EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté relatif à l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs destinés à servir d’appelants, dans 5 départements de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour la campagne 2019-2020

Du 05/07/2019 au 27/07/2019 - 7325 commentaires

Le projet d’arrêté définit les quotas de prélèvement autorisés de certains turdidés pour la saison 2019-2020 à l’aide de gluaux, moyens de chasse traditionnelle, dans cinq départements : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var et Vaucluse. Ces quotas ont été adaptés pour correspondre le mieux aux prélèvements annuellement réalisés.

{{}}

La France est concernée par plusieurs modes de chasse traditionnelle : la chasse des grives et du merle noir à l’aide de gluaux dans le Sud-est, la chasse de l’Alouette des champs à l’aide de pantes et matoles dans le Sud-ouest, la chasse des grives, merle noir, Vanneau et Pluvier doré à l’aide de filets et tenderies dans les Ardennes.

L’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "oiseaux", prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, le Ministre de la Transition écologique et solidaire autorise dans des conditions qu’il détermine l’utilisation des modes et moyens de chasse consacrés par les usages traditionnels, dérogatoires aux moyens généralement autorisés.
Sur cette base, cinq arrêtés ministériels du 17 août 1989 fixent les conditions particulières d’exercice de ces chasses pour l’utilisation de gluaux, de pantes, de matoles et de tenderie.

Ces textes renvoient à des arrêtés ministériels annuels la détermination de quotas par département ainsi que, le cas échéant, « la détermination de spécifications techniques propres à un département ». Dès réception de ces arrêtés ministériels et avant le 1er octobre, date d’ouverture de ces chasses traditionnelles, les préfets prennent les arrêtés d’autorisation individuelle.

Dans le cadre de la réflexion sur la chasse pilotée par le Gouvernement et afin d’assurer la protection de la biodiversité et de mieux prendre en compte la souffrance animale, le ministre a décidé en 2018 de limiter les nouveaux quotas de prélèvements aux captures effectivement réalisées en 2017.

Le projet d’arrêté maintient les quotas pour la saison 2019-2020 dans cinq départements : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var et Vaucluse au niveau de la précédente période de chasse.

Ce projet a fait l’objet d’un vote favorable lors du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage (comité consultatif rassemblant des représentants de chasseurs, des acteurs scientifiques et associatifs) du 2 juillet 2019.

Ajout du 3/09/2019 : La synthèse de la consultation du public, les motifs de la décision sont publiés en bas de page, ainsi que les textes publiés au journal officiel de la République française


Télécharger :

Commentaires
  •  les grives aux gluaux , par Bannier arnaud , le 5 juillet 2019 à 16h18

    Je suis favorable a cette chasse de passionné qui perdure une tradition et un art de vivre rural avec un quota bien sur .

  •  Grives et Merles noirs, par AGRPE , le 5 juillet 2019 à 16h10

    Favorables aux prélèvements de ces espèces dans le respect des quotas

  •  Projet d’arrêté relatif à l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs destinés à servir d’appelants, par coralie schwander , le 5 juillet 2019 à 16h08

    CONTRE Je suis absolument opposé à l’emploi dérogatoire des techniques dites "traditionnelles" rappelées dans ce projet d’arrêté.

    Les animaux subissent une véritable torture pour le plaisir malsain de quelques uns.

    En ce moment de sixième extinction de masse des espèces, il est vraiment temps de regarder en face ce que certains appellent "traditions" : des méthodes de chasse ayant certes un intérêt en absence d’arme plus efficace et dans un cadre survivaliste, mais véritablement à rebours de l’état de la nature (NATURE : de naturae, la vie). STOP toute dérogation !

  •  QUOTAS PRELEVEMENTS, par BONNET , le 5 juillet 2019 à 16h07

    Favorable au maintien des quotas de chasse aux grives et merles noirs

  •  avis défavorable , par Laurie Lodevic , le 5 juillet 2019 à 16h03

    Je suis CONTRE.
    Nous n’en pouvons plus de toutes vos idées débiles tout ça pour faire plaisir aux chasseurs. ces pratiques sont à gerber comment en 2019 on peut encore faire cela ... je ne comprendrais jamais comment des personnes peuvent prendre plaisir là dedans ! donc contre contre contre laissez les oiseaux tranquilles !!!!!

  •  DEFAVORABLE ; , par levir nunez , le 5 juillet 2019 à 15h53

    Projet d’arrêté relatif à l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs destinés à servir d’appelants, dans 5 départements de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour la campagne 2019-2020. François de Rugy vient de signer 11 arrêtés pour la saison 2018-2019 sur les projets de piégeage des oiseaux, autorisant la capture de 106 500 alouettes des champs par les pantes et matoles dans le Sud-Ouest, de 42 500 grives et merles en PACA, de 200 vanneaux huppés, 10 pluviers dorés et 5 800 grives aux tenderies dans les Ardennes. STOP AU MASSACRE. Ce ministère de l Ecologie est absolument indécent et ABJECT. (une rurale)

  •  Avis défavorable, par Monday , le 5 juillet 2019 à 15h47

    Je suis contre ces pratiques d’un autre temps, cruelles et qui n’ont pas leur place en France en 2019. Engluer vivants des oiseaux pour par la suite les utiliser comme appelants est inadmissible ! De plus bien souvent d’autres espèces peuvent être prise au piège, l’avifaune est menacée, il ne sert à rien de maintenir des pratiques contribuant même pour une faible part à cela.

  •  non au maintien des quotas de chasse avec gluaux, par Fabienne koczwara , le 5 juillet 2019 à 15h25

    je ne souhaite pas que les quotas soient maintenus pour le seul plaisir des chasseurs. La nature ne leur appartient pas et je ne souhaite pas que mes enfants et petits enfants aient une culture barbare mais au contraire une culture qui vise La protection et la connaissance de la nature.

  •  Défavorable !, par Olivier RESSOUCHES , le 5 juillet 2019 à 15h23

    Totalement opposé à ces pratiques certes séculaires, mais qui sont justement d’un autre âge !
    Il faut évoluer, et changer ! Nous sommes en 2019, et toutes les alertes sont déjà activées quant à la destruction de la faune sauvage !
    Tous les spécialistes déplorent la disparition de quantités d’oiseaux et on continue à détruire, tuer...
    Il est temps que tous ces actes cruels s’arrêtent !

  •  Avis défavorable , par genevieve , le 5 juillet 2019 à 15h00

    Les chasseurs n’ont rien d’autre à faire que d’aller anéantir tout ce qui bouge ???

  •  Contre cette pratique cruelle d’un autre temps ! , le 5 juillet 2019 à 14h59

    C’est dégueulasse comme pratiques ! c’est innommable ! pour le plaisir sadique de certains qui déquisent leur passion obscene derrière l’appellation "fait partie du patrimoine culturel, de la qualité de la vie de notre région"... Tot ou tard, ces "traditions" disparaitront !! vu qu’il n’y aura plus âmes qui volera, à force de destruction !

  •  Tradition locale, par Auroy Christoiphe , le 5 juillet 2019 à 14h51

    Ces chasses traditionnelles à faibles prélèvements font partie de la culture locale et doivent pouvoir continuer à exister.

  •  stop à ces pratiques archaïques , le 5 juillet 2019 à 14h43

    le maintien de ces pratiques abjectes ne repose sur aucune justification ; la "tradition" n’est pas une légitimation pour la torture ! Et pour quel objectif ? manger ces oiseaux alors qu’on abat déjà 60 milliards d’animaux par an ?
    A qui profite le maintien de ces comportements ? comment ne pas imposer une évolution des mentalités alors que la biodiversité est chaque jour un peu plus entamée?

  •  Pour le maintien de ces chasses traditionnelles, par CLEMENT , le 5 juillet 2019 à 14h32

    Je suis pour le maintien et la remise à niveau du quota à celui de 2017.
    Ces chasses font parties de notre patrimoine

  •  Pour le maintien des chasses traditionelles, par Genin , le 5 juillet 2019 à 14h20

    Je suis pour le maintien de ces chasses qui sont pratiquées par une poignée de PASSIONNES et qui ne causent aucun préjudice à ces espèces, puisque les quotas correspondent à moins de 1% de la mortalité naturelles des espèces de turdidés.
    Je suis pour que les quotas soit revus et reviennent au niveau de 2017.

  •  Opposée à cet arrêté , par V. Mataouchek , le 5 juillet 2019 à 14h13

    Arrêtez lhypocrisie , vous ne pouvez pas en même temps dire votre souhait de préserver la biodiversité et de prendre en compte la souffrance animale alors que vous persévérez à autoriser ces pratiques barbares. Le quota ne change en rien cette souffrance et vous adoubez les bourreaux. C’est vraiment honteux. Il y’a beaucoup de chose dite traditionnelle qui n’en sont pas moins barbares et notre devoir de citoyen pour faire évoluer la société est immense devant les changements climatiques qui s’annoncent.

  •  Non, arrêtons cette barbarie !, par Poppée , le 5 juillet 2019 à 14h06

    Méthodes d’un autre âge, scandaleuse et barbare.

  •  Favorable , par Acca d'etouvans , le 5 juillet 2019 à 13h35

    Favorable avec des quotas adapté

  •  chasses "traditionnelles", par VERNEAU Norbert , le 5 juillet 2019 à 13h30

    Je suis absolument opposé à l’emploi dérogatoire des techniques dites "traditionnelles" rappelées dans ce projet d’arrêté. Ce sont des techniques ne respectant absolument pas les animaux capturés, qui subissent une véritable torture pour le plaisir malsain de quelques uns. En ce moment de sixième extinction de masse des espèces, il est vraiment temps de regarder en face ce que certains appellent "traditions" : des méthodes de chasse ayant certes un intérêt en absence d’arme plus efficace et dans un cadre survivaliste, mais véritablement à rebours de l’état de la nature (NATURE : de naturae, la vie). STOP toute dérogation !

  •  Nathalie Rousse, par Nathalie Rousse , le 5 juillet 2019 à 13h09

    Bonjour,
    Je suis opposée à cet arrêté car ces méthodes de chasse dites traditionnelles devraient être abolies. Elles ne sont ni sélectives ni utiles. Elles sont cruelles et d’un autre âge.
    Bonne journée.