EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté relatif à la capture de l’alouette des champs au moyen de pantes et de matoles dans 4 départements de Nouvelle Aquitaine pour la campagne 2019-2020

Du 05/07/2019 au 27/07/2019 - 4770 commentaires

Le projet d’arrêté définit les quotas de prélèvement d’alouettes des champs (Alauda arvensis) autorisés pour la saison 2019-2020 à l’aide de pantes et matoles, moyens de chasse traditionnelle, dans quatre départements : Gironde, Landes, Lot-et-Garonne et Pyrénées-Atlantiques. Ces quotas ont été adaptés pour correspondre le mieux aux prélèvements annuellement réalisés.


La France est concernée par plusieurs modes de chasse traditionnelle : la chasse des grives et du merle noir à l’aide de gluaux dans le Sud-est, la chasse de l’Alouette des champs à l’aide de pantes et matoles dans le Sud-ouest, la chasse des grives, merle noir, Vanneau et Pluvier doré à l’aide de filets et tenderies dans les Ardennes.

L’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "oiseaux", prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, le Ministre de la Transition écologique et solidaire autorise dans des conditions qu’il détermine l’utilisation des modes et moyens de chasse consacrés par les usages traditionnels, dérogatoires aux moyens généralement autorisés.
Sur cette base, cinq arrêtés ministériels du 17 août 1989 fixent les conditions particulières d’exercice de ces chasses pour l’utilisation de gluaux, de pantes, de matoles et de tenderie.

Ces textes renvoient à des arrêtés ministériels annuels la détermination de quotas par département ainsi que, le cas échéant, « la détermination de spécifications techniques propres à un département ». Dès réception de ces arrêtés ministériels et avant le 1er octobre, date d’ouverture de ces chasses traditionnelles, les préfets prennent les arrêtés d’autorisation individuelle.

Dans le cadre de la réflexion sur la chasse pilotée par le Gouvernement et afin d’assurer la protection de la biodiversité et de mieux prendre en compte la souffrance animale, le ministre a décidé en 2018 de limiter les nouveaux quotas de prélèvements aux captures effectivement réalisées en 2017.

Le projet d’arrêté maintient les quotas pour la saison 2019-2020 dans quatre départements : Gironde, Landes, Lot-et-Garonne et Pyrénées-Atlantiques, au même niveau que ceux de la précédente période de chasse.

Ce projet a fait l’objet d’un vote favorable lors du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage (comité consultatif rassemblant des représentants de chasseurs, des acteurs scientifiques et associatifs) du 2 juillet 2019.

Ajout du 3/09/2019 : La synthèse de la consultation du public, les motifs de la décision sont publiés en bas de page, ainsi que les textes publiés au journal officiel de la République française


Télécharger :

Commentaires
  •  Arrêtez de tuer la vie, par Poty , le 28 juillet 2019 à 01h16

    Arrêtez de satisfaire les bas instincts de l’homme. Son goût pour le sang et la mort assouvi par la souffrance ou la capture d’animaux sauvages. La nature se meure. Et le gouvernement tel une girouette suit le lobby du moment...
    honte à l’humanité.

  •  Stop, par Lucille C , le 28 juillet 2019 à 00h51

    Je suis contre ce type de pratiques qui nuisent !

  •  Défavorable, par Dina Fawaz , le 28 juillet 2019 à 00h45

    Procédé cruel, barbare et d’un autre temps. De plus, procédé indifférencié qui nuit à la biodiversité.

  •  Contre ce projet, par Dusson , le 28 juillet 2019 à 00h29

    Absolument contre la chasse et donc contre ce projet

  •  Toutes les traditions ne sont pas bonnes..., par David , le 27 juillet 2019 à 23h59

    Ces pratiques sont d’un autre âge et en parfaite contradiction avec la préservation de la biodiversité et le fait que les animaux sont capables de souffrir.
    Je m’oppose à ce projet de tuer des alouettes.

  •  Contre cette pratique d’un autre âge , le 27 juillet 2019 à 23h53

    Les espèces visées sont en déclin, les méthodes n’étant pas sélectives elles touchent en outre d’autres espèces en danger.
    Contre ces pratiques d’un autre âge qui n’ont d’autre but que d’alimenter un loisir macabre.

  •  contre ces quotas trop élevés et ces méthodes, par kifounet , le 27 juillet 2019 à 23h51

    Ces méthodes de capture ne sont pas sélectives et permettent le braconnage d’espèces de passereaux protégés. Les populations d’alouettes sont en mauvais état de conservation tout prélèvement contribue à accentuer le déclin de cette espèce.
    Il serai souhaitable de fixé un quota zéro.

  •  opposition à ces chasses d un autre âge , par bonetat , le 27 juillet 2019 à 23h44

    On doit au contraire favoriser la biodiversité en protégeant les espèces fragiles

  •  Contre ce projet d’arrêté relatif à la capture de l’alouette des champs, par Barilone , le 27 juillet 2019 à 23h44

    Aucun intérêt pour un tel projet cruel et barbare si ce n’est pour la propre satisfaction des chasseurs, comme toujours !!!!

  •  NON !, par DECLERCQ , le 27 juillet 2019 à 23h43

    NON à ces pratiques cruelles !

  •  Contre ce projet , le 27 juillet 2019 à 23h35

    Ces chasses sont cruelles et dérogent aux directives européennes, j’émets un avis défavorable

  •  Avis défavorable, par Vincent Carbonnel , le 27 juillet 2019 à 23h33

    Contre la chasse aux oiseaux. Ils sont en train de disparaître ! Il est insensé et irresponsable de continuer ces pratiques archaïques.

  •  Avis tout a fait defavorable... , le 27 juillet 2019 à 23h31

    Quelle honte que l’on puisse encore ’chasser’ d’une telle manière ces oiseaux qui sont en déclin et pour quelle avantage.

  •  NON à cette pratique inutile et barbare, par Emmanuelle COTTE , le 27 juillet 2019 à 23h25

    Comment peut-on au XXIè siècle, marqué par la fragilisation extrême de la biodiversité et une sensibilité nouvelle de la majeure population à la douleur animale et à la tuerie inutile d’animaux sauvages, continuer d’accepter des pratiques aussi barbares, qui n’ont aucun rôle sauf de permettre aux politiques de conforter le lobby des chasseurs.
    Honteux. Non, définitivement à cette pratique, dans toute la France. Les traditions honteuses et cruelles doivent cesser.

  •  Est-on revenu au temps de la préhistoire ?, par Jean-Alain LE GALL , le 27 juillet 2019 à 23h23

    Bien évidemment que je vote contre ces pratiques stupides et qui contentent qu’une minorité de personnes cruelles. Aucun intérêt... Je me demande comment on peut encore se poser la question de la continuation de ces pratiques. J’ai vraiment honte. Question de clientélisme et de lobbying encore une fois. Pitoyable. Mesdames messieurs les politiques redevenez sérieux s’il vous plaît.. il y a urgence

  •  Est-on revenu au temps de la préhistoire ?, par Jean-Alain LE GALL , le 27 juillet 2019 à 23h22

    Bien évidemment que je vote contre ces pratiques stupides et qui contentent qu’une minorité de personnes cruelles. Aucun intérêt... Je me demande comment on peut encore se poser la question de la continuation de ces pratiques. J’ai vraiment honte. Question de clientélisme et de lobbying encore une fois. Pitoyable

  •  Une chasse inacceptable et odieuse, par Colin , le 27 juillet 2019 à 23h21

    Ce type de procédé devrait être purement et simplement interdit. Sommes nous des monstres inconscients pour maintenir ces autorisations de chasse ? ! Je dis non à cette politique ecocide.

  •  LAISSEZ VIVRE LES OISEAUX !, par Françoise Morel , le 27 juillet 2019 à 23h21

    Pourquoi perpétuer ces pratiques barbares ? Honte aux bourreaux d’oiseaux.

  •  Contre ! , par Nibau , le 27 juillet 2019 à 23h20

    Contre ces pratiques barbares d’un autre temps !
    laissez les animaux en paix !!

  •  Contre , par Nicolas Marissal , le 27 juillet 2019 à 23h18

    Absolument pas en faveur de la biodiversité ! Chasse d’un autre âge !