EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté relatif à la capture de l’alouette des champs au moyen de pantes et de matoles dans 4 départements de Nouvelle Aquitaine pour la campagne 2019-2020

Du 05/07/2019 au 27/07/2019 - 4770 commentaires

Le projet d’arrêté définit les quotas de prélèvement d’alouettes des champs (Alauda arvensis) autorisés pour la saison 2019-2020 à l’aide de pantes et matoles, moyens de chasse traditionnelle, dans quatre départements : Gironde, Landes, Lot-et-Garonne et Pyrénées-Atlantiques. Ces quotas ont été adaptés pour correspondre le mieux aux prélèvements annuellement réalisés.

{{}}
La France est concernée par plusieurs modes de chasse traditionnelle : la chasse des grives et du merle noir à l’aide de gluaux dans le Sud-est, la chasse de l’Alouette des champs à l’aide de pantes et matoles dans le Sud-ouest, la chasse des grives, merle noir, Vanneau et Pluvier doré à l’aide de filets et tenderies dans les Ardennes.

L’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "oiseaux", prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, le Ministre de la Transition écologique et solidaire autorise dans des conditions qu’il détermine l’utilisation des modes et moyens de chasse consacrés par les usages traditionnels, dérogatoires aux moyens généralement autorisés.
Sur cette base, cinq arrêtés ministériels du 17 août 1989 fixent les conditions particulières d’exercice de ces chasses pour l’utilisation de gluaux, de pantes, de matoles et de tenderie.

Ces textes renvoient à des arrêtés ministériels annuels la détermination de quotas par département ainsi que, le cas échéant, « la détermination de spécifications techniques propres à un département ». Dès réception de ces arrêtés ministériels et avant le 1er octobre, date d’ouverture de ces chasses traditionnelles, les préfets prennent les arrêtés d’autorisation individuelle.

Dans le cadre de la réflexion sur la chasse pilotée par le Gouvernement et afin d’assurer la protection de la biodiversité et de mieux prendre en compte la souffrance animale, le ministre a décidé en 2018 de limiter les nouveaux quotas de prélèvements aux captures effectivement réalisées en 2017.

Le projet d’arrêté maintient les quotas pour la saison 2019-2020 dans quatre départements : Gironde, Landes, Lot-et-Garonne et Pyrénées-Atlantiques, au même niveau que ceux de la précédente période de chasse.

Ce projet a fait l’objet d’un vote favorable lors du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage (comité consultatif rassemblant des représentants de chasseurs, des acteurs scientifiques et associatifs) du 2 juillet 2019.

Ajout du 3/09/2019 : La synthèse de la consultation du public, les motifs de la décision sont publiés en bas de page, ainsi que les textes publiés au journal officiel de la République française


Télécharger :

Commentaires
  •  Chasses ancestrales sont d’un autre siecle, par Brisemeur , le 7 juillet 2019 à 09h50

    Je suis contre ces types de chasses qui sont vraiment d’un autre temps.
    Si nous gardions se principe pour la vie courante, l’etre humain et les sociétés n’auraient pas évoluées.
    Ces chasses n’ont pu lieu d’etre surtout que cette espèce les alouettes sont en voie de disparition.
    Qu’elle honte

  •  Vive la chasse aux alouettes, par Hel , le 7 juillet 2019 à 09h48

    Pour un maintien de la chasse

  •  Vive la chasse aux alouettes, par Hel , le 7 juillet 2019 à 09h47

    Pour un maintien total de la chasse

  •  Chasses ancestrales , par Yoyo , le 7 juillet 2019 à 09h36

    Favorable à ces chasses ancestrales cependant ici aussi les quotas proposés sont ridicules

  •  Non aux traditions d’un autre temps, par Luppé Francine , le 7 juillet 2019 à 08h54

    Je suis contre toutes ces dérogations accordées aux chasseurs sous prétexte de traditions d’un autre temps, où nous n’avions pas encore quasiment anéanti toute forme de vie sur terre.

  •  Pour la chasse de l’alouette, par Lafont patrick , le 7 juillet 2019 à 07h40

    Quotas trop faible comme pour les grives alors qu’il y a des millions D’ALOUETTES dans toute L’EUROPE. STOP AUX LOIS ANTI CHASSES !

  •  NON à la destruction des alouettes, par derancourt hubert , le 7 juillet 2019 à 06h52

    Je suis contre cet arrêté. Je ne comprends pas qu’un Ministère dit de l’ECOLOGIE organise la destruction systèmatique de notre vie sauvage. Plusieurs fois par semaine, je réponds à des consultation qui ont pour objectifs de détruire notre biodiversité déjà si fragile. Jamais, je ne répond à une consultation pour protéger notre faune,notre flore. Cherchez l’erreur !
    Une fois de plus, de Rugy est à la botte des chasseurs, les destructeurs de la vie sauvage. Un des arguments avancé est le maintien des traditions. A ce titre, on devrait rétablir la torture, l’esclavage, le travail des enfants qui ont aussi été une "tradition" par le passé. Le monde change, il évolue et j’aimerais que ce soit en bien.
    Un président indifférent au bien-être animal et à l’écologie, un Ministre de l’écologie à la botte des chasseurs, un Ministre de l’agriculture inféodé à la FNSEA : Il fait pas bon être un animal sauvage en France !
    Laissons vivre les Alouettes !

  •  Avis défavorable, par Marie , le 7 juillet 2019 à 01h05

    Totalement contre ce projet et ces chasses cruelles. Certaines traditions ont fait leur temps, celles ci en font partie.

  •  Pour la protection du vivant, par Pouillot , le 7 juillet 2019 à 01h02

    Je ne comprends pas la protection de la biodiversité et la défense de notre environnement si on ne tient pas compte de la souffrance animale, et du fait que la planète appartient à tous, les humains étant juste une espèce plus nombreuses que bp d’autres... A ce titre et parce que "superieure" ne devant pas réduire le nombre des autres especes ni faire souffrir mais au contraire porter secours. Notre gouvernement avec cette « réflexion » sur des quotas autorise sciemment une souffrance animale ! De plus, Il va de soi que ces méthodes ne sont pas sélectives, et que toutes espèces de passereaux (protégés) sédentaires et migrateurs seront pris sans distinction aucune, avec pour le même résultat : mortalité à plus ou moins loin terme . Cette chasse est intolérable, elle est d’ailleurs interdite notamment en raison de sa non sélectivité, dans tous les pays d’Europe depuis les condamnations de l’Espagne en 2004 et celle de Malte en 2017 et elle ne respecte pas la Directive européenne. Je demande que l’Etat et que le Ministère de la transition écologique et solidaire prennent enfin conscience du déclin dramatique de notre biodiversité et prennent aussi conscience que les décisions prises aujourd’hui ont de lourdes conséquences pour notre avenir. Les chasseurs se mobilisent pour conserver des modes de chasses traditionnelles, pantes, filets, tenderies, glu, matoles pour leur unique plaisir, ils représentent 1ou 2% de la population mais l’Etat leur permet par tous ces arrêtés de détruire le vivant … qui appartient à tous. Pour toutes ces raisons je m’oppose à ce projet d’arrêté, et vous remercie de prendre en compte mon opinion.

  •  Non au projet d’arrêté., par Robert GUERIN , le 6 juillet 2019 à 23h59

    N’en déplaise à M. Quota, ainsi qu’aux ennemis chroniques des chasses traditionnelles, ces captures ne sont pas de nature àmenacer les espèces concernées. Je m’oppose donc à cette réduction de fait des quotas.

  •  Chasse traditionnelle , par Bruno. Cottrez , le 6 juillet 2019 à 22h21

    Je suis favorable à ce projet d’arrêté

  •  non à la capture de l’alouette des champs, par Philippe HIEZ , le 6 juillet 2019 à 22h16

    je suis totalement contre cette chasse : Les populations d’alouettes des champs sont menacées par la perte de leur habitat liée aux changements des pratiques agricoles et probablement par des difficultés à trouver leur nourriture là où les insecticides, désherbants et fongicides sont massivement utilisés. Cette hypothèse est étayée par le programme STOC (Suivi Temporel des Oiseaux Communs) qui a détecté un fort déclin des populations d’alouettes des champs ; de l’ordre de -22 % depuis 1989 (date du commencement du programme STOC) et une diminution de 10 % depuis 2001.
    Cette tendance est globale et affecte l’ensemble des populations européennes22. (wikipedia)

  •  Je m’oppose à ces méthodes douteuses , par Cédric Piekarek , le 6 juillet 2019 à 21h05

    Et je m’oppose à la capture de l’alouette des champs.

  •  oui au projet d’ arrêté, par GONZAL , le 6 juillet 2019 à 19h56

    Si les différents acteurs du projet se sont mis en accord pour cette année c’est que c’est un bon accord. Il est dommage que quelques personnes ayant peu de connaissance de ce type de chasse puisse interférer et nuire à toute une communauté responsable.

  •  Contre ces pratiques moyennageuses, par Danièle Monier , le 6 juillet 2019 à 19h38

    La loi est la même dans tous les départements français. Il ne saurait y avoir de dérogation.
    L’utilisation de gluaux, pantes, matoles et tenderie relève du braconnage et doit être sévèrement punie par la loi.

  •  Quota chasse traditionnelle aux alouettes 2019, par rangole , le 6 juillet 2019 à 19h27

    les chasses traditionnelles font parti de notre patrimoine . il faut donc les faire perdurer le plus longtemps possible

  •  Pour les chasses traditionnelles, par Nicolas , le 6 juillet 2019 à 19h18

    Quels experts Gaston ??? Va dormir a l’ombre t’as pris un coup de chaud je crois...

  •  Va-t-on longtemps laisser les chasseurs décider de ce qui est bon pour la nature ??, par gaston , le 6 juillet 2019 à 18h51

    Ah qu’elles sont belles les chasses "traditionnelles" ! Comment peut-on être fier, à notre époque, de telles pratiques ? Mais on laisse les chasseurs décider. Un jour viendra où ce seront les vrais experts qui encadreront cette gestion... mais ce sera vraisemblablement trop tard pour certaines espèces.

  •  Alouettes, par Sairigné , le 6 juillet 2019 à 18h25

    Encore des restrictions......Pauvre France !

  •  Projet d’arrêté relatif à la capture de l’alouette des champs au moyen de pantes et de matoles dans 4 départements de Nouvelle Aquitaine pour la campagne 2019-2020, par Simone Grant , le 6 juillet 2019 à 18h09

    NON à toutes les chasses "traditionnelles" qui sont particulièrement barbares et cruelles. Le monde évolue et il est grand temps de remiser au placard des traditions qui n’ont plus aucune raison d’être si ce n’est satisfaire le penchant sadique de quelques arriérés.