EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté relatif à la capture de l’alouette des champs au moyen de pantes et de matoles dans 4 départements de Nouvelle Aquitaine pour la campagne 2019-2020

Du 05/07/2019 au 27/07/2019 - 4770 commentaires

Le projet d’arrêté définit les quotas de prélèvement d’alouettes des champs (Alauda arvensis) autorisés pour la saison 2019-2020 à l’aide de pantes et matoles, moyens de chasse traditionnelle, dans quatre départements : Gironde, Landes, Lot-et-Garonne et Pyrénées-Atlantiques. Ces quotas ont été adaptés pour correspondre le mieux aux prélèvements annuellement réalisés.

{{}}
La France est concernée par plusieurs modes de chasse traditionnelle : la chasse des grives et du merle noir à l’aide de gluaux dans le Sud-est, la chasse de l’Alouette des champs à l’aide de pantes et matoles dans le Sud-ouest, la chasse des grives, merle noir, Vanneau et Pluvier doré à l’aide de filets et tenderies dans les Ardennes.

L’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "oiseaux", prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, le Ministre de la Transition écologique et solidaire autorise dans des conditions qu’il détermine l’utilisation des modes et moyens de chasse consacrés par les usages traditionnels, dérogatoires aux moyens généralement autorisés.
Sur cette base, cinq arrêtés ministériels du 17 août 1989 fixent les conditions particulières d’exercice de ces chasses pour l’utilisation de gluaux, de pantes, de matoles et de tenderie.

Ces textes renvoient à des arrêtés ministériels annuels la détermination de quotas par département ainsi que, le cas échéant, « la détermination de spécifications techniques propres à un département ». Dès réception de ces arrêtés ministériels et avant le 1er octobre, date d’ouverture de ces chasses traditionnelles, les préfets prennent les arrêtés d’autorisation individuelle.

Dans le cadre de la réflexion sur la chasse pilotée par le Gouvernement et afin d’assurer la protection de la biodiversité et de mieux prendre en compte la souffrance animale, le ministre a décidé en 2018 de limiter les nouveaux quotas de prélèvements aux captures effectivement réalisées en 2017.

Le projet d’arrêté maintient les quotas pour la saison 2019-2020 dans quatre départements : Gironde, Landes, Lot-et-Garonne et Pyrénées-Atlantiques, au même niveau que ceux de la précédente période de chasse.

Ce projet a fait l’objet d’un vote favorable lors du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage (comité consultatif rassemblant des représentants de chasseurs, des acteurs scientifiques et associatifs) du 2 juillet 2019.

Ajout du 3/09/2019 : La synthèse de la consultation du public, les motifs de la décision sont publiés en bas de page, ainsi que les textes publiés au journal officiel de la République française


Télécharger :

Commentaires
  •  Favorable, par Alexandra , le 6 juillet 2019 à 09h56

    Oui a cette chasse traditionnelle

  •  Oui a la chasse, par Alexandra , le 6 juillet 2019 à 09h54

    Ok pour cette belle chasse

  •  Contre la chasse de ces oiseaux, par beatriz da costa , le 6 juillet 2019 à 09h40

    Je suis CONTRE la chasse de ces oiseaux !
    Arrêtez de massacrer les animaux ! La nature à ceux qui la protègent et la respectent pas à ceux qui la détruisent et la polluent avec les plombs !

  •  Favorable, par Daniel Esdourrubailh , le 6 juillet 2019 à 09h40

    Je suis favorable à ce projet d’arrêté. Au delà de l’aspect loisir, tradition et culturel, la chasse à un rôle de service public. Elle permet de réguler la faune sauvage et ainsi de maintenir l’équilibre agro-sylvo-cynégétique.

  •  Favorable a la chasse de l’alouette, par Rendu , le 6 juillet 2019 à 09h34

    Pour la gestion adaptative de cette espèce.

  •  capture de l’alouette des champs, par Nicole BRISAC , le 6 juillet 2019 à 09h28

    Mon propos sera très court : arrêtez une bonne fois pour toute la destruction de notre biodiversité. Il n’y a qu’une seule chose à faire : tout mettre en oeuvre pour la protéger et la faire proliférer. Je rajouterai : halte aux loisirs mortifères !

  •  Effondrement de la bio diversité, par Mollard Jeanne , le 6 juillet 2019 à 08h55

    Je suis atterrée de voir que le gouvernement autorise la chasse à la glue et autres alors qu’il n’y a déjà presque plus d’oiseaux mais quand allez-vous réagir ? Et arrêtez de lécher les bottes des chasseurs !

  •  J’exprime un avis favorable au texte proposé, par cressent , le 6 juillet 2019 à 08h38

    oui à ce texte pour la chasse

  •  Non à la capture des alouettes, par MARQUEZ , le 6 juillet 2019 à 08h18

    La mission de l’état est de protéger les animaux qui disparaissent de la surface de la terre et non de les chasser et de les exterminer.

  •  Stop, par Marco , le 6 juillet 2019 à 07h55

    La situation des populations d’oiseaux est dramatique, certaines espèces voient leurs effectifs baisser de 30%. Ces chasses dites traditionnelles, pratiques honteuses, n’ont plus leur place en France au 21° siècle !
    l’intérêt général et la protection de la biodiversité doivent primer sur cette activité qui doit disparaître une bonne fois pour toutes. Il est grand temps d’arrêter !

  •  Favorable au projet d’Arrêté, par Fontainre , le 6 juillet 2019 à 07h51

    Les chasses traditionnelles sont confidentielles et n’ont aucune influence sur les baisses des populations. Au contraire, elles mobilisent des passionnés des oiseaux concernés, qui œuvrent à leur études et ont tout intérêt à leur sauvegarde. Les quotas sont faibles, permettant de garder des gens mobilisés et de faire vivre une page d’histoire.
    Oui au maintien de ces chasses et aux quotas définis.

  •  Capture alouette ded champs, par Chateau patrice , le 6 juillet 2019 à 07h34

    Avis favorable. Les chasses traditionnelles doivent perdurer

  •  Oui au maintien des chasses traditionnelles , par Kuentz , le 6 juillet 2019 à 07h32

    Je suis pour le maintien de la chasse de l’alouette dans cette tradition dite "pantes".
    Il y a de moins en moins de pratiquants de cette chasse.Dans quelques années elle aura disparu.
    Arrêtez de vouloir nous faire croire que la disparition de la biodiversité est l’oeuvre des chasseurs.
    Cet tellement plus facile de se donner bonne conscience en accusant une minorité de tous les maux de la terre....

  •  Projet d arreté sur les allouettes au matoles, par Le morvan daniel , le 6 juillet 2019 à 06h25

    Je suis pour.à l automne je vous beaucoup d aklouettes passées sur le bord des falaises dans le 76 il suffit d étre la au moment de leur passage

  •  Je suis pour la chasse aux pentes et matoles, par Perroy , le 6 juillet 2019 à 06h10

    Il faut continuer cette pratique de chasse elle est effectuée par des spécialistes et ne met en aucuns cas en danger les populations d oiseaux.

  •  Quota chasse traditionnelle aux alouettes 2019, par Roland Rvr , le 6 juillet 2019 à 00h59

    Je suis pour le maintien de cette chasse, qui, pratiquée par des chasseurs d’un certain âge, et en tous cas peu nombreux, va s’éteindre comme beaucoup de nos traditions d’ailleurs. Le déclin des espèces ne peut être attribué aux chasseurs de cet oiseaux, leurs prises sont dérisoires......

  •  Prétexte, par Janet Doolaege , le 6 juillet 2019 à 00h49

    La tradition est le prétexte pour les pratiques les plus inexcusables. Laissez vivre les alouettes, qui sont déjà menacés par l’agriculture intensive. Sauvons le peu d’oiseaux sauvages qu’il nous reste. Arrêtons le massacre !

  •  Horreur et soit disant traditions, par Françoise Maisongrande , le 6 juillet 2019 à 00h24

    Fut un temps ou la souffrance animale n’était pas connue scientifiquement et où la barbarie était aussi bien pratiquée sur les animaux que sur l’homme. Dante disait " si l’homme pouvait avancer moralement d’un centimètre tous les cent ans je me serais déjà mis en marche" allons nous, pour plaire à une catégorie de personne que toutes vos lois flattent au plus bas instincts, supporter des dérogations permanentes avec des pratiques ignobles. Alors rétablissons les jeux du cirque à la Romaine, les supplices en place de Grève, la Terreur et les exterminations en Vendée. Tout cela pour des voix aux élections !!! Infame. La campagne est aujourd’hui peuplée de ruraux qui sont scandalisés par de telles pratiques. C’est une injure que de ne pas évoluer dans ce domaine.
    Le parti animaliste a de beaux jours devant lui. Belle protections des espèces vivantes et qui va vérifier vos quotas de torture?

  •  Pour un retour aux VRAI traditions..., par Christophe Allard , le 6 juillet 2019 à 00h03

    Les traditions (puisque c’est l’argument de base de cette décision) sont part importante de la mémoire collective, transmission du passé qui explique le présent. Mais elles sont aussi freins au progrès, à la progression de l’homme.
    A tout ceux qui souhaite "respecter les traditions"... Il fut un temps où la "tradition" était que le seigneur avait le droit de chasse, la populasse n’avait aucun droits de prélèvement. Allez jusqu’au bout et respectez les traditions...

    On sait aujourd’hui les dangers encourus par les populations d’oiseaux, ça fait même la une des journaux. Donc soit on continu comme ça, mais alors sans hypocrisie aucune, en assumant l’inexorable déclin jusqu’à l’extinction (nos petits enfants et arrières petits enfants ne sont pas en âge de voter), soit on prends les décisions qui s’imposent...

  •  Traditions de barbares, par Blois , le 5 juillet 2019 à 23h46

    Comment peut-on envisager de proroger ces méthodes de sauvage et, en même temps, prôner la biodiversité, le développement durable, etc...
    Idem pour tous les textes proposés en même temps sur des sujets analogues.