EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté relatif à l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs destinés à servir d’appelants, dans 5 départements de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour la campagne 2019-2020

Du 05/07/2019 au 27/07/2019 - 7325 commentaires

Le projet d’arrêté définit les quotas de prélèvement autorisés de certains turdidés pour la saison 2019-2020 à l’aide de gluaux, moyens de chasse traditionnelle, dans cinq départements : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var et Vaucluse. Ces quotas ont été adaptés pour correspondre le mieux aux prélèvements annuellement réalisés.

{{}}

La France est concernée par plusieurs modes de chasse traditionnelle : la chasse des grives et du merle noir à l’aide de gluaux dans le Sud-est, la chasse de l’Alouette des champs à l’aide de pantes et matoles dans le Sud-ouest, la chasse des grives, merle noir, Vanneau et Pluvier doré à l’aide de filets et tenderies dans les Ardennes.

L’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "oiseaux", prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, le Ministre de la Transition écologique et solidaire autorise dans des conditions qu’il détermine l’utilisation des modes et moyens de chasse consacrés par les usages traditionnels, dérogatoires aux moyens généralement autorisés.
Sur cette base, cinq arrêtés ministériels du 17 août 1989 fixent les conditions particulières d’exercice de ces chasses pour l’utilisation de gluaux, de pantes, de matoles et de tenderie.

Ces textes renvoient à des arrêtés ministériels annuels la détermination de quotas par département ainsi que, le cas échéant, « la détermination de spécifications techniques propres à un département ». Dès réception de ces arrêtés ministériels et avant le 1er octobre, date d’ouverture de ces chasses traditionnelles, les préfets prennent les arrêtés d’autorisation individuelle.

Dans le cadre de la réflexion sur la chasse pilotée par le Gouvernement et afin d’assurer la protection de la biodiversité et de mieux prendre en compte la souffrance animale, le ministre a décidé en 2018 de limiter les nouveaux quotas de prélèvements aux captures effectivement réalisées en 2017.

Le projet d’arrêté maintient les quotas pour la saison 2019-2020 dans cinq départements : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var et Vaucluse au niveau de la précédente période de chasse.

Ce projet a fait l’objet d’un vote favorable lors du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage (comité consultatif rassemblant des représentants de chasseurs, des acteurs scientifiques et associatifs) du 2 juillet 2019.

Ajout du 3/09/2019 : La synthèse de la consultation du public, les motifs de la décision sont publiés en bas de page, ainsi que les textes publiés au journal officiel de la République française


Télécharger :

Commentaires
  •  contre, par MARGUERITTE , le 27 juillet 2019 à 15h22

    quel message faites vous passer en continuant cette "chasse"?Nous somme en crise écologique.C’est une trés mauvaise communication ! quel symbole ! Je ne comprend pas pourquoi pendant que certains ramassent les détritus en se baladant et éduquent leurs enfants à a sauver tout ce qui vie, d’autres butent les animaux... De plus le système utilisé est sans nul doute cruel et surtout :DANGEREUX POUR BON NOMBRE D’AUTRE VIE ! insectes, végétaux, oiseaux, ect, ...

  •  Quand les traditions ont bon dos, par Olivier Dalverny , le 27 juillet 2019 à 15h20

    Nous sommes aujourd’hui en 2019. Toutes les sonnettes d’alarmes sont déclenchées en matière de biodiversité. Moi même, 29 ans cette année, je vois beaucoup moins d’oiseaux dans les campagnes que lorsque j’étais enfant.
    Vouloir mettre en avant le fait que ces chasses NON sélectives sont traditionnelles est une grave erreur.
    Nous pouvons aussi essayer de comprendre ces gens qui utilisent ces traditions depuis toujours. Oui il peut être difficile de changer ces habitudes. Mais il faut garder en tête que l’homme ne chasse plus aujourd’hui pour survivre mais bel et bien pour son loisir. Alors, oui, en temps de guerre, l’utilisation de gluaux et bien évidemment quelque chose de normal, puisqu’il s’agit de survie pure et dure. Mais plus aujourd’hui. Aujourd’hui il est intolérable de menacer encore plus nos oiseaux qu’ils ne le sont déjà.
    Alors oui, je trouve inadmissible que nous soyons encore les seuls à utiliser ce genre de méthode de nos jours.

  •  Contre ce projet d’arrêté., par Le Berre , le 27 juillet 2019 à 15h18

    Par nature,ce type de chasse est non sélectif.Les oiseaux non ciblés et relâchés,potentiellement protégés, peuvent se blesser,se mutiler,être intoxiqués par les solvants utilisés pour les décoller ,et mourir.Ces espéces sont déjà largement chassées au tir.La "tradition" ne doit pas être une caution à la cruauté

  •  Contre la chasse dite traditionnelle , le 27 juillet 2019 à 15h02

    Bonjour

    Outre le nombre déclinant des oiseaux qui devrait amener à une interdiction totale de leur chasse, ces méthodes traditionnelles ne sont pas suffisamment sélectives et vont à l’encontre des décisions européennes.

  •  Non aux Gluaux, par Baroni Fabienne , le 27 juillet 2019 à 15h00

    Non non et non à ces pratiques barbares. Stop aux Gluaux !

  •  NON ABSOLU au projet d’arrêté relatif à l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs destinés à servir d’appelants, dans 5 départements de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour la campagne 2019-2020, par Mayans , le 27 juillet 2019 à 14h55

    Quand les traditions sont idiotes et cruelles, elles n’ont plus lieu d’être et ne servent en aucun cas la mémoire des "anciens" !
    Dans ma ville, le chant si beau des merles noirs a disparu (bétonnage de la ville, destruction des petits jardins, etc.)et ce gouvernement s’apprêterait par pur clientélisme à sacrifier merles noirs et grives sur l’autel du lobby de la chasse?
    Alors même que cette pratique cruelle est interdite dans tous les pays d’Europe depuis les condamnations de l’Espagne en 2004 et celle de Malte en 2017?
    La France veut-elle entrer dans le 21ème siècle en préservant sa faune sauvage et sa biodiversité ou "offrir" ces espèces menacées aux 2% de chasseurs/piégeurs qui, espérons-le un jour ne représenteront plus aucun un poids électoral. Pour les générations futures NON à ce projet d’arrêté Hors-la-loi !

  •  Honte , honte ,honte /STOP, par Emma Weber , le 27 juillet 2019 à 14h55

    Stop à ces maltraitances. . Comment peut on s’en prendre ainsi à ces petits animaux ?
    et ce freluquet de Macron n’en a rien à faire des animaux . Il essaie de se mettre les chasseurs dans la poche pour gagner des électeurs .
    Beurk .
    Stop définitif à ces horribles pratiques.

  •  Stop a cette douleur , par Hombourger , le 27 juillet 2019 à 14h50

    Les humains ont deja fait assez de dégâts de partout a notre environnement ! Personne ne peut encore oser détruire- de manière aussi barbare en plus- ce qui est deja si mal en point ! Notre nature française est devenue trop silencieuse. Ce qui pouvait se faire 1 génération plus tôt devient impossible pour nos enfants

  •  Pas de traditions aveugles , par Annélyse MARGENEST , le 27 juillet 2019 à 14h48

    La tradition ne doit pas être contraire au progrès. La société a évoluée au fil des siècles, des pratiques sont apparues puis ont été abandonnées. Il n’y a plus de jeux du cirque, de droit de cuissage, de drap accroché à la fenêtre après la nuit de noce, de bonnets d’âne sur la tête des écoliers, etc. Pourquoi maintrenir ce type de chasse à l’heure où on légifère sur le bien être animal ? La population de passereaux s’est effondrée. C’est un non-sens.

  •  Avis défavorable aux quotas de prélevements , par michel , le 27 juillet 2019 à 14h47

    Pourquoi ce baser sur les résultats de la saison précédente pour définir ceux de la saison suivante !!
    Et pourquoi ne pas aussi interdire les chats domestique qui tuent certainement plus d’oiseaux que les six grives ou merles que nous avons le droit de capturer
    Et non la glue n’est pas cruelle puisqu’elle permet de relâcher les espèces non autorisés après nettoyage à la cendre de bois et non avec des solvants comme j’ai pu le lire

  •  Contre, par Guenot , le 27 juillet 2019 à 14h44

    Contre ces techniques barbares d’un autre temps.JE DEMANDE LINTERDICTION PURE ET SIMPLE

  •  Refus du maintien des quotas, par GOURDON Georges , le 27 juillet 2019 à 14h40

    Je suis pour l’interdiction des quotas de prélèvement de certains turdidés pour la saison 2019-2020 à l’aide de gluaux, moyens de chasse barbare et d’un autre temps dans les cinq départements : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var et Vaucluse.
    Je suis pour la protection intégrale des grives et merles noirs.

  •  Non à ce projet , par Collignon-Abriel , le 27 juillet 2019 à 14h39

    Non à ce projet
    Contre toute forme de chasse et controlr

  •  Stop à ces pratiques de chasse cruelles et indignes, par Buonamassa mf , le 27 juillet 2019 à 14h37

    Comment la France peut elle autoriser au XXI ème siecle ces pratiques moyenâgeuses qui font souffrir inutilement les oiseaux et dont les populations générales sont’ de surcroît diminuées de façon alarmante. Au lieu de les protéger nous voyons que les autorités concernées autorisent toujours ces modes de chasse indignes de la France. Je suis scandalisée que les esprits ne soient pas conscients de l’urgence de protéger efficacement les oiseaux.

  •  Avis favorable au texte proposé et aux glaux, par Bellino , le 27 juillet 2019 à 14h36

    Maintenir nos tradictions et en mémore a nos anciens

  •  Des méthodes d’un anciens temps, par Alméras , le 27 juillet 2019 à 14h32

    Ces méthodes sont cruelles et ne sont en rien interessante pour la biodiversité. Le patrimoine Francais en souffre tous les jours.

  •  NON ABSOLU, par Creusot , le 27 juillet 2019 à 14h32

    67 millions d individus recensés en France et 1 million décideraient d un droit de vie ou de mort sur un patrimoine vivant universel ?? !!.
    Vous n avez pas mon accord. Non au permis de tuer. Non au piégeage. Non å la barbarie.
    OUI à une biodiversité bien vivante pour 66 millions de Français.

  •  Contre ces pratiques sournoises et non sélectives, par Pimbé , le 27 juillet 2019 à 14h29

    Il serait temps que le milieu de la chasse se soucie du respect de la biodiversité dont elle profite. Vivant à la campagne je constate la disparition des espèces sauvages. Laissons une nature riche et fertile à nos enfants !

  •  Non aux gluaux et tous autres methodes de chasse relevant du passé , par Lefevre catherine , le 27 juillet 2019 à 14h26

    A une periode où l’on nous annonce la disparition de dizaines d’especes animales, pourquoi en rajouter ?
    Cette methode est sadique

  •  extinction des espèces , par Hervé , le 27 juillet 2019 à 14h24

    Je pense que’il serait temps de stopper les méthodes de chasses qui ne sont pas capables de sélectionner uniquement le gibier convoité... Surtout en cette période d’extinction des oiseaux ( des insectes et du vivant en général...)
    Et quel intérêt de manger ces si petits oiseaux ?
    le chasseur est parfois cruel...