EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Plan national d’actions en faveur de cinq Statices (Limonium) endémiques de Corse 2021-2030

Du 04/06/2021 au 19/07/2021 - aucun commentaire

Les 5 espèces de Limonium (Plumbaginacées) présentées dans ce PNA sont des espèces végétales endémiques strictes de Corse et spécifiques à des micro-régions de l’île. Ce sont des espèces rares ou très rares à aire de répartition restreinte.
Dans le cadre du plan et au-delà de celui-ci, la mise en place d’une stratégie de conservation en faveur de Limonium bonifaciense, Limonium florentinum, Limonium patrimoniense, Limonium portovecchiense et Limonium tarcoense paraît essentiel. Cela dans le but de préserver les espèces des impacts auxquels elles peuvent être soumises et leur permettre de se maintenir et/ou de croître.

Les 5 espèces de Limonium (Plumbaginacées) présentées dans ce PNA sont des espèces végétales endémiques strictes de Corse et spécifiques à des micro-régions de l’île. Ce sont des espèces rares ou très rares à aire de répartition restreinte.

Le Limonium bonifaciense Arrigoni & Diana se situe sur trois zones : sur la Punta di Capineru (Pianottoli-Caldarello), de la Tonnara à la Cala di u Merlu (Bonifacio) et sur l’île de Cavallo (Bonifacio).

Le Limonium florentinum Arrigoni & Diana, lui, se trouve sur les côtes dans le golfe de Saint-Florent, mais aussi dans l’anse de Recisa sur la presqu’île de la Revellata (Calvi).

Le Limonium patrimoniense Arrigoni & Diana, se retrouve sur les mêmes côtes que Limonium florentinum, dans le golfe de Saint-Florent.

En ce qui concerne le Limonium portovecchiense Erben, seules deux stations sont actuellement connues, la première dans le golfe de Porto-Vecchio et la seconde dans le golfe di Sogno (Porto-Vecchio).

Pour finir, Limonium tarcoense Arrigoni & Diana n’est retrouvé que sur les côtes rocheuses de Tarcu (Conca).

Du fait de leur répartition géographique (espèces endémiques strictes de Corse), de leur zone d’occupation restreinte et de certaines pressions réelles ou potentielles pouvant s’exercer sur le milieu, ces espèces sont classées sur la Liste rouge des espèces menacées de la flore vasculaire de France métropolitaine.

Considérées comme étant, « vulnérable » (VU*) pour le Limonium patrimoniense, « en danger » (EN*) pour les Limonium bonifaciense, florentinum et tarcoense et enfin « en danger critique d’extinction » (CR*) pour le Limonium portovecchiense, un Plan national d’actions pour ces cinq taxons se justifie.

Dans le cadre du plan et au-delà de celui-ci, la mise en place d’une stratégie de conservation en faveur de Limonium bonifaciense, Limonium florentinum, Limonium patrimoniense, Limonium portovecchiense et Limonium tarcoense paraît essentiel. Cela dans le but de préserver les espèces des impacts auxquels elles peuvent être soumises et leur permettre de se maintenir et/ou de croître.
L’enjeu de conservation semble important pour ces 5 espèces compte tenu de leur aire de répartition restreinte (endémiques strictes à la Corse) et de leur effectif faible. Cependant, seuls Limonium bonifaciense et Limonium portovecchiense semblent menacés, par des activités anthropiques principalement.
L’existence de différences entre ces 5 Statices endémiques de Corse suppose des stratégies adaptées à chaque situation ou à chaque espèce. La stratégie à adopter et à mettre en place devrait être axée sur l’amélioration des connaissances vis-à-vis des espèces à l’aide de suivis réguliers (biologie, phénologie, écologie…) en tenant compte des pressions. Cela permettra par la suite, d’adapter la mise en place des mesures conservatoires avec la réalité des menaces.
L’ensemble des 5 espèces se trouvent essentiellement sur le littoral, milieu extrêmement impacté en Corse. Milieu où le foncier est rarement délimité (DPM non délimité), et ne bénéficiant rarement de statut de protection et de gestionnaires. Les populations sont, pour certaines, dans un habitat fortement dégradé par l’anthropisation des milieux. La stratégie à adopter sur le long terme est donc d’assurer la viabilité des populations sur un foncier maîtrisé et bénéficiant d’un gestionnaire. Sur le long terme, le plan a ainsi pour objectifs :
• Assurer le maintien des populations existantes ;
• Maîtriser le foncier ;
• Disposer de mesures de protection règlementaires ;
• Informer et sensibiliser pour la prise en compte de ces espèces par les personnes intervenant dans ces milieux (privés et collectivités publiques).

Les quinze actions de ce PNA concernent six domaines précis : la coordination, l’animation, la connaissance, la conservation, l’information et la protection.
La mise en œuvre du PNA est coordonnée par la direction régionale de l’environnement, de l‘aménagement et du logement (DREAL) de la Corse et l’animation est confiée au Conservatoire d’espaces naturels de Corse.

Le Conseil national de la protection de la nature (CNPN) a donné un avis favorable le 7 avril 2021 sur ce PNA.

En application du dernier alinéa du II. de l’article L. 123-19-1 du code de l’environnement, les observations du public pour cette consultation sont rendues accessibles au fur et à mesure de leur réception. Les échanges font l’objet d’une modération a priori, conformément à la Charte des débats.

La consultation est ouverte du 3 juin au 30 juin 2021.


Télécharger :