EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté relatif à la suspension de la chasse de la barge à queue noire en France métropolitaine pendant la saison 2019-2020

Du 03/07/2019 au 25/07/2019 - 7057 commentaires

{}
Le projet d’arrêté propose pour la saison 2019-2020 une reconduction de la suspension de la chasse de la barge à queue noire jusqu’au 30 juillet 2020.

{}
La barge à queue noire est classée « vulnérable » sur la liste rouge France et « quasi menacée » sur la liste rouge mondiale de l’UICN. Elle fait l’objet d’un plan international dans le cadre de l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA). Ce plan a été renouvelé en décembre 2018 pour une période de 10 ans. Il interdit la chasse dans tous les pays.

C’est pour tenir compte de ce plan international que le ministre en charge de l’écologie a décidé par arrêté du 1er août 2018, de prolonger d’un an le moratoire sur la chasse de la barge à queue noire, soit jusqu’au 30 juillet 2019. Cette période fait suite à deux périodes de suspension de la chasse : de 2008 à 2013, de 2015 à 2018.

Le ministre en charge de l’écologie a mis en place en janvier 2019 un comité d’experts sur la gestion adaptative. Avant le 30 juillet, date de fin du moratoire, il a demandé à ce comité de lui fournir un avis relatif à la gestion de la barge à queue noire.

Dans son avis en date du 13 mai 2019, le Comité d’experts a préconisé un quota de 210 individus pour la seule sous-espèce islandaise, chassable en novembre et décembre. En effet, la sous-espèce continentale étant en mauvais état de conservation, toutes les mesures doivent être prises pour ne pas prélever d’oiseaux de cette sous-espèce, d’où la mesure de restriction sur les deux derniers mois de l’année.

Cependant, compte tenu du renouvellement en décembre 2018 du plan international de l’AEWA pour une période de 10 ans, qui interdit la chasse dans tous les pays, seule une révision de ce plan permettrait d’examiner la possibilité de chasser des individus de la sous-espèce islandaise.

C’est pourquoi, le projet d’arrêté soumis à la consultation du public propose pour la saison 2019-2020 une reconduction de la suspension de la chasse de la barge à queue noire jusqu’au 30 juillet 2020.

Ce projet a fait l’objet d’un vote défavorable lors du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage (comité consultatif rassemblant des représentants de chasseurs, des acteurs scientifiques et associatifs) du 2 juillet 2019

La synthèse de la consultation du grand public est disponible au lien ci-dessous.


Télécharger :

Commentaires
  •  POUR la suspension de la chasse de la barge à queue noire, par Hugo Le Chevalier , le 4 juillet 2019 à 14h41

    Une espèce classée « vulnérable » sur la liste rouge France et « quasi menacée » sur la liste rouge mondiale de l’UICN ne devrait même pas être considérée comme chassable à aucun moment et pour plusieurs années le temps que les populations se remettent de leur déclin.

  •  Pour ce projet, par Boris Delahaie , le 4 juillet 2019 à 14h31

    La Barge à queue noire est classée ’Vulnérable’ sur la liste rouge française, et pourtant, la France est le dernier pays où l’espèce n’est pas complètement protégée. Ceci contrevient aux accords internationaux signés par notre pays et à tous les objectifs de protection de la biodiversité. Ce moratoire doit être appliqué ET étendu à une période de 5 ans au moins.

  •  Contre l’autorisation de tir de la Barge à queue noire, par Loup , le 4 juillet 2019 à 14h25

    La Barge à queue noire et le Courlis cendré sont protégés dans tous les autre pays d’Europe : la France est le dernier pays où ces deux espèces sont encore chassables. La Barge à queue noire est menacée au niveau mondial et classée comme "vulnérable" sur la Liste rouge française de l’UICN, un indicateur largement reconnu au plan scientifique, qui évalue le risque d’extinction des espèces à court et moyen terme. Il est donc inadmissible que des prélèvements soient autorisés sur cette espèce.

  •  Défavorable, par Jules , le 4 juillet 2019 à 14h21

    Vous semblez oublier qu’il y a deux sous espèces et que l’une se porte très bien, il est donc biaisé de se baser que sur celle qui est en déclin et de justifier ainsi un moratoire qui ne va pas dans le sens de la gestion adaptative. Ainsi quelques centaines d’oiseaux pourraient être prélevés jusque fin 2019 sans porter préjudice à l’espèce.

  •  Un premier pas, par Adrien , le 4 juillet 2019 à 14h15

    Il n’y a plus qu’à prolonger sur 5 ans, et plus sur nécessaire

  •  Avis favorable à un moratoire de 5 années, par CLAVEL , le 4 juillet 2019 à 14h02

    Compte tenu de l’inscription de cette espèce sur la liste rouge de l’UICN, je demande un moratoire de 5 ans.
    Avec mes salutations,
    P Clavel

  •  Pour reconduction de suspension et bien plus..., par Elise , le 4 juillet 2019 à 14h02

    Toutes les espèces animales doivent être surveillées. Parmi elles, certaines se portent bien (espèces opportunistes en générale), d’autres beaucoup moins. Dans tous les cas, nous nous tenons de protéger les espèces sensibles, en déclin et devons tenir compte des plans d’actions de nos pays voisins (espèces migratrices ou communes entre les deux nations). Pour les espèces se portant bien, rien ne sert de les chasser si elles n’occasionnent aucun dommage pour les espèces qui l’entourent (entendre homme ET autre faune/flore). Je suis donc pour une reconduction de la suspension de la chasse pour la barge à queue noire mais également son retrait de la liste des espèces chassables.

  •  Avis favorable au moratoire suspendant la chasse de la barge à queue noire en France pendant la saison 2019/2020, par argos , le 4 juillet 2019 à 13h57

    De quel droit une minorité de viandards se permet-elle de menacer la pérennité d’une espèce animale uniquement pour le plaisir de tuer ?
    Je demande donc que ce moratoire soit de 5 ans au lieu de 1 an pour les raisons suivantes :
    Cette espèce est menacée au niveau mondial : elle est classée sur la Liste Rouge de l’UICN, un indicateur largement reconnu au plan scientifique, qui évalue le risque d’extinction des espèces à court et moyen terme.
    - Les barges à queue noire sont encore plus menacées au niveau national : la Liste rouge française les a classées comme « vulnérables ».
    - La barge à queue noire est protégée dans tous les autre pays d’Europe : la France est le dernier pays où ces deux espèces sont encore chassables.
    - Les accords internationaux signés par la France prévoient que la barge à queue noire ne doit pas être chassée.

  •  Pour la suspension de la chasse à la barge à queue noire, par STEPHAN , le 4 juillet 2019 à 13h44

    La barge à queue noire est un oiseau migrateur dont le nombre se réduit.
    Il faut donc restaurer de bonnes conditions pour que l’espèce reprenne du nombre.
    Je suis donc pour la suspension de sa chasse.

  •  Contre la chasse aux Barges, par Gys Michel , le 4 juillet 2019 à 13h41

    Ce n(’est pas un moratoire d’un an qui doit être décidé mais un d’un minimum de 5 ans assorti d’une réévaluation de l’état des populations à ce terme.
    Merci d’ouvrir cette consultation avant toute décision même si on peut se demander pourquoi on consulte s’il est possible d’ouvrir la chasse d’une espèce menacée et donc de mettre le pays une fois de plus en infraction par rapport aux décisions internationales.
    Donc non à l’ouverture de la chasse de cette espèce.

  •  Je suis pour l’arrêt de la chasse de la Barge à queue noire, par Hugo , le 4 juillet 2019 à 13h33

    Cette espèce est menacée au niveau mondial et classée sur la Liste Rouge de l’UICN, un indicateur largement reconnu au plan scientifique, qui évalue le risque d’extinction des espèces à court et moyen terme. La France est le dernier pays où cette espèce est encore chassable. La Barge à queue noire doit être intégralement protégée pour les trois prochaines années au minimum.

  •  Défavorable, par Angela , le 4 juillet 2019 à 13h23

    Il est urgent que l’homme arrête de tuer les espèces qu’elles quelles soient ! Il en va de la survie de la planète et de la sienne ! Les lobbies de chasse n’ont aucun autre intérêt que financier (on le voit avec le développement volontaire des sangliers pour ensuite justifier la hausse des cartes de chasse et le recours massif à leur mise à mort), la nature leur importe peu, cela doit cesser.

  •  Pour la prolongation du moratoire interdisant la chasse de la Barge à queue noire sur 5 ans, par Louis , le 4 juillet 2019 à 13h23

    La barge à queue noire est classée sur la liste rouge de l’UICN et Vulnérable selon la liste rouge française, et pourtant, la France est le dernier pays où l’espèce n’est pas complètement protégée. Ceci contrevient aux accords internationaux signés par notre pays et à tous les objectifs de protection de la biodiversité. Ce moratoire doit être appliqué ET étendu à une période de 5 ans au moins.

  •  Favorable mais..., par Romain B. , le 4 juillet 2019 à 13h16

    Moratoire indispensable pour cette espèce dont les populations ne suivent pas une tendance positive. Cependant, l’espèce ne se portera pas assez bien dans un an. Un moratoire sur 5 ans minimum éviterait de perdre du temps et de l’énergie à se poser la même question annuellement

  •  Moratoire de 5 ans pour la chasse de la barge à queue noire, par Rolin Catherine , le 4 juillet 2019 à 13h15

    Avis trés favorable pour un moratoire pour la chasse de la barge à queue noire, à porter à 5 ans minimum, voire à interdire la chasse.

    espéce protégée dans les autres pays d’europe,car menacée d’extinction.
    Respectons les engagements internationaux signés par la France !

  •  Une décision de bon sens, par Jean-Christophe Vié , le 4 juillet 2019 à 13h08

    Compte tenu de l’état de l’espèce l’interdiction de la chasse (assortie de sanctions significatives en cas de non respect de cette interdiction) est une décision de pure bon sens. Dommage qu’elle ne s’applique pas à d’autres espèces dans une situation comparable (tourterelle des bois et courlis)

  •  Pour l’interdiction pure et simple, par VERNIER François , le 4 juillet 2019 à 12h57

    Il est temps de prendre des mesures efficaces pour arrêter, s’il en est encore temps, l’effondrement de la biodiversité. L’interdiction de la Barge à queue noire est la seule solution pour préserver cette espèce.

  •  Favorable à la suspensionde la chasse de la barge à queue noire, par Michelle Sauve , le 4 juillet 2019 à 12h57

    Les oiseaux se font de plus en plus rares, laissons les vivre.
    De plus, ce sont des oiseaux classés vulnérables. Il est impératif de les protéger.

  •  Laissez vivre tranquillement la barge à queue noire, par M. Granger , le 4 juillet 2019 à 12h48

    Je suis favorable à la prolongation de l’interdiction de chasse. Protéger est nécessaire. Tuer ne l’est pas.
    Assez d’animaux sont tués accidentellement ou intentionnellement.

  •  Favorable à la prorogation du moratoire. Une interdiction serait mieux., par SANE Fabien , le 4 juillet 2019 à 12h19

    Quand on se prétend gestionnaire des espaces et des espèces, on s’interdit de chasser une espèce en mauvais état de conservation,qui a perdu 75 % de ses effectifs en Europe continentale en 30 ans. Et dont la France accueille moins de 200 couples. Ce serait la moindre des moindres des choses.
    Fabien SANE.