 21h16

    Cette espèce est vulnerable et la biodiversité s’effondre de manière catastrophique. Il me semble donc impératif de stopper définitivement cette chasse.

  •  Oui mais au moins trois ans, par Benoît , le 25 juillet 2019 à 21h14

    La chasse est cruelle pour les animaux, dangereuse pour les êtres humains et néfaste pour l’environnement. Elle doit être abolie.

  •  Oui à cette suspension, trois ans étant un minimum, par S. Lamache , le 25 juillet 2019 à 21h13

    Toute espèce vulnérable DOIT être protégée. Et l’action publique doit être en accord avec les déclarations d’intentions politiques et à la mesure de l’évidence du déclin des populations d’oiseaux en général. Quelle vie nous restera-t-il sur une planète morte ?

  •  Oui mais au minimum 3 ans, par Dalmau , le 25 juillet 2019 à 21h11

    Pour ne pas nuire à la conservation de l’espèce, 3 ans d’interdiction de chasse minimum sont nécessaires. Il est déjà classé comme "vulnérable" sur liste rouge en France et "quasiment menacé" sur liste rouge mondiale de l’UICN. Stop !!!

  •  OUI MAIS 3 ANS MINIMUM, par Sillère , le 25 juillet 2019 à 21h10

    Compte tenu du déclin de la population de barges à queue noire et de l’absolue nécessité de soutenir la biodiversité, je dis oui au moratoire sur la chasse de l’espèce et à sa reconduction sur une durée minimale de 3 ans