EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté relatif à l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs destinés à servir d’appelants, dans 5 départements de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour la campagne 2019-2020

Du 05/07/2019 au 27/07/2019 - 7325 commentaires

Le projet d’arrêté définit les quotas de prélèvement autorisés de certains turdidés pour la saison 2019-2020 à l’aide de gluaux, moyens de chasse traditionnelle, dans cinq départements : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var et Vaucluse. Ces quotas ont été adaptés pour correspondre le mieux aux prélèvements annuellement réalisés.

{{}}

La France est concernée par plusieurs modes de chasse traditionnelle : la chasse des grives et du merle noir à l’aide de gluaux dans le Sud-est, la chasse de l’Alouette des champs à l’aide de pantes et matoles dans le Sud-ouest, la chasse des grives, merle noir, Vanneau et Pluvier doré à l’aide de filets et tenderies dans les Ardennes.

L’article L. 424-4 du code de l’environnement, reprenant les dispositions de l’article 9 de la directive "oiseaux", prévoit que, pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées et de manière sélective, la chasse de certains oiseaux de passage en petites quantités, le Ministre de la Transition écologique et solidaire autorise dans des conditions qu’il détermine l’utilisation des modes et moyens de chasse consacrés par les usages traditionnels, dérogatoires aux moyens généralement autorisés.
Sur cette base, cinq arrêtés ministériels du 17 août 1989 fixent les conditions particulières d’exercice de ces chasses pour l’utilisation de gluaux, de pantes, de matoles et de tenderie.

Ces textes renvoient à des arrêtés ministériels annuels la détermination de quotas par département ainsi que, le cas échéant, « la détermination de spécifications techniques propres à un département ». Dès réception de ces arrêtés ministériels et avant le 1er octobre, date d’ouverture de ces chasses traditionnelles, les préfets prennent les arrêtés d’autorisation individuelle.

Dans le cadre de la réflexion sur la chasse pilotée par le Gouvernement et afin d’assurer la protection de la biodiversité et de mieux prendre en compte la souffrance animale, le ministre a décidé en 2018 de limiter les nouveaux quotas de prélèvements aux captures effectivement réalisées en 2017.

Le projet d’arrêté maintient les quotas pour la saison 2019-2020 dans cinq départements : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var et Vaucluse au niveau de la précédente période de chasse.

Ce projet a fait l’objet d’un vote favorable lors du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage (comité consultatif rassemblant des représentants de chasseurs, des acteurs scientifiques et associatifs) du 2 juillet 2019.

Ajout du 3/09/2019 : La synthèse de la consultation du public, les motifs de la décision sont publiés en bas de page, ainsi que les textes publiés au journal officiel de la République française


Télécharger :

Commentaires
  •  Sauvez les grives et merles noirs ! , par Adrine , le 27 juillet 2019 à 17h08

    Interdisez à l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs destinés à servir d’appelants, dans 5 départements de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour la campagne 2019-2020. Arrêtez ces massacres SVP !

  •  Sauvez les grives et merles noirs ! , par Adrine , le 27 juillet 2019 à 17h06

    Stop à l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs destinés à servir d’appelants, dans 5 départements de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour la campagne 2019-2020. Arrêtez ces massacres SVP !

  •  Pour la Biodiversité !, par Marie , le 27 juillet 2019 à 17h01

    Pour La Vie, pour que tout essaie de continuer pour le meilleur, merci !

  •  Contre ce projet d’arrêté, par N. Bériot , le 27 juillet 2019 à 16h58

    Ces pratiques n’ont plus lieu d’être. L’heure est à la protection du vivant et de sa diversité. La sixième extinction de masse est en cours et il faut mettre notre énergie et notre inventivité au service d’un retour rapide du vivant dans nos champs, nos forêts, nos sols, nos rivières, nos rivages. Les oiseaux et tant d’autres êtres vivants ont besoin de notre attention et de nos soins. Quels milieux naturels, quelle biodiversité, quelle planète voulons-nous laisser à nos enfants et petits-enfants ?

  •  Avis Défavorable , par Charlemagne , le 27 juillet 2019 à 16h58

    La biodiversité doit être protégée, nous en avons besoin !

  •  Contre ce projet de loi, par Abelin , le 27 juillet 2019 à 16h56

    Cette technique de chasse n’a plus lieu D’être.

  •  Non à ce projet honteux, par Delvordre , le 27 juillet 2019 à 16h49

    Je suis totalement contre ce projet d’arrêté relatif à l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs destinés à servir d’appelants, dans 5 départements de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour la campagne 2019-2020. Ces oiseaux doivent être laissés en paix et protégés. Cette tradition a assez duré et la France devrait montrer l’exemple en matière de protection de la faune sauvage, au lieu d’encourager à la massacrer.

  •  Contre le projet d’arrêté pour l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles, par REGIS-CONSTANT Danielle , le 27 juillet 2019 à 16h48

    Ce projet est une totale aberration alors que les oiseaux disparaîssent de nos villes et de nos campagnes. Laissez les tranquilles. De tout temps, les hommes ont vécu en symbiose avec les animaux y compris les oiseaux.
    .
    Le jour où on installera des pièges à glue pour attraper les imbéciles, la récolte sera bonne.

  •  Contre le projet d’arrêté pour l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles, par REGIS-CONSTANT Danielle , le 27 juillet 2019 à 16h47

    Ce projet est une totale aberration alors que les oiseaux disparaîssent de nos villes et de nos campagnes. Laissez les tranquilles. De tout temps, les hommes ont vécu en symbiose avec les animaux y compris les oiseaux.
    Tous les politiques se targuent d’écologie et ne connaisse pas la définition même de ce mot.
    Le jour où on installera des pièges à glue pour attraper les imbéciles, la récolte sera bonne.

  •  Avis défavorable, par A Allard , le 27 juillet 2019 à 16h47

    Avis défavorable. Évidemment un pratique très cruelle

  •  Non à ces pratiques barbares, non sélectives et contraires à nos engagements internationaux., par Jacques Buty , le 27 juillet 2019 à 16h45

    Je m’oppose avec la plus extrême fermeté à ces pratiques qui nous placent au ban des nations en Europe pour ce qui relève de l’environnement. Ces pratiques "traditionnelles" ne sont pas sélectives et nombre d’oiseaux protégés sont pris au piège. Il est invraisemblable que le ministère de la Transition Ecologique soit complice de ces méthodes barbares. D’autre part, en France, les populations d’oiseaux se sont effondrées de 30 % en 25 ans et il est donc urgent d’assurer la survie dans les meilleures conditions de notre avifaune (d’ailleurs fragilisée par le réchauffement climatique).

  •  non au piegeage des grives et des merles, par cohen daniele , le 27 juillet 2019 à 16h41

    non parce que c’est cruel et non parce que l’actualité nous montre tous les jours que nous nous dirigeons vers la 6eme extinction de masses des espèces. De plus les merles sont décimés par le virus USUTU Préservons notre faune il a va de la survie de notre espèce.

  •  Stop au massacre, par Simon , le 27 juillet 2019 à 16h41

    Comment peut-on encore au 21ème siècle, sous couvert de "tradition", assassiner de manière cruelle des centaines d’oiseaux, d’autant plus que ces piégeages ne sont pas sélectifs. Dans un contexte de disparition de la biodiversité, il serait vraiment temps de prendre la mesure des dégâts irréversibles que nous causons à notre environnement.

  •  Non au projet d’arrêté relatif à l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs destinés à servir d’appelants, dans 5 départements de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour la campagne 2019-2020, par C Dumont , le 27 juillet 2019 à 16h40

    Non au projet d’arrêté relatif à l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs destinés à servir d’appelants, dans 5 départements de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour la campagne 2019-2020.

  •  Non à la capture des grives ou merles ou autres oiseaux !!!, par MASSE Martine , le 27 juillet 2019 à 16h39

    Mais quel " plaisir " peuvent-ils bien tirer de telles pratiques ??
    Il suffit de tuer !

  •  NON au piégeage, par Maryline Papillon , le 27 juillet 2019 à 16h29

    C’est une pratique non sélective ce qui a déjà conduit en 2004 la Cour de justice de l’Union Européenne de condamner l’Espagne sur ce même type de chasse

  •  CONTRE : Stop aux cruautés envers les animaux, par Adriane Giordano , le 27 juillet 2019 à 16h26

    Les oiseaux ne sont pas là pour divertir des tueurs frustrés. Rendez service à l’intérêt général plutôt qu’à ces lobbies qui se réfugient derrière des traditions dont la grande majorité des français a honte ! Quelle gloire, capturer des passereaux de façon non sélective en les collant aux branches, vraiment ! Merci de retrouver un peu de sérieux et de protéger la biodiversité au lieu d’encourager son extermination.

  •  contre le piégeage aux gluaux des grives et merles noirs, par Charles , le 27 juillet 2019 à 16h25

    Bien entendu, il s’agit d’une pratique non sélective puisque n’importe quel oiseau autre que les grives et merles noirs peut se retrouver englué, ce qui a conduit, en 2004, la Cour de justice de l’Union Européenne à condamner l’Espagne qui autorisait une pratique similaire. Malgré l’obligation de relâcher les spécimens d’espèces non ciblées, ceux-ci ont peu de chances de survivre une fois englués, et même après nettoyage, surtout les petits passereaux (mésanges, rouges-gorges, etc.) : mutilations et articulations démises en se débattant, plumes arrachées par la glu, intoxication aux solvants chimiques utilisés pour décoller les oiseaux. Les arrêtés soumis à consultation autorisent le piégeage à la glu de 42 500 grives ou merles noirs pour la saison 2019-2020, comme en 2018 ! Les chasseurs n’étant pas soumis à l’obligation de relâcher les appelants en fin de saison, ce quota s’ajoute à l’important prélèvement de ces espèces par tir au fusil (plus de 2,5 millions de grives et de merles noirs en France d’après l’enquête nationale sur la saison 2013-2014).

  •  Avis défavorable, par Audrey Halluin , le 27 juillet 2019 à 16h22

    Combien de temps des dérogations aux réglementations (européennes, nationales) persisteront-elles pour la satisfaction du plaisir personnel de quelques uns? Les traditions peuvent être cruelles et ne sont pas toujours légitimes, de nombreuses ont été abolies par le passé, avec des effets positifs pour la société.

    Ces méthodes de piégeage sont cruelles, les oiseaux souffrent physiquement mais aussi de stress, elles ne sont pas sélectives. D’autre part, comment contrôler le respect des quotas ? Quotas qui sont basés sur ce qui est fait l’année d’avant... donc on évalue même pas l’impact que cela a eu ou pas sur l’espèce visée.

    La biodiversité souffre déjà d’une baisse drastique, les scientifiques parlent de la sixième extinction de masse, et au lieu d’aider les espèces sauvages nous continuons à exercer sur elles une pression qui pourrait être évitée.

  •  En finir avec l’emploi des gluaux !, par Monique Le Bouhellec , le 27 juillet 2019 à 16h21

    Assez de ces cruautés envers les oiseaux ! Quel est ce besoin qui pousse à les détruire encore et toujours ? Appliquons les lois européennes !