EAU ET BIODIVERSITÉ
 

PNA en faveur des espèces ligneuses des reliques de la bande adlittorale xérophile de La Réunion (2021-2025)

Du 25/06/2021 au 18/07/2021 - 1 commentaire

Dans le cadre de ce présent PNA, l’approche retenu est de regrouper des espèces vivant dans un même habitat, à savoir des reliques xérophiles de la bande adlittorale de la côte ouest. Il concerne les espèces ligneuses suivantes : Abutilion exstipulare, Latania lontaroides,Ruizia cordata, Tabernaemontana persicariifolia, Terminalia bentzoe subsp. bentzoe et Volkameria heterophylla.

Ce PNA se décline en 11 actions essentiellement axées sur la conservation et plus particulièrement la conservation in-situ de ces taxons.

A La Réunion, la Valeur Universelle Exceptionnelle (VUE) du bien du patrimoine mondial a été déclarée, notamment selon le critère suivant :
« Le bien est un centre mondial de diversité des plantes avec un degré d’endémisme élevé. Il contient les derniers habitats naturels les plus importants pour la conservation de la biodiversité terrestre des Mascareignes, y compris une gamme de types forestiers rares. Compte tenu des impacts importants et partiellement irréversibles de l’homme sur l’environnement dans l’archipel des Mascareignes, le bien est le dernier refuge pour la survie d’un grand nombre d’espèces endémiques menacées et en danger. »

Il apparait donc que les habitats prioritaires pour les actions de conservation sont ceux qui sont les plus menacés à l’échelle de l’archipel des Mascareignes. Les milieux de basse altitude, bien souvent hors du Parc national de La Réunion et des aires protégées, doivent être les premiers concernés par des actions de conservation, car ce sont eux qui ont subi le plus d’impacts suite à l’arrivée de l’homme sur ces territoires. En outre, au titre de la VUE, la responsabilité de la conservation de la biodiversité terrestre des Mascareignes revenant à La Réunion, il semble judicieux d’intégrer aux différents PNA les taxons CR et EN endémiques des Mascareignes. La zone adlittorale concernée ici n’est, pour une très grande partie, pas dans le bien du patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle n’est donc théoriquement pas concernée par la VUE, mais s’inscrit dans la réflexion de l’extension de la VUE à toute l’île.
Dans le cadre de ce présent PNA, l’approche retenu est de regrouper des espèces vivant dans un même habitat, à savoir des reliques xérophiles de la bande adlittorale de la côte ouest. Il concerne les espèces ligneuses suivantes : Abutilion exstipulare, Latania lontaroides,Ruizia cordata, Tabernaemontana persicariifolia, Terminalia bentzoe subsp. bentzoe et Volkameria heterophylla.

Ce PNA se décline en 11 actions essentiellement axées sur la conservation et plus particulièrement la conservation in-situ de ces taxons.

Sur le long terme, le plan a pour objectifs de :
 maintenir quelques populations fonctionnelles dans un habitat restauré avec son cortège d’espèces végétales indigènes associés,
 favoriser la reconnexion des populations le long du gradient altitudinal,
 constituer des collections ex-situ représentative du « pool » génétique des dernières populations naturelles présentes dans la bande adlittorale xérophile,
 améliorer la prise en compte de ces espèces par les personnes pouvant être amenées à intervenir dans leurs zones naturelles comme les agents des collectivités territoriales, les bureaux d’études, les porteurs de projet dans l’environnement et les horticulteurs.

En application du dernier alinéa du II. de l’article L. 123-19-1 du code de l’environnement, les observations du public pour cette consultation sont rendues accessibles au fur et à mesure de leur réception. Les échanges font l’objet d’une modération a priori, conformément à la Charte des débats.

La consultation est ouverte du 25 juin au 19 juillet 2021.


Télécharger :