EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté relatif à la capture de l’alouette des champs au moyen de pantes et de matoles dans 4 départements de Nouvelle Aquitaine pour la campagne 2019-2020

Du 05/07/2019 au 27/07/2019 - 4770 commentaires

Le projet d’arrêté définit les quotas de prélèvement d’alouettes des champs (Alauda arvensis) autorisés pour la saison 2019-2020 à l’aide de pantes et matoles, moyens de chasse traditionnelle, dans quatre départements : Gironde, Landes, Lot-et-Garonne et Pyrénées-Atlantiques. Ces quotas ont été adaptés pour correspondre le mieux aux prélèvements annuellement réalisés.

{{}}
La France est concernée par plusieurs modes de chasse traditionnelle : la chasse des grives et du merle noir à l’aide de gluaux dans le Sud-est, la chasse de l’Alouette des champs à l’aide de pantes et matoles dans le Sud-ouest, la chasse des grives, merle noir, Vanneau et Pluvier doré à l’aide de filets et tenderies dans les Ardennes.

L’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "oiseaux", prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, le Ministre de la Transition écologique et solidaire autorise dans des conditions qu’il détermine l’utilisation des modes et moyens de chasse consacrés par les usages traditionnels, dérogatoires aux moyens généralement autorisés.
Sur cette base, cinq arrêtés ministériels du 17 août 1989 fixent les conditions particulières d’exercice de ces chasses pour l’utilisation de gluaux, de pantes, de matoles et de tenderie.

Ces textes renvoient à des arrêtés ministériels annuels la détermination de quotas par département ainsi que, le cas échéant, « la détermination de spécifications techniques propres à un département ». Dès réception de ces arrêtés ministériels et avant le 1er octobre, date d’ouverture de ces chasses traditionnelles, les préfets prennent les arrêtés d’autorisation individuelle.

Dans le cadre de la réflexion sur la chasse pilotée par le Gouvernement et afin d’assurer la protection de la biodiversité et de mieux prendre en compte la souffrance animale, le ministre a décidé en 2018 de limiter les nouveaux quotas de prélèvements aux captures effectivement réalisées en 2017.

Le projet d’arrêté maintient les quotas pour la saison 2019-2020 dans quatre départements : Gironde, Landes, Lot-et-Garonne et Pyrénées-Atlantiques, au même niveau que ceux de la précédente période de chasse.

Ce projet a fait l’objet d’un vote favorable lors du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage (comité consultatif rassemblant des représentants de chasseurs, des acteurs scientifiques et associatifs) du 2 juillet 2019.

Ajout du 3/09/2019 : La synthèse de la consultation du public, les motifs de la décision sont publiés en bas de page, ainsi que les textes publiés au journal officiel de la République française


Télécharger :

Commentaires
  •  Défavorable à ce projet d’arrêté, par Sabine Matraire , le 6 juillet 2019 à 17h27

    Vivant en Nouvelle Aquitaine, je me sens très concernée par cette consultation.
    Nous sommes loin d’être envahis par les oiseaux qui sont bien au contraire en grande diminution.
    Par suite, cette chasse est inutile et ne peut être justifiée par une nécessaire gestion de l’espèce.
    La mention de la tradition est toujours citée quand cela arrange ; d’autres traditions qui ont pourtant existé ont été abandonnées car ne répondaient pas aux exigences de lobbies

  •  100% FAVORABLE, par Merkel , le 6 juillet 2019 à 17h25

    Oui pour cette pratique ancestrale .
    Chasse traditionnelle qui en aucun cas ne causera la disparition de l’espèce. Les chasseurs sont les meilleurs garants de la faune et de la flore.

  •  Défavorable à ce projet, par CAG , le 6 juillet 2019 à 17h12

    Je suis défavorable à ce projet car :
    1/ il y a de moins en moins d’oiseaux, nous devrions les protéger et non les chasser ;
    2/ le piégage des oiseaux est cruel car il entraine un stress intense ; ces méthodes devraient être interdites maintenant que les animaux sont reconnus comme des êtres doués de sensibilité.

  •  l’alouette des champs doit continuer à coloniser nos cultures, par Patrice Le Turcq , le 6 juillet 2019 à 15h56

    Il est temps d’arrêter de massacrer tout ce qui bouge !

  •  Avis défavorable, par Rosemary Francis , le 6 juillet 2019 à 15h18

    Les populations de ces oiseaux sont en déclin et notre seule réponse est d’autoriser de les tuer... Pourquoi ne pas leur laisser une chance de vivre ??

  •  CONTRE la capture des alouettes, par Marchal Thomas , le 6 juillet 2019 à 15h09

    L’Alouette des champs a subi un déclin de 25% en 18 ans en France. Ce déclin reflète celui que l’on observe dans l’ensemble de l’Europe. [Source : VIGIENATURE]. Les populations nicheuses d’Alouette des champs sont classées "Quasi menacée" dans la dernière Liste rouge des oiseaux nicheurs de France métropolitaine (2016). ça me paraît suffisant comme arguments pour interdire la capture de ces oiseaux, non?

  •  non au renouvellement de ces arrêtés, par Mourgaud , le 6 juillet 2019 à 14h27

    il est grand temps de mettre fin en France à ces chasses dits "traditionnelles" et de laisser ces populations d’oiseaux et notamment l’Alouette des champs qui ont déjà à souffrir de bien des changements de leur habitats, pesticides et autres. Inutile d’ajouter un prélèvement supplémentaire très significatif

  •  Non non et non, par alice , le 6 juillet 2019 à 14h09

    Mais ça suffit ces parodies ! on adapte les quotas "pour correspondre le mieux aux prélèvements déjà réalisés" !! ca veut dire quoi? on limite les quotas "pour mieux prendre en compte la souffrance animale"? mais qui est le profond cynique qui rédige des choses aussi ineptes?
    Cet arreté ne vise qu’à satisfaire une population de vieux (on ne parle même plus de régulation là !) qui veulent juste s’amuser à tuer encore et toujours
    STOP à ces âneries

  •  Quota chasse traditionnelle aux alouettes 2019, par SEYRES , le 6 juillet 2019 à 14h02

    Je suis favorable aux chasses traditionnelles quelles qu’elles soient

  •  Favorable , par Christophe Kimmel , le 6 juillet 2019 à 13h17

    Bonjour, au nom du contact homme et nature. Tous ne doivent pas chasser mais ceux qui ressentent la proximité avec la nature et se sentent une âme de prédateur doivent pouvoir le faire dans le respect des équilibres naturels.

  •  Defavorable, par Calisti , le 6 juillet 2019 à 12h25

    Tout ces prélèvements son dejas gerer en France.a controler plutôt au niveaux européen.

  •  Consultation impossible a répondre sans plus de détails, par gvyop , le 6 juillet 2019 à 12h01

    Je suis favorable au maintient des chasses traditionnelles, car elles maintiennent notre identité nationale et nos cultures régionales qui la compose, et je suis favorable au maintient des quotas a condition que des études sérieuses et non complaisantes nous assurent des variations de quantités d’oiseaux présents pour l’année à venir et des dégâts potentiels sur les cultures en plein air pour la zone considérée.
    - quelles sont ces prévisions de population pour l’automne 2019 ?<br class="manualbr" />- Quels sont les dégâts attendus ?<br class="manualbr" />
    - Sans ces données essentielles, prendre un arrêté quel qu’il soit est inepte et ne constitue qu’une perte de temps et d’argent publique a occuper des personnels rédacteurs inutilement.

    Les quotas de l’an dernier sont peut être excessifs, ou à contrario, insuffisants. <br class="manualbr" />compte tenu qu’au fil du temps, les zones arables a l’air libre ont très nettement été réduites sur certaines zones par la production de bois, l’urbanisation et la culture sous abris, il est raisonnable de partir du principe que les besoins de régulation des populations pour réduire l’impact agricole sont chaque années moins importants. <br class="manualbr" />- Ou sont ces chiffres ? je ne les trouve pas dans cette consultation. Comment qui que soit pourrait donc répondre ?

  •  Favorable, par Rasse willy . , le 6 juillet 2019 à 11h35

    Je suis favorable a toute ces chasse traditionnelle ....

  •  je suis pour le maintien de toutes les chasses traditionnelles., par carassou daniel , le 6 juillet 2019 à 11h29

    toutes nos chasses traditionnelles et ancestrales font partie intégrale de notre patrimoine national,les interdire reviendrait à renier notre culture et notre éducation rurale que vous critiquez depuis longtemps .
    rassurez vous les chasseurs vont disparaître bien avant les oiseaux ne précipitez pas l’histoire.

  •  Projet d’arrêté relatif à la capture de l’alouette des champs, par Danièle Dolléans , le 6 juillet 2019 à 11h16

    Encore un arrêté en faveur des chasseurs contre la biodiversité. Les oiseaux disparaissent et on continue de les détruire. C’est une véritable aberration.

  •  Alouette des champs , par Legrand , le 6 juillet 2019 à 10h54

    STOP,
    Combien d’espèces ont déjà disparues depuis 40 ans à cause de l’homme.
    Les animaux quel qu’ils soient sont persécutés pour un simple loisir LA CHASSE.
    Ce loisir n’a plus lieu d’être.
    La nature se régule très bien elle, il n’y a que l’espèce humaine qui la dérègle.
    La Nature appartient à tous les vivants.

    Legrand

  •  Favorable au maintien de cette pratique , par Harambillet , le 6 juillet 2019 à 10h47

    Favorable au maintien de cette chasse, pratiquée dans les règles de l’art, un mode de vie vie basé sur la convivialité aux ridicules captures.
    Ce bel oiseau migre aujourd’hui essentiellement de nuit, de surcroît souvent au dessus de l’océan.

  •  NON à la capture de l’alouette, par FCOLLINS , le 6 juillet 2019 à 10h20

    STOP ! arrêtez de piéger et de chasser les oiseaux. STOP aux traditions barbares. La biodiversité est en danger, en déclin. Notre gouvernement se doit de la protéger. Arrêtez de céder aux lobbies des chasseurs. OUI à la vie, laissez les alouettes et autres oiseaux et animaux nous enchanter !

  •  Contre cette chasse, par Toupin Yvon , le 6 juillet 2019 à 10h19

    Le caractère traditionnel de cette chasse ne justifie en rien sa validation. Les traditions cruelles jalonnent notre histoire et l’évolution de la société a heureusement permis d’en faire disparaître la plupart. Il est temps pour nos décideurs de prendre conscience des aspirations de nos concitoyens, et pas seulement des chasseurs, un peu trop prompts à s’attribuer la seule connaissance et gestion de la faune, nous sommes tous concernés.

  •  Prélèvement de l’alouette des champs , par NICOL Jean-Paul , le 6 juillet 2019 à 10h17

    Totalement contre le prélèvement de cet oiseau en l’occurrence l’alouette des champs.
    Cet oiseau est en cours de disparition dans de nombreuses régions entre autre la Champagne Ardenne où elle est inexistante.Laissons vivre et respirer la nature sans que la race humaine y mette la main qui n’a que pour effet de la détruire.
    Je pense que les quatre départements concernés ont d’autres moyens pour se nourrir??
    Totalement absurde et incompréhensible !!