EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté relatif à l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs destinés à servir d’appelants, dans 5 départements de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour la campagne 2019-2020

Du 05/07/2019 au 27/07/2019 - 7325 commentaires

Le projet d’arrêté définit les quotas de prélèvement autorisés de certains turdidés pour la saison 2019-2020 à l’aide de gluaux, moyens de chasse traditionnelle, dans cinq départements : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var et Vaucluse. Ces quotas ont été adaptés pour correspondre le mieux aux prélèvements annuellement réalisés.

{{}}

La France est concernée par plusieurs modes de chasse traditionnelle : la chasse des grives et du merle noir à l’aide de gluaux dans le Sud-est, la chasse de l’Alouette des champs à l’aide de pantes et matoles dans le Sud-ouest, la chasse des grives, merle noir, Vanneau et Pluvier doré à l’aide de filets et tenderies dans les Ardennes.

L’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "oiseaux", prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, le Ministre de la Transition écologique et solidaire autorise dans des conditions qu’il détermine l’utilisation des modes et moyens de chasse consacrés par les usages traditionnels, dérogatoires aux moyens généralement autorisés.
Sur cette base, cinq arrêtés ministériels du 17 août 1989 fixent les conditions particulières d’exercice de ces chasses pour l’utilisation de gluaux, de pantes, de matoles et de tenderie.

Ces textes renvoient à des arrêtés ministériels annuels la détermination de quotas par département ainsi que, le cas échéant, « la détermination de spécifications techniques propres à un département ». Dès réception de ces arrêtés ministériels et avant le 1er octobre, date d’ouverture de ces chasses traditionnelles, les préfets prennent les arrêtés d’autorisation individuelle.

Dans le cadre de la réflexion sur la chasse pilotée par le Gouvernement et afin d’assurer la protection de la biodiversité et de mieux prendre en compte la souffrance animale, le ministre a décidé en 2018 de limiter les nouveaux quotas de prélèvements aux captures effectivement réalisées en 2017.

Le projet d’arrêté maintient les quotas pour la saison 2019-2020 dans cinq départements : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var et Vaucluse au niveau de la précédente période de chasse.

Ce projet a fait l’objet d’un vote favorable lors du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage (comité consultatif rassemblant des représentants de chasseurs, des acteurs scientifiques et associatifs) du 2 juillet 2019.

Ajout du 3/09/2019 : La synthèse de la consultation du public, les motifs de la décision sont publiés en bas de page, ainsi que les textes publiés au journal officiel de la République française


Télécharger :

Commentaires
  •  Quel horreur , par Gacka , le 27 juillet 2019 à 22h46

    Quel plaisir y a t’il à tuer de pieds et de cette manière. Qui a t’il à manger dessus ces petites bêtes. La France traverse t’elle une période de famine

  •  La chasse aux oiseaux ne devrait plus exister, par Lagrange E. , le 27 juillet 2019 à 22h45

    Je suis contre cette chasse dite TRADITIONNELLE, qui tue n’importe quel oiseau, même ceux protégés puiqu’elle est non sélective. Contre ce mode de chasse déloyal, d’une autre époque. Tout le monde alerte au DÉCLIN des oiseaux en France et en Europe. Il n’y a PAS de surpopulation et autoriser la chasse de ces oiseaux revient à être complice du déclin de ces espèces et donc de la biodiversité. Il ne faudrait pas diminuer le cota, juste interdire ce mode de chasse

  •  HONTE A LA FRANCE , par Martine TULOUP , le 27 juillet 2019 à 22h44

    Encore une chasse non sélective et cruelle !!!
    ce qui a conduit en 2004 la Cour de justice Européenne à condamner l’Espagne pour une pratique similaire.
    les espèces non ciblées doivent être relâchées, mais pensez bien que les oiseaux ont peu de chance de survivre une fois englués, mutilés pour les arracher à la glue, les petits passereaux comme les mésanges fauvettes meurent.
    Si le quota de prélèvement de 42 500 grives ou merles est le même que 2018, c’est toujours un désastre car on tire en plus au fusil ces mêmes oiseaux, donc ce sont des milliers d’oiseaux que l’on massacre..

    Bonjour la Biodiversité en France, on fait plutôt le contraire, puissant et honteux le lobby chasse en France.

  •  CONTRE le Projet d’arrêté relatif à l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs destinés à servir d’appelants, dans 5 départements de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour la campagne 2019-2020, par S.Pct , le 27 juillet 2019 à 22h33

    Je m’oppose à cet arrêté car ces méthodes de chasse sont barbares et non-sélectives, et interdites dans tous les pays d’Europe !
    Et en contexte d’effondrement de la biodiversité, ces chasses sont une aberration !
    Qu’on arrête d’invoquer la tradition, le patrimoine culturel ou la gestion des espèces, ce ne sont que des excuses pour justifier le sadisme de certains !!

  •  Stop aux massacres, par Langonne , le 27 juillet 2019 à 22h23

    contre cette chasse inefficace, non sélective, cruelle.

  •  contre le piégeage aux gluaux des grives et Merles noirs , par Sabine , le 27 juillet 2019 à 22h23

    contre le piégeage aux gluaux des grives et Merles noirs !!
    stop le massacre !!! RAS le bol !!!!!!!!!!!!!

  •  NON aux pratiques ne respectant pas la vie !, par INGRASSIA , le 27 juillet 2019 à 22h13

    Non à ce genre de chasse irrespectueuse de la vie animale !

  •  Arrêtons le massacre, par Carlier , le 27 juillet 2019 à 22h12

    Quand nous aurons tout détruit, que rester t il a nos enfants pour survivre ?

  •  Opposé au projet d’arrêté relatif à l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs destinés à servir d’appelants, par PIVARD Marianne , le 27 juillet 2019 à 21h54

    ASSEZ de ces pratiques d’un autre âge, barbares et cruelles, indignes d’un peuple dit « civilisé ».
    Un peu d’humanité et d’empathie que diable !
    Respectons la biodiversité et l’avifaune sauvage notamment, elles ne nous appartiennent pas. Ne montrons pas ces actes révoltants contre nature à nos enfants.
    Je suis opposé à ces massacres de grives et merles noirs, menaçant des espèces en déclin ainsi que d’autres espèces protégées, car non sélectives.

  •  Non !!!, par Bouhanna , le 27 juillet 2019 à 21h43

    Non, non et non à ces pratiques cruelles !!! Merci de ne pas cautionner cela ! En 2019, on évolue !!

  •  Intolérable !!!, par Mouret , le 27 juillet 2019 à 21h43

    Inadmissible ces pratiques d’un autre temps !!

  •  Non !!!!, par Camus Véronique , le 27 juillet 2019 à 21h41

    Quel plaisir peut-on avoir à faire mourir , et de façon aussi cruelle, les oiseaux ?
    Si vous avez faim, mangez vos faisans...
    Si vous aimez jouer avec de la glu, faites des travaux manuels...
    Et détestez-moi, ça vous occupera.
    Mais laissez un peu de nature sauvage à vos enfants et aux générations futures

  •  Je suis pour. Laisser les chasseurs gérer la faune, par Guéquière , le 27 juillet 2019 à 21h40

    Le milieux rural et ses habitants,cultivateurs et chasseurs sont les seuls à gérer la nature actuellement avec réussite. laissons les quelques niches de chasse traditionnelles qui ne concerne aucune espèce menacée !!! Au contraire, cela fait partie intégrante de notre patrimoine culturel !!! Préservons le !!!!

  •  Non aux chasses traditionnelles, par TAMAILLON Patricia , le 27 juillet 2019 à 21h36

    Je trouve inadmissible que l’on puisse encore en 2019 maintenir ce genre de méthode de chasse alors qu’on ne cesse de nous alerter sur nombre de catastrophes écologiques dont la disparition de nombreuses espèces notamment d’oiseaux.

    Ces modes de chasses "traditionnelles" ne concernent qu’une minorité de personnes qui placent leur plaisir personnel au dessus de l’intérêt général et se permettent de piller la nature au nom de traditions.

    Il serait peut-être temps d’agir enfin intelligemment et de se dire que ce qui était valable ou compréhensible au 20ème siècle ne l’est plus forcément au 21ème... d’évoluer quoi !

    En outre si le ministre souhaite vraiment assurer la protection de la biodiversité et mieux prendre en compte la souffrance animale, il suffit d’annuler ce projet d’arrêté. Cela permettrait de mettre en adéquation le discours et les actes.

    Merci pour votre attention
    Cordialement,

  •  NON à l’emploi des gluaux pour la capture d’oiseaux, par LEPAGE , le 27 juillet 2019 à 21h30

    Au temps d’internet il faut évoluer, laissons ces pratiques d’un autre temps, plus que CRUELLES, BESTIALES, et AUCUNEMENT SÉLECTIVES.
    Préservons la biodiversité pour les générations à venir !!!!!
    C’est honteux, qu’à notre époque subsistent de telles pratiques !!!

  •  Contre le projet d’arrêté relatif à l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs destinés à servir d’appelants, dans 5 départements de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, par PIVARD Jacques , le 27 juillet 2019 à 21h29

    ASSEZ de cette pratique d’un autre âge, barbare et cruelle, indigne d’un peuple dit « civilisé ».
    Un peu d’humanité et d’empathie que diable ! Respectons la biodiversité et l’avifaune sauvage notamment, elles ne nous appartiennent pas. Ne montrons pas ces actes révoltants contre nature à nos enfants.
    Je suis opposé à cette tuerie organisée contre les grives et merles noirs, menaçant une espèce en déclin ainsi que d’autres espèces protégées, car non sélective.

  •  CONTRE - STOP AU MASSACRE, par Carole Lavil , le 27 juillet 2019 à 21h27

    Le nombre d’oiseaux a dramatiquement baissé ces dernières années. Quel est l’objectif de laisser faire ces chasses ? Assurer un besoin vital de nourriture ? S’assurer des voix pour les prochaines élections ? Quand on aime la Nature, on en prend soin et on limite au strict minimum l’intervention humaine, surtout quand les espèces sont en danger

  •  Non,non,non et non , par Durous , le 27 juillet 2019 à 21h23

    NON A CETTE CHASSE BARBARE.Ou aucune chance n’est donnée aux oiseaux.Nous sommes au 21 ème siècle, nous defendons la biodiversité, nous ne vivons pas une période de disette, que je sache.Pourquoi permettre à des chasseurs de faire joujou avec la vie de malheureux oiseaux.pourquoi, pour suivre une tradition « stupide »?Arrêtons ces massacres !!!!!!

  •  Je suis pour. Laisser les chasseurs gérer la faune, par De latour , le 27 juillet 2019 à 21h21

    Stop aux écolos des villes

  •  Je suis pour. Laisser les chasseurs gérer la faune, par De latour , le 27 juillet 2019 à 21h20

    c’est aux chasseurs eux mêmes de déterminer les prélèvements à effectuer, de suivre l’évolution des espèces et de continuer leurs chasses traditionnelles.
    Stop aux écolos des villes