EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté relatif à l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs destinés à servir d’appelants, dans 5 départements de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour la campagne 2019-2020

Du 05/07/2019 au 27/07/2019 - 7325 commentaires

Le projet d’arrêté définit les quotas de prélèvement autorisés de certains turdidés pour la saison 2019-2020 à l’aide de gluaux, moyens de chasse traditionnelle, dans cinq départements : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var et Vaucluse. Ces quotas ont été adaptés pour correspondre le mieux aux prélèvements annuellement réalisés.

{{}}

La France est concernée par plusieurs modes de chasse traditionnelle : la chasse des grives et du merle noir à l’aide de gluaux dans le Sud-est, la chasse de l’Alouette des champs à l’aide de pantes et matoles dans le Sud-ouest, la chasse des grives, merle noir, Vanneau et Pluvier doré à l’aide de filets et tenderies dans les Ardennes.

L’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "oiseaux", prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, le Ministre de la Transition écologique et solidaire autorise dans des conditions qu’il détermine l’utilisation des modes et moyens de chasse consacrés par les usages traditionnels, dérogatoires aux moyens généralement autorisés.
Sur cette base, cinq arrêtés ministériels du 17 août 1989 fixent les conditions particulières d’exercice de ces chasses pour l’utilisation de gluaux, de pantes, de matoles et de tenderie.

Ces textes renvoient à des arrêtés ministériels annuels la détermination de quotas par département ainsi que, le cas échéant, « la détermination de spécifications techniques propres à un département ». Dès réception de ces arrêtés ministériels et avant le 1er octobre, date d’ouverture de ces chasses traditionnelles, les préfets prennent les arrêtés d’autorisation individuelle.

Dans le cadre de la réflexion sur la chasse pilotée par le Gouvernement et afin d’assurer la protection de la biodiversité et de mieux prendre en compte la souffrance animale, le ministre a décidé en 2018 de limiter les nouveaux quotas de prélèvements aux captures effectivement réalisées en 2017.

Le projet d’arrêté maintient les quotas pour la saison 2019-2020 dans cinq départements : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var et Vaucluse au niveau de la précédente période de chasse.

Ce projet a fait l’objet d’un vote favorable lors du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage (comité consultatif rassemblant des représentants de chasseurs, des acteurs scientifiques et associatifs) du 2 juillet 2019.

Ajout du 3/09/2019 : La synthèse de la consultation du public, les motifs de la décision sont publiés en bas de page, ainsi que les textes publiés au journal officiel de la République française


Télécharger :

Commentaires
  •  Non à ce type de chasse , par F. Mathevon , le 27 juillet 2019 à 14h19

    Chasse barbare et cruelle ! Méthode non sélective qui piège tous types d’espèces

  •  Non à ces pratiques d’un autre temps..., par Botella , le 27 juillet 2019 à 14h18

    Quand la tradition tue il faut supprimer la tradition... Souffrance et barbarie, c’est tout ce que cela montre cette façon de faire... En plus, ces pièges tuent sans faire de différence des espèces protégées...

  •  respect des traditions, par Barth , le 27 juillet 2019 à 14h00

    Bonjour,
    Je suis tout à fait d’accord pour le maintien de ces pratiques qui sont pratiquées par des personnes qui vivent au réel la nature et la ruralité.Ils seront les premiers à limiter les prélèvements si les effectifs diminuent où si les conditions sont mauvaises pour ces espèces.
    Arrêtons d’écouter ces personnes hors sol de la ruralité ou ces gens qui se disent écologique et qui prennent l’avion pour leur vacances !!

  •  Stop à cette cruauté , par Duriez , le 27 juillet 2019 à 13h54

    Je suis contre cette pratique, et j espère qu elle sera totalement interdite, partout en France.

  •  Scandaleux, par Dominique , le 27 juillet 2019 à 13h51

    Je suis contre ces projets d’arrêtés, qui sont tout simplement scandaleux. Il est inadmissible que les oiseaux soient piégés de cette manière, alors que par ailleurs les espèces d’oiseaux disparaissent de manière impressionnante et que la biodiversité s’effondre.

  •  STOP À TOUTES CES HORREURS, par Yvette BARBETTI , le 27 juillet 2019 à 13h46

    Totalement défavorable à ces pratiques barbares cautionnees par le gouvernement

  •  je désapprouve, par Siclari Sandrine , le 27 juillet 2019 à 13h46

    Ces pratiques sont barbares et vont a l encontre we la preservation de la biodiversité.

  •  STOP À TOUTES CES HORREURS, par Yvette BARBETTI , le 27 juillet 2019 à 13h44

    Continuons le combat pour que cessent ces pratiques barbares...

  •  Contre L engluage des oiseaux, par Martine Vannetzel , le 27 juillet 2019 à 13h42

    Pratique barbare et inadmissible vis à vis de tous les oiseaux qui ne font de mal à personne et qui sont en voie de disparition !

  •  Arreter vos conneries, par Alex , le 27 juillet 2019 à 13h41

    Il est temps d’arrêter vos vielles pratiques de torture.... Je suis contre comme la majorité des personnes qui réfléchissent un minimum ! C’est une honte ! Honte pour la France et honte pour l’humanité !

  •  Contre, par Tatiana Cruciani , le 27 juillet 2019 à 13h40

    Bonjour,
    Je suis contre : à l’heure où la biodiversité est en déclin et où le bien-être animal est un sujet central dans notre société, les techniques de chasses cruelles et archaïques doivent être purement et simplement interdites.

  •  Non à ce projet, par Olaso , le 27 juillet 2019 à 13h40

    Non a ce projet

  •  NON à ce projet, par Rose , le 27 juillet 2019 à 13h35

    Les traditions cruelles, cela se jette et ceux qui les soutiennent, cela se méprise.

  •  Non à l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs , par Alban M. , le 27 juillet 2019 à 13h34

    Rien ne justifie ces usages d’une autre époque. Il est grand temps que cela cesse !

  •  Barbarie d’un autre âge , par Michael Schlinger , le 27 juillet 2019 à 13h31

    Comment l’état peut il encore autoriser ce genre de pratique barbare alors que la biodiversité s’effondre partout et que tous les écosystèmes sont gravement menacés, si ce n’est par intérêt purement égoïste ou pecunier....

    Cessez cette hérésie s’il vous plaît

    Michael Schlinger

  •  Contre ces traditions barbares , par Pascal , le 27 juillet 2019 à 13h29

    Je suis contre ce projet d’arrêté car : alors que les populations d’oiseaux sont en déclin, il est criminel d’en autoriser la chasse même sous quotas. Les méthodes employées sont non sélectives et risquent de piéger des espèces extrêmement vulnérables.
    De plus, ces formes de chasse sont cruelles, barbares et devraient être reléguées aux oubliettes de la honte. Quand la tradition est indigne d’êtres qualifiés d’humains, il faut tuer la tradition.
    Enfin, il y a assez de nourriture en supermarchés pour ficher la paix aux animaux sauvages.

  •  Stop, par Fadli , le 27 juillet 2019 à 13h25

    Comment osez vous de nos jours a autorisé
    Le piégeage de milliers d’oiseaux
    C’est honteux
    Je suis contre nos et vos enfants ne vous disent pas merci

  •  Scandaleux, par Romain , le 27 juillet 2019 à 13h24

    Ce mode de pratique barbare et une honte dans un pays soit disant civilisé !
    la tradition ne justifie pas tout !

  •  non a la chasse a la glue, par poitout , le 27 juillet 2019 à 13h24

    respect de la biodiversite

  •  Il faut cesser cette pratique immédiatement !, par Pierre Fera , le 27 juillet 2019 à 13h21

    Sérieusement, la biodiversité est en train de s’éffondrer, il serait temps de reverser cette tendance plus que dramatique et de tout mettre en oeuvre pour que les populations d’oiseaux et d’insectes puissent croître à nouveau. Donnez-leur de l’eau en été et de la nouriture en hiver, mais plus de glue ni autres formes de piégage. Merci.