EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Projet d’arrêté ministériel portant retrait de l’iguane vert (Iguana iguana) de la liste des espèces protégées dans le département de la Guadeloupe

Du 15/10/2013 au 12/11/2013 - 21 commentaires

L’iguane commun ou iguane vert (Iguana iguana) est classé comme espèce protégée par l’arrêté ministériel du 17 février 1989 fixant des mesures de protection des reptiles et amphibiens représentés dans le département de la Guadeloupe.

Il est en expansion et colonise aujourd’hui pratiquement tout le littoral de la Basse Terre et du sud de la Grande Terre, ainsi que les Saintes.

Avec ses hybrides, l’iguane commun est un fort compétiteur de l’iguane des petites Antilles, (Iguana delicatissima) espèce endémique classée en danger d’extinction sur la liste rouge de l’UICN depuis 2010 et qui fait l’objet d’un Plan national d’action pour sa préservation. Il participe à sa régression en provoquant des dommages importants au niveau de la composition des écosystèmes.

Il y a peu d’éléments pour comprendre pourquoi l’espèce n’avait été protégée qu’en Guadeloupe. Sa présence en Guadeloupe avait été considérée comme naturelle au moment de la rédaction de l’arrêté. En revanche, il était connu à l’époque que les iguanes communs présents en Martinique provenaient des Saintes libérés du petit parc zoologique qui était situé dans le fort Saint-Louis à Fort-de-France. Ainsi l’arrêté préfectoral du 28 février 2005 ne protège pas l’espèce en Martinique et autorise la neutralisation de l’iguane commun et de toutes les formes hybrides par les agents assermentés de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage.

L’iguane commun est considéré actuellement en Guadeloupe comme une espèce contre laquelle il convient de lutter en régulant la population. Il doit être retiré de la liste des espèces protégées en Guadeloupe pour que le préfet puisse prendre les mesures adaptées pour limiter sa prolifération et réduire le phénomène d’hybridation.

Ce déclassement est, en termes de cadrage réglementaire, un préalable et une étape importante dans la mise en œuvre du Plan national d’action 2011-2015 de l’iguane des Petites Antilles. Il renforce par ailleurs la cohérence régionale entre la Guadeloupe et la Martinique.

Le Conseil national de la protection de la nature a donné un avis favorable à ce déclassement lors de sa réunion du 27 septembre 2013.

Mise à jour du 5 février 2014 : vous pouvez consulter ci-dessous la synthèse des observations ainsi que, dans un document séparé, les motifs de la décision.


Télécharger :