EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté relatif à l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs destinés à servir d’appelants, dans 5 départements de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour la campagne 2019-2020

Du 05/07/2019 au 27/07/2019 - 7325 commentaires

Le projet d’arrêté définit les quotas de prélèvement autorisés de certains turdidés pour la saison 2019-2020 à l’aide de gluaux, moyens de chasse traditionnelle, dans cinq départements : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var et Vaucluse. Ces quotas ont été adaptés pour correspondre le mieux aux prélèvements annuellement réalisés.

{{}}

La France est concernée par plusieurs modes de chasse traditionnelle : la chasse des grives et du merle noir à l’aide de gluaux dans le Sud-est, la chasse de l’Alouette des champs à l’aide de pantes et matoles dans le Sud-ouest, la chasse des grives, merle noir, Vanneau et Pluvier doré à l’aide de filets et tenderies dans les Ardennes.

L’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "oiseaux", prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, le Ministre de la Transition écologique et solidaire autorise dans des conditions qu’il détermine l’utilisation des modes et moyens de chasse consacrés par les usages traditionnels, dérogatoires aux moyens généralement autorisés.
Sur cette base, cinq arrêtés ministériels du 17 août 1989 fixent les conditions particulières d’exercice de ces chasses pour l’utilisation de gluaux, de pantes, de matoles et de tenderie.

Ces textes renvoient à des arrêtés ministériels annuels la détermination de quotas par département ainsi que, le cas échéant, « la détermination de spécifications techniques propres à un département ». Dès réception de ces arrêtés ministériels et avant le 1er octobre, date d’ouverture de ces chasses traditionnelles, les préfets prennent les arrêtés d’autorisation individuelle.

Dans le cadre de la réflexion sur la chasse pilotée par le Gouvernement et afin d’assurer la protection de la biodiversité et de mieux prendre en compte la souffrance animale, le ministre a décidé en 2018 de limiter les nouveaux quotas de prélèvements aux captures effectivement réalisées en 2017.

Le projet d’arrêté maintient les quotas pour la saison 2019-2020 dans cinq départements : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var et Vaucluse au niveau de la précédente période de chasse.

Ce projet a fait l’objet d’un vote favorable lors du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage (comité consultatif rassemblant des représentants de chasseurs, des acteurs scientifiques et associatifs) du 2 juillet 2019.

Ajout du 3/09/2019 : La synthèse de la consultation du public, les motifs de la décision sont publiés en bas de page, ainsi que les textes publiés au journal officiel de la République française


Télécharger :

Commentaires
  •  Non au projet d’arrêté relatif à l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs, par mln , le 27 juillet 2019 à 16h17

    Non au projet d’arrêté relatif à l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs : cette pratique est cruelle et non sélective. Elle est interdite dans tous les pays d’Europe et difficilement contrôlable. Préservons la biodiversité !

  •  Contre, par Claire C , le 27 juillet 2019 à 16h16

    La pratique est cruelle et non sélective quoi qu’on en dise.

  •  Stop..., par Messelot , le 27 juillet 2019 à 16h14

    ... aux traditions barbares. Il est temps d’évoluer et d’en sortir enfin.

  •  Contre ! C’est une honte., par Laure , le 27 juillet 2019 à 16h12

    L’être humain est décidement la pire des espèce qui soit.

  •  Avis défavorable, par Maisans , le 27 juillet 2019 à 16h11

    La pratique est barbare et non sélective. Une honte pour notre pays. Il serait tant de prendre en compte les indicateurs concernant la perte massive de la biodiversité !

  •  Inacceptable ! , par Rivet , le 27 juillet 2019 à 16h03

    Comment permettre ces pratiques rétrogrades en pleine débâcle de la biodiversité pour quelques voix électorales ? D’un côté la start up nation de l’autre l’archaïque nation.
    Drôle de virage écologique ! Et si frapper sa femme était une tradition devrait-on le permettre qqs jours par an ? Science raison et démocratie sont les seules boussoles dans un monde déboussolé. A bon entendeur.

  •  Avis défavorable , le 27 juillet 2019 à 16h02

    Comment peut on encore pratiquer ces méthodes dites traditionnelles de chasse ! Cruelles, non sélectives ... Les autoriser n’est qu’une façon de gagner quelques voix aux élections mais le monde change et la chasse doit qussi évoluer vers des pratiques plus éthiques.
    Quand on voit le nombre de passereaux qui chutent d’année en année, on ne peut que s’indigner et au contraire tout mettre en oeuvre pour protéger cette faune si fragilisée par les changements environnementaux

  •  Stop a cette chasse cruelle, par Delbeke Margaret , le 27 juillet 2019 à 16h01

    Dans la mesure ou il n’est possible de faire ka selection de l´espece il faut arreter cette chasse. Il y a de moins en moins d’oiseaux il faut maintenant preserver toutes les especes quelle qu’elles soient !

  •  CONTRE, par Amélie Bierna , le 27 juillet 2019 à 15h59

    Arrêtez de rajouter une pression supplémentaire sur les populations animales, elles sont déjà fortement diminuées, n’en rajoutez pas pour d la distraction perverse

  •  Non a la dictature d’individus qui ne pratiquent plus la chasse que par loisir., par Dominique Lafond , le 27 juillet 2019 à 15h52

    Les chasses au gluau (et autres) qui se pratiquent chez nous datent d’une période où les populations rurales avaient besoin de se nourrir de protéines animales à bon compte. Ce n’est plus justifié aujourd’hui. C’est cruel, et les quotas accordés et les espèces capturées ne sont même pas contrôlables. Aucune JUSTIFICATION n’est acceptable. Traditionnelle en particulier : il n’y a qu’à lire les livres.

  •  Avis défavorable concernant les méthodes de chasse traditionnelle et les quotas trop élevés , par Dujardin , le 27 juillet 2019 à 15h50

    Ces chasses sont dites « traditionnelles » car elles dérogent aux directives européennes. Elles datent d’un autre temps, une période où les populations rurales avaient besoin de se nourrir de protéines animales à bon compte. Ce n’est plus justifié aujourd’hui. La société actuelle permet un accès beaucoup plus aisé à la nourriture. Par ailleurs, le piégeage est difficilement contrôlable, et les pratiques cruelles. Pour rappel, depuis 2015, en France, l’animal est reconnu comme un « être vivant doué de sensibilité » dans le Code civil (nouvel article 515-14). Respectons la nature et la biodiversité de notre pays.

  •  Piégeage aux gluaux, par JRB , le 27 juillet 2019 à 15h49

    il s’agit d’une pratique non sélective puisque n’importe quel oiseau autre que les grives et merles noirs peut se retrouver englués, ce qui a conduit en 2004 la Cour de justice de l’Union Européenne à condamner l’Espagne qui autorisait une pratique similaire. Malgré l’obligation de relâcher les spécimens d’espèces non ciblées, ceux-ci ont peu de chances de survivre, une fois englués et même après nettoyage, surtout les petits passereaux (mésanges, rouges-gorges, etc.) : articulations démises en se débattant et mutilations, plumes arrachées par la glu, intoxication aux solvants chimiques utilisés pour décoller les oiseaux. Les arrêtés soumis à consultation autorisent le piégeage à la glu de 42 500 grives ou merles noirs pour la saison 2019-2020 comme en 2018 ! Les chasseurs n’étant pas soumis à l’obligation de relâcher les appelants en fin de saison, ce quota s’ajoute à l’important prélèvement de ces espèces par tir au fusil

  •  Contre les chasses traditionnelles, contre les quotas trop élevés , par Muriel J. , le 27 juillet 2019 à 15h39

    Cette chasse n’est plus justifiée aujourd’hui et ces méthodes de piégeage non sélectifs sont incontrôlables.
    Les oiseaux disparaissent de notre ciel, interdisons ce loisir inadapté qui va à l’encontre du bon sens, protégeons toutes les espèces.

  •  Oui à nos traditions, Non a la dictature d’illuminés qui ne connaisent rien à la nature et à la faune, par Vignolo Cyril , le 27 juillet 2019 à 15h39

    La France est faite de traditions et la capture d’appelants aux gluaux est une traditions dans nos départements du sud est.
    Au lieu de s’attaquer aux chasseurs qui par ce moyen capture un nombre vraiment très limité d’oiseaux, il serait plus judicieux de s’attaquer aux pollutions responsables de bien p^lus de mort d’oiseaux que la chasse et autres traitements insecticides contre les chenilles utilisés dans les zones de nidification (forêt noire) qui déciment les oiseaux directement dans leurs nids !

  •  CONTRE, par Matia Haïm Muller , le 27 juillet 2019 à 15h37

    Je suis totalement opposé à cette pratique barbare.

    Quant à l’argument de la tradition, je pourrais répondre qu’à une époque pas si lointaine, la fameuse "tradition" voulait qu’une femme soit totalement dépendante de son mari. Et heureusement, cela a évolué. Merci, au revoir.

  •  Contre le projet d’arrêté relatif à l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs destinés à servir d’appelants, par Michelle GATINIER , le 27 juillet 2019 à 15h36

    STOP AUX PRELEVEMENTS SAUVAGES ET INCONTROLES DES ESPECES NATURELLES ... Pour une trêve écologique et solidaire avec eux. Les canicules et tempêtes successives ont déjà plus qu’affaibli la biodiversité.

  •  Contre la chasse à la glu , par Guillemot , le 27 juillet 2019 à 15h34

    Je pense qu’à l’heure actuelle il serait tant qu’on puisse réaliser la plus grande évolution de l’espèce Humaine, apprendre de ses erreurs, vivre en coopération totale avec toutes espèces vivantes dans le respect....

    On donne des machines à coiffées pour arrêter les personnes qui pratique l’excision alors donnons aux chasseurs à glu une activité respectueuse et utile à la société !! (A la hauteur de leur capacité....)

    bref je suis contre cette pratique arriérée, montrons que nous sommes réellement l’espèce la plus intelligentes et développer... Protégeons ce qui est plus petit que nous !

    POUR L’ARRET ET L’INTERDICTION TOTALE DE CETTE PRATIQUE DE CHASSE !

  •  STOP aux pratiques barbares !, par Christelle Tinchon , le 27 juillet 2019 à 15h25

    Nous sommes au XXIè siècle, où ces pratiques n’ont plus lieu d’être !ceux qui le font encore ne sont que des êtres arriérés ! Vous faites honte à l’être humain qui sait évoluer et peut remettre en cause ses pratiques, nous sommes redevables à notre terre, notre mère Nature !respectons la !respectons toutes les espèces, faune et flore !

  •  Résolument contre le piégeage au gluau des oiseaux, quels qu’ils soient , par Virginie Devigne , le 27 juillet 2019 à 15h25

    Cette pratique moyenâgeuse et barbare interdite dans toute l’Europe et autorisée uniquement dans le Sud-est de la France doit disparaître une bonne fois pour toutes !

    Tuer des animaux ne peut pas être un loisir ! De plus en plein milieu de la 6e extinction de masse, du réchauffement climatique et après avoir fait disparaître 60 % de la biodiversité en 40 ans !

    En plus de la cruauté de ces pièges au gluau, ils ne sont pas sélectifs. N’importe quel oiseau d’une espèce menacée s’y colle !

    On ne fait pas joujou avec la Vie des animaux !

  •  oui à ces chasses traditionnels, par Christian PIN , le 27 juillet 2019 à 15h23

    oui à ces chasses traditionnelles pratiquées par des personnes du terroir qui connaissent bien leur nature dans laquelle ils vivent.
    c’est leur milieu de vie et ils ne détruiraient en rien quelque chose qui leur porterait préjudice !
    tous ces détracteurs ne connaissent souvent rien à notre nature , ils veulent nous l’emprunter le temps d’un week-end sans respect de ce qui s’y passe et en plus ils y laissent leurs poubelles !!!