EAU ET BIODIVERSITÉ
 

Plan national d’action 2021-2025 en faveur du puffin des Baléares

Du 20/05/2021 au 10/06/2021 - 306 commentaires

Le puffin des Baléares (Puffinus mauretanicus) est considéré comme l’oiseau marin le plus menacé de l’écozone paléarctique occidentale.

L’effectif mondial de l’espèce est restreint et décline rapidement. Son statut de conservation est jugé en « danger critique d’extinction » en Europe depuis 2004. L’espèce est protégée en France, inscrite à l’annexe I de la Directive Oiseaux et à l’annexe III de la Convention de Berne. Cette espèce est également inscrite à l’annexe I de la Convention de Bonn depuis 2006 et à ce titre doit faire l’objet d’actions concertées entre les Etats de son aire de répartition (Résolution 8.29 de la Conférences des Parties, novembre 2005).

Le puffin des Baléares bénéficie d’un plan international d’actions à la demande de la Commission européenne, élaboré par la Société d’Étude Ornithologique espagnole qui est la représentante de BirdLife en Espagne. Ce plan a identifié la France comme l’un des pays devant mettre en œuvre des actions spécifiques en faveur de cette espèce.

Bien que cette espèce ne niche pas dans notre pays, la zone côtière d’Occitanie et notamment le golfe du Lion constitue une zone d’alimentation des colonies pendant la période de reproduction. Par ailleurs, la France accueille une fraction très importante de la population mondiale de puffins des Baléares en période internuptiale. En effet, plusieurs milliers d’individus séjournent sur les côtes atlantiques et notamment en Bretagne durant cette période. Ces deux éléments confèrent à notre pays une responsabilité particulière pour la préservation des sites d’alimentation et de migration de cette espèce.

La question de l’opportunité d’un plan national d’action (PNA) en faveur du Puffin des Baléares a fait l’objet d’une consultation du Conseil national de la protection de la nature (CNPN) le 20 mars 2017 et a reçu un avis favorable de cette instance.
Le ministère en charge de l’environnement a désigné la DREAL de Bretagne coordinatrice nationale de ce PNA en février 2018 ; cette dernière en a confié la rédaction à l’Office français de la biodiversité.

Sachant que les captures accidentelles de puffin des Baléares constituent la principale pression anthropique pouvant contribuer au déclin de l’espèce, un travail important a été mené avec les professionnels de la pêche pour agir avec efficacité. Ce PNA constitue une première en métropole concernant la problématique des captures accidentelles d’oiseaux marins.

Les résultats du PNA puffin des Baléares sont fortement attendus pour contribuer à améliorer le statut de conservation du puffin des Baléares mais aussi pour alimenter les réflexions futures concernant d’autres espèces et répondre ainsi aux objectifs des directives européennes (directive cadre stratégie pour le milieu marin, directive oiseaux).

Ce projet de plan national d’action prévu pour s’étendre de 2021 à 2025 a recueilli un avis favorable du Conseil national de la protection de la nature lors de sa séance du 22 octobre 2020 et est à présent soumis à consultation du public pour une durée de 3 semaines, préalable à sa validation formelle par le Ministère en charge de l’environnement.


Télécharger :

Commentaires
  •  Sauvons le puffin des Baléares et protégeons la biodiversité, c’est notre devoir, par Jean-Marc Blanchet , le 9 juin 2021 à 23h45

    Il est donc nécessaire d’inclure dans le PNA :
    •Une exclusion des méthodes de pêche impliquées dans les captures : chaluts pélagiques, sennes, palangres, filets peu profonds, filets dérivants et lignes à main.
    En effet, l’impact actuel de la pêche, responsable d’au moins 45% du taux de mortalité adulte est aujourd’hui considéré comme non-compatible avec sa survie.
    •Un moratoire sur tout projet d’implantation d’éoliennes off-shore sur l’aire de répartition de l’espèce.
    Les projets éoliens off-shore français seraient les premiers au monde à être installés au cœur de l’aire de répartition de l’espèce. Les décisions prises par la France sont pourtant considérées comme déterminantes pour l’avenir de l’espèce, selon les experts mandatés par la Commission Européenne. Malgré cela, nous sommes le seul pays à avoir octroyé des dérogations qui autorisent la destruction du puffin des baléares dans le cadre de projets éoliens off-shore.

  •  Pour un PNA ambitieux afin que le puffin ne devienne pas le Dodo du 21eme siècle , par Thidet patrick , le 9 juin 2021 à 23h36

    Pas de dérogation dans le cadre du PNA, depuis 2005 des solutions doivent être prises... ça laisse rêveur de la motivation française. En France on arrive à tuer (Eolienne, chasse, autre...) des espèces protégées dans les autres pays, nous sommes vraiment très fort. J’espère que l’on mettra les moyens de le mettre en place.

  •  Il est temps de passer à l’action ! , par Audrey , le 9 juin 2021 à 23h23

    Bonjour,

    Il est nécessaire d’inclure dans le PNA :

    •Une exclusion des méthodes de pêche impliquées dans les captures : chaluts pélagiques, sennes, palangres, filets peu profonds, filets dérivants et lignes à main.

    En effet, l’impact actuel de la pêche, responsable d’au moins 45% du taux de mortalité adulte est aujourd’hui considéré comme non-compatible avec sa survie.

    •Un moratoire sur tout projet d’implantation d’éoliennes off-shore sur l’aire de répartition de l’espèce.

    Les projets éoliens off-shore français seraient les premiers au monde à être installés au cœur de l’aire de répartition de l’espèce. Les décisions prises par la France sont pourtant considérées comme déterminantes pour l’avenir de l’espèce, selon les experts mandatés par la Commission Européenne. Malgré cela, nous sommes le seul pays à avoir octroyé des dérogations qui autorisent la destruction du puffin des baléares dans le cadre de projets éoliens off-shore.

  •  Un peu d’ambition, par croisille hugo , le 9 juin 2021 à 23h12

    Il est nécessaire d’inclure dans le PNA :

    •Une exclusion des méthodes de pêche impliquées dans les captures : chaluts pélagiques, sennes, palangres, filets peu profonds, filets dérivants et lignes à main.

    En effet, l’impact actuel de la pêche, responsable d’au moins 45% du taux de mortalité adulte est aujourd’hui considéré comme non-compatible avec sa survie.

    •Un moratoire sur tout projet d’implantation d’éoliennes off-shore sur l’aire de répartition de l’espèce.

    Les projets éoliens off-shore français seraient les premiers au monde à être installés au cœur de l’aire de répartition de l’espèce. Les décisions prises par la France sont pourtant considérées comme déterminantes pour l’avenir de l’espèce, selon les experts mandatés par la Commission Européenne. Malgré cela, nous sommes le seul pays à avoir octroyé des dérogations qui autorisent la destruction du puffin des baléares dans le cadre de projets éoliens off-shore.

  •  Défense du vivant, par Raphaël Spreux , le 9 juin 2021 à 23h03

    Pour la défense du vivant.
    C’est l’homme qui doit s’adapter à la nature et non la contraindre à ses volontés destructrices.
    Il convient de mettre en œuvre tout ce qui est en notre pouvoir afin de sauvegarder la Nature.

  •  Prendre ses responsabilités pour protéger la biodiversité, par Mazerolle , le 9 juin 2021 à 22h35

    La France a une responsabilité dans la survie des Muffins des Baléares.

    Ce sont de magnifiques oiseaux que j’ai entendu sur l’île de Pico. Comme L’Albatros, ils sont majestueux en vol et assez grotesque lorsqu’ils nichent. Et leur échanges sonOres pour se saluer sont uniques !

    L’énergie éolienne ne justifie pas de transiger avec les espaces protégés, sensé donner un peu de repit à des especes sous pression. L’océan se meurt, parce quil se vide.

    La biodiversité fait partie des mesures de sauvegarde de notre écosystème.

    La Biodiversité,.dont nous devons continuer à faire partie,.est notre bien le plus précieux.

  •  PNA digne de ce nom sinon c’est la fin !, par DJEMA , le 9 juin 2021 à 22h29

    Il est primordial d’avoir un plan d’action national digne de ce nom et de prendre le problème avec la meilleure des réflexion et des ambitions ! À quoi bon inscrire des animaux en danger d’extinction si nous ne faisons pas le maximum pour inverser la tendance ! C’est notre devoir en tant qu’humain, qu’en tant que locataire de la Terre

  •  Merci de faire le necessaire pour la sauvegarde, on vous paye pour cela. Merci d avance, par Laure , le 9 juin 2021 à 22h28

    Merci de faire le necessaire pour la sauvegarde, on vous paye pour cela. Merci d avance

  •  Sauvons. cette espèce emblématique , par Brigitte Rollier , le 9 juin 2021 à 22h24

    Les Puffins par leur mode de vie et leur place essentielle dans la chaîne alimentaire doivent être protégés et ce de façon drastique dès maintenant

  •  Ayons des ambitions a la hauteur de notre responsabilité !, par Joseph , le 9 juin 2021 à 22h21

    Il est temps de prendre en compte la responsabilité qu’a la France quand à la sauvegarde de cette espèce, et de mettre en œuvre tous nos moyens pour y parvenir, y compris interdire la pêche intensive dans son habitat, et abandonner les dérogations aux statuts de protection, même dans le cas d’un projet de parc éolien. La Biodiversité est notre bien le plus précieux, au delà de l’abondance en énergie et en poisson.

  •  Sauver le puffin, par lalande alexandre , le 9 juin 2021 à 22h15

    pour les générations futures, il faut arrêter de detruire le vivant.

  •  Sauvegarder la biodiversite, par Morisseau , le 9 juin 2021 à 22h07

    Si la crise climatique implique une decarbonisation et un arrêt des énergies fossiles il ne faut que les énergies renouvelables fassent encore diminuer la biodiversite. L éolien n est pas le meilleur moyen pour la primuction d énergie verte. Merci d inclure cette dimension dans le plan afin de sauvegarder les espèces.

  •  Puffin des Baléares, par Nrik , le 9 juin 2021 à 22h02

    Bien évidemment qu’il est essentiel de protéger cette espèce, comme toutes les autres d’ailleurs. Le PNA est indispensable et son habitat doit être préservé. Il faut impérativement exclure les méthodes de pêches non-sélectives et exclure tout projet d’éolien off-shore, supprimer toute dérogation au coeur de son aire de répartition. Ce sont ces mesures qui permettront d’avoir un impact significatif sur la sauvegarde de cet oiseau, le reste sera insuffisant.

  •  Sauver le puffin, par Thierry , le 9 juin 2021 à 22h00

    Il faut remettre le vivant à sa juste place. L’eolien n’est pas une solution ecologique et la sauvegarde des especes doit être la priorité !

  •  Sauvez le puffin !, par Lecointre , le 9 juin 2021 à 21h56

    Il faut absolument tout mettre en œuvre pour sauver cet oiseau et assurer sa survie

  •  La planète ne nous appartient pas ! , par Barbara RUCART , le 9 juin 2021 à 21h51

    Rendons la à la nature : à sa faune et à sa flore !
    Nous ne sommes que des invités !
    protégeons la !

  •  Sauvegarde du puffin des baléares , par Baudet , le 9 juin 2021 à 21h45

    Il est plus que temps d’agir en faveur de cet oiseau, mais aussi en faveur de toutes les espèces menacées. Il faut mettre ce plan de préservation de l’espèce en route, la sauvegarde de la biodiversité ne peut pas et ne doit pas attendre davantage.

  •  Changer , par Portail , le 9 juin 2021 à 21h36

    Il est grand temps d’élargir les aires marines protégées, que ce soit de la peche, de la navigation d’immenses navires ou de l’implantation d’éoliennes. Ce projet peut se développer autrement,ailleurs sans menace directe pour une espèce. Donc non ce projet ne doit pas voir le jour a cet endroit et les methodes de pêche doivent évoluer et ne plus décimer autant d’espèces

  •  Qu’attendons nous ? , par Tisne , le 9 juin 2021 à 21h19

    Si tout le monde y est favorable allons y ! Sauvons cette espèce !

  •  Protection puffin, par Emmanuel , le 9 juin 2021 à 21h14

    En danger critique d’extinction nous devons mettre en œuvre le PNA. Hier encore, nous entendions que le France avait tout pour devenir leader mondial en matière d’écologie. Soyons à la hauteur de notre réputation et sauvons cette espèce.