EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté ministériel relatif à l’emploi de la chevrotine pour les battues collectives au Sanglier dans le département de Corse-du-Sud pour les campagnes 2017-2018, 2018-2019, 2019-2020

Du 02/06/2017 au 25/06/2017 - 22 commentaires

Conformément à l’article 4 de l’arrêté ministériel du 1 août 1986 relatif à divers procédés de chasse, de destruction des animaux nuisibles et à la reprise du gibier vivant dans un but de repeuplement, dans les départements présentant des formations de garrigues ou maquis, le ministre chargé de la chasse peut autoriser par un arrêté triennal, sur proposition du préfet, après avis du président de la fédération départementale des chasseurs, les conditions dans lesquelles l’emploi de chevrotines est autorisé pour le tir du sanglier en battues collectives.
Cet arrêté est un arrêté triennal. Pour les trois ans à venir, le préfet de Corse-du-Sud propose au ministre de la transition écologique et solidaire d’autoriser l’emploi de la chevrotine (munition chargée de grenaille de plomb d’un diamètre supérieur à 4 millimètres) dont le nombre de grains est inférieur ou égal à 24, uniquement dans le cadre de battues collectives comprenant au moins sept participants, pour le tir du sanglier dans le département de la Corse-du-Sud.
Le présent projet d’arrêté ministériel a reçu l’avis favorable de la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage (CDCFS) et de la fédération départementale des chasseurs en date du 24 mai 2017.
La synthèse des observations, la décision ministérielle et ses motivations sont publiées dans les conditions réglementaires fixées par les dispositions des articles L120-1 à L120-3 du code de l’environnement.


Télécharger :

Commentaires
  •  Non à l’emploi de chevrotines pour le tir du sanglier en battues, déchets toxiques abandonnés dans l’environnement qui prends en charge l’impact écocide?, par Mons , le 22 juin 2017 à 19h00

    Pour rappel l’utilisation de grenaille de plomb est dangereux pour
    l’environnement et la santé. Le plomb est une substance extrêmement
    toxique, qui provoque une maladie grave, le saturnisme. Les dangers
    environnementaux de cette dispersion dans la nature d’un métal aussi
    dangereux que le plomb, qui met entre 30 et 200 ans pour être désagrégé
    et dissout, sont évidents. Les animaux en sont les premières victimes :
    « En se dissolvant, les billes de plomb libèrent des sels de plomb qui se
    diffusent dans le sang et s’accumulent dans toutes les parties du corps,
    notamment les tissus d’organes internes tels que le foie et les reins, mais
    aussi les os.... »
    Alors amis chasseurs si tu aimes ton territoire, chasser et manger du
    gibier, fait le certes avec tes collègues mais de manière
    éco-responsable (comment ramassé ces déchets toxiques abandonnés?)
    comme tu es un bon chasseur tu n’as pas besoin de grenaille de plomb ta
    ruse et tes collègues lors de battus te suffisent pour chasser, car
    n’oublions pas tu es un grand predateur, donc non à l’emploi de
    chevrotines pour le tir du sanglier en battues.

  •  Oui à l’emploi de la chevrotine pour les battues au sanglier en CORSE ;, par FELICELLI Fortuné , le 22 juin 2017 à 16h49

    Cette munition reste parfaitement adaptée pour le tir du sanglier en battue. Ces battues se déroulent dans un milieu particulier, (maquis). Les tirs sont fait à courte distance et le pouvoir létal reste suffisant pour nos sangliers qui dépassent très rarement le poids de 100 kilos à l’age adulte. la suppression de cette autorisation conduirait de façon certaine à une prolifération de l’espèce sanglier qui est déjà surabondante dans l’ile.

  •  Oui au maintien de la chevrotine en région Corse, par sauli Jean Olivier , le 20 juin 2017 à 06h04

    La topographie du terrain, la densité du maquis, en région Corse, rendent obligatoire le tir à la chevrotine effectué toujours de près (moins de 20 mètres) et nettement moins dangereux que le tir à balle (mortel à plus de 1500 mètres), notamment lorsqu’il est effectué avec des armes de grande chasse.

  •  Oui à l’autorisation du tir à la chevrotine en région Corse , par SAULI Jean Olivier , le 19 juin 2017 à 16h37

    La topographie et la végétation de maquis dense de la Corse rendent pratiquement obligatoire le tir à la chevrotine, nettement moins dangereux que le tir à balle, notamment lorsque ce dernier est effectué avec des armes de grande chasse (balle mortel à plus de 1500 mètres).
    D’autre part la majorité des chasseurs de l’Île maîtrisent parfaitement ce tir, qui s’exerce presque toujours à faible distance (environ 15 à 20 mètres) et à tir fichant.

  •  Oui au maintien de la chevrotine en région Corse, par SAULI Jean Olivier , le 19 juin 2017 à 13h05

    Il s’agit essentiellement de la Corse, où la topographie et le maquis très dense ne permettent de tirer que de près, et la chevrotine, dans ce contexte, est le tir le mieux adaptés et le moins dangereux, et ce d’autant plus qu’il est parfaitement maîtrisé par tous nos anciens.

  •  Oui au maintien de la chevrotine en région Corse, par SAULI Jean Olivier , le 19 juin 2017 à 12h58

    La topographie, la végétation très dense du maquis corse, rendent pratiquement obligatoire, le tir à la chevrotine en Corse.
    Le tir à la chevrotine s’avère moins dangereux que le tir à balle, surtout lorsque ce dernier est pratiqué avec des armes de grande chasse. En effet les tirs s’effectuent le plus souvent à courte distance, et le tir à balle est dangereux à cause des risques incontrôlables de ricochets et peut être mortel à plus de 1500 mètres.
    Enfin tous les vieux chasseurs corses maîtrisent mieux le tir à la chevrotine que le tir à balle.

  •  Tir à la chevrotine en Corse, par ROGHE , le 18 juin 2017 à 06h35

    Cette munition employée avec l’ensemble des précautions de sécurité et dans un biotope fermé comme celui de notre maquis, est aussi efficace voir moins dangereux que le tir à balle.
    Il est donc nécessaire dans le cadre de l’application actuelle des règles d’emploi de maintenir le tir à la chevrotine en battue en Corse .

  •  Emploi de la chevrotine, par Castelli Marc Antoine , le 17 juin 2017 à 22h43

    Favorable à la chevrotine

  •  Autorisation chevrotine , par Rossi , le 17 juin 2017 à 12h14

    Oui pour pour l’autorisation du tir à la chevrotine pour les 3 années à venir

  •  Emploi de la chevrotine, par Cucchi dume , le 16 juin 2017 à 12h21

    Oui à la chevrotine en corse employé depuis la nuit des temps

  •  oui à la chevrotine, par baracoca , le 16 juin 2017 à 11h53

    maquis dense,tir rapproché,dangerosité moindre,nombre de personnes âgées utilisent cette munition ;autant d’arguments pour dire oui à la chevrotine dans toute la Corse

  •  Autorisation de la chevrotine pour le tir en battue des Sangliers en Haute Corse et en Corse du sud , par COLONNA Dominique , le 14 juin 2017 à 20h02

    Le biotope très particulier de notre région rend quasiment obligatoire le tir a la chevrotine du Sanglier ,De plus les tirs en battue se faisant a de très courte distance
    pour leur quasi totalité n’éxcédant pas une Quinzaine de metres , la létalité de la chevrotine ne saurait etre remise en cause , la mort du gibier a cette distance étant immédiate . En ce qui concerne la sécurité , il est avéré depuis plusieurs années que les règles de précaution , de signalisation ,et les angles de tir , appliqués par les chasseurs rendaient le tir a la chevrotine bien moins dangereux que le tir a balles
    (voir les statistiques de l’ONCFS) , L’information et la Prévention étant beaucoup plus importante que la nature de la munition

  •  Non à l’autorisation de la chevrotine, par F. Imbert , le 14 juin 2017 à 15h31

    Si "on" avait laissé en vie des prédateurs naturels aux sangliers, il ne serait pas nécessaire de contrôler leur nombre artificiellement.
    Pas de chevrotine : trop cruel.
    Si c’est pour éviter des accidents de chasse : mieux vaut alors réviser l’accès au permis de chasse et éviter les gâchettes faciles qui tirent sur tout ce qui bouge (même leur pied, leur confrères chasseurs ou les promeneurs-des nuisibles sans doute !)

  •  Emploi de chevrotines, par PATRIZI Alain , le 13 juin 2017 à 13h08

    La chevrotine est en respectant les diverses consignes de sécurité en
    vigueur moins dangereuse que la balle et plus efficace que celle ci dans
    une végétation aussi dense que le maquis corse où les tirs lors des
    battues aux sangliers sont en moyenne de dix à quinze mètres.

  •  Contre l’emploi des chevrotines., par Hélène Oppliger , le 9 juin 2017 à 20h41

    Comme cela a été dit et redit à l’occasion du projet d’arrêté à peu près identique pour le Gard et d’autres départements, et de l’avis des chasseurs eux-mêmes, les chevrotines sont un projectile plus cruel que les balles, car elles engendrent des blessures moins graves, qui ne conduisent à la mort des animaux qu’au terme de longues agonies. C’est le projectile des chasseurs incompétents, qui ne savent pas viser.
    Qui plus est, le choix de toujours tuer au nom de la régulation d’une espèce est très contestable : c’est le choix de ceux qui aiment tuer, alors que les appâts contraceptifs seraient aussi ou plus efficaces, et moins cruels. (l’hybridation avec des porcs domestiques pour obtenir des "cochongliers" prolifiques avait déjà été le choix de ceux qui aiment tuer, et maintenant elle s’avère nuisible)
    Ces arrêtés doivent donc être modifiés en remplaçant les tirs de chevrotines par des procédés contraceptifs. Merci.

  •  avis favorable, par chappe , le 6 juin 2017 à 07h09

    Au nom de la sécurité des participants, le tir à balles étant dangereux dans les milieux fermés, je suis favorable a l’utilisation des chevrotines.

  •  Alternatives ?, par Colette Pince , le 5 juin 2017 à 14h12

    Que fait le plomb dans la nature ? Pourquoi ne pas entreprendre une opération de stérilisation d’une partie de ces animaux afin de maintenir leur espèce sans craindre une surpopulation ? Plutôt la contraception que la mort.

  •  sanglier, par dr dufour , le 3 juin 2017 à 20h31

    Il faut arrêter demassacrer les animaux sauvages - dont les sangliers !

  •  chevrotine pour les sangliers, par Christine Cardeur , le 3 juin 2017 à 00h51

    Que ce soit en Haute Corse ou en Corse Sud, la chevrotine est un bon moyen d’apporter des souffrances supplémentaires à des animaux qui même s’ils se sont reproduits en grand nombre partout grâce aux ingérences humaines devraient en subir la bien triste conséquence.

    Pourquoi faut-il encore tutoyer la cruauté envers des êtres vivants, sensibles, dotés de systèmes nerveux .. même s’ils sont dits "sauvages".

    Alors NON A LA CHEVROTINE !

    Il faut réguler, soit ! mais alors faites le proprement et rapidement afin que la majorité des morts puissent être dites "morts subites".

  •  le ministre aux ordres des chasseurs ????, par Jean-Pierre Rivière , le 2 juin 2017 à 23h52

    « le ministre chargé de la chasse peut autoriser par un arrêté triennal, sur proposition du préfet, après avis du président de la fédération départementale des chasseurs, »
    .
    .
    donc le ministre, de notre gouvernement élu, doit être autorisé par le président de la fédération de chasseurs à prendre une décision !!!!!!!!!!
    ..

    j’espère que Mr Hulot va remettre les pendules à l’heure avec ces associations de chasseurs ne représentant qu’eux mêmes (heureusement de moins en moins nombreux)et qu’enfin la majorité des français non chasseurs sera entendue.

    merci de tenir compte de mon avis de citoyen