EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté « relatif à l’encadrement de la pêche de l’anguille de moins de 12 centimètres par les pêcheurs professionnels en eau douce pour la campagne 2016-2017 »

Du 26/09/2016 au 17/10/2016 - 258 commentaires

Le ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie a ouvert le 26 septembre 2016 à 10h00, la consultation publique sur le projet d’arrêté relatif à l’encadrement de la pêche de l’anguille de moins de 12 centimètres par les pêcheurs professionnels en eau douce pour la campagne 2016-2017.
Cet arrêté définit, pour la saison de pêche 2016-2017, les quotas de pêche d’anguille de moins de 12 cm attribué aux pêcheurs professionnels en eau douce, sa répartition par unité de gestion ou sous-unités et les modalités de suivi de ce quota.

La gestion de l’Anguille

L’anguille vit alternativement en eau douce et en eau de mer et doit traverser l’océan Atlantique pour se reproduire en mer des Sargasses. Les larves prennent ensuite le chemin inverse.

Le cycle de vie de l’anguille est composé de trois stades :

  • la civelle (anguille de moins de 12 cm), stade juvénile de l’anguille,
  • l’anguille jaune, anguille colonisant le domaine continental et sédentaire pendant 10 à 15 ans,
  • l’anguille argentée, stade reproducteur retournant en mer des Sargasses.

Depuis les années 80, on assiste à un déclin inquiétant du stock d’anguilles européennes. Les principaux responsables de la diminution de la population d’anguilles sont :

  • la circulation entravée des anguilles par les barrages hydroélectriques ou les seuils non pourvus de passe à poissons ;
  • la dégradation de leurs habitats dans les zones humides, à la pollution des eaux et des sédiments ;
  • la pêche ;
  • le braconnage ; et aussi, le parasitisme.

Le règlement (CE) n°1100/2007 du 18 septembre 2007 (dit règlement « anguille ») institue des mesures de reconstitution du stock d’anguilles européennes afin de favoriser le retour des géniteurs vers leur lieu de reproduction.

Le règlement prévoit pour les États membres, sur le volet pêche :

  • de mettre en œuvre des mesures de réduction de la mortalité par pêche ;
  • de mettre en place un système de déclarations des captures d’anguille ;
  • d’assurer la provenance légale des captures exportées et importées sur leur territoire ;
  • de réserver 60 %, des civelles pour des opérations de repeuplement dans le territoire de l’Union.

Ainsi les autorités françaises se sont engagées sur le long terme à stopper l’effondrement du stock via des actions ambitieuses et progressives. Un plan national de gestion de l’anguille a été élaboré par la DEB (direction de l’eau et de la biodiversité) et la DPMA (direction des pêches maritimes et de l’aquaculture) et approuvé par la Commission européenne le 15 février 2010.

Le plan fixe comme objectif une réduction de la mortalité par pêche de civelles de 60 % à partir de 2015. Il prévoit l’instauration de quotas de pêche et la limitation de la période de pêche à 5 mois.

Le quota de pêche pour la civelle pour la saison 2016-2017

La civelle est pêchée par les pêcheurs professionnels sur le domaine fluvial et sur le domaine maritime.

Le quota de pêche de la civelle est déterminé par le ministre chargé des pêches maritimes et le ministre chargé de la pêche en eau douce, au regard :

  • de l’avis d’un comité scientifique qui établit ses préconisations au regard de l’état du stock d’anguilles et des objectifs prévus par le plan de gestion de l’anguille,
  • de l’avis d’un comité socio-économique auquel participent les pêcheurs professionnels et qui se prononce sur les conséquences sociales et économiques des mesures de gestion envisagées.

Le quota de pêche est réparti entre les pêcheurs professionnels maritimes à hauteur de 83 % du quota total et les pêcheurs professionnels en eau douce pour les 13 % restant. Le détail de la répartition et de ses modalités de gestion est prévu par deux arrêtés ministériels : l’un est relatif au quota de pêche attribué aux pêcheurs maritimes, l’autre est relatif au quota de pêche attribué aux pêcheurs professionnels en eau douce.

Pour la saison de pêche 2016-2017, il est envisagé de fixer le quota de pêche de civelles destinées à la consommation à 26 tonnes ; soit une augmentation de 13 % par rapport au quota fixé la campagne passée. Cette augmentation prend en compte, d’une part la reprise du recrutement constatée par le Comité scientifique et mécaniquement le quota qui en résulte et d’autre part, la nécessité pour les professionnels du secteur de préserver leur activité économique à un niveau satisfaisant.

Le quota de pêche de civelles destinées au repeuplement est fixé à 39 tonnes de manière à ce qu’il représente 60 % du quota total, conformément aux dispositions du règlement « anguille ».

Le présent projet d’arrêté fixe également les modalités de suivi des captures et prévoit la fermeture de la pêche lorsque les captures recensées dépassent 80 % des quotas.

Hormis les valeurs des quotas, le présent projet d’arrêté est identique à l’arrêté pris pour la saison de pêche précédente, en l’occurrence l’arrêté du 23 octobre 2015 « relatif à l’encadrement de la pêche de l’anguille de moins de 12 centimètres par les pêcheurs professionnels en eau douce pour la campagne 2015-2016 »

Dans le cadre de la participation du public, les deux projets d’arrêtés, celui relatif aux pêcheurs professionnels maritimes et celui relatif aux pêcheurs professionnels en eau douce, font l’objet d’une mise en ligne par les services de chaque autorité ministérielle compétente.

La consultation est terminée. Elle a eu lieu du 26 septembre 2016 à 10h00 au 17 octobre 2016 à 11h00.


Télécharger :

Commentaires
  •  QUOTA POUR LA PECHE DES CIVELLES 2016/2017, par Françoise , le 17 octobre 2016 à 10h18

    "Ce projet permettrait aux pêcheurs professionnels d’augmenter de manière significative le nombre de prises de juvéniles d’anguilles"
    Il est totalement incompréhensible que l’anguille étant une espèce menacée, voire en voie de disparition, de prendre la décision de prélever plus de ces bébés ! Il faut protéger les pêcheurs professionnels, et quand il n’y aura plus d’anguilles du tout dans très peu d’années ce n’est pas d’un quota dont il sera question mais de pêcheurs qui n’auront plus rien, alors les hommes politiques donneront des subventions...
    Mais nos anguilles qui font un si long voyage pour se reproduire et pour revenir nous enchanter dans nos rivières, nous les pleurerons. Avant de laisser disparaître cette espèce, il faut pousser un vrai coup de gueule, mais nous pauvres pêcheurs du dimanche, nous avons sans doute très peu de poids dans cette société de gaspillage.
    Aller à la pêche le dimanche, ne veut pas forcément dire prélever du poisson dans nos rivières, la preuve est que nous sommes de plus en plus à pratiquer la pêche no kill, nous pêcheurs sommes conscients de la fragilité de nos milieux et de nos espèces, il serait temps que nos politiques aillent en formation (c’est à la mode) avant de prendre des décisions qui sont très souvent (pour ne pas dire toujours) dictées par l’argent...
    Avez-vous jamais tenu dans vos mains une petite civelle? C’est transparent, c’est fragile, on voit ses petits yeux, son petit cœur qui bat, on ne peut que fondre devant un petit être si fragile qui a déjà parcouru tant de milliers de kilomètres.
    J’ai eu la chance de visiter une passe à civelles supervisée par des scientifiques, il est encourageant de voir que des scientifiques se battent pour la survie de cette espèce, mais démoralisant de penser qu’eux aussi n’ont pas assez de poids face aux politiques et à l’argent !
    Il faut espérer que nous serons nombreux à régir et que toutes nos petites voix engendreront une prise de conscience avant qu’il ne soit trop tard !!!

  •  inadmissible d’y avoir songer !!, par David M. , le 17 octobre 2016 à 09h18

    Je ne comprends même pas que certains puissent y songer, on leur présentera quoi à nos enfants plus tard juste des photos de ce poisson ? Vous ne trouvez pas qu’il y a assez de gâchis en nourriture dans Le Monde entier, Déjà gérez mieux les stocks dans le monde et la production nécessaire pour chaque habitant après on en reparlera

  •  Avis défavorable, par JM Garot, président de l’AAPPMA de MONTPON MENESTEROL (24), par JM Garot , le 17 octobre 2016 à 09h13

    NON ! C’est une hérésie !
    Cette espèce est protégée par la Loi Européenne et Nationale. Au contraire il faudrait qu’elle fasse l’objet d’un moratoire Européen visant sa protection totale.
    Comment peu t on autoriser un prélèvement de juvéniles d’une espèce en voie d’extinction ! C’est dément.
    Justifier la pêche de la civelle en parlant d’un quota pour la réintroduction est fallacieux, car cette méthode n’a jamais donné de résultats probants.
    De plus il faut renforcer la lutte contre les "braconniers" dont les prélèvements de civelles sont loin d’être négligeables.
    Depuis des millénaires la nature (seule), s’est très bien occupée du peuplement de nos rivières ; Mais çà s’était avant les interventions de l’homme sur le milieu naturel. Simplement, laissons la Nature faire son œuvre. Rétablissons la continuité écologique sur nos rivières, que je rêve dépolluées. Cessons le prélèvement abusif des civelles dans nos estuaires et elles se rapproprieront naturellement les cours d’eau et l’espèce sera sauvegardée.

  •  Avis favorable, par Emilie , le 17 octobre 2016 à 09h06

    Ce quota respecte l’avis du comité scientifique.
    De plus, la profession française a fait de gros efforts pour atteindre les objectifs qui lui ont été fixés dans le plan de gestion de l’anguille. Le recrutement étant à la hausse ces dernières années, ce niveau de quota est satisfaisant.

  •  avis défavorable, par bonnet , le 17 octobre 2016 à 08h45

    Je suis défavorable à cette augmentation tant que l’amélioration du recrutement ne sera pas stabilisé sur au moins cinq années consécutives.

  •  Le quota de pêche pour la civelle pour la saison 2016-2017, par Béguin Dominique , le 17 octobre 2016 à 08h42

    Du fait que la présence de l’anguille sur les têtes de bassin des nos cours d’eau est liée à la densité de civelles qui remontent les fleuves et colonisent leurs affluents, il est primordial de favoriser qu’un maximum de ces civelles puissent suivre ce cycle de développement de l’espèce. Entre les captures réalisé&es par les professionnels ou bien les amateurs, le parasitisme, les obstacles présents sur nos cours d’eau, l’espèce aura du mal à pouvoir se développer dans des conditions optimales.
    Pourquoi ne pas limiter au maximum cette pêche pour permettre à la population d’anguilles de se reconstituer ? Certes il y a une activité économique mais quand il n’y aura plus de reproducteurs et donc plus de civelles, cette activité disparaitra !
    Si des mesures de diminutions des quotas se réalisent, il sera tout aussi important de lutter contre le braconnage qui à priori est très lucratif.
    Il y a bien d’autres espèces animales qui bénéficient de protection plus strictes et qui ont permis en quelques années de retrouver des populations plus importantes.

  •  Non, par Lionel , le 17 octobre 2016 à 08h00

    Plus elle serra rare plus elle sera cher

  •  Non a la peche de la civelle, par Manu , le 17 octobre 2016 à 07h51

    Comme toujours le gros s engraisse et le petit en paye les pots cassé.
    A quand une institution intelligente qui n a pas des oeillères et va prendre partie de la réelle cause subit par l écosystème.

  •  je suis contre, par Président d'une AAPPMA , le 16 octobre 2016 à 23h54

    je suis contre. Comment aujourd’hui, avec peu d’informations,on espère que la civelle soit intarissable.Aux premières études, on assiste à un déclin important de cette population. Libres aux responsables de prendre une telle décision, mais ils auront des comptes à rendre aux générations suivantes.On marche sur la tête.j’ai l’impression de revivre l’histoire de l’esturgeon.Si j’ai bien compris, ont pêche des civelles pour le repeuplement, donc certainement, il y a mortalité pendant la manutention. Au lieu de laisser mère nature faire ce qu’elle sait faire de mieux, et réduire la pêche à 26 tonnes, seulement pour la consommation d’une certaine population (vu le prix au KG).Pour rappel, et selon Wikipédia, il faut 2500 à 2900 alevins pour faire 1 kg, je vous laisse transformer en 55 tonnes. Comme dans certains pays, on est près à sacrifier une espèce au nom de l’argent.

  •  contre l’augmentation des quotas,, par miche24 , le 16 octobre 2016 à 23h51

    il faudrait meme baisser les quotas actuels.ou sont passé les anguilles en Dordogne?il y a quelques années nous pecheurs amateur nous arrivions en pecher quelques une.maintenant c’est tres souvent la bredouille.arretez le massacre.

  •  Civelles, par Gaule 16 , le 16 octobre 2016 à 23h46

    Je suis opposé à l’augmentation du quota : je ne suis pas pêcheur d’anguilles,mais j’ai eu l’occasion de manger des civelles:vraiment,s’il n’y avait pas le sel...Ça ne vaut pas le coup de mettre une espèce en danger.

  •  avis défavorable, par Besse Jacky , le 16 octobre 2016 à 21h53

    Continuons à piller le peu de civelles qui remontent et ensuite on cherchera les causes de leur disparitions et on dépensera des sommes folles (si on trouve encore des financements) pour chercher à la réintroduire. L’exemple du saumon, de l’alose et de l’esturgeon n’ont pas suffi. Pauvre France ou l’on préfère le profit de quelques individus plutôt que de maintenir la diversité biologique.

  •  je suis favorable a cet arrêté, par ixa , le 16 octobre 2016 à 21h28

    Je suis favorable .
    Il n’y a presque plus de pêcheurs pro pour alarmer les pouvoirs publiques,
    sur toutes les problématiques environnementales qui font que les civelles ne peuvent pas coloniser les milieux.
    Par contre, personne ne s’alarme sur les tonnes de poisson pris par la pêche de loisirs

  •  je suis favorable a cet arrêté, par AZARETE Olivier , le 16 octobre 2016 à 21h22

    Je suis favorable a cet arreté.
    Consternant de voir le nombre de gens qui font de la gestion d’espèce derrière un ordinateur et avec un pseudonyme. Ils feraient mieux de intéresser au poids capturé par la pêche de loisir qui n’est pas déclaré.

  •  Une politique de sauvegarde doit rester cohérente, par Hydrobiologiste qualifié , le 16 octobre 2016 à 20h31

    Au vu de la diversité des menaces qui pèsent actuellement sur l’anguille européenne et de l’ensemble des moyens humains et financiers débloqués pour tenter d’enrayer l’extinction de l’espèce, modifier les quotas sur les jeunes stades de l’espèce sur la base d’une unique année favorable en terme de retours, constituerai une hérésie scientifique ! Qui plus est quand on s’attarde sur l’ensemble des moyens humains et financiers débloqués pour tenter d’enrayer l’extinction de l’espèce. Dans le cadre d’un plan de sauvegarde on doit nécessairement raisonner à long terme. La cohérence doit être de rigueur et les intérêts de la pêche professionnel doivent nécessairement passer en second plan afin de ne pas se retrouver dans une situation aussi désespérée que pour l’esturgeon européen (Acipenser sturio). Les effectifs de cette seconde espèce bénéficient aujourd’hui d’un peu de répit grâce aux déversements permis par la méthode de reproduction en captivité développée par les équipes d’IRSTEA. Pour des raisons biologiques simples, un apport identique est purement irréalisable pour l’anguille (reproduction sous-marine à des profondeurs conséquentes et jamais observée par l’homme). Les stocks en place, et particulièrement les jeunes stades, doivent donc être particulièrement préservés, qui plus est en raison de la menace d’Anguillicola crassus. Nous sommes à un point de non retour ! Le gouvernement se doit de garder la ligne adopté en 2008 sous peine de perdre une certaine crédibilité en matière de gestion patrimoniale de la biodiversité, et de surcroît de sanctions électorales potentiels, notamment de la part des 1,5 millions de pêcheurs de loisirs...

  •  Très défavorable !, par BOULAIN Christophe , le 16 octobre 2016 à 19h12

    Comment peut t’ on autoriser une pêche archaique irresponsable des civelles, et augmenter les quotas de captures alors que l’ espèce est plus qu’ en déclin ?
    Il y à 30 ans de ça, les anguilles adultes pullulaient en Loire, elles sont aujourdhui devenues rares.

    Il serait grand temps de prendre des mesures responsables, cohérentes et supprimer la pêche des alevins d’ anguille,ce que seul la France continue à faire ??? mais également de l’ anguille à tous les stades de vie pendant 10 ans minimum.
    Peut être alors, les responsables politiques ouvriront les yeux sur les conséquences terribles de la pression de pêche excercée sur les milieux aquatiques par la pêche professionnelle aux filets et aux engins.

    En continuant à autoriser ce massacre irresponsable, vous condamnez définitivement tout espoir de voir le stock d’ anguille se régénérer, d’ autant plus qu’ elles payent déjà un lourd tribu à cause de milieux dégradés, des pollutions, d’ obstacles divers érigés par l’ homme telles les turbines de barrages ...

    La disparition/raréfaction d’ espèces telles saumons, truites de mer, esturgeons, aloses, lamproies, espèces pêchées quasi uniquement par les pêcheurs pros, ne suffit visiblement pas à une urgente prise de conscience, allons y gaiement, continuons à piller de manière irresponsable, et tant pis pour la nature et les générations futures ...

  •  Contre l augmentation des quotas de pêche des civelles, par gilbert pêcheur , le 16 octobre 2016 à 18h55

    Pour l interdiction totale de la pêche des juveniles quels qu’ils soient et notamment l anguilles. Depuis 10 mille ans les civelles arrivent et les anguilles repartent se reproduire sans l’aide de personne. Il y a les barrages, la pollution, la pêche ; l homme fait assez de dégâts, protegeons au moins la ressource. Déjà de nombreuses espèces ont disparues ou sont très menacées n’en rajoutez pas.
    La pression exercée par une minorite de profiteurs professionnels ou amateurs ne doit pas être acceptée et l intérêt collectif de la sauvegarde de l’anguille doit primer sur les intérêts financiers de quelques uns.
    La pêche évolue, voyez les mesures de sauvegarde prises en Europe du nord ! Encore une fois ne soyons pas à la traîne.

  •  Encore une foie, l’incapacité de nos dirigeants politiques à faire respecter quoi que ce soit, par jeanBA , le 16 octobre 2016 à 18h24

    en matière de gestion du patrimoine environnemental,et surtout pas de remou, ni de vague......
    ils ne veulent surtout pas géner le braconage des civels par les
    quelques pécheurs prof.qui créent de " multiples enplois" et raportent énormément de devises à la collectivité !...
    En attendant, encore une espèce en disparition, après le saumon,
    l’alose, lesturgeon etc......

  •  anguille, par alain , le 16 octobre 2016 à 17h45

    Non pour ce projet on ne peut pas continuer a se pretendre ecolo et faire des lois comme ça

  •  arrête quota peche anguilles moins de 12cm 2016-2017, par jacqueline RABIC , le 16 octobre 2016 à 17h43

    tout à fait d’accord sur proposition du quota de 65 tonnes pour pêche civelle 2016-2017 par l’ensemble de la pêche professionnelle maritime et fluviale

 
Flux RSS des commentaires
Commentaires sur l'article
  •  QUOTA POUR LA PECHE DES CIVELLES 2016/2017, par Françoise , le 17 octobre 2016 à 10h18

    "Ce projet permettrait aux pêcheurs professionnels d’augmenter de manière significative le nombre de prises de juvéniles d’anguilles"
    Il est totalement incompréhensible que l’anguille étant une espèce menacée, voire en voie de disparition, de prendre la décision de prélever plus de ces bébés ! Il faut protéger les pêcheurs professionnels, et quand il n’y aura plus d’anguilles du tout dans très peu d’années ce n’est pas d’un quota dont il sera question mais de pêcheurs qui n’auront plus rien, alors les hommes politiques donneront des subventions...
    Mais nos anguilles qui font un si long voyage pour se reproduire et pour revenir nous enchanter dans nos rivières, nous les pleurerons. Avant de laisser disparaître cette espèce, il faut pousser un vrai coup de gueule, mais nous pauvres pêcheurs du dimanche, nous avons sans doute très peu de poids dans cette société de gaspillage.
    Aller à la pêche le dimanche, ne veut pas forcément dire prélever du poisson dans nos rivières, la preuve est que nous sommes de plus en plus à pratiquer la pêche no kill, nous pêcheurs sommes conscients de la fragilité de nos milieux et de nos espèces, il serait temps que nos politiques aillent en formation (c’est à la mode) avant de prendre des décisions qui sont très souvent (pour ne pas dire toujours) dictées par l’argent...
    Avez-vous jamais tenu dans vos mains une petite civelle? C’est transparent, c’est fragile, on voit ses petits yeux, son petit cœur qui bat, on ne peut que fondre devant un petit être si fragile qui a déjà parcouru tant de milliers de kilomètres.
    J’ai eu la chance de visiter une passe à civelles supervisée par des scientifiques, il est encourageant de voir que des scientifiques se battent pour la survie de cette espèce, mais démoralisant de penser qu’eux aussi n’ont pas assez de poids face aux politiques et à l’argent !
    Il faut espérer que nous serons nombreux à régir et que toutes nos petites voix engendreront une prise de conscience avant qu’il ne soit trop tard !!!

  •  inadmissible d’y avoir songer !!, par David M. , le 17 octobre 2016 à 09h18

    Je ne comprends même pas que certains puissent y songer, on leur présentera quoi à nos enfants plus tard juste des photos de ce poisson ? Vous ne trouvez pas qu’il y a assez de gâchis en nourriture dans Le Monde entier, Déjà gérez mieux les stocks dans le monde et la production nécessaire pour chaque habitant après on en reparlera

  •  Avis défavorable, par JM Garot, président de l’AAPPMA de MONTPON MENESTEROL (24), par JM Garot , le 17 octobre 2016 à 09h13

    NON ! C’est une hérésie !
    Cette espèce est protégée par la Loi Européenne et Nationale. Au contraire il faudrait qu’elle fasse l’objet d’un moratoire Européen visant sa protection totale.
    Comment peu t on autoriser un prélèvement de juvéniles d’une espèce en voie d’extinction ! C’est dément.
    Justifier la pêche de la civelle en parlant d’un quota pour la réintroduction est fallacieux, car cette méthode n’a jamais donné de résultats probants.
    De plus il faut renforcer la lutte contre les "braconniers" dont les prélèvements de civelles sont loin d’être négligeables.
    Depuis des millénaires la nature (seule), s’est très bien occupée du peuplement de nos rivières ; Mais çà s’était avant les interventions de l’homme sur le milieu naturel. Simplement, laissons la Nature faire son œuvre. Rétablissons la continuité écologique sur nos rivières, que je rêve dépolluées. Cessons le prélèvement abusif des civelles dans nos estuaires et elles se rapproprieront naturellement les cours d’eau et l’espèce sera sauvegardée.

  •  Avis favorable, par Emilie , le 17 octobre 2016 à 09h06

    Ce quota respecte l’avis du comité scientifique.
    De plus, la profession française a fait de gros efforts pour atteindre les objectifs qui lui ont été fixés dans le plan de gestion de l’anguille. Le recrutement étant à la hausse ces dernières années, ce niveau de quota est satisfaisant.

  •  avis défavorable, par bonnet , le 17 octobre 2016 à 08h45

    Je suis défavorable à cette augmentation tant que l’amélioration du recrutement ne sera pas stabilisé sur au moins cinq années consécutives.

  •  Le quota de pêche pour la civelle pour la saison 2016-2017, par Béguin Dominique , le 17 octobre 2016 à 08h42

    Du fait que la présence de l’anguille sur les têtes de bassin des nos cours d’eau est liée à la densité de civelles qui remontent les fleuves et colonisent leurs affluents, il est primordial de favoriser qu’un maximum de ces civelles puissent suivre ce cycle de développement de l’espèce. Entre les captures réalisé&es par les professionnels ou bien les amateurs, le parasitisme, les obstacles présents sur nos cours d’eau, l’espèce aura du mal à pouvoir se développer dans des conditions optimales.
    Pourquoi ne pas limiter au maximum cette pêche pour permettre à la population d’anguilles de se reconstituer ? Certes il y a une activité économique mais quand il n’y aura plus de reproducteurs et donc plus de civelles, cette activité disparaitra !
    Si des mesures de diminutions des quotas se réalisent, il sera tout aussi important de lutter contre le braconnage qui à priori est très lucratif.
    Il y a bien d’autres espèces animales qui bénéficient de protection plus strictes et qui ont permis en quelques années de retrouver des populations plus importantes.

  •  Non, par Lionel , le 17 octobre 2016 à 08h00

    Plus elle serra rare plus elle sera cher

  •  Non a la peche de la civelle, par Manu , le 17 octobre 2016 à 07h51

    Comme toujours le gros s engraisse et le petit en paye les pots cassé.
    A quand une institution intelligente qui n a pas des oeillères et va prendre partie de la réelle cause subit par l écosystème.

  •  je suis contre, par Président d'une AAPPMA , le 16 octobre 2016 à 23h54

    je suis contre. Comment aujourd’hui, avec peu d’informations,on espère que la civelle soit intarissable.Aux premières études, on assiste à un déclin important de cette population. Libres aux responsables de prendre une telle décision, mais ils auront des comptes à rendre aux générations suivantes.On marche sur la tête.j’ai l’impression de revivre l’histoire de l’esturgeon.Si j’ai bien compris, ont pêche des civelles pour le repeuplement, donc certainement, il y a mortalité pendant la manutention. Au lieu de laisser mère nature faire ce qu’elle sait faire de mieux, et réduire la pêche à 26 tonnes, seulement pour la consommation d’une certaine population (vu le prix au KG).Pour rappel, et selon Wikipédia, il faut 2500 à 2900 alevins pour faire 1 kg, je vous laisse transformer en 55 tonnes. Comme dans certains pays, on est près à sacrifier une espèce au nom de l’argent.

  •  contre l’augmentation des quotas,, par miche24 , le 16 octobre 2016 à 23h51

    il faudrait meme baisser les quotas actuels.ou sont passé les anguilles en Dordogne?il y a quelques années nous pecheurs amateur nous arrivions en pecher quelques une.maintenant c’est tres souvent la bredouille.arretez le massacre.

  •  Civelles, par Gaule 16 , le 16 octobre 2016 à 23h46

    Je suis opposé à l’augmentation du quota : je ne suis pas pêcheur d’anguilles,mais j’ai eu l’occasion de manger des civelles:vraiment,s’il n’y avait pas le sel...Ça ne vaut pas le coup de mettre une espèce en danger.

  •  avis défavorable, par Besse Jacky , le 16 octobre 2016 à 21h53

    Continuons à piller le peu de civelles qui remontent et ensuite on cherchera les causes de leur disparitions et on dépensera des sommes folles (si on trouve encore des financements) pour chercher à la réintroduire. L’exemple du saumon, de l’alose et de l’esturgeon n’ont pas suffi. Pauvre France ou l’on préfère le profit de quelques individus plutôt que de maintenir la diversité biologique.

  •  je suis favorable a cet arrêté, par ixa , le 16 octobre 2016 à 21h28

    Je suis favorable .
    Il n’y a presque plus de pêcheurs pro pour alarmer les pouvoirs publiques,
    sur toutes les problématiques environnementales qui font que les civelles ne peuvent pas coloniser les milieux.
    Par contre, personne ne s’alarme sur les tonnes de poisson pris par la pêche de loisirs

  •  je suis favorable a cet arrêté, par AZARETE Olivier , le 16 octobre 2016 à 21h22

    Je suis favorable a cet arreté.
    Consternant de voir le nombre de gens qui font de la gestion d’espèce derrière un ordinateur et avec un pseudonyme. Ils feraient mieux de intéresser au poids capturé par la pêche de loisir qui n’est pas déclaré.

  •  Une politique de sauvegarde doit rester cohérente, par Hydrobiologiste qualifié , le 16 octobre 2016 à 20h31

    Au vu de la diversité des menaces qui pèsent actuellement sur l’anguille européenne et de l’ensemble des moyens humains et financiers débloqués pour tenter d’enrayer l’extinction de l’espèce, modifier les quotas sur les jeunes stades de l’espèce sur la base d’une unique année favorable en terme de retours, constituerai une hérésie scientifique ! Qui plus est quand on s’attarde sur l’ensemble des moyens humains et financiers débloqués pour tenter d’enrayer l’extinction de l’espèce. Dans le cadre d’un plan de sauvegarde on doit nécessairement raisonner à long terme. La cohérence doit être de rigueur et les intérêts de la pêche professionnel doivent nécessairement passer en second plan afin de ne pas se retrouver dans une situation aussi désespérée que pour l’esturgeon européen (Acipenser sturio). Les effectifs de cette seconde espèce bénéficient aujourd’hui d’un peu de répit grâce aux déversements permis par la méthode de reproduction en captivité développée par les équipes d’IRSTEA. Pour des raisons biologiques simples, un apport identique est purement irréalisable pour l’anguille (reproduction sous-marine à des profondeurs conséquentes et jamais observée par l’homme). Les stocks en place, et particulièrement les jeunes stades, doivent donc être particulièrement préservés, qui plus est en raison de la menace d’Anguillicola crassus. Nous sommes à un point de non retour ! Le gouvernement se doit de garder la ligne adopté en 2008 sous peine de perdre une certaine crédibilité en matière de gestion patrimoniale de la biodiversité, et de surcroît de sanctions électorales potentiels, notamment de la part des 1,5 millions de pêcheurs de loisirs...

  •  Très défavorable !, par BOULAIN Christophe , le 16 octobre 2016 à 19h12

    Comment peut t’ on autoriser une pêche archaique irresponsable des civelles, et augmenter les quotas de captures alors que l’ espèce est plus qu’ en déclin ?
    Il y à 30 ans de ça, les anguilles adultes pullulaient en Loire, elles sont aujourdhui devenues rares.

    Il serait grand temps de prendre des mesures responsables, cohérentes et supprimer la pêche des alevins d’ anguille,ce que seul la France continue à faire ??? mais également de l’ anguille à tous les stades de vie pendant 10 ans minimum.
    Peut être alors, les responsables politiques ouvriront les yeux sur les conséquences terribles de la pression de pêche excercée sur les milieux aquatiques par la pêche professionnelle aux filets et aux engins.

    En continuant à autoriser ce massacre irresponsable, vous condamnez définitivement tout espoir de voir le stock d’ anguille se régénérer, d’ autant plus qu’ elles payent déjà un lourd tribu à cause de milieux dégradés, des pollutions, d’ obstacles divers érigés par l’ homme telles les turbines de barrages ...

    La disparition/raréfaction d’ espèces telles saumons, truites de mer, esturgeons, aloses, lamproies, espèces pêchées quasi uniquement par les pêcheurs pros, ne suffit visiblement pas à une urgente prise de conscience, allons y gaiement, continuons à piller de manière irresponsable, et tant pis pour la nature et les générations futures ...

  •  Contre l augmentation des quotas de pêche des civelles, par gilbert pêcheur , le 16 octobre 2016 à 18h55

    Pour l interdiction totale de la pêche des juveniles quels qu’ils soient et notamment l anguilles. Depuis 10 mille ans les civelles arrivent et les anguilles repartent se reproduire sans l’aide de personne. Il y a les barrages, la pollution, la pêche ; l homme fait assez de dégâts, protegeons au moins la ressource. Déjà de nombreuses espèces ont disparues ou sont très menacées n’en rajoutez pas.
    La pression exercée par une minorite de profiteurs professionnels ou amateurs ne doit pas être acceptée et l intérêt collectif de la sauvegarde de l’anguille doit primer sur les intérêts financiers de quelques uns.
    La pêche évolue, voyez les mesures de sauvegarde prises en Europe du nord ! Encore une fois ne soyons pas à la traîne.

  •  Encore une foie, l’incapacité de nos dirigeants politiques à faire respecter quoi que ce soit, par jeanBA , le 16 octobre 2016 à 18h24

    en matière de gestion du patrimoine environnemental,et surtout pas de remou, ni de vague......
    ils ne veulent surtout pas géner le braconage des civels par les
    quelques pécheurs prof.qui créent de " multiples enplois" et raportent énormément de devises à la collectivité !...
    En attendant, encore une espèce en disparition, après le saumon,
    l’alose, lesturgeon etc......

  •  anguille, par alain , le 16 octobre 2016 à 17h45

    Non pour ce projet on ne peut pas continuer a se pretendre ecolo et faire des lois comme ça

  •  arrête quota peche anguilles moins de 12cm 2016-2017, par jacqueline RABIC , le 16 octobre 2016 à 17h43

    tout à fait d’accord sur proposition du quota de 65 tonnes pour pêche civelle 2016-2017 par l’ensemble de la pêche professionnelle maritime et fluviale

  •  Avis défavorable pour ce projet d’arrêté, par HV16 , le 16 octobre 2016 à 12h02

    L’objectif de rétablissement global de l’anguille sur l’ensemble de son cycle et donc sur le maintien d’une gestion prudente et rigoureuse, tant que les objectifs en terme d’anguilles argentées et que l’ensemble des indices montrant un rétablissement certain de la population n’auront pas été atteints.
    La demande effectuée lors du dernier Comité National de juin 2015 à laquelle se sont associé les pêcheurs professionnels, les associations et les représentants d’usagers pour l’impérative et urgente mise en œuvre de mesures concrètes ambitieuses sur les autres volets du plan de gestion en particulier sur la continuité écologique, la protection et la restauration des habitats et la qualité de l’eau...
    Les propositions de quotas ne s‘appuient que sur les indicateurs de recrutement, ignorant la situation globale de l’espèce pourtant nettement négative à la lumière des nombreux indicateurs que ce soit à l’échelle nationale ou européenne, et ce même sur les bassins sur lesquels la restauration de la continuité écologique se met en oeuvre rapidement !
    Les résultats de taux d’exploitation conformes au plan national obtenus en 2013-2014 n’ont pu se maintenir sur les saisons suivantes avec les quotas 2014-2015. Cette dérive est maintenant un très mauvais signal vis-à-vis des usages dont les actions sont très faibles, voire inexistantes au titre du PGA (hydroélectricité, continuité…).
    En raison de trop nombreuses et fortes incertitudes, identifiées et rappelées par le Comité Scientifique,et le CIEM sur l’avenir de l’anguille et des certitudes sur son mauvais état actuel, le quota total pour la pêche de la civelle doit être basé sur le principe de responsabilité.
    Ainsi, ce quota total ne devrait pas dépasser 19,6 t selon la valeur fournie par l’analyse du comité scientifique pour le modèle à une tendance avec une probabilité de 75% d’atteindre l’objectif.
    Notons également que cet arrêté, en l’état, renvoie un très mauvais signal à l’ensemble des pêcheurs de loisir et aux structure associatives pour la pêche et la protection du milieu aquatique, en regard notamment à tous les efforts portés depuis plusieurs années tant sur la préservation directe de l’espèce que dans leur implication dans la restauration des milieux aquatiques et de la continuité écologique !

  •  Totalement contre l’augmentation du quota de pêche pour les civelles !! , par Alois Marcelaud , le 16 octobre 2016 à 11h44

    Totalement contre l’augmentation du quota de pêche pour les civelles !!

    Pourquoi continuer à mettre en péril une espèce menacée (dont les données scientifiques sont encore très pauvres) au profit de quelques individus ?

    A l’heure où certains considèrent le développement durable comme un pilier de l’écologie, je ne comprends pas une telle mesure qui va totalement à l’encontre de ce principe !!

  •  Avis défavorable , par William a.b.d.f , le 16 octobre 2016 à 10h03

    Remonter un quota est une erreur , ajouté à cette augmentation, les problêmes que commencent à rencontrer les anguilles pour remonter sur leurs lieux de reproduction, les prélévements des anguilles adultes par divers moyens donnent peu de chance pour la survie de l’espèce dans les années futures , ces civelles sont les anguille adultes de demain, si vous les retirez en masse .

    cette espèce est classée

    Liste rouge européenne de l’UICN (évaluation 2010) : CR (listé Anguilla anguilla)
    Liste rouge mondiale de l’UICN (évaluation 2014) : CR (listé Anguilla anguilla)
    Liste rouge des poissons d’eau douce de France métropolitaine (2009) : CR (listé Anguilla anguilla)

  •  Quota de prélèvement civelles saison 2016/2017, par AAPPMA LE GARDON PALUDEEN , le 16 octobre 2016 à 09h54

    Malgré les efforts consentis sur les quotas nationaux depuis 2009, peu de résultats probants sur la sauvegarde de l’anguille paraissent à ce jour. Dans le Marais Poitevin, eaux privilégiées pour l’espèce, d’année en année, les pêcheurs à la ligne et aux engins, prennent de moins en moins d’anguilles. L’effort demandé, tant aux pêcheurs professionnels qu’amateurs doit se poursuivre très fermement.
    Nous émettons un avis défavorable au projet d’arrêté 2016/2017, proposant un prélèvement de 65 tonnes.

  •  Non, non, non et non !, par Flyfisher24 , le 16 octobre 2016 à 08h32

    C’est vraiment lamentable de vouloir augmenter des quotas de capture d’une espèce que l’on considère comme très vulnérable... Je suis donc évidemment contre ce projet d’arrêté.

  •  Quota de peche pour la civelle saison 2016-2017 , le 16 octobre 2016 à 07h01

    Dans ce contexte, j’émets un avis défavorable sur le projet d’arrêté et demande un moratoire pour toutes les catégories de pêcheurs sur la capture de l’anguille européenne de moins de 12 cm.

  •  Lamentable, par fantomas , le 15 octobre 2016 à 23h23

    Depuis quand le ministère de l’écologie fait de l’écologie ?

  •  Non à l’augmentation des quotas , par Christophe , le 15 octobre 2016 à 22h01

    En réponse à la consultation publique de l’anguille, je pense que les quotas sont déjà énormes, nous pêcheurs à la ligne ont prends de moins en moins d’anguilles au fil des années.

    Donc je pense qu’il faudrait faire l’inverse, réduire encore plus leurs quotas.

  •  Avis de l’AAPPMA La GAULE NIORTAISE pour la consultation sur les quotas de civelle pour la campagne de pêche 2016-2017 - 79000 NIORT, par CORDEAU JM Président de l'AAPPMA , le 15 octobre 2016 à 21h32

    Maintenir les quotas actuels de prélèvement des anguilles juvéniles serait déjà une mesure incomprise mais l’augmenter de 13% est un non-sens qui va à l’opposé des dispositions nécessaires à la survie de l’espèce qui est en grand danger.
    Des indicateurs de recrutement ne reflétant pas la situation actuelle.
    L’analyse des études menées à l’échelle européenne indiquent depuis 1980 une chute importante qui se poursuit de nos jours sur le recrutement de civelles. Sur le front de Charente, il est constaté une stagnation des spécimens de moins de 15cm et un vieillissement des anguilles en place avec une nette régression de la biomasse des anguilles adultes. Les indicateurs mis en place dans le cadre du plan de gestion, mettent en évidence ce constat négatif sur la situation globale de l’espèce en France.
    Il paraît inapproprié de poursuivre l’instauration de quotas basés seulement sur des indicateurs de recrutement qui ne reflètent pas la situation globale de l’espèce. Ce serait un choix d’une gestion risquée, en contradiction avec une situation toujours alarmante du stock, un pari osé sur l’avenir sans fondement réel et dans lequel la nécessité pour les professionnels du secteur de préserver leur activité économique à un niveau satisfaisant ne nous échappe pas.
    Un doute sur l’efficacité des repeuplements pour la restauration du stock.
    L’incertitude sur l’efficacité des repeuplements d’anguilles de moins de 12cm reste à démontrer alors que l’on relève parfois des taux de mortalités de 80%. Le dernier rapport du GRISAM en 2015 émet des réserves sur l’efficacité des repeuplements au regard des études du suivi qui en est fait.
    Ces résultats nous permettent de s’interroger sur la pertinence de poursuivre ces opérations de repeuplement et donc le devenir des 39 tonnes prévues à ce titre. Ne serait t’il pas plus pertinent de laisser aux juvéniles la possibilité de remonter dans nos fleuves, de s’attaquer aux autres causes identifiées de la mortalité à savoir les obstacles à la migration, les aménagements sur les ouvrages équipés de turbines très destructrices ??
    Être responsable, appliquer le principe de précaution, aller vers un moratoire.
    Comme les années précédentes, c’est l’espèce anguille qui supporte le risque. Seul un constat d’amélioration sur le long terme de l’état global de la population sur l’ensemble de son cycle et donc sur le maintien de l’espèce par une gestion prudente et rigoureuse permettra d’évoquer le rétablissement de la population.
    De l’analyse des études et des observations il ressort que l’avenir de l’anguille reste à un niveau ne permettant pas la reconstitution du stock.
    Il serait raisonnable de définir un quota de précaution basé sur le principe de responsabilité et guidé par les impératifs liés à la sauvegarde de l’espèce.
    Un effet mal perçu par les pêcheurs de loisir en eau douce.
    Alors que des mesures contraignantes pour le pêcheur de loisir en eau douce ont été mises en place en limitant les jours d’ouverture, imposant le carnet de captures le fait d’augmenter le quota de la pêche des juvéniles serait très mal perçu alors que les prises deviennent rares et touchent uniquement des sujet adultes d’anguilles jaunes.

    Dans ce contexte, nous émettons un avis défavorable sur le projet d’arrêté et demandons la mise en place d’un moratoire pour toutes les catégories de pêcheurs, sur l’anguille de moins de 12 cm.

  •  Réponse au quota, par Daunesse Christophe , le 15 octobre 2016 à 20h33

    Satisfait de la hausse du quota se qui prouve sûrement que espèce civelle reviens dans nos courant landais conclusion affaire à suivre dans les années à venir

  •  NON à l’augmentations des quotas, par JCP , le 15 octobre 2016 à 19h40

    Il serait plus judicieux d’attendre un repeuplement correct d’anguilles dans nos rivières avant d’autoriser l’augmentation des quotas de la pêche de la civelle.

  •  la pêche d’alevins, une véritable honte, par foissin , le 15 octobre 2016 à 17h46

    une véritable honte, lorsqu’il n’y aura plus rien, il ne sera plus utile de s’indigner.
    continuons comme cela, nos enfants nous remercierons.

  •  Non merci, par Guillaume BORNET , le 15 octobre 2016 à 15h18

    Non ferme et définitif, l’anguille est en danger d’extinction parce que les pêcheurs professionnels et autres braconniers pillent la ressource !!!

  •  scandaleux , par Olivier MICHEL , le 15 octobre 2016 à 11h53

    Voilà une espèce qu’on dit protéger , alors qu’en fait on laisse un petit groupe de personne l’exterminer consciencieusement depuis des lustres .... On les paye même pour en pêcher dans des cours d’eau et les réimplanter dans d’autres , voir même à l’étranger ...

    Autant les payer pour arrêter de pêcher ça serai plus efficace et la civelles feraient leur vie naturellement ...

    Très comparable à d’autres espèces en voies de disparition qui sont chassées et exterminées . Bien souvent pour des goûts où des coutumes asiatiques et surtout pour de l’argent. Ce qui révolte le monde entier par endroit se passe chez nous avec des espèces animales bien moins médiatiques . C’est dommage qu’un ministère n’arrive même pas à voir cela ...

    Chapeau le ministère de l’environnement , que des idioties tout au long du règne .... J’en connais une qui sans se rendre compte perd des centaine de milliers d’électeurs potentiels .... De nombreux pêcheurs de loisirs qui ne comprennent aucune des mesures prises ... Pourtant au fait des problèmes environnementaux . Face à quelques pêcheurs professionnels sur le déclins , qui pour prolonger leur activité cherchent à tout détruire jusqu’au derniers euro ....

    Bref de toute manière à quoi bon donner un avis puisque vous nous l’avez démontré , les consultations publiques ne sont pas du tout écoutées ....

    Nous ne sommes pas dupes nous savons où vous allez et comment vous y allez ... Bonne route jusqu’au mur , baissez bien la tête

  •  non au quotos, oui à l’interdiction du prélevement des civelles, par J-P MOREAU Président de la Gaule Créchoise (79400) , le 15 octobre 2016 à 09h14

    Depuis de nombreuses années le prélevement des civelles contribue à la raréfaction des anguilles dans nos cours d’eau. C’est la constatation des pêcheurs à la ligne locaux. Alors un peu de bon sens.

  •  Non non et non, par Golikov , le 15 octobre 2016 à 09h06

    Encore une décision prise dans un bureau à paris, qui n’est pas du tout en accord avec ce que l’on voit au bord des rivières !!!

  •  Avis favorable , par Yoyo , le 15 octobre 2016 à 07h42

    Avis favorable à cette arrêté.

    Les quotas suivent l’avis des scientifiques.
    Depuis plusieurs années les civelles sont de plus en plus nombreuses, les efforts fait par la profession ont étés bénéfiques.

  •   quota civelle, par pilou , le 15 octobre 2016 à 06h33

    en gironde la peche de l alose a été fermer en 2007 soit disant qu il y avait surpeche 9 ans apres il y en a encore moins alors poser vous les bonnes questions au lieu de de taper toujours sur les pecheurs professionnels

  •  Non à cette augmentation de quotats, par Gauthier Emilien , le 14 octobre 2016 à 23h19

    L’anguille est soit-disant sur le chemin de l’extinction et on cherche à augmenter les quotats de pêche des civelles : cherchez l’erreur !!

  •  anguilles, par cuisinier jean claude et mireille , le 14 octobre 2016 à 21h24

    Nous sommes tout à fait contre ce projet de loi complètement stupide vu que les anguilles se font de plus en plus rares.Il y a assez de la pollution et le niveau extrêmement bas de nos rivières pour en diminuer déjà le nombre.

  •  Protection de l’anguille, par Gérard MOUGIN , le 14 octobre 2016 à 20h52

    Non à l’augmentation des quotas oui à la protection de l’anguille. Le quota total ne devrait pas dépasser 19,6 t selon la valeur fournie par l’analyse du comité scientifique.

  •  Non à l’augmentation et oui à l’interdiction, par J-B , le 14 octobre 2016 à 19h23

    Nous sommes en 2016. Nous avons peur et mettons des moyens en oeuvre à juste titre pour sauver des éspèces animales à l’autre bout du monde. Cependant nous sommes incapables de dire non à l’absurdité lorsque cette dernière rapporte de l’argent sur notre sol.Les anguilles doivent être protégé de tout ce qui les menace, la polution, la pêche professionnelle, le silure, le cormoran, la pêche sportive...

  •  Lamentable, par ruault , le 14 octobre 2016 à 19h19

    Comment de nos jours, après tant d’espèce éteinte par l’homme, puisse t

  •  NON à l’augmentation des quotas de pêche de civelles, par GERONIMO , le 14 octobre 2016 à 18h35

    Bonjour à tous.

    Oui , l’anguille disparait peu à peu et je suis certain que cela créé un déséquilibre dans nos plans d’eau et rivières. Les causes sont entre autres, la pollution, les barrages et la surpêche qui enrichit une minorité de négociants qui se moquent bien de la nature.
    Un travail sur la dépollution et les barrages ne produira des résultats qu’à moyen terme, voire à long terme. Par contre si la pêche de la civelle est stoppée dès maintenant, le bénéfice sera immédiat.
    Donc, non à l’augmentation des quotas de pêche et pourquoi pas STOP à la pêche de la civelle.

  •  quota civelle 2016/2017, par beñat , le 14 octobre 2016 à 18h34

    Avis totalement favorable , depuis plusieurs années on constate que les civelles sont vraiment de retour et je dis bravo pour cette augmentation des quotas et j’espère que ça va continuer un petit message à tous les opposants principalement les pêcheurs à la ligne occupez vous plus des pollutions des fleuves , lacs etc ....! et je vois bien que vôtre fédération à bien de l’argent à investir dans des lacs et maisons en haute montagne incroyable ?

  •  En toute logique NON !!, par Flavien hirigoyen , le 14 octobre 2016 à 18h14

    Pourquoi diminuer la taille des captures alors que pour les pêcheurs sportif que nous sommes on les augmentent chaque année ?Les civelles sont destinés à quelle marché ?Français ?J’en doute... Encore une triste nouvelle pour nos cours d’eau après la pollution on veut les vidé de leurs poissons.

  •  projet d arreté, par rouinsard , le 14 octobre 2016 à 18h11

    je suis favorable a ce projet d arreté

  •  préservation des anguilles, par christophe queval , le 14 octobre 2016 à 18h02

    non !!! je ne suis pas d’accord pour l’augmentation du quota de la pêche de l’anguille de moins de 12cm.L’anguille est une espèces protéger donc ce projet est tout le contraire de la protection et du repeuplement de cette espèce.....

  •  les civelles ou le pognons???, par babas du 16 , le 14 octobre 2016 à 17h40

    les pêcheurs professionnel n’en ont certainement rien à faire de savoir si les anguilles remontent les cours d’eau. Ils ne pensent qu’à remplir leurs comptes en banques .L’argent finira par tuer notre planète. Le fric à tout prix et la nature on s’en fout... continuez sur cette lancée et bientôt il n’y aura plus rien dans les eaux.le compte est vite fait,il parait qu’une anguilles libère un million d’ovules dans les sargasses,interdisons la pêche des civelles et anguilles durant deux ou trois ans et je pense qu’on fera du bien a cette espèce.

  •  Avis défavorable de la FDPPMA de l’Allier, par FDPPMA03 , le 14 octobre 2016 à 17h34

    Le Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer a soumis à consultation le projet d’arrêté annuel concernant le quota de civelles pouvant être prélevées par pêche.
    Les stocks de géniteurs (anguilles argentées) montrent toujours une décroissance là où ils sont mesurés. A l’échelle européenne et française, la mortalité d’origine anthropique n’est toujours pas à un niveau permettant la reconstitution du stock.
    Le règlement européen 1100/2007 du 18 septembre 2007 fixe pour chaque plan national un objectif en termes d’échappement d’anguilles argentées (40% de la biomasse pristine en anguilles argentées).
    Le suivi des pêcheries civellières a certes montré un meilleur recrutement depuis 2012 mais qui s’est affaissé en 2015 et qui reste largement inférieur au recrutement de référence de 1980.
    Les indications sur les anguilles jaunes montrent une situation toujours alarmante en 2015 avec des fronts de colonisation parfois décroissants malgré les valeurs de recrutement des dernières années. Quant aux anguilles argentées, leurs effectifs dévalants continuent globalement de diminuer parallèlement à l’augmentation de l’âge des individus. Cette situation montre un vieillissement et une réduction des populations d’anguilles sur la plupart des cours d’eau, vieillissement lié aux précédentes décennies d’effondrement de l’espèce. Pour rappel, la cible du règlement européen est exprimée en termes d’échappement d’anguilles argentées.
    La Fédération de l’Allier pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique considère que la situation globale du stock demeure préoccupante.
    Or, le projet d’arrêté propose un quota global de 65 t, soit une augmentation de 13 % par rapport à la saison précédente.
    Le quota projeté correspond à la valeur la plus haute parmi les valeurs proposées par le comité scientifique. Elle correspond à l’estimation fournie par le modèle le plus ‘optimiste’ sur les valeurs de recrutement avec la probabilité la plus faible (25%) d’atteindre l’objectif.
    La Fédération de l’Allier pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique remarque que pour la saison 2014-2015, le taux d’exploitation de la pêcherie civellière est remonté (44%) par rapport aux années précédentes. Cette remontée se traduit par un niveau d’exploitation au-dessus de l’objectif fixé par le plan national. Pour mémoire, la cible avait été atteinte l’année précédente.
    Les modèles utilisés par le comité scientifique divergent et ne permettent pas de déterminer précisément la tendance du recrutement 2016-2017.
    Le rapport 2015 sur les résultats du transfert de civelles 2012-2014 ne permet pas de trancher sur l’efficacité de cette mesure pour la restauration des stocks. Le quota global ne différencie pas la destination des civelles : consommation ou repeuplement. Le taux d’exploitation est d’ailleurs calculé sur cette base. Nous considérerons le repeuplement comme un facteur de mortalité supplémentaire qui doit donc être intégré aux captures et au taux d’exploitation.
    La Fédération de l’Allier pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique insiste sur l’objectif de rétablissement global de l’anguille sur l’ensemble de son cycle et donc sur le maintien d’une gestion prudente et rigoureuse, tant que les objectifs en terme d’anguilles argentées et que l’ensemble des indices montrant un rétablissement certain de la population n’auront pas été atteints.
    La Fédération de l’Allier pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique constate que les propositions de quotas ne s‘appuient que sur les indicateurs de recrutement, ignorant la situation globale de l’espèce pourtant nettement négative à la lumière des nombreux indicateurs que ce soit à l’échelle nationale ou européenne.
    Dans ce contexte, la Fédération de l’Allier pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique émet un avis défavorable sur le projet d’arrêté et demande un moratoire pour toutes les catégories de pêcheurs sur la capture de l’anguille européenne de moins de 12 cm.

  •  Projet de pêche des anguilles de moins de 12 cm, par Poulmarch , le 14 octobre 2016 à 17h34

    Ce projet d’arrêté est utopique, il va a l’encontre du bon sens et mais en péril la pérennité de l’espèce anguille sur notre littoral. C’est autoriser le pillage d’une ressource fragilisé depuis les années 70 avec l’autorisation de pêche professionnel en bateau à grande échelle, et ceux pour un marché aujourd’hui européen qui ne compte qu’une poignée de consommateur français. Non je ne suis pas favorable à ce nouveau texte.

  •  quota civelle , par Toniutti , le 14 octobre 2016 à 17h06

    Le coté économique à court terme semble prépondérant dans ce chois. Tout le monde sait que les prises d’anguilles sont en diminution dans nos rivière. C’est un gâchis pour l’avenir.

  •  quota civelle, par pilou , le 14 octobre 2016 à 17h05

    a tous les avis defavorable changer de metier bande de jaloues

  •  Tout à fait favorable, par Jack , le 14 octobre 2016 à 16h30

    Tant que tous les acteurs du plan de gestion n’atteindront pas leurs objectifs, de nouvelles restrictions supplémentaires sur la pêche professionnelle doivent être exclues. Hydroélectricité, pêche récréative, qualité d’eau, espèces invasives comme le silure sont les facteurs de mortalité où il faut des chiffres et arriver à avoir des réduction de mortalité conséquentes... Les pêcheurs pro, veilleurs de l’environnement, ne doivent pas servir de variable d’ajustement.

  •  Avis favorable, par Nicolas S. , le 14 octobre 2016 à 16h25

    L’encadrement proposé de la pêche de la civelle est en accord avec les préconisations scientifiques, et permet le maintien du stock notamment grâce aux mesures de gestion réalisées avec l’aide des professionnels, telles que les actions de repeuplement. La poursuite de la pêche professionnelle est en effet un atout précieux pour permettre le repeuplement et la recolonisation de l’espèce dans les zones de grossissement isolées par les nombreux obstacles aux migrations (barrages hydroélectriques).
    De plus, les pêcheurs professionnels ont déjà consenti des efforts très importants (réduction d’effectifs, mises en place de quotas, traçabilité...) conformément et parfois au delà des demandes du plan de gestion de l’anguille, alors que les responsables des principales causes de régression de l’espèce sur le territoire national comme en europe n’ont pas rempli leurs obligations (notamment réduction des obstacles aux migrations de montaison et de dévalaison, réduction des dégradations physiques et chimiques des écosystèmes, réduction de la prédation des géniteurs par le silure etc...).

  •  Pêche des civelles, par Gilles MARFIL , le 14 octobre 2016 à 16h10

    Je suis totalement contre le fait de pêcher des alevins civelles.
    Si l on veut aider l’anguille qui est surtout victime des pollutions, il ne faut pas pêcher les civelles.

  •  Avis favorable, par Nat Prer , le 14 octobre 2016 à 15h48

    La pêche professionnelle a consenti des efforts importants depuis la mise en place du plan de gestion anguille mais quand est-il des autres facteurs de mortalité ?

    La proposition de quota est cohérente avec les préconisations scientifiques

  •  Avis défavorable, par Yohann SIONNEAU, secrétaire de l'AAPPMA de Descartes (37) , le 14 octobre 2016 à 15h11

    Je souhaite émettre un avis défavorable au projet d’arrêté portant définition, répartition et modalités de gestion du quota d’anguille européenne (Anguilla anguilla) de moins de 12 centimètres pour la campagne de pêche 2016-2017.

    L’augmentation des quotas de capture de civelles pour les pêcheurs professionnels est incohérente et incompatible avec les objectifs fixés par le règlement européen Anguille. La remontée de l’indice de recrutement prévue pour 2016 à son niveau de 2014 est, espérons le, un premier résultat des efforts réalisés. Cela doit motiver les pouvoirs publics à continuer les actions de reconquête et non de destruction de la ressource qui reste très fragile et loin de ces niveaux d’antan.

    Les enjeux économiques semblent être priorisés aux problématiques écologiques. Quid des actions préconisées par le Plan National de Gestion de l’Anguille avec de telles augmentations de quota?

  •  Incidence prélèvements civelles, par Jean-Claude Peigné - Président ADAPAEF 79. , le 14 octobre 2016 à 15h05

    Bonjour,
    L’interdiction de la pêche des civelles devrait faire l’objet d’un moratoire tant français qu’européen malgré un faible incidence économique pour les pêcheurs professionnels.
    A ces prélèvements, il faut ajouter ceux des "braconniers" qui selon les sources peuvent atteindre de 50 à 80% du tonnage autorisé aux professionnels.
    De plus, pourquoi autoriser un quota de pêche des civelles pour les réimplanter dans le milieu naturel sachant que cette méthode impacte une forte mortalité des civelles et ne donne pas les résultats attendus.
    Simplement, laissons la Nature faire son œuvre.
    Cessons de prélever les civelles dans les estuaires et certaines rivières. Elles coloniseront naturellement nos cours d’eau et nous retrouverons nos populations passées.
    Des moulins, des obstacles plus ou moins naturels et les usines hydro-électriques ont toujours existés sans compromettre la pérennité de anguilles ou alors les anguilles étaient tellement nombreuses que le taux de mortalité passait inaperçu? Aujourd’hui, il existe des hélices qui ne blessent pas.
    Revenons à des propositions de bons sens au détriment de solutions économiques qui le sont plus ou moins.
    Les pêcheurs amateurs qu’ils soient aux lignes ou aux engins font, depuis plusieurs années, un effort pour les prélèvements d’anguilles sans que les performances soient au rendez-vous. Il faut donc traiter le problème à la source, que nos pêcheurs professionnels laissent remonter les civelles sans prélèvement. Observons, comparons, une solution évidente devrait naître.
    Surtout, comme il est évoqué dans le plan de gestion anguilles, je crois qu’il faut cesser de parler de biomasse pristine et fixer des objectifs réalistes.
    Je reste disponible pour travailler sur un dossier qui vise cette situation.

  •  NON, par koen janssens , le 14 octobre 2016 à 13h46

    Je suis totalement contre.

    L’anguille, espèce protéger dans le plus part du monde, doit être respecter, aussi petit que grand.Ni nous, ni les pêcheurs professionnelles ont le droit de le pêcher.

    La pêche de civelle non autoriser et fait par es braconeurs, et est le fond de la discussion sur le marche provoquer par une pêche autoriser et un marche parallèle. Cette autorisation augmente le prix des jeunes anguilles, aussi dur le marché noir, et doit être respecter pour éviter la surpêche sur une espèce protéger. On pose la question, pour quelle raison le protéger complètement, comme maintenant déjà des années, et autoriser a certaines de détourné cette loi? Ou est l’équilibre demander dans un loi pareille, quand certaines pouvez faire le contraire?

    Il y a depuis courte temps une grande avance dans la reproduction en bassins, créer en Hollande. Après des années de recherche, ils ont obtenu les premiers vraie civelles d’incubation. On est sur le point de changer la biomasse internationale, et aider a laisser revenir l’anguille sur nos fleuves a des prix confortables. Quelque pêcheurs professionnelles, ont que l’argent en vu sur cette demande de pêche de petites anguilles ou les civelles...arrêter de vider nos poissons pour une économie peut exécuter et sans aucune avantage pour notre biotope.

    Président de l’AIPSN-ICNPA-IWNV ( association internationale de protection du silure et de la nature)

  •  Non et non ! , par Dam's , le 14 octobre 2016 à 13h30

    Pour le bien être ne notre mère nature, de son patrimoine halieutique et de la population d’anguilles en forte régression depuis des années, je suis contre l’augmentation des quotas par les professionnels. Oui à une nature saine qui ce repeupler d’elle même et non, au pillage des cheptels !

  •  Totalement oppose, par Tondini mathieu , le 14 octobre 2016 à 12h26

    Il est totalement stupide de pretendre vouloir sauver une espece en autorisant le prelevement massif de ses alevins. Et tout ca pour quoi? Les fouts gastronomiques bizarres de certains. Est ce qu au moins les civelles pechees en france sont destinees au marche francais? Car je n en vois pas beaucoup sur les etals, a vrai dire je n en ai jamais vu...
    je pense que les pecheurs pro peuvent compenser leurs pertes de revenus avec d autres especes, developper un autre marche comme le silure, qui desequilibre le milieu et represente un "volume" important dans de nombreuses eaux aujourd hui.
    les populations d anguilles sont a la hausse mais cette hausse serait tellement plus importante si la peche de l anguille a tous les stades etait simplement interdite durant 3 a 5 ans... tout le monde pourrait alors en beneficier raisonnablement.

  •  non a une augmentation des quotas de captures des civelles. C. DESCHRYVER, par claude deschryver , le 14 octobre 2016 à 12h16

    la peche des civelles devrait etre interdites totalement tant que les stocts d anguilles ne sont pas reconstitiés. L intérét, tant pour les pécheurs amateurs que pour les professionnels, c est la pérénité de cette espèce, quand il n y aura plus d’anguilles, il n’y aura plus de pibales !

  •  Protégeons les civelles 14/10/2016, par Seb , le 14 octobre 2016 à 11h14

    Il y a de plus en plus de restrictions pour les pêcheurs amateurs et de plus en plus de liberté pour les pro.
    La pêche des juvéniles d’anguilles doit être interdite le temps que les populations retrouve un niveau ou tous le monde se face plaisir à la pêche de l’anguille.

  •  Absurdité !, par Antoine M , le 14 octobre 2016 à 11h10

    Une légère hausse du recrutement mais surtout un lobbying des pêcheurs professionnels risquent à terme de faire disparaître une espèce !
    Quel manque d’ambition du Gouvernement ! A quand un moratoire concernant la pêche de l’Anguille, qui concernerait tous les pêcheurs, amateurs et professionnels, interdisant toute pêche afin de reconstituer un stock durable de ce poisson migrateur? !?

  •  honte à admisnistration française , par dayres patrick , le 14 octobre 2016 à 11h00

    quelle honte, les dirigeants de nos administration sont complices.
    ils protègent quelques pêcheurs professionnels au déprimant des espèces aquatiques et du tourismes pêche qui pourrait créer des emplois. ( Irlande, Canada, Norvège chaque poisson pris à la ligne rapporte de milliers d euros ) honte aux dirigeants de ces administration.

  •  Non a l’augmentation des quotas de prélèvement de civelle, par Reveric , le 14 octobre 2016 à 10h38

    Je ne suis pas favorable à l’augmentation des quotas de pêche des civelles

  •  Le scandale de la pêche à la civelle, par françois , le 14 octobre 2016 à 10h34

    Il est scandaleux d’autoriser la pêche des civelles , d’autant plus que l’anguille est en voie de disparition. On attend d’atteindre le point de non retour pour prendre la décision d’arrêter ce massacre.

  •  Non à cet arrêté, par chneu , le 14 octobre 2016 à 10h19

    L’anguille est en voie de disparition donc il ne faut pas que cet arrêté soit mis en place. STOP à la pêche des civelles

  •  Avis défavorable pour l’augmentation des quotas, par J. de l'eau , le 14 octobre 2016 à 09h59

    Je trouve que nous ne devrions pas sacrifier la nature et la biodiversité sous prétexte d’emploi et de rentabilité. Surtout lorsqu’il s’agit de juvéniles. C’est moche !

  •  NON encore un motif d’indignation, par jo B 16 , le 14 octobre 2016 à 09h33

    Une fois de plus quelques hauts fonctionnaires totalement incompétents et très fortement "influençables" se laissent berner par les lobbies.
    Multinationales agro_alimentaires, FNSEA et autres organisations du même acabit qui ne pensent qu’au profit nous mènent droit dans le mur, soutenus qu’elles sont par la finance et les politiciens.
    80% des civelles ne remontent plus nos fleuves et nos rivières et l’on veut encore augmenter ce chiffre. ABERRANT.

  •  Destruction des civelles, par Renard , le 14 octobre 2016 à 09h10

    Le nombre d’anguilles a diminué fortement , à tel point que sa pêche est devenue presque interdite . Je suis contre la pêche des civelles pour nourrir les japonais où autres. Quand pourra t’on comprendre qu’il faille préserver ces espèces menacées à des fins purement mercantiles. Les civelles sont braconnées chaque année et là encore le laxisme demeure.

  •  le lobbie des pillards professionnels a encore frappé, par JP Dulignons , le 14 octobre 2016 à 08h27

    Ce projet est une hérésie supplémentaire on accorde le droit de pillage légal de nos ressources naturelles a quelques "professionnels" sous couvert d’études plus ou moins sérieuses et tout ça pourquoi ? pour que quelques copains-coquins s’en foutent plein les poches ; Après les saumons pêchés au filet dans les estuaires ce qui décime les populations maintenant c’est le tour des civelles et demain ? A si j’y pense on augmentera les timbres de pêche pour soit disant amélioré le milieu piscicole.....!!!!!!

  •  Laissons grandir les civelles, par Olivier LAURENT , le 13 octobre 2016 à 22h24

    Je ne suis pas favorable à l’augmentation des quotas de pêche des civelles. Il faut préserver notre patrimoine et protéger ces espèces. Les pécheurs de civelles ne sont pas les seuls responsables, la pollution et les braconnages sont à prendre en compte également.
    Arrêtons d’épuiser les ressources naturelles et préservons la nature

  •  non à la pêche des civelles, par claude rointru , le 13 octobre 2016 à 22h13

    je suis contre la pêche des civelles, en eau douce comme en mer.
    il faut protéger les juvéniles d’une espèce menacée.
    combien il y a de civelles dans 26 tonnes ?
    et dans les quelques dizaines d’autre tonnes de civelles prisent illégalement par le braconnage?

  •  pauvre piballe, par salmo , le 13 octobre 2016 à 21h49

    je suis routier... et pecheur à la mouche
    quelle désolation, je traverse la France de long en large sans jamais nettoyer mon pare-brise.. il n’y a plus d’insectes. merci insecticides et autres pesticides. S il n’y a plus de nourriture, à quoi bon imposer des restrictions.. de toutes les facons la fin est proche.. la devise : profitons et après nous le déluge est d’arrière garde. je crois qu’un moratoire s’impose.. il vaut mieux perdre 3 professionnels plutot que tout un tourisme de peche.
    "La maison brule et nous regardons ailleurs" (Hulot)

  •  Oui pour interdire totalement la pêche de la civelle, par Tournois loic , le 13 octobre 2016 à 21h26

    Président de l’A.A.P.P de Salles-Lavalette 16

    Je suis contre la pêche de la civelle et instaurer des quotas sur l’anguilles, c’est à dire limité le nombre de capture a dix anguille par an et par pêcheur. Ce débat s’étend a tout les poissons migrateurs, il faut les laisser tranquille pour que nos descendances puisses avoir la chance de pouvoir pêcher ces espèces et non en parler comme espèce disparue.

  •  Totalement défavorable, par kotin , le 13 octobre 2016 à 21h17

    Il n’y a déjà peu d’anguilles adultes, si en plus les juvéniles venaient à être prélevées. Pêcheurs amateurs et professionnels se doivent de faire des efforts les uns comme les autres pour sauvegarder l’espèce.

  •  Quota civelles 2016 /2017, par Vero , le 13 octobre 2016 à 21h17

    Les scientifiques donnent leur approbation sur les quotas faisons confiance a leurs études je suis pour l augmentation des quotas

  •  Un scandale , par BERGEON Aurélien , le 13 octobre 2016 à 20h32

    Malgré le classement récent de l’anguille en liste rouge, et de nombreux aménagements destinés à faciliter ses migrations, l’espèce est en forte régression. La simple raison, la pêche des civelles dans les estuaires de nos rivières. Je suis contre l’augmentation des quotas de pêche aux civelles et contre la pêche des civelles.

  •  CONTRE LA PECHE DES CIVELLES, par Béatrice MATHE , le 13 octobre 2016 à 20h23

    Etant opposée à la pêche des poissons juvéniles, je ne peux que m’opposer à l’augmentation du quota. Cette soit disant pêche contribue à la disparition future de l’espèce. Vivement la fin de cette aberration.

  •  Quoi dire de plus ?, par Pat 16 , le 13 octobre 2016 à 19h43

    Cette espèce est menacée !Elle figure sur la liste rouge des espèces menacées (Muséum NHN et UICN) avec la rubrique : EN DANGER CRITIQUE D’EXTINCTION !. Bravo la mesure de protection, on prélève l’avenir...au grand désespoir de quelqu’uns d’entre nous prenez date, si cet AM sort dans 10 ans plus besoin d’enquête publique l’anguille aura disparue !
    Réagissez aujourd’hui il est encore temps, dites NON à cet arrété ministériel !

  •  le blé en herbe, par Alpi , le 13 octobre 2016 à 19h36

    il ne viendrais à l’idée de personne de chasser des poussins de faisan de pêcher des truites de 5 cm et de cueillir des radis semés de 8 jours ; et bien les pêcheurs de civelles trouvent normal de pêcher des alevins d’anguilles.
    je suis pour l’interdiction totale !

  •  Je suis favorable à ce projet d’arrêté , par Fred , le 13 octobre 2016 à 19h27

    Bonjour,

    Les propositions de quota sont cohérentes avec les préconisations scientifiques ;
    Toute restriction supplémentaire de la pêcherie n’aurait pu être acceptée par la profession tant que l’atteinte des objectifs du PGA fixés pour les nombreux autres facteurs de mortalité ne sera pas démontrée ;
    La profession française a consenti des efforts considérables au cours des 10 dernières années pour atteindre ses objectifs ;
    Le niveau de recrutement en civelles suit une tendance à la hausse au cours des cinq dernières années. De plus, la logique veut que les effets des mesures mises en œuvre en Europe depuis 2007 en faveur de l’anguille se fasse sentir chaque année un peu plus sur le niveau du recrutement.
    La filière française de façon plus générale a besoin de sérénité et de stabilité pour permettre leur maintien et poursuivre leur action en faveur de la reconstitution du stock, dans le cadre notamment de la mise en œuvre des actions de repeuplement de l’anguille en Europe.
    Je peux témoigner aujourd’hui sur des rivières ou il n’y a plus de pécheurs pour réguler les prédateurs, pas de pression de pêche , ce n’est pas pour cela que la présence de poisson est supérieure.
    Il faut encadrer le suivi de la pèche, réguler les prédateurs et ceci avec l’aide des pêcheurs.
    Le jour ou l’on aura plus d’agriculteur pour entretenir nos campagnes, on ira à coup de chalumeau désherber , c’est écologique !!!
    En France on veut laver toujours plus blanc,que fait t’on de la pression
    de pèche dans les autres pays d’Europe, que je sache l’anguille ne s’arrête pas aux frontières.

  •  Avis favorable, par mongi , le 13 octobre 2016 à 19h24

    Je suis favorable à ce projet d’arrêté :
    - Les propositions de quota sont cohérentes avec les propositions scientifiques.Toute restriction supplémentaire pour la pêcherie aurait été inacceptable du moment que l’atteinte des objectifs du GPA fixé pour les nombreux autres facteurs de mortalité ne sera pas démontrée.
    La profession Française a consenti des efforts considérable , le nombre de pêcheur a considérablement diminué et il semble que le volume de poisson soit à la hausse depuis 5ans.
    Par contre je pense que si des efforts supplémentaire sont nécessaire il faudrait peut être qu’il soit fait par les plus gros prédateurs c’est à dire la zone maritime,car le quotas,les moyens employés,et la durée de pêche de la zone fluviale ne représente pas grand chose par rapport à ce qui se pratique par les marins pêcheurs dans la zone maritime de l’estuaire de la GIRONDE par exemple.
    Il est important de sauvegarder l’espèce,mais il faut aussi que la profession de pêcheur professionnel fluvial puisse être viable pour les quelques pêcheries qu’il reste

  •  AVIS FAVORABLE, par altri , le 13 octobre 2016 à 19h22

    Je suis favorable à ce projet d’arrêté :
    - Les propositions de quota sont cohérentes avec les propositions scientifiques.Toute restriction supplémentaire pour la pêcherie aurait été inacceptable du moment que l’atteinte des objectifs du GPA fixé pour les nombreux autres facteurs de mortalité ne sera pas démontrée.
    La profession Française a consenti des efforts considérable , le nombre de pêcheur a considérablement diminué et il semble que le volume de poisson soit à la hausse depuis 5ans.
    Par contre je pense que si des efforts supplémentaire sont nécessaire il faudrait peut être qu’il soit fait par les plus gros prédateurs c’est à dire la zone maritime,car le quotas,les moyens employés,et la durée de pêche de la zone fluviale ne représente pas grand chose par rapport à ce qui se pratique par les marins pêcheurs dans la zone maritime de l’estuaire de la GIRONDE par exemple.
    Il est important de sauvegarder l’espèce,mais il faut aussi que la profession de pêcheur professionnel fluvial puisse être viable pour les quelques pêcheries qu’il reste

  •  arrêtons le massacre, par Garcin christian , le 13 octobre 2016 à 19h12

    je suis contre la pêche intensive de la civelle voir pour l’interdiction totale de cette pêche et pour un arrêt temporaire(3 ans minimum) de la pêche à la ligne de l’anguille si nous voulons que les générations futures puissent encore voir dans nos rivières françaises cette espèce de poissons .

  •  quotta civelle 2016 2017, par pilou , le 13 octobre 2016 à 18h28

    avis favorable pour le quota civelle 2016 2017 a tous les détracteurs de la peche professionnel plutôt que de nous taper toujours sur la tete attaquer vous au vraie probleme la polution la predation des anguilles par les silures les pecheurs de loisirs se serve d anguilles comme vifs alors que c est formelement interdit arreter de nous donner des lecons

  •  Surpeche des professionnels, par riton1970 , le 13 octobre 2016 à 18h24

    Merci aux pouvoirs publiques de nous faire diminuer les prises des anguilles en prélevant direct a la source . Comme d’habitudes ce sont les pécheurs des rivières et des fleuves qui vont trinquer . . . Moins de prises et une belle hausse de la carte en prime, je suis écœuré !

  •  Pêche de la civelle, par Pascal Mathieu , le 13 octobre 2016 à 18h20

    je suis pour l’interdiction totale de la pêche de la civelle.

  •  Toujpurs plus..., par Toto , le 13 octobre 2016 à 18h17

    Totalement hors sujet, mais histoire de protéger nos poissons en rivière, je propose d’imposer le no kill pour toutes espèces.. Et de mieux encadrer l’agriculture aux environs des points d’eau(arrosage, traitement..)
    Pour nos enfants, qui a se rythmes là, ne connaîtrons jamais le plaisir de tenir une canne en riviere...
    Je peche depuis 30 ans. Avant, il y avait de la vie jusque dans les moindres petites veines d’eau.. Maintenant, les fonds sont à 80% désert. Personne ne voit rien venir?
    Protégeons ce qu’il reste de notre nature, merci pour nos enfants

  •  NON A CETTE PECHE, par B P amoureux de la nature , le 13 octobre 2016 à 18h08

    Que de souvenirs ces soirées à l’anguille devrai-je dire ces nuits au bords de nos rivières si poissonneuses que nos anciens nous avaient laissé un si bel héritage.
    Je suis contre la pêche des civelles il n’y a quasiment plus d’anguilles dans nos rivières,tous ça pour une bande de gens qui désirent manger des civelles mais quand va t’on se rendre à l’évidence que nous sommes entrain de laisser piller les trésors que nos anciens nous ont légués.
    NON à ce nouveau projet...
    Cette pêche,cette destruction devrait être tous simplement interdite.

  •  Préserver pour l’avenir, par Desmond christophe , le 13 octobre 2016 à 17h58

    Bonjour je me demande comment nos gouvernants peuvent réfléchir sur les sujets tels que la préservation d’une espèce quand il demande aux particuliers qui pêche une petite dizaine voire cinq anguille à l’année a la ligne, de comptabiliser leur pêche pour en faire un constat. Certes l’argument premier va t’être oui mais vu le nombre de pêcheurs adhérents il est évident que même cinq prises par an représentante des quantités astronomiques sauf que dans une tonne de civelles je pense qu’il y a plusieurs années de pêche particulière. augmenter les quotas d’où vient la préservation de l’espèce dés la naissance et durant leurs croissance ou après une fois adulte et que on s’amuse avec le poisson, le plus souvent relâcher car la pêche à évoluer aussi le nokill est devenu une tradition régulière. Essayons d’être plus intelligent bonsoir nos enfants et génération avenir. Merci, le système est toujours la même pensée le nivellement par le bas c’est beaucoup mieux que bien réfléchir sur un sujet...

  •  Arrêtons le massacre sur les civelles - QUOTA ET MAILLE, par mathieu , le 13 octobre 2016 à 17h22

    Il faut réglementé la pêche à l’anguille.... ELLES DISPARAISSENT DE NOS RIVIÈRES à causes des professionnels qui n’ont pas de quotas ni de maille de capture... Au prix des civelles sur le marché, il faut vite faire quelque chose car dans quelques années il n’y aura plus d’anguille dans nos rivières....
    ALORS RÉAGISSONS VITE

  •  Pêcheur de Charente..., par Olivier BOUGETTE , le 13 octobre 2016 à 17h22

    Merci de vous préoccuper de la sauvegarde des espèces sauvages...et entre autre des anguilles qui à mon humble avis sont depuis longtemps en voie de régression pour ne pas dire disparition...
    C’est le cas sur la Charente, merci...

  •   cha-cha le petit manslois, par chagnaud , le 13 octobre 2016 à 16h54

    Je ne suis qu’un tout petit pêcheur et très occasionnel / Je ne prends pratiquement pas d’anguille / Je constate qu’il n’y a plus personne au bord de l’eau le soir / Qu’il était convivial de se réunir/ Agréable détente que d’entendre de temps à autre une sonnette / C’est fini , c’est le désert , je n’ai plus aucune envie / On demande au petit pêcheur amateur un carnet de pêche avec le nombre de prises annuelles et une fiche à adresser mensuellement à France Agrimer, j’ai pris 3 anguilles cette année ,les statistiques en sont toutes chamboulées c’est un peu le monde à l’envers / Cet arrêté me paraît totalement à contre courant et sans jeu de mot / Les destructeurs se sont ceux qui prennent les arrêtés

  •  Non à l’augmentation des quotas, par Villemer Hugues , le 13 octobre 2016 à 15h56

    Je suis contre l’augmentation des quotas de pêche aux civelles.

  •  Contre l’augmentation du quota de prélèvement, par Sussu , le 13 octobre 2016 à 15h24

    Et favorable à l’interdiction pure et simple de cette pêche pour toutes les bonnes raisons évoquées précédemment.

  •  Non à la pêche intensive des civelles, par SAINTE-CROIX , le 13 octobre 2016 à 15h12

    Il est temps, en effet, de limiter la "pêche" des civelles puisque celle-ci ne sert que des intérêts financiers et appauvrit les cours d’eau. En Charente, par exemple, on ne pêche quasiment plus d’anguilles, le lit de la rivière est trop propre pour ne pas être "lessivé" par tous les engrais et autres détergents.Merci de dénoncer ces excès pour le maintien de l’équilibre naturel et humain...

  •  Destruction volontaire d’une espèce., par Julien , le 13 octobre 2016 à 14h58

    Bonjour,

    Etant jeune, je pêchais l’anguille au vers et c’était un vrai plaisir. Avec mon père, nous en faisions facilement plusieurs par jour. Elles étaient pour la plupart de belle taille.

    Aujourd’hui, je pose plusieurs lignes pour mon fils et nous n’en faisons même pas une seule. L’endroit était tellement poissonneux dans le passé. Aujourd’hui, plus rien.

    La pêche à la civelle est une folie. Un peu comme l’esturgeon qui a frôlé l’extinction à cause du caviar. Depuis quand exterminons les plus jeunes, les portées... tout ceux qui n’ont pas atteint la maturité sexuelle... même pas reproduit une seule fois.
    >>> Cette pêche devrait être interdite.

  •  Interdiction totale de la pêche de la civelle, par Olibouton , le 13 octobre 2016 à 14h28

    Il ne faut pas de quotas, mais une interdiction totale, avec des amendes dissuasives, pour que nos cours d’eau retrouve un niveau de population correct. Cette pêche ne concerne que quelques individus, mais les conséquences affectent tout le monde.

  •  avis favorable, par sonia , le 13 octobre 2016 à 14h22

    avis favorable

  •  Augmentation des quotas de civelles, par Chalard , le 13 octobre 2016 à 14h20

    Il me semble que cette mesure va à l’encontre du suivi et des mesures prises pour le repeuplement de l’anguille . Nous constatons sur nos rivières de Charente un effondrement des quantités de poisons adultes ( voir etude Epidor sur le basin de la Dronne) . Avant de ré augmenter les quotas de civelles , il faudrait que le stock d’anguilles jaunes remonte de manière significative , ce qui n’est pas le cas .

  •  Avis favorable, par Alexis P. , le 13 octobre 2016 à 14h17

    Je suis favorable à ce projet d’arrêté ;
    Les propositions de quota sont cohérentes avec les préconisations scientifiques ;
    Toute restriction supplémentaire de la pêcherie n’aurait pu être acceptée par la profession tant que l’atteinte des objectifs du PGA fixés pour les nombreux autres facteurs de mortalité ne sera pas démontrée ;
    La profession française a consenti des efforts considérables au cours des 10 dernières années pour atteindre ses objectifs ;
    Le niveau de recrutement en civelles suit une tendance à la hausse au cours des cinq dernières années. De plus, la logique veut que les effets des mesures mises en œuvre en Europe depuis 2007 en faveur de l’anguille se fasse sentir chaque année un peu plus sur le niveau du recrutement.
    La filière française de façon plus générale a besoin de sérénité et de stabilité pour permettre leur maintien et poursuivre leur action en faveur de la reconstitution du stock, dans le cadre notamment de la mise en œuvre des actions de repeuplement de l’anguille en Europe.

  •  Ben voyons...., par Fab G , le 13 octobre 2016 à 14h17

    Encore un bel exemple de lobbying à la Française....

    Moi je connais le résultat de cette consultation qui n’est, comme d’habitude qu’une lamentable farce...

    Comment peut-on autoriser la pêche de millions de juvéniles d’une espèce en danger d’extinction ? !

    Comment ne pas comprendre que cela ne peut qu’aggraver le problème?

    comment les pêcheurs pros peuvent se targuer de participer à l’augmentation des stocks de juvéniles ? De qui se moque t’on?

    Vous l’aurez compris je suis définitivement contre cette hérésie...

    Quelle honte !!

  •  Favorable , par Ath , le 13 octobre 2016 à 14h10

    Favorable.quand je voit tout ces commentaire sa me fait bien rire car pour vous tous le seul facteur de la destruction de l’anguille est la surpeche... Pour la plupart d’entre vous vous ne connaissez pas grand chose à la pêche et au milieu aquatique.Dans ma région nous ne somme plus qu’une poignée de pêcheur depuis quelque années maintenant et c’est pas pour autant qu’on peche plus.
    Avant de taper sur les pêcheur taper sur la pollution , les centrale nucléaire qui aspire des tonne et des tonne de poisson sa on en parle pas ,Le silure au pied des barrage qui gobe tout sur sont passage sa vous trouver sa normal.De plus tout les amateurs qui se compare au professionnelle arrêter avec sa car professionnelle égale métier cotisations impôt charge , les amateurs c’est juste pour le loisir

  •   l’anguille doit être sauvée , par phil , le 13 octobre 2016 à 13h44

    La pêche à l’anguille ne devrait être autorisée que pour les poissons adultes avec limitation des prises.
    L’État et les propriétaires de digues sur les cours d’eau, dépensent des fortunes pour faire remonter quelques éventuelles anguilles, alors que l’on autorise la pêche à l’aval des fleuves des milliards de petites civelles qui pourraient remonter
    Il faut une interdiction totale de pêche des anguilles de moins de 50 cm de long, si on veut que les cours d’eau se repeuplent.

  •  pêche professionnelle, par Jean-Loup ALEXANDRE président AAPPMA , le 13 octobre 2016 à 13h33

    Les AAPPMA ont les soucis du milieu aquatique et de l’empoissonnent des rivières et les professionnel qui ne participent à rien volent nos poissons pour les vendre sur le marché - Il serait temps que les gouvernement prenne conscience des ravages occasionnées par la sur pêche -De plus le gouvernement augmente les quotas et nous les AAPPMA nous avons des restrictions - Il faut prendre l’exemple de l’Irlande interdire la pêche aux filets dans les rivières et les fleuves et 1 km de part et d’autre de l’estuaire , ainsi nous pourrons augmenter sérieusement notre tourisme pêche

  •  laissons les grandir, par AAPPMA Cerizay 79. , le 13 octobre 2016 à 13h24

    mangeons nous des cannetons, des poussins, des lapereaus, des petits brochets ou sandre etc,,,.
    laissons grandir les civelles et qu’elles deviennent des anguilles.
    ça toujours été une honte d’accepter la pêche à la civelle pour des profits d’argent et pourquoi pour quelques minutes, voir quelques secondes en bouche ; c’est lamentable cette pêche de civelles.

  •  A quand une gestion des ressources vraiment serieuse?, par denis , le 13 octobre 2016 à 13h04

    Bjr,
    Comment peut on autoriser une augmentation des quotas sur des juveniles de poisson migrateur alors meme que cette espece est en danger ds tte l Europe certains pays ont meme interdit sa peche notamment l Irlande ?

    Il faut reconsiderer la filiere economique de cette peche commerciale qui va droit dans le mur et qui ne fait vivre que tres peu de familles.
    L interet economique passe par une gestion intelligente des ressources naturelles,nous devons gerer ces especes a long-terme.

    Si rien n est fait ds ce sens rapidement demain il sera trop tard..

  •  Ben voyons...., par Fab G , le 13 octobre 2016 à 12h42

    Bonjour,

    Y a t’il quelqu’un au ministère de l’écologie qui aurait lu un temps soit peu le Code de l’Environnement ou serait pourvu d’un peu de bon sens ?? Apparemment non...puisque celui-ci prévoit dans l’article L436-5 que certaine espèces ne puissent être prélevées avant d’avoir effectuer un cycle de reproduction...les espèces concernées sont celles à haute valeur patrimoniale et pour la plupart en danger d’extinction...
    L’anguille n’est pas concernée dans la règlementation en vigueur mais bizarrement fait partie d’un plan de sauvegarde à l’échelle européenne ! Cherchez l’erreur ! A moins que les civelles se soient déjà reproduites à moins de 12 cm....

    Enfin bref c’est déjà une honte que la pêche de la civelle soit autorisée alors en plus augmenter les quotas... j’ai pas de mot (pouvant être acceptés par la modération)

    Ce projet d’arrêté reflète bien la dynamique insufflée par le lobbying de la pêche pro et du monde agricole en général, allez y de toute façon l’écosystème global s’en remettra très bien d’ici quelque millions d’années !!

    PS : Est ce que le ministère de l’écologie recrute ? Car j’ai un CAP de Mécanicien je pense avoir le profil !

    Cordialement.

  •  stop au massacre, par raynaud claude aappma de chasseneuil 16260 , le 13 octobre 2016 à 11h55

    Arrêtons le massacre, stop à l’augmentation des quotas de pêche de la
    civelle si l’on veut revoir l’anguille dans nos rivières. C’est désolant de voir que nous, simples pêcheurs d’AAPPMA, faisons des efforts, autant financiers qu’humains,pour que notre rivière (la Bonnieure) retrouve ses qualités d’antan et les résultats sont là, la truite fario sauvage est de retour,des efforts anéantis par des lois en faveur de professionnels de la pêche et du profit.

  •  tout pour l’argent, par rincon , le 13 octobre 2016 à 11h51

    Merci pour la sauvegarde de la faune aquatique !

  •  protection des civelles = plus d’anguilles adultes en rivières, par PIOT ALAIN , le 13 octobre 2016 à 11h41

    cela fait nombres d’années que nous devrions être sensibilisés sur la protections des civelles.
    ces poissons ne sont pas de simples marchandises dans un circuit économique, mais font partis d’un patrimoine écologique, et culturel, qui n’empêche pas , par périodes, un prélèvement d’adultes destinés à l’art culinaire.
    SAUVONS CETTE ESPECE ANGUILLE JAUNE ET SURTOUT ARGENTEE
    PRIVILEGEONS LA PECHE A LA LIGNE ET ARRETONS LES PECHES PROFESSIONNELLES.!!!!!!!!!!!!!

  •  Protection des anguilles, par BALZANO , le 13 octobre 2016 à 11h06

    Je suis totalement opposé à ce projet qui pour moi est une absurdité. Je suis un pêcheur amateur et à ce titre je ne prends qu’une dizaine d’anguilles par an, j’ai accepté que l’espèce soit plus protégée du fait de sa raréfaction. Afin d’y remédier on projette pour des raisons de profits au détriment de toutes autre raison d’augmenter le quota de prise de civelle par les professionnels au lieu de le diminuer voire même de l’interdire durant deux à trois ans voire plus si nécessaire ; Je souhaite que les générations futures puisse voir des anguilles autre part que dans un livre comme celà se produit pour certaine espèces animales
    Donc je dis non et non à ce projet

  •  arretonds le massacre, par gb 16 , le 13 octobre 2016 à 11h04

    il faut carrément interdire la pêche des civelles.
    mais dans le même temps il faut limiter les prélevement en eaux de
    nos rivières qui sont à sec plusieurs mois dans l’année.

  •  "le vivant comme modèle", par jeanmaco , le 13 octobre 2016 à 10h59

    J’invite tous les acteurs de la destruction de la nature au nom du "fric", le dieu de leur impuissance, à lire ce livre de Gauthier Chapelle sur le biomimétisme !...mais qui donc se goinfre de civelles ?

  •  massacre ??????????????, par jojo , le 13 octobre 2016 à 10h53

    nous avons dans le monde beaucoup d’espèces qui disparaissent

    l’anguille,si çà continue va en faire partie

    ( si nous tuons tous les veaux en meme temps,il n’y aura plus de bovins)

    je suis contre la peche des civelles :

    "je suis un petit pecheur de rivière"

  •  pêche de l’anguille juvénile, par P.Delage , le 13 octobre 2016 à 10h52

    Quand se décidera-t-on à protéger pour de bon la nature en interdisant totalement ce carnage?

  •  Une honte !, par Cyberpapy16 , le 13 octobre 2016 à 10h52

    Oui, c’est une honte d’autoriser une augmentation des prélèvements gigantesques de jeunes anguilles alors qu’en raison des prélèvements réalisés jusqu’à aujourd’hui les anguilles ont quasiment disparu de nos rivières et plan d’eau, privant injustement les pêcheurs amateurs de la possibilité de pêcher quelques anguilles par saison.
    IL FAUT FORTEMENT DIMINUER VOIRE INTERDIRE TOTALEMENT LA CAPTURE DE CIVELLES PENDANT AUTANT ANNÉES QU’IL SERA NÉCESSAIRE AU RETOUR DES ANGUILLES DANS LES RIVIÈRES ET PLANS D’EAU FRÉQUENTES PAR LES PÉCHEURS AMATEURS.
    JE SUIS VIVEMENT OPPOSE A L’AUGMENTATION DU QUOTA DE PÊCHE AFFECTE AUX PÊCHEURS PROFESSIONNELS DESTINE A LA CONSOMMATION.

  •  Défavorable.Stop à la disparition, par Gagnon Jacques , le 13 octobre 2016 à 10h49

    Si on prélève les petites il n’y aura plus de reproduction !!! Sans doute n’ai-je rien compris !!

  •  nullissime !!!!!!!!!, par joe16270 , le 13 octobre 2016 à 10h46

    Depuis 2 années, on nous parle biodiversité et continuité écologique sur nos rivières.Cela va couter des sommes folles pour permettre aux poissons de remonter la rivière le plus loin possible vers sa source.
    Mais les anguilles, elles ne font pas partie des espèces qui ont cette faveur. C’est un scandale !!!!!!Elles vont être pêchées à l’embouchure, pour nous de la Charente, et ne verront jamais la continuité écologique.Par contre on va contraindre le droit de la pêcher à la ligne pour la protéger, car elle est en voie de disparition. Je crois qu’il n’y a pas que les footeux qui ont besoin de se muscler le cerveau !!!!!!!!!!!!!!

  •  Avis défavorable de la Fédération de la Vienne pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique, par Fédération de la Vienne pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique , le 13 octobre 2016 à 10h44

    Madame, Monsieur,

    Par la présente, la FDAAPPMA 86 souhaite émettre un avis défavorable au projet d’arrêté portant définition, répartition et modalités de gestion du quota d’anguille européenne (Anguilla anguilla) de moins de 12 centimètres pour la campagne de pêche 2016-2017.

    L’augmentation de 13 % des quotas de captures de civelles pour les pêcheurs professionnels est incohérente et incompatible avec les objectifs fixés par le règlement européen Anguille du 18 septembre 2007. En effet, la remontée de l’indice de recrutement prévue pour 2016 à son niveau de 2014, doit constituer un argument pour continuer et renforcer les politiques de gestion en place. Cette prévision peut également motiver les gestionnaires locaux (Fédérations pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique, associations Grands Migrateurs, syndicats …) en les incitant à travailler sur les facteurs à l’origine de l’effondrement des populations d’anguilles depuis les années 80. Cela ne doit en aucun cas permettre de relâcher les efforts réalisés pour la reconstitution des stocks de cette espèce classée en danger critique d’extinction dans la liste rouge des espèces menacées en France de l’UICN.

    Une hausse importante du quota de consommation :
    Ce nouveau quota de consommation fixé à 26 tonnes n’encourage pas les organismes environnementaux à persévérer dans leurs actions en faveur de l’anguille européenne. Encore une fois, les enjeux économiques semblent être priorisés aux problématiques écologiques. A savoir qu’une augmentation nette de 13 % du quota destiné à la consommation représente environ 7,5 millions de civelles et donc un nombre important de potentiels reproducteurs. Il s’agirait d’une perte considérable incompatible avec les actions préconisées par le Plan National de Gestion de l’Anguille.
    De plus, il est fort probable que l’indice de recrutement de 2017 se verra diminué par rapport à celui de 2016.

    Une efficacité des opérations de repeuplement incertaine :
    Le succès des opérations de repeuplement débutées en 2011 reste encore incertain actuellement. Le dernier rapport 2015 d’expertise du GRISAM (Groupement d’Intérêt Scientifique sur les poissons Amphihalins) sur les suivis des transferts de civelles au niveau national, émet de fortes réserves sur la survie des civelles transférées. Ainsi, nous nous interrogeons sur le devenir des 39 tonnes de civelles prévues pour les opérations de repeuplement en 2017.

    Une redéfinition du quota :
    Finalement, l’augmentation des quotas serait un frein à la progression des effectifs et un non-sens sur le plan écologique. Il serait donc raisonnable de définir un quota de précaution basé sur le principe de responsabilité intégrant le très mauvais état des populations actuelles. Il ne faut pas oublier que le niveau moyen de recrutement des dernières années est à seulement 8% de celui des années 1970 (source : FAO EIFAC & ICES, 2008).

    La FDAAPPMA86 demande ainsi un moratoire sur la pêche de l’anguille européenne de moins de 12 centimètres pour les pêcheurs professionnels.

    FDAAPPMA 86

  •  CONTRE CETTE PÊCHE , par Robinson , le 13 octobre 2016 à 10h36

    Je suis entièrement contre cette pratique de pêche ravageuse de la civelle. Pêche qui amenuise les effectifs d’anguilles, et qui risque à court terme, d’aller vers l’extinction de l’espèce.

    Quand allons-nous arrêter le massacre ?

    Et, s’il n’y avait que ce poisson !!! ma réponse vaut pour beaucoup d’autres espèces.

  •  humeur, par lagorse daniel , le 13 octobre 2016 à 10h36

    il est scandaleux que pour le profit de quelques uns on sacrifie une espece
    nous les ruraux de la france profonde on n’aura bientot plus que le choix d’aller habiter sur les cotes pour faire comme ces privilégiés

    cela ne sert plus à rien d’entretenir nos riviéres si on ne laise pas remonter les migrateurs !!!!!!!

    c’est triste et décourageant pour nous les jardiniers du milieu aquatique

  •  Danger de disparition, par JCL16 , le 13 octobre 2016 à 10h36

    Depuis plus de 30 ans, la pèche à la civelle porte une menace sur la survie de l’anguille. Celle-ci a déjà largement déserté nos estuaires.
    D’autre part deux autres problèmes pourraient accélérer l’appauvrissement de cette espèce.
    C’est le réchauffement climatique avec la modification des courants océanique.
    L’irrigation avec la mise à sec de nos rivières au nom de la productivité agricole.
    Il y a fort à parier que ceux qui profitent de ses aménagements seront les premiers à manifester pour obtenir des subventions parce que leurs exploitations ne seront plus rentables.
    Il est important de mettre en face de leurs responsabilités ces têtes bien pensantes, et d’établir des cotas afin de préserver les espèces menacées
    La Coquille St Jacques était en voie de disparition en Bretagne, avec une pèche mesurée et au condition stricte, elles sont revenues et les tailles sont plus belles.

  •  doleance, par ludo16110 , le 13 octobre 2016 à 10h35

    bonjour
    depuis plusieurs annees ont ne voit plus beaucoup d anguilles sur nos lieux de peche cela est tres grave , donc je demande si possible de revoir les modalites de peche de cette espece
    merci beaucoup

  •  Contre les captures de poissons juvéniles, par ISTVANCIN Pascal , le 13 octobre 2016 à 10h16

    Je suis totalement contre ce projet. Pour moi, tout poisson et animal sauvage ne devrait pouvoir être prélevé qu’au stade adulte afin de leur avoir permis de se reproduire au moins une fois. Les anguilles sont devenues de plus en plus rares et lorsque l’on veut respecter une espèce, il est complètement ubuesque d’en éliminer les juvéniles.
    De plus les tailles de capture de chaque espèce devraient être fixées localement, en fonction de l’écosystème considéré, et non au niveau national ce qui est le cas pour la Truite Fario à 30cm (je connais une rivière du sud-ouest où les truites sont matures à 41 cm).

  •  Pêche de l’anguille, par seb , le 13 octobre 2016 à 10h14

    Bonjour,
    continuons de laisser les professionnels pêcher des tonnes de civelles et interdisons aux petits pêcheurs amateurs (qui payent leur carte chère chaque année) de prendre une dizaine d’anguilles par ans (pour leur consomation personnelle) et tout sera parfait !!!

  •  Avis défavorables. Serons nous écouté?, par Richard R. , le 13 octobre 2016 à 10h05

    Cette consultation m’en rappelle une autre. Il y a un an, nous étions consulté pour l’augmentation du nombre de pêcheurs pros en France. Près de 70 ou 80% d’avis défavorables, une très large majorité contre, et le texte finalement accepté.

    Je viens de lire une bonne partie des avis ici, et encore une fois, une large majorité d’avis défavorables face à la barbarie et le manque de réflexion de nos institutions.

    Les pêcheurs amateurs sont en colères, car nos représentants ne nous représentent plus, ne nous écoutent plus, sont en train de brader nos eaux et nos poissons, pour le profits de quelques uns, pour leur profit personnel sans doute, pour leur petit pouvoir, pour l’économie, pour l’argent.

    Préservons nos eaux, préservons nos poissons, luttons contre l’augmentation des quotas et des filets !

    Je suis personnellement extrêmement défavorable à ce texte, l’anguille est menacée, et pêcher sa reproduction sans qu’elle ait eu le temps d’elle même renouveler l’espèce est une catastrophe écologique !

    Cette pratique date d’une autre époque, d’un autre temps, il serait temps d’évoluer !

    Faut-il en arriver à tout casser à l’image de ce qu’on fait les taxis parisiens pour que l’on soit enfin écouté?

  •  juste inadmissible, par titou16 , le 13 octobre 2016 à 10h02

    je pense que si l’on voulait éradiquer l’espèce "anguille", on ne s’y prendrait pas autrement, c’est navrant...

  •  Contre cette mesure !!!, par Stef , le 13 octobre 2016 à 09h22

    Pourquoi continuer à détruire des espèces qui sont mal en point ? La logique de nos gouvernants m’étonne de plus en plus !!!

  •  Contre le décret et pour que les responsables fassent leur travail., par Christophe Sullet , le 13 octobre 2016 à 07h48

    On sait tous que ce qui doit être extrêmement limité est la pêche honteuse de la civelle qui à ce stade n’est pas une pêche mais un massacre.
    Les pêcheurs amateurs d’anguille adultes quand à eux sont si peu influents par rapports à la pêche des estuaires qu’il faut arrêter de les brimer.
    Mais la puissance des lobbies étant ce qu’elle est...

  •  Stop, par Richard , le 13 octobre 2016 à 04h32

    Je partage les arguments développés par la fédération de pêche des Deux Sèvres et souhaite que l’intelligence l’emporte sur le business. Arrêtons l’hécatombe..

  •  Quota de pêche à la civelle, par la bavure , le 12 octobre 2016 à 23h13

    Bonjour,
    Simple pêcheur, je suis contre ce projet d’arrêté/de décret, qui va à l’encontre d’une saine gestion des anguilles dans un but purement mercantile. Je souhaiterais plutôt qu’il y en ait un pour réduire le quota autorisé et retrouver les rivières de mon enfance.

  •  Non à L augmentation de la pêche de le civelle , par Gg 24 , le 12 octobre 2016 à 21h44

    En tant que pêcheur on subit là pêche intensive des pêcheurs de civelle dans nos cour d’eau on attrape de moins en moins d’anguilles et le jours ou il n’y en aura plus il sera trop tard. Nous en tanthropologie que pêcheurs on nous demande de faire des efforts donc je pense que tout le monde devrait en faire.

  •  CONTRE LA PECHE A L’ALEVIN, par Pascal LANGLADE , le 12 octobre 2016 à 21h26

    A l’heure de la raréfaction et de la possible disparition de l’espèce comment peut-on autoriser la destruction de plusieurs millions d’anguilles (2900 civelles par kilo) ? Quant à l’histoire du repeuplement je me bornerai à rappeler que les anguilles n’ont besoin de personne pour remonter les cours d’eau et passer la plupart des digues et des barrages fluviaux. On a d’ailleurs équipé ceux-ci de passes , d’échelles et meme d’ascenseurs dans le cadre de couteux plans migrateurs . Ces aménagements qui ont prouvé leur efficacité (comptages) sont aujourd’hui pratiquement désertés : il n’y a presque plus de candidats à la remontée. Et comme ça ne suffit pas on va en remettre une couche : augmenter le quota de 13% ! Belle inflation !
    Au fait : pourquoi ne pas autoriser la pêche de la truitelle, du petit sandre, du brocheton? Ca doit être si bon en friture !

  •  stop au quotas pour la péche a la civellle, par tintin , le 12 octobre 2016 à 20h53

    Je suis contre une augmentation des quotas , il faut stopper le prélèvement des juvéniles , on demande de la part du pêcheur amateur pour protéger le milieu piscicole , quotas , mailles ect ect .... qui paye son droit de pêcher sur nos cours d’eau et participe aux rempoissonnements et de l autre coté on augmente les professionnels et leurs quotas , stop à se massacre .

  •  Avis défavorable , par BATAILLE Ghislain , le 12 octobre 2016 à 20h05

    L’Article L436-5 du code de l’environnement prévoit de nombreuses mesures réglementaires destinées à protéger certaines espèces aquatiques qui présentent un intérêt patrimonial ou économique. Il interdit notamment leur capture avant l’âge de la reproduction. Apparemment cette disposition de bon sens ne concerne pas l’anguille dont les populations sont pourtant en grande difficulté. Contre toute logique, il est jugé pertinent de capturer cette espèce au stade alevin, dans l’unique but de favoriser artificiellement une profession avec l’argent du contribuable.

  •  Quota de pêche à la Civelle, par Nanard , le 12 octobre 2016 à 18h59

    Alors que les anguilles ont quasiment disparu de nos rivières, et c’est ce qui fait que je ne pratique plus la pêche en eau douce, on constate une nouvelle fois que seuls les intérêts financiers ont cours dans ce pays. Comment expliquer autrement une augmentation du tonnage de la pêche à la Civelle ?

  •  quota peche civelle, par boby , le 12 octobre 2016 à 18h37

    il serait peut-être temps d’interdire ou du moins diminuer de façon très importante la pêche à la civelle car nos rivières sont pratiquement dépeuplées en anguilles car pour moi c’était une belle pêche !

  •  Pêche à là civelles quotat, par Bontems , le 12 octobre 2016 à 18h24

    Nous sommes contre l augmentation des quotats et surtout pour la dimension de pêche de ses animaux qui ont tant de mal à subsister avec tous les entraves mis à leur vie à force de puiser dans les ressources et les juvéniles il n y aura plus de faune
    je ne suis pas pecheur d angullies mais je pêche la truite et depuis deux ans je constate également la disparition de cette espèce il faudrait préserver plutôt qu exploiter à outrance

  •  Contre cette décision ., par BONNEAU Jérôme , le 12 octobre 2016 à 18h04

    Je suis totalement contre une augmentation des quotas , il faut stopper le prélèvement des juvéniles , on demande de plus en plus d’exigences de la part du pêcheur amateur pour protéger le milieu piscicole , quotas , mailles ect ect .... qui paye son droit de pêcher sur nos cours d’eau et participe aux rempoissonnements et de l autre on augmente les professionnels et leurs quotas , le monde à l’envers , stop à se massacre ....

  •  le massacre des anguilles a assez duré ! , par vermeulen , le 12 octobre 2016 à 17h12

    << préserver leur activité économique à un niveau satisfaisant = cette phrase est honteuse ! la peche professionnelle en riviere devrait etre interdite depuis des lustres ! Le stock de poissons diminue sans cesse et les quotas de peche augmentent , il faudrait expliquer cette logique messieurs les ministres de l’environnement . Pauvre pecheur que nous sommes on ne risquent plus de s’amuser aux bords de de l’eau !!!

  •  Demagogire quand tu nous tiens, par Roger , le 12 octobre 2016 à 16h47

    pourquoi toujours des pêcheurs professionnels et amateurs en eau douce?Les pêcheurs a la ligne peuvent toujours se restreindre et repeupler ! Qu’en est il des autres?
    Quant’au futur ancien pêcheur il devrait se rapprocher des fedes et leur donner des conseils pour qu’ils ne lachent pas des poissons cagneux
    DESESPERENT

  •  SCANDALEUX, par coucoul , le 12 octobre 2016 à 15h21

    On croit rêver, les pêcheurs amateurs du dimanche sont hyper limités, contrôlés avec suivi des (éventuelles) prises alors qu’ils ne prélèvent qu’une quantité tellement infime qu’elle n’est pas mesurable, et de l’autre coté on autorise à la capture des tonnages de civelles exhorbitants !!
    Quel monde !!!

  •  Encore un Arrêté, par Didier 24 , le 12 octobre 2016 à 15h14

    Encore des bureaucrates qui ne connaissent rien à la nature et surtout pas à la pêche et à la préservation des espèces

  •  Avis défavorable de la FDAAPPMA des DEUX-SEVRES, par FDAAPPMA 79 , le 12 octobre 2016 à 15h10

    En 2007, le Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM) indique que le stock d’anguilles européennes ne se situe plus dans les limites biologiques raisonnables : le taux de recrutement est très bas et la mortalité est supérieure au seuil de renouvellement des générations, et la pêche actuellement pratiquée n’est pas durable. L’anguille, qui figure dans la liste des espèces en déclin, est inscrite à l’annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, dite Cites.

    Face à cette situation préoccupante, la commission européenne a émis un règlement européen (Règlement (CE) N°110/2007) le 18 septembre 2007 qui institue des mesures de reconstitution du stock d’anguilles. Le 15 février 2010 le plan de gestion de la France a été approuvé par la Commission Européenne. L’approche défendue par le plan de gestion de la France est d’agir à court et moyen terme sur les principaux facteurs anthropiques de mortalité et de dérangement de l’anguille que sont la pêche, le turbinage, le braconnage, les pollutions et les pertes d’habitat, à des niveaux suffisamment ambitieux mais progressifs, de façon à stopper l’effondrement du stock.

    Pour la pêche, l’objectif du plan de gestion est de réduire la mortalité de 60% pour les trois stades (anguille de moins de 12 cm, anguille jaune et anguille argentée). En France, pour l’anguille de moins de 12 cm, cela s’est traduit par un moratoire pour les pêcheurs amateurs, de l’instauration de quotas et d’une limitation de la période de pêche pour les pêcheurs professionnels maritimes et fluviaux. Le maintien d’une activité de pêche a emporté l’obligation pour l’Etat français de réserver progressivement une partie des civelles capturées (60 %) pour effectuer des opérations de repeuplement.

    Une hausse du quota : deuxième plus haut tonnage depuis la sortie du plan de gestion !

    Pour la saison 2016-2017, il est proposé de fixer un quota de pêche de civelles destinées à la consommation de 26 tonnes. Le quota relatif au repeuplement passe à 39 tonnes de façon à répondre à l’objectif d’atteinte de 60% du quota total alloué au repeuplement. Ainsi, le quota consommation augmente de 3 tonnes et le quota destiné au repeuplement augmente de 4,5 tonnes. Le quota total national augmente de 6,5 tonnes, soit une augmentation de 13% par rapport à la saison précédente !

    Le quota 2016-2017 sera ainsi le deuxième tonnage le plus important avec 65 tonnes. Pour rappel, les quotas nationaux des saisons depuis 2009 sont repris dans le tableau ci-dessous.

    • 2009/2010 : Conso 40t ; Repeu 21,5t ; tot 61,5t
    • 2010/2011 : Conso 24,6t ; Repeu 20,1t ; tot 44,7t
    • 2011/2012 : Conso 22,2t ; Repeu 14,8t ; tot 37t
    • 2012/2013 : Conso 17t ; Repeu 17t ; tot 34t
    • 2013/2014 : Conso 17t ; Repeu 25,5t ; tot 42,5t
    2014/2015 : Conso 30 t ; Repeu 45t ; tot 75t
    • 2015/2016 : Conso 23t ; Repeu 34,5 t ; tot 57,5t
    2016/2017 : conso 26t ; Repeu 39t ; tot 65t

    Des quotas définis uniquement en fonction du recrutement.

    Nous tenons à rappeler que toutes les séries de données de recrutement dont nous disposons depuis les années 1960 convergent, à l’image des analyses menées à l’échelle européenne, pour indiquer une chute importante depuis les années 1980 et continue jusqu’à nos jours, du recrutement en civelles. Le niveau moyen de recrutement des dernières années est à seulement 8% de celui des années 1970.

    L’argument principal avancé pour justifier une augmentation du quota est une remontée prévue de l’indice de recrutement sur la prochaine saison ? Nous observons une stagnation du front de colonisation sur le bassin Charente des anguilles des moins de 15 cm et un vieillissement des anguilles en place avec une nette régression des biomasses des anguilles supérieures à 30 cm. Les indicateurs développés dans le cadre du plan de gestion mettent en lumière ce constat négatif sur la situation globale de l’espèce au niveau national. Il nous paraît donc très incertain de poursuivre l’instauration de quotas basés seulement sur les indicateurs de recrutement qui ne reflètent pas la situation globale de l’espèce.

    Un doute sur l’efficacité des repeuplements pour la restauration des stocks.

    L’autre source d’incertitude que nous avons réside sur la poursuite des repeuplements d’anguilles de moins de 12 cm. Sur ce point le rapport de mise en œuvre du plan de gestion montre que le suivi immédiat des repeuplements, réalisé à j+15, évalue des taux de mortalités de l’ordre de 30 % en moyenne (6 à 72 % selon les sites). De plus, le dernier rapport 2015 d’expertise du GRISAM sur les données collectées lors des trois premières années de suivis des transferts de civelles au niveau national émet de fortes réserves sur le devenir et les performances des civelles transférées. Ces résultats permettent de s’interroger sur la réelle efficacité des mesures de repeuplement et donc sur le devenir des 39 tonnes prévues pour le quota repeuplement sur la prochaine saison.

    Etre responsable, appliquer le principe de précaution, aller vers un moratoire

    Comme les années précédentes, c’est l’espèce anguille qui supporte le risque. Seule une amélioration sur le long terme de l’état global de la population sur l’ensemble de son cycle (civelle, anguille jaune, anguille argentée) et donc sur le maintien d’une gestion prudente et rigoureuse permettra d’évoquer le rétablissement de la population.

    Concernant le calcul des quotas, étant donné les trop nombreuses et les fortes incertitudes sur l’avenir de l’anguille, identifiées et rappelées par le Comité Scientifique, et des certitudes sur son mauvais état, il serait raisonnable de choisir un quota de précaution basé sur le principe de responsabilité et guidé par les impératifs liés à l’espèce. Or ce choix n’est jamais réalisé.

    Dans ce contexte, La Fédération des Deux-Sèvres pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique émet un avis défavorable sur le projet d’arrêté et demande un moratoire pour toutes les catégories de pêcheurs sur la capture de l’anguille européenne de moins de 12 cm.

  •  civelles, par L. Cornu Ing. informatique , le 12 octobre 2016 à 15h08

    Je crois qu’il faut stopper ce commerce très juteux qui ne concerne que qlqs élus culinaires, sans compter les autres espèces non concernées qui subissent également les filets à fine mailles.

  •  avis défavorable, par collinet , le 12 octobre 2016 à 15h07

    Bonjour,
    Je suis contre ce décret, qui va à l’encontre d’une saine gestion des anguilles, et tout cela pour des intérêts purement financiers

  •  Etre responsable, appliquer le principe de précaution, aller vers un moratoire, par Groupement des fédérations de pêche du Poitou-Charentes , le 12 octobre 2016 à 13h57

    En 2007, le Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM) indique que le stock d’anguilles européennes ne se situe plus dans les limites biologiques raisonnables  : le taux de recrutement est très bas et la mortalité est supérieure au seuil de renouvellement des générations, et la pêche actuellement pratiquée n’est pas durable. L’anguille, qui figure dans la liste des espèces en déclin, est inscrite à l’annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, dite Cites.

    Face à cette situation préoccupante, la commission européenne a émis un règlement européen (Règlement (CE) N°110/2007) le 18 septembre 2007 qui institue des mesures de reconstitution du stock d’anguilles. Le 15 février 2010 le plan de gestion de la France a été approuvé par la Commission Européenne. L’approche défendue par le plan de gestion de la France est d’agir à court et moyen terme sur les principaux facteurs anthropiques de mortalité et de dérangement de l’anguille que sont la pêche, le turbinage, le braconnage, les pollutions et les pertes d’habitat, à des niveaux suffisamment ambitieux mais progressifs, de façon à stopper l’effondrement du stock.

    Pour la pêche, l’objectif du plan de gestion est de réduire la mortalité de 60% pour les trois stades (anguille de moins de 12 cm, anguille jaune et anguille argentée). En France, pour l’anguille de moins de 12 cm, cela s’est traduit par un moratoire pour les pêcheurs amateurs, de l’instauration de quotas et d’une limitation de la période de pêche pour les pêcheurs professionnels maritimes et fluviaux. Le maintien d’une activité de pêche a emporté l’obligation pour l’Etat français de réserver progressivement une partie des civelles capturées (60 %) pour effectuer des opérations de repeuplement.

    Une hausse du quota : deuxième plus haut tonnage depuis la sortie du plan de gestion !

    Pour la saison 2016-2017, il est proposé de fixer un quota de pêche de civelles destinées à la consommation de 26 tonnes. Le quota relatif au repeuplement passe à 39 tonnes de façon à répondre à l’objectif d’atteinte de 60% du quota total alloué au repeuplement. Ainsi, le quota consommation augmente de 3 tonnes et le quota destiné au repeuplement augmente de 4,5 tonnes. Le quota total national augmente de 6,5 tonnes, soit une augmentation de 13% par rapport à la saison précédente !

    Le quota 2016-2017 sera ainsi le deuxième tonnage le plus important avec 65 tonnes. Pour rappel, les quotas nationaux des saisons depuis 2009 sont repris dans le tableau ci-dessous.
    • 2009/2010 : Conso 40t ; Repeu 21,5t ; tot 61,5t
    • 2010/2011 : Conso 24,6t ; Repeu 20,1t ; tot 44,7t
    • 2011/2012 : Conso 22,2t ; Repeu 14,8t ; tot 37t
    • 2012/2013 : Conso 17t ; Repeu 17t ; tot 34t
    • 2013/2014 : Conso 17t ; Repeu 25,5t ; tot 42,5t
    • 2014/2015 : Conso 30 t ; Repeu 45t ; tot 75t
    • 2015/2016 : Conso 23t ; Repeu 34,5 t ; tot 57,5t
    • 2016/2017 : conso 26t ; Repeu 39t ; tot 65t

    Des quotas définis uniquement en fonction du recrutement.

    Nous tenons à rappeler que toutes les séries de données de recrutement dont nous disposons depuis les années 1960 convergent, à l’image des analyses menées à l’échelle européenne, pour indiquer une chute importante depuis les années 1980 et continue jusqu’à nos jours, du recrutement en civelles. Le niveau moyen de recrutement des dernières années est à seulement 8% de celui des années 1970.

    L’argument principal avancé pour justifier une augmentation du quota est une remontée prévue de l’indice de recrutement sur la prochaine saison ? Nous observons une stagnation du front de colonisation sur le bassin Charente des anguilles des moins de 15 cm et un vieillissement des anguilles en place avec une nette régression des biomasses des anguilles supérieures à 30 cm. Les indicateurs développés dans le cadre du plan de gestion mettent en lumière ce constat négatif sur la situation globale de l’espèce au niveau national. Il nous paraît donc très incertain de poursuivre l’instauration de quotas basés seulement sur les indicateurs de recrutement qui ne reflètent pas la situation globale de l’espèce.

    Un doute sur l’efficacité des repeuplements pour la restauration des stocks.

    L’autre source d’incertitude que nous avons réside sur la poursuite des repeuplements d’anguilles de moins de 12 cm. Sur ce point le rapport de mise en œuvre du plan de gestion montre que le suivi immédiat des repeuplements, réalisé à j+15, évalue des taux de mortalités de l’ordre de 30 % en moyenne (6 à 72 % selon les sites). De plus, le dernier rapport 2015 d’expertise du GRISAM sur les données collectées lors des trois premières années de suivis des transferts de civelles au niveau national émet de fortes réserves sur le devenir et les performances des civelles transférées. Ces résultats permettent de s’interroger sur la réelle efficacité des mesures de repeuplement et donc sur le devenir des 39 tonnes prévues pour le quota repeuplement sur la prochaine saison.

    Etre responsable, appliquer le principe de précaution, aller vers un moratoire

    Comme les années précédentes, c’est l’espèce anguille qui supporte le risque. Seule une amélioration sur le long terme de l’état global de la population sur l’ensemble de son cycle (civelle, anguille jaune, anguille argentée) et donc sur le maintien d’une gestion prudente et rigoureuse permettra d’évoquer le rétablissement de la population.

    Concernant le calcul des quotas, étant donné les trop nombreuses et les fortes incertitudes sur l’avenir de l’anguille, identifiées et rappelées par le Comité Scientifique, et des certitudes sur son mauvais état, il serait raisonnable de choisir un quota de précaution basé sur le principe de responsabilité et guidé par les impératifs liés à l’espèce. Or ce choix n’est jamais réalisé.

    Dans ce contexte, le Groupement des fédérations de pêche du Poitou-Charentes émet un avis défavorable sur le projet d’arrêté et demande un moratoire pour toutes les catégories de pêcheurs sur la capture de l’anguille européenne de moins de 12 cm.

  •  L’intérêt passe avant tout , par paps 24 , le 12 octobre 2016 à 13h39

    Il faudrait penser à préserver notre environnement ! Après l’introduction des silures ,on va maintenant détruire les anguilles pour des raisons économique ! c’est incompréhensible et dangereux pour nos rivières et leur population .

  •  Non aux civeliers, par Jean Michel Grignon , le 12 octobre 2016 à 13h03

    Stop à la bêtise

  •  Une aberration écologique , par Anthony Lojewski , le 12 octobre 2016 à 11h50

    Une véritable aberration écologique dans le seul but de satisfaire un lobby économique à un an des élections, quand est ce que notre environnement et nos ressources naturelles seront gérés par des personnes compétentes et dans un but de développement durable?

  •  c’est un scandale depuis des années, par sergiomus , le 12 octobre 2016 à 11h47

    je ne comprends pas qu’on puisse laisser faire cela alors que l’anguille est de plus en pus rare faut -il attendre l’extinction complète de la race?

  •  halte au lobby, par Nicolas , le 12 octobre 2016 à 11h44

    Inadmissible !! encore une fois la gouvernement s’agenouille devant les lobbys pour autoriser une pratique et une pêche qui va à l’encontre de la gestion de nos espèces et de nos rivières !!! Pour pouvoir augmenter les quotas, il faudrait d’abord interdire la pêche pendant quelques années afin de permettre aux populations d’anguilles de se régénérer.
    Encore une fois, l’on prend le problème à l’envers....

  •  Avis défavorable, par FDAAPPMA 16 , le 12 octobre 2016 à 11h38

    Madame, Monsieur,
    Par la présente, la FDAAPPMA 16 (15 453 pêcheurs) souhaite émettre un avis défavorable au projet d’arrêté portant définition, répartition et modalités de gestion du quota d’anguille européenne (Anguilla anguilla) de moins de 12 centimètres pour la campagne 2016-2017
    Compte tenu :
    - du déclin constaté depuis les années 1980,
    - de l’état actuel des stocks de l’anguille européenne,
    - de la pression de pêche intensive exercée sur le stade juvénile (civelle). Pour rappel, l’estimation des captures est de l’ordre de 75% à 85% des civelles entrant dans les estuaire.
    Et considérant que seule une mesure à la hauteur de l’urgence permettra de reconstituer les stocks de cette population, la FDAAPPMA 16 demande un moratoire sur la pêche de l’anguille européenne de moins de 12 centimètres pour les pêcheurs professionnels.

  •  Défavorable/stop au massacre, par Guillaume , le 12 octobre 2016 à 11h21

    l’essentiel de la faune prélever, on attend qu’il ce reproduise ! pourquoi en serait il autrement pour l’anguille ??

    Je suis contre l’augmentation des cota !

    on voie bien que le peu d’avis favorable, est formaté par les pécheurs pro qui n’y voie que leur propre intérêt et non pas pour le génération future .

    arrêter le massacre stopper la peche de la civelle !!!

  •  C’est une honte. , par SYLVAIN BRICE , le 12 octobre 2016 à 11h07

    Les pêcheurs amateurs ne cessent de faire des efforts, et nous savons tous comme ils sont difficiles à réaliser et faire entendre par les passionnés du monde associatif pour la pêche et la protection du milieu aquatique et là, pour satisfaire une poignée de profiteurs économique individuels de cette si fragile ressource, on va leur offrir une possibilité d’augmenter le prélèvement !! Voulons-nous vraiment sauver cette espèce (si tenter qu’elle puisse l’être...) ou assurer à court terme la survie immédiate d’une profession qui se deraisonne ?

  •  Non au prélèvement des juvéniles d’anguille, par Fédération de Pêche de la Dordogne , le 12 octobre 2016 à 11h06

    La Fédération de Pêche de la Dordogne regroupe plus de 20 000 adhérents qui dénoncent tous, depuis des années, le prélèvement abusif des civelles au profit de seulement quelques intérêts particuliers.

    Comment l’anguille peut-elle être la seule espèce de poisson classée comme vulnérable et dont l’état autorise encore le prélèvement, parfois sous de faux prétextes de repeuplement ?

    En effet, tous les scientifiques objectifs s’accordent à dire que les repeuplements, tels qu’envisagés, sont totalement inefficaces. Ils ne servent en fait que d’alibis pour continuer à prélever les juvéniles d’une espèce en danger d’extinction.

    La seule mesure écologiquement responsable pour tenter d’enrayer le déclin annoncé et observé de cette espèce serait, comme l’a déjà préconisé la Fédération Nationale pour la Pêche en France, un moratoire de capture pour une durée d’au moins cinq années.

    Pour toutes ces raisons, la Fédération de Pêche de la Dordogne est fortement opposée à la capture des civelles .

  •  contre l’augmentation, par pascal 24 , le 12 octobre 2016 à 10h28

    Les anguilles seront tjrs en danger tant que les intérêts financiers de certains , primeront sur la " réelle " survie d’une espèce. voir les rhinos, les éléphants, les pangolins , les baleines etc ... etc... Les décideurs s’en moquent pas mal tant que ça rapporte....Il vaut mieux demander des efforts aux pecheurs occasionnels ,que prendre le risque de se mettre a dos des pompes a fric ...

  •  Irresponsables !, par jacques pereira , le 12 octobre 2016 à 10h28

    Encore une décision incohérente qui s’ajoute à bien d’autres...et pour plaire à qui ? Quelle pêche illusoire aux voix justifie une telle mesure ?

  •  Irresponsables !, par jacques pereira , le 12 octobre 2016 à 10h27

    Encore une décision incohérente qui s’ajoute à bien d’autres...et pour plaire à qui ? Quelle pêche illusoire aux voix justifie une telle mesure ?

  •  Aberrant !, par KFC 24 , le 12 octobre 2016 à 10h20

    Non, je suis totalement contre ce projet.

  •  stop au massacre, par Olivier Dordogne , le 12 octobre 2016 à 10h11

    Je suis totalement contre ce projet de traité qui va à l’encontre de ce que nous devons faire : continuer de protéger cette espèce en danger d’extinction.
    Il faut protéger les juvéniles pour protéger l’espèce.
    La pêche à la civelle devrait être interdite depuis longtemps.

  •  Pourquoi cette autorisation, par Mathieu labrousse , le 12 octobre 2016 à 10h10

    Y a t il eu une véritable enquête sur la présence dans nos fleuves de l anguille. Tous les pêcheurs de loisirs se plaignent de ne plus voir et prendre d anguilles. Il est donc indispensable de limiter le prélèvement des civelles. Arrêtons le massacre et les mensonges....39 tonnes destinées au repeuplement ...laissons faire naturellement les choses.

  •  Stop au massacre !, par Olivier Dordogne , le 12 octobre 2016 à 10h05

    Je suis absolument contre ce projet de traité qui va totalement à l’inverse de ce que nous devons faire : continuer de protéger cette espèce en danger d’extinction.
    Il faut protéger les juvéniles pour protéger l’espèce.
    La pêche à la civelle devrait être interdite depuis longtemps !

  •  scandale !!!, par jeanclo24 , le 12 octobre 2016 à 09h43

    ministère de l’écologie !!!! on se moque du monde on voudrait faire disparaitre l’anguille qu’on ne s’y prendrait pas autrement si on rajoute le fait de livrer le domaine public aux pecheurs professionnels vraiment le pire ministère que j’ai connu je vais m’en souvenir aux prochaines élections car impossible d’etre pire !!!

  •  Avis très défavorable, par Hall Lieutisme , le 12 octobre 2016 à 09h29

    Je suis résolument défavorable à ce projet d’arrêté, comme tous ceux qui jouissent d’un minimum de bon sens. Pourquoi continuer à prélever des civelles alors que nous voyons pertinemment que les populations peinent à se maintenir.

    Commençons d’abord par renforcer les contrôles sur les pêcheurs professionnels (s’ils sont en règles, il n’y a rien à craindre n’est-ce pas?) avant de légaliser l’extinction programmée de l’espèce.

    C’est un grand NON pour ma part.

  •  CONTRE !, par steph , le 12 octobre 2016 à 09h12

    Même pas envie d’argumenter... Je suis contre évidemment.

  •  anguille, par Daniel Delburg aappma, d'ISSIGEAC 24 , le 12 octobre 2016 à 09h03

    Il faut remplacer ces gens du ministère de l’écologie qui ne connaissent rien à la situation. Il faut défendre les pêcheurs à la ligne de l’anguille,cette decision est inadmissible et je suis totalement contre.

  •  Non à la pêche des civelles, par Christopher Anderson , le 12 octobre 2016 à 09h03

    Je suis contre la pêche professionelle des civelles. L’anguille devient aussi rare que le saumon dans nos fleuvess et rivières. Il faut sauver les espèces, et cette loi ne fait que l’inverse. Non à cette loi !

  •  N’importe quoi, par Jack Vander , le 12 octobre 2016 à 07h54

    Encore une histoire de gros sous, de lobbies et de contradictions ! On interdit d’un côté et on autorise de l’autre... Quelle inconséquence de nos politiques !

  •  A quand une gestion écoLOGIQUE !!, par Néo Gaulois , le 12 octobre 2016 à 07h33

    A quand une gestion écologique et non économique, la encore la France est en retard !!

  •  et aussi, par un futur ancien pécheur , le 12 octobre 2016 à 07h06

    les fédérations de pèche déverse des tonnes de truites (malades anormales )plus ou mois douteuses dans les rivières depuis des dizaines d’années et personne ne dit rien les anguilles on toujours étais pêché il faudra un jour trouvé les vrais problèmes et ne pas confier ça aux fédérations de pêche

  •  STOP , par Agnes24 , le 12 octobre 2016 à 06h52

    Aurons nous encore la force de regarder nos enfants dans les yeux lorsque plus rien ne subsistera?

  •  Encore une aberration ,une de plus, par Gil , le 12 octobre 2016 à 06h44

    Il faudrait interdire la peche a la civelle au moins pendant cinq ans pour pouvoir refaire une partie cheftel en bon entendeur salut !

  •  un projet allant à l’encontre du développement durable, par Tixier Jean-Paul président de l'association gérant la réserve nationale naturelle de la frayère d'alose à Agen , le 12 octobre 2016 à 05h49

    Une mesure qui va à l’encontre de la préservation de l’espèce et de la philosophie du développement durable.
    Je suis absolument contre.

  •  AVIS DEFAVOURABLE, par waterboy , le 12 octobre 2016 à 01h14

    Bonjour,
    moi aussi je suis contre cette decret fou.
    Je pense aussi il faut aller dans le sens contraire,pecher moins l’anguille et plus la silure, le cormoran , les ragondins,les ecrevisses etc etc
    (ca ce mange !...mmm mmm)

  •  On marche sur la tête, par Yann , le 11 octobre 2016 à 23h39

    Il est temps de stopper ce type de pêche qui n’a pour effet que d’enrichir une poignée d’individu et de décimer une espèce. Continuons à pêcher les juvéniles, conserver des mailles en dessous des tailles de reproduction et pour d’autres espèces (ex :le bar) à pêcher sur les frayères. Un peu de bon sens messieurs les décideurs et écologistes de salon.!

  •  Creusons notre tombe !, par SRMJP , le 11 octobre 2016 à 23h07

    Lorsqu’on aura fini de vider NOS rivières, de polluer NOTRE air, de souiller NOS océans, de pourrir NOTRE terre, peut-être nous rendrons-nous compte que NOUS avons creusé NOTRE propre tombe, et celles de NOS enfants.

  •  On y va et on y crois, par Képa , le 11 octobre 2016 à 23h02

    Je ne sais plus comment disent les jeunes ... Ah oui ! MDR !!! Après le Bar,la pibale ! Allons y gaiement, comme si le massacre habituel n’était pas suffisant, on augmente les cotas ! Et si en plus ils espèrent avoir les VRAI quotas de pêche, c’est qu’ils sont plus stupides que je ne le pensais ! Quant arrêterez vous de nos prendre pour des billes !!!

  •  Le suicide d’une profession, par Vella Pierre-Alain membre BBF , le 11 octobre 2016 à 22h32

    Contre l’augmentation des quotas, c’est être pour une pêche professionnelle pérenne. Prélever à outrance des juvéniles sous le prétexte qu’il y a un léger mieux est une aberration, car il y a tellement d’inconnus dans le cycle de reproduction des anguilles, qu’aucune étude scientifique ne peut prendre en compte tout les paramètres.
    Donc messieurs les professionnels ne reproduisez pas ce qui c’est passé sur l’étang de Berre, que Jules César appelait le vivier de l’Europe et qui est aujourd’hui stérile a cause de la surpêche sur le canal de Caronte.

  •  toujours attendre le contre ordre avant d’exécuter un ordre !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!, par alain du 24 , le 11 octobre 2016 à 22h22

    on marche vraiment sur la tète

  •  Favorable, par Fouquet Eric , le 11 octobre 2016 à 22h05

    Je suis favorable à ce projet d’arrêté ;
    Les propositions de quota sont cohérentes avec les préconisations scientifiques ;
    Toute restriction supplémentaire de la pêcherie n’aurait pu être acceptée par la profession tant que l’atteinte des objectifs du PGA fixés pour les nombreux autres facteurs de mortalité ne sera pas démontrée ;
    La profession française a consenti des efforts considérables au cours des 10 dernières années pour atteindre ses objectifs ;
    Le niveau de recrutement en civelles suit une tendance à la hausse au cours des cinq dernières années. De plus, la logique veut que les effets des mesures mises en œuvre en Europe depuis 2007 en faveur de l’anguille se fasse sentir chaque année un peu plus sur le niveau du recrutement.
    La filière française de façon plus générale a besoin de sérénité et de stabilité pour permettre leur maintien et poursuivre leur action en faveur de la reconstitution du stock, dans le cadre notamment de la mise en œuvre des actions de repeuplement de l’anguille en Europe.

  •  De l’ecologie ?, par Giraud , le 11 octobre 2016 à 22h01

    Il semble que la contradiction n’étouffe pas nos administrateur...sommes nous dans une république bananière pour proposer de telles gestions?
    Non à une pêche sur les alevins de poisson dont la densité à chutée au point d’alarmer ces autorités même qui prônent toujours et malgré tout une pêche aussi destructive que celle de la pibale !
    un peu de logique que diable à moins que se soit du courage qui manque aux autorités dites "compétentes"
    jpg

  •  Comment exterminer une espèce ???, par pechetranquil24 , le 11 octobre 2016 à 21h17

    Encore une preuve de la bêtise humaine enfin certain humain car malheureusement il semble que plus on a de pognon plus on est c.. . Il est quand même évident que d’augmenter les quotas empêche l’anguille de retrouver nos belle rivières pour des soirées de pêche entre copains ou avec son grand père qui vous transmet un savoir faire ...qui va si l’on continue dans ce délire bureaucratique disparaître.

  •  totalement contre, par fredmag3362 , le 11 octobre 2016 à 21h13

    si l’on veut que les anguilles recolonisent nos rivieres il faut absolument règlementé la peche de la civelle.pourquoi pas l’interdire pendant 2 ans pour voir le résultat et ensuite la réouvrir un an sur deux par exemple.mais il faut absolument faire quelque chose !

  •  POURQUOI ?, par jcbd84 , le 11 octobre 2016 à 21h09

    Quel est le "technocrate" qui a pondu cette ineptie ? Il y a des coups de pieds dans le cul qui se perdent !!!

  •  Anguille , par OLIVIER , le 11 octobre 2016 à 20h56

    Contre ce projet d’arrêté

  •  Encore une loi faite par les lobbyistes , par titoche , le 11 octobre 2016 à 20h50

    Voici un arrêté qui va à contre-courant de son objectif !!! Nos dirigeants sont ils irresponsables? Veulent-ils détruire nos ressources ?Qu’ils continuent ...

  •  Trop facile, par De Wachter Jean luc , le 11 octobre 2016 à 20h48

    Qui connaît anguilicola crassus . Trop facile de fustiger les gens qui vivent , ont toujours vécu de la nature et la respecte . Jean- Luc . Habitant Poupehan en Belgique .

  •  Très défavorable à cette hérésie écologique, par JCh87 , le 11 octobre 2016 à 20h42

    Toutes les autres espèces de poissons, migrateurs ou non, qui font l’objet de mesures de protection réglementaires, voient leurs juvéniles protégés (saumons, aloses, truites, brochets...). Pourquoi l’anguille fait elle exception à la règle ?,
    Comment l’état français peut-il continuer à autoriser le prélèvement de plusieurs dizaines de tonnes de civelles et donc de sacrifier le bien commun au seul profit de quelques dizaines de personnes...

  •  Harro sur la pêchr drs civelles ou pibales, par JPBPBR , le 11 octobre 2016 à 20h32

    Celà suffit messieurs les politiques d’autoriser l’augmentation de la pêche citée en titre, pour des objectifs débiles afin de récupérer des voies pour les prochaines élections et pour une minorité de personnes qui se permettent de détruire la ressource naturelle, alors que vous limitez la pêche des anguilles à la ligne pour soit disant arrêter la disparition de l’espèce alors que des centaines de tonnes
    de civelles sont prélevées tous les ans. Messsieurs dames les politiques qui sortez des grandes écoles réfléchissez un peu et ayez un peu de bon sens avant de sortir un tel décret qui va détrire cette espèce. Comment voulez vous que les anguilles repeuplent nos rivières si vous détruisez les jeunes civelles.
    A bon entendeur, salut bande de nuls

  •  La protection des espèces et des millieux ne concernent pas tout le monde, par Bousquet , le 11 octobre 2016 à 20h19

    Il me semble totalement aberrant de continuer à ponctionnée le stock de juvéniles.
    Il a été investis des millions d’euros pour arraser les seuils de nos rivières pour favoriser la remonte des migrateurs mais de l’autre on autoriserait à détruire ces migrateurs avant la remonte.....!?
    chercher l’erreur.

  •  Inadmissible , par Bob le pêcheur respectueux de la nature , le 11 octobre 2016 à 20h17

    Inadmissible d augmenter les quotas pour ce type de pêche pour une minorité de prédateurs qui ne rapportent rien si ce n’est qu’a eux. Autorisation d éradiquer encore une fois une espèce (saumon, alose, esturgeon...) A quand notre tour ?

  •  Inadmissible , par Bob le pêcheur respectueux de la nature , le 11 octobre 2016 à 20h16

    Inadmissible d augmenter les quotas pour ce type de pêche pour une minorité de prédateurs qui ne rapportent rien si ce n’est qu’a eux. Autorisation d éradiquer encore une fois une espèce (saumon, alose, esturgeon...) A quand notre tour ?

  •  non à la pêche de masse , par palombe , le 11 octobre 2016 à 20h15

    Je suis contre la pêche de la civelle . Il faut les laisser grandir et les pêcher à la ligne.

  •  Encore une imbécilité à mettre sur le dos de l’Europe, par Papy François 24 , le 11 octobre 2016 à 19h47

    JE SUIS CONTRE CETTE MESURE.
    Pêcheur, j’ai vu disparaître les anguilles de nos cours d’eau. Même si un comité tartemion, constitué de professionnels dont l’intérêt est évidemment financier, constate que la situation s’améliore, ce poisson fragile n’a pas repeuplé ces anciens habitats.
    Il est beaucoup trop tôt pour prendre une telle décision.
    Pour ma part, je préconiserais, plutôt une interdiction de la pêche de la civelle pendant 5 ans, pour laisser le temps aux juvéniles de remonter les plus petits cours d’eau et de s’y implanter durablement.
    Les décisions européennes arrangent bien un tout petit nombre de privilégiés

  •  contre prélèvement des civelles, par MALIGNE Bernard,président AAPPMA , le 11 octobre 2016 à 19h36

    je suis contre le prélèvement des civelles ,c est intolérable de puiser dans le capital ,pour faire du fric ,en sachant que l espéce est en voie de disparition .

  •  elections, par christian delouvrier , le 11 octobre 2016 à 19h21

    dans 7 mois il y a des élections ,donc entre quelques dizaines de

    pecheurs pro et quelques millions de pecheurs ammateurs nous verons

    bien qui interresse le plus le ministère de " l’ecologie"

  •  DEFENSE DE L’ANGUILLE, par HERNANDEZ , le 11 octobre 2016 à 19h19

    Je suis pêcheur non professionnel,et suis fortement attaché à la protection de l’environnement :la flore, la faune, la nature ...
    Je considère que nous devons préserver l’intérêt général, et donc, continuer à interdire la pêche professionnelle massive des anguilles, et principalement des civelles.

  •  civelles , par Romanello président AAPPMA , le 11 octobre 2016 à 19h17

    il est anormal que l’on augmente les quotas des pécheurs professionnels ; bientot nous n’aurons plus rien dans notre riviere la Dordogne
    je suis contre à 200%

  •  L’anguille et tous les autres, par Christophe Pinéros , le 11 octobre 2016 à 19h12

    BONJOUR ; Depuis des années les ministre de l’écologie jouent un double jeu , ne voulant pas déranger les particularisme régionaux, assassins des plantes et des animaux sauvages, pour ne pas perdre d’électeurs .
    Et bien, même au risque du pire nous ne devons plus leur donner notre aval électoral et c’est a ce prix que nous aurons notre conscience entière .

    Il n’est pas nouveau que les pécheurs amateurs nourrissent les pecheurs pro . Allons jusqu’au bout de nos pensées et mettons les au chomage ; je préfère travailler pour leur allocation que pour qu’ils tuent les poissons que bien souvent nous relâchons avec amour .

  •  Quota de pêche, par pat24 , le 11 octobre 2016 à 19h06

    Avis « défavorable » pour ce texte bien sur !!!!

  •  inconcevable, par Hamon , le 11 octobre 2016 à 18h58

    je suis totalement contre l’augmentation des quotas de pêche des civelles. Cela va à l’encontre des mesures de protection prises depuis plusieurs années et anéantirait tous les efforts consentis pour le repeuplement des anguilles. Allez vous finir par écouter les personnes qui payent leurs permis tout les ans ...........

  •  contre ce projet d’ arrêté, par couturier claude , le 11 octobre 2016 à 18h51

    Il est évident aujourd’hui qu’il y a une disparition, quasi totale, de l’anguille dans nos fleuves, rivières, lacs, étangs depuis de nombreuses années.

    Les programmes engagés, depuis 2011, avant cette date aucun contrôle n existait, n’ont pas permis de constater une amélioration de la situation.
    Depuis 1980, la sur pêche et le braconnage de la civelle semblent être les principales explications de cette régression pour arriver à une disparition aujourd’hui.
    Pour la saison 2016-2017 vous envisagez un quota de pêche de civelles de 26 tonnes pour la consommation et 39 tonnes pour le repeuplement.( Une augmentation de 13% par rapport à la campagne 2015-2016). Il y a 2900 civelles par Kg.
    Alors je pense qu’il est urgent d’arrêter ce massacre.
    En ce qui concerne les 39 tonnes pour le repeuplement, laissons ces jeunes poissons évolués naturellement vers leurs destinations.
    Quant aux 26 tonnes pour la consommation, il est urgent de diminuer ce nombre d’année en année.
    Une expertise, sérieuse, honnête et sincère, doit être faîte sur la situation de l’anguille.
    Au lieu de financer l’achat des civelles pour le repeuplement, ( 2 000 000 Euros sont prévus pour 2016-2017) , ne devrait-on pas financer cette étude auprès d’un organisme compétent tel que l’ONEMA.
    De plus, il n est pas très démocratique de demander seul l’avis des pêcheurs Professionnels, alors que les pêcheurs de loisir sont certainement plus scrupuleux et respectueux de la nature et de l environnement.

  •  Totalement irresponsable , par Oupss24 , le 11 octobre 2016 à 18h41

    Encore un joli texte qui va à l’encontre de toute logique.

  •  Contre ce tecte et ces nouveaux quotas, par Rémi Garrigou , le 11 octobre 2016 à 18h13

    Quel est l’objectif du plan anguille si ce n’est de restaurer les stocks.

    Comment voulez vous les reconstituer si la pression sur les juvéniles est maintenue et augmenter comme le nouveau texte le prévoit.

    Aussi, il est clair que l’augmentation des quotas de pêche pour les juvéniles est complétement contraire au maintien et à la survie de l’espèce.

    Je suis donc complétement contre.

  •  Quota de pêche pour la civelle, par Lucien DUMON , le 11 octobre 2016 à 18h09

    je suis totalement contre l’augmentation des quotas de pêche des civelles. Cela va à l’encontre des mesures de protection prises depuis plusieurs années et anéantirait tous les efforts consentis pour le repeuplement des anguilles. Il faut essayer d’être cohérent quand on gère un stock de population halieutique.
    AVIS TRES DEFAVORABLE.

  •  Anguille, par ROLAND GIRARDIN , le 11 octobre 2016 à 17h37

    Cette pêche est idiote et contraire à la sauvegarde de l’espèce , je trouve ceci inadmissible et je suis contre.

  •  Un non sens, par yoda24 , le 11 octobre 2016 à 17h32

    Autoriser la pêche des anguilles juvéniles est un non sens.
    je suis résolument contre.

  •  STOP A LA DESTRUCTION DES ANGUILLES, par GillesT , le 11 octobre 2016 à 17h20

    Pêcheur depuis ma plus tendre enfance. J’avais le plaisir d’aller pécher l’anguille avec mon père, ce que mes enfants et petits enfants ne pourront jamais connaitre si la pêche massif des civelles se poursuit à ce rythme.
    Je n’arrive pas à comprendre que les soit disant hommes intelligents ne prennent pas conscience de ce danger.
    Il suffirait de stopper cette pratique pendant quelques années pour y remédier.
    Mais qui suis je pour avoir une idée pareille???

  •  Inadmissible !, par GUÉDON Philippe , le 11 octobre 2016 à 17h20

    Les anguilles sont en déclin constant, par exemple dans les années 1970, les Belges venaient pêcher l’anguille dans les bassins du HAVRE, aujourd’hui il n’y en a plus ! Il faut donc laisser la population se reconstituer, et plutôt que d’augmenter le quota de pêche des civelles, il faudrait l’INTERDIRE TOTALEMENT pendant au moins 10 à 15 ans.
    Prenez exemple sur la Lozère où la pêche "No Kill" a permis d’avoir à nouveau une population de truites Fario qui font le bonheur des pêcheurs et celui des hôteliers et autres restaurants car il favorise une certaine forme de tourisme qui génère une économie locale intéressante .

  •  Qui commande ?, par Chounibou 24 , le 11 octobre 2016 à 17h02

    Pour une majorité, la pêche est un loisir, et un plaisir (moment de calme, d’évasion, de solitude, une façon de se ressourcer) et non un moyen de subsistance. Que les professionnels continuent leur pêche destructrice, c’est leur problème. Mais pour combien de temps ?
    Sensibilisons davantage les jeunes enfants dans les écoles sur la disparition de l’espèce, et les consommateurs à ne pas acheter ce produit qui en fin de compte,sur le plan culinaire n’est pas si sublime que ça.

  •  halte au carnage, par jerome , le 11 octobre 2016 à 16h53

    arrêtons ce massacre de la pêche aux civelles
    juste pour faire plaisir a quelques riches snobs qui vont mème pas les apprécier en les mangeant

  •  par ALAIN 24, par ALAIN , le 11 octobre 2016 à 16h51

    je suis contre l’augmentation des quotas de prélèvement de civelle.
    Pensons à nos jeunes pêcheurs? Si pour du fric on détruit cette espèce, l’avenir reste des plus incertains................

  •  N’a-t-on pas déjà tué jusqu’au dernier Auroch, par San Pipo , le 11 octobre 2016 à 16h05

    Préserver une espèce c’est lui laissé la capacité à reconquérir son territoire avec le retour à des populations abondantes permettant d’une part sa pérennité, d’autre part d’enrichir la chaine alimentaire et profitant ainsi à de nombreuses espèces.
    Il n’est pas possible ni décent d’autoriser une course effrénée à la capture des derniers individus jusqu’à extinction de l’espèce.

    Il serait certainement profitable d’établir un moratoire sur la pêche de la civelle ou piballe, durant plusieurs années (a voir avec le cycle de vie de l’espèce) afin que les stocks puissent redevenir abondants.
    Cela contribuerait même au maintient de l’activité de pêche de manière durable et responsable, ce qui n’est certainement pas le cas aujourd’hui.

  •  Pathétique, par UnHabitant , le 11 octobre 2016 à 15h53

    Encore une fois, on fait plaisir à une minorité au détriment de la majorité.

    Cela sent les élections ....

    Mais dites moi, qui sont donc les plus grands amateurs de pibales (et de palombes, et d’ortolans, ...)?????

    Le sud ouest ????

    Allez, devinez qui je suis !

  •  C’est consternant de sur-exploiter cette espèce à l’état juvénile !!!!, par Nicolas L. , le 11 octobre 2016 à 15h40

    Depuis des décennies nous assistons à un déclin des populations d’Anguilles (espèce emblématique et si atypique de part son mode de vie et de reproduction).
    Encore aujourd’hui la population d’Anguille en France est loin d’être aussi généreuse que par le passé.
    La sur-exploitation de cette ressource, à l’état juvénile !!!, par la pêche des civelles est la cause majeure de la chute de sa population et qui en fait aujourd’hui une espèce menacées en voie d’extinction.
    Tous les pêcheurs français et les acteurs du monde piscicole font un effort pour préserver la ressource ce n’est pas pour qu’une poignée de privilégié détruit en toute impunité la population de cette espèce qui a cycle de reproduction très long (plus de 10 ans, uniquement pour leur propre intérêt et profit !
    Il y en a marre d’assister au pillage des ressources pour l’intérêt particulier et au non respect de l’intérêt général.
    Vous l’aurez compris je suis contre l’augmentation des quotas de pêche.

  •  Non favorable à l’augmentation des quotas !, par Joseph24 , le 11 octobre 2016 à 15h34

    Je ne suis PAS FAVORABLE à l’augmentation des quotas de pêche de civelles !
    Je suis pêcheur et bien qu’aimant cette pêche, je ne vais plus à la pêche à l’anguille depuis plusieurs année, car le déclin des populations de cette espèce m’inquiète...
    Oui il y a une petite augmentation de la population cette année et c’est une bonne nouvelle ! Mais ce n’est pas en augmentant les quotas dés le moindre petit accroissement que l’on arrivera à sauver cette espèce.
    La pêche à la civelle est une aberration, il faut la limiter au maximum, voir l’interdire...

  •  100% contre, par Jean , le 11 octobre 2016 à 15h30

    Je ne comprends pas que nos jours on puisse encore faire subir une telle pression de pêche a une espèce déjà bien affectée. Mais de toute façon tant que l’aspect financier sera plus important que la survie de l’espèce l’affaire n’avancera jamais et se sont les anguilles qui vont en payer le prix.

  •  Pêche pro anguilles , par Londeix , le 11 octobre 2016 à 15h12

    Je suis fermement opposé
    la vérité des politiques n’est pas celle de la nature et depuis longtemps
    cette protection d’un micro lobby est aberrante et consternante
    cette pêche doit être pour le moins suspendue

  •  Préservons les civelles !!!, par Philippe GALLAIS , le 11 octobre 2016 à 15h10

    Je ne suis pas favorable à l’augmentation des quotas de prélèvement de civelles. La reprise de recrutement constatée montre que les systèmes mis en place apportent des résultats. Laissons plutôt encore cette méthode faire ces preuve et les stocks d’anguilles se renouveler de manière importante avant de recommencer à tuer les civelles sans discernement, avec une vision seulement à court terme.
    Il devrait d’ailleurs en être de même pour toutes les espèces menacées pour lesquelles aucune politique sérieuse de préservation n’existe

  •  non a la pêche abusive , par monteil , le 11 octobre 2016 à 15h06

    la pêche a l’anguille devrait être fermé au moins pendant 5 ans
    sous toute ses formes

  •  Je ne suis pas favorable à l’augmentation des quotas de pêche des civelles , par Page Bernard , le 11 octobre 2016 à 14h52

    Je ne suis pas favorable à l’augmentation des quotas de pêche des civelles
    La population des anguilles est encore en danger
    Il existe aussi beaucoup de braconnage

  •  Contre, par Vincent , le 11 octobre 2016 à 14h52

    Je suis contre l’augmentation des quotas de pêche anguille.

  •  Favorable, par Matthieu , le 11 octobre 2016 à 14h11

    Je suis favorable à ce projet d’arrêté ;

    - Les propositions de quota sont cohérentes avec les préconisations scientifiques ;
    - Toute restriction supplémentaire de la pêcherie n’aurait pu être acceptée par la profession tant que l’atteinte des objectifs du PGA fixés pour les nombreux autres facteurs de mortalité ne sera pas démontrée ;
    - La profession française a consenti des efforts considérables au cours des 10 dernières années pour atteindre ses objectifs ;
    - Le niveau de recrutement en civelles suit une tendance à la hausse au cours des cinq dernières années. De plus, la logique veut que les effets des mesures mises en œuvre en Europe depuis 2007 en faveur de l’anguille se fasse sentir chaque année un peu plus sur le niveau du recrutement.
    - La filière française de façon plus générale a besoin de sérénité et de stabilité pour permettre leur maintien et poursuivre leur action en faveur de la reconstitution du stock, dans le cadre notamment de la mise en œuvre des actions de repeuplement de l’anguille en Europe.

    Matthieu

  •  On ne mange pas le blé en herbe, par Daly alain , le 10 octobre 2016 à 23h15

    Quand une espèce est en danger on doit protéger sa progéniture. Depuis longtemps les pêcheurs amateurs se sont imposés des tailles minimales de capture cette exigence à fait ses preuves.c’est pourquoi je suis contre l’augmentation du quota de pêche des civelles et ce pour que la resource retrouvee la pêche puisse reprendre

  •  Contre, par Cohendet , le 10 octobre 2016 à 22h36

    Je ne suis pas favorable à l’augmentation des quotas de pêche des civelles dès que la population d’anguilles grandit.

  •  anguille, par denis noirt , le 10 octobre 2016 à 20h56

    comment voulez vous qu’il reste des anguilles si a peine dans l’estuaire on les exploite a outrance?
    ok pour interdire leurs peches en eau douce mais pourquoi continuer a les pecher en juveniles et les proposer dans des restaurants ou le commun des mortels ne peut aller?

  •  Contre la pêche de la civelle, par Julien B. , le 10 octobre 2016 à 16h59

    Cela fait des dizaines d’années que la population décroit et il suffit d’une pauvre augmentation sur une année dont on ne sais pas vraiment à quoi elle est dû pour reprendre le massacre de plus belle.

    L’argent qui sert a acheter les civelles aux pêcheurs pro pour les relacher ensuite (elle est quand même magnifique celle-là...) devrait servir à les aider à se reconvertir plutôt que de les inciter à pêcher toujours plus.

    Pêcher un poisson a son stade juvénile est une chose absurde et en admettant que sa pêche reste autorisé elle devrait être bien plus encadré et restrictive.

  •  NON FAVORABLE A L’AUGMENTATION DES QUOTAS, par Jerome RABIN , le 10 octobre 2016 à 15h50

    Bonjour
    Je ne suis PAS FAVORABLE à cette augmentation des quotas de pêche de la civelle. Etant donné que la civelle n’est qu’un juvénile ne s’étant, par conséquent, jamais reproduis ! Laissons au moins une chance aux anguilles de se refaire une population digne de ce nom ! Le moratoire sur la pêche de la civelle devrait réapparaitre de toute urgence !
    Halieutiquement
    Jérôme

  •  définitivement contre, par FRED MARRE , le 10 octobre 2016 à 14h33

    Il est souhaitable de ne pas augmenter les quotas voir de les diminuer afin que l espèce puisse sur une période beaucoup plus longue bénéficier de mesures de protection significatives ce qui n est pas le cas a ce jour. Je suis fermement contre ces mesures.

  •  L’Homme et ses absurdités, par MAFFEZZONI , le 10 octobre 2016 à 14h20

    Bonjour

    encore une fois,
    l’espèce humaine ne brille pas par son intelligence !

    comment ne peut-on pas comprendre, ou plutôt, ne veux-t-on pas comprendre que la "surpêche" ou, la "pêche des juvéniles" ou "la pêche des reproducteurs" en excès, n’est plus acceptable ? !

    A qui profite ce crime ?
    Qui demande de l’Anguille ?
    Pourquoi ?

    Donc, non ! je suis contre la pêche de l’Anguille !

    Merci

  •  Une manière de subventionner la pêche professionnelle., par Collectif des pêcheurs de la région Centre Val de Loire , le 10 octobre 2016 à 13h02

    Il serait préférable de faire signer un moratoire pour que tout le monde accepte et comprenne que la ressource n’est pas inépuisable. Qu’il faut laisser se reconstituer les stocks. Pour cela d’interdire tout simplement la pêche des civelles. Ce n’est pas parce-qu’en 2015 il été constaté une meilleur année, que d’un seul coup on augmente les quotas de 13%. Je m’oppose donc à ce décret en espérant que les jeux ne sont pas faits d’avance, comme pour le décret pour modifier le règlement du code rurale sue la pêche en eau douce de décembre 2015. En espérant également ne pas être censuré comme nous l’avons été pour ce dernier.

  •  Avis favorable au projet d’arrêté, par ARA France , le 10 octobre 2016 à 12h53

    - ARA France est favorable au projet d’arrêté relatif à l’encadrement de la pêche de l’anguille de moins de 12 centimètres par les pêcheurs professionnels en eau douce pour la campagne 2016-2017.

    Ces propositions sont cohérentes avec les préconisations scientifiques

    Par ailleurs, on constate que les recrutements en civelles suivent une tendance à la hausse au cours des cinq dernières années. Même si il peut être difficile d’estimer les raisons de cette tendance, il n’en demeure pas moins vrai, que la profession a consenti des efforts considérables au cours de ces 10 dernières années. Elle a ainsi répondu aux attentes et rempli ses obligations au regard du règlement Anguilles (RÈGLEMENT (CE) No 1100/2007 DU CONSEIL, du 18 septembre 2007, instituant des mesures de reconstitution du stock d’anguilles européennes) décliné en Plan de Gestion National. La profession contribue de fait à ce résultat d’augmentation des recrutements constatés.

    ARA France souligne que si la pêche avait sa part de responsabilité quant au déclin de l’espèce, elle ne pouvait être seule tenue responsable de la situation. ARA France considère que la profession a rempli son contrat et qu’aujourd’hui les efforts doivent être amplifiés ou démarrés sur les autres facteurs de pression impactant ou fortement pénalisant pour l’espèce mentionnés dans le règlement européen : pollution des eaux et des sédiments, restauration de la continuité écologique, prédations (aucune déclinaison actuellement dans le PGA Français sur ce thème),…

    La filière française de façon plus générale a besoin de visibilité sur le moyen et long terme afin de poursuivre de façon durable son engagement en faveur de la sauvegarde de l’espèce notamment par le biais de son engagement dans la mise en œuvre des actions de repeuplement de l’anguille en France et en Europe, et en favorisant une approche écosystémique de son activité.

  •  la peche pro ..., par filfish , le 10 octobre 2016 à 10h59

    La disparition de l’anguille est programmée par l’enjeu financier, plus il y aura de pecheurs moins il y aura de poissons, c’est aussi simple que ça, adulte ou pas l’anguille est en voie de disparition, c’est tout ce qui compte, continuer à la pecher est une sotise toute auréolée de fric ...

  •  Avis prodonfément défavorable., par Philippe Cunningham , le 9 octobre 2016 à 20h23

    Bonjour,
    Les populations d’anguille ont chuté dans des proportions telles que l’espèce est aujourd’hui officiellement classée en danger d’extinction.
    Le fait même qu’on continue de prélever dans la ressource d’une espèce en voie d’extinction est un scandale en soit.
    Par ailleurs, c’est la seule espèce qui se trouve massivement pêchée à tous ses stades de croissance, juvénile (civelle), adulte (anguille jaune) et reproducteur.
    C’est un pur scandale.
    On nous dit dans l’article que le recrutement est positif depuis 2 ans, ce qui est déjà miraculeux en soit, mais surtout, que çà justifie une hausse des quotas.
    Foutaise et pur scandale. Hausse par rapport à quoi ? La période précédente qui était calamiteuse ? Hausse par rapport à la masse biologique d’origine (le déclin date des années 80, soit bientôt... 40 ans !!).
    Comme la pulpart (tous ?) des autres pays européens l’ont déjà fait, la pêche de l’anguille, professionnelle et de loisir, doit être purement et simplement interdite.
    Laisser exploiter une ressource en voie d’extinction, c’est criminel.
    On dit "la nécessité pour les professionnels du secteur de préserver leur activité économique à un niveau satisfaisant".
    Mais ce n’est pas le sujet.
    Quand l’espèce sera éteinte, la filière disparaitra de toute façon, alors autant la faire disparaitre tant que la sauvegarde de l’espèce est possible (si tant elle qu’elle le soit...).
    Au moins, on aura l’impression que çà aura servi à quelque chose.

  •  Laissez les vivre !!!, par Seb , le 9 octobre 2016 à 14h23

    Il est aberrant de voir ou de lire que certains veulent augmenter les quotas sur une espèce en voie d’extinction...
    On voit bien que comme toujours c’est l’argent qui commande !
    Il faut une protection totale et impartiale de l’anguille à tous ses stades de vie. Et bien sûr les contrôles qui vont avec !
    Donc pêche strictement interdite au moins pendant 10 ans !!!

  •  attristé de voir qu’on puisse penser à pondre de tels projets..., par Alexandre 77 , le 9 octobre 2016 à 12h51

    Une augmentation de prélèvement de 13% des civelles de consommation avec une espèce aussi menacée?... deux mots : LAMENTABLE et INADMISSIBLE !

  •  Incohérences....., par Lilian6 , le 9 octobre 2016 à 10h23

    L’art des antagonismes.... d’une main : dépenser des milliers (millions?) d’euros pour rétablir les continuités écologiques... pêcher puis transporter des géniteurs pour assurer l’avalaison... fracasser d’autres poissons soit disant prédateurs insatiables de l’anguille.... le tout sous couvert de la "raréfaction et disparation de l’anguille"... et de l’autre main, augmenter de 13% les quotas de pêche de civelles par la pêche pro....
    Reste à savoir de qui l’on se moque....

  •  Défavorable à l’augmentation des quotas , par Seb dpl37 , le 9 octobre 2016 à 08h39

    Un projet typiquement français, la ressource diminuait, les pros se plaignent de la catastrophe qu’ils ont généré, on protége à demi mesure, et au premier signe de renaissance on ré-autorise pour calmer les pleurnichard.

    La France brille par son incompétence en matière de gestion et par son manque de fermeté.
    L’anguille devrait être strictement protéger tant que sa population n’est pas redevenu se qu’elle était autrefois.

  •  Pêche de la honte , par BART , le 8 octobre 2016 à 22h49

    Quand j’entends que certains estuaires Gironde et Loire se font pillés par certains professionnels étrangers car cela est soit disant un met que les asiatiques raffolent. Ils faut arrêter ce genre de conneries...
    Je suis donc favorable à cet arrêté.

  •  Avis, par Anthony , le 8 octobre 2016 à 21h30

    Contre , laissons l’espèce se reupeupler tranquillement avant de vouloir prélever en masse autant de civelles.

  •  oui a l’encadrement , non a la bétise !! , par jesuistonpere , le 8 octobre 2016 à 21h24

    Encadrer la peche d’une espece en declin est une tres bonne chose. Continuer d’autoriser la peche des civelles est une hérésie !! Comment peut t’on penser qu’en continuant de prelever des tonnes de juvéniles on pourras péréniser l’espece ??? Nul besoin de faire des études , un enfant de 5 ans pourrais le comprendre !! Il est plus que temps d’arretter ce masacre !! M’enfin ne fesant parti d’aucun lobbie de pecheur pro je sait bien que cette consultation comme d’autre n’est qu’une mascarade dégoulinant d’hypocrisie et qu’as la fin c’est toujours le profit qui l’emporteras !! Bon appetit bien sur !!

  •  Non, par jlc , le 8 octobre 2016 à 13h39

    L’anguille est le seul poisson dont on prélève les alevins, impactant gravement la pérennité de l’espèce. Dans le Marais poitevin, les ouvrages hydrauliques n’ont jamais par le passé empêché une forte présence de l’anguille,le déclin n’a commencé qu’il y a quelques décennies, les aménagements sont utiles à d’autres espèces mais ne sont pas LA solution à la disparition des anguilles. Pêcher des civelles pour les revendre à des fins de repeuplement, voilà bien une idée stupide, laissez-les simplement passer et trouver leur chemin, il y aura moins de perte liées aux transports manipulations... Les vrais causes de la disparition de ce poisson, sont principalement la pêche des civelles, la mauvaise qualité de l’eau et des milieux et la gestion des niveaux d’eaux. A quand une vraie volonté politique, écologique de reconquête de nos milieux naturels? les directives européennes, impérative sur certains sujet, sont ici baffouée sans vergogne. Ce projet va exactement à contre-sens

  •  Projet d’arrêté « relatif à l’encadrement de la pêche de l’anguille de moins de 12 centimètres par les pêcheurs professionnels en eau douce pour la campagne 2016-2017 », par CHT , le 7 octobre 2016 à 18h32

    Bonjour,

    Je suis favorable à ce projet d’arrêté ;
    Les propositions de quota sont cohérentes avec les préconisations scientifiques ;
    Toute restriction supplémentaire de la pêcherie n’aurait pu être acceptée par la profession tant que l’atteinte des objectifs du PGA fixés pour les nombreux autres facteurs de mortalité ne sera pas démontrée ;
    La profession française a consenti des efforts considérables au cours des 10 dernières années pour atteindre ses objectifs ;
    Le niveau de recrutement en civelles suit une tendance à la hausse au cours des cinq dernières années. De plus, la logique veut que les effets des mesures mises en œuvre en Europe depuis 2007 en faveur de l’anguille se fasse sentir chaque année un peu plus sur le niveau du recrutement.
    La filière française de façon plus générale a besoin de sérénité et de stabilité pour permettre leur maintien et poursuivre leur action en faveur de la reconstitution du stock, dans le cadre notamment de la mise en œuvre des actions de repeuplement de l’anguille en Europe.

    Cordialement

  •  Favorable, par Divine_ideel , le 7 octobre 2016 à 09h29

    Je suis favorable à ce projet d’arrêté puisqu’on observe un bon recrutement depuis 2012 et que le facteur de mortalité "pêche professionnelle" est suffisamment contraint et encadré alors que l’atteinte des objectifs du Plan de Gestion de l’Anguille fixés pour les nombreux autres facteurs de mortalité n’est toujours pas démontrée.
    Il reste encore beaucoup d’actions à mener sur la continuité écologique (transparence migratoire à la montaison et dévalaison), l’amélioration générale de la qualité des milieux aquatiques ou la diffusion des données de captures des anguilles jaunes par la pêche récréative...

  •  PROJET D’ARRETE, par TERRIER JEAN-MICHEL , le 6 octobre 2016 à 18h02

    Je suis favorable à ce projet d’arrêté

  •  Peche à l’anguille, par Nanard , le 4 octobre 2016 à 18h01

    La pêche à l’anguille ne devrait être autorisée que pour les adultes.
    L’État et les propriétaires de digues sur les cours d’eau, dépensent des fortunes scandaleuses pour faire remonter quelques éventuelles anguilles, alors que l’on autorise la pêche à l’aval des fleuves de milliards de petits qui pourraient remonter : 26 tonnes de civelles !
    Il faut une interdiction totale de pêche des anguilles de moins de 50 cm de long, si on veut que les cours d’eau se repeuplent.

  •  oui à l’augmentation des quotas, par luluberlu , le 29 septembre 2016 à 14h41

    oui à l’augmentation des quotas car les alevins d’anguilles qui remontent les rivières ont plus que doublés ces 2 ou 3 dernières années.

  •  C’est beau les chiffres, par FONTAINE , le 28 septembre 2016 à 12h09

    Bonjour,

    Sous prétexte que l’année dernière il y a eu une augmentation de la population des civelles, on devrait augmenter le quota de prélèvement de la saison de pêche de l’année en cours ?
    A-t-il été également pris en compte l’augmentation de la pollution des habitats fluviaux et maritimes des anguilles ? Il est scientifiquement prouvé que la mer des Sargasses, de par sa position géographique, est le réceptacle de tous les déchets humains qui sont déversés annuellement dans l’océan. Avant d’augmenter la quantité de civelles, il serait plus judicieux que la population totale des anguilles (tous stades d’évolution confondus) soit beaucoup plus importante que celle actuellement répertoriée.

  •  Vive l’anguille, par JCS , le 27 septembre 2016 à 16h05

    Non a l’augmentation des quotas.
    Laissons d’abord la population d’anguilles grossir de maniere suffisante et perenne.

  •  civelles, par c'est simpliste@yahoo.fr , le 27 septembre 2016 à 11h08

    Pourquoi faire les Shadoks?
    Avant que la pêche professionnelle en bateau soit autorisée dans les estuaires et partie maritime des cours d’eaux, l’anguille était présente partout, c’était la réalité il y a plus de 20 ans, depuis qu’il y a des quotas, sous quotas, de la pêche professionnelle pour revendre ensuite en alevinage, c’est très destructeur pour les populations d’anguilles, foutez leur la paix durant 2 cycles de reproduction,

    C’EST à DIRE 20 ANS,

    pour qu’elle puisse refaire son cycle naturel et n’autoriser qu’1 jour par semaine lors de la remontée et avalaison afin de reconstituer les stocks annuels de reproducteurs pour assurer une pêche responsable car actuellement c’est de l’irresponsabilité comme dans beaucoup de secteurs laisser libres aux lobbys, l’irresponsabilité vis à vis des générations futures d’anguilles et d’hommes, que cela sera t’il si il n’y plus d’anguilles à déguster, pensez y avant de signer des décrets, des lois qui ne font que détruire le potentiel alimentaire.

  •  Laissons grandir les civelles., par Gustave TALBOT , le 27 septembre 2016 à 10h32

    Je ne suis pas favorable à l’augmentation des quotas de pêche des civelles dès que la population d’anguilles grandit. Je pense qu’il faut d’abord conforter la population adulte actuellement faible dans le marais poitevin.