TRANSPORTS
 

Consultation publique sur le projet d’arrêté modifiant l’arrêté du 24 avril 2006 portant restriction d’exploitation de l’aérodrome de Nantes-Atlantique

Du 26/04/2018 au 28/05/2018 - 314 commentaires

Un arrêté ministériel du 24 avril 2006 limite, pour des raisons environnementales, l’utilisation de l’aéroport de Nantes Atlantique. Le projet d’arrêté soumis à la consultation vise à le modifier dans le but de limiter l’utilisation de cet aéroport par les aéronefs les plus bruyants.

Il comporte trois dispositions essentielles :

  • l’interdiction permanente d’exploiter les aéronefs dits du « chapitre 2 » (au sens du chapitre 2 de la deuxième partie du premier volume de l’annexe 16 à la convention relative à l’aviation civile internationale du 7 décembre 1944),
  • l’interdiction de décoller et d’atterrir entre 22h30 et 23h pour les aéronefs dits du « chapitre 3 » (au sens du chapitre 3 de la deuxième partie du premier volume de l’annexe 16 à la convention relative à l’aviation civile internationale du 7 décembre 1944), ayant une marge cumulée inférieure à 8 EPNdB (EPNdB étant un sigle de langue anglaise signifiant bruit effectivement perçu),
  • l’interdiction de décoller et d’atterrir entre 23h et 6h pour les aéronefs dits du « chapitre 3 » (au sens du chapitre 3 de la deuxième partie du premier volume de l’annexe 16 à la convention relative à l’aviation civile internationale du 7 décembre 1944), ayant une marge cumulée inférieure à 13 EPNdB.

Ce projet d’arrêté, dont les dispositions seront effectives le 31 mars 2019, a reçu l’avis favorable de la Commission consultative de l’environnement de l’aéroport de Nantes Atlantique ainsi que de l’Autorité de contrôle des nuisances aéroportuaires.


Commentaires
  •  non au survol de nuit, par helary , le 29 avril 2018 à 19h06

    Non seulement il est imperatif de supprimer les vols de nuit et il est aussi urgent de trouver des solutions afin de limiter au maximun le survol de l’agglomeration le jour.Et pas seulement le centre ville. J’ajouterais que le plan anti bruit doit etre renforce et les riverains de l’aeroport doivent de toute urgence percevoir de l’aide financiere et conseil technique.

  •  Nuisances aéroportuaires NANTES ATLANTIQUE, par Mme Michèle ROUAUD , le 29 avril 2018 à 18h51

    Je suis pour l’interdiction des vols de nuit en direction et au départ de Nantes Atlantique.

    Je précise que ne sont pas seuls concernés les riverains de l’aéroport. J’habite près du Boulevard Jules Verne et nous subissons également le flux des avions non seulement au-delà de minuit et à partir de 6h du matin mais, et encore plus depuis l’abandon du projet NDDL, le flux est devenu de plus en plus important aux heures de pointe, à savoir toutes les 2 mn, il nous faut même fermer les fenêtres pour nous entendre.

  •  Le futur aéroport NA devra Concilier les 3 fondamentaux : Santé, Environnement, Economie , par Jack44 , le 29 avril 2018 à 16h01

    Le réaménagement de l’aéroport devra être pensé différent, afin d’assurer à notre territoire les 3 fondamentaux qui sont
    - Précaution et prévention de la santé des riverains, avec un risque majeur pour 80000 riverains.

    - Protection de l’environnement notamment par le respect de la loi littorale des rives au sud de l’estuaire sud et du lac de Grand lieu et ne déroger au classement natura2000 de ce dernier.

    - Développement économique , faire en sorte que ce nouvel Aéroport reste positionné (rang) sur le plan international et qu’il se développe encore.

    Afin assurer le meilleur avenir de notre territoire Sud Loire dans le respect de ces 3 axes ;
    La meilleure solution envisagé serait de repenser totalement cet aéroport sur la base d’une piste transversale à l’existante (axe Ouest-Est), cette solution permettrait un redéploiement complet du foncier, avec un aéroport plus au sud sur la commune de Saint Aignan de grand Lieu mais important, qu’il soit parallèle au bourg et au Lac de Grand lieu et aussi parallèle à Bouguenais les Couêts, Rezé sud et Nantes (Plus de survol frontal de proximité).
    Le second grand intérêt la récupération non négligeable de foncier au Nord de cette nouvelle emprise aéroportuaire, permettrait le développement du techno-campus industriel existant (industries, centres de recherches) complété d’une université technologique et d’un lycée professionnel afin de d’obtenir le processus complet des filières métiers)
    En résumé :serait de créer au sud de la métropole nantaise un vaste territoire économique "Aéroportuaire, Industriel et agro-alimentaire" Qui serait le garant de notre avenir économique tout en préservant la santé des personnes et de notre environnement.

    Cette réflexion qui devra mûrir, afin de passer en débat public.
    Pourrait t’elle devenir ce plan B tant attendu?

  •  NDDL, par Poilane , le 29 avril 2018 à 14h15

    Débilité administrative,digne d’un gouvernement ne sachant plus quoi faire pour justifier un arrêt de NA
    Un aéroport doit vivre 24/24h c’est la règle de la libre circulation des personnes.
    enfin pourquoi cette consultation alors que la dernière réalisée sur NDDL n’a jamais été suivi d’effet.....

  •  Limitons le survol de Nantes de jour comme de nuit , le 29 avril 2018 à 12h58

    De nombreuses études scientifiques montrent que le bruit nuit gravement à la santé.
    Afin de limiter le nombre de personnes impactées par le survol des avions de nuit comme de jour, il est impératif de construire au plus vite une nouvelle piste tangente à la ville de Nantes.

  •  Le français se plaint toujours, par Stéphane , le 29 avril 2018 à 10h53

    Tous les autres pays Européen ont leurs avions qui décollent et atterrissent 24h/24. Les Français devraient arrêter de se plaindre. Allez vivre à Lisbonne et vous verrez se que s’est vraiment le bruit des avions ! Pourtant eux se plaignent pas et ils ont beaucoup plus de bruit !

  •  Les études épidémiologiques le confirment ; le bruit des avions perturbe le sommeil des riverains et porte atteinte gravement à leur santé, avec associé, un coût sanitaire important, par Lamaziere Jacques , le 28 avril 2018 à 10h43

    Les nuisances sonores sont associées à des augmentations de la tension artérielle, des maladies cardiovasculaires et des troubles du sommeil ; certaines études suggèrent même un lien avec des maladies articulaires ou de l’asthme ! Il s’agit maintenant de déterminer des normes d’exposition...

    L’Union Européenne estime que l’exposition à un niveau de bruit nocturne supérieur à 55dB en moyenne a déjà des conséquences graves pour la santé. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) se montre plus stricte encore, considérant que des effets néfastes peuvent se manifester dès 40dB ; c’est donc cette valeur qui devrait, à terme, devenir la limite maximale acceptable pendant la nuit.
    En tenant compte qu’à proximité de l aéroport Nantes Atlantique, il s’agit principalement d’un habitat ancien, qui nécessitera une isolation acoustique très performante, dont le coût intégral devrait être assumé, par les services de l’état et la structure aéroportuaire.

    Il est IMPORTANT de préserver l’ HUMAIN et de respecter un arrêt total des vols la nuit de 22H30 à 6H00 à l’aéroport Nantes Atlantique !

  •  Le bruit nuit gravement à la santé, par Lamaziere Jacques , le 28 avril 2018 à 10h21

    Ah, le doux bruit des moteurs d’avions... En étudiant les heures d’admissions et le lieu de résidence des patients traités pour des maladies cardiovasculaires, dans des hôpitaux américains et britanniques, deux équipes de recherche indépendantes démontrent l’impact négatif du trafic aérien sur la santé du voisinage immédiat. Les deux études ont fait l’objet d’une publication dans le British Medical Journal, le 8 octobre 2013.
    Les effets de l’exposition à la pollution générée par le trafic des aéroports sur la santé des habitants des communes voisines sont aujourd’hui bien documentés. Mais depuis plusieurs années, des chercheurs s’interrogent sur le rôle spécifique de la pollution sonore dans la survenue de certaines pathologies.

    Plus de pathologies cardiaques et d’AVC à proximité des aéroports
    En établissant des comparaisons entre les riverains des aéroports et des populations exposées à des concentrations de particules polluantes sensiblement égales, plusieurs études ont déjà mis en évidence un accroissement sensible du risque d’hypertension artérielle chez les membres du premier groupe.

    Deux études basées sur un protocole similaire, publiées simultanément le 8 octobre 2013, dans le British Medical Journal, démontrent que les risques de pathologies cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont eux aussi supérieurs, à proximité des aéroports, à ceux établis pour des populations exposées aux mêmes types de polluants chimiques.

    Les travaux de l’équipe originaire du Royaume-Uni portent sur une population de 3,6 millions d’individus, résidant à proximité de l’aéroport de London Heathrow (l’un des plus fréquentés au monde). Les chercheurs ont constaté une corrélation forte entre la proportion d’admission pour des accidents vasculaires cérébraux, des maladies coronariennes et des maladies cardiovasculaires et la distance séparant l’aéroport du lieu de résidence des malades. Cette corrélation est également manifeste en terme de mortalité associée.

    De nombreux facteurs pouvant avoir une incidence sur les résultats, tels que l’âge, le sexe, l’ethnie, la misère sociale, le tabagisme et le bruit de la circulation routière ont cependant été pris en compte dans cette étude (1).

    Le second article du British Medical Journal présente l’analyse, pour l’année 2009, du dossier médical de six millions d’assurés sociaux nord-américains âgés de plus de 65 ans et résidant à proximité de 89 aéroports.

    Les auteurs de l’article ont constaté que les individus exposés à des niveaux sonores élevés (plus de 55 dB) avaient une probabilité accrue de 3,5% d’être hospitalisés pour des maladies cardiovasculaires, comparés au reste de la population. Après prise en compte des facteurs socio-économiques, démographiques, de la pollution atmosphérique ou de la proximité avec les aires de circulation routière, les chercheurs ont pu estimer que 2,3% des hospitalisations pour maladies cardio-vasculaires chez les personnes âgées vivant à proximité des aéroports étaient imputables au bruit des avions.

    Sources :
    - Aircraft noise and cardiovascular disease near Heathrow airport in London : small area study P. Elliott et al. BMJ 2013 ; doi:10.1136/bmj.f5432
    - Residential exposure to aircraft noise and hospital admissions for cardiovascular diseases : multi-airport retrospective study F. Dominici et al. BMJ 2013 ; doi:10.1136/bmj.f5561

  •  Modification des horaires d’exploitation, par Vano , le 28 avril 2018 à 09h58

    Les heures de restrictions doivent être différentes la semaine et le week-end : stressant de se faire réveiller le week-end dès 6 heures.
    La semaine un arrêt d’exploitation de 22h à 6h peut être acceptable mais les week-ends et jours fériés il devrait être de 22h à 8h, et ce pour tout type d’aéronefs.

  •  Nous demanderons justice..., par Lepoivre , le 28 avril 2018 à 09h07

    Les études scientifiques ont parfaitement démontré la corrélation entre mortalité des personnes fragiles et le niveau sonore. C,est pourquoi le groupuscule LREM a de ce fait décidé de sacrifier des vies pour le bien-être de certains politiciens...
    Ce sera à la justice de savoir s’il y a homicide et tentative d’homicide sur personnes fragiles...

  •  Premier pas, par Thierry Giraud , le 27 avril 2018 à 20h27

    C’est un premier pas, mais il faut egalement, sans limiter le traffc à Nantes-Atlantique, modifier les ouloir aerien de telle sorte qu’il n’y ait plus de survol du centre ville.
    Il faut reconstruire la piste transversale.
    la reduction de bruit la nuit, ne reduira pas le bruit la journee qui devient de moins en moins supportable du fait de l’augmentation des vols.
    habitant sous le couloir de la QFU21, pourtant a quelques kilometres de l’aeroport, et en dehors de la zone PEB D, le bruit du survol d’un avion couvre absolument tous les bruits proches, y compris celui d’une tronçonneuse que l’on tient a la main.