EAU ET BIODIVERSITÉ
 

projet d’arrêté relatif à la chasse du courlis cendré en France métropolitaine pendant la saison 2019-2020

Du 03/07/2019 au 25/07/2019 - 8574 commentaires

{}
Le projet d’arrêté fixe à 6000 oiseaux le quota de courlis cendré pouvant être chassés sur tout le territoire français. Il précise les dates d’ouverture de chasse et indique de nouvelles modalités de transmission des données.

{}
Le courlis cendré est une espèce chassable au sens de la directive oiseaux -DO- (2009/147/CE), elle est inscrite à l’Annexe II. En France l’espèce est classée « vulnérable » pour les effectifs nicheurs et en « préoccupation mineure » pour les hivernants sur la liste rouge de l’UICN.

Pour cette espèce, un plan d’action international conduit sous l’égide de l’AEWA a été mis en place. L’objectif global de ce plan est de restaurer le statut de conservation dans la Liste rouge UICN de cette espèce en la faisant passer de la catégorie : « quasi-menacé » attribuée en 2007, à la catégorie : « préoccupation mineure » à l’horizon 2025. Ce plan interdit la chasse sauf si un plan de gestion adaptatif est mis en place.

C’est pour tenir compte de ce plan international que le ministre en charge de l’écologie a décidé par un arrêté du 1er août 2018, de prolonger d’un an le moratoire sur la chasse du Courlis cendré, soit jusqu’au 30 juillet 2019.
Cette période fait suite à deux périodes de suspension de la chasse : de 2008 à 2013, de 2015 à 2018. Il convient de noter que, depuis 2013, la suspension de la chasse du Courlis cendré ne concerne pas le domaine public maritime (DPM).

Le ministre en charge de l’écologie a mis en place en janvier 2019 un comité d’experts sur la gestion adaptative. Avant le 30 juillet, date de fin du moratoire, il a demandé à ce comité de lui fournir un avis relatif au courlis cendré.

Dans son avis en date du 13 mai 2019, le Comité d’experts souligne des lacunes importantes de connaissance et des incertitudes liées aux données disponibles sur la démographie de l’espèce, la répartition spatiale des populations et la chasse pratiquée en France. En conséquence la comité d’experts n’a pas été en mesure d’évaluer l’impact de la chasse sur la dynamique de population.
Pour ce qui concerne les données de prélèvements cynégétiques, l’enquête « prélèvements » réalisée par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage pour la saison 2013-2014 fait état d’un prélèvement de courlis cendré de 6961 oiseaux sur le DPM.

Le projet d’arrêté soumis à la présente consultation du public fixe à 6000 oiseaux le quota pouvant être chassé sur tout le territoire français.
Pour prendre en compte la situation de la population nicheuse, en déclin depuis plusieurs années, les dates d’ouverture sont ainsi fixées :
• 1er samedi d’août sur le DPM ;
• 15 septembre sur le reste du territoire.
Les chasseurs sont tenus de transmettre les données de prélèvements à l’aide de l’application mobile Chassadapt mise à disposition gratuitement par la fédération nationale des chasseurs.
Pour améliorer la connaissance, les chasseurs doivent envoyer une aile de l’oiseau prélevé à l’ONCFS.

Ce projet a fait l’objet d’un vote favorable lors du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage (comité consultatif rassemblant des représentants de chasseurs, des acteurs scientifiques et associatifs) du 2 juillet 2019.

La synthèse de la consultation du grand public est disponible en bas de page.


Télécharger :

Commentaires
  •  Avis défavorable, par Simon , le 25 juillet 2019 à 22h45

    L’espèce est déjà bien moins visible et reste menacée. Arrêtons de chasser des espèces fragiles d’un point de vue européen.

  •  Avis défavorable, par Simon , le 25 juillet 2019 à 22h44

    L’espèce est déjà bien moins visible et reste menacée. Arrêtons de chasser des espèces fragiles d’un point de vue européen.
    En tant qu’ingénieur paysagiste, mon métier me permet de me rendre compte de la raréfaction de nombreuses espèces toujours chassées.

  •  Ca baisse, par Ronan A. , le 25 juillet 2019 à 22h41

    Quand on voit la différence entre ce que l’on peut observer aujourd’hui comme courlis cendré et ce que l’on pouvait avoir à la passée il y a 25 ans, on peut même se demander si le constat de l’UICN n’est pas un peu optimiste. Dans l’ouest de la France, les nicheurs ont pour ainsi dire disparus...
    Il semble plus prudent de prolonger le moratoire.

  •  Courlis cendré, par Tranier , le 25 juillet 2019 à 22h37

    Je suis favorable à la suspension pure et simple de sa chasse. Prélèvement zéro ! Préservation 100% !

    Merci.

  •  Avis défavorable sur ce projet d’arrêté : cette période de chasse doit être annulée, par DALLET , le 25 juillet 2019 à 22h33

    Aucune période ne doit être ouverte pour la chasse au courlis cendré.Il n’y a aucune raison de permettre des prélèvements pour cette espèce en déclin : les dates proposées doivent être annulées.

    Le plaisir sanguinaire des chasseurs n’est pas un argument !
    Rappelons que les chasseurs représentent 3% de la population française.
    Nous serons très attentifs au respect des avis déposés dans cette consultation publique, et en tiendrons compte pour les prochaines élections...

  •  Monsier , le 25 juillet 2019 à 22h32

    The Eurasian Curlew is heading for extinction, this species faces huge problems, hunting them will simply accelerate their demise. Please reject all calls to hunt this bird, it isnt sustainable, merci.

  •  Avis défavorable, par Nico B , le 25 juillet 2019 à 22h32

    Quota zero pour cet acteur terriblement important de la diversité de nos campagnes

  •  Avis dévaforable, par Antoine Bourré , le 25 juillet 2019 à 22h29

    J’émets un avis défavorable au projet d’arrêté relatif à la chasse
    du courlis cendré en France métropolitaine pendant la saison 2019-2020.
    Cette espèce est classée en catégorie « quasi-menacée » dans la liste rouge de l’UICN, il est indispensable d’en interdire totalement la chasse le plus longtemps possible.

  •  Contre le projet d’arrêté relatif à la chasse du courlis cendré, par PIVARD Marianne , le 25 juillet 2019 à 22h28

    Je suis opposé à la chasse au Courlis cendré en raison du fort déclin de l’espèce et de la biodiversité en général.
    Je suis contre ce projet d’arrêté autorisant la poursuite de la chasse au Courlis cendré.
    Cette espèce doit bénéficier d’un moratoire total sur sa chasse.Il est inadmissible de continuer à chasser une espèce en déclin.

  •  Avis défavorable, par Alonso , le 25 juillet 2019 à 22h27

    Le courlis cendré, comme bien d’autres d’oiseaux français, est une espèce menacée, en France mais aussi au niveau mondial. C’est pourquoi elle est classée vulnérable sur la liste rouge de l’UICN. Comment peut-on dès lors envisager des prélèvements dans une population déjà en déclin ?
    Je suis donc absolument défavorable à ce projet d’arrêté, et je demande l’instauration d’un moratoire total de longue durée (5 ans) pour la chasse du courlis cendré.

  •  Avis défavorable à la chasse du courlis cendré en France, par Alexandre Laubin , le 25 juillet 2019 à 22h27

    J’emets un avis defavorable à ce projet qui vise à prélever 6000 individus sur le territoire français alors que l’espèce est classée vulnérable sur la liste rouge française et qu’elle on est en net déclin à l’échelle nationale et européenne. sur l’ensemble du territoire national et européen de nombreuses actions de préservation de l’habitat en période de reproduction et de migration sont mises en œuvre est cette reprise des prélèvements aurait pour conséquence une inefficacité de ces actions et une incohérence complète des politiques publiques. Aucun individu ne doit être prélevé en 2019 et dans les années qui suivent.

  •  Avis défavorable à la chasse du Courlis cendré., par DEVELAY Arlette , le 25 juillet 2019 à 22h20

    Alors que l’on ne connaît pas l’état des populations, alors que la France détient le record du nombre d’espèces chassables, comment peut-on, en plus, autoriser la chasse du Courlis cendré, espèce déjà classée vulnérable étant donné son déclin ?
    Cette espèce, n’est d’ailleurs plus chassée qu’en France, quel bel exemple du ministère qui, paraît-il, oeuvre pour la protection de la biodiversité !...
    Concernant les déclarations de prélèvements, je reste sceptique quant à fiabilité des données saisies par les chasseurs.
    Comme d’habitude, les chasseurs demandent et obtiennent ce qu’ils veulent du gouvernement.

  •  Avis défavorable sur tout le territoire, par Paul Pratt , le 25 juillet 2019 à 22h20

    Le Courlis cendré est une espèce en fort déclin depuis de nombreuses année sur le territoire est en Europe. L’origine des oiseaux prélevé à la chasse n’est pas connue. Pour le maintien de l’espèce il est nécessaire de suspendre la chasse de cet oiseau pour permettre à l’espèce de se maintenir en France.

  •  Projet relatif à la chasse du courlis cendre pour la saison 2019-2020, par alain , le 25 juillet 2019 à 22h20

    Avis favorable au projet

    - Le texte doit être corrigé car il retarde au 15 septembre une ouverture de la chasse sur le domaine terrestre alors que le 21 août était possible, l’ obligation généralisée de collecte d’ailes pour tout oiseau prélevé, qui doit rester une simple faculté pour les chasseurs volontaires.
    - La date du 21 août, hors DPM, pourrait être envisagée car elle est conforme à la Directive Oiseaux et son application en France, et ne remet pas en cause l’état de conservation des populations de courlis cendrés. Cette mesure de report au 15 septembre de l’ouverture sur le reste du territoire n’a jamais été évoquée au CEGA. La fin de la période de reproduction et de dépendance pour cette espèce en France est en 3ème décade de Juillet. Juridiquement, la chasse peut être ouverte en août, soit au 21 août, or DPM, comme les autres gibiers d’eau.
    - Un dispositif de collecte et analyses d’ailes (et de « dépouilles ») de limicoles existe déjà depuis 3 ans par convention entre la FNC, LSF et ISNEA. Ce protocole fonctionne très bien en s’appuyant sur des démarches de chasseurs volontaires et par une mobilisation des fédérations départementales des chasseurs pour mener des actions de sensibilisation des chasseurs et organiser la collecte des ailes. Déjà plus de 3500 limicoles ont ainsi été analysés. Il est pertinent de laisser se poursuivre cette démarche non règlementaire pilotée par le pôle scientifique de la Fédération nationale des chasseurs, et ne pas inventer un système qui existe déjà.

  •  Défavorable:Non à la chasse du courlis, par Alain Bleu , le 25 juillet 2019 à 22h19

    Défavorable à la chasse du Courlis sur tout le territoire.

  •  Contre le projet , par Nicole Lajus , le 25 juillet 2019 à 22h18

    Je suis contre le projet de chasse du courlis cendré qui de plus est en voie d’extinction par la dégradation de son habitat.

  •  CONTRE ce projet d’arrêté, par Olivier Priet , le 25 juillet 2019 à 22h15

    Comment est-il possible de proposer un tel arrêté alors que l’espèce est en régression et sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature au titre des espèces vulnérables !?

    Je suis ABSOLUMENT OPPOSÉ A CET ARRÊTÉ qui a pour seule ambition de satisfaire le communautarisme du monde de la chasse !! Il faut au contraire maintenir la suspension de la chasse du courlis cendré, voire mieux encore décider son interdiction !!

  •  Avis défavorable , par Laplace , le 25 juillet 2019 à 22h13

    Arrêtons ces mesures indignes et aberrantes en 2019.

  •  Opposé à l’arrêté relatif à la chasse du Courlis cendré, par PIVARD Jacques , le 25 juillet 2019 à 22h11

    Engagé et bénévole dans le domaine de la protection de la nature, au moment où tous les voyants concernant les atteintes à la biodiversité sont au rouge, je considère qu’il est particulièrement regrettable d’avoir à se battre sans cesse pour défendre l’équilibre de la vie et donc de cette biodiversité.
    Le courlis cendré est une espèce en déclin, protégé partout en EUROPE. Nous devons respecter les accords internationaux que nous avons signés, à savoir que le courlis cendré ne doit pas être chassé. Il est menacé au niveau mondial, inscrit sur la liste rouge UICN, vulnérable au niveau national et le CEGA a proposé un moratoire complet sur sa chasse.
    Je suis contre le projet d’arrêté autorisant la poursuite de la chasse du courlis cendré. Vous devez respecter l’avis des experts scientifiques indépendants et non celui des chasseurs partisans. Cette espèce doit bénéficier d’un moratoire total sur sa chasse de cinq années minimum. Il est intolérable de continuer à chasser une espèce en déclin.

  •  Non au décret prévu qui autorise la chasse de 6.000 Courlis cendrés, par Jan Daniels-Trautner , le 25 juillet 2019 à 22h04

    Je suis contre le décret prévu qui autorise la chasse de 6 000 Courlis cendrés et j’exige la suspension totale de sa chasse (quota de chasse = 0) sur tout le territoire français.